Des 4 coins du monde
Follow
Find
10.5K views | +6 today
Des 4 coins du monde
Dans divers pays, des gens prennent la parole, se mobilisent ; des choses bougent. Restons à l'écoute.
Curated by L B-M
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by L B-M
Scoop.it!

SONDAGE. 79% des Français inquiets vis-à-vis des OGM

SONDAGE. 79% des Français inquiets vis-à-vis des OGM | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Après la publication d'une étude qui révèle l'effet toxique du maïs transgénique sur le rat, le niveau de préoccupation des Français s'est élevé.

 

Après la dernière étude sur les OGM, qui révèle que le maïs transgénique est lourdement toxique et souvent mortel pour les rats, 79% des personnes interrogées s'inquiètent de la présence éventuelle d'OGM dans l'alimentation, selon un sondage Ifop réalisé pour "Dimanche Ouest France".

 

Ce taux de 79% (dont 38% de "très inquiets") est nettement plus élevé que le plus haut précédemment observé, 73% (28% de "très inquiets") en juillet 2000.

 

Femmes et hommes partagent une inquiétude proche (80% pour les premières et 79% pour les seconds). De même, ce taux reste élevé, quelle que soit la proximité politique de la personne interrogée : 84% parmi les sympathisants PS, respectivement 83% et 88% parmi ceux d'EELV et du Modem et 73% chez ceux de l'UMP et du FN.

 

En revanche, relève l'Ifop, "l'âge des personnes interrogées apparaît davantage comme un vecteur de différenciation". Les jeunes âgés de moins de 35 ans, bien que majoritairement inquiets (71%, mais seulement 57% pour les 18-24), le sont moins que les 35 ans et plus (83%).

 

La question posée était la suivante : "A propos de la présence éventuelle d'OGM dans les produits alimentaires, diriez-vous que vous êtes personnellement très inquiet, plutôt inquiet, indifférent, plutôt pas inquiet ou pas inquiet du tout ?"

 

Sondage réalisé les 20 et 21 septembre par téléphone auprès d'un "échantillon de 953 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus", selon la méthode des quotas.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

« Les moissons du futur » : un nouveau documentaire de Marie-Monique Robin à la gloire de l’agroécologie

« Ce sont les pesticides et le modèle économique qu'ils incarnent qui affament le monde », assure Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice pourfendeuse des lobbies agrochimiques.

 

Après s'être attaquée à l'industrie des semences et des OGM dans le film « Le monde selon Monsanto » et avoir dénoncé les dangers des produits chimiques sur la chaîne alimentaire dans « Notre poison quotidien », elle consacre le dernier opus de sa trilogie – « Les moissons du futur » – aux bienfaits de l'agroécologie pour nourrir la planète.

Ce documentaire dresse tout d'abord un état des lieux alarmant des conséquences de la « révolution verte » de l'après-guerre, avec « l'usage généralisé des engrais chimiques et des pesticides, la réduction de la diversité végétale au profit de variétés à hauts rendements, le recours à l'irrigation... »

Mais contrairement aux deux précédents, ce film se veut moins polémique et « résolument optimiste », en proposant l'agroécologie comme voie de salut. C'est-à-dire une agriculture biologique « qui ne se résume pas à un cahier des charges » mais qui doit « incarner un projet de société », en alliant respect des ressources naturelles, préoccupations sociales, qualité et hauts rendements.

 

Marie-Monique Robin l'affirme : « Il est tout à fait possible de nourrir le monde sans pesticides ». Son enquête part du rapport publié en 2011 par Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations unies, consacré au « potentiel de l'agroécologie pour faire reculer la faim et la pauvreté. »

 

Elle se poursuit aux quatre coins du monde, où des producteurs, des agronomes et des économistes viennent confirmer cette thèse en témoignant d'expériences agronomiques et économiques ayant fait leur preuve. Par exemple, l'association des cultures de maïs, d'haricots et de courges au Mexique (Milpa), la semence de soja au milieu de trèfle rouge et de seigle fraîchement coupé en Allemagne, la plantation « d'arbres fertilisants » au Malawi, ou encore l'alliance entre paysans et consommateurs au Japon (Teikei).

 

Au-delà de ces témoignages, on pourra regretter que la parole ne soit pas donnée aux tenants de l'agriculture conventionnelle, ou à ceux qui doutent que l'on puisse nourrir le monde avec le tout-bio. A moins de penser, comme l'auteure, que de telles positions relèvent uniquement de « la propagande des industries chimiques » ou du « lobbying de la FNSEA ».

Preuve de la difficulté d'avoir un débat serein en la matière, à l'heure où le gouvernement prône une « troisième voie entre agriculture conventionnelle et biologique ».

 

« Les moissons du futur - Comment l'agroécologie peut nourrir le monde », de Marie-Monique Robin.
- Diffusion le 16 octobre 2012 sur Arte, suivie d'un débat en direct de trente minutes qui se poursuivra par un vidéo-chat sur arte.tv/lesmoissonsdufutur.
- Sortie du DVD le 24 octobre 2012.
- Environ 150 projections prévues en France, jusqu'au 10 décembre 2012.
- Livre disponible dès le 11 octobre 2012.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM : Gilles-Eric Séralini, un scientifique engagé et critiqué

Le chercheur est à l'origine de l'étude publiée mercredi sur la toxicité soupçonnée d'un maïs OGM.

 

Si un mot doit résumer Gilles-Eric Séralini, c'est celui de ténacité. Depuis que ce chercheur a voué son activité scientifique à l'étude des effets des aliments transgéniques et du pesticide Roundup sur les êtres vivants, il n'a pas dévié d'un pouce, malgré le faible soutien de son institution de recherche et plusieurs polémiques.


Né en 1960, il étudie la biochimie et la biologie moléculaire et devient professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen en 1991. Il aurait pu mener une vie tranquille, attaché à l'étude du système hormonal. Mais il "rencontre" les OGM en 1997 et signe l'appel lancé par le botaniste Jean-Marie Pelt, qui demande, au nom du principe de précaution, un moratoire sur les cultures transgéniques, le temps d'en évaluer les risques.

 

M. Séralini va alors s'investir dans l'étude des OGM, maintenant un équilibre fragile entre une activité scientifique reconnue, notamment par de nombreuses publications scientifiques, et un engagement public contre les cultures transgéniques.

Il fonde en 1999 avec Corine Lepage le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), que rejoignent quelques chercheurs reconnus, tel Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum national d'histoire naturelle.

 

Tout en menant dans son laboratoire des études sur le pesticide Roundup et sur divers OGM, il est membre, de 1998 à 2007, de la Commission du génie biomoléculaire chargée d'autoriser les OGM. Isolé, il s'oppose souvent à la majorité des autres membres, des biologistes plutôt favorables aux cultures transgéniques. Parfait connaisseur des procédures européennes d'évaluation des OGM, il contribue à en faire connaître les faiblesses.

 

Ces critiques, documentées par plusieurs organisations écologistes, sont relayées au Parlement européen, qui adopte en juillet 2011 un rapport recommandant une revue des méthodes d'évaluation par l'Autorité européenne de sûreté alimentaire.

Gilles-Eric Séralini est vivement critiqué par d'autres scientifiques : Marc Fellous, président en 2010 de la Commission du génie biomoléculaire (CGB), l'accuse d'être "militant" et "marchand de peur". M. Séralini porte plainte pour diffamation, suivi par le tribunal, qui condamne M. Fellous en janvier 2011.

 

L'étude publiée le 19 septembre marque un tournant dans la carrière de M. Séralini. Si sa qualité est validée, il prendra une nouvelle stature. Sinon...

