De Natura Rerum
Follow
Find
8.5K views | +26 today
De Natura Rerum
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Une petite fille nourrit des corbeaux et reçoit des cadeaux en retour

Une petite fille nourrit des corbeaux et reçoit des cadeaux en retour | De Natura Rerum | Scoop.it
Dans son jardin de Seattle, chaque matin Gabi (8 ans) nourrit les corbeaux. En retour, les oiseaux lui apportent des cadeaux.
Christian Allié's insight:

..............."""""""""""""""""""""""""""""""""""""""".................

 

.......... 

Chaque jour, Gabi remplit une vasque d'eau douce, elle approvisionne la mangeoire de graines et jette des poignées de croquettes pour chien dans l'herbe, raconte la BBC.

http://www.bbc.com/news/magazine-31604026 :

 

"""You can see it bringing it into the yard. Walks it to the birdbath and actually spends time rinsing this lens cap."

"I'm sure that it was intentional," she smiles. "They watch us all the time. I'm sure they knew I dropped it. I'm sure they decided they wanted to return it."

Writer and broadcaster Katy Sewall is co-host of The BitterSweet Life podcast." "

 

 

En guise de remerciement, les oiseaux lui ont apporté un large éventail d'objets, dont une ampoule cassée, des boutons, une fermeture éclair, un Lego et des perles. La petite fille possède toute une collection d'objets insolites apportés par les oiseaux. Ils sont rangés et classés soigneusement, car pour Gabi, il s'agit là d'un trésor inestimable.

more...
Aaisha Sylla's comment, Today, 5:27 PM
C'est super! une fois, j'ai vu un corbeau qui venait chiper du beurre sur la terrasse d'un hôtel, (petites plaquettes de beurre individuelles pour le petit déjeuner): il venait en chiper une, repartait à son nid puis revenait en prendre une deuxième et ainsi de suite. Nous on était assez amusés de l'observer. Puis une serveuse s'en est aperçue, a mis un couvercle sur le pot contenant le beurre ; le corbeau est revenu, réussissant à soulever le couvercle et à recommencer... c'était trsè amusant. Pour la petite histoire, la serveuse, à la fin, a fini par rentrer le beurre à l'intérieur de l'hôtel... Belle soirée!
Christian Allié's comment, Today, 5:37 PM
Merci Aaisha, très "sympa" ce témoignage, je suis certain que le corbeau aura trouvé un moyen d'ouvrir le frigo .... Bonne soirée !
Aaisha Sylla's comment, Today, 5:43 PM
Une histoire à confier à J de la Fontaine! :) !
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

Underwater Photographer of the Year 2015 winners – in pictures

Underwater Photographer of the Year 2015 winners – in pictures | De Natura Rerum | Scoop.it
Winner hopes his photograph of a short snouted seahorse – that beat thousands of entries from 40 countries – will raise awareness of the species’ dramatic decline

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Le 3 mars est la Journée mondiale de la vie sauvage

Le 3 mars est la Journée mondiale de la vie sauvage | De Natura Rerum | Scoop.it
UNESCO Centre du patrimoine mondial

 

Le thème de la Journée mondiale de la vie sauvage de cette année est parfaitement en phase avec l’un des principaux objectifs de la Convention du patrimoine mondial : protéger les sites qui abritent des espèces menacées de la faune et de la flore.

Christian Allié's insight:

..................."""""""""""""""""""""""""""""""""""...................

 

......... 

 

Ces sites inestimables sont menacés plus que jamais, et les activités humaines illégales telles que le braconnage et l'exploitation forestière illégale sont parmi les menaces les plus inquiétantes. Il y a une nette tendance à la hausse de la pression du braconnage, en raison de l’augmentation du commerce illicite, affectant en particulier les éléphants d’Afrique et les rhinocéros. En 2014, de considérables pertes ont été signalées dans les populations de ces espèces dans un certain nombre de biens, incluant un déclin spectaculaire de plus de 80% de la population d’éléphants dans la Réserve de gibier de Selous (Tanzanie) depuis 2005.

 

L’abattage illégal d’essences précieuses constitue également une forte menace : une reprise de l’abattage illégal de palissandre (Dalbergia sp.) a été signalée en 2014 dans certaines parties des Forêts humides de l’Atsinanana (Madagascar), et l’abattage illégal de bois de rose d’Indochine (D. cochinchinensis) dans le complexe forestier de Dong Phayayen-Khao Yai (Thaïlande) qui a été signalé en forte hausse, à la fois en intensité et violence. En 2014, le braconnage, l’abattage illégal et les délits sur les espèces sauvages ont représenté une sérieuse menace sur plus de 50% des biens naturels ayant été examinés par le Comité du patrimoine mondial à sa 38esession (Doha, 2014).

Aussi, le Comité du patrimoine mondial a-t-il adopté sa décision 38 COM 7 par laquelle il a réitéré sa plus vive inquiétude quant aux impacts persistants sur les biens du patrimoine mondial de la pression croissante du braconnage, en particulier d’éléphants, de rhinocéros et de l’abattage d’essences de bois précieuses, liés à un commerce illicite croissant, et la participation accrue du crime organisé dans ce commerce lucratif. Le Comité du patrimoine mondial a également prié instamment les 191 États parties à la Convention du patrimoine mondial de garantir une forte collaboration et coordination internationales afin de contrôler le commerce illicite de la flore et de la faune et de leurs produits.

La Journée mondiale de la vie sauvage est célébrée le 3 mars, date à laquelle la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a été adoptée en 1973. L'objectif de la Journée mondiale de la vie sauvage est de célébrer la faune et la flore sauvages, sous toutes leurs formes, aussi  belles que variées ; rappeler les interactions privilégiées entre la vie sauvage et les populations à travers le monde; et sensibiliser à la nécessité urgente de renforcer la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, qui a un large impact économique, environnemental et social.

