Coopération, libre et innovation sociale ouverte
44.4K views | +1 today
Follow
Coopération, libre et innovation sociale ouverte
actualité autour des pratiques collaboratives, du libre, de l'innovation sociale partagée et de la coopération
Curated by Michel Briand
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Michel Briand from Finance et économie solidaire
Scoop.it!

Utiliser l’économie collaborative pour enrichir les services publics

Utiliser l’économie collaborative pour enrichir les services publics | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Le Monde.fr version mobile - Utiliser l’économie collaborative pour enrichir les services publics
Via françoise revellat
more...
françoise revellat's curator insight, June 28, 2016 7:22 AM
L'économie collaborative pourrait être un moteur d'innovation pour les services publics
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Joël de Rosnay : « L’entreprise de demain est une plateforme d’intelligence collective » | WhySenS

Joël de Rosnay : « L’entreprise de demain est une plateforme d’intelligence collective » | WhySenS | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Quels sont les modèles des entreprises du futur ?
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Stockholm, générateur de Stockholm

Stockholm, générateur de Stockholm | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Derrière les succès de Skype ou Spotify, de nombreuses sociétés émergent dans la capitale suédoise, qui offre protection sociale et innovation.
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Invitation au "Regards Croisés" sur le Digital et L'innovation sociale.

Invitation au "Regards Croisés" sur le Digital et L'innovation sociale. | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Digital Réunion et Girls in Tech avec le soutien de la Région et de l'Europe vous invite au "Regards Croisés" sur le digital et l'innovation sociale
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from UseNum - ArtsNumériques
Scoop.it!

Le prototypage un nouvel art pédagogique

Le prototypage un nouvel art pédagogique | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Ces 12  modalités bouleversent le temps, l’espace tout en permettant une grande créativité dans l’émergence d’idées. Elles facilitent l’expression de propositions nouvelles tout en donnant à voir un aperçu de comment cette proposition peut être mise en place.

Via Suteau Alexandre
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

La vulgarisation scientifique sur YouTube : une nouvelle manière d'apprendre - Pop culture - Numerama

La vulgarisation scientifique sur YouTube : une nouvelle manière d'apprendre - Pop culture - Numerama | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Sur YouTube, une multitude de vidéastes se sont lancés dans la vulgarisation scientifique pour inciter le public à s'intéresser à des sujets complexes de manière amusante. Manon Bril en fait partie et nous explique sa démarche.
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from e-learning évolutions
Scoop.it!

Livre blanc pour « une formation réellement continue et inclusive » (Fédération de la formation professionnelle) - EPALE - European Commission

Livre blanc pour « une formation réellement continue et inclusive » (Fédération de la formation professionnelle)  - EPALE - European Commission | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Livre blanc pour « une formation réellement continue et inclusive » (Fédération de la formation professionnelle) - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Via benoit tostain
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Article sur Rapport d’activité 2015 de la Fonda

Article sur Rapport d’activité 2015 de la Fonda | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
La guerre des populistes contre les terroristes ravage le monde. L'affrontement est d'autant plus inéluctable que ces deux bandes jouent sur le même (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Article sur Tracim - entre forum, wiki et gestion de fichiers

Article sur Tracim - entre forum, wiki et gestion de fichiers | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Tracim est un outil collaboratif à la croisée des chemins entre forum, wiki, gestion électronique de documents voire réseau social d'entreprise. (...)
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Solutions locales
Scoop.it!

Règlement européen sur la protection des données personnelles : ce qu’il faut savoir

Règlement européen sur la protection des données personnelles : ce qu’il faut savoir | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it

Le Règlement général sur la protection des données 2016/679 du 27 avril 2016 va remplacer la Directive 95/46/CE, en définissant pour la première fois des règles harmonisées dans l’ensemble du territoire de l’Union européenne et en tenant compte de l’évolution des pratiques digitales.


Via Vincent Datin
more...
Vincent Datin's curator insight, June 24, 2016 8:16 AM

Ce nouveau cadre juridique, fondamental tant pour les consommateurs que pour les entreprises, a été publié au journal officiel de l’Union européenne le 4 mai dernier, et entrera en vigueur le 28 avril 2018.

