Cultures & Médias
13.9K views | +4 today
Follow
Cultures & Médias
car tout est multiple
Curated by malik berkati
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

The role of virtual reality and technology in the future of museums

The role of virtual reality and technology in the future of museums | Cultures & Médias | Scoop.it

Simulation exhibits offer a vibrant new way to connect visitors with history, but some curators see it as a threat to their mission


Museums are usually considered purveyors of the past, but in Alex Benay’s eyes, they might be better off as tech pioneers. “I’m not a traditionalist,” said Benay, president and CEO of the Canada Science and Technology Museums Corporation. “The concept here is using things like virtual reality, open data, anything that gets the story out … whether it’s raw or filtered, [it] means engagement.” The first test of Benay’s approach is a virtual-reality (VR) simulation of the 1936 CN 6400 steam locomotive. Acquired by the Canada Science and Technology Museum in 1967, the train is a popular attraction at the museum. Visitors to the museum, currently closed for renovations, will step into a six-foot-long by six-foot-high box, throw on an Oculus Rift headset and begin “operating” the train in 4-D, complete with surround sound, air cannons shooting steam into their face while the floor quakes beneath their feet. One of the first to try it was Minister of Canadian Heritage Mélanie Joly on April 20 in Ottawa, where she tested a beta version. The museum is scheduled to reopen to the public in 2017 for the Canada 150 celebration.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Terrorisme : Petit guide pour déjouer les pièges des mots

Terrorisme : Petit guide pour déjouer les pièges des mots | Cultures & Médias | Scoop.it

Les attentats terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles ont heurté une opinion publique d’ores et déjà traumatisée par les attentats de Paris en janvier et novembre 2015. En cette époque médiatique et connectée, les faits suscitent une avalanche de photos comme de vidéos qui contribue à l’information, mais exclusivement par la diffusion d’une charge émotionnelle qui n’aide pas le sens critique à jouer pleinement son rôle. Mais ce flux massif en masque un autre, tout aussi abondant et trompeur: celui des mots “pièges” qui simplifient à l’excès. Ce phénomène est particulièrement flagrant pour les actes terroristes. Les actes terroristes inquiètent. Ils créent une demande d’information : le public veut savoir et si possible être rassuré, en tout cas il veut qu’on lui parle. C’est son besoin, sa demande. Face à cette demande, l’offre s’organise. Les composantes du monde politique y voient une occasion favorable pour activer leur machine à communiquer, plaçant leurs discours pré-construits et déconnectés de l’événement dans la plus grande cacophonie. Selon leurs agendas, certains veulent rassurer, soit en niant, soit en grossissant les faits – affectant une maîtrise qu’ils n’ont pas –, d’autres soufflent sur les braises. Les médias, outre leur vocation d’information, ont également une marmite à faire bouillir, et l’occasion s’y prête à merveille puisque le public est en demande. Il faut que le public sente que ça bouge, que c’est vivant. La figure paternaliste de l’expert – c’est le plus souvent un homme… – vient éclairer de ses certitudes l’obscurité de nos ignorances.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

"Nulle part en France", un documentaire de Yolande Moreau sur les réfugiés

"Nulle part en France", un documentaire de Yolande Moreau sur les réfugiés | Cultures & Médias | Scoop.it

Yolande Moreau s'est rendue dans la "Jungle" de Calais et à Grande Synthe cet hiver pour donner la parole aux réfugiés dans "Nulle part en France", le premier documentaire de la comédienne césarisée et réalisatrice belge qui sera diffusé samedi sur Arte.

