De Natura Rerum
11.7K views | +11 today
Follow
 
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
onto De Natura Rerum
Scoop.it!

The End of the ‘Developing World’

The End of the ‘Developing World’ | De Natura Rerum | Scoop.it
The old labels no longer apply. Rich countries need to learn from poor ones.

 

BILL GATES, in his foundation’s annual letter, declared that “the terms ‘developing countries’ and ‘developed countries’ have outlived their usefulness.” He’s right. If we want to understand the modern global economy, we need a better vocabulary.

Mr. Gates was making a point about improvements in income and gross domestic product; unfortunately, these formal measures generate categories that tend to obscure obvious distinctions. Only when employing a crude “development” binary could anyone lump Mozambique and Mexico together.

It’s tough to pick a satisfying replacement. Talk of first, second and third worlds is passé, and it’s hard to bear the Dickensian awkwardness of “industrialized nations.” Forget, too, the more recent jargon about the “global south” and “global north.” It makes little sense to counterpose poor countries with “the West” when many of the biggest economic success stories in the past few decades have come from the East.

All of these antiquated terms imply that any given country is “developing” toward something, and that there is only one way to get there.

It’s time that we start describing the world as “fat” or “lean.”


Via Seth Dixon
Christian Allié's insight:

..........."""""""""""""""""""""...........

 

[  .........  ]

 

........ 

The Sound Princess represents a vanity innovation for the top of the pyramid, where you can also find software that will allow you to find a parking spot or a date, to “farm” fake digital crops, to shake your iPhone to simulate the sound of a whip. They solve problems that arise when the basics are taken care of.

But when the status quo is a flying toilet, anything goes. Lean economies — however challenged they might appear — translate minimal resources into maximum social impact.

As the old adjectives about Africa — “hopeless,” “war torn,” “impoverished”— fade, fat economies must stop assuming that poor countries should mimic them and instead embrace their models for social innovation and efficiency. The post-crash ethos of doing more with less is essential in modern Africa. And for philanthropists like Mr. Gates and world leaders who have committed to solving big problems, lean thinking is imperative.

more...
Joanne Wegener's curator insight, March 7, 2014 5:03 AM

Fat or Lean - what sort of world do we live in

An interesting discussion on the way we perceive and label the world.

Ma. Caridad Benitez's curator insight, March 11, 2014 10:15 AM

Hoy en día poca claridad de dónde exactamente queda y quiénes son? 

Seth Dixon's curator insight, March 13, 2014 10:46 AM

UPDATE: this article (from the Atlantic) on the exact same concept would supplement the NY Times article nicely.  

De Natura Rerum
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Christian Allié from Agir pour la biodiversité !
Scoop.it!

INRA - Regards d'expert : A quoi ressemblent les ancêtres des plantes ?

INRA - Regards d'expert : A quoi ressemblent les ancêtres des plantes ? | De Natura Rerum | Scoop.it
En reconstituant la manière dont les génomes de plantes ont évolué à partir d’ancêtres communs, on peut identifier les régions chromosomiques de même origine et transférer les connaissances d’une espèce à l’autre.

Via Pescalune
Christian Allié's insight:
...................."""""""""""""""""""""""""""....................
[...]
Connaître l’histoire des génomes permet de transférer les connaissances entre les espèces Connaître la manière dont les génomes se sont formés au cours de l’évolution, permet d’identifier avec précision les régions qui portent des gènes ayant une origine, donc en général une fonction commune entre espèces modernes. Grâce à ce résultat, le transfert de connaissances sur la fonction des gènes est facilité entre espèces proches. Par exemple, si on identifie les gènes qui déterminent la teneur en protéines du grain chez le riz, on aura des pistes pour repérer les gènes équivalents chez le blé, le sorgho et le maïs.
On peut ainsi transposer les connaissances acquises pour les espèces modèles, c’est-à-dire séquencées, comme le riz, à des espèces plus complexes dont le génome n’a pas encore été séquencé, comme le blé. On parle ici de recherche translationnelle.
Au total, ces connaissances fondamentales de « paléogénomique » permettent, d’un point de vue appliqué, de naviguer entre les génomes et de transférer les connaissances d’une espèce à l’autre. On peut ainsi dégager des hypothèses, voire des gènes candidats robustes, pour l’amélioration des caractères agronomiques chez les espèces d’intérêt.
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Agir pour la biodiversité !
Scoop.it!

