CULTURE, HUMANITÉ...
Follow
Find tag "Coopérative"
13.6K views | +4 today
CULTURE, HUMANITÉS ET INNOVATION
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Thierry Belleguic from Innovation Sociale et Entrepreneuriat Social
Scoop.it!

A Toulouse, une « coopérative intégrale » prépare l’après-capitalisme

A Toulouse, une « coopérative intégrale » prépare l’après-capitalisme | CULTURE, HUMANITÉS ET INNOVATION | Scoop.it

Le capitalisme ne constitue pas un horizon indépassable. C’est ce que tentent de prouver les coopératives intégrales en posant les bases d’un nouveau système économique basé sur l’autogestion, la coopération, les relations de proximité et la décroissance. Ce concept né en Catalogne essaime à travers l’Europe et notamment à Toulouse.

 

 


Via Aurélien BADET
more...
Thierry Curty's comment, November 5, 2013 5:32 AM
Le capitalisme n'a rien à voir avec la rentabilité ou le marché. Bien au contraire, le capitalisme, c'est la possession de l'outil de production (et donc aussi des organismes sociaux, pourquoi pas? Parce qu'un hôpital "produit" de la santé. Une assurance-maladie "produit" de la sécurité sociale) par le privé. Et ces coopératives sont bel et bien privées (tout comme les banques, les industries et consorts, actuels, d'ailleurs). En l'occurrence, ce qu'ils font relève tout au contraire du capitalisme libéral le plus pur. C'est même sa définition exacte et c'est bien grâce à l'économie de marché que ce genre de concept peut exister. Les acteurs le voient comme du communisme, mais en réalité, ce sont bel et bien des privés qui créent des sociétés fonctionnant selon leurs règles. Ils sont juste l'avenir du capitalisme. Le capitalisme a démocratisé la liberté, l'autonomie, la santé, l'éducation en les apportant au commun des mortels, maintenant c'est le capitalisme lui-même qui se démocratise. Le problème est toujours le même : leur concept serait excellent s'il était créateur de richesse. Or il est en réalité générateur de pauvreté, tout simplement parce qu'en l'absence de création monétaire, en l'absence de bénéfices, il y a fonte de richesse et effondrement à moyen terme. C'est logique. C'est l'avenir, mais à condition qu'ils intègrent la création de richesse. Ils n'en prennent pas le chemin puisqu'ils ne réalisent même pas que loin de pratiquer le communisme, qui fait que tout appartient à l'Etat, ils pratiquent le capitalisme et le libéralisme les plus purs en produisant des coopératives qui ne sont ni plus ni moins que des répliques du marché en réponse aux déviances du capitalisme financier que nous avons subi ces dernières décennies.
Thierry Curty's comment, November 5, 2013 8:08 AM
Une fois de plus, ça n'a rien à voir et le capitalisme est aussi à l'origine de l'écologie. Des millions d'entreprises existent autour du thème de la préservation de la ressource et ça depuis toujours. Et je dirais même qu'elles sont de plus en plus visibles, avec les énergies renouvelables, les plastiques végétaux, le développement de plantes au réseau racinaire plus dense pour pousser dans un environnement érodé en manque de phosphate ou même dans le développement de techniques de production plus intégrées. L'écologie est partout dans le capitalisme. De plus, vous faites encore une autre erreur, plus grave celle-là, c'est que ce concept de "coopérative globale" ne connaît pas la notion de "bien commun". Elle-même n'est pas un bien commun, pas plus que n'importe quel grand groupe. Cette coopérative appartient à ses actionnaires, qui sont des investisseurs, exactement comme aujourd'hui. A noter que la coopérative ne date pas d'hier et est une invention du capitalisme. IL a fallu la fin du féodalisme, où l'outil de production appartenait aux puissants, remplacé par le capitalisme, où l'outil de production appartient aux privés, pour voir émerger la coopérative. A propos, à l'époque où vous dites qu'ils pensaient la ressource illimitée, ils avaient raison. La Terre n'était peuplée que de 2 milliards d'individus. Déjà dans les années 50 on s'inquiétait de la surpopulation. Le problème n'est pas la consommation, mais la surpopulation. Et à l'époque, si on s'est mis à produire en masse et qu'on a inventé l'obsolescence programmée, c'est pour une seule et unique raison, purement sociale : pour que tout le monde ait un jour les avantages dont vous bénéficiez vous-même au quotidien. Des avantages devenus tellement évidents que vous ne vous en rendez même plus compte. Mais sans cette période, vous ne sauriez même pas écrire, vous seriez un paysan inculte dans sa campagne vivant 45 ans et mourant dans des souffrances abominables. Le capitalisme a fait l'homme moderne. Il a fait du paysan un ouvrier, avec la première révolution industrielle. De cet ouvrier, il a fait un citoyen, avec la seconde révolution industrielle. La troisième révolution industrielle fera de ce citoyen un acteur de la transition sociétale, dont font partie des concepts comme celui de cette "coopérative globale". Mais le concept ne sera viable qu'à la condition d'intégrer la création de richesse. Sinon, très rapidement, la monnaie ayant servi à financer tout ça n'existera plus. Et "autogérer" un hôpital ne signifie pas qu'on se mette tous à opérer. IL faut des spécialistes, qui veulent des salaires, qui se comptent parfois en millions. IL faut des intrants, qui coûtent des fortunes. Pour payer tout ça, il faut de la richesse. Pour créer la richesse, il faut intégrer la notion de création monétaire. Qu'il faille la remoraliser me semble une évidence, mais là, le système ne fonctionne que grâce au capitalisme outrancier actuel et est voué à perte s'il n'évolue pas rapidement. Fondamentalement, on s'en fiche, parce que ce type d'activités ne représentera jamais plus de quelques pourcents de l'économie globale. Mais c'est dommage, parce que développé à échelle macro, ça pourrait être l'avenir. http://thierrycurty.fr/la-transition-societale-est-ineluctable/
Rescooped by Thierry Belleguic from Innovation Sociale et Entrepreneuriat Social
Scoop.it!

European Parliament recognises the contribution of cooperatives to the entrepreneurship 2020 action plan

European Parliament recognises the contribution of cooperatives to the entrepreneurship 2020 action plan | CULTURE, HUMANITÉS ET INNOVATION | Scoop.it

The European Parliament adopted today a report on the Entrepreneurship 2020 Action Plan presented by Austrian MEP Paul Rübig (EPP).

Cooperatives Europe welcomes the report adopted today, which underlines how the measures described in the EU Commission’s Action Plan should address all types of businesses, explicitly mentioning cooperative enterprises.

This report complies with the plurality of business forms, a principle recognised in the funding treaties of the European Union, but which was barely mentioned in the European Commission’s text.


Via Aurélien BADET
more...
No comment yet.