Cultures & Médias
Follow
Find
12.6K views | +0 today
 
Scooped by malik berkati
onto Cultures & Médias
Scoop.it!

Un Suisse fait don de la plus grande collection contemporaine chinoise - Rue89

Un Suisse fait don de la plus grande collection contemporaine chinoise - Rue89 | Cultures & Médias | Scoop.it

L’histoire de l’art contemporain chinois retiendra le nom d’Uli Sigg. Non pas tant parce que ce Suisse a été ambassadeur à Pékin dans les années 90, mais parce que ce grand collectionneur a fait don à un musée de Hong Kong de la plus grande collection au monde d’œuvres contemporaines chinoises.

C’est un geste exceptionnel à plusieurs titres :

Le nombre d’œuvres et leur valeur. Uli Sigg a fait don de 1463 œuvres de quelque 250 artistes différents au futur musée M+ en cours de construction à Hong Kong, pour une valeur évaluée à 163 millions de dollars (130 millions d’euros).

Le geste. Agé de 66 ans, Uli Sigg a choisi de permettre au public chinois de voir sa collection, une véritable anthologie de l’art contemporain chinois sur trois décennies au lieu de la disperser dans les ventes aux enchères internationales.

Hong Kong plutôt que le continent. Le collectionneur suisse a fait le choix de Hong Kong, région autonome, plutôt qu’un musée de Pékin, Shanghai ou Canton où l’œuvre serait passée à la moulinette du politiquement correct et de la censure.

D’abord comme homme d’affaires, puis comme diplomate, Uli Sigg a séjourné à Pékin dans les années 80 et 90, alors que l’art contemporain était largement underground, mal vu par les autorités, et totalement inconnu à l’étranger.

(...)

more...
No comment yet.
Cultures & Médias
car tout est multiple
Curated by malik berkati
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

[Série de l'été] Samson et le lion, l’une des œuvres religieuses du Louvre-Lens

[Série de l'été] Samson et le lion, l’une des œuvres religieuses du Louvre-Lens | Cultures & Médias | Scoop.it
Tout l’été, nous vous présenterons une oeuvre à caractère religieux visible au musée du Louvre-Lens, dans le cadre de l’exposition D’or et d’ivoire.

 

Parmi les quelque 125 oeuvres qui composent l’actuelle exposition du Louvre-Lens D’or et d’ivoire, mettant en lumière les relations artistiques entre Paris et la Toscane aux XIIIe et XIVe siècles, nombreuses sont celles qui ont une connotation religieuse.

Attardons-nous donc un instant sur ce joli vitrail de 60 centimètres de diamètre. Il représente Samson et le lion, et prenait place dans la Sainte-Chapelle de Paris, l’un des principaux bâtiments du règne du roi de France Saint Louis (aussi connu sous le nom de Louis IX).

La lutte du bien et du mal

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Anthologie: La Grèce aux pieds gonflés de Titos Patrikios

Anthologie: La Grèce aux pieds gonflés de Titos Patrikios | Cultures & Médias | Scoop.it
Alors que s’ouvre à Sète le festival Voix vives, qui célèbre les poètes méditerranéens, l’Humanité vous invite à découvrir l’anthologie bilingue du grand poète grec Titos Patrikios parue récemment. L’écrivain et intellectuel brosse un tableau sublime, entre éloge et plainte, de son pays natal.

 

« Grèce solitaire, oubliée, toi qui la nuit/erres les cheveux dénoués/vendant des fleurs dans les boîtes de nuit/te faufilant entre voitures et musiques/entre passants indifférents et mouchards/entre les garçons qui changent de service et ces deux-là/qui jettent des tracts dans l’obscurité ».

 

La lumière, dans la poésie déchirante de Titos Patrikios, est affaire d’ombres et de percées fragiles à la surface des temps embrumés. Sur la barricade du temps, anthologie bilingue qui paraît aux Editions Le Temps des Cerises, restitue l’acuité et les fulgurances d’un auteur grec octogénaire, poussé à l’écriture par son contemporain Yannis Ritsos. Ce dernier lança d’ailleurs au versificateur hésitant : « Tu ne reviendras pas dans ma cabane si tu n'apportes pas de poème. Tu n'as pas compris que la poésie est ton destin ? ». Patrikios, dont l’œuvre compte dix sept recueils et plusieurs essais de sociologie, a fait de l’interpellation de son camarade un usage fécond. Depuis les écrits de jeunesse, qui oscillent entre le témoignage douloureux et une prose militante non déclamatoire, jusqu’aux poèmes-fleuves de la dernière décennie, la présente sélection, choisie et traduite avec une grande finesse par Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, constitue une traversée vertigineuse dans le verbe d’un rescapé intranquille. Ce projet, étaye la traductrice, sert deux objectifs : « rendre hommage à un poète contemporain d’envergure internationale et conter l’histoire récente de la Grèce, dans laquelle s’inscrit sa poésie. Car Patrikios décrit dans ses poèmes une vie riche en aventures, voyages et rencontres, dessinant en filigrane le demi-siècle écoulé ».

