Cultures & Médias
Follow
11.0K views | +4 today
Cultures & Médias
car tout est multiple
Curated by malik berkati
Your new post is loading...
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Avant Marquez, Fuentes, Neruda et quelques autres, l’Amérique du Sud n’existait pas aux yeux du monde

Avant Marquez, Fuentes, Neruda et quelques autres, l’Amérique du Sud n’existait pas aux yeux du monde | Cultures & Médias | Scoop.it
Ces écrivains, parenthèse enchanteresse de la littérature sud américaine, ont fait sortir le continent des clichés.

 

La disparition de Gabriel Garcia Marquez, ce n’est pas seulement la mort d’un écrivain: c’est aussi la fin de la parenthèse enchanteresse de la littérature sud-américaine, qui a connu son âge d’or au XXe siècle. 

Avant, l’Amérique du Sud n’existait pas. Aux yeux du monde, c’était un continent d’Indiens et de dictateurs, de plages et de pronunciamientos, de favelas et de républiques bananières. Dominé culturellement par l’Europe et économiquement par les Etat-Unis. On ne le prenait pas au sérieux. C’était Tintin et l’Oreille cassée.

 

Une poignée d’écrivains va lui donner une identité. Ce furent l’argentin Jorge Luis Borges, le chilien Pablo Neruda, le cubain Alejo Carpentier, les mexicains Octavio Paz et Carlos Fuentes, le colombien Marquez… Avec eux, on découvrait non seulement une nouvelle littérature, mais aussi une nouvelle façon de voir le monde. Pour les Occidentaux, la découverte de la littérature sud-américaine au XXe siècle fut un choc comparable à celle de la littérature russe au XIXe.

 

Deux passeurs ont joué un rôle fondamental.

 

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Duras aurait eu 100 ans: relisez sa lettre de «rupture» de 1969 à Alain Resnais

Duras aurait eu 100 ans: relisez sa lettre de «rupture» de 1969 à Alain Resnais | Cultures & Médias | Scoop.it

Après le triomphe d'«Hiroshima mon amour», sur un scénario qu'elle a écrit, la romancière lui propose un nouveau texte qui deviendra «Détruire dit-elle», sorti en décembre 1969 et réalisé par Duras après que Resnais a refusé de le tourner.

 

Disparue en 1996, Marguerite Duras aurait fêté ses cent ans ce 4 avril 2014. À cette occasion, nous publions une lettre de la romancière au réalisateur Alain Resnais, récemment disparu.

Après avoir collaboré avec le cinéaste sur Hiroshima mon amour (1959), Duras lui avait proposé un autre projet, qui ne se réalisa pas.

 

29 janvier 1969

 

«Cher Alain, bon, ça veut dire qu’on ne fera plus rien ensemble.

J’aurais bien aimé que vous sortiez du rapport passionnel à mon égard, cette fois. Vous refusez encore. Vous avez à la fois envie et horreur de cette idée: retravailler avec moi une deuxième fois. Et risquer de faire un chef d’œuvre. Autrement dit, si la Destruction capitale était anonyme, vous l’auriez faite.

 

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from TdF | Livres & Littérature
Scoop.it!

[à partir du 13 mai 2014] L'Album Pléiade 2014 : Album Marguerite Duras

[à partir du 13 mai 2014]  L'Album Pléiade 2014  :  Album Marguerite Duras | Cultures & Médias | Scoop.it

Cette année, l’album Pléiade sera consacré à Marguerite Duras. Il sera offert à partir du 13 mai pour l’achat de trois volumes de la collection.

Album relié pleine peau et présenté sous étui illustré, 256 pages, 208 illustrations en noir et en couleurs.

«Présenter Marguerite Duras c’est inciter au plaisir de feuilleter, de lire, de voir. Faire le geste d’une invitation. Dans son univers labyrinthique, certains se perdent, d’autres se trouvent ou se retrouvent. Captifs, captivés. Cependant, à travers ses romans, ses pièces de théâtre, ses films, se discerne au mieux une cohérence bousculée par les événements ambigus, voire contradictoires, qui tissent l’existence : "Je suis un écrivain, rien d’autre qui vaille la peine d’être retenu." 
Sans négliger les moments d’une vie, cet album, qu’illustrent photographies de famille, manuscrits rares, documents d’époque et traces épistolaires, ne se ramène pas à une simple biographie. Il privilégie les évocations d’une œuvre singulière. De cette œuvre, l’enfance, temps passé qui ne passe pas, est la clé de voûte. Enfance dite, redite. Reprise de souvenirs tremblés, voilés, recomposés jusqu’au mythe. Le réel finit par s’y confondre avec un imaginaire inépuisable. Paroles vraies pourtant. Comme un cri, comme un sanglot. 
Mais la quête de Marguerite Duras ne se borne pas à des réminiscences. Elle instaure en loi universelle le désir, son déclin ou sa renaissance. Elle aime l’amour, ce vertige immobile. Se veut violente, âpre, impétueuse, à l’instar de ses personnages. Toujours proche de la poésie et de la musique, elle transforme tout espace en templum, en espace sacré, à l’aune de ses exigences mystérieuses. 
Si l’on consent à s’y laisser prendre, dès lors porté par un langage souverain qu’elle honore et maltraite à son gré, on sera conduit vers des thèmes multiples, vers d’insolites fictions où se croisent la femme, l’enfant, l’humour baroque. Le soleil et le feu. La révolte, le crime, la folie. L’eau douce mêlée à l’eau salée des deltas lointains. La vaine splendeur du monde…» 

Christiane Blot-Labarrère.