Quand Arte, qui voulait "un autre regard" sur les réfugiés, l'a sollicitée en décembre, elle n'a d'abord "pas trop compris" ce qu'on attendait d'elle, relevant que "des tas de gens font ça très bien". Elle avait déjà eu envie de signer l'appel de Calais qui entendait alerter sur le sort des migrants. "Il y avait eu les attentats et les élections et, comme tout un chacun, j'ai été effrayée et consternée par tout ça", confie la comédienne à l'AFP. Alors elle s'est dit : "Faisons-le, après tout mon moyen d'expression c'est de fabriquer des films." Elle est partie tourner dix jours au mois de janvier, avec une équipe d'Arte et une traductrice d'arabe, essentiellement à Grande Synthe et un peu dans la "Jungle" de Calais, où vivent entre 3.500 et 5.000 migrants. Un exercice "intimidant et difficile"

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Après les attentats, les portraits de la station Maelbeek ont «pris une autre dimension»

Après les attentats, les portraits de la station Maelbeek ont «pris une autre dimension» | Cultures & Médias | Scoop.it

Rencontre avec Benoît van Innis, le plasticien belge qui avait décoré la station meurtrie avec des portraits connus par tous les Bruxellois.


Quand on voyage seul et qu’on s’ennuie en métro, il y a plusieurs moyens de tuer le temps. Dévorer un bouquin, lire un quotidien, se brûler les pupilles sur un écran, s’abîmer les tympans, reluquer les gens, dormir, croquer des scènes de vie à la Riad Sattouf, faire des combats de regards comme dans Les Lascars ou coller sa tête contre la vitre en soufflant comme un bœuf. Parmi les partisans bruxellois de cette dernière technique, il est quasiment certain que tous les voyageurs observateurs aient été au moins une fois sortis de leurs pensées par les huit visages dessinés sur les murs de la station Maelbeek, comme le rappelait un article du Vif/L’Express. Ce sera sans doute encore plus le cas dans les prochains mois. Car après l’attentat-suicide qui a frappé la station mardi 22 mars au matin, ces personnages qui observent fixement les passagers chaque jour depuis quinze ans prendront évidemment une toute autre signification.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

France - Le Mémorial de Caen expose des photos oubliées du front d'Orient

France - Le Mémorial de Caen expose des photos oubliées du front d'Orient | Cultures & Médias | Scoop.it

Considérés comme les frères Lumière des Balkans, les frères Manaki ont photographié la Macédoine pendant la Première Guerre mondiale. Une exposition au Mémorial de Caen présente leurs clichés longtemps oubliés de soldats des deux camps. Ils posent fièrement. La main sur une chaise, le fusil en joue, ou la cigarette à la main. Ils ont tous le même regard intense, rivé sur l’objectif. Cent ans après, les yeux dans les yeux, ces soldats semblent vouloir nous parler et nous adresser un message : "Ne nous oubliez pas". Pourtant, pendant des décennies, ces portraits sont restés, ignorés de tous, à des milliers de kilomètres de la France. Ces clichés de poilus datant de la Première Guerre mondiale sur le Front d’Orient n’ont été retrouvés qu’au début des années 2000 dans des archives en Macédoine. Ils sont présentés aujourd’hui pour la première fois en France, au Mémorial de Caen.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Edito: Bruxelles vs BatmanVsSuperman - un peu de réalité, de cinéma, de 3D, et beaucoup de dérisoire...

Edito: Bruxelles vs BatmanVsSuperman - un peu de réalité, de cinéma, de 3D, et beaucoup de dérisoire... | Cultures & Médias | Scoop.it

By Malik Berkati


8h00. Je prends le bus pour me rendre à la projection presse de Batman vs Superman. Le bus, cet espace de bureau entre deux salles de cinéma. Je vois un premier tweet. Une journaliste belge cherchant des témoins à l’aéroport. Je me demande ce qu’il se passe. Un crash ? Quelle drôle d’idée… par les temps qui courent, et bien que la probabilité pour les deux cas reste bien moindre que d’avoir un accident de la circulation, un attentat semble plus plausible qu’une catastrophe aérienne. Mais je n’y ai pas pensé. Peut-être parce que j’attends le prochain à Berlin, m’étonnant à chaque fois que cela ne soit pas encore advenu… Très vite les alertes, les premières images. Et comme à chaque fois un instant de flottement entre l’impression d’irréel et la perception du réel.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Ces mots arabes que vous utilisez tous les jours

Ces mots arabes que vous utilisez tous les jours | Cultures & Médias | Scoop.it

Le sirop d'érable ne s'appellerait pas ainsi sans la langue arabe. Même chose pour le café et le sucre que vous buvez, la chemise et la jupe que vous portez et le sofa sur lequel vous êtes peut-être assis. En cette journée internationale de la Francophonie, plongez dans les origines de votre langue.


