Des 4 coins du monde
Follow
Find tag "ONG"
11.0K views | +0 today
Des 4 coins du monde
Dans divers pays, des gens prennent la parole, se mobilisent ; des choses bougent. Restons à l'écoute.
Curated by L B-M
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Patagonia : Laine certifiée et élevage durable pour la Patagonie

Patagonia : Laine certifiée et élevage durable pour la Patagonie | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Patagonia, marque de vêtements de plein air, s’associe aux petits producteurs et à l’ONG The Nature Conservancy. Ils promeuvent des modèles de pâturage plus respectueux des milieux naturels de Patagonie.

La laine produite répond à la fois aux critères du commerce équitable et de l’élevage durable.

 

 

Élevage selon les standards de pâturage durable

Le réseau de producteur ovins OVIS XXI compte désormais deux alliés de taille dans son combat pour la préservation des écosystèmes patagoniques. La célèbre marque de vêtements Patagonia et l’ONG The Nature Conservancy (TNC) soutiennent son initiative éco-pâturage, couvrant déjà 1,5 millions d’hectares.

 

Ricardo Fenton, responsable d’OVIS XXI, décrit les grandes lignes du projet :

« L’idée est simple. Nous lançons un programme intégrant l’élevage de moutons selon des standards de pâturage durable. Ils ont l’énorme avantage d’enrayer l’avancée du désert tout en offrant des conditions de vente plus favorables sur le marché international. »

 

Les territoires concernés s’étendent dans les provinces argentines de Río Negro, de Neuquén, du Chubut, de Santa Cruz et de Terre de Feu, ainsi que dans la région de Magallanes, au Chili.

L’objectif est de couvrir 6 millions d’hectares au cours des six prochaines années.

 

 

Préserver la faune et la flore

Selon Carlos Fernández, membre de TNC, la notion de pâturage durable regroupe un ensemble de pratiques de gestion de l’habitat et du bétail ovin garantissant la régénération des zones herbeuses naturelles. Ce mode d’agriculture vise à préserver la faune et la flore locale.

Sur le terrain, c’est OVIS XXI qui se charge de former les professionnels à ces nouveaux modes d’élevage pour qu’ils obtiennent leur certification. Créée en 2003, l’entité cherche à promouvoir le développement durable de la filière ovine aux niveaux économique, environnemental, social et humain.

 

Le label laine durable délivré par OVIS XXI permet aux producteurs de bénéficier de prix d’achat plus favorables sur les circuits du commerce équitable.

 

 

Un engagement à long terme

C’est là qu’intervient le spécialiste du vêtement sportif Patagonia, qui a déjà acheté 65 000 kilos de laine peignée. La marque ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, comme l’explique son représentant argentin Raúl Costa :

« Il s’agit d’un engagement sur le long terme. […] Pour nous, il est essentiel de diminuer notre empreinte sur les prairies de Patagonie, de soutenir les producteurs locaux et de sensibiliser nos clients à une consommation responsable et de faible impact. »

 

Basée en Californie, la marque américaine Patagonia avait déjà fait parler d’elle grâce à son engagement en faveur de l’environnement. Depuis 1996, l’entreprise n’utilise plus que du coton issu de l’agriculture biologique.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Greens Japan ou l'entrée en scène du premier parti écolo nippon

Greens Japan ou l'entrée en scène du premier parti écolo nippon | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Signe que le mouvement anti-nucléaire prend racine au Japon, le 28 juillet est né le parti politique Greens Japan. Dans un pays où l’échiquier politique est traditionnellement bipartite, ce nouveau-né écologiste espère trouver sa place.

 

C’est un mini-coup de poker politique réussi dans un pays essentiellement dominé par le Parti libéral démocrate (au pouvoir quasiment sans interruption de 1955 à 2009) et le parti démocrate (PDJ). Samedi 28 juillet, le parti écologiste Greens Japan a vu le jour au pays du soleil levant.

Une première d'autant plus étonnante que depuis les catastrophes nucléaires qui ont secoué le Japon à travers son histoire – d’Hiroshima (août 1945) à Fukushima (mars 2011) - aucun parti politique vert n’avait réussi, avant lui, à se faire une place sur l’échiquier politique.

Pour Jean-François Sabouret, chercheur et spécialiste du Japon au CNRS, l'atterrissage politique réussi de Greens Japan est dû à deux facteurs : la prise de conscience collective sur les risques du nucléaire civil depuis la catastrophe de Fukushima, d'une part, et le rôle joué par les réseaux sociaux qui a permis au petit parti de se faire connaître rapidement, d'autre part.

