Detroit
7.1K views | +2 today
Follow
Detroit
Documentation pour une fiction sur la ville de Detroit
Curated by liminaire
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by liminaire
Scoop.it!

GIL SCOTT HERON - WE ALMOST LOST DETROIT (LIVE AT 98.3 SUPERFLY)

Vienna 's soulful radio station 98.3 Superfly meets the legendary Gil Scott Heron. Gil Scott performs "We Almost Lost Detroit" live in the studio.
more...
liminaire's comment, August 3, 2011 5:56 PM
À Karen Silkwood and all the victimes RIP (Rest In Peace, repose en paix).
Karen Silkwood travaillait dans une usine de fabrication de combustibles nucléaires.
Elle avait été sérieusement contaminée par du plutonium. t. Elle s'apprêtait à faire des révélations à la presse
Sur les conditions de sécurité dans les usines qui manipulent du plutonium
Lorsqu'elle trouva la mort dans un " accident " le 13 novembre 1974, alors qu'elle se rendait seule,
Au volant de sa voiture, à son rendez-vous avec un journaliste du New York Times.
GIL SCOTT-HERON est un personnage peu connu du public français. Poète, Musicien, Écrivain,
Il est pourtant un artiste majeur de la scène Afro- américaine.
Son oeuvre, musicale ou écrite, reflète une volonté de crier haut et fort les problèmes politiques
Puis les faits sociaux qu'il vit au quotidien. C'est un homme de la rue
Dont il aime à le rappeler à travers ses chansons : "New York City", "Winter in America"
La source d'information provient de sites Web et de Wikipédia l'encyclopédie libre qui leur sont consacrés.

We Almost Lost Detroit (Nous avons presque perdu Detroit)
Paroles et musique de Brian Jackson/Gil Scott-Heron

Elle se détache sur une autoroute semblable a une créature sortie d'un autre temps.
Celà pose aux bébés ( tant) de questions : " Qu' est-ce que c'est. . ? "A leurs mères qui est au volant.

Or personne se donne la peine de réfléchir au devenir des nouveau-nés
" Où " puis " Comment " ils pourraient survivre... .
Du reste, nous avons presque perdu Detroit pour cette fois-ci.

Comment ne pourrions-nous jamais plus perdre nos esprits ?
Puisqu'il a suffit qu'à trente miles de Detroit qu'il y ait une immense centrale [Nucléaire].
Qui fait tic tac chaque nuit pendant que la ville s'endort s'ensuit secondes d'annihilation.
Or personne se donne la peine de réfléchir au devenir des personnes
" Où " puis " Comment " ils pourraient survivre... .
Du reste, Nous avons presque perdu Detroit pour cette fois-ci.

Comment ne pourrions-nous jamais plus perdre nos esprits ?
Le Sherrif du Comté de Monroe a déclaré, [assurez-vous plutôt que les dégâts ne viennent pas de vos cerveaux] (1)
Qu'est-ce que Karen Silkwood (2) aurait bien pu nous dire, si elle était encore en vie ?
Or quand il s'agit de la sécurité des personnes l'argent l'emporte à chaque fois.
Du reste, nous avons presque perdu Detroit pour cette fois-ci, cette fois-là

Comment ne pourrions-nous jamais plus perdre nos esprits ?
Tu vois, nous avons presque perdu Detroit pour cette fois-ci
Presque perdu Detroit cette fois-là
Or comment ne pourrions-nous jamais plus...
Or la chance a voulu qu'on a failli la perdre quelque part, d'un coup. .
La chance a voulu qu'on a failli la perdre de peu.

Or comment ne pourrions-nous jamais plus perdre nos esprits ?
Or comment ne pourrions-nous jamais plus perdre nos esprits ?
N'ont-ils pas, n'ont-ils pas décidé ? Presque de perde Detroit pour cette fois-là.
Fichu puis complètement détruite, en une seule fois.
Tout le monde n'a pas su ? Dit que tu ne savais pas ?
Tout le monde n'a pas su ? Dit que tu ne savais pas ? Que nous avons presque perdu Detroit.

