Des 4 coins du monde
17.1K views | +3 today
Follow
Des 4 coins du monde
Dans divers pays, des gens prennent la parole, se mobilisent ; des choses bougent. Restons à l'écoute. Sur Twitter : @LBM_T
Curated by L B-M
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Le Japon confirme sa volonté de sortir du nucléaire

Le Japon confirme sa volonté de sortir du nucléaire | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Près d'un an et demi après l'accident de Fukushima, le premier ministre nippon a réaffirmé vouloir sortir du nucléaire "à moyen ou long terme".

 

Près d'un an et demi après l'accident de Fukushima, le premier ministre a de nouveau expliqué que les autorités planchent sur trois scénarios d'ici à 2030 : une production nucléaire représentant 20 à 25 % de la consommation d'électricité, une part de seulement 15 %, ou rien du tout dans l'hypothèse la plus "antinucléaire".


"La colère monte depuis que vous avez relancé des réacteurs bien que le désastre de Fukushima ne soit pas résolu", a lancé lors de la rencontre une représentante du mouvement antinucléaire. Depuis des mois, des manifestations sont organisées chaque vendredi devant les bureaux du premier ministre pour maintenir la pression sur le gouvernement et exiger la sortie du nucléaire.

 

COLÈRE DES MILITANTS ANTINUCLÉAIRES

Depuis décembre 2011, les réacteurs endommagés de la centrale Fukushima Daiichi sont en état d'"arrêt à froid" (température maintenue de façon durable sous les 100 °C), signe d'une amélioration.

Les émissions radioactives sur le site sont infiniment plus faibles actuellement qu'en mars 2011. Mais beaucoup reste à faire pour écarter tout risque d'aggravation de la situation. Les travaux de démantèlement des réacteurs et de nettoyage de la région prendront des décennies.

Si la totalité des 50 réacteurs japonais avaient été stoppés aux mois de mai et juin, le premier ministre a depuis autorisé le redémarrage de deux tranches de la centrale d'Ohi, dans le centre du pays. Cette décision a provoqué la colère des antinucléaires dont les manifestations ont pris de l'ampleur depuis. A la mi-juillet, les militants antinucléaires ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes lors d'un gigantesque meeting dans un grand parc de Tokyo.

Avant l'accident du 11 mars 2011 à Fukushima, la production nucléaire représentait près de 30 % de la consommation d'électricité et les autorités prévoyaient même d'augmenter cette part à 53 % d'ici à 2030.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Japon : le dernier réacteur nucléaire de Tepco à l'arrêt

Japon : le dernier réacteur nucléaire de Tepco à l'arrêt | Des 4 coins du monde | Scoop.it

L'opérateur japonais Tepco a mis son dernier réacteur nucléaire à l'arrêt. Une fermeture nécessitée par des opérations de maintenance.

 

Un an après la catastrophe de Fukushima, l'archipel nippon ne compte plus qu'un seul réacteur en activité. Mais celui-ci sera à son tour arrêté en mai prochain.

Tokyo Electric Power Co, l'opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima, vient de mettre à l'arrêt le dernier réacteur que la compagnie maintenait encore en activité. Il s'agit du réacteur n°6 de la plus importante centrale du monde, celle de Kashiwazaki Kariwa, située dans la Préfecture de Niigata à 250 kilomètres au nord de Tokyo.

L'arrêt de ce réacteur entre dans le cadre d'opérations de maintenance normales, indique le fournisseur d'électricité nippon.

Alors que le Japon ne dispose plus désormais que d'un seul réacteur en activité, avant que celui-ci ne soit à son tour arrêté le 5 mai, les autorités invitent la population a fournir encore d'avantage d'efforts. "Nous serons probablement en mesure de fournir un approvisionnement électrique stable, mais nous aimerions demander aux consommateurs de continuer à économiser l'énergie", déclare le président de Tepco Toshio Nishizawa dans un communiqué.

Si depuis la catastrophe de Fukushima, le Japon est privé de presque tous ces réacteurs nucléaires, le directeur de Greenpeace-Japon, Junichi Sato, cité par l'AFP, affirme que le pays parvient à surmonter cette crise. "Le Japon est pratiquement sorti du nucléaire, et l'impact sur la vie quotidienne est invisible (...) Avec une gestion adéquate de la demande, des mesures d'efficacité énergétique et des moyens existants de génération d'électricité de soutien plus que suffisants, rien ne justifie des pénuries d'électricité dans les mois à venir et rien ne nécessite qu'on se précipite à relancer les centrales nucléaires", assure-t-il.

 

Mais la population est inquiète à l'approche de l'été, une période qui connaît des pics de consommation d'électricité avec l'utilisation des systèmes de climatisation.

more...
No comment yet.
Scooped by L B-M
Scoop.it!

Le Japon peut se passer du nucléaire d'ici à 2030 selon le ministre de l'industrie

Le Japon peut se passer du nucléaire d'ici à 2030 selon le ministre de l'industrie | Des 4 coins du monde | Scoop.it
Le ministre japonais de l'industrie a jugé mardi envisageable que le Japon se passe complètement d'énergie nucléaire à partir de 2030, sans que cela porte préjudice à l'économie du pays.

 

"Nous pouvons le faire", a déclaré le ministre de l'économie, du commerce et de l'industrie, Yukio Edano, lors d'une conférence de presse, en réponse à une question sur les conséquences négatives d'un éventuel arrêt total des réacteurs d'ici là.
Le gouvernement nippon planche actuellement sur la définition d'un nou<veau bouquet énergétique, près d'un an et demi après l'accident nucléaire de Fukushima qui a rendu caduc l'objectif antérieur d'élever la part du nucléaire d'un peu moins de 30 % de la production d'électricité à 53 % d'ici à 2030.

 

Les autorités étudient actuellement trois scénarios possibles d'ici à 2030 : se passer totalement de l'énergie nucléaire, baisser sa part à 15 % de l'électricité ou ne la réduire que marginalement, entre 20 et 25 % de l'électricité produite.

"Je ne pense pas que le scénario zéro soit négatif pour l'économie japonaise", a souligné M. Edano. "Au contraire, il favoriserait la croissance car il faudrait développer les énergies renouvelables et améliorer notre efficacité énergétique, ce qui soutiendrait la demande intérieure", a-t-il précisé. Des experts désignés par le gouvernement ont précédemment affirmé qu'un scénario "zéro nucléaire" réduirait de 1,2 % à 7,6 % le produit intérieur brut de la troisième puissance économique mondiale en 2030.

 

Le sentiment antinucléaire s'est développé au Japon depuis l'accident de Fukushima de mars 2011, le pire depuis celui de Tchernobyl, en Ukraine, en 1986 et qui a forcé une centaine de milliers de riverains à quitter leurs logements. Des manifestations de plusieurs milliers de personnes, un nombre significatif pour le Japon, sont organisées chaque vendredi devant le bureau du premier ministre, Yoshihiko Noda, pour lui demander de ne pas relancer les réacteurs actuellement à l'arrêt et de faire sortir le pays du nucléaire.

 

Seuls deux réacteurs sur les cinquante du Japon sont actuellement en service, les autres ayant été stoppés soit à cause d'un séisme, soit en raison des nouvelles mesures de sécurité exigées par les autorités depuis Fukushima. L'archipel a même été complètement privé d'énergie atomique aux mois de mai et juin, avant que M. Noda n'autorise le redémarrage de deux réacteurs dans le centre du pays, provoquant la colère des antinucléaires.

more...
No comment yet.