DEFENSE NEWS
749.5K views | +1.3K today
Follow
DEFENSE NEWS
Principaux articles concernant le monde de la Défense, de ses industriels et des armements et technologies.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Chine, le Xian Y-20 « Kunpeng » bientôt en service

Chine, le Xian Y-20 « Kunpeng » bientôt en service | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Base aérienne de Yanliang, province du Xi’an, le premier exemplaire de série de l’avion de transport militaire chinois Xian Xian (XAC) Y-20 « Kunpeng » a effectué son vol inaugural. Une fois les essais terminés, l’avion pourra entrer en service au sein de l’armée de l’air chinoise de libération (PLAAF).

Le premier prototype du Xian Y-20 a volé pour la première fois en janvier 2013. Depuis, il a été rejoint par trois autres appareils. Le service d’information de l’avionneur chinois Xian Aircraft Industrial Corporation a de son côté déclaré que le développement de l’Y-20 était maintenant achevé et pourra entrer en service dans le courant de l’année.

L’avion va principalement commencer son servie au sein de l’armée de l’air. Mais, il semble que la Marine chinoise s’intéresse également à l’avion et pourrait prochainement le commander.

Le Xian Y-20 « Kunpeng » :

Le Xian Aircraft Industrial Corporation Y-20 « Kunpeng » est l’aboutissement d’un long programme, devant permettre à la Chine de se doter d’un appareil lourd de transport militaire stratégique. D’une envergure de 50 mètres, l’Y-20 est propulsé par quatre réacteurs d’origine russe de type Soloviev D-30P-2 pour l’instant. Selon les premières déclarations chinoises, les avions de séries devraient recevoir des réacteurs WS-20 chinois. L’avion utilise de nombreux matériaux composites. Pour abaisser les coûts de fabrication, plusieurs éléments ont été produit à l’aide d’imprimantes 3-D.

Exploité par un équipage de trois personnes, l’Y-20 est conçu pour transporter jusqu’à 60 tonnes de fret jusqu’à 4’400km (2'734 miles) à une vitesse de croisière de mach 0,75 et avec un plafond pratique de 13'000 mètres (42'700 pieds). Selon l’avionneur chinois, l’avion est capable de décoller sur 700 mètres. L’avionique comprend quatre grands écrans couleurs EFIS.

Il semble également que l’avionneur prépare une version dotée d’un radar d'alerte précoce (AEW), d’une version de guerre électronique et d’une variante destinée au ravitaillement en vol.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Making Gripen fighters in India not favoured by IAF

Making Gripen fighters in India not favoured by IAF | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Swedish defence major Saab plans to Make its Gripen fighter in India has roadblock with stiff resistance coming from Indian Air force said well-informed sources close to idrw.org. IAF is not in favour of ordering 4.5+ Gen fighter jet, even though SAAB has offered India technical help in the development of indigenous AMCA 5th generation fighter aircraft in lieu of orders for its Gripen fighters which lost out of Medium Multi-Role Combat Aircraft tender in 2011 which was won by French Rafale fighter jets.

At present India is negotiating with France for procurement of 36 Rafale fighter jets out of 126 requested by Indian Air Force under Medium Multi-Role Combat Aircraft tender and Defence minister Parrikar already has confirmed that by end of this year another vendor will be selected who will make up to 90 fighter jets in India with active participation from Private sector company with major transfer of technology .

Saabs Gripen which belongs to same class as indigenous Light Combat Aircraft Tejas is finding no takers in IAF which now considers Tejas a better product compared to Gripen due to endless customization options offered by the indigenous fighter jet for which IAF has already placed first mass order for 106 jets with upgraded Avionics over previously 20 already ordered and according to many defence analyst numbers will finally touch 300 + with production line chunking out upgraded LCA -Tejas over next few years which will replace all retiring Mig-21s and Mig27s and is clearly not interested in placing orders for aircraft in same class as LCA .

American Aerospace giant Boeing and Lockheed Martin both are aggressively pitching upgraded F-16 and F-18 SH fighter jets under Make in India and have agreed to set up a new production line in India if ordered by Indian Air Force. Russia too is offering its Mig-35 fighter jets but the company spokesperson confirmed to idrw.org previously that there have been no official back channel talks over the sale of Mig-35 with India.

Both American legacy fighter aircraft F-16 and F-18 will finally end their production run by 2020 in their US facilities and both companies are keen to transfer their production line to India to meet India’s requirements. Defence analyst Ranesh Rajan believes India is trying to leverage best possible collaboration of US companies in the development of AMCA, Naval LCA and new jet engines for the AMCA.

NOTE : Article cannot be reproduced without written permission and Direct Citation to Article link or mention of idrw.org or IDRW NEWS NETWORK has to be mentioned .
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Des OH-58D pour la Croatie

Des OH-58D pour la Croatie | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le 25 février, le ministère de la Défense des Etats-Unis a annoncé l'achat par la Croatie d'un escadron d'hélicoptères OH-58D Kiowa d'occasion. Le contrat, de 41M de dollars, porte sur 16 hélicoptères et 3 simulateurs.

L'acquisition de ces appareils entre dans le cadre du programme américain Excess Defense Article (EDA). Ce dernier vise à fournir les surplus d'équipements de l'armée américaine à des forces étrangères afin de les doter de capacités plus modernes. Selon les déclarations du chef de l'Etat-major général des forces armées croates : « la réalisation de ce projet est d'une importance stratégique pour la défense de notre pays ».

Les 16 OH-58D américains devraient être retirés du service aux Etats-Unis d'ici fin 2016. Ces hélicoptères ont cumulé un nombre d'heures de vol limité, la plupart ayant volé entre 100 et 600 heures.

Des négocations entre Washington et Zagreb, portant sur l'acquisition de Black Hawk UH-60 avaient débuté en 2014. Les discussions n'ayant pas abouti, la Croatie s'est finalement tournée vers les hélicoptères militaires de reconnaissance de Bell.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un incendie à la DGSE

Le Canard enchaîné nous apprend, dans son édition à paraître ce mercredi, qu’un incendie a eu lieu, dans la nuit du 28 au 29 février, au siège de la DGSE, boulevard Mortier à Paris. « La tour des espions, située au milieu de la caserne Mortier, a cramé » écrit l’hebdomadaire.

À la DGSE, on confirme cette information mais avec quelques bémols. Un « début d’incendie dans un local technique, détecté assez tôt » a en effet nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers de Paris. Le bâtiment a été évacué par crainte d’émanations toxiques, mais l’incendie n’a fait aucun blessé.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus Helicopters launches HForce common weapons system

Airbus Helicopters launches HForce common weapons system | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Airbus Helicopters has unveiled a common weapons system for its range of civil-derived military helicopters, giving operators an affordable and incremental upgrade path.

In development for the last two years, the new system – dubbed HForce – will initially be available on the H225M, with a number of integration milestones already passed, says Philippe Kohn, operational marketing manager at the manufacturer.

So far ballistic weapons have been added to the 11t-class platform, including an FN Herstal 12.7mm machine gun, Nexter 20mm cannon and 70mm unguided rockets. Live test firings as part of a qualification campaign will take place later this year.

Integration of guided weapons will be complete by year-end, adds Kohn.

Key to HForce is the use of a common Rockwell Collins Deutschland mission management system across the three helicopters initially enrolled in the programme: the 2.5t H125M, the medium-class H145M, and the heavy H225M.

This will allow operators to order the helicopter in a baseline configuration without weapons, yet still retain the ability to easily upgrade them.

“Incremental means you will buy the helicopter you need when you can afford it because we can come back to plug and play weapons on it,” says Kohn, who describes the solution as a “Swiss Army knife”.