La langue ne doit rien au hasard. Elle est le reflet des mélanges de population, des migrations, des conquêtes. Et les mots arabes ont laissé une trace importante. Au total, près de 250 mots français sont issus de l'arabe, soit deux fois plus que ceux d'origine gauloise. Sirop vient du latin siroppus, mais lui-même est dérivé de l'arabe sharab. Jupe, vient du latin juppum, lui-même ayant comme racine l'arabe jubba.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Classic New York Streetscapes, Then and Now

Classic New York Streetscapes, Then and Now | Cultures & Médias | Scoop.it

WSJ re-shoots images from Berenice Abbott’s landmark photo project ‘Changing New York,’ some 80 years later.


It is an essential paradox of New York City that its streetscapes seem both ageless and ever-evolving. Photographer Berenice Abbott captured that vibrant contradiction in the 1930s when she created her landmark series “Changing New York,” more than 300 black-and-white images of the metropolis shot with a large-format camera while she was working under the auspices of the Federal Art Project of the Works Progress Administration. Her visual time capsule documents everything from soaring skyscrapers to neighborhood storefronts, churches, tenements, warehouses and bridges.


Some 80 years after photographer Berenice Abbott created “Changing New York,” her landmark portfolio of quintessential New York scenes, The Wall Street Journal has painstakingly re-shot more than a dozen of the images. They reveal how much, and how little, the city has changed.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

A l’affiche à l’Espace Fusterie -Genève: Les émigrés, de Slawomir Mrozek

A l’affiche à l’Espace Fusterie -Genève: Les émigrés, de Slawomir Mrozek | Cultures & Médias | Scoop.it

Le théâtre comme arme de résistance

Dramaturge et écrivain polonais Slawomir Mrozek est mort à Nice en août 2013. Réfugié politique, il s’était installé en France dans les années 1970. Traditionnellement, en Pologne, le théâtre a très longtemps été un acte majeur de résistance envers le tutorat imposé par « le grand frère russe » durant plusieurs décennies. L’artiste né en 1930 à Borzecin près du Cracovie avait une seule arme pour s’opposer à l’idéologie soviétique : l’ironie et un sens aigu de l’absurde qu’il savait utiliser à la perfection pour exprimer son désir de liberté et son esprit critique. Les Émigrés (Albin Michel, 1975) est l’un de ses plus célèbres drames et a été adapté dans le monde entier en plusieurs langues. La pièce était à l’affiche du théâtre parisien de la Reine Blanche au début du mois de mars et la pièce, actuellement à l’affiche Marseille, est présentée simultanément en Suisse dans une autre mise en scène et distribution par La Compagnie virgule.

(...)



more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Un jeune artiste autiste au Musée des beaux-arts de Montréal

Un jeune artiste autiste au Musée des beaux-arts de Montréal | Cultures & Médias | Scoop.it



Un jeune artiste autiste de 24 ans fait son entrée au Musée des beaux-arts de Montréal. Dès lundi, une quarantaine de toiles de Maxwell Bitton y seront présentées dans le cadre du nouveau programme l’Art d’être unique.

Charles Bitton n’hésite pas à utiliser le mot «miracle» lorsqu’il est question de son fils Maxwell. Il faut dire que, jusqu’à tout récemment, le talent du jeune artiste demeurait insoupçonné.

C’est il y a cinq ans, alors qu’il fréquentait l’école spécialisée À pas de géant, que Maxwell Bitton a été invité à dessiner sur un iPad. Le résultat, une représentation du personnage Pinocchio parfaitement à l’échelle, a impressionné son professeur, puis sa famille.