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

André Magnin (commissaire "Beauté Congo"): «L'art est une histoire d'échanges et de partages»

André Magnin (commissaire "Beauté Congo"): «L'art est une histoire d'échanges et de partages» | Cultures & Médias | Scoop.it

André Magnin est le commissaire principal de l'exposition « Beauté Congo », qu'accueille la Fondation Cartier à Paris jusqu'au 15 novembre. Marchand d'art africain, l'homme sillonne le continent depuis trente ans. Il s'était fait connaître en 1989, à l'occasion de l'exposition révolutionnaire et controversée « Les Magiciens de la Terre », dont il était le commissaire adjoint aux côtés de Jean-Hubert Martin, au Centre Pompidou. Entretien.

 

RFI : « Beauté Congo » : Le titre de l'exposition n'est-il pas un peu trop généraliste ?

 

André Magnin : En fait, le véritable titre de cette exposition, c’est « Congo Kitoko ». En lingala, « Kitoko » est équivalent de « Waoouh ! » C’est moins un adjectif, que le sentiment d’émerveillement que nous éprouvons en découvrant toutes ces œuvres d’artistes réunies, les unes plus splendides que les autres. Si j’ai bien compris, ce mot renvoie aussi par un processus métonymique à tous les adjectifs qu’on pourrait utiliser pour décrire les peintures congolaises : colorées, chaotiques, foisonnantes, extravagantes, excessives, magistrales.  Comme le mot « beauté » semblait englober toutes ces notions à la fois proches et différentes, le titre « Beauté Congo » s'est imposé.

 

Vous auriez pu titrer l'exposition « Les Magiciens du Congo » ?

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

La Machine à lire du Havre

La Machine à lire du Havre | Cultures & Médias | Scoop.it

Depuis janvier 2014, la ville du Havre expérimente une application sur tablette destinée à améliorer les capacités de lecture des enfants.

Les nouvelles technologies sont souvent une distraction. Mais elles peuvent aussi aider à lire mieux, et plus. C'est en tout cas ce que semble démontrer le projet "Machine à lire". Cette application d'aide à la lecture pour tablettes et smartphones est testée depuis janvier 2014 par des enfants issus des quartiers populaires du Havre. Ils sont une petite poignée (21 enfants du CE2 au CM1) a avoir eu entre les mains cette innovation. Ils ont découvert Les Trois Mousquetaires, les Chroniques martiennes, L'Odysée et d'une dizaine d'autres histoires, classiques de la littérature ou romans de jeunesse disponibles dans cette mini-bibliothèque numérique.

L'application, qui mêle texte et audio, fonctionne sur le principe d'alternance entre pages lues et pages écoutées. Par défaut, la Machine propose ainsi au lecteur de lire des pages de texte, mais lui laisse aussi la possibilité, par moment, de se reposer en faisant appel à l'audition, avant de reprendre un cycle de lecture et ainsi de suite. Le tout en imposant un certain rythme. Les plages d'audio sont ainsi limitées en nombre afin d'"inciter à la lecture autonome", précise Alain Bentolila, le linguiste à l'origine du projet. "L'objectif est d'améliorer l'endurance des petits lecteurs. Ceux qui s'essoufflent au bout de deux ou trois pages, ou qui paniquent devant l'épaisseur d'un livre", explique Alain Bentolila. Avec son équipe de l'université Paris-Descartes, il a travaillé pendant deux ans et demi à concevoir cette application.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Jean-Marc Rouillan : “J'ai énervé beaucoup de gardiens de prison en pleurant de rire devant Tati”

Jean-Marc Rouillan : “J'ai énervé beaucoup de gardiens de prison en pleurant de rire devant Tati” | Cultures & Médias | Scoop.it

Ex-activiste d'Action directe, l'écrivain Jean-Marc Rouillan a passé 25 ans derrière les barreaux. Désormais libre, ce cinéphile absolu était convié à présenter un long métrage au Sofilm Summer Camp. Le sexagénaire a jeté son dévolu sur “Mange tes morts” de Jean-Charles Hue. Rencontre à Nantes. 