He says: “Even if you buy Option Zero [on the H125M] your neighbours know you will be able to transform it into a light attack helicopter very quickly.”

Ballistic weapons can be fired by the pilot alone, using his helmet-mounted sight display, or with the addition of an electro-optical/infrared targeting sensor – initially the L-3 Wescam MX-15/20 – the co-pilot can effectively act as a gunner. Guided weapons would also be controlled by the gunner.

“For the first time on such a commercial helicopter we can split the workload in two… just like on an attack helicopter,” says Kohn.

Around eight potential nations are “deeply interested” in acquiring new helicopters equipped with HForce, he says. The H225M being utilised for flight testing is a customer model, taken from the line early in anticipation of a three- or four-unit order.

Two additional countries are keen on a retrofit programme. This is mainly focussed on the installation of the new mission computer and electrical systems.

Air-to-ground guided missiles will be available on request, although the customer will fund the integration work. And, depending on customer demand, air-to-air missiles could be provided later.

“But the key is to gather all these things into an incremental weapons system. If a customer comes and asks us for something different – a specific machine gun, for example – then we will have to develop it,” says Kohn.

“But we wanted to be realistic. We have the people who have the knowledge to integrate on all kinds of helicopters these kinds of weapons.”
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La Russie et les USA veulent éviter un conflit involontaire en Syrie

La Russie et les USA veulent éviter un conflit involontaire en Syrie | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Les responsables du Pentagone et du ministère russe de la Défense se sont entretenus lors d’une visio-conférence le 29 février pour la mise en application d’un protocole d’accord bilatéral sur la sécurité des vols dans l’espace aérien syrien qui a été signé le 20 octobre 2015.

« Les deux parties ont discuté des mesures visant à renforcer la sécurité des opérations contre l’État islamique, ainsi que les moyens d’éviter les accidents et la confrontation involontaire entre la coalition et les forces russes à chaque fois que les deux parties opèrent à proximité, » stipule la déclaration, ajoutant que « la réunion d’aujourd’hui fait suite à des visio-conférences précédentes entre les deux ministères en janvier 2016 et octobre 2015 pour discuter de la sécurité des opérations aériennes de la coalition en Syrie. La discussion a été constructive et les deux parties ont convenu de poursuivre les discussions en matière de sécurité dans ce format à l’avenir « .

Le protocole d’accord signé entre les Etats-Unis et la Russie couvre des questions telles que le maintien de la discipline aéronautique professionnelle, l’utilisation des fréquences spécifiques de communication, et la mise en place d’une ligne de communication sur le terrain, qui sont conçus pour éviter les conflits involontaires dans le ciel syrien, où les deux les parties mènent des opérations aériennes intensives depuis le 30 septembre 2015.

Depuis que la Russie a lancé sa propre campagne aérienne unilatérale sur la Syrie en septembre 2015, l’une des principales préoccupations des planificateurs militaires occidentaux a été un conflit involontaire entre la coalition et des avions russes qui mènent également leurs opérations parallèles mais distinctes.

Les Etats-Unis avaient protesté auprès de la Russie sur un certain nombre d’opérations aériennes menées sans préavis, notamment des tirs de missiles de croisière Kalibr sur le nord de l’Iran, dans la mer Caspienne en Irak, et en Syrie le 7 octobre à 2015.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Cinq nouvelles armes russes qui ont fait leurs preuves au combat en Syrie

Cinq nouvelles armes russes qui ont fait leurs preuves au combat en Syrie | DEFENSE NEWS | Scoop.it
es résultats de l'opération lancée par Moscou contre les terroristes en Syrie ne seraient pas si impressionnants sans les armes de pointe russes.

Ces derniers mois, l'armée gouvernementale syrienne a reçu beaucoup de nouvelles armes de production russe, entre autres des fusils d'assaut AK-104, des gilets pare-balles, des casques, des véhicules blindés Tigr et UAZ Patriot, des fusils de précision VSS Vintorez, des chars T-90, des canons Msta-B et des camions militaires KAMAZ 63501 et Ural-4320.

Des experts militaires ont dressé une liste des cinq armes russes qui ont brillé par leur efficacité lors de l'opération antiterroriste en Syrie.

1. Chasseurs-bombardiers polyvalents Su-34 et Su-35
Les chasseurs-bombardiers multirôles russes Sukhoi Su-35 participent à l'opération antiterroriste russe en Syrie depuis son lancement en septembre 2015. Ce chasseur a été livré à l'armée russe en 2015. En février 2016, quatre nouveaux chasseurs monoplaces russes Su-35S sont arrivés à la base de Hmeimim. Ces avions de génération 4++ peuvent faire face aux chasseurs de 5e génération américains.

"Le succès des frappes effectuées par les Su-34 et Su-35 contre les cibles terroristes attire des acheteurs potentiels. Ces avions sont très performants et les acheteurs le comprennent", explique Igor Korottchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial des armes.

Selon Rouslan Poukhov, directeur du Centre russe d'analyse des stratégies et des technologies, l'Algérie, le Vietnam, l'Indonésie et la Chine manifestent de l'intérêt pour ces avions. Il est cependant peu probable que Moscou signe un contrat avec la Chine pour éviter que ces appareils soient utilisés contre lui, d'après l'expert.

2. Systèmes de missiles multirôles Kalibr-NK
Quatre navires lance-missiles de la flottille russe de la Caspienne ont tiré simultanément 26 missiles Kalibr-NK 3M-14 contre 11 sites terroristes en Syrie à la fin de 2015. Les missiles ont franchi une distance de 1.500 km pour atteindre leurs cibles. Les caractéristiques des missiles 3M-54, 3M-541 et 3M-14 sont classées secret d'Etat. Selon certaines informations, la portée de ces missiles est de 350 km pour les cibles navales et de 2.600 km pour les cibles terrestres. Le poids de l'ogive dépasse 200 kg.

"Nous avons utilisé les missiles Kalibr surtout pour montrer à l'Otan que nous avons le bras long, mais aussi pour accomplir des missions tactiques. La Russie a ainsi confirmé son statut de puissance technologique. Seuls la Russie, les Etats-Unis et la France produisent des missiles conventionnels de précision. C'est un facteur de dissuasion", estime M.Poukhov.

3. Bombardier stratégique Tu-160
Le bombardier stratégique Tupolev Tu-160 Cygne blanc (Code Otan: Blackjack) a connu son baptême du feu en Syrie. Destiné à effectuer des frappes nucléaires au moyen de missiles de croisière de longue portée, cet avion a une autonomie de vol de 14.000 km. En Syrie, les Tu-160 ont pour la première fois largué des bombes guidées KAB-500 et tiré des missiles à guidage laser Kh-29L ainsi que des missiles balistiques de précision Kh-101.

"Les récentes missions des Tu-160 sont un succès. Il est désormais clair que cet avion, qui fait partie de la +triade de dissuasion nucléaire+, peut aussi jouer d'autres rôles, puisque nous avons utilisé des missiles conventionnels en Syrie", indiqué M.Poukhov.

4. Système lance-flammes à roquettes TOS-1A Solntsepek

Le nouveau lance-flammes à roquettes russe TOS-1A Solntsepek ("Grand soleil") a aussi fait sa réputation en Syrie. Ce système tire des roquettes thermobariques dont l'ogive (30 kg) contient un réservoir de liquide volatil. Ces lance-flammes sont surtout efficaces en montagne où près des sites fortifiés. Une salve de Solntsepek couvre une superficie de 4 hectares, ce qui équivaut à l'explosion d'une petite bombe nucléaire.