Les parents de Maxwell ont décidé de tout faire pour lui permettre d’exploiter son potentiel. Avec l’aide de l’artiste Lucie Chicoine, il a troqué sa tablette électronique pour des pinceaux et de la peinture acrylique. Et ce lundi, le public montréalais pourra découvrir son talent en poussant la porte du Musée des beaux-arts.
(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Palmarès 66è Berlinale très politique, trop politique(ment correct)?

Palmarès 66è Berlinale très politique, trop politique(ment correct)? | Cultures & Médias | Scoop.it

Edité à 11h45 le 21-02-2016.
[Les reproches continuant sur Twitter concernant le titre de ce compte-rendu de palmarès, voilà une 2è mise au point:Non seulement ce palmarès est mal équilibré entre politique et art cinématographique mais en plus c’est du politiquement correct:
Pour ne pas avoir à faire une 3è mise au point et prendre les devants: la question des réfugiés, des guerres civiles, des murs et frontières, des politiques militaro-économiques occidentales, de l’écologie politique, des sujets touchant la vigilance citoyenne face aux États de plus en plus intrusifs dans la vie quotidienne des gens, etc., etc., sont des sujets qui tiennent depuis toujours à cœur j:mag et singulièrement l’auteur (rédacteur en chef) de ces lignes. Nous en parlons tous les jours, ici ou sur les articles papier ou sur le vaste web ou dans la vraie vie dans un engagement quotidien! Nous sommes donc d’autant plus à l’aise pour dire que le cinéma a une fonction citoyenne, comme tout média. Mais le cinéma n’est pas qu’un média, c’est aussi un art. Et pour que sa magie opère, il faut aussi distinguer cette dimension pour qu’il ne finisse pas enfermé dans le formatage serré des petits écrans.

(...)

 

Le festival de Berlin est traditionnellement, parmi les grands festivals, le festival le plus politique – ceci ayant peut-être à voir avec le fait qu’il ait été créé en 1951 par les Alliés occupant l’Allemagne pour en faire une vitrine du monde “libre”. Cette année, non seulement la sélection mais également les événements qui secouent le monde et singulièrement l’Europe avec la crise des réfugiés vouaient les palmarès (ceux des jurys indépendants également) à ne pas faire mentir cette réputation.
Mais un peu trop. Le cinéma semble avoir été parfois mis de côté au profit des sujets traités. C’est une opinion qui semble ne pas être partagée par certains de nos lecteurs qui ont réagit assez vivement sur Twitter à propos de cette interrogation. Pour éviter tous les malentendus, les prix attribués ne sont pas honteux, il suffit de voir notre palmarès alternatif diffusé cette après-midi et qui correspond en partie à celui du jury officiel. Enfin pas de honte, mais un scandale: l’attribution à la réalisatrice française Mia Hansen-Løve de l’ours de la meilleure réalisation. Un mystère des plus mystérieux… à moins que cela ne soit dû à une autre sorte de politique, celle qui se veut correcte.

 

Ours d’Or : Fuocoammare de Gianfranco Rosi, Italie.
La critique du film

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Film d'ouverture Berlinale 2016: Hail, Caesar! de Joel et Ethan Coen - Une parodie expressionniste

Film d'ouverture Berlinale 2016: Hail, Caesar! de Joel et Ethan Coen - Une parodie expressionniste | Cultures & Médias | Scoop.it

Par Malik Berkati, Berlin

 

Les années 50, l’âge d’or du cinéma hollywoodien et de celui du maccarthysme. Voilà le décor du dernier film des Frères Coen en démonstration de virtuosité cinématographique.

 

Hollywood, mon amour !

 

Si le name-dropping est un phénomène du domaine de la musique, on pourra découvrir dans cet Ave César! celui du star-dropping : pas une scène ou une vedette du cinéma n’apparaisse dans le cadre pour une plus ou moins longue apparition. On pourrait parler également de genre-dropping, tant les scènes de genre (péplum, western, comédie musicale, adaptation théâtrale, ballet nautique) se suivent dans une reconstitution époustouflante qui parle à tout un chacun né avant la fin du siècle dernier.