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM: Paris demandera une interdiction si leur danger est vérifié

DIJON - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé jeudi à Dijon que si le danger de certains OGM était vérifié la France défendrait au niveau européen leur interdiction, après une étude alarmante sur le sujet.

 

La publication d'une étude par des chercheurs français mettant gravement en cause l'innocuité à long terme du maïs transgénique NK 603 a provoqué la saisine immédiate de l'agence de sécurité sanitaire et de l'autorité européenne de sécurité des aliments, a rappelé le chef du gouvernement lors de son discours de clôture des Journées parlementaires du PS à Dijon.

 

J'ai demandé une procédure rapide, de l'ordre de quelques semaines, qui permette de vérifier la validité scientifique de cette étude, a-t-il ajouté.

 

Si les résultats sont concluants, Stéphane Le Foll défendra au niveau européen l'interdiction de ces OGM, a-t-il assuré.

 

Paris et Bruxelles ont saisi mercredi leurs autorités sanitaires respectives après la publication de cette étude choc, montrant des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong sur des rats nourris avec un maïs OGM de Monsanto importé en Europe.

 

La Commission européenne a annoncé le même jour le gel de l'examen de la demande de renouvellement de l'autorisation de culture accordée à Monsanto pour un autre OGM, le MON 810, en attendant l'avis de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur l'étude rendue publique.

 

Le MON 810 est l'un des deux seuls OGM dont la culture est autorisée en Europe. L'autre est une pomme de terre.

La France bataille depuis des mois auprès de l'Union européenne contre la culture d'OGM en Europe

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM: le professeur Séralini bientôt auditionné à l'Assemblée nationale

PARIS - Le professeur Séralini, auteur d'une étude sur les OGM aux résultats très inquiétants, sera bientôt auditionné conjointement par les commissions du Développement durable, des Affaires économiques et des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, selon un communiqué publié jeudi.

 

Aucune date n'a été communiquée pour l'instant, mais cette audition se fera au plus vite, selon une source parlementaire.

 

Qualifiant de très inquiétants les résultats de l'étude sur des rats nourris au maïs génétiquement modifié, le président de la commission du Développement durable Jean-Paul Chanteguet (PS) juge, dans ce communiqué, que cela confirme le bien fondé du moratoire des cultures OGM en France.

 

Quelques jours après la tenue de la conférence environnementale qui s'est notamment donnée pour objectif de prévenir les risques sanitaires liés à l'environnement, la publication de cette étude confirme la commission du Développement durable dans sa détermination à poursuivre sa mission d'information pour mieux légiférer, souligne-t-il.

 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé jeudi à Dijon que si le danger des OGM visés par l'étude était vérifié, la France défendrait au niveau européen leur interdiction.

 

Paris et Bruxelles ont saisi mercredi leurs autorités sanitaires respectives après la publication de cette étude choc, montrant une surmortalité rapide et des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong sur des rats nourris avec un maïs OGM de Monsanto importé en Europe.

 

La Commission européenne a annoncé mercredi le gel de l'examen de la demande de renouvellement de l'autorisation de culture accordée à Monsanto pour un autre OGM, le MON 810, en attendant l'avis de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur l'étude.

 

Le MON 810 est l'un des deux seuls OGM dont la culture est autorisée en Europe. L'autre est une pomme de terre.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Guide des produits avec ou sans OGM

Le guide des produits avec ou sans OGM fait par Greenpeace.

(cliquer sur le titre de cet article)

Pour :

- les poissons

- les viandes rouges et blanches

- la charcuterie

- les oeufs

- le lait

- le beurre et la crème

- les yaourts

- les flans

- les glaces

- les fromages

- les biscuits apéritifs

- les condiments et sauces

- les conserves et bocaux

- les pâtes

- les purées

- les soupes

- les produits diétiques

- la préparation pour les gâteaux 

- le pain et les viennoiseries

- les céréales pour le déjeuner 

- les biscuits

- les barres céréalières

- le chocolat

- les confiseries

- les plats cuisinés

- les plats surgelés

- les aliments pour bébés

- les aliments pour animaux de compagnie

 

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM et santé : l'étude qui confirme les craintes

OGM et santé : l'étude qui confirme les craintes | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Des chercheurs français ont étudié pendant deux ans l'impact sur 200 rats d'une consommation de maïs transgénique.

Et ont constaté des tumeurs et des pathologies plus fréquentes et plus précoces.

 

Une « hécatombe ». C’est le spectacle que découvre le professeur Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire, dans son laboratoire.

Deux ans que lui et son équipe étudient l’impact d’un maïs génétiquement modifié sur une population de 200 rats. Le résultat est sans appel : « Tous les groupes de rats, qu’ils soient nourris avec le maïs OGM traité ou non au Roundup, l’herbicide de Monsanto, ou encore alimentés avec une eau contenant de faibles doses herbicide présent dans les champs OGM, sont frappés par une multitude de pathologies lourdes au 13e mois de l’expérience », écrit Guillaume Malaurie, journaliste au Nouvel Observateur qui publie une longue interview du chercheur et les bonnes feuilles de son ouvrage à paraître la semaine prochaine [1]. 

 

Tumeurs mammaires chez les femelles, anomalies du foie et des reins chez les mâles, deux à cinq fois plus fréquentes que chez les animaux tests. Et aussi plus précoces. Jean-Paul Jaud, le réalisateur de « Nos enfants nous accuseront » a tiré un film de cette expérience. Sur les écrans le 26 septembre.


Après avoir « pris connaissance » de l’étude, le gouvernement a saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire pour une contre-expertise. Ces conclusions feront aussi « l’objet d’une analyse par le Haut conseil des biotechnologies » et seront « transmises en urgence à l’Autorité européenne de sécurité des aliments » à qui le cas échéant il sera demander de « prendre toutes les mesures nécessaires en termes de protection de la santé humaine et animale, mesures qui pourront aller jusqu’à suspendre en urgence l’autorisation d’importation dans l’Union européenne du mais NK 603 », a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

 

Interrogé sur la question, l’intéressée a répondu par mail : « L’EFSA a pris connaissance de rapports récents dans les média concernant un nouvel article de Séralini dans la revue « Food and Chemical Toxicology ». L’article en question n’a pas encore été publié. Conformément aux pratiques habituelles de travail de l’EFSA, nous prenons en considération tous les documents scientifiques pertinents en rapport avec nos travaux dans le domaine des OGM. »


[1] « Tous cobayes ! », par Gilles-Eric Seralini, Editions Flammarion, en librairie le 26 septembre

 

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

34 millions d’arbres plantés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à Rio de Janeiro

34 millions d’arbres plantés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à Rio de Janeiro | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Le Secrétariat de l’Environnement de l’Etat de Rio de Janeiro, par la voix de son secrétaire et ancien ministre de l’Environnement, Carlos Minc, vient d’annoncer cette vaste campagne de plantation d’espèces de la Forêt Atlantique d’ici 2015.

 

Ce reboisement s’inscrit dans le plan d’actions signé par le gouvernement de l’Etat en vue de la réalisation des Jeux Olympiques de 2016. Une des obligations établies dans le contrat concerne la réduction des émissions de gaz à effet de serre pendant l’événement.

Les zones qui recevront les boutures ont été définies. Les entreprises qui procèderont à des déboisements dans des zones préservées, quelqu’en soit le motif, seront responsables de la replantation. Le mois prochain, les autorités mettront en ligne un site internet où les citoyens pourront suivre le processus.

Carlos Minc annonce que le nombre de boutures qui seront plantées représente plus du double du besoin réel de l’Etat, qui est d’environ 15 millions d’arbres. Il affirme que, pour augmenter la précision des informations, une société a été engagée pour effectuer, d’ici décembre, une analyse impartiale des zones dégradées.