Extinction de plantes, il y a 250 millions d'années

Extinction de plantes, il y a 250 millions d'années | De Natura Rerum | Scoop.it
Environ 500'000 ans après l'extinction de masse du Permien-Trias, il y a 252 millions d'années, une crise écologique et un bouleversement de la végétation ont suivi. Des paléontologues zurichois ont mis en lumière ce phénomène jusqu'ici indétecté.


Via Pescalune
Christian Allié's insight:
......................"""""""""""""""""""""""""""""..........................
[...]
De telles chutes de diversité se sont également produites dans le monde végétal. Mais celui-ci se rétablit en général beaucoup plus rapidement, en quelques milliers d'années.

Evénement majeur

Or, l'équipe de Peter A. Hochuli et Hugo Bucher, de l'Université de Zurich, vient de démontrer dans la revue Nature Scientific Reports qu'un autre événement survenu au Trias inférieur, un demi-million d'années environ après l'extinction de masse, a profondément et durablement modifié la végétation. Les chercheurs ont examiné des sédiments prélevés au nord-est du Groenland jusqu'à une profondeur de 400 mètres.
Les courbes d'isotopes de carbone indiquent qu'en quelques milliers d'années, la végétation dominante de fougères à graines - aujourd'hui disparues - et de conifères a été remplacée par des plantes à spores. Certaines de ces plantes, comme les fougères actuelles, sont connues pour mieux résister à des conditions difficiles que des végétaux plus évolués.

A l'échelle planétaire
[...]

more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Quelle place pour le naturalisme dans le monde d'aujourd'hui ?

Quelle place pour le naturalisme dans le monde d'aujourd'hui ? | De Natura Rerum | Scoop.it
Si le naturalisme défend une "conception modeste de l'humanité", il considère aussi que la "nature embrasse tout ce qui existe" et qu'il appartient aux sciences d'en proposer une vision mouvante, vivante et plurielle.
Christian Allié's insight:
..............."""""""""""""""""""""................
[...]
Rares sont ceux qui se donnent la peine, et les moyens intellectuels, d'aller voir au plus près, au-delà d'un rejet simpliste, cette approche naturaliste qui, s'employant à redessiner la silhouette de l'humain, va parfois jusqu'à prétendre régir notre monde. C'est l'ambition de cette enquête philosophique unique en son genre - sorte de « bilan et perspectives » du naturalisme et plaidoyer pour un usage critique.

Notre invité : Daniel Andler, professeur émérite à l'université Paris-Sorbonne (philosophie des sciences et théorie de la connaissance), membre honoraire de l'Institut universitaire de France, auteur de La silhouette de l'humain (Essais Gallimard, 2016)

Intervenant: Daniel Andler : formation en mathématiques (enseignant à Orsay, Berkeley, Paris 7), puis professeur de philosophie à Lille, Nanterre, Paris- Sorbonne, où il occupe la chaire de philosophie des sciences et théorie de la connaissance.
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Dans les forêts de Sibérie Bande-annonce VF

Dans les forêts de Sibérie Bande-annonce VF | De Natura Rerum | Scoop.it
Regardez la bande annonce du film Dans les forêts de Sibérie (Dans les forêts de Sibérie Bande-annonce VF). Dans les forêts de Sibérie, un film de Safy Nebbou
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Insect Archive
Scoop.it!

Existe-t-il vraiment des peaux à moustiques ?

