Detroit
7.1K views | +0 today
Follow
Detroit
Documentation pour une fiction sur la ville de Detroit
Curated by liminaire
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Le mouvement des immobiles, par Max Rousseau (Le Monde diplomatique)

Le mouvement des immobiles, par Max Rousseau (Le Monde diplomatique) | Detroit | Scoop.it

Dans un premier temps, cette conception de la ville ne se généralise pas. Le développement de l’armature urbaine européenne repose alors sur le développement de l’industrie. Les capitaux industriels sont peu mobiles, et la profitabilité d’une usine découle de son exploitation sur le long terme. Réaliser le capital industriel implique donc de s’attacher les services durables d’une main-d’œuvre ouvrière nombreuse. Les capitalistes construisent la ville industrielle comme une sorte de « trou noir » au sein duquel une main-d’œuvre de plus en plus lointaine se voit attirée puis fixée par toute une série d’incitations. Les company towns, comme Le Creusot en France ou Colònia Güell en Espagne, apparaissent comme les archétypes de cet urbanisme de l’immobilité. Amélioration des logements, construction d’équipements collectifs, fourniture de nouveaux services : l’ouvrier, établi au plus près de « son » usine, ne doit pas aller voir ailleurs. Parallèlement, on réprime le vagabondage, exemple type d’une mobilité incontrôlable et potentiellement contagieuse, redoutée tant par le patronat que par les pouvoirs publics.
Toutefois, au milieu du XXe siècle, le développement conjoint de l’automobile de masse et de l’urbanisme moderne augmente la mobilité. Mais il s’agit d’une mobilité sous contrôle, routinière, confinée entre le logement (à la périphérie) et le travail (en centre-ville). Sa généralisation est dénoncée dès les années 1950 par des mouvements contre-culturels comme la beat generation aux Etats-Unis ou les situationnistes en France, qui magnifient le vagabondage ou incitent à la « dérive ».

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Dying Detroit

A quick tour of Detroit proved quite shocking. Entire neighborhoods literally falling apart. The grand, majestic buildings from the golden age of Detroit empty and crumbling.
Seb Walker reporting.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Florent Tillon - Detroit wildlife (film de repérage)

Ce film est un montage issu des divers interviews et images que j’ai produit pendant mon repérage, l’été 2008.


more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Du sans fil pour recoudre Detroit | Slate

Du sans fil pour recoudre Detroit | Slate | Detroit | Scoop.it

Elle qui comptait 1,8 million d’habitants en 1950 en domicilie moins de 900.000 aujourd’hui et subit de plein fouet les fléaux économiques des dernières années: récession, resserrement des crédits, crise des subprimes, délocalisations, l’augmentation du prix du pétrole et donc l’exode de ses habitants. La ville doit à son tour lancer son propre plan de sauvetage. La fermeture de nombreuses usines et le départ massif des habitants ont laissé des trous dans le budget municipal dont le déficit a été estimé a plus de 300 millions de dollars.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Terrains vagues à Buffalo ou ces villes qui disparaissent | Urbamedia

Terrains vagues à Buffalo ou ces villes qui disparaissent | Urbamedia | Detroit | Scoop.it

Buffalo était en 1960 la 12ème ville des Etats Unis avec une population supérieure à 600 000 habitants. Aujourd’hui, elle se positionne au 70ème rang avec tout juste 250 000 âmes.

La convergence d’un malaise économique, de la dégradation de l’environnement urbain, de la fragmentation sociale et surtout de la fuite de la population vers des contrés plus prospères a mis en place un cercle vicieux qui s’est avéré difficile à briser. En effet, cette angoissante perception que renvoie la ville décourage de nouveaux investisseurs et réduit les opportunités économiques, bloquant l’émergence d’une image positive.

Aujourd’hui, environ 20% de la ville de Buffalo (soit 14 km2 sur 68 km2 de surface totale) sont des friches urbaines, des terrains vagues. La majorité de la vacance urbaine est principalement située à l’Est de la ville, dans la « East Side ». Accolée au downtown (centre-ville), il s’agit de la partie la plus pauvre de Buffalo gangrenée par les gangs, et dont le contexte urbain n’a rien à envier aux décors de la fameuse série « The Wire » (H.B.O) se déroulant à Baltimore, autre ville sinistrée de la côte Est des Etats-Unis. Malheureusement, la mésaventure de la ville est devenue son image.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Forgotten Detroit

Forgotten Detroit | Detroit | Scoop.it

Detroit is known for one of the most stunning collections of pre-depression architecture in the world. The past two decades have seen several of these treasures sit vacant, waiting for economic revival. On these pages you will find information about the past, present, and future situations of a few of these landmarks. It is my hope that this information helps you gain an appreciation for the importance of both the history and continued survival of these buildings.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Abandoned Vanity Ballroom: Detroit's "Most Beautiful Dance Rendezvous" |