 

Cette campagne permettra de créer 5000 emplois directs. Pour répondre à la demande de boutures, 15 pépinières seront construites dans le nord-ouest de l’Etat. Elles seront accompagnées d’un projet de plantation d’hévéas et d’extraction de latex.

“Au-delà de la préservation, nous allons créer des emplois. Il ne s’agit pas seulement de planter, il faut également s’occuper du traitement de ces arbres. C’est un bienfait qui va au-delà de la réduction des gaz à effet de serre pendant les JO”, explique Carlos Minc.

 

D’après le secrétariat de l’Environnement, près de 200 000 euros seront investis dans cette campagne d’ici fin 2015. Les ressources proviennent du gouvernement fédéral et de celui de l’Etat de Rio, ainsi que d’entreprises privées.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Samedi 22 septembre, 24 heures pour nettoyer la planète

Samedi 22 septembre, 24 heures pour nettoyer la planète | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Samedi 22 septembre, 24 heures pour nettoyer la planète - TERRAECO.NET- A l’appel de l’association Let’s Do It France, vous êtes invités à participer ce samedi 22 à une vaste opération de nettoyage des sites parsemés de déchets...

 

Le mouvement est né en 2008 en Estonie, sur un sol parsemé de déchets. « Après l’occupation soviétique, l’attitude n’était pas très bonne en Estonie. On pouvait à peine marcher 200 mètres avant de rencontrer un nouveau tas de détritus. Et le gouvernement n’avait pas les moyens de faire grand chose », se souvient Rainer Nõlvak, aujourd’hui « motivateur en chef » du World Cleanup.

 

Alors il lance une « action de la dernière chance ».

Avec ses amis puis les amis de ses amis, il arpente pendant sept mois les routes estoniennes, notant scrupuleusement toutes les décharges illégales, formant semaine après semaine « la carte la plus laide du pays ». 10 000 tonnes de détritus en tout genre sont ainsi répertoriés. Pour les trier en 5 catégories et les évacuer en une seule journée (le moyen de rendre l’action plus « fun » et plus efficace, assure Rainer Nõlvak)

Il faut 40 000 personnes, selon les calculs de l’équipe.

50 000 répondent à l’appel le jour J aux 260 points de ralliement répartis à travers tout le pays. Soit 3,6% de la population. En retroussant leurs manches, les volontaires battent même des records de vitesse, expédiant le travail en cinq heures, grâce  quand même  à quelques machines.

 

Pour mener une opération de nettoyage de cette envergure, le gouvernement aurait dû débourser 22,5 millions d’euros et s’affairer pendant trois ans, assure une vidéo narrant l’opération.

« Nous n’avions pas ressenti ça en tant que nation depuis longtemps. Cette impression de pouvoir changer les choses. Ce n’était pas une manifestation contre quelque chose, on ne se plaignait pas, on ne demandait pas de l’argent, on mettait nos vêtements sales et on se mettait à l’action, pour une cause », se souvient Rainer.

 

Le succès de l’opération

Les organisateurs le doivent à une très forte mobilisation médiatique, au soutien de nombreuses personnalités du show biz, des politiques, des ONG. Seules les entreprises habituellement chargées de gérer les ordures ne voient pas la campagne d’un bon œil. Il faut dire que la chose est illégale : pour avoir le droit de gérer des ordures, il faut une licence spéciale. « Ils nous ont menacés. Ils nous ont dit : “ donnez-nous un million d’euros et on vous fait la même chose ”. Sauf que nous, ça ne nous a rien coûté. »

Le demi million d’euros de frais divers (notamment le carburant destiné aux camions ou aux tractopelles et les taxes pour le recyclage des déchets) a été réglé par près de 600 entreprises partenaires.

 

Et le résultat valait bien quelques suées. En Estonie, il est ensuite « devenu honteux de jeter des ordures dans la nature. Cela a changé l’attitude des plus récalcitrants. Certes, il y a encore des décharges illégales près des grandes villes mais en petite quantité. Les villes peuvent s’en occuper », souligne Rainer Nõlvak.

 

Débarrasser la planète de 100 millions de tonnes de détritus
Mieux, la campagne a fait des petits. Après l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, le Portugal, l’Inde, la Slovénie, la Serbie, la Finlande, la Roumanie, la Bulgarie, la Moldavie, l’Ukraine, le Cambodge, la Russie, la Hongrie et le Brésil lui emboîtent le pas. Seize pays en tout.

 

Alors pourquoi pas tous ? En février, le mouvement Let’s do it et son équipe de coordinateurs des premiers jours appelle les pays volontaires à se manifester. Huit mois plus tard, 60 nations ont répondu à l’appel. Leur objectif ? Débarrasser la planète des 100 millions de tonnes de détritus qui la jonchent illégalement.

Pour cela, il faudra 300 millions de participants dans chacun des pays. Le jour ne sera pas le même pour tous, questions climatiques oblige mais l’action devra avoir lieu entre le 24 mars et le 25 septembre 2012.

En France, elle se tiendra le premier jour. Utile pour la planète, pour la société aussi. « C’est une bonne manière de lier les gens entre eux. Nous avons finalement de la chance d’avoir les ordures pour ça », s’amuse Rainer Nõlvak.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Japon : destruction d’un barrage hydroélectrique pour des raisons environnementales

La destruction du barrage d’Arase, construit en 1955 pour produire de l’électricité propre, a commencé. Une victoire pour les habitants de la région, qui réclamaient la destruction du barrage pour des raisons écologiques depuis des années.

 

Mais c’est bien une première que cette déconstruction. Jamais au Japon une installation de production hydroélectrique n’avait été détruite sans être suivie d’un nouveau chantier pour ériger des installations plus puissantes.

En prenant la décision de détruire le barrage, les autorités ont implicitement reconnu que la production électrique du barrage ne justifiait pas les conséquences négatives pour l’environnement et la population locale.

 

Depuis les années 1990, les habitants de la région protestaient contre ce barrage qu’ils accusent d’avoir été à l’origine d’une pollution des eaux et d’une diminution drastique de la population de poissons. Selon les industriels de la pêche installés à Yatsushiro, commune sur laquelle repose le barrage, les prises ont chuté régulièrement depuis sa construction. « Auparavant, les poissons pouvaient remonter le fleuve sans problème. Avec cette barrière artificielle, beaucoup d’espèces ont vu leur taux de reproduction tomber en flèche », explique un pêcheur.

 

C’est donc une victoire pour les défenseurs de l’environnement, remarquable à l’heure où le Japon est confronté à une crise énergétique sans précédent. La fermeture de la majorité des centrales nucléaires après l’accident de Fukushima a fait chuter la production électrique, et le gouvernement n’a pas encore de solution au casse tête.

Pour réduire les émissions de CO2 sans vivre une période de pénurie électrique, le recours à l’hydroélectrique aurait du sens. Mais le pays devra donc désormais se passer de l’énergie fournie par le barrage d’Arase.

Le chantier commencé début septembre devrait se prolonger jusqu’à mars 2018. Le décommissionnement coûtera 8,8 milliards de yens (près de 88 millions d’euros) à l’état japonais.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Ecologie : les cinq mesures d'urgence de Nicolas Hulot

Ecologie : les cinq mesures d'urgence de Nicolas Hulot | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Pour alimenter la Conférence Environnementale, organisée par le Ministère de l'Ecologie, et qui se tiendra ce week-end à Paris, La Fondation Nicolas Hulot propose 5 mesures d'urgence à mettre en place dès maintenant.