Rescooped by Michel Briand from Science ouverte - Open science
Scoop.it!

Open access - the rise and fall of a community-driven model of scientific communication

Open access - the rise and fall of a community-driven model of scientific communication | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
•In 25 years, open access, i.e. free and unrestricted access to scientific information, has become a significant part of scientific communication. However, its success story should not conceal a fundamental change of its nature.
•Open access started, together with the Web, at the grassroots, as a bottom-up, community-driven model of open journals and repositories. Today the key driving forces are no longer community-driven needs and objectives but commercial, institutional and political interests.
•This development serves the needs of the scientific community insofar as more and more content becomes available through open journals and repositories. Yet, the fall of open access as a community-driven model is running the risk of becoming dysfunctional for the scientists and may create new barriers and digital divides.

Via Florence Piron
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Usages des TIC et du Web 2.0
Scoop.it!

Tristan Nitot : “L’utilisation éthique des données est possible” | L'Atelier : Accelerating Innovation

Tristan Nitot : “L’utilisation éthique des données est possible” | L'Atelier : Accelerating Innovation | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Comment associer utilisation éthique des données utilisateurs par les marques et contrôle de leurs propriétaires ? Tristan Nitot, ex-Mozilla, donne ses pistes.

Via J-Philippe Déranlot, benoit tostain
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Veille professionnelle des Bibliothèques-Médiathèques de Metz
Scoop.it!

La médiathèque de Choisy-le-Roi roule au domaine public

La médiathèque de Choisy-le-Roi roule au domaine public | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
A Choisy-le-Roi, les usagers de la médiathèque Aragon peuvent non seulement écouter de la musique, mais ils peuvent également la télécharger librement.
Via mayalc, Bibliothèques-Médiathèques de Metz
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Finance et économie solidaire
Scoop.it!

L’économie collaborative est-elle confisquée par le capitalisme ?

L’économie collaborative est-elle confisquée par le capitalisme ? | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
L'économie collaborative a-t-elle tenu ses promesses ? Rend-elle plus libre ou plus précaire ? Va-t-on vers une tyrannie des plates-formes ou une vraie révolution sociétale ?
Via françoise revellat
more...
françoise revellat's curator insight, June 28, 2016 7:32 AM
Podcast France Culture
Rescooped by Michel Briand from Economie de l'innovation
Scoop.it!

Innovation Excellence | State of Global Innovation Report

Innovation Excellence | State of Global Innovation Report | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
We hope this study serves as a useful tool for your organization to gather the insights it needs to be more innovative, and especially to help surmount the obstacles that typically hamper organization-wide innovation competence.
Via Lockall
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Pratiques collaboratives, manger local et mobilité : ça bouge au Conseil de Développement du Pays de Redon

Pratiques collaboratives, manger local et mobilité : ça bouge au Conseil de Développement du Pays de Redon | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Emmanuelle Guérin, coordinatrice et animatrice du Conseil de développement du Pays de Redon, est notre invitée. Elle revient sur les différents rendez-vous qui ont eu lieu ces dernières semaines
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Veille professionnelle des Bibliothèques-Médiathèques de Metz
Scoop.it!

Parution de la deuxième édition de l'ouvrage "Concevoir et construire une bibliothèque, du projet au fonctionnement" (Ministère de la Culture et de la Communication)

Parution de la deuxième édition de l'ouvrage "Concevoir et construire une bibliothèque, du projet au fonctionnement" (Ministère de la Culture et de la Communication) | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Conçu comme un guide pratique et technique, cette deuxième édition de "Concevoir et construire une bibliothèque, du projet à la réalisation" (Éditions du Moniteur), a pour objectif d’accompagner les professionnels en charge d’un projet de construction.

Via Bibliothèques-Médiathèques de Metz
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Educnum
Scoop.it!

Des élèves de sixième année travaillent la résolution de problèmes grâce à la robotique

Des élèves de sixième année travaillent la résolution de problèmes grâce à la robotique | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Depuis le mois de février 2016, les élèves de la classe de Mme Lily-Anne Bilodeau, de l’École Au Petit Bois (CS de Sorel-Tracy) utilisent de

Via Michelle Laurissergues
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Veille professionnelle des Bibliothèques-Médiathèques de Metz
Scoop.it!