Abandoned Vanity Ballroom: Detroit's "Most Beautiful Dance Rendezvous" | | Detroit | Scoop.it

It was once billed as “Detroit’s most beautiful dance rendezvous”. And even in a state of abandonment, it’s easy to see why the Vanity Ballroom gained its reputation. Designed in 1929, architect Charles Agree envisioned a flamboyant venue for people to dance and enjoy the sounds of the big band. While the Vanity didn’t achieve the fame or notoriety of Agree’s other beautiful ballroom, the Grande, it hosted some of America’s biggest music stars before finally closing its doors in the early 1980s.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

P45 — Détroit: les splendeurs de la disgrâce

P45 — Détroit: les splendeurs de la disgrâce | Detroit | Scoop.it

Fleuron du rêve américain au siècle dernier, Détroit nous a depuis donné à voir le pire de l’urbanité américaine. Et Eminem. Armé de miles Aéroplan et d’une invitation à un mariage, notre chroniqueur avait enfin une raison d’aller voir ça de plus près.

Je n’avais jamais pensé mettre les pieds à Détroit de ma vie. En fait, je n’avais même jamais réfléchi à Détroit tout court, exception faite d’un élan subit d’empathie l’an dernier quand j’ai pensé que si la Coupe Stanley serait revenue aux Red Wings, ça aurait été un baume sur les plaies ouvertes de la ville de l’automobile.

Je concédais volontiers que Détroit devait être une ville plate, probablement laide, probablement trash. Une ville américaine moyenne et déchue, comme j’en imaginais des centaines en juxtaposant mentalement des boulevards Taschereau et des autoroutes Décarie. Je croyais en avoir vu d’autres.

Or, les réactions que suscite la seule évocation de Détroit chez mes amis américains auraient dû me faire comprendre que j’étais dans l’erreur. À l’annonce de mon périple, tous se sont confondus en litanies à propos de la vétusté du centre-ville ou de son taux de criminalité à faire rougir le Dow Jones. Si je leur avais aussi parlé de Cleveland ou du Delaware pour comparer, j’aurais su que Détroit, c’était du sérieux.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

P45 — Détroit: les splendeurs de la disgrâce

P45 — Détroit: les splendeurs de la disgrâce | Detroit | Scoop.it

Detroit Doughnut City ou comment je me suis pris pour Mel Gibson

Ville-beigne au centre vidé de sa population, c’est ça, Détroit. Un gros beigne avec juste des trous.

La traversée de la ville d’une banlieue à l’autre ne me donne à voir que quelques âmes errantes, plusieurs liquor stores et restos de soul food aux façades défraîchies. V-i-d-e.

De métropole-incarnation de l’ère industrielle, Détroit est aujourd’hui un désert parsemé de gratte-ciel et de manufactures abandonnées où les maisons placardées se comptent par centaines.

La ville porte toujours les stigmates des émeutes de 1967, provoquées par la ségrégation raciale et la désindustrialisation, qui ont poussé les populations plus riches et blanches à migrer vers la banlieue. De fait, le centre comptait il y a 50 ans deux fois plus d’habitants qu’aujourd’hui, laissant une ville XL à une population de taille M, toujours au régime.

Entre les billboards m’invitant à me procurer un permis de port d’arme et les rues dénuées de toute forme de vie, j’ai l’impression de parcourir les ruines d’une civilisation déchue. Je songe à Palmyre et à Delphes, à Mad Max et aux casinos du centre-ville en guise de Thunderdome.

Difficile de ne pas être séduit.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Behind Detroit's Notorious Ruins

Detroit has rich a architectural history. Joel Stone of the Detroit Historical Society takes a look at some of the iconic buildings, architects, and neighborhoods that have contributed to this remarkable legacy.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Detroit : se réduire et verdir pour ne pas mourir - LeMonde.fr

Detroit : se réduire et verdir pour ne pas mourir - LeMonde.fr | Detroit | Scoop.it

Urbanisation inversée, désurbanisation, ruralisation, décroissance urbaine : quel que soit le nom qu'on lui donne, le maire de Detroit, Dave Bing, Michigan, pense avoir trouvé la solution à la déchéance de sa ville, ancien phare de l'industrie automobile ravagée par la récession.