 

En prolongement du Grenelle de l'Environnement, le Gouvernement Ayrault va organiser ce 14 et 15 septembre sa Conférence Environnementale dont l'objectif annoncé est de préparer et d'assurer la transition écologique. La Fondation Nicolas Hulot qui avait beaucoup oeuvré pour l'écologie pendant la présidence de Nicolas Sarkozy, remonte au créneau et précise à François Hollande quelles sont selon elle les changements écologiques à prendre en compte. Dès maintenant.


1. Création d' une banque de la transition écologique
Pour permettre aux entreprises, aux ménages et aux collectivités d'accéder à des financements pour leurs projets écologiques, La Fondation Nicolas Hulot propose la création d'une Banque de la transition écologique. Cette banque pourrait être dotée de 3 milliards d'Euros dès 2013. Elle serait alimentée par plusieurs sources : " suppression des niches fiscales défavorables à l'environnement, fléchage d'une partie de l'épargne (livret A ou LDD ?), ou encore recettes issues de la vente des quotas d'émissions de CO2 ".
Elle pourrait en outre , à l'image des autres banques, se refinancer auprès de la Banque Centrale Européenne.


2. Lancer un moratoire sur l'exploitation des énergies fossiles non conventionnelles
Pour la Fondation Nicolas Hulot, si les avantages économiques des ressources fossiles non-conventionnelles peuvent sembler intéressants à court terme, ils ne résolvent pas la question de la hausse du prix de l'énergie. Et leur exploitation est en totale contradiction avec l'objectif de limiter le réchauffement à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, adopté à Copenhague par la Communauté Internationale.

Leurs conséquences sur l'environnement immédiat peuvent être catastrophiques (pollution de l'eau, marées noires...), et très coûteuses pour nos sociétés. La principale voie pour réduire notre dépendance aux importations de ses énergies doit donc être la maîtrise de la consommation d'énergie.
Aussi , dans l'attente des conclusions du Grand Débat National sur l'Energie, et compte tenu des enjeux climatiques, la Fondation estime qu'il est " nécessaire d'établir un moratoire sur l'ensemble des nouveaux projets d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels. L'objectif de notre société doit être selon elle " la sortie des énergies fossiles ". Et elle préconise d' " interdire l'exploitation des nouvelles sources de pétrole et de gaz ".


3. Financer la rénovation de 400 000 logements de ménages en précarité énergétique
Pour lutter sérieusement contre la précarité énergétique, la Fondation Nicolas Hulot propose que l'Etat engage dès 2013 la rénovation de 400 000 logements détenus par des ménages qui ne disposent pas de la capacité d'engager des travaux lourds de rénovation et d'isolation, et qui sont exclus des dispositifs d'aides existants.

L'Etat et les Collectivités Territoriales pourraient prendre en charge, après un repérage effectué par les acteurs compétents (Préfectures dans les tables rondes départementales sur la précarité énergétique, Ademe, Anah...), des travaux de rénovations lourds, imposant le respect du cahier des charges " Bâtiments Basse Consommation - Rénovation ". Cela permettrait aussi de renforcer la formation des acteurs du bâtiment.


4. Diviser par 2 des subventions à la pollution d'ici 2017
Chaque année, des cadeaux fiscaux sont faits aux activités polluantes, comme le transport aérien, l'artificialisation des sols ou encore les agro-carburants.
Pour la Fondation Nicolas Hulot un engagement de réduction de la moitié des niches fiscales défavorables à l'environnement permettrait de programmer la fin des niches fiscales nuisibles à l'environnement en laissant aux acteurs le temps de s'adapter :
- réduction du tiers de la défiscalisation des agro-carburants, soit environ 65 millions d'Euros économisés, et la fin totale des subventions fin 2014 pour cette filière ;
- réduction d'un tiers de l'exonération sur le kérosène aérien en 2013, soit 400 millions d'Euros économisés cette année, et la fin totale de l'exonération fin 2015 ;

- réduction des exonérations de taxe sur les raffineries, pour un montant de 40 millions d'Euros en 2013.


5. Zéro artificialisation nette des terres en 2020
L'artificialisation des sols progresse en France de façon alarmante au détriment des terres agricoles et de espaces naturels. Ainsi tous les sept ans, l'équivalent d'un département français disparait sous le bitume et le béton. Elle est principalement causée par l'étalement urbain : développement des zones économiques à la périphérie des villes, des infrastructures de transport, et de zones résidentielles.

Pour la Fondation Nicolas Hulot, la France doit se fixer en ce début de quinquennat un objectif maximal de 10% d'artificialisation du territoire (contre environ 8,5 aujourd'hui). Cet objectif serait ensuite décliné régionalement, à l'image de certains pays, comme les Pays-Bas qui se sont dotés d'une limite maximum d'affectation des sols, pour atteindre l'objectif de zéro pour cent d'artificialisation des sols en 2020.

 

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Le Japon annonce l'arrêt total de sa production nucléaire d'ici 30 ans

Le Japon annonce l'arrêt total de sa production nucléaire d'ici 30 ans | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Depuis l'accident de Fukushima en 2011, les autorités planchent sur un "nouveau plan énergie" pour le Japon.

 

Le gouvernement japonais a annoncé, vendredi 14 septembre, l'arrêt progressif de la production nucléaire sur trente ans, dix-huit mois après l'accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl, il y a vingt-cinq ans.


Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l'Allemagne et la Suisse, à faire part de son intention de stopper ses réacteurs depuis l'accident du 11 mars 2011 à Fukushima Daiichi, consécutif à un puissant séisme et au passage d'un tsunami géant sur la région.

"Le gouvernement va instaurer toutes les mesures possibles pour amener la production nucléaire à zéro pendant les années 2030", a énoncé le gouvernement dans un document consacré au nouveau plan énergétique à établir.

Il a édicté trois principes pour parvenir à cet objectif : ne plus construire de centrale nucléaire, arrêter les réacteurs existants après quarante ans d'activité et, enfin, n'accepter le redémarrage des tranches suspendues qu'après des examens de sécurité menés par une autorité ad hoc.

 

Avant l'accident, l'énergie nucléaire représentait près de 30 % de la consommation de courant au Japon. Et les autorités prévoyaient d'augmenter cette part à 53 % d'ici à 2030. Mais cette catastrophe, qui a poussé une centaine de milliers d'habitants à fuir leur domicile, souvent sans perspective claire de retour, a complètement modifié la donne. Le sentiment anti-nucléaire a fortement augmenté parmi la population et des manifestations sont régulièrement organisées contre l'exploitation de l'atome.

La production nucléaire a fortement baissé depuis, et seuls deux des 50 réacteurs de l'Archipel sont actuellement en activité, dans le centre du Japon. Les 48 autres sont arrêtés, soit à cause d'un séisme, soit en raison des mesures de sécurité supplémentaires exigées par les autorités après l'accident.

Mais les compagnies d'électricité, soutenues par une bonne partie des milieux d'affaires, réclament à cor et à cri de pouvoir redémarrer des tranches arrêtées. Elles doivent en effet faire tourner leurs centrales thermiques à plein régime pour compenser le manque énergétique et doivent importer massivement des hydrocarbures, ce qui a plongé la balance commerciale dans le rouge. Les autorités risquent donc de faire face à d'importantes oppositions avant de parvenir à l'objectif qu'elles viennent de fixer.

 

Depuis des mois, les autorités planchaient sur un "nouveau plan énergie" pour le Japon, qui a dû fortement augmenter ses importations de gaz naturel depuis l'accident pour compenser la baisse de production nucléaire. La semaine dernière, le Parti démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche) de M. Noda a publié un programme énergétique qui devrait servir de canevas aux décisions du gouvernement.