Michèle Pappalardo : “La fonction publique a besoin de gens créatifs”

Michèle Pappalardo : “La fonction publique a besoin de gens créatifs” | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
En 2010, alors présidente du jury du concours de l’ENA, vous aviez critiqué le conformisme des candidats, qui s’illustrait, selon vous, jusque dans leur tenue vestimentaire. Depuis, pensez-vous que les choses ont évolué ?
Tout d’abord, je ne pensais pas que mes propos seraient autant repris, aujourd’hui encore. Sur le fond, je faisais, en fait, le même constat que les précédents présidents de jury. Mais pour moi, ce défilé de costumes sombres et de tailleurs noirs était une bonne illustration du conformisme, y compris intellectuel, que l’on avait noté chez beaucoup de candidats, dans leur façon de se comporter durant l’oral, et notamment d’éviter de donner leur avis en réponse aux questions du jury et d’essayer de ne pas se faire remarquer. Au contraire, nous recherchions – et nous les avons trouvés ! – plutôt des candidats qui soient “remarquables”, avec leur propre réflexion sur le monde et sur les sujets que nous leur proposions.

Avez-vous été surprise de certaines réactions durant cette polémique ?
On m’a dit, par exemple, y compris de la part de journalistes ou d’étudiants : “Ils vont être fonctionnaires, ils sont donc là pour obéir et pas pour avoir des idées.” C’est un contresens total ! La fonction publique a besoin de gens créatifs, en particulier dans les périodes de mutations profondes que nous connaissons et qui ont besoin de solutions nouvelles. Dans le cursus des futurs hauts fonctionnaires, il y a sans doute un manque de recherche d’originalité et d’innovation dans la réflexion, trop peu d’ouverture sur le monde et les différents systèmes d’organisation administrative à travers la planète et d’anticipation sur les évolutions de la société.
Je sais de quoi je parle : au début de ma carrière administrative, se préoccuper d’environnement et de développement durable paraissait à beaucoup une démarche originale, voire baroque… Il y a eu depuis la révolution numérique, qui a aussi atteint notre administration sans qu’on l’ait bien vue venir. Aujourd’hui, je pense que c’est notre capacité à intégrer les démarches participatives et les initiatives qui viennent de la base, et qui sont par construction diverses et décentralisées, qui sont notre nouvelle frontière.

La haute fonction publique est-elle toujours aussi attractive ? Parvient-elle toujours à attirer les meilleurs ?
Oui, sans doute. Que je sache, l’ENA n’a pas de problème pour trouver des candidats et nous étions très satisfaits de la promotion que nous avions sélectionnée. Je note toutefois que si la fonction publique n’a pas perdu son attractivité, d’autres secteurs attirent davantage les jeunes qu’il y a trente ou quarante ans. Il est clair, aujourd’hui, que la haute fonction publique est en concurrence avec le monde de l’entreprise et de la finance et que l’élite administrative fait moins rêver. Mais je ne dis pas que c’est une mauvaise chose.

Que pensez-vous de l’idée assez répandue qu’il faut davantage mélanger les profils publics et privés, lancer des passerelles ? Autrement dit, la haute fonction publique souffre-t-elle de l’absence de mixité ?
Il est évident que la fonction publique aurait intérêt à plus d’échanges avec le secteur privé pour mieux le connaître. Mais il ne faut pas se voiler la face, c’est surtout compliqué pour des questions de rémunération. C’est à mon avis le principal obstacle à la venue de cadres du privé et au retour dans le public de fonctionnaires qui ont rejoint l’entreprise. Sinon, beaucoup de gens seraient intéressés à avoir cette double expérience dans leur carrière.

“Le discours et la formation sont souvent déconnectés du fonctionnement réel
des administrations et de leur gestion
des ressources humaines.”

