DEFENSE NEWS
Follow
Find
90.2K views | +272 today
DEFENSE NEWS
Principaux articles concernant le monde de la Défense et de ses industriels. <br>Autres topics :fil d'actualités <br>DEFENSE: AERONAUTIQUE: INTERVENTION FRANCAISE AU MALI: NOUVELLES D'AFRIQUE :
Curated by Romain
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Des combinaisons spéciales pour les pilotes du T-50

Des combinaisons spéciales pour les pilotes du T-50 | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Les chasseurs russes T-50 de cinquième génération seront munis d'un équipement de protection unique visant à compenser la pression sur le pilote en cas de surcharge prolongée, écrit le quotidien Izvestia du 9 juillet 2013.

Cette innovation de l'entreprise Zvezda comprend deux combinaisons anti-charge et un système d'équilibrage de la pression au niveau des poumons, permettant d'effectuer des manœuvres à un facteur de charge de 9G pour une durée de 30 secondes. Les pilotes seront également en mesure de s'éjecter à une altitude de 23 kilomètres.  

Nikolaï Dergounov, constructeur en chef adjoint de Zvezda, a expliqué que la protection des pilotes comptera deux combinaisons : une anti-charge PPK-7 et une de compensation de l'altitude VKK-17. Le choix de l’une ou de l’autre dépendra de l'altitude : le PPK-7 est efficace jusqu'à 12 kilomètres, alors que le VKK-17 pourrait servir à des altitudes jusqu'à 23 kilomètres. 

Les deux combinaisons sont liées au système d'équilibrage AD-17 qui pompe l'air dans des cavités spéciales et apporte l'oxygène dans le respirateur du pilote en cas de facteur de charge important.

Selon Mikhaïl Doudnik, spécialiste en chef de Zvezda, la pression de l'oxygène dans le respirateur pourrait atteindre 6 ou 7 fois celle de l’atmosphère en cas de facteur de charge. Ce procédé permet de gonfler les poumons du pilote de l'intérieur pour compenser la pression extérieure sur le thorax. Qui plus est, l'ordinateur de bord est en mesure de prévoir ces surcharges, permettant d'éviter une réaction tardive du système d'équilibrage.     

"Cet équipement est notre savoir-faire unique : il n'existe pas dans le monde d'équivalents à ce système", remarque Mikhaïl Doudnik.

Ces deux combinaisons sont conçues en matière thermorésistante et sont munies de cavités et de tubes. Lors des manœuvres le système pompe l'air grâce à ces tubes et gonfle le costume. Le tissu fait pression sur le corps du pilote pour empêcher le retour du sang à la tête – au contraire de quoi le pilote perdrait immédiatement connaissance.   

Selon Sergueï Bogdan, pilote d'essai décoré de la médaille du héros de la Russie, fut le premier à piloter le T-50 et assure actuellement ses essais. Sans ce système de compensation le nouvel avion pourrait tuer l'homme pendant les virages du fait de sa manœuvrabilité exceptionnelle.  

"Un facteur de charge de 9G multiplie votre poids par neuf. La surcharge crée une pression énorme sur le thorax, ce qui rend la respiration extrêmement difficile. On peut la tolérer pour 2 ou 3 secondes mais il est tout à fait impossible de la subir au cours de 20 ou même 30 secondes", affirme Sergueï Bogdan.

La combinaison de compensation de l'altitude VKK-17 est conçue d'un tissu plus dense et possède un garnissage spécial permettant au pilote de survivre à la dépressurisation ou de s’éjecter à 23 kilomètres d’altitude. Le VKK-17 est également muni d'un gilet de ventilation qui sert à refroidir le corps du pilote. Néanmoins, ce système n'est pas en mesure de compenser à 100% la chaleur et les pilotes préfèrent donc le PPK-7 quand il s'agit d’altitudes moins importantes.     

Les trois derniers prototypes de T-50 sont déjà munis de systèmes de pompes à air et d'équilibrage de pression. Les combinaisons sont actuellement à l'essai mais seront bientôt transmises aux pilotes : Sergueï Bogdan espère obtenir son exemplaire dès la semaine prochaine.

more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

L'Inde confirme la remise à l'eau du porte-avions INS Vikrant en construction dans le chantier de Cochin

L'Inde confirme la remise à l'eau du porte-avions INS Vikrant en construction dans le chantier de Cochin | DEFENSE NEWS | Scoop.it

India will be operating two new aircraft carriers within the next five years, if all goes according to plan.
After much delay, the Indigenous Aircraft Carrier (IAC), being built in Cochin, is ready for its launch on August 12. At the same time, the second carrier, INS Vikramaditya, will be undergoing extensive final sea trials in Russia.
While Vikramaditya should join the navy in early 2014, the aircraft carrier would take another three years. The 40,000-tonne aircraft carrier will cross a major development milestone when the ship would be launched by defence minister A.K. Antony, marking the end of the first phase of construction.
The launch would mean that the ship would be out of dry dock after completion of work related to fitting all underwater equipment like engines, gear box, shafting and diesel alternators. The construction of the complex warship was undertaken in two phases. The first phase, with a hiked budget of around Rs.3,000 crore, was originally scheduled to end in 2011 but delays in procuring good quality steel and an accident involving gear boxes unsettled the timeline.
Price negotiations for the second phase are underway and it is estimated to cost around the same. The final ship is not expected to be more than `8,000 crore making it probably the cheapest aircraft carrier in the world. Sources in the shipyard said some of the work from phase-II has already started and it is estimated that in two years the ship would be 90 per cent complete.
The navy for long has hoped to operate two carrier battle groups. An aircraft carrier moves with around six to the ship is only ready from the front to the rear with its full length complete and sealed. The Cochin shipyard was specially prepared for construction of big ships. Goliath cranes were provided at the shipyard to pick up large blocks for modular construction.
Despite the delays, the construction of an indigenous carrier is a major boost to country's ship-building capabilities. At the moment, 46 of 47 new naval warships are being built in domestic shipyards. Stealth frigate INS Trikand, which was commissioned in Russia, was the last ship ordered from abroad. Now only the delivery of INS Vikramaditya is awaited.


Via Patrick H.
more...
Patrick H. 's curator insight, July 8, 2013 3:43 AM

Cette annonce avait déjà été faite au mois de mai :

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4001485787/le-futur-porte-avions-de-construction-indienne-a-nouveau-mis-a-l-eau-le-12-aout-prochain

 

Rappelons qu'il avait été remis en cale sèche, après une 1ère mise à l'eau,  pour reprise des travaux d'achèvement en janvier dernier :

http://www.thehindu.com/news/national/kerala/work-on-aircraft-carrier-to-restart-by-monthend/article4337007.ece

Scooped by Romain
Scoop.it!