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Bruce Clarke: «Le génocide au Rwanda nous appartient en partie»

Bruce Clarke: «Le génocide au Rwanda nous appartient en partie» | Cultures & Médias | Scoop.it

Sa réponse au génocide au Rwanda, ce sont des Hommes debout, souvent en format monumental. Un projet artistique qui parcourt le monde. Né de parents sud-africains, Bruce Clarke a longtemps lutté contre l’apartheid. Aujourd’hui, il dresse des portraits anonymes des 800 000 à un million de victimes du génocide rwandais pour leur rendre leur dignité. Une manière d'œuvrer pour obtenir une vraie reconnaissance de ce génocide dans la conscience des gens. Ce 6 avril, Clarke inaugurera une grande exposition à la Bibliothèque nationale du Rwanda à Kigali. Avant son voyage, il nous a accueillis dans son atelier à Saint-Ouen au nord de Paris où il vit et travaille. Entretien.

 

Votre atelier possède un très haut plafond, mais il semble que vous préférez de travailler au sol. Des Hommes debout réalisés à l’horizontale. Cette toile par terre, c’est le portrait d’une femme que vous êtes en train de créer actuellement ?


Oui. Je travaille par terre, avec des flaques de peinture qui coulent et qui sèchent d’une manière un peu arbitraire. Beaucoup d’artistes travaillent en vertical, je travaille aussi en horizontal.

 

Qu’est-ce que vous allez faire le 7 avril 2014 ?


(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Daniel Barenboim, musicien universel

Daniel Barenboim, musicien universel | Cultures & Médias | Scoop.it

La rédaction d’ouvrages n’est pas, chez ce musicien, une nouveauté et nous l’avions déjà lu et commenté auparavant ; mais avec « La musique est un tout » *il fait le point dans les diverses directions d’un art qu’il considère « plus complet que l’ensemble des autres arts ». En détournant volontiers l’une de ses belles formules « Le temps est la conscience du musicien » on tâchera de cerner la matière, souvent composite, de cette publication.

 

Déplorant un fossé entre « pensée artistique et pensée pratique » qu’il s’agit de combler, nous abordons le premier de ces thèmes « Ethique et Esthétique ». Sachant que pour D.Barenboim la notion d’ Ethique est trop rarement appliquée à la musique ; en voici quelques pistes. Qu’un des éléments de la musique soit déconnecté et l’idée de la totalité disparaît. En outre pour une œuvre il y a plus de solutions que d’interprètes. Interprète et public vivent l’œuvre ensemble et, de fait il n’y a jamais de trop grande connaissance de l’œuvre ; écouter c’est entendre et penser conjointement. D.Barenboim s’interroge même sur l’ écoute des « monstres : Hitler, Staline » dont nous savons qu’ils « appréciaient » la musique.  Cependant la musique a le pouvoir d’exprimer le potentiel d’une humanité qui sait dépasser ses propres limites.

 

LE  CAS  ISRAËLO :ARABE ;

 

(...)

malik berkati's insight:

Très grand chef d'orchestre, grand humaniste...
MaB

more...
BuzzBlog ▶ Scoopit de Petit Buzz's curator insight, April 2, 4:38 PM

Daniel Barenboim, musicien universel ! ▶ #Buzz propulsé par #PetitBuzz 

Scooped by malik berkati
Scoop.it!

BD: « La propriété », une histoire intime

BD: « La propriété », une histoire intime | Cultures & Médias | Scoop.it

La bande dessinée est un art encore jeune en Israël, mais certains auteurs sont mondialement reconnus. C'est le cas de Rutu Modan, qui enseigne d'ailleurs le 7e art. Son troisième roman graphique, La Propriété, édité chez Actes Sud, a remporté le Prix spécial du jury du dernier festival d'Angoulême.

« La Propriété », c'est ce bien spolié, appartenant à un couple de juifs déportés à l'arrivée des nazis en Pologne en 1939, et que leur fille veut récupérer en retournant à Varsovie. Cette vieille dame tour à tour irascible et déprimée est accompagnée par Mica, sa petite fille dans une quête qui se révèle, en filigrane, bien plus existentielle que matérielle.

 

Cette mystérieuse propriété

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

France - Les nouveaux éditocrates

France - Les nouveaux éditocrates | Cultures & Médias | Scoop.it

Vieux tropisme du journalisme politique hexagonal, les éditocrates omniprésents dans les journaux et à la télé, ont aussi pris place sur internet. Quelques blogueurs reproduisent les mêmes réflexes que leurs aînés : donner leur avis sur tout.

