Pourquoi une revue de géographie propose-t-elle un numéro consacré au bruit et au son, domaines réservés plutôt jusqu’alors à la musicologie, au droit ou à la sociologie ?