(1) Déclaration correct traduite d'ici sous peu. .
(2) Karen Silkwood était une femme syndicaliste et activiste américaine.
L'histoire authentique de Karen Silkwood qui trouva la mort dans des circonstances demeurées mystérieuses,
Au cours de la nuit du 13 au 14 novembre 1974 près d'Oklahoma City.
Karen Silkwood travaillait à l'usine Kerr McGee à Cimarron, l'un des plus grands laboratoires de traitement de l'uranium aux Etats-Unis.
Il fut prouvé sans conteste que l'on avait déposé d'infinitésimales quantités de plutonium dans la nourriture qu'elle conservait dans son réfrigérateur.
Des marques de collisions furent également relevées sur le pare-choc arrière de sa voiture, comme si elle avait été poussée par un engin mécanique
Entre 1970 et 1975, 574 cas de contamination avaient été dûment constatés à l'usine de Kerr McGee.
En 1975, la Commission à l'Énergie Atomique ordonna sa fermeture. En 1979, un Jury condamna le laboratoire à payer à la famille de Karen Silkwood
Des dommages et intérêts se montant à la somme colossale de dix millions de dollars...
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Yves Marchand & Romain Meffre Photography - The Ruins of Detroit

Yves Marchand & Romain Meffre Photography - The Ruins of Detroit | Detroit | Scoop.it
At the end of the XIXth Century, mankind was about to fulfill an old dream. The idea of a fast and autonomous means of displacement was slowly becoming a reality for engineers all over the world. Thanks to its ideal location on the Great Lakes Basin, the city of Detroit was about to generate its own industrial revolution. Visionary engineers and entrepreneurs flocked to its borders.
In 1913, up-and-coming car manufacturer Henry Ford perfected the first large-scale assembly line. Within few years, Detroit was about to become the world capital of automobile and the cradle of modern mass-production. For the first time of history, affluence was within the reach of the mass of people. Monumental skyscapers and fancy neighborhoods put the city’s wealth on display. Detroit became the dazzling beacon of the American Dream. Thousands of migrants came to find a job. By the 50's, its population rose to almost 2 million people. Detroit became the 4th largest city in the United States.
The automobile moved people faster and farther. Roads, freeways and parking lots forever reshaped the landscape. At the beginning of the 50's, plants were relocated in Detroit's periphery. The white middle-class began to leave the inner city and settled in new mass-produced suburban towns. Highways frayed the urban fabric. Deindustrialization and segregation increased. In 1967, social tensions exploded into one of the most violent urban riots in American history. The population exodus accelerated and whole neighbourhoods began to vanish. Outdated downtown buildings emptied. Within fifty years Detroit lost more than half of its population.
Detroit, industrial capital of the XXth Century, played a fundamental role shaping the modern world. The logic that created the city also destroyed it. Nowadays, unlike anywhere else, the city’s ruins are not isolated details in the urban environment. They have become a natural component of the landscape. Detroit presents all archetypal buildings of an American city in a state of mummification. Its splendid decaying monuments are, no less than the Pyramids of Egypt, the Coliseum of Rome, or the Acropolis in Athens, remnants of the passing of a great Empire.
This work is thus the result of a five-year collaboration started in 2005.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Detroit Wild City, de Florent Tillon

Detroit Wild City, de Florent Tillon | Detroit | Scoop.it
Welcome to the city of Detroit, ‘the Murder Capital of the USA’, where the grass is growing over the parking lots and the houses are abandoned. Here, a new life is slowly beginning to take form and take over the deserted city. But even if the writing on the wall has a different and more apocalyptic meaning, there is no reason to panic. Detroit Wild City looks with the wandering gaze and cool, philosophical distance of the outsider at the changes in urban landscapes in a historical moment when a ‘post-’ is written before ‘utopias’, ‘humanity’ and ‘dollar capitalism’. Invisible disasters have ruined the city, and all that is left are traces in the form of radio adverts about debt relief, flocks of stray dogs, and a mysterious pile of burned New Age books. But on the fringes of it all, people have started to reorganize themselves in autonomous societies, where settlers are growing vegetables and still believe in the future – just not as an extension of the present. Florent Tillon keeps a level head and like a French Jim Jarmusch he turns his selective camera to where new ideas grow in the ruins of the 20th century’s belief in eternal progress. And where the knowledge that something new is going to happen is a rare piece of good news.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Détroit passe au vert - videos.arte.tv

