La complexité des DRM dans un contexte OTT | DRM video | Scoop.it

J’ai assisté hier à plusieurs présentations au SATIS, dont la « Carte blanche OVFSquad – DRMs – quel prix pour la sécurité de l’OTT ? ».

La question est importante, car tous les distributeurs de contenus en OTT sont confrontés à l’implémentation des DRM imposées par les ayants droit (pour appuyer sur un fait exprimé par les intervenants, ce n’est pas de gaité de cœur que les sites de VOD mettent en place des DRM ; s’ils ne le font pas, ils n’ont pas les films, point !).

 

Quelques rappels tout d’abord :

-          OTT (Over The Top) veut dire en pratique diffusion en dehors des plateformes IPTV des FAI, donc directement sur Internet; cela s’applique en particulier à la VOD (Vidéo à la Demande) sur PC, Mac, tablettes et TV connectées.

-          DRM (Digital Rights Management ou gestion de droits numériques) correspond à la protection du contenu par un système de licence (qui limite l’utilisation du contenu à certaines plages de temps, certains pays, certains terminaux) et un système de chiffrement des contenus (qui évite une utilisation immodérée du contenu).

-          ABR (Adaptive Bitrate) correspond à des technologies de streaming qui permettent d’adapter la qualité d’image d’un flux vidéo à la bande passante disponible. L’idée est de préférer une  image de moins haute définition à  une image qui bloque (freeze) de temps en temps.

 

Le problème est d’autant plus complexe le nombre de terminaux supportés est important. Supposons que vous développiez une plateforme VOD premium, qui commercialise des long-métrages pour lesquels l’implémentation d’un système de DRM est imposée, et qui désire mettre en place une diffusion ABR. Supporter PC et Mac est relativement facile, quoi que …


 


Via Nicolas Weil