"Le système lance-flammes lourd Solntsepek s'est montré très efficace lors des opérations organisées par les forces armées syriennes", note Igor Korottchenko.
5. Blindé BTR-82A1Le blindé de transport de troupes BTR-82A1, doté d'un canon automatique de 30 mm et d'une mitrailleuse de 7,62 mm a aussi été testé au combat en Syrie. Ce véhicule blindé, en service opérationnel dans l'armée russe depuis 2013, est capable de raser des structures blindées le jour comme la nuit, en position fixe comme en mouvement, grâce à ses systèmes de guidage numériques. Selon l'édition américaine Defense News, le blindé Stryker, l'un des engins les plus avancés de l'US Army, devrait avoir un canon plus puissant pour pouvoir rivaliser avec le BTR-82A.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Ottawa envisage d'acheter des drones pour l'armée

Ottawa envisage d'acheter des drones pour l'armée | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a tranquillement commencé à recueillir des renseignements au sujet des drones qu'il souhaite acheter pour les Forces armées canadiennes et s'attend à ce que l'industrie de l'armement lui revienne avec des propositions d'ici la mi-avril.

Cet exercice ouvre toutefois la porte à un débat potentiellement pénible : le véhicule aérien sans pilote devrait-il être armé? Dans quelles circonstances devrait-il avoir recours à la force?

Depuis quelques années, l'Aviation royale canadienne (ARC) fait pression pour que le modèle de drone choisi soit muni d'un système d'armes et a même inclus ce critère dans ses exigences, selon une série de documents dont La Presse Canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Sous le titre « Létalité », ces exigences datant du 5 juin 2013 mentionnent explicitement que, peu importe le type de drone retenu, l'ARC s'attend à ce que l'appareil soit capable de « transporter et utiliser des munitions à guidage de précision ».

Une autre présentation, celle-ci datée du 12 décembre 2013 et conçue comme une mise à jour pour le bureau de gestion de projet de la Défense nationale, souligne qu'il faudra prévoir du soutien technique pour les munitions à guidage de précision, mais prévient que cette fonction préoccupera probablement le public.

L'exemple américain

Le Pentagone et la CIA possèdent des programmes de drone qui sont de plus en plus critiqués et surveillés, particulièrement en raison de la hausse importante des frappes au cours des huit dernières années et des allégations selon lesquelles les appareils auraient fait des victimes du côté de la population civile.

Le programme d'assassinats ciblés du service de renseignement américain est celui qui a suscité la plus grande controverse, poussant l'administration Obama à promettre il y a trois ans de mettre en place des « lignes directrices claires, de la supervision et une obligation de rendre des comptes » afin d'encadrer la prise de décision en ce qui a trait l'utilisation de la force.

Un groupe de réflexion de Washington formé d'anciens généraux et d'experts en politiques militaires s'est donné pour mission d'examiner la manière dont cette promesse était respectée. Cette semaine, il a publié un bulletin de notes dans lequel il donne une note d'échec au gouvernement, spécialement en matière de transparence.

Un porte-parole de la Défense nationale, Evan Koronewski, a reconnu dans un courriel que les forces aériennes voulaient une capacité de frappe, mais a précisé que les drones seraient avant tout utilisés pour surveiller le littoral et l'Arctique.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Afrique du Sud: inquiétudes sur les moyens et l'état de l'armée

Afrique du Sud: inquiétudes sur les moyens et l'état de l'armée | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Après l'annonce surprise par Jacob Zuma d'un retrait des soldats sud-africains déployés depuis 2008 au Darfour mercredi dernier, les analystes s'inquiètent de l'état de l'armée sud-africaine. Des coupes budgétaires importantes dans le secteur de la défense sont prévues pour les trois prochaines années, ce qui pourrait remettre en cause d'autres missions de maintien de la paix.

L'annonce du retrait des troupes sud-africaines déployées au Darfour a donné lieu à de multiples spéculations. Même si la présidence ne l'a pas confirmé officiellement, la principale raison semble budgétaire.

Même si les forces militaires sud-africaines comptent parmi les meilleures d'Afrique, les restrictions budgétaires drastiques appliquées depuis 20 ans les ont énormément affaiblies. Un bilan stratégique sur l'état de l'armée publié il y a deux ans, mettait en évidence « le déclin » des forces sud-africaines, en termes d'équipement et de budget.

Ce rapport indiquait que pour maintenir ses ambitions militaires et diplomatiques, ou simplement pour protéger correctement son territoire, l'Afrique du Sud devrait doubler son budget militaire d'ici 2030.

Sauf que deux ans plus tard, ces recommandations ne semblent pas encore avoir été intégrées dans les prévisions du ministère de la Défense. Au contraire, de nouvelles coupes budgétaires sont annoncées pour les trois années à venir.

L'armée sud-africaine est déjà en retard sur la modernisation de ses équipements. Le renouvellement de sa flotte aérienne serait notamment en retard de 20% par rapport aux prévisions initiales. Les avions sont pourtant nécessaires pour un déploiement rapide de troupes et de matériel, en cas d'urgence.

Selon les analystes, le retrait des soldats sud-africains du Darfour peut effectivement permettre de lever la pression financière à court terme, sauf si de nouvelles opérations extérieures sont nécessaires sur le continent.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Caracal : Varsovie négocie toujours avec Airbus Helicopters mais discute aussi avec la concurrence

Caracal : Varsovie négocie toujours avec Airbus Helicopters mais discute aussi avec la concurrence | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Quand, en avril 2015, le gouvernement de centre-droit dirigé par Ewa Kopacz, annonça le choix du système de défense aérienne Patriot et celui de l’hélicoptère H225M Caracal dans le cadre de la modernisation des forces armées polonaises, le parti « Droit et Justice » (PiS), alors dans l’opposition, contesta fortement ces décisions et promit de les remettre en cause en cas de victoire aux prochaines élections législatives.

Arrivé au pouvoir, et confronté à ce qu’il avait promis, le gouvernement conservateur polonais s’est donc attaché à revoir les conclusions des appels d’offres lancés par son prédécesseur.

Ainsi, a-t-on appris la semaine dernière, Varsovie discute avec Lockheed-Martin au sujet du système de défense aérienne MEADS, alors que ce dernier avait été écarté de la compétition, laquelle s’était jouée entre le Patriot de Raytheon et le SAMP/T du consortium Eurosam (Thales et MBDA). Et cela, apparemment, pour des raisons de coûts et de transferts industriels et technologiques jugés insuffisants.

Pour les hélicoptères, la partie s’annonce d’autant plus compliquée que l’enjeu est de taille : il est question de livrer 50 exemplaires du Caracal, pour un montant de près de 3 milliards d’euros. Or, le PiS n’a jamais fait mystère de sa préférence pour les concurrents directs d’Airbus Helicopters étant donné qu’ils disposent, chacun, d’usines en Pologne.

En effet, Sikorky, racheté par Lockheed-Martin, assemble des S-70 Blackhawk grâce à sa filiale polonaise PZL Mielec. Même chose pour AgustaWestland avec PZL-Swidnik pour l’AW-149. D’où la pression mise sur Airbus Helicopters, qui a déjà ouvert un centre de recherche à Lodz et promis de localiser en Pologne un chaîne d’assemblage de Caracal destinés aux forces polonaises et à l’exportation.

Depuis novembre, le gouvernement polonais souffle le chaud et le froid sur ce dossier. Tantôt, l’on estime, à Varsovie, que les négociations avec Airbus Helicopters n’iront pas jusqu’au bout.. Tantôt, l’on affirme qu’elles continuent… Puis l’on avance une possible réduction de la commande, comme l’a laissé entendre Antoni Macierewicz, le ministre polonais de la Défense, en décembre.

Ce dernier a pu avoir, début février, une explication avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian. Selon des confidences faites par son entourage et rapportées par l’AFP, il se serait opposé à « toute remise en question de l’appel d’offres » concernant les Caracal.