Existe-t-il vraiment des peaux à moustiques ? | De Natura Rerum | Scoop.it

Par Florian Gouthière, www.allodocteurs.fr, 09.06.2016

 
Sommaire
Comment tester l'hypothèse ?De quelle façon dame moustique détecte-t-elle ses proies ?Tout est dans la sueurAu-delà du microbiote cutané, d'autres raisons d'être une cible privilégiée des moustiques ?Et la glycémie ? Et ce que l'on mange ? Cela modifie-t-il notre attractivité ?Notes et références

 

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Easter Island: Photographing The Last Place On Earth

Easter Island: Photographing The Last Place On Earth | De Natura Rerum | Scoop.it
The Photo Cascadia Team explores areas of natural beauty and advances the photographic excellence of outdoor photography, while promoting and sharing images, knowledge, and expertise with photo enthusiasts.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Rare, blind catfish never before found in US discovered in national park cave in Texas

Rare, blind catfish never before found in US discovered in national park cave in Texas | De Natura Rerum | Scoop.it
An extremely rare eyeless catfish species previously known to exist only in Mexico has been discovered in Texas.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Why having a 'bird brain' is actually awesome - Futurity

Why having a 'bird brain' is actually awesome - Futurity | De Natura Rerum | Scoop.it
"For a long time having a 'bird brain' was considered to be a bad thing: Now it turns out that it should be a compliment," says Suzana Herculano-Houzel.
Christian Allié's insight:
...................."""""""""""""""""""""""""""""""""..................
[...]
The new study, published in the Proceedings of the National Academy of Sciences, provides a more plausible explanation: Birds can perform these complex behaviors because their forebrains contain a lot more neurons than anyone had previously thought—as many as in mid-sized primates.

Densely packed neurons

“We found that birds, especially songbirds and parrots, have surprisingly large numbers of neurons in their pallium: the part of the brain that corresponds to the cerebral cortex, which supports higher cognition functions such as planning for the future or finding patterns. That explains why they exhibit levels of cognition at least as complex as primates,” Herculano-Houzel says.
That’s possible because the neurons in avian brains are much smaller and more densely packed than those in mammalian brains.
Parrot and songbird brains, for example, contain about twice as many neurons as primate brains of the same mass and two to four times as many neurons as equivalent rodent brains.
Parrot and songbird brains, for example, contain about twice as many neurons as primate brains of the same mass and two to four times as many neurons as equivalent rodent brains.
[...]
Scientists from the Charles University in Prague and the University of Vienna are coauthors of the study.
Source: Vanderbilt University
Original Study DOI: 10.1073/pnas.1517131113
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Carbon dioxide biggest player in thawing permafrost

Carbon dioxide biggest player in thawing permafrost | De Natura Rerum | Scoop.it
Carbon dioxide emissions from dry and oxygen-rich environments will likely strengthen the climate forcing impact of thawing permafrost on top of methane release from oxygen-poor wetlands in the Arctic, according to a study led by Northern Arizona University assistant research professor Christina Schädel.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Pourquoi les villes, comme les hommes, sont ce qu’elles mangent ?

Pourquoi les villes, comme les hommes, sont ce qu’elles mangent ? | De Natura Rerum | Scoop.it
Pourquoi les villes, comme les hommes, sont ce qu’elles mangent ?
Christian Allié's insight:
.........."""""""""""""""""""""""""""""........
[...]
D’où de « villes sitopiques » dans lesquelles les réseaux alimentaires ensemenceraient la cité.

Carolyn Steel interroge ainsi : « et si nous utilisions la nourriture pour reconnaître que si l’atmosphère est ce que nous respirons, la sitosphère est le milieu dans lequel nous vivons ? Au lieu de saccager la planète pour produire nos aliments, nous devons planifier comment nous allons nous nourrir pour ne pas la saccager « . La Sitopie serait ainsi conçue comme un espace où la nourriture retrouve sa vraie valeur.

La France, en ce sens, est une meilleure Sitopie que les Etats-Unis, le Royaume Uni ou les Pays Bas ou le Mexique. Sachant que la Sitopie idéale (décrite dans le livre comme la ville imaginaire de Dongtan, en Chine) consiste en une campagne vivante, habitée, variée où les gens vont pour acheter de bons produits tout autant que pour se rencontrer. De nombreuses petites boutiques indépendantes et de nombreux restaurants s’y sont développés. Et la ville elle-même est productive, avec une multitude de jardins partagés, des composteurs de partout, des liens permanents entretenus entre la ville est l’arrière pays…

Tout s’y passerait un peu comme sur le chef d’oeuvre de Lorenzetti (image en Une reproduite ci-dessous dans son intégralité), avec une gouvernance permettant une symbiose permanente entre la ville et sa campagne.