Ethiopia Offered the Su-30s

Ethiopia Offered the Su-30s | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Russia is offering 18 ex-Indian Air Force Su-30 fighters to Ethiopia. The Ethiopian Air Force already operates 17 Su-27 models, along with earlier models of jet fighters, including ageing MiG-23, MiG-21 and Su-25. “We proposed to modernise them in order to improve their tactical and technical characteristics and equip modern air-to-ground missiles” said the deputy general director of the Russian defense export agency Rosoboronexport, Alexander Mikheyev.

These 18 early models Su-30 were returned to Russia by India in 2003, after a Sukhoi completed the more advanced ‘MKI’ version currently flying with the Indian Air Force. They consist of ten Su-30MK and eight Su-30K fighters. “If the customer is willing to fund operations, we are ready to make repairs, upgrade and deliver the aircraft within four to six months,” Mikheyev said. At present, four ex-Indian Su-30MKIs are being refurbished.

India has ordered more than 200 Su-30MKIs in a number of batches. The early models delivered were basic aircraft without features like canards and thrust vector controls, and it is these 18 early model aircraft (ten Su-30MK and eight Su-30K fighters) that were returned to Russia in 2003 and replaced with more advanced Su-30s.

 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Premières qualifications obtenues par des pilotes de J-15 sur le porte-avions Liaoning

Premières qualifications obtenues par des pilotes de J-15 sur le porte-avions Liaoning | DEFENSE NEWS | Scoop.it

http://usa.chinadaily.com.cn/china/2013-07/04/content_16721650.htm

 

BEIJING - China's first group of five pilots and landing signal officers received their certifications in the latest sea trials of the Liaoning, the country's first aircraft carrier.

The Liaoning finished its 25-day test and training mission on Wednesday and returned to a navy port in the east China city of Qingdao. During the training, pilots executed several continuous take-off and landing exercises, making China one of the few countries in the world that can train its own carrier-borne jet pilots.

Using the J-15, China's first-generation multi-purpose carrier-borne fighter jet, pilots finished China's first training mission stationed aboard the carrier as well as the first 105-meter short-distance ski-jump takeoff exercises, an important breakthrough in the sea trials.

Pilots and landing signal officers were tested on a range of skills. They passed the certification process following expert reviews and a flight data assessment.

The People's Liberation Army (PLA) Navy also performed exercises related to the carrier's operations, system guarantees and logistics. Based on the smooth operation of staff, jet fighters and the carrier, as well as the sound cooperation between fighters and the carrier, the Liaoning is now considered capable of carrying carrier-borne jet fighters.

Zhang Yongyi, deputy commander of the PLA Navy and commander-in-chief of the aircraft carrier tests and sea trials, said these results show that China has fully mastered the skills needed for taking off from, and landing on, the aircraft carrier and that it has successfully established a training system for carrier-borne jet pilots.


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

L'US Navy a testé avec succès la munition de 155 mm Long Range Land Attack Projectile destinée à l'AGS

L'US Navy  a testé avec succès la munition de 155 mm Long Range Land Attack Projectile destinée à l'AGS | DEFENSE NEWS | Scoop.it

The Navy announced July 2 that it successfully conducted four Long Range Land Attack Projectile (LRLAP) guided flight tests at White Sands Missile Range, N.M.

All four missions accurately guided the projectile to the target approximately 45 nautical miles from the launch site. These flights, conducted in June, demonstrated; successful gun launch, GPS acquisition, navigation and guidance, height of burst fuzzing, accuracy and warhead function.

“This test not only successfully demonstrated the LRLAP capability, which is pretty substantial with respect to accuracy, but also built on the successes of previous tests toward the demonstration of a reliable gun-launch land attack projectile,” said Capt. Mike Ladner, Navy Surface Ship Weapons, major program manager, Program Executive Office Integrated Warfare Systems (PEO IWS).

LRLAP is a 155mm rocket-assisted guided projectile designed to support land-attack and naval surface fire support operations in conjunction with the Advanced Gun System (AGS) on DDG 1000-class destroyers. Live-fire testing is part of land-based flight qualification during the Engineering and Manufacturing Development (EMD) phase.

“We couldn’t have asked for a more successful day,” said Ladner. “This is going to be a great capability for the fleet. We’re looking forward to completing the qualification and working to integrate this capability aboard the DDG 1000.”

PEO IWS is an affiliated Program Executive Office of the Naval Sea Systems Command, which manages surface ship and submarine combat technologies and systems, and coordinates Navy Open Architecture across ship platforms.


Via Patrick H.
more...
Patrick H. 's curator insight, July 4, 2013 2:24 AM

La munition Long Range Land Attack Projectile (LRLAP), mise en oeuvre par l'AGS, guidée par GPS, est développée conjointement par Raytheon et Lockheed Martin.

L'AGS est un système d'artillerie de 155 mm monté sur une tourelle stabilisée. Il a été spécifié pour fournir un appui-feu terrestre transhorizon aux forces de débarquement (portée estimée 160 km).

Ce système d'armes va équiper les DDG-1000 type Zumwalt en construction actuellement

Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Succès du premier tir de qualification du missile de croisière naval (MdCN)

Succès du premier tir de qualification du missile de croisière naval (MdCN) | DEFENSE NEWS | Scoop.it

La Direction générale de l'armement (DGA) a réalisé avec succès le premier tir de qualification du missile de croisière naval (MdCN), le 1e juillet 2013. Ce tir, effectué sur le site de Biscarrosse (Landes) du centre « DGA Essais de missiles », est représentatif d'un tir à partir d'une frégate.
Le thème de tir retenu était particulièrement exigeant puisque, outre les objectifs de portée, il a contribué à valider les performances de navigation autonome et de guidage terminal par reconnaissance infrarouge.
Cette réussite est le fruit d'un travail intense et coordonné de nombreux acteurs étatiques (les centres d'expertise et d'essais de la DGA, le service de la qualité de la DGA et la Marine Nationale notamment) et industriels (MBDA France).
Le MdCN équipera à terme les Frégates multi-missions (FREMM) et les sous-marins Barracuda.
Doté d'une portée de plusieurs centaines de kilomètres, le MdCN est destiné à frapper des objectifs situés dans la profondeur du territoire adverse. Il est complémentaire du missile de croisière aéroporté Scalp dont il est dérivé.
Embarqué sur des bâtiments de combat positionnés, de façon prolongée, à distance de sécurité dans les eaux internationales, ostensiblement (frégates) ou discrètement (sous-marins), le MdCN est adapté à des missions de destruction d'infrastructures de haute valeur stratégique.
La DGA a notifié le marché MdCN à la société MBDA fin 2006.


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Une nouvelle maquette du futur porte-avions russe présentée à Saint-Pétersbourg

Une nouvelle maquette du futur porte-avions russe présentée à Saint-Pétersbourg | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov, a visité le salon naval international de Saint-Pétersbourg. Au cours de sa visite, il lui a notamment été présenté une maquette du futur porte-avions russe.