Mais la rémunération n’est pas la seule différence entre l’administration et le monde de l’entreprise. On ne passe pas si facilement du public au privé et du privé au public, pour des raisons de culture, de modes de management…
Je n’en suis pas si sûre. Beaucoup de gens ont quitté l’administration pour le privé et y sont restés. Il est vrai aussi que par rapport à la période où je suis entrée dans l’administration, on a perdu une voie d’échange entre l’administration et les entreprises : quand nous avions de nombreuses entreprises publiques, beaucoup de hauts fonctionnaires se frottaient au monde de l’entreprise à travers ce “sas”. Car même publiques, ces entreprises n’étaient pas des administrations. On a donc perdu cette fluidité des passages administration-entreprises qui était naturels à une époque.

Le management issu du privé a-t-il définitivement infusé la fonction publique ?
Sur le principe, je répondrais plutôt positivement : il y a une prise de conscience qu’il faut être un “manager”, quand on est à la tête d’une administration, d’un service, d’un opérateur. On est bien formé à cela dans les écoles de la fonction publique. Hélas, entre ce que l’on enseigne, qui relève souvent des règles de management “classique”, et la réalité, il y a parfois un gouffre. Aujourd’hui, que peut faire un manager dans une administration lorsque quelqu’un ne remplit pas sa mission ? Que peut-il faire pour le mobiliser, voire le sanctionner ? Les outils du manager en entreprise ne sont souvent pas à sa disposition… si bien que le discours et la formation sont souvent déconnectés du fonctionnement réel des administrations et de leur gestion des ressources humaines. Quels sont les outils dont disposent ceux qui gèrent les équipes dans l’administration ? Les managers publics évaluent les agents mais quand ces derniers ne sont pas bons, que font-ils ? Ce sont ces sujets qui devraient être approfondis…

Comment expliquez-vous cet écart entre le discours managérial et la réalité ?
Si vous ne pouvez pas vraiment sanctionner, mobiliser, motiver, les cours de mangement habituel deviennent vite peu opérationnels. Cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas former les cadres de la fonction publique à leur mission de manager, bien au contraire ! Mais il faut les aider à trouver les bonnes pratiques et les solutions dans “le monde réel” qui est le leur. Le manager est responsabilisé, mais il n’a pas toujours les moyens de sa responsabilité. Je veux souligner toutefois que, malgré cette quasi-absence des outils “classiques” de management, on travaille tous les jours avec des fonctionnaires de toutes catégories, qui se donnent à fond, ne comptent pas leurs heures, sont passionnés par leur tâche… Ceux-là n’ont besoin ni de carotte ni de bâton pour avancer, seulement d’une vision claire de l’intérêt de l’action publique à laquelle ils participent. C’est le rôle de leur manager de leur donner ces éléments.

Les ministres n’ont-ils pas une responsabilité lorsqu’ils délaissent le management de leur ministère ?
Cela dépend du ministre et de la latitude qu’il laisse à ses directeurs et à son cabinet. J’ai été directrice de cabinet de Michel Barnier il y a un peu plus de vingt ans, je me souviens qu’il voulait voir directement ses directeurs au moins une fois par semaine. Ce n’est pas toujours la pratique… Aujourd’hui, il y a certainement une pression particulière, en termes de communication, sur les ministres. Ils doivent être visibles partout et n’ont souvent plus vraiment le temps d’assurer le management de leur administration, même quand ils le souhaitent. Ils délèguent donc souvent les relations avec l’administration à leur cabinet. Mais ce n’est pas vraiment nouveau.

La taille des cabinets ministériels est-elle un problème ?
Oui, parce que si les cabinets étaient de taille plus réduite, il n’y aurait pas d’autre solution que de s’appuyer sur les directeurs d’administration centrale, quitte à se séparer de ceux en qui on n’a pas confiance… comme c’est déjà le cas, en réalité. Mais on ne règlera pas ce problème uniquement par des textes, je le crains. Il y en a déjà, et ils sont tous les jours contournés. Cela repose avant tout sur la manière dont le ministre conçoit son action, ainsi que sur les directives du Premier ministre et du président de la République, mais surtout sur leur volonté de vraiment contrôler leur mise en œuvre dans la durée.

“Il y a une confusion dans les mots
autour du développement durable qui me choque.”