Depuis de nombreuses années, le Secrétariat de la CITES et l’UNESCO ont joint leurs efforts dans la lutte contre la criminalité liée à la vie sauvage, avec le soutien total du Comité du patrimoine mondial. En effet, en 2014, celui-ci a réitéré sa demande au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN de consolider leur coopération avec la CITES et a également appelé les Etats parties à la Convention du patrimoine mondial qui sont des pays de transit et de destination de l’ivoire et de la corne de rhinocéros, de soutenir les États parties affectés afin de mettre fin au commerce illégal de faune sauvage et de ses produits dérivés, et en particulier par la mise en œuvre de la CITES.

A sa 39e session prochaine (Bonn, Allemagne, 28 juin – 8 juillet 2015), le Comité du patrimoine mondial examinera de nouveau l’état de conservation d'un certain nombre de biens naturels du patrimoine mondial menacés par les crimes liés à la vie sauvage et adoptera les décisions pertinentes pour assurer que les sites qui abritent quelques-unes des espèces sauvages menacées les plus emblématiques sont intégralement préservés.

Site officiel : http://www.wildlifeday.org/

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Insect Archive
Scoop.it!

Banque d'images CNRS

Banque d'images CNRS | De Natura Rerum | Scoop.it

[Image] Tête de collembole observée en microscopie électronique à balayage (MEB)

 

→ Banque d'images CNRS - Résultat : collembole
http://phototheque.cnrs.fr/front/baskets.php?userSession=1027109*109.213.138.136*2457076.64349

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Camargue Nature
Scoop.it!

L’observatoire photographique du paysage de la Camargue

L’observatoire photographique du paysage de la Camargue | De Natura Rerum | Scoop.it

L’observatoire photographique du paysage de la Camargue est un outil mis en œuvre  par le Parc naturel régional de Camargue pour évaluer les changements qui interviennent dans les paysages du delta.

 

Le travail de l’Observatoire sera exposé dans les trois communes du Parc (Saintes-Maries-de-la-Mer, Arles et Port-Saint-Louis-du-Rhône) aux dates suivantes :

Arles, village de Salin-de-Giraud, du 2 février au 13 mars 2015Port-Saint-Louis-du-Rhône, du 31 aout au 11 septembre 2015Saintes-Maries-de-la-Mer, octobre 2015


Via Pescalune
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Drop everything and watch this video of our gorgeous planet

Drop everything and watch this video of our gorgeous planet | De Natura Rerum | Scoop.it
This time-lapse from the International Space Station will stop you in your tracks.
Christian Allié's insight:

................."""""""""""""""""""""""""""""""""""....................

 

.......

Complicated science, political buffoonery, social injustice, terrible jokes — keeping up with the fate of our planet is an overwhelming endeavor. That’s why today (in fact, right now) you should take a break from all that noise to remind yourself what exactly it is that we’re trying to save.

For inspiration, check out this time-lapse of the Earth that filmmaker Phil Selmes put together using footage taken from the International Space Station (ISS). Selmes has made time-lapses with ISS footage before, but this is the first time he’s used a tracking shot — the seamless one-shot filmmaking trick that we all now know about thanks to Birdman — and the results are pretty breathtaking.

So put whatever you’re doing on hold (come on, it’ll only take a few minutes), throw on some headphones, and go full screen. If you get little choked up watching this, know that you’re not alone.

Last October, Selmes told Universe Today what attracted him to ISS footage:

I didn’t see politics, races, borders, countries, religions or differences […]. I saw one planet, one world, one incredibly beautiful miracle in the absolute vastness of the universe. It gave me some perspective, ironically it brought me ‘back to earth.’

Come on, team. It’s time to save that big beautiful orb.

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Zones humides - Ramsar - Océans
Scoop.it!

En Nouvelle-Calédonie, la bonne santé des récifs coralliens

En Nouvelle-Calédonie, la bonne santé des récifs coralliens | De Natura Rerum | Scoop.it
Alors que l'Unesco s'inquiète de l'état de santé de la Grande barrière d'Australie, le récif corallien de Nouvelle-Calédonie, lui-aussi inscrit au patrimoine mondial de l'humanité, demeure un joyau naturel bien préservé.

Via Pescalune
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Camargue Nature
Scoop.it!

Le Festival de la Camargue et du delta du Rhône renaît - Téléchargez le programme !

Le Festival de la Camargue et du delta du Rhône renaît - Téléchargez le programme ! | De Natura Rerum | Scoop.it

Ne manquez pas cette 7e édition, et suivez l'oiseau du 13 au 19 mai Villes, structures publiques ou privées, associations et partenaires divers (très) nombreux pour cette reprise s’associent pour que très peu d’endroits, même les plus sauvages, restent inaccessibles durant ces quelques jours privilégiés.


Via Pescalune
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Plant's tiny genome is packed full of genes - Futurity

Plant's tiny genome is packed full of genes - Futurity | De Natura Rerum | Scoop.it
The carnivorous humped bladderwort lacks roots and uses vacuum pressure in miniature traps to capture prey. Its genome is also odd, report researchers.
Christian Allié's insight:

................"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""................

 

[ ... ]

...... 

In contrast to the minimalist plant theory, Albert and his colleagues find that U. gibba has more genes than some plants with larger genomes, including grape, as already noted, and Arabidopsis, a commonly studied flower.

 

A comparison with the grape genome shows U. gibba‘s genetic opulence clearly: the bladderwort genome, holding roughly 80 million base pairs of DNA, is six times smaller than the grape’s. And yet, the bladderwort is the species that has more genes: some 28,500 of them, compared to about 26,300 for the grape.

| ... ]

........

“When you have the kind of rampant DNA deletion that we see in the bladderwort, genes that are less important or redundant are easily lost,” Albert says. “The genes that remain—and their functions—are the ones that were able to withstand this deletion pressure, so the selective advantage of having these genes must be pretty high.