Dans le cadre de l'effort de modernisation et de réarmement de sa flotte, la Russie entend ne pas négliger les capacités hauturières. Si la phase d'étude et de conception d'un destroyer de nouvel génération a été confiée au bureau d'étude pétersbourgeois Severnoe avec pour objectif la mise sur cale de la première unité en 2016, Moscou souhaite aussi développer un nouveau porte-avions. C'est le bureau d'étude Krylov (Saint-Pétersbourg) qui a été chargé de mener les travaux d'avant-projet, et une maquette a été présentée au salon naval international qui se déroule actuellement dans la capitale maritime russe. 

On notera l'existence de deux kiosques, et une nette évolution du design par rapport à la maquette présentée en novembre 2012, et qui semblait s'inspirer de l'ex porte-avions soviétique Oulianovsk (Projet 1143.7), à propulsion nucléaire et jamais achevé.

Certaines caractéristiques du bâtiment ont également été dévoilées. Ainsi, le coût du porte-avions s'élèverait à 80 milliards de roubles (€1,9 milliard). Contrairement à certaines informations qui avait été données auparavant, le navire serait à propulsion classique, et pourrait atteindre une vitesse de 30 noeuds pour un déplacement de 80 000 tonnes (60 000 tonnes pour l'unique porte-avions russe actuellement en service, l'Amiral Kouznetsov, Projet 1143.5).

 

lire l'intégralité de l'article sur rusnavyintelligence :

http://www.rusnavyintelligence.com/article-une-nouvelle-maquette-du-futur-porte-avions-russe-presentee-a-saint-petersbourg-118914840.html

 


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

L'Italie et la Russie décident de moderniser la conception de leur projet de sous-marin conventionnel

L'Italie et la Russie décident de moderniser la conception de leur projet de sous-marin conventionnel | DEFENSE NEWS | Scoop.it

ST. PETERSBURG, July 5 (RIA Novosti) – Russia and Italy have decided to optimize their joint next-generation diesel submarine project, a Russian naval design bureau said Friday.

The S-1000, a 1,000-ton diesel submarine, is a joint project begun in 2004 by Russian submarine builder Rubin and Italy’s Fincantieri. Russia and Italy presented a mockup model of the S-1000 at an international arms show in France in October 2006.

Andrei Baranov, deputy head of the Rubin Central Design Bureau, said that in its proposed configuration, the S-1000 is of “little interest” for potential clients, adding that a decision had been made to improve the project and target specific countries that need a submarine fleet.

The submarine was originally designed for anti-submarine and anti-ship warfare, reconnaissance missions, and transportation of up to 12 troops. It is 56.2 meters long, has a top speed of 14 knots and is equipped with a new fuel cell-powered Air Independent Propulsion (AIP) system developed by the Italian firm.

Although its exterior will stay as designed, there will be considerable changes to “what’s inside” the submarine, Baranov said, adding that the target regions for selling submarine would remain the Middle East and Southeast Asia.

He cited several reasons for the upgrading the sub, including to market it to the Russian and Italian navies. He said the S-1000 design was drawn up almost a decade ago and much has changed since then. And, he noted, such small submarines are currently in great demand in the world, and there is intense competition on the market.

“Countries that are actively looking for new submarines are setting some totally unexpected demands for those ships,” he said.


Via Patrick H.
more...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Premier lancement d’un avion avec une catapulte électromagnétique

Premier lancement d’un avion avec une catapulte électromagnétique | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le 25 juin, un EA-18G Growler, la variante d’attaque électronique du F/A-18 Super Hornet, a été lancé pour la première fois avec une catapulte électromagnétique de la technologie EMALS (Electromagnetic Launch Aircraft System). Elle remplacera les catapultes à vapeur des porte-avions de la Navy (source : NAVAIR).

Ce test marque la 2ème phase des essais de lancement d’avions pilotés, sachant que plus de 300 lancements sont prévus cette année pour tester tous les avions de la Navy lancés à partir de catapultes (à l’exception du E-2C Hawkeye).

Le développement du système EMALS est prévu pour être achevé à la fin de 2015. Il sera intégré sur les futurs porte-avions nucléaires de la classe Gerald R. Ford.

Les catapultes à vapeur actuelles utilisent environ 615 kg de vapeur pour chaque lancement d’avion, laquelle est habituellement livrée par canalisation à partir du réacteur nucléaire. Il faut y ajouter l’hydraulique requis et les huiles, l’eau nécessaire pour freiner la catapulte et des pompes associées, les moteurs et les systèmes de contrôle. Cela représente un système lourd, et un entretien intensif, avec des chocs soudains qui peuvent raccourcir la durée de vie de la cellule du porte-avions.

Les composants du système EMALS.

L’EMALS (système de lancement avec appareil Electro-Magnétique) utilise une méthode analogue à un canon sur rail électro-magnétique pour accélérer la vitesse du sabot qui lance l’aéronef. Cette approche fournit un lancement plus lisse, tout en offrant jusqu’à 30% d’énergie supplémentaire au lancement notamment pour les avions lourds. Ce système occupe aussi moins d’espace et réduit les besoins d’entretien car il dispense de la plupart des tuyauteries pour la vapeur de la catapulte, mais aussi les pompes, les moteurs, et les systèmes de contrôle, et à terme un personnel plus restreint.

Le problème de l’EMALS est qu’il est devenu un goulot d’étranglement potentiel pour la nouvelle classe de porte-avions des États-Unis.

Le générateur du système EMALS pèse plus de 80.000 livres, et mesure 13,5 pieds de long, pour 11 pieds de large et près de 7 pieds de haut. Il est conçu pour délivrer jusqu’à 60 mégajoules d’électricité, et 60 mégawatts maximum. En 3 secondes, il doit délivrer une quantité d’énergie équivalente à celle de 12.000 foyers pour lancer un seul avion sur le pont. Or, chaque nouveau porte-avions de la classe Gerald R. Ford devra posséder 12 générateurs EMALS.

Ce système marque un gros changement mais c’est une technologie essentielle pour l’US Navy qui souhaite livrer sa nouvelle classe de porte-avions dans les délais et le budget prévus et tenir les promesses de réduction des coûts du programme CVN-21. Si l’EMALS n’est pas livré à temps, le vaste remaniement et les coûts supplémentaires liés à l’ajout d’équipements de catapulte à vapeur dans tout le navire pourraient facilement s’élever à des centaines de millions de dollars.

L’EMALS devait également être intégré à la nouvelle classe de porte-avions CVF Queen Elizabeth de la marine britannique. Mais en 2012, la Royal Navy a découvert que l’ajout de catapultes à sa nouvelle conception de porte-avions serait beaucoup plus difficile et plus coûteux que BAE Systems l’avait cru. Le gouvernement britannique a finalement opé pour le F-35B avec technologie STOVL (décollage court, atterrissage vertical).

