Au Bénélux, les législatives piratées | Du bout du monde au coin de la rue | Scoop.it
Un écart d'une seule petite voix, celle de l'informaticien Laurent Grégoire.
En effet, celui-ci a réussi à "pirater le vote", selon les termes de l'équipe de campagne de la candidate UMP, en votant pour un candidat qui n'était pas au second tour. "C'était facile", explique-t-il, "il m'a suffi de contourner le logiciel du ministère pour voter et d'envoyer des données incorrectes directement au serveur" du Quai d'Orsay