 

Les “éditocrates” peuplent les plateaux télé du matin au soir : c’est à leur sens de l’ubiquité que l’on mesure leur “puissance” médiatique autant qu’on définit la nature du journalisme politique dominant, que d’aucuns estiment conformiste. Alain Duhamel, Jean-Michel Aphatie, Franz-Olivier Giesbert, Joseph Macé-Scaron, Laurent Joffrin, Eric Zemmour, Yves Thréard… : les oracles du microcosme politique ont la parole, quasi exclusive. Leurs analyses comptent autant pour les élites qu’elles se perdent dans le grand bain de l’info élargie par les réseaux sociaux. Contre-modèle où chacun peut s’exprimer, le web offre la possibilité de se détacher de la présence des éditocrates et de s’attacher à d’autres discours.

 

Les mêmes têtes d’affiche sur tous les sites d’infos


(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from France 2012... to be continued
Scoop.it!

Jouez au 2048 des municipales!

Jouez au 2048 des municipales! | Cultures & Médias | Scoop.it

Il y a quelques jours, nous sonnions le glas de votre productivité en vous présentant 2048. Aujourd'hui, on remet ça avec une version du mini-jeu pleinement dans l'air du temps: un 2048 des municipales!

Martine Aubry, Robert Ménard, Anne Hidalgo et sa rivale Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Claude Gaudin, Patrick Mennucci et bien d'autres... retrouvez les protagonistes du second tour des élections municipales, qui a lieu le 30 mars.

 

(...)

 

Au passage, cette version municipales 2014 de 2048 a été réalisée à partir du code original du jeu, que son jeune développeur web, Gabriele Cirulli, a choisi de laisser en libre accès sur une plateforme bien connue des développeurs, GitHub.

Une ouverture qui déjà donné naissance à tout un tas de détournements hilarants et tout aussi efficaces que 2048, tel que le canin DOGE 2048, ou la version réservée aux adultes, BOOBS 2048. Pour participer à ce grand élan de créativité, il vous suffit de télécharger le code sur GitHub, en prenant bien soin de créditer l'auteur original de 2048 sur votre oeuvre finale.

 

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from Maghreb-Machrek
Scoop.it!

In pictures: Mixing graffiti and calligraphy in Tunisia

In pictures: Mixing graffiti and calligraphy in Tunisia | Cultures & Médias | Scoop.it
A Tunisian artist has turned a prison wall into a symbol of hope for young people coping with unemployment and political turmoil in the central city of Kasserine.
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Errance en mer Rouge, une BD de Joël Alessandra (Casterman)

Errance en mer Rouge, une BD de Joël Alessandra (Casterman) | Cultures & Médias | Scoop.it

 

Errance en mer Rouge est un récit poignant de Joël Alessandra (Instinct Sauvage, Bad Atmosphère, Retour du Tchad) illustré dans une très belle édition BD. Une histoire à mi chemin entre le carnet de voyage et la BD, remarquablement mise en scène.

 

Résumé de l’éditeur :

Pour essayer de se distraire du souvenir lancinant de son épouse récemment décédée, Tom, un enseignant en arts plastiques dans la quarantaine, accepte un nouveau poste à Djibouti. Là, face au détroit de Bab-El-Mandeb – « la Porte des larmes » – qui a tant fasciné des générations d’artistes de toutes origines, Tom soudain submergé par des ambiances et des sensations nouvelles cesse peu à peu de se cramponner à son chagrin et se laisse happer par cet environnement inédit. Ses interventions bénévoles pour enseigner des rudiments de dessin aux orphelinats locaux et surtout sa rencontre avec Fred, un baroudeur excessif et illuminé installé de longue date à Djibouti, vont achever de le guérir de sa neurasthénie. Rapprochés par leur passion pour les grands écrivains de l’ailleurs comme Henry de Monfreid, le sulfureux vétéran de l’aventure en mer Rouge, ces deux hommes que tout semble opposer sympathisent. Et Tom se laisse convaincre d’accompagner Fred, trafiquant à ses heures, dans l’une de ses sorties pas vraiment légales en mer…

 

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from Librairie Monet - Des livres et des libraires...
Scoop.it!

Québec - Cassie Bérard: labyrinthe littéraire

Québec - Cassie Bérard: labyrinthe littéraire | Cultures & Médias | Scoop.it

Cassie Bérard ne fait pas que baigner jusqu'au cou dans le monde de la littérature. Avec la sortie d'un premier roman étonnant de précocité, D'autres fantômes, elle démontre qu'elle est aussi capable d'y nager avec grâce. Et complexité.

Rédigeant sa thèse de doctorat d'une main, tout en achevant de l'autre une première oeuvre savamment structurée, la (très) jeune auteure, 26 bougies au compteur, démarre sur les chapeaux de roue.

Publié fin février, D'autres fantômes a en effet de quoi marquer les esprits. Y sont contées les obsessions d'Albert, rongé, miné, dévoré par le doute à mesure qu'il enquête sur le suicide d'une jeune femme dans le métro parisien. Une inconnue qu'il croit connaître. Mais n'est-il pas lui-même étranger à ses propres yeux?