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Weapons Bay of J20 Revealed

Weapons Bay of J20 Revealed | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Defense Update VideoReport presents a remix depicting selected moments from J-20 test flights, captured by Chinese amateur photographers on the Chengdu airfield perimeter. A recent shot captured another interesting aspect of the aircraft – the opened cover of the main weapon’s bay.

The storage and release of weapons from these containers seems to be different from the method used by US aircraft designers.

The J20 seems to use expandable weapons mounts that position the weapon into the air stream before launch, similar to a conventional (non stealth) pylon. For the fuselage weapon bay the panel design is also different from the US method employed in the F-22, F-35 and B-2 – the Chinese stealth fighter use folding panels that clear much larger opening for the weapon’s bay.Although this method generates considerable drag and radar reflection, the larger, unobstructed opening is more suitable to accomodate outsized ordnance. This method also clears more space for multiple weapons, unlike the confined storage space used in the F-35 that leaves only minimal clearance for specific weapons systems.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Northrop Grumman displays MQ-4C Triton maritime surveillance drone in the UK

Northrop Grumman displays MQ-4C Triton maritime surveillance drone in the UK | DEFENSE NEWS | Scoop.it

After avoiding high profile, expensive events such as the Paris Airshow, Northrop Grumman opted to become one of the principal industry sponsors at the 19th annual Waddington International Air Show, being heldJuly 6-7 at RAF Waddington, Lincolnshire in the UK. Defense-Update reports.

The company will display here a full scale model of the MQ-4C Triton maritime surveillance drone it is building for the US Navy. There are several reasons for the appearance of the Triton here – the US Navy is seeking overseas basing for this drone, and Northrop Grumman is looking for new international markets for the aircraft, the UK is likely to be one of these markets.

For the Brits, the maritime surveillance capability of Triton could fulfil a capability gap created after the Nimrod maritime patrol aircraft (MPA) were phased out in 2010 and development of a new generation MPA aircraft terminated under the Strategic Defence and Security Review.

In December 2012 Defence secretary Philip Hammond said the Libya campaign had shown Nato’s over reliance on the US, he added that using unmanned aerial vehicles (UAVs) would be cheaper and less risky than developing a manned maritime surveillance aircraft. “It may be that we will move straight to unmanned reconnaissance vehicles that can do the task at lower cost and much less risk to the crew.” Hammond told members of the Parliament’s joint committee on the national security strategy. 

Triton is the most advanced intelligence, surveillance and reconnaissance unmanned aircraft system ever designed for use across vast ocean areas and coastal regions. Triton is designed to fly surveillance missions of up to 24 hours duration and at altitudes of more than 10 miles, allowing coverage out to 2,000 nautical miles at a time.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Contre-terrorisme : le GIGN est en avance dans la «guerre du temps»

Contre-terrorisme : le GIGN est en avance dans la «guerre du temps» | DEFENSE NEWS | Scoop.it

A la caserne Pasquier, sur le plateau de Satory à Versailles, le GIGN invente très discrètement le contre-terrorisme de demain. Celui-ci tient en un concept : « la guerre du temps ». Ou selon la formule anglaise, co-inventée avec l’unité spéciale israélienne Yamam, le « shorter battle process », le raccourcissement de la bataille. L’Opinion a pu avoir un accès détaillé à ses réflexions, qui vont changer en profondeur les modes d’action du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale – et, à sa suite, de ses homologues à l’étranger.

Pour en comprendre tout l’enjeu, il faut revenir au 22 juillet 2011. Ce jour-là, le néo-nazi norvégien Anders Breivik attaque une université d'été de jeunes sociaux-démocrates sur l’île d’Utoya. Déguisé en policier, il tue 69 personnes, pour la plupart des adolescents. Une unité de la police est arrivée rapidement en face de l’île, mais elle met 50 minutes avant de franchir le bras d’eau, le temps de s’organiser et de comprendre contre qui elle va aller combattre : un commando d’al-Qaida ? Un tueur solitaire ? « Pendant ce laps de temps, chaque minute, plus d’une personne a été tuée », constate le général Thierry Orosco, qui a pris le commandement du GIGN quelques mois avant le massacre d’Utoya. Quel dirigeant politique peut accepter cela ?

« Face à une situation qui nous échappe, on ne peut pas rester les deux pieds dans le même sabot. Nous devons pouvoir offrir une solution immédiate et intervenir dans des délais très restreints. On ne peut pas dire aux responsables politiques : attendez un peu qu’on installe notre état-major bien organisé et qu’on comprenne ce qui se passe. Si le contexte l’oblige, notre mode d’action doit être : on arrive et on pénètre.»

Au fil des ans, le temps des prises d’otages terroristes raccourcit. En 2002, à Moscou, il avait fallu attendre 52 heures avant que l’assaut soit donné contre les Tchétchènes du théâtre de la Doubrovka. En janvier dernier, les Algériens n’ont mis que 24 heures pour passer à l’action contre le commando d’AQMI retranché sur le site gazier d’In Amenas. En dix ans, cette durée a été divisée par deux. « Les terroristes savent parfaitement qu’ils ne peuvent pas s’en sortir. Leur préoccupation est médiatique : donner le maximum d’impact à leur action, explique-t-on au GIGN. Leur problème est de savoir combien de temps ils peuvent tenir à la Une de la presse et des télés mondiales. On pense aujourd’hui qu’après 24 heures, les médias passent à autre chose et on entre alors dans une zone de vulnérabilité. Du coup, cela peut accélérer la liquidation des otages et le suicide collectif des terroristes. Ceux-ci ont compris que leur faiblesse, c’est de durer. Ils mèneront donc de plus en plus des opérations flash…»

Aller plus vite, gagner du temps, c’est la nouvelle obsession des gendarmes du GIGN. « Si on discute et si on négocie avec les terroristes, c’est aussi pour “acheter“ du temps. Parce qu’eux aussi en ont besoin. Même Mohammed Merah discutait avec la police afin de pouvoir se reposer avant de mener le combat final auquel il se préparait ».

Depuis sa création en 1974, la réactivité a toujours été dans le code génétique du GIGN. « Montre en main, la première vague quitte la caserne en moins de 30 minutes, » raconte un gendarme. Il faut voir rouler un convoi de monospace Mercedes à plus de 200 km/h pour comprendre ce que la vitesse peut signifier… Des hélicoptères de l’armée sont en alerte permanente sur la base voisine de Villacoublay et le « groupe » - c’est ainsi que les hommes du GIGN parlent de leur unité – peut également utiliser des avions Transall pour les plus longues distances. Mais cela ne suffit pas : « Nous en sommes aujourd’hui à tenir nos briefings dans les véhicules, par radio. Et nos spécialistes confectionnent même les explosifs en roulant », assure-t-on à Satory.