En liberté conditionnelle depuis mai 2012, Jean-Marc Rouillan ne porte plus de bracelet électronique mais celui, en papier, qui lui permet de voir les films projetés au Sofilm Summer Camp. A Nantes, l'ancien militant d'Action directe, la soixantaine athlétique, est venu présenter Mange tes morts de Jean-Charles Hue et discuter de sa passion pour le cinéma, que vingt-cinq années de prison n'ont jamais émoussé.

 

Le premier film que vous avez vu ?

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

«La République de Platon» à la conquête du Festival d’Avignon

«La République de Platon» à la conquête du Festival d’Avignon | Cultures & Médias | Scoop.it

Cette année, le Festival d’Avignon exige la justice dans la République. C’est l’une des surprises de cette 69e édition qui risque de devenir un véritable phénomène. Au centre-ville, tous les jours à midi, une assemblée populaire se réunit en plein air autour de questions philosophiques posées il y a 2500 ans. La République de Platon, réécrite par le philosophe Alain Badiou et interprétée par des étudiants-comédiens, des lycéens et d’amateurs est programmée du début à la fin du Festival le 24 juillet.

« C’est quoi la justice ? » De tous âges, en t-shirt, chemise ou chapeau de paille, avec des tongs aux pieds ou un livre de Platon sous le bras, ils viennent sous les platanes du jardin Ceccano pour débattre les fondamentaux de la République. Car le sujet central qui surgit sans cesse dans les réflexions philosophiques de Platon, mais aussi chez les spectateurs, c’est tout ce qui tourne autour de la justice et le fait d’être ensemble.

« Moi, j’ai mordu à l’hameçon »

 

« Cela fait réfléchir, remarque Anne-Marie, une spectatrice qui vient tous les jours de Villeneuve-Lez-Avignon. C’est comme un rendez-vous. Il y a quelque chose d’apaisant. Ça fait trente ans que je viens au festival et là, pour la première fois, je trouve que c’est une autre manière de vivre Avignon, de retrouver les visages des gens. C’est un peu l’esprit Vilar. Moi, j’ai mordu à l’hameçon. Et d’un jour à l’autre, j’ai envie de voir la suite », raconte-t-elle en rigolant. Pour Marion, une jeune parisienne et également fidèle depuis la première séance, c’est « intelligent, drôle, beaucoup plus accessible que ce que je pensais... Et j’aime bien cette idée de suite. Cela donne envie de revenir chaque fois. »

Sur une simple scène ou immergés dans le public alentour, ce sont des comédiens amateurs guidés par des professionnels qui interprètent ici la philosophie d’une façon populaire, tout en restant dans une note philosophique. Toucher le plus grand nombre avec les idées de Platon ou Socrate, voilà l’enjeu de cette République de Platon donnée en spectacle.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Avec Alice, « tomber dans un trou, partir dans tous les sens et retomber sur ses pieds »

Avec Alice, « tomber dans un trou, partir dans tous les sens et retomber sur ses pieds » | Cultures & Médias | Scoop.it
Ils l’ont adoré, dévoré ou détesté. Oxmo Puccino, Jakuta Alikavazovic et Gilles Deleuze ont tous lu Alice au pays des merveilles. Ils reviennent sur cet ouvrage de Lewis Caroll qui les a tant marqué.

 

Le rappeur Oxmo Puccino a conçu avec le trompettiste libanais Ibrahim Maalouf, un album et un spectacle intitulé Au pays d’Alice : « J’ai aimé d’emblée le caractère impossible de ce projet (1) : réécrire Alice en huit mois, le rendre concret à force de phrases, de notes, tout en gardant la fantaisie primordiale, en réinventant les jeux de mots.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Le journalisme narratif à l'Américaine s’impose comme un genre littéraire à part entière.

Le journalisme narratif à l'Américaine  s’impose comme un genre littéraire à part entière. | Cultures & Médias | Scoop.it

Dans « Adaptation », film de Spike Jonze sorti en 2002, un scénariste (interprété par Nicolas Cage) doit adapter le livre d’une journaliste sur un voleur d’orchidées. Mais le récit lui échappe. Il n’arrive pas à le formater façon scénario. Il s’arrache les quelques cheveux qui lui restent en hurlant : «Putain de prolifération à la “New Yorker”...» Ce livre existe. Il s’appelle «The Orchid Thief». Il a été publié en 1998 par Susan Orlean (Meryl Streep dans le film), qui avait raconté trois ans plus tôt l’histoire de ce voleur de fleurs dans le «New Yorker».