Il est « difficile d’accepter qu’un appel d’offres qui a été gagné soit remis en cause pour des raisons politiques. Cela voudrait dire qu’on a un problème politique avec les pays qui l’ont contracté », aurait fait valoir M. Le Drian.

Dernier épisode en date : le 26 février, M. Macierewicz a dit souhaiter, devant la presse, que le « Caracal ait sa contribution à la modernisation du parc d’hélicoptères polonais ».

« Nous continuons à négocier (l’achat) des Caracal, nous voulons qu’il profite à la Pologne, mais nous souhaitons nous appuyer sur les usines polonaises de Mielec et Swidnik sans renoncer aux Caracal », a encore expliqué M. Macierewicz.

« L’armée recevra les premiers hélicoptères cette année. Nous avons eu des pourparlers préliminaires avec Mielec et Swidnik. Et, je le répète, nous comptons aussi sur la participation d’Airbus à ce programme », a encore insisté le ministre polonais. Comment cela va-t-il se « goupiller »? La suite au prochain épisode…
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Mi-26T2 supplémentaires pour l’Algérie

Mi-26T2 supplémentaires pour l’Algérie | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L’Algérie vient de passer commande pour 8 hélicoptères lourds Mil Mi-26T supplémentaires, auprès de l’agence russe Rosoboronexport. Le pays était devenu le premier client à l’exportation avec 6 appareils de la version améliorée du célèbre Mi-26.

Le Mil Mi-26T2 :

Le Mi-26T2 est destiné à la fois pour les clients militaires et civils, l’appareil reprend certains algorithmes de contrôle de vol déjà éprouvé sur le Mi-28N et dispose d'un nouveau cockpit dont l’avionique est modernisée. Cette nouvelle version dispose d'un cockpit en verre avec écrans LCD de cinq pouces, un pilote automatique numérique et un système Glonass de navigation assistée qui permet les opérations IFR. L’utilisation de lunettes de vision nocturnes est désormais possible.

Le Mi-26T2 est alimenté par deux turbines Ivtchenko-Progress D-136-2 dotées d’un FADEC, développant chacune 12’500 shp, avec une capacité de 250 shp supplémentaire en mode décollage avec charge lourde. Cette nouvelle version ne nécessite que deux membres d'équipage de vol, contre trois auparavant. Une caméra TSL-1600 rotative permet une surveillance en mode standard ou infrarouge de la cargaison transportée.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Denel offering firepower versions of its Casspir 2000

Denel offering firepower versions of its Casspir 2000 | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Denel Mechem is offering its latest generation Casspir 2000 mine-protected vehicle in a variety of firepower versions, such as mortar, anti-tank and anti-aircraft.

The company said it is now able to produce a tailor-made Casspir according to the requirements of the client. Different modules are fitted onto the standard platform system and then modified according to client specifications. The new variants can serve as platforms for 81 mm mortar systems, anti-tank and anti-aircraft weapons. The Plofadder mine-clearing system, developed by Rheinmetall Denel Munitions, can also be fitted onto the Casspir hull.

“This significantly extends the range and versatility of the Casspir which can now be used as a reconnaissance vehicle, a troop carrier or as a fire-support vehicle equipped with mortars, anti-aircraft or anti-tank weaponry,” Mechem said.

The General Manager of Mechem, Ashley Williams, said his company is responding to opportunities in defence markets where clients need a single platform with a number of variants to meet operational requirements. “Our clients can now use the same family of vehicles that offer superior levels of protection and mobility, but in different roles,” Williams said, creating spares and logistics savings.

The conventional Casspir can be adapted to serve as a command-and-control vehicle, a field ambulance or a recovery vehicle. All variants are fitted with run-flat tyres and are available in 6X6 or 4X4 format and with a choice of manual or automatic transmission.Williams says the latest generation Casspir is designed to withstand the blast of 14 kg of explosives under each wheel. It has a cruising speed of up to 40 kph per hours in most off-road conditions and a range of up to 800 km on a standard fuel tank.

Since it first came off the production line in 1979, the Casspir has been produced in different generations. The South African National Defence Force (SANDF) is a major user of the Casspir, in many variants. For instance, the South African Army uses the Casspir Mk II as a recoilless rifle platform, designed to equip the Motorised Infantry Battalions with an anti-tank capability as part of the Support Company anti-tank structure. Another variant is the Casspir 81 mm mortar carrier, used for indirect fire support. A few Casspir Mk III series were also manufactured in such variants for the South African Army. The SANDF does not use the Casspir NG2000 series and only has Mk IIs and Mk IIIs.

Denel Mechem recently unveiled the Casspir Eland heavy duty recovery vehicle based on the Casspir NG2000 series. The Eland is in 6X6 configuration and with its monocoque design it is larger and heavier than the 4X4 wheel variant, the Casspir Gemsbok. Two of these recovery variants have recently been ordered by the Angolan Defence Force.

Mechem is also busy with the production of the Casspir 6X6 Stallion – a recovery vehicle based on a truck chassis with a protected cab and the ability to perform heavy duty recovery duties. The Casspir Stallion is also available in 4X4 and 8X8 variants providing clients a range of recovery vehicles – from light to heavy duty – based on the same vehicle model.

In May last year Mechem unveiled the new ‘Blesbok’ cargo truck version of the Casspir, which was in production for Angola. In 2013 Angola ordered 45 Casspir New Generation 2000B vehicles comprising 30 armoured personnel carriers, four fire support vehicles (able to carry two 23 mm cannons or a recoilless rifle), two command vehicles, two recovery vehicles, two ambulances, three logistics vehicles, a water tanker and a diesel tanker.

Earlier this month Mechem revealed that ten Casspirs were shipped to Sudan as the first part of a new long-term agreement with the United Nations that will see Mechem supply mine-protected vehicles for its peacekeeping operations in Africa. The ten Casspirs were shipped to Sudan in December 2015. These vehicles were equipped with special mine roller attachments to be used in the clearance of land mines and unexploded ordnance.

The long-term agreement also includes the future supply of five Casspir Stallion recovery vehicles while a further order for five more vehicles is in the planning stage as well as orders for other special Casspir variants.

The Casspir is widely used for demining or peace-keeping operations and has been used from Afghanistan to Mozambique by the United Nations, the South African National Defence Force, police services and private security companies around the globe.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L’Inde poursuit la mise à jour des AN-32

L’Inde poursuit la mise à jour des AN-32 | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'Indian Air Force (IAF) va lancer une seconde demande de mise à jour, pour un second lot d’avions de transport de type Antonov An-32. A ce jour, 40 appareils de ce type ont été modernisés en Ukraine.

Changement de maître d’oeuvre :

La dégradation des relations entre l’Ukraine et la Russie complique sérieusement la prochaine mise à jour d’un second lot de 11 Antonov An-32 indiens. En conséquence l’Indian Air Force a décidé de ne plus confier à l’Ukraine ce type de travail. Les ateliers d’Air India Engineering Services Ltd. (AIESL), pourraient effectuer ce travail au sein de leurs installations à Nagpur. La société a déjà été sélectionnée pour faire des révisions futures sur la flotte des Boeing P-8I « Poseidon » de la Marine indienne. D’autre sociétés indiennes pourraient également venir apporter leurs compétences pour le travaux de modernisation, on parle de India Taneja Aéronautique et GMR Aero Technic. La première pourrait s’occuper des modifications des ailes et de et l'inspection par ultrasons, la seconde de la peinture.