“Accordingly, we found a number of genetic enhancements, like the meat-dissolving enzymes, that make Utricularia distinct from other species.”

 

Much of the DNA the bladderwort deleted over time was noncoding “junk DNA” that contains no genes, Albert says.

[ ... ]

........

This fast-paced gene gain was balanced out by swift deletion. Evidence for this phenomenon comes from the fact that the plant has a tiny genome despite its history of genetic duplication.

In addition, the plant houses a high percentage of genes that don’t have close relatives within the genome, which suggests the plant quickly deleted redundant DNA acquired through duplication events.

 

The study builds on the work of Albert and other team members, who reported in the journal Nature in 2013 that the bladderwort’s genome was comprised almost entirely of useful, functional genes and their controlling elements, in contrast to species like humans, whose genomes are more than 90 percent “junk DNA.”

 

The study included partners from the University at Buffalo, the Universitat de Barcelona in Spain, the Laboratorio Nacional de Genómica para la Biodiversidad (LANGEBIO) in Mexico, and the Instituto de Ecología in Mexico.

 

Source: University at Buffalo

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Zoologie et Ethologie
Scoop.it!

Salt River Wild Horses - Champ, Wild Stallion Rescues Filly From Drowning - YouTube

Please "Like" our Facebook page, www.facebook.com/saltriverwildhorses Visit our website, www.saltriverwildhorses.com A wild stallion named Champ saves a youn...

Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Le genévrier, "thériaque des pauvres"

Le genévrier, "thériaque des pauvres" | De Natura Rerum | Scoop.it
Plante compagnon de l'homme depuis des milliers d'années (la découverte de baies de genévrier dans des grottes présentant des traces d'activités humaines en atteste), le genévrier, qu'il soit plant...
Christian Allié's insight:

..........."""""""""""""""""""""""..........

 

[ ... ]

.......

On peut penser que le genévrier n’est pas un arbre, tout au plus un arbuste robuste et plus ou moins rabougri. Mais c’est sa croissance très lente qui peut donner cette fausse idée. Cela ne l’autorise jamais à dépasser les 6 m de hauteur. De plus, il peut paraître encore plus petit selon le biotope qu’il occupe ; aussi a-t-il un port élevé ou rampant selon l’altitude (et la rudesse du climat qui va avec) à laquelle il pousse. Nous en avons déjà touché deux mots lorsque nous avons parlé du mélèze.
Semper virens, muni d’une myriade de très courtes aiguilles, le genévrier est dioïque, c’est-à-dire qu’il existe des pieds mâles et d’autres femelles. La floraison, qui se déroule entre avril et mai, laisse ensuite la place à ce que l’on appelle les baies de genévrier. En réalité, elles n’en sont pas ; botaniquement, il s’agit de cônes (le genévrier est un conifère, c’est-à-dire qu’il « porte des cônes » !). Couverts de pruine – une pellicule de matière cireuse – ces cônes sont verts durant la première année de fructification, ils ne deviennent noirs qu’à la seconde (c’est à ce moment qu’on les récolte).
Le genévrier se développe dans des zones tempérées, mais sèches et arides, de l’hémisphère nord. On le trouve dans les broussailles, les landes et les friches.

Le genévrier en aromathérapie

[ ... ]

Propriétés thérapeutiques

Anti-infectieuse : antibactérienne, antifongique, antiseptique des voies urinaires, pulmonaires et digestives, antiseptique atmosphériqueApéritive, digestive, antifermentaire et antiputride intestinale, antidégénérante stomacale et duodénaleStimulante hépatopancréatique, antidégénérante hépatique, protectrice des cellules hépatiquesAnti-inflammatoire, antalgiqueDiurétique, dépurativeDécongestionnante veineuse, vasoconstrictriceExpectoranteSpasmolytiqueAntilithiasiqueHarmonisante du système neurovégétatif, tonique cérébrale, stimulante des surrénalesEmménagogueRépulsive insectifuge

Usages thérapeutiques

[ ... ]

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Camargue Nature
Scoop.it!

Grandeurs nature - "Là-bas sur nos rivages"

Dimanche 8 mars à 16h25 prochain sera diffusé sur France 2 le documentaire "Là-bas sur nos rivages", dans le cadre de la série "Grandeurs Nature".

Entre autres espèces emblématique auxquelles elle s'est intéressée pour ce film, la réalisatrice Emma Baus a participé au dernier baguage des flamants roses sur le salin d'Aigues-Mortes en août 2014, co-organisé par le groupe Salins et la Tour du Valat dans le cadre du programme de conservation de l'espèce mené par le centre de recherche depuis les années 1970.


Via Pescalune
more...
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

La diversité des primates du Nouveau Monde s’agrandit ! - Faune, nature, zoos & biodiversité

La diversité des primates du Nouveau Monde s’agrandit ! - Faune, nature, zoos & biodiversité | De Natura Rerum | Scoop.it

Dévoilées en janvier 2015 à travers 14 articles publiés dans un numéro spécial de la revue Molecular Phylogenetics and Evolution, les conclusions des recherches menées par une équipe de l'université de Californie à Los Angeles (États-Unis) éclairent d’un nouveau jour la diversité génétique de plusieurs espèces de singes d'Amérique du Sud.

Christian Allié's insight:

......................"""""""""""""""""""""""""""""".......................

 

.......... Les scientifiques ont eu recours à la génétique et à l'analyse statistique pour établir que ces petits primates avaient divergé du saïmiri à dos doré (Saimiri ustus) voici environ 500.000 ans et du saïmiri de Bolivie (Saimiri boliviensis) il y a près de 1,3 million d’années. Longtemps, les chercheurs ont estimé que Saimiri boliviensis et Saimiri vanzolinii étaient une seule et même espèce.