Le programme du PDJ suggère, outre l'arrêt de la production nucléaire d'ici 2030, que le Japon développe davantage les énergies renouvelables, prenne des mesures d'économie d'énergie, exploite les ressources des mers entourant l'archipel et se fournisse à un prix raisonnable en GNL (gaz naturel liquéfié) et autres énergies fossiles, y compris les gaz de schiste.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Les Français très soucieux d'écologie et de santé environnementale

Les Français très soucieux d'écologie et de santé environnementale | Des 4 coins du monde | Scoop.it

Les Français, très soucieux d'écologie, attendent au premier chef de la conférence environnementale des décisions concernant l'impact de l'environnement sur la santé mais aussi sur la transition énergétique, selon un sondage publié mercredi.


Le sondage a été réalisé en ligne par l'Ifop, du 4 au 6 septembre, auprès de 1.004 personnes, à la demande du WWF et du Rassemblement pour la planète.


Plus de la moitié (52%) des personnes interrogées (63% chez les femmes, 41% chez les hommes) attendent des décisions sur les liens entre santé et environnement, un des cinq grands thèmes de la conférence.


Quelque 24% mettent au premier rang de leurs soucis la transition énergétique (32% des hommes, 17% des femmes), 9% la biodiversité, 8% la fiscalité écologique et 7% la place de l'environnement dans les institutions.


"Ce sondage confirme le grand intérêt des Français pour les questions de santé environnementale", souligne dans un communiqué Nadine Lauverjat, présidente du Rassemblement pour la planète, qui fédère plus de 50 ONG écologistes. "Le gouvernement doit maintenant prendre des engagements forts dans ce domaine".


Les Français, selon ce sondage, sont vraiment écolo.
Une écrasante majorité d'entre eux (94%) sont pour le développement de moyens de transport écologiques (transports en commun, covoiturage, vélo...), 74% pour une obligation de rénovation thermique de tous les bâtiments, 72% pour l'interdiction "définitive" de l'exploration et exploitation des gaz de schiste, 65% pour l'interdiction des forages en haute mer.


Sur le plan de la biodiversité, 95% veulent une pêche plus respectueuse de l'environnement, 82% une confirmation de l'interdiction des OGM, 71% la réintroduction de nouveaux ours dans les Pyrénées.


Dans le domaine santé-environnement, 95% sont favorables au lancement d'études sanitaires auprès des professions exposées et aux voisins d'installations à risque.
89% veulent la suppression des avantages fiscaux ou aides publiques à des activités néfastes à l'environnement, 85% des zones franches écologiques dans les quartiers sensibles, 60% la tarification progressive de la consommation d'électricité, mais 44% seulement une taxe sur la consommation d'énergie non renouvelable.
88% enfin veulent que soit obligatoire l'affichage environnemental sur les produits et services.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM: FNE demande un affichage sur les produits avec OGM dans les cantines

France Nature Environnement (FNE) a demandé vendredi que les cantines scolaires soient contraintes de signaler les produits servis qui contiendraient plus de 0,9% d'OGM, comme c'est le cas dans la grande distribution.

 

La fédération, opposée aux organismes génétiquement modifiés, formule cette exigence dans la foulée de la publication d'une étude ayant relancé le débat sur l'innocuité d'un maïs transgénique et qui va être examinée par les agences sanitaires européenne et française.

 

"L'étude conduite par l'équipe du professeur Gilles-Eric Séralini à propos de la toxicité d'un OGM constitue une très sérieuse remise en cause de la fiabilité des protocoles d'évaluation mis en place par l'industrie agroalimentaire", estime FNE dans un communiqué.

 

"Si l'étiquetage des produits contenant un taux d'OGM supérieur à 0,9% et vendus dans les grandes chaînes de supermarché est obligatoire, il n'en est rien pour ce qui est des produits utilisés par les restaurants et la restauration collective, à commencer par les écoles", poursuit l'ONG.

 

"On ne veut pas d'OGM dans les cantines, donc on veut les obliger à signaler les produits à base d'OGM, comme des crèmes dessert ou des sauces préparées, qui en contiennent plus de 0,9%", a expliqué à l'AFP Benoît Hartmann, porte-parole de FNE.

 

Selon la réglementation européenne, si des produits contiennent plus de 0,9% d'OGM, un affichage doit le signaler.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Convertir la chaleur en électricité : un nouveau matériau encore plus efficace

Convertir la chaleur en électricité : un nouveau matériau encore plus efficace | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Une équipe de chercheurs a développé un nouveau matériau thermoélectrique. Celui-ci serait le plus efficace au monde pour convertir la chaleur gaspillée en électricité. Une avancée qui ouvre de nouvelles perspectives dans le domaine de l'énergie renouvelable.

 

Le principe de la thermoélectricité consiste à recycler la chaleur perdue en électricité. Celle qui provient des tuyaux d'échappement des voitures, par exemple. L’idée était intéressante mais, concrètement, le procédé se heurtait jusqu'à présent à un manque d'efficacité des matériaux thermoélectriques. Un problème qui est en passe d’être résolu grâce au nouveau matériau développé par des chercheurs de l'Université de Northwestern (aux Etats-Unis).

 

Présenté hier dans la revue britannique Nature, ce matériau devrait permettre de convertir de 15 à 20% de la chaleur résiduelle en électricité utile. Les domaines d'application possibles seraient ainsi notamment l'industrie automobile ou les industries lourdes (raffineries, centrales au charbon et au gaz).

Utilisant des nanostructures, une armada de chimistes, physiciens, ingénieurs en mécanique et spécialistes des matériaux a collaboré à l'élaboration de ce nouveau matériau. Celui-ci est basé sur le tellurure de plomb (PbTe), un semi-conducteur utilisé pour la première fois pour fournir une source d'énergie thermoélectrique (et donc renouvelable) aux missions lunaires Apollo.

 

les chercheurs, le nouveau matériau présente un "facteur de mérite" (ou "ZT") de 2,2, soit le plus élevé jamais rapporté à ce jour (le facteur de mérite de la majorité des matériaux utilisés aujourd'hui étant de l'ordre de 1, à l’image de celui du générateur du rover martien Curiosity). "Notre système est le système thermoélectrique le plus performant à n'importe quelle température", a déclaré Mercouri Kanatzidis, l'auteur principal de l'étude cité par l'AFP.

 

"A ce niveau, il y a des perspectives réalistes pour récupérer la chaleur perdue à haute température et la transformer en énergie utile", a-t-il ajouté. Tom Nilges, chimiste à l'Université technique de Munich (Allemagne) a ainsi qualifié ces travaux de "bond de géant pour la thermoélectricité".

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

CRIIGEN - Etude unique, la plus longue et la plus détaillée sur la toxicité d'un OGM et du principal pesticide

CRIIGEN - Etude unique, la plus longue et la plus détaillée sur la toxicité d'un OGM et du principal pesticide | Des 4 coins du monde | Scoop.it
CRIIGEN, Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique...

 

Etude unique, la plus longue et la plus détaillée sur la toxicité d'un OGM et du principal pesticide

 


Etude unique : la plus longue et la plus détaillée sur la toxicité d'un OGM et du principal pesticide du monde.
Conséquences sur l'évaluation de tous les produits industriels. 

 

Unique study : the longest and the most detailed on the toxicity of a GMO and of the main pesticide in the world.
Consequences on the assessment of all industrial products. 

 

Estudio único: el más duradero y detallado sobre la toxicidad de un OGM y del principal pesticida del mundo. Consecuencias en la evaluación de todos los productos industriales.