 Actuellement, la ville d’Almere, aux Pays Bas, serait l’un de plus beaux exemples de Sitopie. Conçue par MVRDV, la région d’Oosterwald est un nouveau modèle où la ville intègre du départ les rythmes de vie, de travail et de culture…
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from EntomoNews
Scoop.it!

Dengue : l’expérience du Queensland - nouvelle calédonie 1ère

Dengue : l’expérience du Queensland - nouvelle calédonie 1ère | De Natura Rerum | Scoop.it
Depuis quelques années, une expérience est menée en Australie dans le Queensland pour agir directement sur le moustique responsable de la dengue. Et ça semble très bien marcher.

 

Par Caroline Lafargue/ABC Radio Australia avec CM, 10.06.2016
 

"L’Australie est le premier pays au monde à avoir produit et lâché dans la nature des moustiques immunisés contre la dengue, dès 2010-2011.
Les scientifiques ont inoculé la Wolbachia à ces moustiques. Cette bactérie bloque le développement de la dengue et du zika chez les insectes piqueurs et donc aussi chez les humains.
Les bons moustiques se reproduisent avec les moustiques sauvages et le virus n’est pas transmis à la génération suivante."

 

→ School of Science - Monash University Malaysia
http://www.sci.monash.edu.my/research/seminar/2015/using-wolbachia-infections-to-control-dengue-transmission

 

[Image] Dr Peter Ryan, Program Manager of Eliminate Dengue Program, School of Biological Sciences, Monash University Australia

 


Via Bernadette Cassel
more...
Bernadette Cassel's curator insight, June 10, 5:04 AM

 

SUR ENTOMONEWS - From www7.inra.fr - February 15, 11:52 PM :

→ Lutte participative

                     
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Stunning Victorian Cyanotypes of Sea Algae by Anna Atkins, the First Female Photographer and a Pioneer of Scientific Illustration

Stunning Victorian Cyanotypes of Sea Algae by Anna Atkins, the First Female Photographer and a Pioneer of Scientific Illustration | De Natura Rerum | Scoop.it
Beautiful blueness from a trailblazing woman in science.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Cette nature qui nous soigne
Scoop.it!

Biophotons : Le corps humain émet, communique et est fabriqué à partir de la lumière

Biophotons : Le corps humain émet, communique et est fabriqué à partir de la lumière | De Natura Rerum | Scoop.it
De plus en plus de scientifiques s’accordent à dire que nous sommes plus que de la matière visible. Les biophotons émis par le corps humain peuvent être libérés par l’intention mentale et moduler les processus fondamentaux au sein de la communication cellule-cellule et ADN. Notre existence est au départ hautement improbable. Nous avons souvent ignoré le fait que notre réalité pourrait être autre chose, voire ne pas exister. Pourquoi y a-t-il un univers ? Considérez que le corps humain est formé de lumière, d’air, d’eau, de minéraux de base de la croûte terrestre et d’anciennes informations d’au moins 3 milliards

Via Pravaha
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Agir pour la biodiversité !
Scoop.it!

Voilà à quoi ressemblent des toiles d’araignée XXL 

Voilà à quoi ressemblent des toiles d’araignée XXL  | De Natura Rerum | Scoop.it
Les toiles que tisse l’araignée Caerostris darwini sont les plus grandes du monde : elles peuvent atteindre 25 m de long, soit l’équivalent de deux bus de ville.


Via Pescalune
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Zones humides - Ramsar - Océans
Scoop.it!

Les Galápagos, un paradis à protéger - National Geographic

Les Galápagos, un paradis à protéger - National Geographic | De Natura Rerum | Scoop.it
Une nouvelle réserve défend la vie exceptionnelle autour des îles Galápagos, dont les eaux abritent la plus grande concentration de requins du monde.