Cette découverte revêt une importance particulière car ces singes sont directement menacés par le changement climatique. « Ils peuvent rapidement perdre la totalité de leur habitat, assure Lynch Alfaro. Cette espèce présente en effet l’aire de répartition la plus restreinte de tous les primates d’Amazonie. »

 

Retour au Miocène


S’appuyant également sur la génétique et la statistique, une étudiante du laboratoire d'écologie et de biologie évolutive du professeur Michael Alfaro à l’UCLA s’est intéressée à l’évolution des tamarins présents dans tout le bassin occidental de l’Amazone.

D’après les travaux de Janet Buckner, le plus récent ancêtre commun des callitrichidés  - sous-famille regroupant les primates connus sous les noms vernaculaires de ouistitis, tamarins, pinchés et petits singes-lions - vivait dans les zones forestières d’Amérique du Sud voici 14 millions d’années. Il y a 11 millions d’années, les représentants du genre Leontopithecus ont colonisé diverses régions de la Forêt atlantique au bassin de l'Amazone, suivis 6 millions d’années plus tard par ceux du genre Callithrix.

[ ... ]


 

Alfred Wallace avait raison !


 

Cette nouvelle découverte a également permis aux scientifiques américains de valider les idées d'Alfred Russel Wallace (1823-1913), naturaliste britannique considéré, avec Charles Darwin, comme le codécouvreur de la théorie de l’évolution par la sélection naturelle. « Nous suivons ces traces », estime Michael Alfaro.

 

Alfred Wallace avait observé que les primates vivant sur les rives opposées des grands fleuves présentaient de notables différences. Il a donc émis l’hypothèse que les larges cours d’eau alimentant l’Amazone constituaient des frontières favorables à la diversité animale.

 

Afin de vérifier cette théorie, Jessica Lynch Alfaro, Michael Alfaro et leurs collègues ont collecté puis analysé des échantillons de tissus de singes vivant sur les rives du rio Negro et de son principal affluent brésilien, le rio Branco.

 

Ils ont établi que les primates étaient présents avant la naissance du rio Negro. Celui-ci a donc séparé les populations et contribué à la divergence de leurs caractéristiques. « Les singes sont devenus très différents car la rivière les a isolés lors de sa formation », explique Mme Lynch Alfaro.

 


 

De son côté, le rio Branco a servi de frontière à six espèces de singes, en limitant la distribution des ouakaris, des titis - ou callicèbes - et des capucins du genre Cebus vers l’ouest, et celle des sakis, des grands tamarins et des capucins du genre Sapajus vers l’est. Non reconnue à l’heure actuelle par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la distinction des genres Cebus et Sapajus avait été proposée en 2012 par Jessica Lynch Alfaro dans un article paru dans la revue American Journal of Primatology. Les avancées de la science ont donc validé l’hypothèse d’Alfred Wallace.


 

Sources : UCLA newsroom, Molecular Phylogenetics and Evolution, American Journal of Primatology.


more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Gaia Diary
Scoop.it!

New fungus species discovered in Scandinavia

New fungus species discovered in Scandinavia | De Natura Rerum | Scoop.it
Scientists have discovered a fungus so tiny that it can only be seen through a magnifying glass -- but if you take the trouble to do so, an extremely beautiful organism appears.

Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Le romarin (Rosmarinus officinalis)

Le romarin (Rosmarinus officinalis) | De Natura Rerum | Scoop.it

Son histoire, ses symbolismes Le romarin est une plante typique du bassin méditerranéen depuis longtemps cultivée et utilisée. Ses champs d'application sont vastes : aromathérapie, phytothérapie, parfumerie, cuisine, magie, etc. ...

Christian Allié's insight:

................""""""""""""""""""""""""""""""""...................

 

.............  Il semblerait, plutôt, que le romarin ait eu une valeur symbolique très tôt dans l’Antiquité. « Plante aromatique devenue funéraire, son arôme passait pour conserver le corps du trépassé, et son feuillage toujours vert semblait un gage d’immortalité » (1). Associé à un certain nombre de rites funéraires, il permettait d’accompagner le défunt dans l’au-delà. Mais il avait aussi une utilité pour les vivants lors de ces rites, puisqu’on sait que les Romains portaient des couronnes de romarin (d’où son surnom d’herbe à la couronne, coronarius) pour, très certainement, les aider à garder la tête froide lors de tels événements.

 

Symbole de mort, il est aussi symbole de vie et d’amour. Aussi l’employait-on couramment, toujours sous forme de couronne, lors des mariages. Du culte des morts on glisse vers l’idée du rajeunissement et de la résurrection. Nous verrons que certains emplois plus tardifs du romarin incarnent cette dimension. Mais le romarin, de plante cultuelle, est passé au stade médicinal puis condimentaire, à travers un processus de désacralisation, comme on en rencontre tant dès qu’on parle des plantes. « Mais cette injuste déchéance ne pouvait être elle-même que toute provisoire, puisque, après tout, les légendes concernant les plantes n’étaient qu’une manière d’en souligner les vertus. Nous pourrions dire aujourd’hui qu’elles étaient destinées à engendrer un conditionnement psychique préalable qui rendent plus efficaces encore leurs très réelles propriétés »


C’est cela aussi la magie, qui autorise à ce qu’un remède marche plus ou moins bien, en fonction de l’attitude qu’on observe vis-à-vis de lui. Par exemple, il ne suffisait pas aux étudiants grecs de se tresser des couronnes de romarin pour que cela favorise immédiatement leur intellect (de même qu’on le ferait avec un diffuseur d’huiles essentielles aujourd’hui). Il faut retrouver le caractère sacré de la plante que des siècles et des siècles de dénégation et d’ignorance ont effacé.

[ ... ]

........ 