La culture de l’évaluation progresse-t-elle dans le secteur public ?
En tout cas, on en parle beaucoup ! Les administrations sont en effet très sensibilisées à l’évaluation, mais il faut faire attention, c’est parfois un peu une “tarte à la crème”… L’évaluation, couplée à la mise en place d’indicateurs, est souvent présentée comme une solution à tous nos défauts. C’étaient d’ailleurs les réponses favorites de nos candidats à l’ENA quand on leur demandait comment ils pensaient que l’on pouvait améliorer le fonctionnement de l’administration. Or on ne peut pas expliquer qu’on va tout résoudre grâce aux évaluations ! Les mots ont un sens et l’évaluation correspond à une méthode d’analyse de l’action qui prend du temps, qui associe les parties prenantes et qui nécessite des moyens. Vous ne pouvez en faire que si vous laissez les politiques produire leurs effets. Hélas, nous le constatons tous les jours, c’est rarement le cas. La réalité est qu’on change de politique sans avoir eu le temps d’évaluer la précédente. Prenez le Programme d’investissements d’avenir (PIA) : a-t-on attendu d’évaluer le PIA 1 (lancé en 2010) avant de lancer le PIA 2 en 2014 et de projeter le PIA 3 (pour 2016) ? On ne peut pas toujours attendre dix ans qu’une politique soit mesurable et deux ans pour faire l’évaluation avant d’agir.

Donc vous dites : “Arrêtons de parler d’évaluation”…
Bien sûr que non, mais on se fait plaisir en parlant d’évaluation tout le temps alors que dans les faits, c’est très compliqué. À la Cour des comptes, on commence souvent d’ailleurs nos rapports en écrivant : “Ceci n’est pas une évaluation”, pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur le type de travail que nous avons fait, qui consiste plutôt à faire simplement un bilan de l’action et de la mise en œuvre des politiques à un moment donné. Et puis, pour évaluer une politique publique et juger sur la durée de sa réussite, encore faut-il fixer des objectifs mesurables ou vérifiables au départ… et c’est rarement le cas, comme nous le soulignons également souvent dans nos rapports. 

Donc l’évaluation, c’est important mais…
… il faut l’utiliser à bon escient et ne pas avoir le sentiment qu’on va tout régler en en parlant comme d’un remède miracle. Et puis il faut prévoir les moyens pour la financer : c’est d’ailleurs l’un des éléments positifs que nous venons de souligner dans notre rapport public sur le PIA : les crédits pour réaliser les évaluations sont prévus dès le lancement du programme.

Parmi les ministères qui ont vu leur périmètre évoluer ces dernières années, il y a celui de l’Écologie, qui est devenu sous le précédent quinquennat un grand ministère du Développement durable. La gauche ne l’a pas remis en cause en 2012. Est-ce une réussite, selon vous ?
Je n’ai jamais été vraiment favorable à la création de ce très grand ministère. Je ne suis toujours pas convaincue du bien-fondé d’avoir une structure aussi lourde, pour plusieurs raisons. D’abord, et ce n’est pas anecdotique, cela rend difficile la communication des ministres sur leur action parce qu’ils ne peuvent pas passer leur temps en conférence de presse : or chaque semaine, il y a des décisions prises en matière de logement, de transport, d’environnement, d’énergie… et ces décisions ont besoin d’être expliquées à nos concitoyens si l’on veut qu’ils les comprennent et y adhèrent. Dans la configuration actuelle, on ne fait pas assez de pédagogie sur nos politiques publiques et on ne peut pas en faire avec un ministre qui couvre un tel champ et autant de directions générales, qui prennent chacune plusieurs décisions par jour.

Il peut y avoir des secrétaires d’État thématiques pour épauler le ministre, des directeurs généraux…
Les secrétaires d’État n’ont pas toujours la liberté de s’exprimer sans l’avis du ministre, vous le savez bien. Quant aux directeurs d’administration centrale, ils ne sont en général pas habilités à annoncer les décisions, ni même, parfois, à les commenter. Donc, c’est le ministre qui parle, mais il ne peut pas le faire tout le temps. Cet aspect est loin d’être secondaire, à mon sens.