Dans ce récit brodé d'une foule de fausses pistes, et tout autant d'influences de techniciens de la littérature (Aquin, Robbe-Grillet, etc.), même le lecteur s'empêtre. Au fil de ce premier ouvrage, la jeune auteure originaire de Québec fut épaulée par de solides connaissances en théorie des lettres, récoltées notamment sur les bancs de l'université. En passe d'achever une thèse à l'Université Laval à Québec (portant sur «La narration non fiable dans la littérature»), elle dispense également des cours de création littéraire.

 

(...)


Via Librairie Monet Gestion
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Syrie: la BD pour dévoiler les coulisses de l’ONU

Syrie: la BD pour dévoiler les coulisses de l’ONU | Cultures & Médias | Scoop.it

Trois ans de guerre en Syrie, ce sont aussi trois ans de négociations aux Nations unies. Pour raconter les coulisses d’une diplomatie à la peine, le « reportage dessiné » offre un regard original et innovant. Plongée dans le huis clos d’une terrible partie d’échecs.

 

« Condamner avec la plus grande fermeté. » Des violences « préoccupantes ». « Nous sommes préoccupés », « gravement préoccupés ». Faut-il agir « urgemment » ou encore « sans délai » ? De l’intense ping-pong sémantique que se livrent les diplomates lors de chaque négociation au sein des Nations unies, Karim Lebhour, correspondant de RFI à l’ONU, voulait raconter les coulisses et les enjeux.

 

Pour montrer ce bras de fer diplomatique qui se joue majoritairement à huis clos, le journaliste manque de moyens : il n’y a ni témoin, ni photographe. C’est là qu’émerge l’idée d’un nouvel outil, qui convainc aujourd'hui de plus en plus de reporters : la BD. Grâce à La Revue dessinée, Karim Lebhour a pu retranscrire ce qui se trame dans les couloirs du Conseil de sécurité ou encore dans les bureaux des différents responsables des Nations unies.

 

(...)

 

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from Jazz and music
Scoop.it!

Un orchestre de détritus en première partie du groupe Metallica

Un orchestre de détritus en première partie du groupe Metallica | Cultures & Médias | Scoop.it

Jouer du classique avec des instruments de fortune, c'est le projet fou qu'a réussi à réaliser la formation symphonique de Cateura, composée de 40 enfants venus des bidonvilles. Son succès est tel que le groupe de heavy metal l'a invitée pour qu'elle partage la scène à ses côtés.

 

Jouer du Mozart avec des détritus tout droit extirpés d'une décharge.... Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, c'est ce que font les jeunes musiciens de l'Orchestre symphonique de Cateura, au Paraguay. Leur succès est tel qu'ils ont été choisis pour assurer la première partie de Metallica, en tournée en Amérique du Sud. Depuis 2002, ils ont donné des concerts en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis avec leurs violons, guitares, violoncelles et contrebasses de fortune, séduisant le groupe de heavy metal américain qui leur offre du 16 au 30 mars l'accès à des scènes prestigieuses, à Bogota, São Paulo, Buenos Aires. Le répertoire des 40 musiciens, tous natifs du faubourg miséreux de Cateura, qui abrite la principale décharge d'Asuncion, va de Mozart à Vivaldi, en passant par Beethoven avec des incursions chez les Beatles, Franck Sinatra ou Édith Piaf et dans le patrimoine musical des pays hôtes. En bref, rien à voir avec les accords saturés des guitares de Metallica.

 

(...)


Via Juan Carlos Hernandez
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Diane Tell : « Je suis une chanteuse Open Data »

Diane Tell : « Je suis une chanteuse Open Data » | Cultures & Médias | Scoop.it

Diane Tell chante et joue de la musique. Elle vit de son art et le décline sur Internet. La chanteuse, la productrice et l’internaute racontent leur journée type.

 

Chaque jour, je vais sur le site de mon label numérique, Idol. Il y a tout : les principaux pays, les moyens d’accès à la musique. Des graphiques permettent de suivre les ventes au jour le jour. Ce qui est drôle, c’est qu’on voit l’impact des passages en radio ou à la télé. Tu peux vraiment évaluer l’effet. Quand il y en a un qui te dit : « Vous allez vendre des disques grâce à nous, vous allez voir. C’est une super émission ! » ; le lendemain, tu vas voir qu’il ne s’est rien passé. Alors que la petite qui chante ta chanson en demi-finale de « The Voice » ; le lendemain, tu es numéro un des ventes.

 

(...)

 

Le streaming va continuer à se développer

Pour voir l’évolution, on peut regarder sur l’année. Je suis une maison de disques qui sort surtout du Diane Tell. Cette année, on a vendu 23 385 « tracks ». Plus que l’année dernière. L’album « Une » est numéro un. Vient ensuite la compilation « Autour de Montréal », elle marche bien. Dans les chansons, évidemment, c’est « Si j’étais un homme » qui est en tête. Avec 4 000 ventes sur presque toute l’année, il est à part, inclassable. Dans les dix meilleurs titres, il y a cinq fois « Si j’étais un homme ».

 

(...)