Propriétés thérapeutiques

Romarin à camphre

-Neurotrope, musculotrope, décontractante et relaxante neuromusculaire
-Cardiotonique, tonique circulatoire, décongestionnante veineuse, hypotensive
-Anticatarrhale, expectorante, mucolytique
-Antalgique, anti-inflammatoire
-Régulatrice hépatique, cholérétique, cholagogue
-Diurétique, urolytique
-Lipolytique
-Emménagogue non hormonale

Romarin à cinéole

[ ... ]

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Camargue Nature
Scoop.it!

Observation des oiseaux hivernants en Camargue

Observation des oiseaux hivernants en Camargue | De Natura Rerum | Scoop.it

Via Bourdoncle, Pescalune
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Agir pour la biodiversité !
Scoop.it!

Comment les champignons ont-ils évolué ?

Comment les champignons ont-ils évolué ? | De Natura Rerum | Scoop.it
Le séquençage du génome de 18 nouvelles espèces de champignons révèle l’histoire originale de l’évolution d’organismes qui ont façonné en profondeur les écosystèmes de la planète.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, Pescalune
Christian Allié's insight:

............""""""""""""""""""""""""""""""""""""""..........

 

........  Ni plantes, ni animaux, les champignons ont une histoire évolutive singulière mais connectée étroitement à la nature telle que nous la connaissons. Outre leurs actions de parasites et de pathogènes, ils remplissent en effet deux rôles essentiels. Certains sont des décomposeurs de la lignocellulose du bois tandis que d’autres sont associés aux arbres et aux plantes à travers des symbioses mycorhiziennes, un échange de bons procédés où le champignon apporte aux plantes le phosphore, l’azote et les microéléments dont elles ont besoin tandis que celles-ci fournissent au champignon les sucres qu’elles produisent par photosynthèse.

[ ... ]

.......  La comparaison des génomes des pourritures et des dégradeurs de litière avec ceux des champignons ectomycorhiziens fait apparaître d’autres parentés insoupçonnées : les amanites seraient apparentées aux champignons décomposeurs de litière comme les agarics (le champignon de Paris) tandis que les hébélomes seraient issus de pourritures blanches ancestrales. Ce scénario évolutif devrait se préciser dans les prochains mois avec les résultats de l’étude comparative en cours d’une vingtaine de nouveaux génomes mycorhiziens. « Nous pourrons ainsi affiner les étapes intermédiaires de cette histoire évolutive des champignons » annonce Francis Martin.

more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

To fix human health, focus on ecosystems - Futurity

To fix human health, focus on ecosystems - Futurity | De Natura Rerum | Scoop.it
Thinking of humans as separate from ecosystems is making us sick, according to a new study citing antibiotic resistance and obesity as examples.
Christian Allié's insight:

.................."""""""""""""""""""""""""""""""""................

 

.......

The living world is by nature a collaborative enterprise rather than a competitive one, says Professor Mark Wahlqvist of Monash University.

“It is unhelpful to look at ourselves as discrete species as the interconnectedness of all things, animate and inanimate, becomes more apparent,” he says.

In research published in the Asia Pacific Journal of Clinical Nutrition, Wahlqvist says awareness is growing of the ecosystem-dependent nature of human health.

“The problem now faced is that ecosystems have been plundered in such an anthropocentric fashion that their sustainability is precarious and our health with it,” he says.

Calling for a re-evaluation of many ecosystems, from the home, school, and work-place to health care, communication, transport, and recreation, Wahlqvist says we had become accustomed to blaming disease and dysfunction on one factor, or a small set of factors.

Such views had contributed to the rise of medications such as antibiotics, as well as their probable imminent failure.

“We confront multiple-resistant microorganisms in farm animals and ourselves that no currently available antibiotic can eradicate, not least because of their misuse as growth promotants in livestock for human consumption,” he says.

 

“Better ecosystem management is likely to be one of the few solutions available to this crisis.”

 

[ ... ]

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Zones humides - Ramsar - Océans
Scoop.it!

Immergez-vous dans l'Exposition Hippocampe

Immergez-vous dans l'Exposition Hippocampe | De Natura Rerum | Scoop.it
Après 10 ans de recherche dans le cadre du programme de science participative Hippo-THAU, le CPIE Bassin de Thau et l'association membre Peau-Bleue présentent l'exposition Hippocampe. Consacrée aux hippocampes et syngnathes, elle vous invite à les rencontrer chez eux, dans leur habitat naturel !

Via Pescalune
Christian Allié's insight:

...............""""""""""""""""""""""""""""""""""""""............

 

...... Tout commence en 2005 dans le Sud de la France, au bord de la Méditerranée. C’est ici que se trouve la lagune de Thau.


Entre terre et mer, cet espace naturel abrite un écosystème unique et une grande diversité d’espèces, parmi lesquelles... l’hippocampe !
Emblème énigmatique, il fascine depuis l’Antiquité. Pourtant, on ne sait que peu de choses sur lui. Depuis maintenant dix ans, différents acteurs ont décidé d’agir pour mieux le connaître et le préserver en rejoignant le programme de science participative Hippo-THAU. Les enquêtes réalisées par des centaines de bénévoles, les nombreuses données récoltées et les analyses scientifiques permettent aujourd’hui de vous dévoiler une partie de ses secrets.


Cette exposition vous invite à une véritable immersion au pays des hippocampes… mais ne les cherchez pas vivants dans ces murs.
En effet, la beauté de cet animal va de pair avec sa grande fragilité et le maintenir en captivité se révèle une opération périlleuse.


C’est pourquoi nous avons fait le choix, et le pari, de vous émerveiller pour vous inviter à le rencontrer chez lui, dans son habitat naturel.
Entre aventure humaine et découverte du vivant, vous êtes sur le point de prendre part à un merveilleux voyage dans le monde mystèrieux des hippocampes !

 

OÙ ET QUAND VISITER L'EXPOSITION ?