Via Pescalune
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Guernesey: échappée belle dans l'«île aux fleurs»

Guernesey: échappée belle dans l'«île aux fleurs» | De Natura Rerum | Scoop.it
EN IMAGES - La fondation Floral Guernsey multiplie les initiatives pour tapisser d'espèces diverses le territoire de l'île. Visite guidée d'un petit paradis végétal.
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

En Papouasie, l’exploration d’un paradis de la biodiversité comme si vous y étiez

En Papouasie, l’exploration d’un paradis de la biodiversité comme si vous y étiez | De Natura Rerum | Scoop.it
Un étonnant documentaire diffusé ce samedi 25 juin à 20h50 sur Arte fait vivre au plus près l’expédition scientifique « Lengguru 2014 » conduite dans les confins de la Papouasie.
Christian Allié's insight:
..............."""""""""""""""""""""""""""""""..............
[...]
Lengguru 2014 a aussi été l’occasion de sensibiliser le grand public, en particulier les jeunes, au rôle de la recherche pour la connaissance et la préservation de la biodiversité. De nombreuses actions pédagogiques ont été proposées en France (Hérault, Gard, Lozère) et en Indonésie (Jakarta, Sorong). Des élèves de la maternelle au lycée et des étudiants ont ainsi rencontré les chercheurs avant leur départ, échangé avec eux pendant l’expédition grâce à une liaison satellite et suivi les avancées de l’expédition sur le site Internet dédié. Des enseignants ont également intégré Lengguru comme support pédagogique pour traiter différentes thématiques de l’environnement, de la biodiversité et du réchauffement climatique. Enfin, en réponse aux autorités locales et régionales de Kaimana, une étude de faisabilité a été réalisée pour le captage et l’approvisionnement en eau potable du village d’Urisa.

« Papouasie, expédition au cœur d’un monde perdu », le documentaire de Christine Tournadre sera diffusé le samedi 25 juin à 20h50 sur Arte (rediffusions : dimanche 26 juin à 15h35, vendredi 1er juillet à 9h00 et vendredi 15 juillet à 15h35).
more...
Bernadette Cassel's curator insight, June 24, 6:51 AM

 

SUR ENTOMONEWS - From www.ird.fr - December 14, 2014 7:23 PM :

→ Retour de l’expédition scientifique LENGGURU 2014 : premier bilan

                       

Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

This alien world is the hottest place on Earth

This alien world is the hottest place on Earth | De Natura Rerum | Scoop.it
The Sun scorches the cracked earth, a wavering mirage confuses the eye, and dry air and dust suck the moisture from your mouth and eyes. Ethiopia's Danakil Depression is one of the hottest, driest and lowest places on the planet.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Climate drove demise of South America's giant beasts

Climate drove demise of South America's giant beasts | De Natura Rerum | Scoop.it
One-tonne bears, sloths the size of elephants and sabre-toothed cats all happily coexisted with humans for up to 3,000 years, but were extinct within 300 years after the climate of South America rapidly warmed.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Ce qui nous émerveille
Scoop.it!

Fascinant : écoutez la lugubre mélodie émise par une étoile vieille de 13 milliards d’années

Fascinant : écoutez la lugubre mélodie émise par une étoile vieille de 13 milliards d’années | De Natura Rerum | Scoop.it
En plus des très nombreux outils permettant l’observation de l’espace et de ses corps célestes, les astronomes peuvent désormais s’appuyer sur les sons ém

Via Pravaha
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

THE 16 MOST BEAUTIFUL VIEWS OF THE NORWEGIAN FJORDS

THE 16 MOST BEAUTIFUL VIEWS OF THE NORWEGIAN FJORDS | De Natura Rerum | Scoop.it
As a fine art nature and wedding photographer I have searched the Norwegian fjords for the most spectacular, endearing and majestic views. This is my top 16

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Climate Change Just Opened a 'Gateway to the Underworld' in Siberia

Climate Change Just Opened a 'Gateway to the Underworld' in Siberia | De Natura Rerum | Scoop.it
​In the heart of Siberia’s boreal forest gapes a monstrous chasm local Yakutians call a "gateway to the underworld."