 

Physique ou MP3, c’est la même chose

J’assure la distribution moi-même au Canada par exemple. Le numérique reste inférieur au physique, mais c’est en train de basculer. Je m’en sors bien finalement parce que quand je dépose 1 000 albums dans un magasin, le gars me fait un chèque de 10 000. En vendant directement en magasin, je le vends 10 dollars. On touche 70% de la valeur du disque. Si on est dans un label normal, une major, c’est un ou deux dollars par album. Pour avoir un chèque de 10 000 dans une maison de disque, il faudrait en vendre 100 000. 100 000 c’est assez dur. C’est plus que « Disque d’or » aujourd’hui.

 

(...)

 

Les experts parlent encore de téléchargement

Les gens ne se rendent pas compte, mais je gère tout. Je donne beaucoup au public. Je réponds pas mal aux commentaires sur les sites. J’aime bien aller sur un forum raconter des trucs qui m’intéressent. Une fois, j’ai publié mes chiffres de vente, ils ont pas l’habitude. Je m’exprime et donne mes infos parce qu’on dit trop de conneries sur Internet. C’est déprimant. C’est comme à l’époque de l’Hadopi. Les experts sont en retard, ils parlent encore de téléchargement. Au lieu d’être en avance, ils regardent derrière.

 

(...)

 

Il y a un retour à la qualité sonore

En plus, un avantage du numérique, c’est la compression. La meilleure qualité sonore a un prix que certains sont prêts à payer. Ce qui est paradoxal, c’est que quand le numérique a démarré, les fichiers MP3 étaient des fichiers compressés de mauvaise qualité. Alors que la qualité sonore nous rend malade. On va jusqu’au bout de la production audio, on va dans des studios exceptionnel, tout ça pour avoir des sons exceptionnels. Alors quand depuis deux ans, on peut voir des sites qui mettent en ligne des fichiers en Flac ou ce qu’ils appellent « Qualité studio master », on est content. On voit une progression vers un son meilleur.

 

(...)

 

Sur Facebook, c’est moi qui fais tout

En parlant de réseaux sociaux, j’ai rangé tous mes liens vers mes réseaux sociaux dans un dossier. Tous les matins, j’ouvre tous mes onglets et je fais le tour. J’ai un site internet depuis 1996. Il est clean, nickel. Le site est un « mainland », le continent, et le Facebook et tous les réseaux sont des petites îles. Quand il y a un nombre suffisant de trucs sur les réseaux, je les rassemble et j’en fais une news sur le site.

 

(...)

 

Une chanteuse Open Data

Sinon, pour travailler, j’utilise énormément Box.com. Pour partager les partitions du concert, la version de chaque musicien. Si je fais un concert au Japon, j’aimerais pouvoir envoyer le lien. Les gens téléchargent, ils impriment et ils ont répété. Et quand j’arrive : « Trois, quatre, on joue ! » J’avais envie de créer un spectacle dont les partitions sont en ligne pour travailler avec des gens un peu partout dans le monde. Sur Box.com, il y a aussi un accès réservé pour les journalistes. Certains vont directement sur Wikipédia, d’autres se servent de ma box. Je préfère.

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Marguerite Duras, des images qui nous parlent d'elle

Marguerite Duras, des images qui nous parlent d'elle | Cultures & Médias | Scoop.it

 

L'Indochine, la rue Saint-Benoît, les Roches noires à Trouville… Ouvrons l'album de sa vie qui a nourri une œuvre admirable, un temps brouillée par une trop grande présence médiatique.

A la question : « C'est quoi, du Duras ? », elle répondait : « C'est laisser le mot venir quand il vient, l'attraper comme il vient, à sa place de départ, ou ailleurs, quand il passe. Et vite, vite écrire, qu'on n'oublie pas comment c'est arrivé vers soi. J'ai appelé ça "littérature d'urgence". Je continue à avancer, je ne trahis pas l'ordre naturel de la phrase. C'est peut-être ça le plus difficile, de se laisser faire. Laisser souffler le vent du livre... » (1)

L'explication est limpide comme l'eau, et pourtant, lorsqu'elle est morte, il y a dix-huit ans – c'était le 3 mars 1996 –, l'image de Marguerite Duras était, elle, encombrée.. Les livres, certes, y figuraient en bonne place, avec eux l'œuvre cinématographique et le théâtre, qu'elle concevait comme les prolongements naturels de ses écrits ; mais tout cela brouillé par l'omniprésence, au côté de l'écrivain, du personnage : Duras, tardivement propulsée sur le devant de la scène médiatique à la faveur de l'énorme succès de L'Amant. Duras, parfaite, trop parfaite dans le rôle de pythie extravagante, narcissique, parfois délirante, qui lui est désormais dévolu. Un monstre sacré, endossant sans ironie son nouveau costume d'oracle, donnant son avis sur tout – notamment, souvenez-vous, sur ce qu'on appelait alors « l'affaire Grégory » (2) : « Sublime, forcément sublime Christine V. », qui ne fut pas pour rien dans la dégradation de son image...

(...)

 

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Patrick de Saint-Exupéry: «C’est le propre du génocide qu'on efface tout»

Patrick de Saint-Exupéry: «C’est le propre du génocide qu'on efface tout» | Cultures & Médias | Scoop.it

La Fantaisie des Dieux - Rwanda 1994. C'est le titre d'une bande dessinée qui vient d'être publiée en France, à l'approche des commémorations du 20e anniversaire du génocide rwandais. Le 7 avril marquera la date anniversaire du début des massacres.