De nombreux critiques ont décrit ce film comme un hommage au cinéma. À notre sens, plus qu’un hommage, les Frère Coen ont, avec Hail, Caesar !, simplement fait d’une manière flagrante du cinéma. Joel Coen reconnaît qu’ils ont « reproduit une version romantisée d’Hollywood des années 50 » mais il réfute l’idée d’une nostalgie de cette ère cinématographique : « Si l’on regarde la machinerie derrière la réalisation des films, oui il y a un élément affectif pour moi dans cette façon de fabriquer le cinéma, j’ai de l’admiration pour cela et aussi de l’affection, mais non je ne suis pas assez sensible pour qu’on l’on parle de nostalgie. » Certes ce n’est pas le plus grand film de Joel et Ethan Coen, ni le plus profond. Mais au-delà d’être flamboyant et joyeux, il est plus sagace qu’il n’y paraît.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Unpublished Black History - U.S.

Unpublished Black History - U.S. | Cultures & Médias | Scoop.it

Revealing moments in black history, with unpublished photos from The New York Times's archives. We’ll add images daily in February.

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from Littérature et immigration- Musée de l'histoire de l'immigration
Scoop.it!

Sélection 2016 PrixLitteraire Porte Dorée : Mektouba, un roman de Karima Berger chez Albin Michel

Sélection 2016 PrixLitteraire Porte Dorée : Mektouba, un roman de Karima Berger chez Albin Michel | Cultures & Médias | Scoop.it

Alger, le vieux Ben Amar, dans sa maison, la Mektouba c’est à dire la Destinée, celle qu’il a achetée, embellie, agrandie, reçoit une lettre de ses trois enfants. Pas un ne vit dans leur pays de naissance, Saoud, l’aînée, l’insatisfaite, vit en Bretagne, Louisa, qui travaille pour une institution humanitaire réside au Québec, le fils qui se croit toujours le responsable de la mort de sa mère s’est marié en Sologne, il a un fils qui n’a jamais rencontré son grand père. Ils lui demande quelles sont ses dernières volontés, ce qu’il a prévu, surtout en ce qui concerne la Mektouba quand il aura disparu. Ils sont inquiets car Louisa l’a mis en contact avec les enfants d’un orphelinat, il est devenu le grand père qu’il voulait être et qu’il n’est pas. La Mektouba il veut la donner à ces enfants, à ceux qui lui apportent les dernières joies de sa vie sans aucune arrière pensée, qui lui donnent un nouveau but, de nouvelles raisons de profiter de la vie.


Via Médiathèque Abdelmalek Sayad -Musée de l'histoire de l'immigration
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

How Shakespeare Lives Now

How Shakespeare Lives Now | Cultures & Médias | Scoop.it

We speak of Shakespeare’s works as if they were stable reflections of his original intentions, but they continue to circulate precisely because they are so amenable to metamorphosis. They have left his world, passed into ours, and become part of us. And when we in turn have vanished, they will continue to exist, tinged perhaps in small ways by our own lives and fates, and will become part of others whom he could not have foreseen and whom we can barely imagine.


(...)



more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Imre Kertész (1929-2016): «Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable»

Imre Kertész (1929-2016): «Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable» | Cultures & Médias | Scoop.it

« Je vais continuer à vivre ainsi ma vie invivable » avait dit l’écrivain hongrois Imre Kertész, prix Nobel de littérature en 2002, connu pour deux livres majeurs, Être sans destin et Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas dont Édouard Louis cite une page sublime en excipit de son récent Histoire de la violence, un titre qui pourrait être le sous-titre de l’œuvre de Kertész, témoin des horreurs absolues du XXè siècle, l’holocauste, les camps, la barbarie. Il les a vécus dans sa chair, il les écrira, inlassablement, « pour l’éternité ».