Via Mariaschnee
Christian Allié's insight:
...................."""""""""""""""""""""""""""""""""....................
[...]
Right now, however, sinkholes are popping up across the Siberian frontier like a contagion. In northern Russia’s Krasnoyarsk region, craters are literally bursting forth from the ground, and many scientists believe that unseasonably warm conditions are to blame. “We have just learnt that in Yakutia, new information has emerged about a giant crater one kilometer [0.6 miles] in diameter,” Vasily Bogoyavlensky, the deputy director of the Oil and Gas Research Institute of the Russian Academy of Sciences, told AFP last year.
“Footage allows us to identify minimum seven craters, but in fact there are plenty more.” According to geologic records, Murton told me, the last time Siberia saw slumping of this magnitude was 10,000 years ago, as Earth transitioned from the Paleolithic Ice Age into the current-day Holocene.
Today, greenhouse gas emissions reaching heights of 400 parts per million have far surpassed the CO2 levels of 280 parts per million that brought about the end of the glacial maximum.

more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Les plantes sont-elles des animaux comme les autres?

Les plantes sont-elles des animaux comme les autres? | De Natura Rerum | Scoop.it

Mémoire, douleur, vision ...

.... Loin des clichés sur la plante verte et passive, la biologie végétale ne cesse d'observer depuis une quinzaine d'années des facultés surprenantes que l'on croyait réservées au monde animal. Les végétaux ont de multiples capacités sensorielles qui leur permettent de communiquer entre eux et avec des insectes, de s’adapter aux situations de crise, de mémoriser, et à la grande surprise des chercheurs, leurs activités biochimiques sont liées à de mystérieuses activités électriques.

Christian Allié's insight:
................."""""""""""""""""""""""""""""...............
[...]
.... 2005, Mancuso utilise pour la première fois l'expression «neurobiologie» végétale en fondant avec Baluska le Laboratoire international de neurobiologie des plantes. A l'instar de nombreux collègues, Farmer réfute cette appellation car la plante n'a pas de neurone et qu'il n'est pas selon lui scientifique de faire des telles comparaisons.

Cerveau diffus

A contrario Baluska souligne que «ce qui est important c'est que la plupart des molécules responsables de la communication et des activités neuronales dans le cerveau humain sont aussi présentes chez les plantes avec des fonctionnements très similaires. Le processus est très proche et implique d'une certaine manière que les plantes ont aussi des processus d'information, de mémoire, de décisions, de résolution de problèmes».
Comment expliquer ce mécanisme alors que la plante n'a pas de cerveau? «Les plantes sont capables de produire et d'émettre des signaux électriques sur toutes les cellules de leur corps. De ce point de vue il y a une sorte de cerveau diffus, alors que chez les animaux tout est concentré dans un seul organe», ajoute Mancuso
[...]
Si l'être humain a près 25 000 gènes, les végétaux en ont souvent beaucoup plus, comme le riz qui en compte plus de 40 000. Alors que l'animal a la possibilité de se déplacer, la plante a finalement trouvé ses réponses dans la richesse et la variabilité génétique. «Un gage de longévité», assure Francis Hallé pour qui le plus important reste sans doute encore à découvrir.
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Origin of mystery deep-sea mushroom revealed - BBC News

Origin of mystery deep-sea mushroom revealed - BBC News | De Natura Rerum | Scoop.it
Australian scientists have used genetic material to pinpoint the origin of the deep-sea mushroom, an unusual gelatinous creature first dredged up near Tasmania in 1986.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Ancient ants leaving a modern trail

Ancient ants leaving a modern trail | De Natura Rerum | Scoop.it
It is thought that ants evolved about 150 million years ago and have risen to dominance in the past 60 million years. They are now everywhere and while they are not always welcome on your kitchen counter, they are critical to ecosystems around the world for many roles, including seed dispersal and decomposition. There are a variety of factors that can impact diversity in geographically-clustered ant communities, but it can be difficult to decipher the most important biogeographic influences on these ant populations. Patricia Wepfer, Dr. Benoit Guénard (currently at the University of Hong Kong), and Prof. Evan Economo from the Biodiversity and Biocomplexity Unit at Okinawa Institute of Science and Technology Graduate University (OIST) unravelled the web of biogeographic components to find the influences that most significantly affect ant communities. They recently published their results in the Journal of Biogeography.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.