Patrick de Saint-Exupéry, journaliste, rédacteur en chef de la revue XXI, signe le scénario de cette BD. En 1994, il couvrait le génocide au Rwanda comme envoyé spécial du Figaro. Vingt ans après, il est retourné sur les lieux du « crime des crimes » en compagnie d'un jeune dessinateur français, Hippolyte, spécialisé dans la BD de reportage. Entretien.

 

Dans votre bande dessinée, il y a cette question : comment raconter ? « La marque du génocide, ce n’est pas la furie, c’est le silence ».


Patrick de Saint-Exupéry : Cela fait vingt ans que je me pose cette question. Je pense que je me la poserai encore un certain temps. Je suis venu avec un petit groupe de journalistes au Rwanda en mai 1994. Nous avions pris une voiture en Tanzanie et pendant trois jours, nous avons roulé sur les pistes du Rwanda. Il n’y avait rien. Il y avait le bruissement des arbres, il y avait le ciel bleu, il y avait les bruits de la nature et il y avait des morts partout. Qu’est-ce qu’il y avait à raconter ? Ça tenait en trois mots : il y a des morts partout. (...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

L'écrivain bâlois Urs Widmer est décédé à l'âge de 75 ans

L'écrivain bâlois Urs Widmer est décédé à l'âge de 75 ans | Cultures & Médias | Scoop.it

La maison d'édition Diogenes a annoncé jeudi matin le décès de l'auteur bâlois des suites d'une pénible maladie.

 

(...)

 

Urs Widmer compte parmi les auteurs contemporains germanophones les plus célèbres. Si sa carrière d'écrivain a débuté avec le récit «Alois», publié en 1968, il a percé auprès du public grâce au roman «Der Geliebte der Mutter» («L'homme que ma mère a aimé»), paru en 2000. L'automne dernier, il a publié une autobiographie intitulée «Reise an den Rand des Universums» («Voyage aux confins de l'univers»).

 

Un héritage de quelque 80 œuvres


L'auteur a produit au cours de sa carrière quelque 80 œuvres en prose, pièces radiophoniques, pièces de théâtre et essais. Pour l'ensemble de son œuvre, il a reçu en 2007 le Prix Friedrich Hölderlin de la ville allemande de Bad Homburg. Il a aussi été récompensé par le Prix suisse de littérature et le Prix Jakob Wassermann de la ville de Fürth, en Bavière, qu'il aurait dû recevoir en personne le 18 mai.

 

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from caravan - rencontre (au delà) des cultures - les traversées
Scoop.it!

Poésie d'un théorème

Poésie d'un théorème | Cultures & Médias | Scoop.it

Y a-t-il un seul poème moderne qui soit comparable au théorème de Gödel ? "
Basarab Nicolescu - "Les Théorèmes poétiques "

"Un ouragan déchirait les montagnes mais Dieu n’était pas dans l’ouragan. Après l’ouragan vint un tremblement de terre mais Dieu n’était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre vint un feu mais Dieu n’était pas dans le feu. Après le feu vint une brise légère. Alors dès qu’il l’entendit Elie se voila la face et sortit de la grotte..."
(Livre des Rois I 19. 9. )

L’homme a toujours la tentation de créer des dieux à son image, des dieux colériques et vengeurs, des dieux pleins de puissance et de superbe. Mais de Elie à Saint François d’Assise il n’a jamais manqué de saints ou de prophètes pour rappeler que le Dieu véritable n’est pas dans la tempête mais dans le vent léger, que Dieu parle dans un murmure que trop souvent le bruit de nos propres pensées nous empêche d’entendre, parle dans une fleur qui s’ouvre, dans le regard d’un faon, dans la lumière qui pénètre dans les sous-bois.

Oui, depuis des temps immémoriaux il y a une lutte dans le coeur de l’homme entre deux conceptions du monde. Le "Tout Miséricordieux" , le Dieu qui selon la tradition chrétienne s’est abaissé jusqu’à partager la condition de sa créature et à être mis à mort par elle pour mieux manifester un amour obstiné et infini dont même aucun blasphème ne pourrait le détourner, semble avoir peu de chance face à ceux qui parmi les dieux paiens attirent les regards des hommes par leur force, leur vices, leurs richesses et leurs pouvoirs. Même l’Eternel de la Bible semble céder à la colère et à l’attrait de la puissance. Pourtant cette vision de Dieu a survécu. Et ceux qui dans son sillage défendent une vision du monde où l’essentiel est dans ce qui ne peut être dit, ne peut être écrit, ne peut être vu ... bref où l’essentiel est dans l’intangible, dans ce qui, en ce monde, nous échappera toujours, vont recevoir au vingtième siècle, l’étonnant renfort d’un théorème de mathématiques.

 

(...)


Via carol s. (caravan café)
more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from LittArt
Scoop.it!

Les livres se cachent pour mourir

Les livres se cachent pour mourir | Cultures & Médias | Scoop.it

On ne le sait pas, mais au total ce sont près de 100 millions de livres qui sont broyés chaque année avant d'être transformés en pâte à carton. Promenade dans l'univers impitoyable du pilon.