 

Du 28 février au 17 avril 2015Espace Paul Boyé - 45 quai de Bosc à Sète (34) - Voir sur la carteTous les jours de 9h30 à 18h sauf le mardiTarif normal : 3 € - Gratuit jusqu'à 12 ans
Visite guidée gratuite pour les groupes scolaires du territoire de Thau, le mercredi, sur réservation.
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Le top 5 de la longévité animale

Le top 5 de la longévité animale | De Natura Rerum | Scoop.it

" Si l'Homme affiche d'impressionnants records de longévité dépassant le siècle, certains animaux marins n'ont rien à lui envier. Souvent nocturnes et de croissance lente, ils vivent parfois dans les profondeurs marines, ce qui accentue leur part de mystère. Ces espèces vivent des dizaines, des centaines d'années, voire davantage. Pourtant, beaucoup d'entre elles s'avèrent influencées et parfois menacées par le réchauffement climatique, la surpêche et la pollution de leur milieu. Voici un échantillon de ces êtres surprenant de vitalité. »

 

[...]

 

[Image] Échinoderme : 200 ans pour l'oursin rouge géant (Astropyga radiata)

          


Via Bernadette Cassel
more...
Bernadette Cassel's curator insight, February 22, 2:42 PM


SUR ENTOMOSCIENCE

From www.futura-sciences.com - February 22, 8:24 PM :

→  Dans le top 5 de longévité des animaux marins : le homard européen


Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

De quoi les plantes parlent-elles ? (Documentaire vidéo) - ForumPhyto

De quoi les plantes parlent-elles ? (Documentaire vidéo) - ForumPhyto | De Natura Rerum | Scoop.it
Christian Allié's insight:

...............""""""""""""""""""""""""""""""""................

 

............

Sous ce titre (in English), "What plants talk about" : https://www.youtube.com/watch?v=xrsYRJi3EGw&sns=tw ;

ce documentaire vidéo canadien de Nature Top Documentary Films montre en quoi les plantes ne sont ni solitaires ni sédentaires. Elles ont un « comportement » : elles communiquent, bougent et interagissent entre elles et avec leur environnement.

Très beau film, illustré et pédagogique, s’appuyant sur de belles images, mais aussi sur des explications claires d’universitaires nord-américains.

 

Bien que non disponible en français, beaucoup d’images, en particulier séquences en « time lapse » (donc en accéléré), sont suffisamment parlantes pour permettre à un public peu accoutumé à l’anglais de saisir une bonne partie du sens de ce film.

more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Les lacs du Groenland garderaient la mémoire du futur de ses glaces

Les lacs du Groenland garderaient la mémoire du futur de ses glaces | De Natura Rerum | Scoop.it
Le Groenland est en train de fondre mais selon un processus plus complexe qu'on ne l'imaginait, ce qui ne rend pas facile la prédiction de sa contribution à l'élévation du niveau des océans d'ici...
Christian Allié's insight:

.............."""""""""""""""""""""""""""""""""...............

 

[ ... ]

......  En se basant sur les observations des satellites et sur du travail sur le terrain, les glaciologues de l'UCLA ont étudié de plus près le remarquable système de transport des eaux fondues à la surface du Groenland. De magnifiques rivières bleues s'y développent qui conduisent ces eaux vers l'océan. Mais un réseau de transport interne a aussi été découvert, qui montre que l'intérieur de l'inlandsis ressemble à un gruyère. Les mesures des chercheurs montrent donc aussi que les modèles climatiques peuvent surestimer le volume de l'eau de fonte s'écoulant vers l'océan, car ils ne tiennent pas compte d'un stockage de l'eau sous la glace. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n'est pas déjà le cas. En cliquant ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, vous devriez voir l'expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ».

© UCLA, YouTube

Des océans plus haut de 16 cm pour un Groenland plus chaud

Un cas important à comprendre est le destin de l’inlandsis du Groenland. La fonte de la banquise, qu’elle soit arctique ou antarctique, ne va pas faire monter le niveau des mers. Il en sera tout autrement avec la fonte des glaciers sur les continents, en particulier celui du pôle Sud. Afin de mieux cerner l'avenir du Groenland, une équipe internationale de chercheurs en géosciences menée par le géologue danois Nicolaj Krog Larsen a effectué une série de carottages dans les sédiments des lacs pendant six étés. Les résultats des analyses de ces échantillons viennent d’être publiés dans la revue Geology.

Après le dernier âge glaciaire, qui a pris fin il y a environ 11.500 ans, l’épaisseur et l’extension de l’inlandsis du Groenland ont varié. Cette couche de glace évolue rapidement en ce moment comme l’ont montré les images du documentaire Chasing Ice. Or, il y a entre 8.000 et 5.000 ans, la température locale au Groenland était supérieure de 2 à 4 °C à celle d'aujourd'hui, comparable donc à celles que l’on devrait atteindre d’ici 2100.

Les sédiments lacustres du Groenland ont gardé la mémoire de cette période chaude de l’Holocène. D’après les chercheurs, les données recueillies en analysant les carottes prélevées dans ces lacs ont permis de sélectionner les meilleurs modèles théoriques capables de reproduire la fonte du Groenland en réponse à des évaluations de températures.

Selon eux, il y a donc entre 8.000 et 5.000 ans, l’inlandsis du Groenland perdait chaque année environ 100 gigatonnes d’eau, ce qui a contribué au final à une élévation du niveau des océans de seulement 16 cm. Or, actuellement, la fonte des glaciers du Groenland sur les 25 dernières années est évaluée entre 0 et 400 gigatonnes d’eau par an. Affaire à suivre...

more...
No comment yet.
Scooped by Christian Allié
Scoop.it!

Claude Bourguignon, défenseur de nos sols - Magazine GoodPlanet Info

Claude Bourguignon, défenseur de nos sols - Magazine GoodPlanet Info | De Natura Rerum | Scoop.it
Claude Bourguignon, a longtemps mis en garde des risques que leur font courir les pratiques agricoles intensives. Désormais, ses idées sont confirmées par les scientifiques.
Christian Allié's insight:

.............."""""""""""""""""""""""""""""""""............