Né à Budapest en novembre 1929 dans une famille juive modeste, Imre Kertész est déporté, à Auschwitz — il a 15 ans — puis Buchenwald. Et il lui faut réapprendre à vivre dans un monde qui a connu l’extermination. Il lui faut, seul rescapé de sa famille, être capable d’écrire ce monde qui vous a refusé le statut d’être humain. Kertész devient journaliste puis traducteur de l’allemand, il compose des comédies musicales pour vivre et commence à écrire des pièces de théâtre et des romans, trouve cette manière singulière de faire de son œuvre une oraison funèbre, dans la distance, rendant l’effroi d’autant plus immense, l’horreur glaciale et glaçante, en une forme de Refus, titre de l’un de ses livres.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Jim Harrison, le dernier des géants

Jim Harrison, le dernier des géants | Cultures & Médias | Scoop.it

Jim Harrison est mort samedi à l'âge de 78 ans. Il laisse derrière lui une oeuvre qui s'est penchée sur les paradoxes de l'existence: la libido, les fantasmes, la vengeance et la folie, à travers des personnages qui quittent la route pour entrer dans les marges. Le magazine Lire l'avait rencontré chez lui, dans le montana, l'année dernière. L'écrivain américain Jim Harrison a succombé à une crise cardiaque samedi, a annoncé sa famille ce dimanche.


[ARCHIVE du 26/10/2015] Lorsque je l'ai rencontré pour la première fois, il y a plus de quinze ans, Jim Harrison m'avait dit que l'on ne peut entreprendre de raconter la vie d'un homme si l'on n'a pas mangé et bu en sa compagnie. Régulièrement, nous partageons donc de fringants repas et portons des toasts à la vie, à la littérature ou aux truites que nous prendrons dans les eaux de la Yellowstone. C'est sur les berges de cette rivière, qui opère sur lui comme un baume, que je le retrouve par une chaude journée d'été.

(...)

malik berkati's insight:
Beau portrait publié en octobre passé.
Pour lire l'article nécrologique du NYT: http://www.nytimes.com/2016/03/28/arts/jim-harrison-free-spirited-writer-dies-at-78.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur
MaB
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Pour la liberté de panorama

Pour la liberté de panorama | Cultures & Médias | Scoop.it
La liberté de panorama est un droit que vous pensez détenir lorsque vous postez, sur Internet (Facebook, Instagram, Wikipédia, etc.), la photo d’une sculpture ou d'un bâtiment relativement récent, et ce, que vous soyez présent sur cette photo ou non. Par exemple : une photo du viaduc de Millau, une photo de vous devant la pyramide du Louvre, ou devant les colonnes de Buren, etc. Vous pensiez naturellement jouir de ce droit car le monument ou la structure se trouve, à la vue de tous, dans l’espace public. Bien souvent, il a d'ailleurs été financé par de l’argent public. Mais en réalité, il relève du droit privé : le droit de l’auteur, et surtout des sociétés d'ayants-droit, et ce, jusqu’à 70 ans après la mort de l’artiste. En attendant : vous êtes contrefacteurs ! Wikimédia France s'engage pour changer la loi...
(...)
malik berkati's insight:
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Une start-up nigériane crée un nouveau monde de super-héros africains

Une start-up nigériane crée un nouveau monde de super-héros africains | Cultures & Médias | Scoop.it

Contrairement à la Tornade de Marvel de la série X-Men et à la Panthère noire, qui sont tous deux originaires du pays imaginaire de Wakanda en Afrique, les personnages de Jide Martin sont véritablement Africains.