Pour quelle autre raison n’êtes-vous toujours pas convaincue par ce grand ministère ?
Ce grand ministère amène aussi beaucoup de confusion dans les esprits, à commencer par son nom à rallonge de ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE). On l’appelle souvent, pour faire court, “ministère de l’Écologie”, alors que tout le monde n’y fait pas d’écologie : les services des transports gèrent les transports, ceux du logement gèrent le logement, ceux de l’énergie gèrent l’énergie… Toutes ces activités sont passées sous silence avec cette appellation et c’est très dommage, parce que cela induit en erreur sur le rôle et l’action du ministère. Cela donne aussi le sentiment que “l’écologie domine”, ce qui reste à démontrer… On l’appelle aussi fréquemment le “ministère du Développement durable”. Or il y a une confusion dans les mots autour du développement durable qui me choque. En France, le développement durable, c’est encore souvent essentiellement la protection de l’environnement, alors que c’est un concept beaucoup plus riche, qui vise à travailler en cohérence dans les trois dimensions économique, sociale et environnementale.

Voulez-vous dire que le développement durable est par définition interministériel ?
Oui, bien sûr, le développement durable doit être intégré à toutes les politiques publiques, comme l’illustrent les stratégies nationales de développement durable qui existent en France ou en Europe. Aussi, associer son nom à un seul ministère, c’est le réduire. Que l’on puisse regrouper au sein d’un seul ministère l’écologie, le  logement, les transports, l’énergie, pourquoi pas – même si, je l’ai dit, je suis réservée sur la taille d’un tel ministère –, mais pas le développement durable ! D’autant qu’il existe une délégation interministérielle au développement durable, fonction que je connais bien puisque je l’ai occupée pendant plus de trois ans. Le rattachement de la délégation interministérielle au ministre de l’Écologie accentue les contresens et les difficultés de compréhension pour la plupart des acteurs, publics ou privés. À mon sens, le développement durable doit avoir un positionnement clairement interministériel et donc relever directement du Premier ministre…

Le bien-fondé de ce grand ministère de l’Écologie n’est cependant pas remis en cause aujourd’hui…
À l’origine, ce regroupement des anciens ministères autour de la thématique du développement durable et avec un ministre d’État à sa tête a permis de donner du souffle et une ambition à un ministère qui voyait ses effectifs se contracter fortement, notamment pour l’ex-Équipement. Cela a permis de donner une vision à cet ensemble et aux agents : “d’accord les effectifs baissent, mais vous êtes à la pointe du combat du développement durable”, qui restait toutefois fréquemment identifié à l’environnement avec le Grenelle de l’environnement. Du point de vue du management, c’était plus facile de faire avancer le projet et cela tendait à compenser les pertes de moyens et de certaines missions. Ce problème de positionnement du développement durable me semble bien illustré par l’attitude de la ministre actuelle en charge du MEDDE, Ségolène Royal, qui parle peu de développement durable, mais beaucoup plus de transition énergétique et écologique, sujet qui relève directement des compétences des directions générales de son ministère. Le développement durable, dans sa “vraie” définition, ne peut pas être porté par un seul ministère.

Qui doit alors porter la Stratégie nationale de développement durable ?
Bien entendu, le délégué interministériel au développement durable, comme il le fait aujourd’hui, mais il devrait clairement être rattaché à Matignon. D’ailleurs, nous avons aujourd’hui, d’un côté, France Stratégie qui travaille sur des visions stratégiques en parlant essentiellement d’économie et de social et qui est directement rattachée au Premier ministre et, de l’autre, le délégué interministériel au développement durable (CGDD) qui élabore et veille à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement durable, en étant rattaché au MEDDE [ce poste est actuellement occupé par Laurence Monnoyer-Smith, ndlr]. Par conséquent, France Stratégie n’ose pas parler de développement durable, mais utilise des expressions voisines comme celle de “croissance soutenable”, alors que la Stratégie nationale de développement durable, qui est élaborée avec un grand luxe de consultations et qui est prévue par les textes nationaux et européens, est très mal connue et sous-utilisée… Tout cela n’a pas beaucoup de sens ; on ne peut pas avoir plusieurs stratégies globales en même temps : il faudrait réunifier les outils et les organismes qui les portent auprès du Premier ministre, qui a seul la capacité de veiller à leur mise en œuvre.