 

"Après Hiroshima, la priorité était la reprise économique, après Fukushima, tout a changé"

"Dans les années 1990, d'autres avaient en effet essayé de créer un parti vert. Les différentes tentatives ont été des échecs. Les préoccupations de la population, à cette époque, n'étaient pas centrées sur l'environnement. Fukushima n’avait pas encore brutalement marqué les esprits et Twitter et Facebook n’existaient pas. Il était donc impossible de se faire connaître et de rassembler en un temps record les citoyens anti-nucléaire autour d’un projet commun", explique l’expert.

À Tokyo, il est vrai, la rue porte aujourd'hui les stigmates d'un changement "green". L’ampleur des manifestations anti-nucléaire depuis la décision du gouvernement, début juillet, de redémarrer un réacteur nucléaire à l’arrêt dans le Kansai a fait des émules. Les rassemblements, quasi quotidiens, réunissent à chaque fois des dizaines de milliers de contestataires.

 

Claude Meyer, professeur à Sciences-Po, spécialiste de l’Asie et auteur de "Chine ou Japon, quel leader pour l’Asie ?" partage l'analyse de son confrère du CNRS. Il tient toutefois à étayer son propos. Selon le chercheur, il est en effet important de justifier la naissance de ce parti en tenant compte aussi de l’évolution des mentalités japonaises depuis 1945. "Après la Seconde guerre mondiale et les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, la préoccupation des Japonais était la reconstruction du pays. Beaucoup se sont demandés pourquoi les Japonais ne sont pas devenus naturellement pro-environnement. Mais à cette époque, la reprise économique et la reconstruction du pays étaient obsessionnelles, la lutte anti-nucléaire complètement secondaire. Aujourd’hui tout est différent. Fukushima résonne comme un danger technologique et la population est déçue par la gestion de la catastrophe ", avance-t-il.

 

Un parti encore fragile et peu structuré

Reste à savoir si ce nouveau-né politique résistera au temps. Pour le moment, le parti tâtonne et n’a pas encore mis au point de véritable structure ni un programme politique clair. "Tout ce que je peux dire, c’est que ce parti vert regroupent des jeunes personnes, activistes ou élus locaux, beaucoup de femmes et qu’il tire son idéologie de la ‘Révolution des hortensias’ [mouvement de contestation de la jeunesse japonaise, né après le drame de Fukushima]", précise Jean-François Sabouret, "il place l’abolition du nucléaire comme priorité numéro un, mais on sait peu de choses de sa hiérarchie et de ses projets économiques ou sociaux."

Des lacunes que les écologistes devront s’atteler à combler rapidement avant qu’elles ne deviennent de lourds inconvénients. "Greens Japan ne compte en son sein ni de transfuges politiques, ni de ‘professionnels de la politique’", explique Jean-François Sabouret. "Son mode de fonctionnement est celui d’un mouvement associatif, sans poids et sans charisme pour contrer les deux géants politiques japonais", ajoute Claude Meyer qui insiste sur l’urgence à se structurer solidement.

 

"La politique, une affaire de gros sous"

Et Greens Japan n’est pas au bout de ses peines : car outre la consolidation de la carte politique et l'amélioration de sa vitrine marketing, le parti doit aussi réfléchir à son financement. Au Japon, insiste Jean-François Sabouret, "la politique n’est qu’une affaire de gros sous". Et les fonds risquent de manquer au jeune parti. "Des entreprises comme Tepco [compagnie d’électricité, gérant de la centrale de Fukushima] ont souvent arrosé les partis politiques de droite comme de gauche. Le clientélisme tourne à plein régime. Or, les sociétés du pays sont majoritairement pro-nucléaires, trouver des appuis ne sera pas simple", explique-t-il.

 

En attendant de trouver une solution à la problématique pécuniaire, le chercheur suggère à Greens Japan de jouer la carte de l’engagement international. "Les Verts doivent s’associer à d’autres partis écologistes dans le monde. Ils doivent se donner du poids, se faire connaître et, pour cela, sortir de l’archipel", argumente-t-il. Un conseil que les Verts semblent vouloir appliquer.

 

Greens Japan envisage de s’associer aux partis écologistes européens et à l’ONG internationale Greenpeace. Cette vitrine internationale sera-t-elle suffisante pour convaincre les Japonais du bien-fondé de son existence politique ?

Réponse dans les urnes, à l’été 2013, lors des prochaines législatives.

more...
No comment yet.