La mise à jour des AN-32 :

La modernisation au standard « RE » permet d’étendre la durée de vie des AN-32 de 15 ans. De nouvelles fonctionnalités sont ajoutées au moteur Sich AI-20, permettant notamment de diminuer la maintenance. En ce qui concerne l’avionique, l’avion est doté d'un système d'évitement de collision, d’un GPS, d’un nouvel équipement de mesure de distance et d’un radioaltimètre amélioré. L’avion reçoit également un nouveau radar et les pilotes disposent désormais, deux écrans multifonctions ainsi, que d’un nouveau système d'oxygène.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

This chart shows just how massive America's drone fleet is

This chart shows just how massive America's drone fleet is | DEFENSE NEWS | Scoop.it
As the varieties and utilities of drones quickly multiply, the use of unmanned aerial vehicles (UAVs) has quickly mounted throughout the US Armed Forces.

From reconnaissance roles within the US Army to attack roles within the US Air Force, and with squadrons within both the Navy and the Marines, the proliferation of drones has touched every element of the US Armed Forces.

The following graphic, from CI Geography, shows just how widespread the use of drones is within the US. You can see a larger version of the poster here:
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Les futurs fusils des brigades anticriminalité tirent de travers…

Les futurs fusils des brigades anticriminalité tirent de travers… | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La polémique commence à enfler en France, et ce ne sont pas les Allemands qui risquent de la faire dégonfler… En annonçant sa volonté d'acheter 204 fusils d'assaut HK G36 pour équiper les forces des brigades anticriminalité (BAC) de la préfecture de Paris, le ministère de l'Intérieur semble avoir pris une décision de bon sens. Cette arme fabriquée par la société allemande Heckler & Koch donne déjà entière satisfaction aux troupes d'élite du Raid et du GIPN. Les SAS de Sa Très Gracieuse Majesté sont aussi des clients fidèles tout comme la police de San Francisco.

Des soldats du monde entier et notamment d'Indonésie, du Brésil et d'Espagne ne se déplacent jamais sans cette arme de guerre capable de tirer 750 balles par minute à une portée de 500 mètres. La Bundeswehr en a acheté pas moins de 167 000 exemplaires depuis 1997. Un choix que de nombreux gradés regrettent aujourd'hui. La ministre fédérale de la Défense en personne, Ursula von der Leyen, a affirmé le 22 avril dernier qu'en « l'état actuel des choses, le fusil (HK G36) n'avait plus rien à faire au sein de l'armée allemande ». Cette arme aurait en effet tendance à tirer de travers dès que le soldat appuie sur sa gâchette.
« Incorrectes, non pertinentes et peut-être même illégales »

Plusieurs rapports militaires restés confidentiels avaient tenté de tirer la sonnette d'alarme ces dernières années, mais une attaque meurtrière en Afghanistan a fait éclater l'affaire au grand jour. Le 2 avril 2010, 32 soldats allemands, séparés du reste de leur division, ont dû combattre pendant près de neuf heures contre des talibans. Lors de cette bataille, au cours de laquelle trois parachutistes ont trouvé la mort, les militaires ont remarqué que leurs tirs manquaient très souvent leurs cibles. Des enquêtes effectuées par trois laboratoires scientifiques allemands ont prouvé quelques mois plus tard que l'arme devenait effectivement imprécise en cas de surchauffe. Certains de ses composants auraient ainsi tendance à se déformer à partir de… 23 °C. Ce fusil est fabriqué principalement avec des pièces en plastique renforcé de fibre de verre afin de réduire son poids qui atteint tout juste 3,6 kg contre 4,2 kg pour le Famas français.

Les scientifiques travaillant pour le compte du ministère de la Défense ont constaté qu'une rafale de 120 balles pouvait faire tirer de travers le meilleur des snipers. Le tir peut ainsi dévier de 50 centimètres si la cible se trouve à une distance de 200 mètres et de 6 mètres si le but à atteindre se situe à 500 mètres. Les dirigeants de Heckler & Koch ont rejeté en bloc ces accusations qu'ils jugent « incorrectes, non pertinentes et peut-être même illégales ». Un expert interrogé par Deutsche Welle apporte une réponse plus… mesurée.

« Il n'y a absolument aucun problème avec ce fusil, juge Heinz Schulte, le rédacteur en chef de Griephan Briefe, une newsletter allemande spécialisée dans les questions de défense. C'est comme si vous compariez le problème actuel à un jeune homme qui s'est acheté une décapotable de deux places quand il était célibataire et qui se plaindrait aujourd'hui de ne pas pouvoir asseoir toute sa famille dans sa voiture. Si vous tirez en rafale, vous savez que vous allez devoir changer le canon afin d'éviter une certaine surchauffe. Avec le G36, vous ne pouvez pas changer le canon. Faire de ce fusil l'arme de service de l'armée repose donc sur un système de pensée ancien » qui n'est plus adapté à la réalité actuelle. Voilà qui devrait rassurer les forces des BAC…
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Les espions se montrent frileux avec les nouvelles techniques de renseignement

Les espions se montrent frileux avec les nouvelles techniques de renseignement | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'utilisation des nouvelles techniques de renseignement sur le sol national n'a "pas fortement augmenté" depuis la promulgation de la loi sur le renseignement du 24 juillet, selon la délégation parlementaire au renseignement.

C'est assez paradoxal pour être souligné même si la situation n'a pas semble-t-il vocation à rester en l'état. Mais, pour l'heure, la demande par les services, notamment la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de l'utilisation des nouvelles techniques de renseignement sur le sol national n'a "pas fortement augmenté" depuis la promulgation de la loi sur le renseignement du 24 juillet, note la délégation parlementaire au renseignement (DPR) dans son rapport d'activité de 2015 publié ce mardi.

Faut-il pourtant rappeler que l'utilisation de ces technologies de plus en plus intrusives dans la vie privée des citoyens à l'image du matériel d'espionnage téléphonique IMSI Catcher avait été exigée par les services de renseignement au nom de la lutte contre le terrorisme. "Les individus que nous suivons aujourd'hui possèdent dix cartes SIM, cinq téléphones différents, une dizaine d'adresses internet, et utilisent des stratégies de contournement pour échapper à la vigilance des services", avait notamment expliqué au printemps 2015 le coordonnateur national du renseignement, Alain Zabulon pour défendre cette loi.
Des besoins en formation

Pourquoi une telle frilosité de la part des services de renseignement? Pour deux raisons, explique la DPR. Des raisons "aussi bien conjoncturelles, en raison de la publication tardive de certains décrets, (...) que structurelles, en raison des difficultés techniques d'élaboration de certaines techniques nouvelles". Le président de la Commission nationale du contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), Francis Delon, a donné lors de son audition devant la DPR les clés de cette prudence des services :

"La DGSI, qui est le principal service pouvant demander la mise en œuvre des nouvelles techniques de renseignement sur le sol national, a préféré adopter une attitude prudente, consistant à former préalablement les agents, en mettant en place un programme de formation. Certains dispositifs nécessitent d'importants développements techniques préalables avant de pouvoir être mis en œuvre".

Un constat qui a fait bondir la DPR qui demande dans ses recommandations que les techniques de renseignement puissent être "mises en œuvre sans retard eu égard au niveau de la menace terroriste". Elle rappelle également que des décrets d'application ont été publiés en décembre 2015 et fin janvier 2016. Ainsi, le décret relatif à l'accès administratif aux données de connexion a été publié le 31 janvier 2016. Pour autant, certains décrets ont été édictés dès la fin du mois de septembre, soit seulement deux mois après la promulgation de la loi sur le renseignement.
Des défis pour contrôler les services

Le législateur a clairement posé comme principe que la CNCTR devait avoir un accès permanent complet et direct aux données collectées, quel que soit finalement le choix du stockage retenu. Mais la réalité semble être un peu différente, selon la DPR. Elle considère que l'extension des techniques de renseignement aux services de renseignement du deuxième cercle, tels que la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), le service central du renseignement territorial (SCRT) ou encore la sous-direction de l'anticipation opérationnelle de la gendarmerie nationale, doit être "nécessairement limitée". Or ce n'est pas le cas. Ces services disposent de la quasi-totalité des techniques nouvelles autorisées par la loi pour les services du premier cercle.