Propos recueillis par Bruno Botella et Sylvain Henry
Photo : Vincent Baillais

Parcours
1956 Naissance à Toulouse
1981 Rejoint la Cour des comptes à la sortie de l’ENA (promotion Droits de l’Homme)
1993 Directrice du cabinet du ministre de l’Environnement, Michel Barnier
1995 Directrice générale de l’administration et du développement au ministère de l’Environnement
1996 Directrice générale de France 2
1999 Conseillère maître à la Cour des comptes
2002 Chargée de mission au cabinet de Roselyne Bachelot, ministre de l’Environnement
2003 Présidente de l’Ademe
2008 Déléguée interministérielle au développement durable
2010 Présidente du jury du concours d’entrée à l’ENA
2011 Retour à la Cour des comptes.

Via Bibliothèques-Médiathèques de Metz
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from URBANmedias
Scoop.it!

Amsterdam Smart CITIZENS Lab

Amsterdam Smart CITIZENS Lab | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
The Amsterdam Smart Citizens Lab empowers a vivid community of committed citizens to use inexpensive, open source technology to understand their environments (the air they breathe, the noise they hear, the water they drink & swim in, and the soil they grow on) better and to take action based on their findings. They are coached by experts and hackers who put their knowledge to use in answering the participants’ questions, and help them to measure, analyze, and interpret data that would have been beyond their reach a few years ago. This is expected to lead to more engagement, more insight, better-informed dialogues between citizens and their governments, and in the end to more enjoyable, liveable, and creative cities.

Via association concert urbain
more...
association concert urbain's curator insight, June 26, 2016 3:31 AM

 

Ars Electronica

@ArsElectronica

Ars Electronica is an internationally unique plattform for digital art and media culture.

Linz, Austria

 

aec.at

Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Ville inclusive - Quand l'évaluation de l'innovation sociale alimente la polémique

Ville inclusive - Quand l'évaluation de l'innovation sociale alimente la polémique | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Prospective / Initiatives / Débats
more...
No comment yet.
Scooped by Michel Briand
Scoop.it!

Mozilla va changer d'identité mais ne sait pas trop quelle direction prendre - Business - Numerama

Mozilla va changer d'identité mais ne sait pas trop quelle direction prendre - Business - Numerama | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
Mozilla veut changer de marque et d'identité, pour mieux exprimer ce qu'il fait et ce qu'il est. Mais plutôt que d'imposer elle-même sa révolution, la fondation s'en remet aux contributions de la communauté.
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from Finance et économie solidaire
Scoop.it!

Civic Tech : les innovations démocratiques en questions « InternetActu.net

Civic Tech : les innovations démocratiques en questions « InternetActu.net | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
InternetActu.net
Via françoise revellat
more...
françoise revellat's curator insight, June 24, 2016 8:37 AM
Compte rendu très complet du débat du 8 juin
Rescooped by Michel Briand from Science ouverte - Open science
Scoop.it!

Living Knowledge Network Full of Life | UNESCO

Living Knowledge Network Full of Life | UNESCO | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
The Living Knowledge Network (LKN), a network originating with the creation of science shops in the Netherlands during the politically charged times of the

Via Florence Piron
more...
No comment yet.
Rescooped by Michel Briand from E-pedagogie, apprentissages en numérique
Scoop.it!

L'Afpa s'appuie sur un Mooc cuisine pour promouvoir les métiers de la restauration auprès du grand public

L'Afpa s'appuie sur un Mooc cuisine pour promouvoir les métiers de la restauration auprès du grand public | Coopération, libre et innovation sociale ouverte | Scoop.it
L'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes a proposé un concours de cuisine simultané à Lyon et Annecy. Il était ouvert aux personnes ayant suivi le Mooc cuisine lancé

Via Gilles Le Page
more...
Gilles Le Page's curator insight, June 25, 2016 1:19 AM

#elearning #mooc - Mooc cuisine de l'afpa : franc succès !