Si l’urgence de la situation l’exigeait, la première vague doit pouvoir passer à l’action dès son arrivée sur le terrain. Après ce premier « dard », les vagues suivantes débarqueraient en pleine zone de combat. C’est ce que l’on appelle en langage maison un PAI, un plan d’action d’immédiat. « Nos plans doivent être validés par le pouvoir politique, explique le général Orosco. C’est lui qui donne le feu vert ». Des moyens de transmission exceptionnels ont été spécialement développés, comme un système de visioconférence mobile permettant de faire de lien, en mode secret-défense, avec le président de la République et la cellule interministérielle de crise, place Beauvau.

Ces modes d’action obligent le GIGN à se réorganiser : les hommes chargés du soutien, par exemple l’approvisionnement en munitions, doivent aussi être en alerte quasi-permanente. Car, ce à quoi se préparent les gendarmes du contre-terrorisme depuis quelques années, ce n’est pas à gérer un forcené ou un terroriste isolé, comme Merah. Leur défi, c’est aujourd’hui la prise d’otage massive, la POM comme on dit à Satory. Le théâtre de la Doubrovka à Moscou, Beslan dans le Caucase russe (2004), les attentats de Bombay (2008), In Amenas en janvier 2013, sans oublier la tuerie de Breivik.

En 2007, le GIGN avait été réorganisé en profondeur, pour lui permettre de répondre à des menaces de grande ampleur, avec plusieurs dizaines de terroristes impliqués dans des actions massives et simultanées. Ses effectifs – aujourd’hui 380, dont une vingtaine de femmes – et ses capacités ont été renforcées, sous la houlette du général Denis Favier. Cet officier, qui avait conduit l’assaut de l’Airbus de Marignane (1994), a été nommé directeur général de la gendarmerie en avril. Depuis six ans, afin de pouvoir mobiliser de gros effectifs, les différents métiers du GIGN (protection, observation, appui opérationnel) ont appris à mieux travailler avec la Force d’intervention – la plus connue et la plus spectaculaire. La coopération avec les forces d’intervention de la police (Raid, GIPN, BRI) reste, en revanche, assez difficile.

Revers de la médaille : le GIGN renforcé risquait d’être moins réactif. « On devenait plus lourd, plus lent. C’était un peu ceinture et bretelles », reconnaît-on à l'état-major. D’où la nouvelle étape avec ce « shorter battle process».

« Si nous calquons le scénario Bombay sur Paris, à quoi devrions-nous faire face ? », explique un officier. « Une voiture piégée explose à Barbès, puis une autre à Saint-Michel. Pendant que la police est sur les dents, un commando prend l’Hôtel du Crillon et commence à tuer les clients.». Effet médiatique garanti. « Un grand hôtel comporte des centaines de chambres : on serait peut-être obligé de faire sauter les portes une à une pour y rechercher les dizaines de terroristes retranchés… Chaque opérateur transporte des charges explosives avec lui. Mais il faudra vite en apporter d’autres… » Parmi les autres scénarios, le GIGN se prépare toujours, à raison d’un entrainement chaque mois, à reprendre de vive force un avion civil sur une piste d’aéroport, comme à Marignane. Les centrales nucléaires font l’objet d’une attention toute particulière (plan Piratom). Les grands navires, aussi. Le GIGN s’entraine à les prendre d’assaut en pleine mer dans le cadre des exercices Esterel avec la Marine nationale.

Cette approche du contre-terrorisme suscite l’intérêt de nombreux pays, dont les représentants se pressent presque chaque semaine à Satory. Mais au royaume des groupes d’intervention, il y a peu d’élus. Si les Américains se tiennent à distance, les gendarmes français ne tarissent pas d’éloges techniques sur quelques pays, qui, tous, ont été confrontés au terrorisme. Hors de toute implication politique, les Israéliens du Yamam sont, au plan de la réflexion, très proches du GIGN. Les Algériens du Détachement spécial d’intervention (DSI) sont jugés « très bons » ainsi que les Russes des groupes Alpha ou Vympel. En Europe, une coopération étroite existe avec les Allemands et les Belges. Mais, dans la guerre du temps, le GIGN a aujourd’hui une vraie longueur d’avance. « Nous sommes leaders » finit par lâcher le général Orosco, l’homme qui bat plus vite le tempo du contre-terrorisme.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Saab travaille à un Gripen UCAV

La question de la survie des industriels européens actifs dans le domaine des avions de combat se pose depuis plus d’une vingtaine d’années maintenant et nombre d’analystes estiment que les réductions budgétaires couplées à l’accroissement du coût des matériels va condamner nombre d’entre-eux. Reste que l’avenir de l’aviation de combat n’est sans doute pas aussi clair qu’il n’y paraît.

Pour preuve, Saab considère toujours qu’il sera en mesure de produire des avions de combat après 2040. Au-delà du développement des Gripen E et F, à présent sanctuarisés par la Suède, il est question de développer une nouvelle évolution de l’appareil. Il serait cette fois optionnellement piloté, ce qui permettrait de réduire les coûts humains et politiques face à la densification des défenses aériennes.

D’un point de vue industriel, l’investissement serait relativement réduit, la plateforme en tant que telle étant considérée comme viable. Reste que ce qui n’est pour l’heure qu’un ballon d’essai lancé afin de voir les réactions du marché n’est pas sans intérêt, dès lors qu’il permettrait à l’avionneur de conserver des compétences dans le domaine des appareils pilotés, y compris la « transition au piloté à distance » effectuée.

Boeing, dans ses travaux pour le FA-XX, raisonne d’une manière proche, cette fois en travaillant sur des versions pilotées et pilotées à distance de son futur appareil de sixième génération : la plateforme est identique mais est déclinée en deux versions. A n’en pas douter, il y a là un réel enjeu, notamment pour Dassault : si le domaine des UCAV est convoité en tant que voie d’avenir, est-il nécessaire – et prudent – d’abandonner le secteur des appareils de combat pilotés ?

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Video - Immersion dans le 4éme Régiment d'hélicoptères des Forces spéciales de Pau

Video - Immersion dans le 4éme Régiment d'hélicoptères des Forces spéciales de Pau | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Ces commandos d'élites agissent dans l'ombre. Ils transportent et appuyent les opérations les plus délicates. Ils interviennent  sur tous les fronts, au Mali ou en Somalie récemment. Des années d'entraînement, des talents de pilotes hors normes.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Video - Rafales et Hawkeyes entraînement ASSP

more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Taiwan constitue un groupe aérien anti sous-marins

Taiwan constitue un groupe aérien anti sous-marins | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Taiwan’s Ministry of National Defense announced the establishment of an Air Force anti-submarine group, maintained by eleven S-2T Turbo Tracker anti-submarine planes transferred from the Navy. The announcement was made by Chief of the General Staff Gen. Yen Ming during a commissioning ceremony at an air force base in Pingtung County, southern Taiwan. The main missions of the anti-submarine group will include countering the threat of submarine attack by opposing forces. The Turbo Trackers were originally built by the Grumman company (now Northrop Grumman).