Dans le monde des super-héros, les personnages de couleur sont rares. Pire encore, leur culture ethnique n'occupe quand elle est identifiée qu'une place marginale. Mais Comic Republic, une start-up nigériane basée à Lagos, est en train de créer un monde d'authentiques et uniques super-héros africains. Lancé en 2013, le personnage phare de Comic Republic est Guardian Prime, protecteur du genre humain. Selon le PDG Jide Martin, « il est vraiment bâti sur l'estime de soi. L'estime de soi. En gros, nous essayons de dire, regardez, si vous croyez que vous pouvez faire quelque chose, alors c'est possible. La seule limite existante est celle que vous vous mettez… ce qui est à l'origine de son pouvoir. Il est comme le cinquième élément. Nous l'appelons la main de Dieu. Et il est tout simplement aussi fort, rapide et invulnérable que ce qu'il pense être. » L'ensemble des personnages de Jide Martin sont profondément moraux, un choix fait par Comic Republic avec le souhait de revenir aux fondamentaux de l'héroïsme.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Littérature africaine: de la négritude à l'«écritude» avec Alain Mabanckou

Littérature africaine: de la négritude à l'«écritude» avec Alain Mabanckou | Cultures & Médias | Scoop.it

Les lettres africaines sont à l’honneur ce 17 mars au Collège de France avec l’installation du talentueux Alain Mabanckou à la Chaire de création artistique. Romancier et professeur de littératures de langue française à l’université de Californie, aux Etats-Unis, le Franco-Congolais s’est imposé au cours des dernières années comme l’un des auteurs majeurs de la littérature africaine d’expression française. Une littérature dont l’émergence et l’évolution feront l’objet des cours que le nouveau professeur de création artistique va dispenser tout au long de l’année 2016. Avec ses tout premiers titres parus dans les années 1920, la littérature africaine de langue française sera bientôt centenaire. Née dans les ténèbres de la colonisation, elle raconte le parcours vers la modernité de l’Afrique à travers un siècle semé de chausse-trappes et de moult obstacles. Riche de sa production exubérante et de l’extraordinaire diversité des sensibilités qui l’animent, elle s’est imposée comme une des grandes littératures de notre temps. Son univers peuplé de traditions millénaires et de combats contemporains pour l’émancipation, irrigue l’imaginaire de la langue française et l’enrichit.


Une littérature d’instituteurs

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Le Franco-Congolais Alain Mabanckou fait entrer la littérature africaine au Collège de France

Le Franco-Congolais Alain Mabanckou fait entrer la littérature africaine au Collège de France | Cultures & Médias | Scoop.it

"En m?accueillant ici, vous poursuivez votre détermination à combattre l?obscurantisme et à convoquer la diversité de la connaissance", a affirmé jeudi l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou au Collège de France pour sa leçon inaugurale de la chaire de "création artistique". La salle de 430 places était trop petite pour accueillir tous ceux qui voulaient assister à cette séance exceptionnelle. C'est la première fois qu'un romancier occupe cette chaire créée en 2005. Veste bleue moirée, noeud papillon sur chemise blanche, le romancier âgé de 50 ans a déroulé pendant un peu plus d'une heure une leçon inaugurale sur "les lettres noires" faisant alterner humour et sérieux avec toujours comme un fil rouge un profond humanisme. Expliquant qu'en 1530, au moment de la fondation du Collège, les Africains "n'existaient pas en tant qu'être humain", il a expliqué qu'alors "en Sénégambie, un cheval valait de six à huit esclaves noirs". "C'est ce qui explique mon appréhension de pratiquer l'équitation", a-t-il ajouté malicieusement.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Vertiges comiques du chaos - Entretien avec Dominik Moll

Vertiges comiques du chaos - Entretien avec Dominik Moll | Cultures & Médias | Scoop.it

Malik Berkati


«DES NOUVELLES DE LA PLANETE MARS» Dominik Moll revient aux sources de son cinéma inquiétant avec une étrange tragi-comédie. Entretien avec le réalisateur de «Harry, un ami qui vous veut du bien».

Philippe Mars (François Damiens) est ingénieur informaticien, divor­cé, père de deux adolescents et son environnement ne semble être pour lui que source de problèmes. La nuit, il rê­ve d’apesanteur; seul dans l’espace, il flotte et se sent bien. Puis le réveil sonne et les extravagances de la vie – incarnées par Jérôme (Vincent Macaigne), un collègue totalement givré – le font retomber dans la gravité terrestre.