 

......

Le sol est une immense fabrique du vivant. C’est lui qui nous nourrit. Et nous en dépendons tous. S’il enveloppe le globe d’une fine pellicule de quelques dizaines de centimètres seulement, il est le siège d’une activité intense et il héberge un écosystème extrêmement riche.

Dans les années 1970, Claude Bourguignon, alors chercheur à l’INRA (Institut National de recherche agronomique), s’intéresse aux millions de vers, larves, coléoptères, araignées et acariens présents dans la terre, qui consomment et décomposent végétaux et petits animaux. Mais aussi aux micro organismes, bactéries et champignons, qui, par millards, utilisent des matières animales et végétales mortes pour fabriquer des éléments nutritifs, de nouveau utilisables par la faune et la flore. Bref, à tous ces petits êtres qui y vivent et y travaillent – et qui font tourner la boucle entre le biologique et le minéral, entre le mort et le vivant. « Il faut cesser de voir la terre comme un support inerte » rappelle-t-il souvent.

Mais à l’époque, le sujet est vu avec condescendance par les autres scientifiques. Emmanuel, son fils, se souvient « J’accompagnais souvent mon père au laboratoire microbiologie de Dijon. J’avais alors une dizaine d’années. Je me souviens des conflits entre mon père et son directeur. Mon père ne comprenait pas que l’on s’inquiète si peu de l’état des sols. » Et Lydia, sa femme, ajoute « Aujourd’hui les gens sont sensibilisés mais, à l’époque, lorsque nous disions que les sols étaient à l’agonie, personne ne voulait l’entendre ».

Claude Bourguignon, constate que les populations qui habitent le sols sont mises à mal par l’utilisation d’engrais et de pesticides ou par la pratique du labour. Mais à l’époque, les outils disponibles ne permettent pas de quantifier précisément cette dégradation et ses observations sont contestées. Elles ne seront confirmées que bien plus tard. « Nos actions n’ont pas été bien accueillies par les scientifique classiques. Leurs propos était plutôt violents ».

Claude décide alors de quitter l’INRA et crée, avec sa femme Lydia, son propre Laboratoire d’Analyse Microbiologie des Sols (LAMS) en 1990. Depuis, il propose aux agriculteurs et aux viticulteurs des techniques de restauration et de préservation des sols agricoles par des pratiques respectueuses de la vie du sol et de son fonctionnement. Ils organisent des voyages à travers le monde pour présenter aux agriculteurs français des méthodes culturales alternatives. Ils enseignent au sein de l’école associative d’agrobiologie de Beaujeu, haut lieu de l’écologie des années 1980 et 1990, aux côtés du botaniste Gerard Ducerf ou du philosophe Pierre Rabhi.

En 2008, ils sont rejoints par leur fils Emmanuel, de retour d’une formation en microbiologie et écologie des sols réalisée en Écosse puis en Nouvelle Zélande. «Les choses évoluent aujourd’hui» constate celui-ci, mais, comme le déplorait déjà son père, « à l’époque, il n’existait aucune formation digne de ce nom sur la microbiologie des sols, en France ».

Ensemble, ils étudient la nature des sols, leurs propriétés… « Nous passons 2/3 de notre temps sur le terrain » précise Lydia Bourguignon. « Nous réalisons des prélèvements et à partir de là, nous pouvons dire si la terre a besoin d’être revitalisée, si elle est adaptée à la culture choisie ou si elle a besoin de fertilisants pour aider la croissance de cette culture. La plupart du temps aucune fertilisation n’est nécessaire, il faut simplement soigner et entretenir la terre. » D’après les Bourguignon, c’est d’ailleurs cette démarche, qui vise à «rendre les agriculteurs les plus autonomes possible » qui inquiète. « Si les agriculteurs utilisent moins de fertilisants, par exemple, certaines multinationales vont perdre beaucoup d’argent, or on connaît l’influence de ces multinationales sur les politiques menées en agriculture…. »

Ils cherchent à préserver les sols, et en particulier l’humus superficiel le plus riche en êtres vivants, et prônent le semis direct sur des terres régulièrement mise au repos et laissées couvertes par des prairies naturelles. Ils remettent en cause le labour profond et l’idée reçue que cette pratique aère la terre. « Ce sont les petits invertébrés et les micro-organismes du sols qui, en circulant et en respirant, aèrent le sols » expliquent-ils. « Il a été très difficile pour nombre d’agriculteurs d’accepter qu’une pratique qu’on leur transmettait depuis des siècles n’était pas bonne. Ils avaient le sentiment que si ils ne labouraient pas, ils ne travaillaient pas. » souligne Lydia Bourguignon.

Depuis une dizaine d’années, de nombreuses études ont été entreprises sur ces sujets, en particulier au sein du laboratoire de l’INRA de Dijon où travaillait Claude Bourguignon. Elles confirment que « le labour classique baisse la diversité des champignons dans le sol et augmente celle de bactéries opportunistes qui sont là pour épuiser le système et peuvent potentiellement être pathogènes», comme le reconnaît Lionel Ranjard, directeur scientifique au sein de l’unité de recherche Agroécologique de l’INRA de Dijon.

«Pendant longtemps, les instituts techniques, tel que l’INRA, n’ont pas ou mal occupés la place » admet Lionel Ranjard. « Mais désormais nous avons a notre disposition des outils performants qui permettent de réaliser de bons diagnostics ». D’après Lionel Ranjard, «Claude Bourguignon s’est un peu trop éloigné de la recherche et son discours stigmatise les agriculteurs » mais « il a tellement parlé de ces problèmes, qu’il a stimulé le monde agricole à s’intéresser à la question de la biologie du sol».