The commissioning of the new group was made in advance of the delivery of 12 P-2C Orions, the first is expected to be delivered from US Navy surplus by the end of 2013 and the entire delivery is expected to complete in 2014. The delivery of the P-3C was approved by the U.S. government in 2007, under a US$1.96 billion foreign military sale program.

Upgrades to the aircraft involved installation of new mission system avionics and service life extension kits to extend the operational life for 15,000 additional flight hours. Lockheed will also install complimentary navigation message ECP to update RINU-G and control display unit software for a message set. The Harpoon Block 2 missile requires the new message set for precision targeting. Other elements of the package include upgrades to the ALR-97/electronic support measures and ALR-95 system, as well as an upgrading of Mode 4 software to Mode-T.

 


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Absent du Bourget, le futur drone de surveillance maritime MQ-4C Triton de Northrop Grumman sera bien présent au salon de Waddington (UK)

Absent du Bourget, le futur drone de surveillance maritime MQ-4C Triton de Northrop Grumman sera bien présent au salon de Waddington (UK) | DEFENSE NEWS | Scoop.it

After avoiding high profile, expensive events such as the Paris Airshow, Northrop Grumman opted to become one of the principal industry sponsors at the 19th annual Waddington International Air Show, being heldJuly 6-7 at RAF Waddington, Lincolnshire in the UK. Defense-Update reports.

The company will display here a full scale model of the MQ-4C Triton maritime surveillance drone it is building for the US Navy. There are several reasons for the appearance of the Triton here – the US Navy is seeking overseas basing for this drone, and Northrop Grumman is looking for new international markets for the aircraft, the UK is likely to be one of these markets.

For the Brits, the maritime surveillance capability of Triton could fulfil a capability gap created after the Nimrod maritime patrol aircraft (MPA) were phased out in 2010 and development of a new generation MPA aircraft terminated under the Strategic Defence and Security Review.

In December 2012 Defence secretary Philip Hammond said the Libya campaign had shown Nato’s over reliance on the US, he added that using unmanned aerial vehicles (UAVs) would be cheaper and less risky than developing a manned maritime surveillance aircraft. “It may be that we will move straight to unmanned reconnaissance vehicles that can do the task at lower cost and much less risk to the crew.” Hammond told members of the Parliament’s joint committee on the national security strategy. 

Triton is the most advanced intelligence, surveillance and reconnaissance unmanned aircraft system ever designed for use across vast ocean areas and coastal regions. Triton is designed to fly surveillance missions of up to 24 hours duration and at altitudes of more than 10 miles, allowing coverage out to 2,000 nautical miles at a time.


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Le porte-avions indien INS Vikramaditya a repris la mer en Mer de Barents pour son ultime (?) série d'essais

Le porte-avions indien INS Vikramaditya a repris la mer en Mer de Barents pour son ultime (?) série d'essais | DEFENSE NEWS | Scoop.it

The INS Vikramaditya, India's second aircraft carrier, is out at sea again. By this time tomorrow, the 45,550-ton vessel built at the Sevmash shipyard in Severodvinsk, north Russia, will be sailing through the Barents Sea.
Over the next two months at least, the ship will be put through stringent testing in the Barents Sea and the White sea. "If all goes well, the Indian tri-colour will be flying atop the INS Vikramaditya this November, after which it will start its journey to India," a senior Navy officer told NDTV.
The INS Vikramaditya, formerly known as Admiral Gorskhov, was to have joined the Indian Navy last year. However, the insulation tiles of its boilers cracked during full power trials, which entail pushing the ship to maximum speed at sea and then testing all systems for accuracy and endurance.

The fire-brick lining - made of special ceramic to help maintain optimum temperature in the boilers - on the inside of the insulation had come off. A senior official told NDTV that the entire insulation was ripped off and a new one has been installed.
 A 500-member Indian Navy team, which was training on-board the Admiral Gorshkov then had spotted the problem with the warship's boilers, especially when the vessel hit top speed of about 30 knots (around 55 kmph).
The repairs delayed delivery of the ship by a year. "Tests carried out in the dry docks have also been successful," the official said.
India and Russia had signed a $2.3-billion (Rs. 14,000 crore approximately at present valuation) contract for refitting the aircraft carrier, which served in the erstwhile Soviet Navy. The first contract was signed in 2004, when no other country was ready to sell such technology to India.
During the sea trails now, all systems of the ship, including its sensor and weapon and propulsion system will be tested and full power trails will be conducted again. A contingent of Indian Navy officials are on board to oversee and inspect the trials.

 


Via Patrick H.
more...
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Début du plus grand exercice naval russo-chinois en mer du Japon à l'issue d'une PSC à Vladivostok

VLADIVOSTOK, July 5 (RIA Novosti) - Seven ships of the Chinese naval forces arrived in Russia’s Far Eastern port of Vladivostok on Friday to take part in large-scale Russian-Chinese exercises.

The Naval Interaction 2013 exercise will be held in the Sea of Japan between July 5 and 10 and involve about 20 Russian and Chinese warships and auxiliary vessels, as well as a dozen of aircraft.

At a welcome ceremony, Rear Adm. Leonid Sukhanov, deputy chief of the Russian Navy Main Staff, said it was the biggest Chinese naval task force ever to arrive at the main base of Russia’s Pacific Fleet.

“The Naval Interaction 2013 exercises are not directed against any third party and are not politically charged,” he said, adding that they should not be treated as a threat or warning to any country.

China’s Deputy Commander-in-Chief of the Navy, Vice Adm. Ding Yiping, said the exercises are aimed at improving the two states’ anti-piracy cooperation.


Via Patrick H.
more...
No comment yet.
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Après la Pologne, l'industrie de défense allemande passe à l'offensive avec les Pays-Bas...

Après la Pologne, l'industrie de défense allemande passe à l'offensive avec les Pays-Bas... | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Outre l’accord avec la Pologne, le ministre allemand de la Défense, Thomas De Maizière, a signé une ambitieuse lettre d’intention sur l’approfondissement des relations de défense avec son homologue néerlandaise, Jeanine Hennis-Plasschaert.

Ici encore, il est question de lancer des projets de coopération tous azimuts, allant du développement conjoint de plates-formes à la création d’unités binationales et la mutualisation de certains moyens. Il est clairement spécifié dans le document, que TTU s’est procuré, que la feuille de route fixée prévoit des étapes «énergiques» en vue de résultats «tangibles».