« Putain de prolifération » : une bonne manière de définir ce journalisme littéraire américain issu des grands magazines de la côte Est. Les Américains appellent ça narrative non-fiction, long form ou narrative journalism. Le genre a ses héros: Truman Capote, Tom Wolfe, Norman Mailer, Joan Didion, Hunter S. Thompson, Janet Malcolm, Gay Talese, David Foster Wallace. Il a son identité propre. Le sujet est souvent à mi-chemin entre l’ordinaire, apanage du roman, et le spectaculaire, domaine de la presse. La méthode d’investigation est rigoureusement journalistique, mais l’écriture convoque les techniques de la narration littéraire : mise en scène, caractérisation des personnages, subjectivité assumée du narrateur, souvent présent et actif. L’écriture est travaillée, mais s’impose - journalisme oblige - de rester limpide.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Les plus belles photos de l'année sur l'environnement

Les plus belles photos de l'année sur l'environnement | Cultures & Médias | Scoop.it

ENVIRONNEMENT – Comme chaque année, le concours du meilleur photographe d'environnement nous offre un florilège de clichés à la fois impressionnants et inquiétants. L'objectif ? Voir au-delà du cliché pour attirer l'attention sur les problèmes environnementaux.

 

Plus de 10.000 photographes et réalisateurs originaires d'une soixantaine de pays différents ont immortalisé des scènes captivantes aux quatre coins du globe. Organisé par la londonienne Royal Geographical Society et la CIWEM (Chartered Institution of Water and Environmental Management) et sponsorisé par Atkins, le concours est ouvert aussi bien aux amateurs qu'aux professionnels.

Les 111 photos sélectionnées (et visibles ci-dessous) sont exposées à Londres du 22 juin au 10 juillet. Le nom du lauréat, à qui ce challenge offre une vitrine internationale, sera dévoilé le 25 juin au cours d'une cérémonie. Le photographe gagnant remportera la somme de 5000 livres (soit environ 6900 euros) et le réalisateur empochera quant à lui 1000 livres (environ 1300 euros).

Protéger la nature en la photographiant

Ces photographies sont destinées à démontrer l'existence d'un lien entre les questions environnementales et sociales. Tout en éveillant les consciences, elles suscitent de nombreuses interrogations sur les dégâts causés par les hommes sur Terre. Et pour cette édition 2015, la barre semble être placée très haut.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

The Washington Post built a social network for its freelancers to better match skills to stories

The Washington Post built a social network for its freelancers to better match skills to stories | Cultures & Médias | Scoop.it
"So, for instance, an editor on the national desk might be looking for a reporter in Reno, Nevada, and not know that someone in Style has one on speed dial."

 

The Washington Post wants to make it easier to call on stringers to report from around the globe, and they’re taking a cue from Silicon Valley. The company debuted The Washington Post Talent Network today, a platform that is part social network and part job board, designed to make the process of hiring and deploying freelancers a lot easier.

The talent network was designed to give all editors at the Post a universal system to identify writers for blogs, breaking news, or long features, across a variety of desks. While editors can post assignments to potential writers, freelancers can also use the system to pitch story ideas of their own to the paper.

Writers who sign up for the network are prompted to create a profile (or sync their Linkedin account) to give editors a sense of their skills and interests. Some of the basic features:

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Le «palimpseste de Sana'a» ou la folle histoire d'un autre Coran

Le «palimpseste de Sana'a» ou la folle histoire d'un autre Coran | Cultures & Médias | Scoop.it

En 1972, des ouvriers yéménites ont déterré par hasard un des plus vieux Coran du monde. Des spécialistes ont alors découvert qu'on avait écrit par-dessus une version plus ancienne, bien différente du Coran que nous connaissons.

En 1972, un pan du faux plafond d’une très ancienne mosquée de Sana’a, la capitale du Yémen, s’effondre. Des ouvriers, présents sur les lieux, découvrent une cache remplie d’un fatras de manuscrits en très mauvais état. Ils les chargent dans vingt sacs à patates et les déposent dans une montée d’escalier du bâtiment. Ces parchemins auraient très bien pu rester à l’ombre encore longtemps si les autorités yéménites n’avaient pas eu le nez creux. Pressentant que les travailleurs ont peut-être fait par inadvertance une trouvaille, elles appellent des spécialistes allemands à la rescousse.