 

Cliquer sur le titre pour accéder au site et aux informations concernant l'étude.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Greenpeace et FNE appellent à revoir les protocoles d'évaluation des OGM

PARIS - Greenpeace et France Nature Environnement (FNE) ont plaidé mercredi pour une réforme des protocoles d'évaluation des organismes génétiquement modifiés (OGM) après la publication d'une étude concluant à la toxicité d'un maïs OGM testé pendant deux ans sur des rats.

 

Cette étude renforce considérablement les inquiétudes portant sur les impacts négatifs des OGM sur la santé humaine et animale, a estimé dans un communiqué Anaïs Fourest, chargée de campagne OGM à Greenpeace.

 

L'Union européenne doit décréter un moratoire sur tous les OGM résistants aux herbicides en Europe, selon l'ONG.

 

Greenpeace plaide surtout pour une réforme de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), chargée d'évaluer les OGM, afin de protéger les citoyens européens et de cesser de servir les intérêts commerciaux exclusifs des entreprises de biotechnologie.

 

Pour France Nature Environnement (FNE), l'étude menée par Gilles-Eric Séralini, professeur à l'université de Caen, constitue une très sérieuse remise en cause de la fiabilité des protocoles d'évaluation mis en place par l'industrie agroalimentaire.

 

Générations futures, une association luttant contre les pesticides et les OGM, demande pour sa part que de telles études sur rats pendant deux ans soient immédiatement rendues obligatoires au niveau européen (...) et non pas seulement sur un durée de quelques mois, comme cela est pratiqué actuellement.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

OGM : le professeur Séralini dénie toute autorité à l'EFSA sur son étude

BRUXELLES - Le chercheur français Gilles-Eric Séralini, auteur d'une étude alarmante tendant à démontrer la toxicité des OGM, a dénié jeudi toute autorité à l'EFSA, l'agence européenne chargée de la sécurité des aliments, pour mener une contre-expertise sur ses recherches.

 

Il n'est pas question que ceux qui ont autorisé le (maïs transgénique de Monsanto) NK 603 réalisent la contre-expertise de nos données, car il y aurait un conflit d'interêt avec leur autorité et leur carrière, a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse au Parlement européen à Bruxelles avec l'eurodéputé française Corinne Lepage. 

L'EFSA est l'agence compétente au niveau européen en matière de sécurité des aliments et ses avis conditionnent les autorisations de commercialisation et de mise en culture des organismes génétiquement modifiés.

 

Elle a été saisie mercredi par la Commission européenne et si des faits scientifiques nouveaux sont démontrés, nous en tirerons les conséquences, a assuré Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire européen à la Santé, John Dalli, chargé du dossier des autorisations de mise en culture et de commercialisation des OGM.

 

Nous avons demandé à l'EFSA de rendre son avis aussi rapidement que possible et nous espérons l'avoir pour la fin de l'année, a-t-il indiqué.

 

Mais pour que l'EFSA puisse rendre un avis rapidement, elle doit obtenir de M. Séralini la communication des données brutes de son étude, a-t-on souligné de source européenne.

Corinne Lepage a modéré la prise de position du chercheur français. Nous ne voulons pas sortir de l'EFSA, mais nous ne voulons pas que ceux qui ont autorisé les OGM réalisent cette contre-expertise, a-t-elle déclaré. Mme Lepage fait référence aux scientifiques membres du panel OGM au sein de l'EFSA.

 

L'eurodéputée et le chercheur, tous deux membres du CRII-GEN, le comité d'information indépendante sur le génie génétique, ont dénoncé les conflits d'interêts au sein de l'agence. Plusieurs membres du conseil d'administration de l'EFSA et plusieurs scientifiques ont en effet des liens étroits avec l'industrie agroalimentaire.

 

L'EFSA peut faire appel à des experts toxicologues qui ne sont pas membres du panel OGM pour crédibiliser cette contre-expertise.

 

L'étude réalisée par l'équipe de Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'Université de Caen (France), a été menée sur 2 ans et démontre que des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié ont été frappés au bout de 13 mois par des pathologies lourdes, notamment des tumeurs.

 

Le professeur Séralini et Corine Lepage ont réclamé l'interdiction immédiate du NK 603 à l'importation et le réexamen de toutes les autorisations d'OGM et de pesticides.

 

Ils ont également demandé la généralisation des études sur deux ans pour les demandes d'autorisations et jugé que la durée de 90 jours proposée par la Commission ne sert à rien.

 

Une première réponse de l'UE dans l'attente des résultats de la contre-expertise pourrait être la suspension de l'autorisation de mise sur le marché accordée au NK-6O3 en 2004. Mais aucun Etat n'a demandé cette mesure, a indiqué la Commission.

 

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a annoncé jeudi que si le danger des OGM était vérifié, la France défendrait au niveau européen leur interdiction.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Bio contre OGM : les paysans contre l'industrie

Bio contre OGM : les paysans contre l'industrie | Des 4 coins du monde | Scoop.it

Après les révélations de l’étude sur les OGM dirigée par Gilles-Eric Seralini, la filière bio considère que l’argent public doit maintenant être réorienté vers les filières agroécologiques alternatives, l’agriculture biologique en tête. Le bio et les OGM sont-ils compatibles ? 

 

La FNAB (fédération de l'agriculture bilogique), le SYNABIO (le syndicat national des entreprises du bio) et BioConsom’acteurs rappelent que les fabricants d’OGM sont des vendeurs de pesticides (les plantes sont génétiquement modifiées pour résiter aux pesticides, ou pour produire leur propre pesticide, ndlr). Ils considèrent qu'il faut mettre un coup d’arrêt à la malhonnêteté des procédures de mises sur le marché, liée à des études d’évaluation des risques non contradictoires, réalisées sur de très (trop) courtes durées : "en acceptant les seules allégations des firmes, les autorités publiques n’assurent pas leur fonction de contre expertise. Cette sous évaluation systémique relève de la seule responsabilité des pouvoirs publics, il faut immédiatement réévaluer toutes les procédures d’autorisations des biotechnologies et des pesticides, comme le réclame le CRIIGEN".

 

Les représentants de la filière bio rappellent encore que des dizaines de millions d’euros d’argent public sont consacrés à la recherche sur les biotechnologies en France et au déploiement d’une filière agro-industrielle (grand emprunt par exemple) : "Cette année encore, le gouvernement va inscrire dans le projet de loi de finances 2013 des centaines de millions d’euros de subventions à la filière agrocarburant, production intensive en pesticides, dont il faut rappeler que leur présence dans l’eau génère un coût de dépollution exorbitant de 54 milliards d’euros par an (citant une source du Ministère de l’Ecologie, ndlr)".

 

Le débat en cours, qui n'est pas nouveau, oppose les défenseurs d'une agriculture de paysans, de cultivateurs, de fermiers qui respectent la nature, l'environnement, et le consommateur, à une agriculture industrielle dont les acteurs sont des chefs d'entreprises agricoles et des ouvriers (le moins possible) qui mettent en oeuvre des semences (le moins possible), des produits chimiques (le plus possible), des procédures, des matériels conçus à l'échelle mondiale par quelques multinationales.

 

Les premiers s'attachent depuis des millénaires à adapter leurs productions aux terroirs par l'utilisation et la protection d'un patrimoine vivant créé par des centaines de millions d'années de sélection ; les deuxièmes visent à remplacer la nature par des produits standards génériques dont ils auraient la propriété exclusive. Et peu importe les conséquences sur l'environnement et la santé puisque ces conséquences ouvrent de nouveaux marchés (stations d'épurations, médicaments, eaux minérales, recyclage des déchets par exemple) aux mêmes industriels. "Les 8 premiers fabricants de biotechnologies, sont aussi les 8 premiers fabricants de pesticides et les 8 premiers fabricants de médicaments" dit Gilles-Eric Séralini qui dénoncent des méthodes d'évaluation laxiste et "des experts minables".