Dans les années cinquante, Detroit résonnait encore comme une promesse aux oreilles d'une Amérique industrielle. La plus grande ville du Michigan accueillait alors près de deux millions d'habitants. Soixante ans plus tard, il n'en reste plus que 800 000, noirs à plus de 80 %, deux fois plus pauvres que dans le reste du pays. Une grande partie du centre-ville est à l'abandon : fenêtres et portes murées, usines désaffectées, quartiers fantômes ont transformé Motown et Notown.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Photos USA : Detroit en crise - Expo photo artistique de Q-SAKAMAKI

Photos USA : Detroit en crise - Expo photo artistique de Q-SAKAMAKI | Detroit | Scoop.it

Les Etats unis comme vous ne l'avez jamais vu. Le rêve américain a tourné au cauchemar…Grâce au réputé photographe japonais installé aux états unis Q. Sakamaki, découvrez cette étonnante série de photos ( noir & blanc ) pour ce sublime reportage qui fait ressembler les états unis à un pays du tiers monde dévasté par la guerre.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Detroit, capitale de l'automobile en déroute

La ville symbolise le déclin industriel américain, avec ses usines abandonnées et son chômage endémique. Minée par un déficit abyssal, Detroit lutte désormais pour son autonomie financière, alors que l'État du Michigan menace de prendre le contrôle des finances de la ville.

 

Ronde de surveillance pour Victor. Dans son quartier situé en bordure de Detroit, la police ne peut plus assurer une présence suffisante, faute de budget. Alors les riverains s'organisent : "On patrouille dans le quartier pour essayer de maintenir un certain degré de sureté pour les habitants", témoigne Victor Bonds, un habitant du quartier de Highland Park. La ville de Detroit, considérée comme le berceau de l'industrie automobile, croule maintenant sous les déficits. Le secteur a perdu des centaines de milliers d'emplois face aux concurrents européens et asiatiques. Et en 60 ans, un quart de la population a déserté la ville...

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Is Detroit the new Brooklyn? | Need to Know | PBS

Is Detroit the new Brooklyn? | Need to Know | PBS | Detroit | Scoop.it

Last weekend, the New York Times featured a story in its Style section about the onslaught of hip, young urban pioneers streaming into downtown Detroit. These “creatives,” as they are being called, are taking advantage of low rents and the opportunity to recycle this abandoned, blank slate of an urban landscape into something new and exciting. There are restaurateurs and entrepreneurs of all stripes living alongside environmentalists and urban farmers. The city, according to the Times, seems like “a giant candy store for young college graduates wanting to be their own bosses.” One woman said that there’s a cool party just about every evening. The article pointed out that even though recent census figures show that Detroit’s overall population shrank by 25 percent in the last 10 years, downtown Detroit experienced a 59 percent increase in the number of college-educated residents under the age of 35.

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Crumbling Elegance: The Towering Ruins of Detroit, Michigan |

Crumbling Elegance: The Towering Ruins of Detroit, Michigan | | Detroit | Scoop.it

Most of us are familiar with the lost city of Atlantis myth, but explore closer to home and you’ll find the lost city of Detroit. The city was once a boom town accounting for one of the largest collections of architecturally inspired buildings in America – impressive structures that still stand today, albeit gutted skeletons of their former selves.

 

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

"Ghosts of the Grande": Detroit's Abandoned Rock and Roll Palace |

"Ghosts of the Grande": Detroit's Abandoned Rock and Roll Palace | | Detroit | Scoop.it

When it opened in 1928, the Grande Ballroom was a popular venue for west Detroiters to enjoy jazz and dance to big band music. Then, four decades later, the Grande achieved immortal status in the annals of psychedelic rock history. Finally closing its doors in 1972, the abandoned ballroom has collapsed into decay and taken its place among Detroit’s incredible modern ruins. Now, Leo Early has catalogued the Grande Ballroom’s history, in the ultimate living memory of this important piece of Detroit history.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Detroit, la ville afro-américaine qui rétrécit, par Allan Popelard et Paul Vannier (Le Monde diplomatique)

Detroit, la ville afro-américaine qui rétrécit, par Allan Popelard et Paul Vannier (Le Monde diplomatique) | Detroit | Scoop.it

Ancienne capitale mondiale de l’automobile, Detroit n’a cessé de perdre de sa puissance. Et de sa population. La crise actuelle n’arrange rien. Les emplois industriels se font rares ; les maisons abandonnées à leurs créanciers se multiplient dans certains quartiers. Malgré tout, cette ville à majorité noire continue de faire confiance au président pour lequel elle a voté.

Par Allan Popelard et Paul Vannier

more...
No comment yet.
Scooped by liminaire
Scoop.it!

Abandoned Michigan Central Train Station - a set on Flickr

Due to the popularity of this subject, I am creating it's own set in order to maximize your viewing pleasure. :) This train station was open from 1913 until it was abandoned in 1988. It is THE icon of the "Detroit Ruins"
more...
No comment yet.