Ceux-ci leur donnent raison. En analysant ces lignes, ils découvrent parmi les plus anciennes versions retranscrites des sourates du prophète Mahomet. Surtout, ils se rendent compte qu’on n’a pas simplement mis la main sur un manuscrit mais sur un palimpseste, c’est-à-dire sur un ouvrage où chaque ligne d’écriture en recouvre une autre, plus ancienne.

(...)

malik berkati's insight:

Fascinant!

MaB

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from CULTURE, HUMANITÉS ET INNOVATION
Scoop.it!

France - Le Louvre à l'hôpital, quand le beau soigne les maux

France - Le Louvre à l'hôpital, quand le beau soigne les maux | Cultures & Médias | Scoop.it
Faire entrer le Louvre à l’hôpital. C’est l’expérience menée par le premier musée du monde et les Hôpitaux de Paris. Le principe : installer une cinquantaine de copies, toiles ou sculptures, dans les chambres des patients pour stimuler et susciter la discussion. Un premier test a commencé dans un établissement gériatrique d’Ivry avant de s’étendre à d’autres structures du groupe AP-HP.

(...)


Via Thierry Belleguic
more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from TRANSITURUM
Scoop.it!

E-book gratuit sur la curation de contenu

E-book gratuit sur la curation de contenu | Cultures & Médias | Scoop.it

Jusqu’à présent, il existait peu d’ouvrages sur la curation de contenu, de référence et en français. Forts de notre expérience en veille, nous avons sollicités 8 experts en gestion de la connaissance et en marketing digital, afin d’apporter ensemble  une explication exhaustive sur le potentiel et les opportunités de « la curation de contenu ».

(...)


Via ✏ jyjyjie ☮
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Europe - De très anciens fragments du Coran retrouvés dans une université de Birmingham

Europe - De très anciens fragments du Coran retrouvés dans une université de Birmingham | Cultures & Médias | Scoop.it

Des fragments du Coran datant de plus de 1 300 ans ont été découverts à l’université de Birmingham, au Royaume-Uni. Ces textes, qui pourraient avoir été écrits par une personne ayant connu le prophète Mahomet, fascinent les chercheurs.

En s’intéressant à un vieux manuscrit qui prenait la poussière sur une étagère de l’université de Birmingham, au Royaume-Uni, ce doctorant ignorait qu’il allait faire une découverte surprenante. L'ouvrage, présent sur les lieux depuis près d’un siècle, renferme en réalité, selon une datation au radiocarbone, des fragments du Coran, selon une information de la BBC. Et pas n’importe lesquels : datant d’il y a 1 370 ans, ces textes, écrits sur de la peau de mouton et de chèvre, sont parmi les plus vieux éléments connus à ce jour du livre sacré de l'islam.

Selon les tests menés par une équipe de recherche de l’université d’Oxford avec une probabilité de plus de 95 %, ces éléments auraient vu le jour entre 568 et 645, à l'époque même de l'apparition du Coran.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Droit d'auteur des photographes: après les Foo Fighters, Megadeth et Zappa...

Droit d'auteur des photographes: après les Foo Fighters, Megadeth et Zappa... | Cultures & Médias | Scoop.it

(Québec) Après les Foo Fighters la semaine dernière, deux autres groupes invités au Festival d'été - la formation Megadeth et l'hommage Zappa Plays Zappa - ont imposé samedi aux photographes accrédités qui souhaitaient immortaliser leur concert de céder tous leurs droits sur leurs images. À nouveau, Le Soleil a refusé de parapher les contrats et de se plier à ces exigences, jugées trop strictes.

Datant visiblement de quelques années, l'entente soumise par la bande de Dave Mustaine réclamait des photographes qu'ils ne publient qu'une seule fois leurs clichés, avant de remettre les négatifs à l'équipe de gérance du groupe. La tête d'affiche de la soirée métal sur les plaines d'Abraham a donc été photographiée par Le Soleil de loin, à l'extérieur du site contrôlé par le Festival d'été (FEQ).

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Quelles étaient les composantes de l'identité juive d'avant-guerre en Europe Centrale?

Quelles étaient les composantes de l'identité juive d'avant-guerre en Europe Centrale? | Cultures & Médias | Scoop.it
Ces deux ouvrages apportent des éclairages novateurs sur une question qui demeure essentielle: qu’est-ce qui fait l’identité juive au-delà de la religion?