Des Nouvelles de la planète Mars réunit les ingrédients classiques de la comédie dramatique mais Dominik Moll, qui aime jouer avec les genres, instille des éléments qui rendent le récit plus lunaire – à défaut d’être complètement martien. Rencontre avec le cinéaste à Berlin, où son film était présenté en février dernier.

L’univers où évolue votre personnage est très construit: espace onirique/réel, verticalité du décor...

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

La première grapheuse afghane répand le féminisme sur les murs

La première grapheuse afghane répand le féminisme sur les murs | Cultures & Médias | Scoop.it

Une larme coule sur la joue d’une femme en hijab violet assise au piano. Elle joue une mélodie en solo au milieu d’un océan de gratte-ciels bleus qui s’élèvent au-dessus de la circulation. Le sujet de cette composition assume fièrement ses contradictions: forte et vulnérable à la fois, pleine de grâce, créative, isolée, triste. Et pourtant, en apparence du moins, elle ne demande l’aide de personne, heureuse d’accueillir ses sentiments et de les exprimer librement, paisiblement, en faisant appel à sa créativité.

Cette œuvre est de Shamsia Hassani, connue pour être la première grapheuse en Afghanistan. Née en 1988 à Téhéran, de parents afghans, elle s’est installée à Kaboul pour passer un master en arts plastiques. Elle y vit toujours, et transforme les murs de la ville en tableaux colorés qui transmettent un message de paix et d’espoir à la communauté.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Berlinale 2016 - Les pattes d'ours décernées par j:mag

Berlinale 2016 - Les pattes d'ours décernées par j:mag | Cultures & Médias | Scoop.it

Cet article n’est pas très original dans le monde des médias, mais c’est une première à j:mag – assez étonnant quand on pense que nous existons depuis 20 ans! Aujourd’hui nous donnons nos prix en attendant celui du prestigieux jury international présidé par Meryl Streep. Nous les nommons les Pattes d’ours – pour l’empreinte laissée une fois le générique déroulé jusqu’au bout (il faudra que l’on vous parle un jour du sujet “générique”) et l’écran redevenu blanc.

 

Les Pattes d’ours de j:mag:

Meilleur film:

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Berlinale 2016: c'est parti!

Berlinale 2016: c'est parti! | Cultures & Médias | Scoop.it

Cette année, le Festival international du film de Berlin abordera le réflexion du monde sous un angle varié de genres, de formes et de compositions cinématographiques et touchera une multitudes de réalités qui font empreinte sur les sociétés actuelles.
Le sujet fil rouge de cette 66è édition est le droit au bonheur qui est la plus grande aspiration de l’humanité. Un droit à avoir une patrie, à survivre, à être heureux. Mais aussi le questionnement du bonheur: qu’est-ce que le bonheur, comment peut-on l’accrocher? Grâce au cinéma qui permet toute sorte de traitements d’un sujet, ces questions universelle seront abordées au niveau individuel comme et à l’échelle de la société. Et bien sûr la question des réfugiés, qui occupent le devant de l’actualité depuis des années, sera présente dans toutes les sections – également en compétition – et dans tous les genres cinématographiques.
Comme l’a dit Dieter Kosslick, directeur du festival, lors de la conférence de presse de présentation de cette 66è édition: “Nous ne voulons pas seulement faire un feu d’artifice bruyant sur le tapis rouge, nous saurons également être plus calme et discret, car ce festival c’est aussi un miroir de notre société… et elle doit faire face à de nombreuses difficultés ces temps-ci.”

Comme chaque année, vous trouverez en ligne notre compte-rendu quotidien de la compétition et quelques critiques de films des autres sections. Vous pouvez également interagir avec nous à travers notre compte Twitter @jmagCH, et comme les 5 dernières années, proposer des questions à poser à certains réalisateurs que nous rencontrerons.

Malik Berkati, Berlin

more...
No comment yet.