 

Mort au pilon ! Les livres invendus libérons !» Nous sommes en Belgique wallonne, en septembre 2009 : un collectif - regroupé autour de la Maison de la poésie d'Amay et les éditeurs indépendants Maelström et La Cinquième Couche - entreprend de déclarer la guerre au pilon des livres. Refusant catégoriquement d'envoyer leurs invendus dans les bennes de l'industrie du recyclage, ils choisissent de proposer pendant une semaine leurs livres à prix libre, laissant aux acheteurs la possibilité de déposer quelques euros dans des tirelires colorées.

Agrémentée de performances théâtrales, l'opération «Mort au pilon !» s'effectue sous le patronage posthume de Roland Topor, qui écrivait déjà que «pilonner les livres est aussi barbare que les brûler, mais provoque moins d'indignation». L'initiative est un succès : 10 000 livres sont «libérés» dès la première année, et elle se poursuit depuis de façon plus ou moins régulière, désormais soutenue par une dizaine d'éditeurs belges.

En France aussi, l'on trouve des «sauveurs» de livres : en 2007, le «poète-performer» THTH - fondateur du très parisien Syndicat du hype - entreprend ainsi de récupérer les 245 derniers exemplaires de Résidence, roman publié par son frère, Jean-Pierre Théolier, chez Calmann-Lévy et promis aux lames effilées du pilon. Cette «exposition-don», nommée «La dernière palette», permettra aux curieux de repartir avec un exemplaire du livre, négocié à 2 € pièce par THTH auprès de l'éditeur.

(...)


Via Uston News
more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

CULTURE :: CINÉMA :: «Von Choltitz doit faire peur»

Malik Berkati

«DIPLOMATIE» Volker Schlöndorff évoque dans un huis clos la nuit d’août 1944 où Paris faillit être détruite. Du théâtre très bien filmé et servi par deux sacrés comédiens. Entretien avec le cinéaste allemand.

Après une dizaine d’années de traversée du désert, Volker Schlöndorff retrouve le chemin de la distribution internationale avec Diplomatie, à l’affiche depuis la semaine dernière (lire critique ci-dessous). Figure du Nouveau cinéma allemand des années 1960-1970, le réalisateur de L’Honneur per­du de Katharina Blum y retrace la nuit d’août 1944 où le général von Choltitz, gouverneur de Paris, aurait détruit la capitale sur ordre d’Hitler – si le consul suédois Nordling n’avait su l’en dissuader. Rencon­tre avec le cinéaste à la 64e Berlinale, où le film a été projeté en séance spéciale.
 

Etes-vous à l’origine du projet?

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by malik berkati from "peinture & écrits - cs - des zèbres et des girafes
Scoop.it!

On a trouvé une barque vers minuit

On a trouvé une barque vers minuit | Cultures & Médias | Scoop.it

 

Keep in touch with the Dutch
(ancien slogan)
Extrait d’un courrier de Jan Doets.

 

 

 

 

Après avoir déjoué tous les pièges et dérangé l’écume de trente-six rivages, l’homme à tête de silence ne put s’empêcher de penser.

Flots, vagues et îles ambigües se mirent à émerger d’une lointaine trajectoire.

 

Il s’était esquivé, avait pris le large, la lune en fanion d’invisibilité pour dévoiler la route du sel, démonter ces trompeuses confréries des contraintes. Pour franchir les brumes.

 

« Je ne connais pas le parfum du thé des monts du Tibet, ni les murailles de Séville. Ni les roches rouillées du grand Colorado… »

 

Rien ne se s’accroche dans l’entrelacs des méridiens. On joue de la guitare attaché au mat pour larguer les amarres. Analusis.  Et les alcools des ports fredonnent des rengaines.

 

«  à l’orée des lucioles
coulent les nectars des fleurs oubliées
glissent les gouttes de pluie des mémoires revenues
vapeur d’ombre, vapeur de nuit »

 

Le rhum, oui, et les couleurs qui ondoient sur les visages des passants, qui colorent les yeux de sourires inventés, qui orangent les halos des réverbères.

 

A Villefranche-sur-Mer, il avait vu une maison qui venait d’Inde, avec des arbres forts et souples chargés d’oiseaux. Une maison comme un navire. Une maison comme un chant de naufragé heureux.

 

L’homme à tête de silence n’avait plus un sou vaillant, pas un grain de carte, pas une plume de compte en coffre. Juste ce silence qui s’installait parfois et lui permettait de voir la ligne du partage du ciel, là où se posent ces taches blanches fluctuantes qu’on prend pour la crête des vagues.

...


Via carol s. (caravan café)
malik berkati's insight:

Carol Shapiro et ses traits qui pénètrent tout droit dans le coeur!

MaB

more...
malik berkati's comment, March 25, 12:35 PM
Merci Carol... encore une fois tu m'as touché!
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Quand Alger et La Havane préparaient la révolution

Quand Alger et La Havane préparaient la révolution | Cultures & Médias | Scoop.it

Il fut un temps où nul ne pensait que l'émergence des pays du tiers-monde ne serait que la répétition de l'invention du capitalisme. En pleine guerre froide, malgré elle ou grâce à elle, des pays avaient conquis leur indépendance. Et il semblait naturel de s'appuyer sur ces pays pour transformer le monde.