 

Le livre sur les Identités juives en Europe centrale regroupe pour l’essentiel les textes correspondant aux interventions d’un colloque tenu en 2006 sous le titre «Individu, communauté, nation» et qui, manifestement, visait à aborder ces notions très générales à travers le cas des Juifs, considérés tour à tour comme adeptes d’une religion, «groupe se définissant sur un critère national», ou plus largement, personnes reconnues par d’autres comme étant juives. Les trois universitaires qui dirigent l’ouvrage se gardent bien de restreindre la définition de ce que signifie «être juif»: ils se contentent plus prudemment de constater que la situation des Juifs est «révélatrice des enjeux identitaires et politiques auxquels ces minorités doivent faire face».

Les quatorze contributions sont réparties dans cinq parties, «De la fin du XVIIIème siècle à 1848: émergence de consciences politiques», «Vienne, contacts et conflits», «Écriture et identité», «Jüdischer Selbsthass – Refus ou reflet de l’identité» et enfin «L’ouverture au Monde». Pour compléter cette approche intellectuelle et littéraire, on gagnera à consulter en même temps la publication accompagnant l’exposition du musée juif de Hohenhems (province du Vorarlbeg en Autriche) sur les Juifs vus comme les «premiers Européens».

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Exposition: Kinshasa, laboratoire des arts

Exposition: Kinshasa, laboratoire des arts | Cultures & Médias | Scoop.it

« Congo Kitoko », « Beauté Congo » en français, c’est le titre d’une gigantesque exposition qui s’ouvre ce samedi 11 juillet à Paris à la fondation Cartier pour l’art contemporain. Une exposition gigantesque, car pour la première fois 350 œuvres de 41 artistes, tous Congolais vont être exposés dans une rétrospective unique, les œuvres allant de 1926 à 2015. Quelques uns sont de Kinshasa.

Derrière un grand axe de la capitale congolaise où les voitures filent à toute allure, une ruelle en terre battue. Un homme, longue silhouette fine observe la scène : à côté de lui des jeunes adossés au mur d’une boutique, discutent bruyamment. De la musique nostalgique s’échappe d’un poste radio. En face, le long des rails d’un train qui ne passe plus depuis des années, deux adolescents installés sur des chaises en plastiques, disputent un match de foot. Leurs mains sur des télécommandes sont reliées par des câbles à un poste télévisé en pleine rue. L’homme se met en marche. Il fait quelques pas, s’arrête à côté d’une voiture garée, se penche en avant et braque l’objectif de son appareil photo vers le sol. Que cherche-t-il ?

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

L’exposition Beauté Congo côté photo

L’exposition Beauté Congo côté photo | Cultures & Médias | Scoop.it

La magistrale exposition « Beauté Congo » qui ouvre ses portes le 11 juillet à la Fondation Cartier, à Paris, comprend des dizaines d’œuvres puissantes. De la peinture mais aussi des photos. La rétrospective n’oublie pas ce versant de la création artistique de l’ex-Zaïre, des précurseurs aux contemporains. On y croise notamment des portraits en noir et blanc du musicien Franco et de jeunes des années 1970 habillés en Billy the Kid...

Au sous-sol de la Fondation Cartier, les précurseurs de l’art contemporain de l’actuelle République démocratique du Congo (RDC) règnent en maître. Se répondent, sur les murs, des œuvres évocatrices de l’univers des années 1950 et 1960 à Kinshasa - à l'époque de Mobutu. Les photos de Jean Depara (1928-1997), « reporter de l’extravagance des fêtes et des nuits kinoises », indique la Fondation Cartier, montre des scènes de rue ainsi légendées : « femmes en tenue de soirée », « belles de nuit » et autres « embrassades » fougueuses. Sans oublier Franco, le roi de la rumba et de l’OK Jazz, à la guitare, et un Bill de Léopoldville immortalisé en 1958, qui témoigne du goût ancien et prononcé des Congolais pour l’art vestimentaire inspiré à l’époque du western. De ces clichés émane toute une dolce vita propre à Kinshasa, cette ville tentaculaire qui cultive toujours l’art d’échapper à sa propre misère, à coups de bière Primus et de musique légère.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Théâtre - Avignon - Trois questions à Thomas Ostermeier: «Je ne comprends pas Richard III»

Théâtre - Avignon - Trois questions à Thomas Ostermeier: «Je ne comprends pas Richard III» | Cultures & Médias | Scoop.it

Ce n’est pas une création exclusive pour le festival d'Avignon, mais avec sa pièce Richard III, il a volé la vedette au Roi Lear d’Olivier Py, l’autre œuvre shakespearienne qui a ouvert le Festival dans la Cour d’Honneur du Palais des papes. Avec sa fresque punk et populaire d’un roi noir comme l’enfer, incarné par un Lars Eidinger qui touche les spectateurs au sens figuré et littéral, Thomas Ostermeier a enthousiasmé le public et le lui rend bien : « Avignon est pour moi le meilleur moment de la saison. » Entretien avec le metteur en scène allemand de la Berliner Schaubühne qui « préfère être en deuxième ligne ».