Dans le domaine naval, «l’expertise des deux pays en matière de design et de conception de sous-marins pourrait être utilisée pour la conception d’une nouvelle classe de sous-marin pour les deux pays», alors qu’en matière de guerre des mines, la lettre propose, en partenariat avec la Belgique, d’étudier la mise en place d’un programme conjoint de remplacement des moyens de lutte contre les mines (MCM).

Enfin, il est envisagé de développer ensemble un système de DAMB navale autour du radar SMART L, conçu par Thales Nederland et qui équipe notamment les frégates néerlandaises de classe De Zeven Provincien et allemandes de classe Sachsen. Il est, par ailleurs, «suggéré» qu’en cas d’acquisition par la marine allemande du NH90 NFH, un pool trilatéral avec la Belgique pourrait être mis en place pour les pièces de rechange et la formation.

Parallèlement, des groupes de travail bilatéraux vont être créés sur tout le spectre des opérations navales : opérations amphibies, ravitaillement en mer, logistiques, opérations sous-marines, doctrine, DAMB navale et drones embarqués....


Via Patrick H.
more...
Rescooped by Romain from Newsletter navale
Scoop.it!

Le Japon va acquérir 2 destroyers Aegis supplémentaires pour contrer la menace missile nord-coréenne

Le Japon va acquérir 2 destroyers Aegis supplémentaires pour contrer la menace missile nord-coréenne | DEFENSE NEWS | Scoop.it

The Defense Ministry will likely purchase two new Aegis-equipped destroyers to raise Japan’s fleet of the vessels to eight in light of the mounting North Korean missile threat, a ministry source revealed Saturday.

The government plans to unveil its policy for bolstering the country’s missile defense shield after drawing up fresh national defense guidelines by the end of the year, the source said.

The Maritime Self-Defense Force currently deploys four Aegis destroyers capable of shooting down ballistic missiles with Standard Missile-3 interceptors. It is renovating another two of the vessels, which will enter service by fiscal 2018.

The ministry is expected to sign a contract to buy an additional pair of Aegis destroyers, one in fiscal 2015 and the other in fiscal 2016, the source said. The vessels will likely be deployed by fiscal 2020.

As North Korea readied for a satellite rocket launch this spring that was widely interpreted as a guise to test ballistic missile technologies, Defense Minister Itsunori Onodera on April 7 ordered the Self-Defense Forces to prepare to shoot down any of Pyongyang’s missiles if they were headed toward the Japanese archipelago.

The MSDF dispatched two destroyers equipped with SM-3 missiles to the Sea of Japan, while the Air Self-Defense Force deployed ground-based Patriot Advanced Capability-3 interceptors at strategic points.

The Defense Ministry scaled back the deployment in early May, after North Korea reportedly removed two Musudan intermediate-range ballistic missiles from a launch site. Onodera ordered the interceptors be completely withdrawn June 28.


Via Patrick H.
more...
Patrick H. 's curator insight, July 7, 2013 10:00 AM

Le Japon possède 4 destroyers type Kongo mis en service dans les années 90 qui sont progressivement mis à niveau pour la défense anti-missiles :

http://www.defenseindustrydaily.com/lockheed-to-upgrade-japanese-aegis-destroyer-for-abm-use-0867/

et 2 destroyers Atago mis en service en 2007-2008 conçus dès l'origine pour cette mission, mais qui vont continuer à recevoir les développements américains les plus récents :

http://www.nti.org/gsn/article/us-may-provide-enhancements-japanese-aegis-antimissile-destroyers/

 

Scooped by Romain
Scoop.it!

La France entre de nouveau au capital de Dassault

La France entre de nouveau au capital de Dassault | DEFENSE NEWS | Scoop.it

L’Etat français entre de nouveau au capital de Dassault. Dans un avis publié par l'Autorité des marchés financiers le 2 juillet, l’AMF annonce que EADS, à la tête de 46,3% des parts de Dassault Aviation, a conclu un pacte d'actionnaires avec l'Etat qui pour ce faire a acquis une action Dassault.

 

Conséquence directe de ce pacte, noué pour une durée de 90 ans : la France dispose maintenant d'un droit de préemption sur les parts détenues par EADS France dans le capital de l’avionneur.

 

Le contrat aborde quatre termes. Outre la durée de 90 ans, il comporte des indications sur la gouvernance de l’entreprise : «EADS France s’engage à exercer les droits de vote attachés aux actions Dassault Aviation après consultation de l’Etat français en vue de déterminer une position commune. Faute de parvenir à un accord, EADS France sera libre d’exercer les droits de vote attachés aux actions Dassault Aviation dans le sens qu’elle déterminera.»

 

En clair, le pacte vise à donner à l’Etat un pouvoir sur la gestion du capital de l’avionneur.

 

Ensuite, «l'Etat français bénéficiera d'un droit de premier refus dans l'hypothèse où EADS France envisagerait de céder tout ou partie de ses actions». «L'Etat français bénéficiera d'un droit de première offre dans l'hypothèse ou EADS France aurait l'intention de céder tout ou partie des actions Dassault Aviation qu'elle détient à un ou plusieurs tiers identifiés», ajoute le document. «Tout transfert d'actions Dassault Aviation qui ne respecterait pas les droits de premier refus et de première offre seront interdits pendant toute la durée du pacte».

 

Il s'agit donc de garantir la préemption de la participation d'EADS par la France dans le cas d'une revente.

 

Ce nouveau pacte semble être la conséquence indirecte des changements de gouvernance au sein d’EADS. La France avait en effet transféré ses droits de vote chez Dassault à EADS France ; mais EADS s’étant émancipé de la tutelle des Etats, il devenait indispensable pour l’Etat de récupérer la main sur le capital de son avionneur national, pièce maîtresse de sa défense. Ce nouveau contrat de 90 ans devrait lui en donner les moyens.

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Manila to pay $400 million for two Italian frigates

Manila to pay $400 million for two Italian frigates | DEFENSE NEWS | Scoop.it

The Philippines is set to buy two Maestrale-class frigates from Italy, Defense Undersecretary Fernando Manalo said Wednesday. The acquisition of the two frigates, along with 12 FA-50 fighter aircraft bought from South Korea, are the most significant items on the government’s $1.7 billion (75 billion peso) military modernization budget over the next five years.

The main drive for this military modernization is the continued conflict with China, over the Philippine-claimed areas in the South China Sea. The Philippines initially considered buying the frigates from Italian Navy surplus, but later opted for more expensive, yet brand new vessels of the same type. The vessels are likely to be built by the original designer, the Italian shipbuilder Fincantieri, that have built eight such frigates in 1981 – 1985. The Italian made frigates would be able to carry a more powerful weaponry, compared to the two refurbished and re-armed Hamilton-class cutters Manila acquired from the USA. 