 

Entre les tenants d'un monde de paysans et ceux de l'industrie, le dialogue n'est probablement pas possible. Gilles-Eric Séralini dénonce la malhonnêteté avec laquelle les pesticides et les OGM ont été mis sur le marché (il pèse ses mots dans la vidéo ci-dessous datée de 2011). Les paysans (aujourd'hui les petits fermiers et les agriculteurs bio) sont détestés aujoud'hui de la même manière par les capitalistes qu'ils l'étaient par les communistes (voir ici l'article de George Monbiot sur la capacité des petits fermiers à sauver le monde).

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Bové : "Je demande l'interdiction des 2 OGM autorisés dans l'UE"

Bové : "Je demande l'interdiction des 2 OGM autorisés dans l'UE" | Des 4 coins du monde | Scoop.it
A la suite de la publication par le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre des résultats d'une étude choc sur la toxicité des OGM, José Bové monte au créneau.

 

A la suite de la publication par le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre des résultats d'une étude choc sur la toxicité des OGM, José Bové, militant anti-OGM de la première heure et leader de la Confédération paysanne, réagit.

 

Votre première réaction ?

- Ce qui est sûr, c’est que cette étude est une première. Qu’elle est à ma connaissance de qualité scientifique manifestement irréprochable. Et que ce que l’on pressentait, c’est à dire la toxicité des plantes transgéniques, se vérifie quand on prend la peine d’aller voir. Bien sûr les industriels agro-semenciers vont dire que ce n’est qu’une étude et qu’il en faut d’autres. Eh bien qu’on en fasse d’autres ! Et même beaucoup !

 

Pour l’heure, vous demandez des mesures immédiates ?

- Oui, j’ai appelé ce matin le Commissaire européen John Dalli chargé de la Santé et de la Politique des consommateurs. Je lui ai demandé que soient interdits les deux OGM autorisés dans l’Union Européenne [le maïs Monsanto 810 et la pomme de terre Amiflora, NDLR]. Je lui ai demandé également la suspension des importations de soja et de maïs OGM des Etats-Unis du Brésil ou d’Argentine.

 

Et s’agissant des agences sanitaires ?

- Je vois régulièrement la directrice de l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa), Catherine Geslain-Lanéelle. Et je lui dis depuis longtemps que les évaluations disponibles jusque là sont lacunaires. Pas au niveau. Je crois qu’il faut désormais récuser le "principe d’équivalence en substance" qui prévaut au Canada, aux Etats-Unis et dans les instances du commerce international.

Non, un maïs OGM et un maïs naturel, ce n’est pas la même chose. Il ne suffit pas d’observer que les propriétés nutritives sont identiques. Ce principe a la même valeur scientifique que celui qui prétendait que la terre était plate au Moyen-âge.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Solar Decathlon : le concours de maisons solaires a ouvert à Madrid

Solar Decathlon : le concours de maisons solaires a ouvert à Madrid | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Un concours a débuté vendredi à Madrid donnera à voir des maisons écolos-solaires mises au point par 19 équipes universitaires du monde entier.

 

Ce sont 19 équipes universitaires du monde entier (cinq espagnoles, deux françaises, une franco-italienne, une italienne, deux allemandes, une danoise, une portugaise, une roumaine, une hongroise, une japonaise, une chinoise, une égyptienne et une brésilienne) qui vont s’affronter au deuxième Solar Decathlon Europe (SDE) de Madrid.

Les concurrents ont eu une dizaine de jours pour construire un prototype de maison ayant le soleil pour seule source d'énergie. Si ce concours a été baptisé décathlon, c’est que les concurrents doivent passer dix épreuves pour voir leur maison primée. Certains ont travaillé jour et nuit et ont eu du mal à être prêts pour l'ouverture de l'exposition.

 

Objectif du concours qui se déroule dans le bois de Casa del Campo, dans l'ouest de la capitale espagnole : "sensibiliser les citoyens à l'importance de l'environnement et la construction durable", indiquent les organisateurs.

Les équipes ont chacune reçu jusqu'à 50.000 euros de la part d’entreprises privées et de l'Etat espagnol pour mettre au point la maison "qui consomme le moins et qui produit le moins de rejet durant son cycle de vie". L’objectif pour les étudiants était de récupérer le maximum d'énergie solaire et d’en utiliser le minimum. Ils seront toutefois également jugés sur l'efficacité énergétique, le confort ou encore la convivialité et la communication avec l'extérieur.

 

Parmi les modèles présentés, on trouve ainsi une maison portugaise qui pivote à 180 degrés en fonction du soleil au moyen d'une commande électrique, explique Joao Agostinho, un étudiant en ingénierie de 23 ans. En effet, la villa portugaise de l'université de Porto, recouverte d'une "peau de panneaux photovoltaïques" orientable produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme et le reste sert à l'éclairage commun du "village" ou encore à recharger les voitures électriques. L

'équipe française de l'école nationale supérieure d'architecture de Grenoble a, elle, mis au point "un éco-système urbain avec des nano-tours" qui s'intègrent dans une ville et dont les deux derniers étages sont exposés.

Baptisé "Canopée" cet ensemble bénéficie, au dernier étage, d’un espace commun baigné de lumière sous un plafond de verre photovoltaïque. De couleur verte, celui-ci doit "donner un effet de canopée" et inspirer la détente, explique Christophe de Tricaud, étudiant en architecture de 25 ans et coordinateur du projet cité par l'AFP. Au-dessous, on retrouve un étage aménagé comme une maison avec dans les coursives extérieures des bacs pour le jardinage. A l'intérieur un espace avec un mur coulissant par commande électrique permet d'agrandir la cuisine ou le salon ou encore de faire une chambre supplémentaire.

 

Quant à la maison japonaise, elle est entourée d'une rizière et d'arbres fruitiers afin d’être auto-suffisante. Elle est aussi essentiellement tournée vers la convivialité avec des arômes de toutes sortes et des plantes grimpantes le long de filins. "Le concept est de sauver l'identité de la maison japonaise mélangée avec des matériaux modernes", explique l'un des étudiants de l'université de Chiba. "Notre maison est ouverte sur l'extérieur et est une invitation adressée aux autres pour qu'ils viennent nous voir", ajoute-t-il.

 

La première édition européenne du Solar Decathlon, une compétition organisée au départ par le département américain de l'Energie depuis 1999, avait attiré 200.000 visiteurs en 2010 à Madrid.

La Chine devrait organiser la prochaine édition de 2013 et la France celle de 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Data Center : la ferme solaire d'Apple pratiquement achevée

Data Center : la ferme solaire d'Apple pratiquement achevée | Des 4 coins du monde | Scoop.it

Une vidéo, filmée par la télévision WCNC, a montré l'état d'avancement de la future "ferme solaire" d'Apple, une structure capable de délivrer une puissance totale de 40 MégaWatts.

 

Il y a cinq mois, Apple avait annoncé vouloir fournir à ses Data Centers de l'énergie provenant de source renouvelable. C'est presque chose faite pour celui de Caroline du Nord (situé près de la ville de Maiden) et les premiers visuels sont assez impressionnants.

 

Le Data Center, en blanc sur les photos, sera effectivement alimenté par deux "fermes solaires", chacune disposant d'une superficie de 404.000 m⊃2; et pouvant diffuser 20MW chacune.