 

RFI : Après l’accueil triomphal de votre pièce ici à l’Opéra Grand Avignon, mais aussi après avoir été impressionné par les projections vidéo, la manière dont vous investissez le mur du théâtre, la folie singulière du texte et de l’interprétation de votre Richard III, on a la forte impression que votre spectacle se prêterait bien à la Cour d’honneur. Y avez-vous pensé ?

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Suite aux mobilisations, 43 millions $ accordés aux bibliothèques de New York

Suite aux mobilisations, 43 millions $ accordés aux bibliothèques de New York | Cultures & Médias | Scoop.it

Les différentes bibliothèques de New York traversent une période difficile : vétusté, surpopulation, manque d'équipements modernes... qui a poussé les trois complexes de bibliothèques de la ville — La bibliothèque publique de New York, celle de Brooklyn et celle du Queens — à faire pression sur le maire de la ville, Bill de Blasio. Les différentes actions ont porté leurs fruits, une augmentation de 43 millions $ a été accordée pour l'exercice 2016. 

 

Près de 150.000 clients de la bibliothèque ont envoyé des lettres à la mairie. Un nombre conséquent d'artistes ont également pris part à cette bataille : la romancière Judy Blume (Pour Toujours, l'École des loisirs), Junot Diaz (La Brève et Merveilleuse Vie d'Oscar Wao, ed. Plon), Neil Gaiman (Sandman), le danseur de ballets Mikhail Baryshnikov, l'acteur Ethan Hawke ou encore le musicien John Legend. 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Making-of AFP - Journalistes en banlieue : il faut savoir corriger le tir

Making-of AFP - Journalistes en banlieue : il faut savoir corriger le tir | Cultures & Médias | Scoop.it

BOBIGNY (France), 30 juin 2015 – Cette nuit-là à Montreuil, personne n'a pensé à éponger la flaque de sang. L'ambulance a ramassé le corps, les enquêteurs ont relevé les impacts de balle, un suspect a été arrêté et une première dépêche est partie. L'histoire aurait dû en rester là, celle d'un énième « règlement de comptes », probablement entre trafiquants.

Pour nous, journalistes de l'AFP à Bobigny, chargés de la couverture de la Seine-Saint-Denis, ces drames sont une figure imposée. Une, deux ou parfois trois fois par mois, le jour se lève et nous apprenons qu'un jeune homme est mort ou a été grièvement blessé, par arme à feu, dans un « quartier sensible » du département. Des faits-divers récurrents qui, chaque fois, nous confrontent aux limites de notre métier. Quelles sont nos sources ? Que peut-on raconter, dans l'urgence, sans trahir la vérité ?

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from Afrique in visu
Scoop.it!

Lauréat 2015 - Fondation Henri Cartier-Bresson

Lauréat 2015 - Fondation Henri Cartier-Bresson | Cultures & Médias | Scoop.it

Le 23 juin, suite aux délibérations qui se sont tenues à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris, le jury du Prix HCB 2015 a désigné le photographe français Claude Iverné pour son projet « Photographies soudanaises, le fleuve des Gazelles ». Sa candidature était présentée par Xavier Barral, éditeur.

Décerné tous les deux ans par la Fondation Henri Cartier-Bresson, le Prix HCB est un prix d’aide à la création, d’un montant indivisible de 35 000 euros, dont l’objectif est de permettre à un photographe de réaliser un projet qu’il ne pourrait mener à bien sans cette aide.

(...)


Via Mercier Jeanne
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Analyse - Lecture à la découpe : Amazon paiera les auteurs à la page lue

Analyse - Lecture à la découpe : Amazon paiera les auteurs à la page lue | Cultures & Médias | Scoop.it

Imaginez un monde dans lequel les auteurs (tous les auteurs : BD, romans, polars, science, essais, etc ...) seraient rémunérés non plus de manière forfaitaire en fonction du nombre de ventes mais en fonction du nombre de pages lues. Ou plus exactement, toucheraient une micro-rémunération à chaque fois qu'un lecteur lirait une des pages de leur oeuvre.