L'axe de la nouvelle révolution avait alors deux pôles, Alger et La Havane. Fédérer les mouvements de libération des peuples, pour combattre les vieux colonialismes et le nouvel impérialisme américain, sans pour autant dépendre de Moscou ou de Pékin..., ce rêve a marqué les années 60, fondant un nouveau romantisme révolutionnaire.

Ce n'était, du reste, pas seulement un rêve. Roger Faligot retrace l'histoire de la Tricontinentale, alliance du tiers-mondisme et du marxisme, conçue par le président algérien Ben Bella, l'opposant marocain Mehdi ben Barka et le révolutionnaire mythique, Ernesto Guevara. Ces hommes avaient un but, mettre fin au colonialisme et à la domination impérialiste, l'unité venant de la méthode : la lutte armée qui avait permis le triomphe de la révolution en Algérie et à Cuba.

Ultime lueur d'utopie

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Orsay choisit un accident photographique | L'Atelier des icônes

Orsay choisit un accident photographique | L'Atelier des icônes | Cultures & Médias | Scoop.it

Le musée d’Orsay vient d’acquérir, pour une somme que L’Express évalue à 50.000 Euros, non pas une photo, mais une hypothèse érudite, une belle histoire, un jeu photographique. L’histoire, c’est celle imaginée par Serge Plantureux, l’un des grands collectionneurs spécialiste de photographie ancienne, à propos d’une épreuve albuminée dénichée dans un album anonyme, acquis en 2013.

Dans le dos d’un “Mr Arnauldet” (sic), une silhouette s’incline au bord de la toile servant de fond au portrait. Le personnage est flou, mais son allure et son costume rappellent l’une des plus célèbres icônes de l’histoire littéraire: celle de Baudelaire réalisée par Carjat en 1861. Comme dans le cas d’une autre trouvaille récente, où l’on a voulu reconnaître Rimbaud, Plantureux enquête, multiplie les pistes, compare les blouses et les coiffures, et se convainc que cet exemple précoce de photobombing date du même jour que le fameux portrait du poète.

 

(...)

 

malik berkati's insight:

Les commentaires du billet sont aussi très intéressants.

MaB

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

Rencontre avec Michèle Kahn, sur les traces de la Bougainville

Rencontre avec Michèle Kahn, sur les traces de la Bougainville | Cultures & Médias | Scoop.it

A bord de l'expédition du comte de Bougainville, qui a fait le tour du monde au 18e siècle, il y avait une passagère clandestine : Jeanne Baret. Une botaniste embarquée avec son amant, un des scientifiques du voyage. La romancière Michèle Kahn, que nous avons rencontrée, raconte cette incroyable histoire.

Quel est le thème du nouveau roman de l'auteure de "Shanghai la juive" et "Cacao" ? Le voyage autour du monde du comte Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811). Plus précisément une facette inconnue : l'histoire "incroyable et vraie" de Jeanne Baret. Une voyageuse clandestine embarquée en 1766 à bord de "L'Etoile", un des deux vaisseaux de cette expédition, pour faire le tour du monde auprès de son amant, le naturaliste Philibert Commerson.

Comme il n'était pas question d'avoir une femme à bord, Jeanne a dû se faire passer pour le valet de son compagnon. Ce qui signifiait se bander les seins. Transformer sa voix. Ne jamais se trahir par une intonation trop aigüe, ou une goutte de sang sur le pantalon, le jour de ses règles.

Point de départ : une fleur dédiée à cette botaniste inconnue

(...)

malik berkati's insight:

Dimanche 16-18h aux Éditions. Le Passage, stand M38, Michèle Kahn présentera son livre au Salon du livre de Paris.

MaB

more...
No comment yet.
Scooped by malik berkati
Scoop.it!

L’Afrique du Sud et l’Egypte championnes du continent sur Twitter

L’Afrique du Sud et l’Egypte championnes du continent sur Twitter | Cultures & Médias | Scoop.it

Où utilise-t-on le plus le réseau social Twitter en Afrique, les Africains tweetent-ils plutôt le matin ou le soir, la semaine ou le week-end ? C'est à ces questions que répond le dernier rapport How Africa Tweets établi par le cabinet Portland Communications. Le texte, qui vient d'être publié, compare l'usage de Twitter au cours du dernier trimestre 2013 dans les 20 cités les plus peuplées du continent.

Les chiffres compilés par Portland Communications confirment tout d'abord l'écrasante prépondérance des tweets sud-africains et égyptiens en Afrique. C'est Johannesburg qui est la ville la plus active du continent sur Twitter : 344 000 mini-messages émis au cours du dernier trimestre de 2013. Très loin devant le champion du tweet en Afrique de l'Ouest, Accra, avec ses 79 000 envois. La liste des cinq cités africaines les plus présentes sur le réseau social est d'ailleurs sans ambiguïté. Derrière Johannesburg, on trouve dans l'ordre la sud-africaine Ekurhuleni, Le Caire, Durban et Alexandrie.

 

(...)

more...
No comment yet.