Aujourd’hui encore, la famille Bourguignon travaille pour rendre les agriculteurs plus autonomes dans la gestion de leurs terres et se félicite des avancés et du chemin parcouru dans ce domaine. « Mais lorsque nous voyons la puissance des états et des lobbyistes ou des désastres comme ceux provoqués par la Politique Agricole Commune (PAC), nous ne pouvons nous empêcher de garder un certain regard pessimiste. Mais ce sont peut être aussi ces obstacles qui nous poussent à avancer ».

Julie Renoux

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2015/02/23/claude-bourguignon-defenseur-sols/#sthash.30ZSAB0j.dpuf
more...
Bernadette Cassel's curator insight, March 1, 5:59 AM


SUR ENTOMOSCIENCE

→  Biologie des sols forestiers

                 

Rescooped by Christian Allié from La Cabane aux Arômes
Scoop.it!

Comment se débarraser d'un urticaire avec l'ortie et le plantain

Comment se débarraser d'un urticaire avec l'ortie et le plantain | De Natura Rerum | Scoop.it
« Si les hommes savaient combien elle est efficace, ils ne planteraient que des orties. Malheureusement bien peu le savent. » Maria Treben, La santé à la pharmacie du Bon Dieu

Via Pescalune
Christian Allié's insight:

..............."""""""""""""""""""""""""""""".............

 

[ ... ]

...........

Les maladies de peau, manifestation d’un déséquilibre interne

Je ne veux pas faire de généralités, mais souvent les éruptions cutanées sont la manifestation d’un déséquilibre interne à l’organisme. Qui n’a jamais eu de boutons suites à des excès alimentaires lors des fêtes de fin d’années ? Ainsi, il convient de considérer qu’il s’agit de symptômes qui révèlent un dysfonctionnement plus profond. A ce moment, reprendre une alimentation saine et équilibrée peut aider. Mais s’agissant d’urticaire, cela paraît une solution bien légère et sans doute pas assez rapide pour rétablir l’équilibre….

C’est là qu’intervient l’ortie.

L’ortie, comme je l’expliquais dans le précédent article est une plante dépurative, qui va donc aider à détoxifier l’organisme, à le nettoyer. Elle va également apporter de nombreux minéraux utiles au fonctionnement de différents organes et donc renforcer l’organisme qui pourra mieux lutter contre les causes de l’allergie, même si elles ne sont pas identifiées.

[ ... ]

...... Le plantain est également une plante très facilement reconnaissable, sans doute encore plus facilement que l’ortie puisque c’est une des rares à avoir des feuilles dont les nervures sont parallèles entre elles. Oui, oui, vous regarderez, il n’y en a pas tant que ça dans la nature. Et puis, quand elle est en fleur, on ne peut pas la manquer avec son chaton perché en haut d’une tige, comme semblant délaisser les feuilles qui s’étalent en rosetteau sol.

Plusieurs espèces de plantain existent, mais rassurez-vous, elles ont toutes les mêmes propriétés, donc que vous preniez du Plantago major, lanceolata ou corne de cerfs, vous aurez le même résultat : elle est pas belle la vie ?!

Voilà, j’espère que ce petit retour d’expérience pourra être utile à quelqu’un. Maria Treben préconisait également l’ortie pour une autre maladie de peau, l’eczéma : elle relate qu’après avoir conseillé à une femme de boire du thé d’ortie, son eczéma régressa et disparut en peu de temps.

 

Pour terminer cet article comme il a commencé, je ne résiste pas à partager une autre citation de Maria Treben, dont je ne saurais que conseiller la lecture du livre tant ses enseignements sont indémodables :

« Les orties qui poussent le long des bois non pollués ou au bord des vertes prairies, loin des routes et autres pollutions sont souvent pulvérisées à l’herbicide par les cultivateurs. Ainsi ces poisons de l’humanité peuvent pénétrer dans des forêts non polluées. Que ces poisons détruisent aussi les insectes et les oiseaux leur importe peu. Il est malheureux que les cultivateurs ne prennent plus le temps de couper les orties à la faux. Comme les hommes sont devenus aveugles ! »

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Zoologie et Ethologie
Scoop.it!

Ce papillon qui se joue du sonar des chauves-souris

Ce papillon qui se joue du sonar des chauves-souris | De Natura Rerum | Scoop.it
Ce papillon qui se joue du sonar des chauves-souris

Via Bourdoncle
Christian Allié's insight:

...........""""""""""""""""""""""""""..........

 

[ ... ]

...... Les appendices du papillon lune semblent donc réellement servir de parade anti-sonar même si les chercheurs ne sont pas parvenus à déterminer exactement la manière dont ils agissent sur l'outil de détection des chauves-souris : ne font-ils que déporter la cible vers le bas ou bien créent-ils l'illusion de cibles multiples à la manière des leurres employés contre les missiles anti-aériens ? L'étude n'a pas permis de trancher. Ses auteurs ont en revanche réussi à déterminer que l'apparition de ces extensions s'est produite de manière indépendante chez plusieurs espèces de papillons de nuit, comme par exemple
l'africain Eudaemonia troglophylla (photo ci-contre, © Expédition Sangha 2010). Les chercheurs ont également la certitude que l'évolution de la forme de l'aile du papillon lune s'est faite sous la pression de la prédation. En effet, ces appendices ne jouent aucun rôle dans la reproduction car il n'y a pas de parade nuptiale chez cet insecte, la femelle s'accouplant littéralement avec le premier venu. De même, les appendices ne procurent aucun avantage pour le vol. Il se pourrait même qu'en raison de leur inertie, ils réduisent la fréquence des battements d'ailes. Un handicap qui serait plus que compensé par la protection contre les chauves-souris qu'ils apportent.

 

Pierre Barthélémy


https://www.facebook.com/passeur.desciences

 

@PasseurSciences
more...
No comment yet.