 Grâce à elles, 60 % de l'énergie du Data center proviendra d'une source "propre" et naturellement renouvelable.Apple prévoit également d'adjoindre une centrale de pile à combustible qui devrait produire 40 millions de Kw par heure.

 

L'ensemble serait, à l'heure actuelle, la plus importante "ferme solaire" des États-Unis ; elle pourrait, selon les dires d'Apple, fournir 10.874 foyers en électricité.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

David contre….. Monsanto!

David contre….. Monsanto! | Des 4 coins du monde | Scoop.it

Imaginez qu’une tempête balaie votre jardin et qu’à votre insu et sans votre consentement, des graines étrangéres génétiquement modifiées s’introduisent dans le potager que vous choyez depuis des années.

 

Quelques jours après, des représentants d’une multinationale frappent à votre porte, réclament tous vos légumes et portent plainte contre vous pour utilisation illégale de semences patentées en exigeant le paiement d’une amende de 20’000 euro.
Et le tribunal donne, en plus, raison à la multinationale.

Mais vous résistez…

 

Cette anecdote n’a malheureusement rien de fictif. C’est une réalité amère, à l’échelle mondiale et en particulier pour les canadiens Percy et Louise Schmeiser, détenteurs du Prix Nobel alternatif, qui se battent depuis 1996 contre le chimiste et fabricant de graines Monsanto.

Environ trois quart récoltes mondiales de plantes génétiquement modifiées sont issues des laboratoires Monsanto, une multinationale américaine à laquelle on doit les tristes inventions du DDT, du PCB et de l’agent orange.

 

Monsanto ne recule devant rien pour contrôler la chaîne de production allant des champs jusqu’à l’assiette du consommateur. C’est ce qu’ont vécu les agriculteurs Troy Rush, David Runyon et Marc Loiselle ainsi que milliers d’autres paysans dans le monde.

Ceux-ci ne luttent pas seulement contre Monsanto pour survivre en tant que paysans mais également pour pour la liberté d’expression et le droit de propriété.

 

Pourtant, c’est surtout l’avenir de leurs enfants et petits-enfants qu’ils se sont engagés, pour que ces derniers puissent grandir dans le monde exempt de nourriture génétiquement modifiée.

 

Ce film est porteur d’espoir : Pour tous les individus qui craignent de ne pas faire le poids face au monde de la politique, de la finance et aux multinationales. « David contre Monsanto » nous prouve le contraire.

 

Cliquez sur ce lien pour voir la vidéo http://showyou.com/lbm_t

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Cultiver ses légumes à l’intérieur avec une « windowfarm »

Cultiver ses légumes à l’intérieur avec une « windowfarm » | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Les windowfarms sont un système de culture hydroponique vertical conçu à partir de bouteilles en plastique recyclées que l’on place tout simplement devant sa fenêtre.

 

Et si vous faisiez pousser laitue, petits pois et poivrons dans votre appartement ? Pour cela, vous aurez besoin d’un peu de temps et de bouteilles en plastique recyclées pour adopter cet ingénieux système de « ferme de fenêtre » mis au point par une artiste new yorkaise.

 

L’engouement pour le jardinage devient presque sans limite. Le jardinage est devenu un des loisirs préférés des Français. Dans notre société hyperactive, un retour à la terre et aux activités saines fait le plus grand bien. Alors si s’adonner au plaisir de jardiner reste facile à la campagne, pour les citadins, c’est une autre histoire. Le projet Windowfarms va leur plaire. Il s’agit d’un système de culture hydroponique vertical conçu à partir de bouteilles en plastique recyclées que l’on place tout simplement devant sa fenêtre. C’est ingénieux, écolo, rigolo et cela permet à n’importe qui de cultiver des légumes dans son appartement !

 

A l’origine de Windowfarms, Britta Riley, artiste américaine qui vit à Brooklyn. Même si comme toute New-Yorkaise Britta voue une vraie passion pour la Grosse Pomme, il n’empêche qu’elle envie ceux qui produisent eux-même leurs aliments, car elle aime manger de bons produits frais dont elle connaît la provenance. D’où son idée de faire pousser ses propres fruits et légumes. Mais comment faire lorsqu’on habite un appartement en ville ?

L’artiste a ainsi eu la brillante idée de se servir de la lumière naturelle apportée par la fenêtre de sa cuisine. Elle y a installé un système équipé d’une petite pompe à air qui fait circuler par un goutte à goutte du terreau liquide dans les bouteilles remplies de billes d’argile.

Et voilà un potager vertical hydroponique : il n’y a pas besoin de terre pour cultiver !

Les Windowfarms permettent ainsi aux citadins de produire une partie de leur alimentation dans leur habitation toute l’année.

Pour concevoir le prototype, la jeune femme a utilisé son imagination, quelques fournitures et ce qu’elle a pu trouver dans les bennes de recyclage en bas de son immeuble. La Windowfarm, à l’instar d’un potager plus traditionnel, permet de consommer des légumes qui n’auront pas été traités chimiquement.

 

Une « ferme de fenêtre » peut faire pousser jusqu’à 25 plantes simultanément. C’est sûr, il n’est pas (encore ?) possible de faire pousser tout un potager devant sa fenêtre, et vous aurez encore besoin de votre AMAP ou votre magasin bio pour les carottes, pommes de terre, radis et compagnie. Cependant, les Windowfarms sont idéales pour les fines herbes, les laitues, les choux, les tomates cerises, les fraises, les poivrons, les cornichons, les piments, les petits pois etc.

A adopter aussi pour les plantes médicinales ! En infusion ou en inhalation, les aromates sont à privilégier pour soigner les petits maux avant d’avoir recours aux molécules chimiques : thym, romarin, origan, sarriette, pin sylvestre contre le rhume ; camomille, lavande, menthe, mélisse, tilleul, verveine, angélique contre les maux de tête ; marjolaine, origan ou mauve contre les maux de gorge, etc.

 

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Nicolas Hulot exige un moratoire sur les gaz de schiste

Nicolas Hulot exige un moratoire sur les gaz de schiste | Des 4 coins du monde | Scoop.it
A l'occasion de la prochaine conférence environnementale, Nicolas Hulot exige un moratoire sur les gaz de schiste...

 

L’écologiste Nicolas Hulot espère que la conférence environnementale qui aura lieu vendredi et samedi prochain par le gouvernement aboutira à des décisions concrètes.

Invité aujourd’hui sur RTL, Il a notamment soulevé la question de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste, faisant d’un moratoire une condition de succès incontournable pour cet événement.

 

La conférence environnementale aura lieu les 14 et 15 septembre prochains et traitera de la transition énergétique et de la préservation de la biodiversité. Elle devrait engager des travaux pour « élaborer des réponses » notamment « sur la fiscalité écologique » et « le lien entre la santé et l’environnement » a précisé Delphine Batho.

A cette occasion, Nicolas Hulot, invité sur RTL, a insisté sur les objectifs concrets à mettre en œuvre dès la fin de cette semaine, pour « définir une vision et un échéancier ».

« Ce qui serait bien, dans cette conférence, c’est que l’on acte de qu’on peut faire tout de suite, ce qu’on peut faire en cinq ans et ce que la France peut exiger dans la construction européenne. »

 

Selon lui, la conférence doit être l’occasion pour le président François Hollande de donner « de la profondeur, une vision et de la cohérence » à l’action publique en matière d’énergie et d’environnement.

L’écologiste attend notamment de la conférence qu’elle « pose le principe d’un moratoire sur l’exploitation des énergies fossiles non conventionnelles », autrement dit le gaz de schiste. « S’il n’y a pas un moratoire, ajoute-t-il, […] je pense que ça augure mal de cette conférence. »

more...
No comment yet.