"L'attribution des techniques de renseignement à ces services s'est faite de manière très large", a regretté la DPR, qui s'étonne que le décret du 11 décembre 2015 ait retenu une définition très large des services autorisés à recourir à des techniques de renseignement. Ainsi, "les services désignés dépassent très largement le périmètre des services de renseignement du deuxième cercle", a-t-elle précisé. Vingt-huit services, dont le service central des courses et jeux (DCPJ) ou encore les Brigades mobiles de recherche zonales (DCPAF) sont autorisés à utiliser des techniques de captation des données informatiques !
Une crédibilité entachée?

Pour la DPR, la crédibilité de l'action des services de renseignement est conditionnée par "le nombre limité de services effectuant des tâches de renseignement et par leur professionnalisme". En outre, fait-elle valoir, "l'attribution de techniques délicates à mettre en œuvre à des services ne disposant pas toujours des compétences techniques requises sans leur imposer de recourir à des services spécialisés pour les installer, fait également courir le risque d'erreurs dans leur mise en œuvre, qui affecteront alors l'activité des services de renseignement, en particulier ceux du premier cercle".

Il est vrai que certains choix semblent injustifiés. Ainsi le législateur a donné la possibilité à l'unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) de recourir aux techniques de renseignement, alors même que le rôle premier de cette unité est de coordonner l'action des services en matière de lutte anti-terroriste et non de mener des investigations particulières. Dans ce cadre, la DPR recommande au gouvernement une vigilance particulière lorsqu'ils seront amenés à examiner les demandes des services dont le renseignement ne constitue pas la spécialité. Elle lui demande de vérifier si ces services disposent des compétences techniques requises et s'ils ont mis en place des dispositifs de contrôle interne rigoureux.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Norwegian test pilot affirms F-35's ability to dogfight

Norwegian test pilot affirms F-35's ability to dogfight | DEFENSE NEWS | Scoop.it
A Norwegian test pilot has waded into the row surrounding the supposed inability of the Lockheed Martin F-35 Lightning II Joint Strike Fighter (JSF) to engage in air-to-air combat, by saying that his experience of the jet shows it to be a very capable dogfighter.

Writing in the official Kampflybloggen blog of the Norwegian F-35 programme, Major Morten 'Dolby' Hanche said on 1 March that the row that erupted in June 2015 following the leaking of a US Air Force (USAF) report that indicated the fifth-generation JSF was defeated in simulated air combat against a fourth-generation Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon was not supported by the facts.

Maj Hanche has logged more than 2,200 hours in the F-16 with the Royal Norwegian Air Force (RoNAF) as well as graduating from the US Navy Test Pilot School and becoming the first Norwegian to fly the F-35 in November 2015, and so is as well placed as anyone to compare the relative capabilities of the two types.

"So how does the F-35 behave in a dogfight? The offensive role feels somewhat different from what I am used to with the F-16. In the F-16, I had to be more patient than in the F-35," he said in the blog, adding, "I now have several sorties behind me in the F-35 where the mission has been to train within visual range combat one-on-one, or 'Basic Fighter Manoeuvres [BFM]'. As an F-35-user I still have a lot to learn, but I am left with several impressions. For now my conclusion is that this is an airplane that allows me to be more forward and aggressive than I could ever be in an F-16."

In particular, Maj Hanche noted that the F-35's superior 'high-alpha' capabilities provided him as the pilot with "greater authority to point the nose of the airplane where I desire"; an attribute which is especially useful for the close-in guns engagement of the sort that the aircraft was heavily criticised for in the initial leaked USAF report.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'armée de l'air va créer un escadron pour les quatariens

L'armée de l'air va créer un escadron pour les quatariens | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La formation des pilotes qatariens ne va pas être une mince affaire ! Rien à voir avec le contrat égyptien! Le contrat prévoit carrément la constitution d'un nouvel escadron en France sur une durée de deux ans ! En comptant le personnel au sol, c'est plus d'une centaine de qatariens que l'armée de l'air française s'apprête à accueillir à Saint Dizier puis à Mont de Marsan. Avec l'aide de la société DCI pour les contraintes logistqiues (hébergements etc).

Alors que pour l'Egypte, il ne s'agissait que d'une transformation de pilotes déjà expérimentés, pour le Qatar, c'est plusieurs milliers d'heures de vol qu'il faudra assurer pour ces jeunes pilotes pour la plupart novices. L'escadron qatarien de Mont de Marsan doit être opérationnel à l'horizon 2018.

A l'origine l'émirat souhaitait que ses pilotes soient insérés dans les escadrons français. Une solution finalement jugée trop lourde et écartée par l'armée de l'air, déjà en surchauffe.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Europe: l'USAF inquiète de la menace russe

Europe: l'USAF inquiète de la menace russe | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le général Frank Gorenc, à la tête de l'US Air Force en Europe, a livré une intéressante interview au média spécialisé américain Defense News (pour y accéder, cliquez ici).

Le constat est clair et sans appel, pour lui, la menace la plus inquiétante en Europe est la Russie.

« Je constate une Russie qui a démontré des capacités logistiques et de frappes à très longue portée (…) et qui continue d'opérer en dehors des règles de la communauté internationale »

« Nous faisons beaucoup pour rassurer nos alliés en Europe, mais ils nous demandent encore plus", admet le général Gorenc.

Et cette menace russe, le général la prend très au sérieux, car en terme d'équipements militaires « la Russie est entrée dans le 21ème siècle et affiche des équipements très capables », prévient-il.



Escadron F-35 en 2021

En ce qui concerne le déploiement de moyens offensifs américains en Europe, le responsable de l'US Air Force apporte quelques précisions. Il reconnait que des F-22 basés de manière permanente en Europe, ce n'est pas pour aujourd'hui. Par contre, le premier escadron de F-35 basé de manière permanente en Europe doit être opérationnel dès 2021.

"J'adorerai avoir à la fois le F-22 et le F-35 en Europe. (…) Mais il n'y a aucun plan à ce sujet..."
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Croatia approves OH-58D buy

Croatia approves OH-58D buy | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Croatia has approved the procurement of 16 surplus OH-58D Kiowa Warrior armed reconnaissance helicopters from the United States, the Ministry of Defence (MoD) announced on 25 February.

The plan to buy a squadron of OH-58D helicopters and three simulators is valued at HRK286 million (USD41 million), of which HRK100 million will be funded through US government support funds and the remainder by the Croatian government's 2016-20 budget.

Croatia had originally wanted to receive surplus Sikorsky UH-60 Black Hawk helicopters through the US Excess Defense Article (EDA) programme, whereby military equipment is gifted to allies for the cost of refurbishment, shipping, and support once in service. Talks were held in late 2014 and early 2015 between the Croatian MoD, the US military, and Sikorsky. The plan was that Croatia would receive the UH-60s and in turn donate its Mi-8/17s to Ukraine, though not much progress was made.

With the proposed UH-60 sale not going anywhere, Croatia instead decided to acquire the 16 OH-58Ds through the EDA system. This deal passed the US Congress in late summer 2015. Croatia already fields seven Bell 206B JetRanger helicopters, on which the OH-58D is based, and so already has much of the training and support infrastructure in place.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Turkey to receive BLU-109 penetrator bomb parts

Turkey is to receive an undisclosed number of BLU-109 2,000 lb penetrator bomb parts under a USD682.9 million contract awarded by the US Department of Defense (DoD) on 26 February.