(...)

 

Amazon qui, dans le cadre de la lecture numérique sur sa tablette Kindle, dispose d'une volumétrie de données considérable et considérablement détaillée sur notre activité de "lecteur" souhaite donc mettre en place le modèle disruptif suivant :

"Plutôt que de payer les auteur pour chaque livre, Amazon commencera bientôt à payer les auteurs en fonction du nombre de pages lues - non pas en fonction du nombre de pages téléchargées mais du nombre de pages affichées à l'écran suffisamment longtemps pour pouvoir supposer avoir été lues."

L'impact sur la littérature même pourrait être considérable comme le souligne encore l'article de The Atlantic :

"Pour la plupart des auteurs qui publient directement via Amazon, ce nouveau modèle pourrait changer les priorités et les choix d'écriture : un système avec une rémunération à la page lue est un système qui récompense et valorise en priorité les "cliffhangers" et le suspens au-dessus de tous les autres "genres". Il récompense tout ce qui garde les lecteurs accrochés" ("hooked"), même si cela se fait au détriment de l'emphase, de la nuance et de la complexité."

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

L’art de rue, une richesse à préserver

L’art de rue, une richesse à préserver | Cultures & Médias | Scoop.it

Tribune de Sarah Taillebois

 

Le street art a pris dans notre commune une dimension importante à tel point que Vitry en est devenue en quelques années une des capitales mondiales. La bienveillance de notre commune et surtout des bailleurs qui permettent à tous ces artistes de s’exprimer est importante mais il reste encore beaucoup à faire dans le domaine pour que cette richesse soit réellement mise en valeur dans la ville.

Au-delà de l’initiative Mur-Murs, il semble important que notre commune puisse développer un véritable festival dédié aux arts de rue. Cela permettrait d’engager un important travail avec les artistes et d’initier le plus grand nombre de nos concitoyens au street art. Des structures comme les Ecoles Municipales Artistiques pourraient être partenaires de parcours initiatiques à destination de jeunes (et de moins jeunes !) dans notre ville. Ces initiatives pourraient permettre d’enseigner le cadre strict dans lequel il est possible de peindre en ville. Cela permettrait que chacun, voulant pratiquer cet art, puisse être au fait des différentes contraintes qui l’encadrent comme des indispensables autorisations préalables devant être accordées.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Genève - Syrie: spectacle des Malas Twins dans le cadre de l'exposition WAHA - L'école de Damas

Genève - Syrie: spectacle des Malas Twins dans le cadre de l'exposition WAHA - L'école de Damas | Cultures & Médias | Scoop.it

Par Malik Berkati

 

Organisé par Wake up Genève (nous vous parlions de ce collectif ici et là) et l’ONG Zaytoun, le spectacle des frères jumeaux Mohamed et Ahmed Malas – comédiens syriens réfugiés depuis deux ans en France – se déroulera dans le cadre de l’exposition du collectif WAHA intitulée L’école de Damas, le 18 juin au FOOUND, le concept-store de Genève qui a ouvert ses portes en février dernier.

 

Les frères Malas

 

Diplômés de l’Ornina Institute for Art de Damas, les jumeaux comédiens ont créé Stage on the room, un théâtre dans leur propre chambre dans laquelle ils ont monté, entre 2003 et 2011, une centaine de pièces d’auteurs tels que Molière, Shakespeare ou le dramaturge syrien Saadallah Wannous, qu’ils jouaient devant une vingtaine de spectateurs. Au printemps 2011 ils écrivent une pièce militante – La révolution de demain reportée à avant-hier – qui met en scène un dialogue entre un détenu et son bourreau. Rapidement ils sont menacés avant d’être arrêtés en juillet 2011 lors d’une manifestation d’artistes à Damas. Ils sont libérés au bout de quelques jours, sans avoir auparavant joué leur pièce pour les prisonniers.

(...)

 

L’exposition WAHA

À l’initiative de créateurs et d’artistes syriens et suisses, WAHA a été lancée à Istanbul en 2015 dans le but de promouvoir le travail de jeunes artistes du Proche-Orient. La première exposition de ce collectif s’intitule L’école de Damas et regroupe les œuvres de cinq peintres d’origine syrienne vivant en Syrie, au Liban et en Turquie: Ali Omar, Afaf Younes, Mohammed Labash, Hussain Tarabie, Georges Kubresli.
WAHA définit ainsi le rôle de l’art et de l’artiste face au soubresauts du monde :

(...)

more...
No comment yet.