Détroit passe au vert - videos.arte.tv | Detroit | Scoop.it
Détroit passe au vert


A Detroit, la rouille vire au vert. La ville symbole de la «rust belt» américaine, la capitale déchue de l’automobile, voit fleurir des milliers de jardins dans ses arrière-cours, ses parcs et ses terrains vagues.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Film Trailer : Detroit ville sauvage / Detroit Wild City

Trailer du film "Detroit, ville sauvage" (Detroit Wild City), de Florent Tillon.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Detroit, par Esther Salmona (et sur Google Street View)

Detroit, par Esther Salmona (et sur Google Street View) | Detroit | Scoop.it
Peut-être là, à Detroit.Est-ce exagéré de dire que pour la première fois, je me sens chez moi, ici ? Pourquoi, pour les interstices, pour la dureté et la rumeur incessante ? Pour la vigilance ?
Pour le temps qu’il faut ? Pour la résonance ?
Le ciel puissant, qui arrive vite.
La rue s’étire loin, ralentit la marche, et toujours les espaces entre, découpeurs de pans.
La lumière peut se permettre de venir raser le sol, elle remonte le long des buildings, elle écarte les choses, les fait trembler.
Elle est pourvoyeuse de gorges nouées, de compréhensions soudaines, d’arrêts médusés.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Renaissance Center - Wikipedia

Renaissance Center - Wikipedia | Detroit | Scoop.it
Renaissance Center (also known as the GM Renaissance Center and nicknamed the RenCen) is a group of seven interconnected skyscrapers in Downtown Detroit, Michigan, United States. Located on the International Riverfront, the Renaissance Center complex is owned by General Motors as its world headquarters. The central tower, the Detroit Marriott at the Renaissance Center, is the tallest all-hotel skyscraper in the Western Hemisphere, and features the largest rooftop restaurant, Coach Insignia.[7] It has been the tallest building in Michigan since its erection in 1977.
John Portman was the principal architect for the original design. The first phase constructed a five tower rosette rising from a common base. Four 39-story office towers surround the 73-story hotel rising from a square-shaped podium which includes a shopping center, restaurants, brokerage firms, banks, a four-screen movie theatre, private clubs.[8][9] The first phase officially opened in March 1977. Portman's design renewed attention to city architecture,[9] constructing the world's tallest hotel at the time.[7] Two additional 21-story office towers (known as Tower 500 and Tower 600) opened in 1981. This type of complex has been termed a city within a city.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Détroit ville sauvage: apocalypse urbaine

Détroit ville sauvage: apocalypse urbaine | Detroit | Scoop.it
Des immeubles en ruine, des fenêtres fracassées, des voitures abandonnées, des toits effondrés et des rues désertes. Un vrai décor d’apocalypse ou un paysage d’après-guerre. Mais non, nous ne sommes pas à Sarajevo ou à Beyrouth, mais aux États-Unis et plus précisément à Détroit. La ville du Michigan semble comme vidée de ses habitants. Sous l’objectif du réalisateur français, Florent Tillon, ce sont seulement quelques fantômes qui déambulent entre les gratte ciels. Une gardienne de parking endormie, un pianiste dans un vieux café, un employé qui attrape les chiens errants ou encore un sans abri qui traîne son caddy. Toute l’âme de Détroit s’est évaporée. En l’espace de cinquante ans, la ville a perdu plus d’un million d’habitants.
more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Techno de Détroit - Wikipédia

Techno de Détroit - Wikipédia | Detroit | Scoop.it
La techno de Détroit peut être considérée comme la techno originelle, étant donné que la musique techno est apparue à Détroit au milieu des années 1980 avec la création par Juan Atkins du label Metroplex. La techno de Détroit est à la fois proche des musiques électroniques européennes des années 1970 (le groupe Kraftwerk tout particulièrement) mais aussi du P-Funk (le style de George Clinton).
more...
No comment yet.