UN LYCÉE QUI S'ÉCOUTE - REIGNER (74) | | DESARTSONNANTS - CRÉATION SONORE ET ENVIRONNEMENT - ENVIRONMENTAL SOUND ART - PAYSAGES ET ECOLOGIE SONORE | Scoop.it

ÉCOUTE IN SITU - LYCÉE PROFESSIONNEL DE REIGNER (74) 
De retour de Reigner, village perché au pied du Salève et des Aravis, après quelques belles journées en immersion avec les sonorités d'un lycée professionnel agricole et une classe de terminals.
Acte premier : Qu'est-ce qu'un paysage sonore ? Comment l'écoute t-on, le construit t-on ? Quels sont les pratiques, gestes artistiques, les acteurs qui le mettent œuvre ? Et l'écologie sonore ?
Acte 2 : Se promener dans l'établissement pour l'écouter, voire l'ausculter. Des sons, des ambiances, des acoustiques que l'on traversent, ou qui nous traversent sans que nous en ayons conscience.
Acte 3 : Comment mettre en scène et galvaniser l'écoute des lieux avec les "moyens du bord" ? On pense à des lieux ventés, une mare avec une fontaine, une pelouse centrale... On imagine, on griffonne des dispositifs, principes de lutherie "sauvage", jeux sonores, scénophonies (terme emprunté à Emmanuelle Gibello) et postures d'écoute...
Acte 4 : On part récupérer des bambous et autres végétaux, pierres, tiges métaliques, objets divers... On assemble, on teste, on construit, on reconstruit, on se frotte au lieu, on écoute, on modifie, trop sonore, pas assez... Comment montrer les modes de jeux, inviter ? Et la solidité, l'ergonomie, la qualité sonore, l'échelle du lieu...On dessine, cherche des textes accrocheurs, des pictos, des "discours" de présentation... Chacun met ses savoir-faire en commun, bricoleurs, graphistes, guide-orateurs, multi-tâches...
Acte 5 : Trois lieux investis, des esthétiques différentes, jeux sonores, hamac pour s'immerger dans les sons ambiants, bambous plongeant au cœur d'une fontaine pour en capter les glougloutements internes et itimes, arbres à sons et à lumière, construction sthétoscopée, cartels explicatifs, incitatifs... Les lieux sonnent en fonction du vent, des interactions des utilisateurs, de l'eau... On modifie en fonction de l'environnement, il s'agit d'amener des touches sonores qualitatives, et surtout de ne pas envahir l'espace !
Au final, un groupe de jeunes étudiants investis, qui ne lâchent rien, heureux de leurs expérimentations et réalisations sonores, et qui maintenant mesurent, entre autre, l'impact acoustique de la ventilation des cuisines sur la cour centrale.