The contract, which was awarded to Ellwood National Forge Company and General Dynamics Ordnance and Tactical Systems, will see deliveries of BLU-109 penetrator bomb bodies and components through to the end of 2020.

News of the contract award comes four months after the US Department of State approved a USD70 million contract for Boeing Joint Direct Attack Munitions (JDAMs) on 29 October that included 400 GBU-31(V)1 guidance kits for use with Mk 84 2,000 lb bombs, 200 GBU-31(V)3 kits (for the BLU-109), 300 GBU-38 kits (for the Mk 82 500 lb bomb), 100 GBU-54 Laser JDAM kits (for the Mk 82), 200 BLU-109 Hard Target Penetrator Warheads, and 1,000 FMU-152A/B fuzes.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

KMW démantèle désormais les chars de combat

KMW démantèle désormais les chars de combat | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Nous vous expliquions il y a peu comment sont démantelés missiles et autres explosifs ; nous venons juste d’apprendre que Krauss-Maffei Wegmann (KMW) vient d’acquérir l’unique société de démantèlement de chars de combat certifiée par l’OTAN en Europe. Baptisée Battle Tank Dismantling GmbH Koch, la société, basée à Rockensussra, Allemagne, était auparavant la propriété du groupe Scholz, l’un des leaders mondiaux du recyclage de l’acier et d’autres métaux.Battle Tank Dismantling démilitarise, démantèle et démolit des véhicules blindés en provenance des arsenaux allemands, autrichiens, français et de divers pays européens depuis 1991. « Jusqu’à présent, elle [Battle Tank Dismantling] a démoli et éliminé quelques 16 000 véhicules militaires, dont plus de 1800 chars de bataille principaux et environ 6000 véhicules blindés à chenilles et à roues, » précisait KMW dans un communiqué le 25 février. Cette nouvelle entreprise de démolition intègre Honosthor, créé par la fusion en décembre dernier de KMW et du spécialiste français de l’armement terrestre Nexter.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Zoom sur l'avion amphibie japonais, le US-2 de ShinMaywa

Zoom sur l'avion amphibie japonais, le US-2 de ShinMaywa | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Genèse

Le Japon dispose d’une industrie de défense qu’il convient de ne pas négliger. Outre les avions de combat produits localement, Tokyo et sa Japan Maritime Self-Defense Force disposent de bâtiments de combat et de soutien, bien qu'équipés de systèmes d’armes américains, tout à fait remarquables. A tel point que l'Australie pourrait acquérir des sous-marins japonais afin de remplacer ces vieillissants sous-marins de la classe Collins.

Du côté de son aviation, avec la Japan Air Self-Defense Force, outre les essais dans les avions de combat comme avec le F-2A «Viper», Tokyo se singularise par la mise au point de machines ambitieuses comme :

• l'avion de transport Kawasaki C2, toujours en développement, et qui pourrait devenir un concurrent direct de l'A400M lorsqu'il entrera en service,

• l'avion de patrouille maritime Kawasaki P-1, actuellement en service, et qui est un équivalent quadri-réacteur du P-8 Poseidon, notamment utilisé par l'US Navy,

• le Shinmaiwa US-2, en service, qui est un hydravion amphibie de sauvetage de 47 tonnes, plus gros que le fameux Beriev Be-200 russe.

Cette machine serait sur le point d’être exportée, et mérite un coup d’oeil détaillé.

Tout le monde, surtout en France, connaît le CL-415 «Canadair» qui, aux couleurs de la Sécurité Civile, écope en mer et dans les lacs pour combattre les incendies durant la saison estivale. Le Canadair, dont la version d’origine, le CL-215 a effectué son premier vol en 1967, est un bel avion amphibie de presque 20 tonnes, bombardier d’eau, mais également avion de recherche et de sauvetage.

Mais qui connait le Shinmeiwa US-1 qui s’envole en même temps et qui sera produit à 45 exemplaires, répartis entre la version de lutte anti sous-marine et la version recherche et sauvetage ? C’est trois fois moins que le CL-415, mais cela reste respectable pour une machine unique, et bien plus grosse.

Le Shinmeiwa US-1, qui est un hydravion à capacité STOL (Avion à décollage et atterrissage court), dispose de cinq moteurs, dont quatre turbopropulseurs T64 d’environ 3500 CV, entraînant quatre hélices soufflant la majorité de l’aile, et d'un cinquième moteur qui est une turbine de Sea King, et qui délivre de l’air comprimé pour le dispositif de contrôle de la couche limite.

Cette capacité STOL du Shinmeiwa US-1 s'exprime en quelques chiffres : Entre 300 et 400 mètres environ, l'appareil est capable de décoller ou d'amerrir, et sa vitesse de décrochage est de moins de 50kt.

Cet hydravion est notamment capable de se poser en mer avec des vagues de 3 mètres pour effectuer sa mission de recherche et de sauvetage. Ses capacités permettront aux aviateurs qui opèrent sur cet appareil de sauver plus de 900 personnes depuis sa mise en service.

Ni le CL-415, qui limité à des vagues de 1,8 mètres, ni le Be-200, qui supporte des vagues entre 1,2 et 1,3 mètres au décollage, ne sont aussi marins.

Pour la petite histoire, le Shinmeiwa US-1 a failli être exporté comme bombardier d’eau pour protéger les forêts de la Colombie britannique, dans une version transportant seize tonnes d’eau larguées à des vitesse inférieures à 80kt. Effet coup de poing garanti !

Mais la concurrence locale et la difficulté de certifier cette machine au Canada, étant donné qu'il s'agit surtout d'une machine militaire, fit capoter l’affaire et les gros hydravions Martin Mars ont dû rempiler.
L’US-2 : une version améliorée multirôles, toujours amphibie et STOL

Ce cocktail unique a été décliné en Shinmaiwa US-2, qui est une version modernisée, avec un cockpit digital, des commandes de vol électriques pour améliorer le pilotage dans les phases de décollage et d’atterrissage, l’introduction de la pressurisation (croisière à 6000m), des allégements de la masse globale, etc..

En outre, cinq nouveaux moteurs ont été intégrés. Il s'agit de quatre principaux RR/Allison AE2100J de 4600CV, similaires aux quatre moteurs des C-130J Super Hercules, et un cinquième moteur pour le soufflage de la couche limite, le LTEC T800, que l’on retrouve sur l'hélicoptère Super Lynx.

Les missions affectées à cette machine sont nombreuses et variées, et elles tombent souvent dans le domaine du service public
• Recherche et sauvetage (SAR, capacité supérieure à trente personnes),
• Évacuation sanitaires (CASEVAC, capacité supérieure à douze civières),
• Humanitaire dont transport de fret et envoi des premier secours,
• Surveillance de zones économiques (y compris lutte contre la piraterie),
• Surveillance des voies maritimes (Sea Lines of Communication : SLOC),
• Reconnaissance (Maritime Domain Awareness),

Sur une «mission type», l’US-2 décolle de sa base comme un avion, vole en croisière à 480 km/h, se pose sur l'eau lors de son arrivée sur zone, par exemple à côté d’une épave ou d’une île, puis repart vers l’aéroport le plus proche desservant un hôpital

Entre le décollage de la base de départ et le point d’arrivée final, il peut y avoir jusqu'à 1 900 kilomètres, soit un peu plus de 1 000Nm. Et même à cette distance, le temps de patrouille reste respectable, puisqu'il est d'environ deux heures.

A titre de comparaison, et toute proportion gardée, un hélicoptère H225, c’est moins de 500/600km de rayon, et un V-22 «Osprey», c’est environ 1 100km avec quinze minutes sur site et une grosse vingtaine de passagers.