Manalo said the navy had already decided to acquire two new Maestrale-class frigates instead of buying used ones from the Italian navy (the Italians wanted $270 million for the refurbished vessels). As it seems, Manila has added $130 to get brand new vessels of the same type, for about $400 million. The Philippines could be ready to tender by the end of the year, Manalo added. The modernization budget also provides for building or improving facilities to berth and provide maintenance to the vessels on the military’s shopping list, Manalo said. A similar amount was allocated for the South Korean fighter planes, he added.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le 500è VBCI livré

Le 500è VBCI livré | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La DGA a réceptionné le 500è VBCI destiné à l’armée de terre.

 

On ne l’apprend qu’aujourd’hui mais la livraison officielle remonte au 28 juin. Le 500è VBCI a été livré aux forces. Le nouveau véhicule blindé qui équipe l’armée de terre a été commandé au total à 630 exemplaires.

110 d’entre eux sont en version VPC pour servir en tant que poste de commandement. Le dernier VBCI dans cette version VPC a été livré en mai dernier. D’une masse de 30 tonnes, il peut atteindre la vitesse maximale de 90km/h. Equipé de moyens de recharge pour le FELIN, le porte-parole de l’état-major des armées n’a pas manqué de souligner aujourd’hui que le VBCI offre également une climatisation à 35°C lorsque les fantassins sont à bord du véhicule. Ce qui n’est pas négligeable alors que la température à l’intérieur des VAB engagés au Mali atteind jusqu’à 60 degrés.

L’engin bénéficie déjà de nombreux théâtres de déploiement. Outre le Mali où plus d’une trentaine de VBCI ont été déployés, il a été déployé en Afghanistan à partir de juillet 2010 et au Liban à compter de septembre 2010.

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Rafale contre Eurofighter aux Emirats : c'est aussi un match entre Paris et Londre

Rafale contre Eurofighter aux Emirats : c'est aussi un match entre Paris et Londre | DEFENSE NEWS | Scoop.it

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend aux Emirats Arabes Unis, pour une visite de deux jours. Le match Rafale-Eurofighter se joue en partie dans les coulisses diplomatiques. Entre Londres et Paris, la guerre fait rage.

C'est l'un des duels aériens les plus féroces du moment : quel est l'avion de combat - Rafale contre Eurofighter - qui équipera l'armée de l'air des Emirats Arabes Unis (EAU). Surtout c'est un duel entre deux capitales européennes, Paris et Londres, qui se livrent une guerre diplomatique totale. C'est dans ce contexte que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, effectue une nouvelle visite très consistante de deux jours aux Emirats en fin de semaine, du samedi 6 au lundi 8 juillet. Lors du dernier salon de défense à IDEX en février, le ministre français a su nouer une bonne relation avec l'homme fort des Emirats, le prince héritier cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, principal décideur en matière de coopérations militaires, d'achats d'armement, d'énergie et de culture (La Sorbonne, Le Louvre). Les deux hommes ont notamment partagé un déjeuner simple en dehors d'un cadre protocolaire strict, ce qui leur avait permis de discuter librement du Rafale... et d'autres dossiers de coopérations entre la France et les Emirats. Bref, le "fit" est passé... Le nouveau PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui connait bien les Emirats pour y avoir vendu 30 Mirages 2000-9 en 1998, dispose depuis le salon IDEX d'une "road map claire pour travailler" de la part de Cheikh Mohamed.

A Jean-Yves Le Drian de conforter cette bonne relation ce week end.  Le président de la République avait reçu avec tous les honneurs en juillet 2012 au Palais de l'Elysée, Son Altesse cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, qui sera, sauf accident, le prochain émir d'Abu Dhabi et le prochain président des EAU, à l'occasion d'une visite qu'il effectuait en France. C'est aussi l'interlocuteur privilégié de Paris en général, et des groupes de défense tricolores en particulier. Enfin, François Hollande avait maintenu une visite importante en janvier dernier aux Emirats en dépit du début de l'intervention militaire française au Mali. La relation entre la France et les Emirats est une relation mure et approfondie par des années de coopérations. Elle n'est surtout pas une relation au coup par coup en fonction des contrats commerciaux.

Optimisme de BAE Systems

Londres joue également sa partition sur le plan diplomatique et industriel. BAE Systems intensifie ses campagnes Eurofighter à l'export face au Rafale. Au salon du Bourget, BAE Systems, qui dirige la campagne commerciale du consortium Eurofighter GmbH (outre le britannique, EADS et l'italien Finmeccanica en font partie) aux Emirats a fait preuve d'un réel optimisme pour l'Eurofighter. Le groupe britannique, qui a distillé à la plupart des interloculeurs rencontrés un souffle d'euphorie, espère une décision cette année des EAU en faveur de l'Eurofighter Typhoon, très fortement soutenu par le Premier ministre britannique David Cameron, pour un contrat portant sur le remplacement d'au moins 60 Mirage 2000-9, un avion qui a particpé à l'opération Harmattan en Libye.

Pour quelles raisons les Britanniques entretiennent-ils un tel optimisme ? Info ou Intox ? Méthode coué ? Plusieurs raisons à cela. Car Londres croit en son étoile aux Emirats même si le duel Rafale/Eurofighter a toujours tourné en faveur de l'avion français. Une pierre dans le jardin britannique. Et ce d'autant que selon le vice-président d'une division de Selex (groupe Finmeccanica), Chris Bushell, le carnet de commandes de l'Eurofighter Typhoon à l'export se tarira si le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ne parachèvent pas leur accord de financement en faveur d'un système de radar à balayage électronique... dont le Rafale est déjà équipé.

La Reine VRP de l'Eurofighter

Sur le plan diplomatique, Londres a mis les petits plats dans les grands quand elle a reçu le président des EAU, l’Emir d’Abu Dhabi et commandant suprême des forces armées, cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, qui a effectué une visite d’Etat de quatre jours en Grande- Bretagne fin avril-début mai. Même la reine Elisabeth II a été "mise à contribution, personnellement, pour mieux réussir l’opération de séduction en direction de la classe dirigeante émiratie, et pour appuyer les approches officielles et commerciales au profit des industriels britanniques", avait écrit la revue Middle East Strategic Perspectives. Cheikh Khalifa, qui détient les cordons de la bourse aux Emirats, a été sensible à cet accueil.

Surtout, Londres compte sur le traité entre la Grande-Bretagne et les Emirats pour remporter la victoire. La signature d'un contrat Eurofighter dont le montant est évalué à 10 milliards de dollars, enverrait, selon les Britanniques, un signal très positif sur la relation stratégique entre les deux pays. Dans ce cas-là, Londres installerait une base aérienne à Al-Minhad.

 

 

more...
No comment yet.