La charge utile, difficile à estimer, est probablement de 10 tonnes. En version sauvetage, c’est entre vingt et trente-six passagers qui peuvent être embarqués, et quinze tonnes d’eau pour la version bombardier d’eau.

Enfin l’avion étant STOL, tout au moins sur l’eau, il n’a besoin que de 280 mètres pour décoller et de 330 mètres pour amerrir, avec une masse maximum de 43 tonnes, et avec des creux de 3 mètres.

Pour les îles de tailles réduite, il y a parfois la possibilité de se mettre à l’abri des vagues en choisissant le bon côté, et compte tenu de la faible longueur nécessaire, cela ouvre également la possibilité d'opérer depuis certains fleuves et plans d’eau.
L’intérêt des Indiens pour l’US-2

Depuis 2012, l’Inde n’a cessé de manifester son intérêt pour cette machine, et en particulier pour pouvoir gérer efficacement certaines îles éloignées de son territoire, et qui occupent une position stratégique militairement, géographiquement, et économiquement.

Les îles Nicobar et Andaman, situées au large de la Birmanie et de la Thaïlande, sont sous l'autorité de Delhi. C’est un archipel qui s’étend sur 900 kilomètres du Nord au Sud, et à environ à 1 300km des côtes indiennes.

Sur ces îles, il n'y aurait que quatre pistes d’aviation seulement pour une trentaine d’iles, qui ont un débouché direct sur l’importante route maritime du détroit de Malacca. De nombreux petits îlots et îles sont souvent revendiqués par les différents pays de la région, et il faut notamment garder en mémoire les tensions en mer de Chine méridionale entre le Japon, le Vietnam, les Philippines, et la Chine pour le contrôle des îles Senkaku, sous contrôle japonais.

Sur un plan non militaire, il faut également savoir que les iles Nicobar et Andaman ont énormément souffert du tsunami en 2004, qui a ravagé le secteur, et qui tentent de se reconstruire tant bien que mal.

Ces îles seraient alors idéalement situées puisque l’US-2 serait dans ce secteur dans son domaine de prédilection. La carte ci-dessous présente les cercles de 500Nm et de 1 000Nm autour de Port Blair, qui est l'aéroport civil desservant l'île d'Andaman.

Les discussions entre l'Inde et le Japon sont engagées depuis 2011 déjà. En 2013, de nombreux médias locaux indiens évoquaient l'achat de quinze appareils de ce type. Un an plus tard, en 2014, certains médias spécialisés, comme Flight Global, parlaient alors d’une commande dix-huit appareils à livrer sous deux à quatre ans.

Simplement, et on retrouve ici certains problèmes rencontrés eux-aussi dans le contrat Rafale pour la Force Aérienne Indienne : Comment introduire le «Make in India» sur une machine fabriquée au compte goutte au Japon ? (La comparaison ici avec le Rafale ne se fait pas sur le nombre d'appareils à produire, mais plutôt quels équipements indiens introduire sur les chasseurs, et quelle industrie pour l'assembler).

Finalement début 2016, les rumeurs font état de l'achat de six avions dans une première phase, qui s'étalerait entre 2017 et 2022, et de six autres appareils pour l’Indian Navy suivant les différentes modalités conclues dans le premier contrat. Les Gardes-Côtes indiens semblent aussi intéressés par trois exemplaires également.

Cependant le Ministre indien de la Défense n'est pas totalement favorable à cet achat et l’intérêt de développer localement cette compétence d'un hydravion de ce gabarit est douteux, notamment pour des raisons de maîtrise de coûts.

Mais outre l'Inde, l'Indonésie pourrait aussi être intéressée par l'achat de plusieurs US-2, comme cela a pu être écrit par plusieurs médias locaux. Cette vente impliquerait également un assemblage dans des usines indonésiennes afin de faire profiter au maximum les industries du pays.
La Chine, futur concurrent de taille ?

Comme l'Inde, et comme cela a été dit plus haut, la Chine doit elle aussi faire face à des tensions avec les pays voisins dans la région pour le contrôle de certaines îles, qui renfermeraient des hydrocarbures dans leur sous-sol et une quantité importante de poissons pour les pêcheurs.

Pour verrouiller la mer de Chine et pouvoir intervenir n'importe où et à n'importe quel moment, les industries chinoises se sont lancées dans la conception et la construction du Jiaolong AG600, qui serait le plus gros avion amphibie jamais développé.

Le premier appareil, qui serait construit dans les installations de Zhuhai, dans la province de Guangdong, devrait faire son premier vol dans le courant du milieu de l'année 2016.

Des sources gouvernementales chinoises avaient alors indiqué que dix-sept appareils pourraient être commandés, et que la question de son exportation et aussi prise en compte dans la conception de cet appareil, qui serait adapté à ce type de marché.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Barkhane : Il n'y a plus de chasseurs à Niamey

Barkhane : Il n'y a plus de chasseurs à Niamey | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'Etat Major des Armées a annoncé le 27 février 2016, via son compte Facebook, le retour en France des deux Mirage 2000C basés à Niamey. Ce retrait intervient deux semaines après le départ pour Chammal des deux Mirage 2000D qui étaient eux aussi précédemment basés au Niger.

A l'heure actuelle, la base française à Niamey n'abrite donc plus de chasseurs. L'appui chasse de la force Barkhane reste assuré par les quatre Rafale basés à N'Djamena. Grâce au ravitailleur C-135 des Forces Aériennes Stratégiques basé au Sahel et à l'appui ponctuel de ravitailleurs américains basés en Europe, ces chasseurs peuvent couvrir l'ensemble de la zone d'opération.

Jusqu'à l'été 2015, trois Mirage 2000D étaient basés à Niamey. En juillet dernier, deux Mirage 2000C sont venus soulager les Mirage 2000D, le dispositif est alors passé à deux biplaces et deux monoplaces.

Le départ des chasseurs affectés au fuseau ouest de l'opération Barkhane a été en partie compensé par le déploiement de trois systèmes de Lance Roquette Unitaire de l'armée de Terre. Ces derniers assurent un appui feu permanent et quasi immédiat sur un rayon de 80 kilomètres autour de leur zone de déploiement. Ils ne peuvent cependant pas se substituer totalement aux chasseurs qui offrent plus de flexibilité dans leur emploi et assurent des missions de reconnaissance.

L'absence des chasseurs à Niamey pourrait n'être que temporaire. Comme l'annonçait récemment sur ce site notre confrère Jean Marc Tanguy, d'ici la fin 2016 le dispositif aérien français pour les opérations Barkhane et Chammal pourrait être modifié. Les opérations en Afrique pourraient en effet être confiées aux Mirage 2000 tandis que l'opération Chammal serait prise en charge intégralement par des Rafale.

En attendant, la présence de l'armée de l'Air à Niamey reste forte avec notamment cinq drones déployés (Trois Reaper et deux Harfang). L'armée de l'Air a annoncé que ces véhicules ont dépassé le 21 février le cap des 15 000 heures de vol au dessus du Sahel.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

China's Y-20 transport aircraft may enter service in 2016

China's Y-20 transport aircraft may enter service in 2016 | DEFENSE NEWS | Scoop.it
The appearance on Chinese military webpages of the fifth prototype of the Xian Aircraft Corporation (XAC) Y-20 heavy strategic transport aircraft has prompted suggests that it could enter People's Liberation Army Air Force (PLAAF) service as early as this year.

Reportedly flown for the first time on 6 February 2016, the fifth prototype carries the bort number 789. It follows soon after the fourth prototype, with bort number 788, which was seen on Chinese web pages on 23 January 2016. Other known prototypes carry identification numbers 781, 783, and 785.

The appearance of the latest Y-20 prototype prompted commentary by Chinese experts.
more...
No comment yet.