Confidences Canop...
Follow
Find tag "alimentation"
8.9K views | +3 today
Confidences Canopéennes
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Christian Allié from Agro Ecologie : sol, biodiversité, eau, énergie...
Scoop.it!

INRA - L’agriculture de conservation

INRA - L’agriculture de conservation | Confidences Canopéennes | Scoop.it
A l'occasion de la première conférence mondiale sur la biodiversité des sols, organisée par l'UMR Agroécologie de Dijon du 2 au 5 décembre 2014 à Dijon :
ce dossier sur l'agriculture de conservation fait le point sur la question du travail du sol...

Via CDI ENILV, PERIG Consultants Environnement
Christian Allié's insight:

............""""""""""""""""""""""""""""""""".............

 

[ ... ]

 

......... 

 Concept ou slogan ?

Dans cette logique, l’agriculture de conservation se rattache naturellement à la notion d’intensification écologique et à celle, adjacente, d’agro-écologie, où il est question d’utiliser intensivement les processus biologiques et écologiques des écosystèmes, plutôt que les intrants. L’agriculture de conservation impliquerait donc une conception différente de la manière de produire. A ce titre, on peut aussi la considérer comme un phénomène sociologique, porteur de valeurs et drainant des mouvements militants. L’absence de labour en est la composante la plus emblématique, sous-tendue pour certains agriculteurs par un rejet de la rationalité technique et le désir de retrouver un lien avec la nature.

 Une grande diversité de systèmes

La définition de l’agriculture de conservation laisse une marge d’interprétation assez large. En réalité, pour différentes raisons, historiques ou économiques, on observe souvent une application partielle de ces principes : le labour est remplacé par différents degrés de travail superficiel du sol, sans couverture permanente du sol ni allongement des rotations culturales. Ainsi, une grande diversité de systèmes, ayant en commun l’absence de retournement du sol par le labour, se rattache à l’agriculture de conservation : s’y côtoient  des modèles de grandes cultures simplifiés associant semis direct et utilisation d’herbicides totaux, aussi bien que des systèmes très innovants comme le semis direct sous couvert pérenne (blé sur un couvert de luzerne, colza sur un couvert de trèfle etc.)

 Face à ce concept complexe et objet de controverse qu’est l’agriculture de conservation, la recherche peut apporter des éclairages, à la fois dans les dimensions techniques et sociologiques, comme le montre ce dossier à travers quelques exemples de résultats.

Ce dossier est le fruit de nombreux entretiens croisés. Remerciements à : Frédérique Angevin, Michel Bertrand, Jean Boiffin, Hubert Boizard, Hélène Brives, Yvan Capowiez, Caroline Colnenne, Stéphane de Tourdonnet, Patricia Garnier, Gilles Grandeau, Christian Huyghe, Eric Justes, Fabrice Martin, Nicolas Munier-Jolain,  Sylvie Recous, Guy Richard, Anaïs Tibi, Nicolas Urruty.

L'agriculture de conservation en France

En France en 2006, 34% des parcelles de grandes cultures sont répertoriées en non-labour, dont plus de 50% des surfaces dans les exploitations de grandes cultures de plus de 300 ha, soit 17% de la SAU (source Expertise VTH, 2012). Cependant, en 2011, le semis direct ne représente que 4% des surfaces en blé tendre et blé dur, 1% en orge et en tournesol, 0,5% en colza (source Agreste).

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Agroalimentaire des Pays du Sud
Scoop.it!

Sénégal : Consommer des légumes toute l’année dans le respect de l’environnement : comment ? pourquoi ?

Sénégal : Consommer des légumes toute l’année dans le respect de l’environnement :  comment ? pourquoi ? | Confidences Canopéennes | Scoop.it

Le projet consiste en une série d’ateliers de micro-agriculture, de sensibilisation, de dégustation de légumes dans 2 écoles de la ville de Thiès, pour un total de 800 élèves bénéficiaires.

Le projet comprend aussi l’organisation de deux « fêtes des légumes » ouvertes à tous (où seront conviée les autorités et les média locaux), avec des jeux concours, des dégustations et des conférences sur les liens entre production de légumes, nutrition, santé et protection de l’environnement.

Les cibles du projets sont les élèves. L’objectif est qu’à l’issue du projet, ils soient capables de répondre à la question suivante :« Consommer des légumes toute l’année dans le respect de l’environnement : comment ? pourquoi ? »

Un deuxième objectif est de leur donner les moyens  de  défendre  et  d’argumenter  les  nombreux enjeux sanitaires et environnementaux abordés auprès de leurs  familles,  de leurs communautés et des décideurs locaux.


Via Denis Garnier, Aaisha Sylla, Dieynaba BA
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from EntomoScience
Scoop.it!

CNRS/sagascience - Insectes et pollinisation

CNRS/sagascience - Insectes et pollinisation | Confidences Canopéennes | Scoop.it

 

CNRS. « Comment ça se passe dans le détail ? »

 

« La reproduction sexuée chez les plantes supérieures nécessite le transport de pollen, provenant de l'organe mâle, l'étamine, vers l'organe femelle, le pistil. Dans la plupart des cas, et bien que la majorité des fleurs soit hermaphrodites, il y a transfert entre organes mâles et femelles d'individus différents. »

 

« Cette reproduction nécessite un vecteur pour transporter le pollen à distance et assurer la pollinisation. C'est le vent qui transporte le pollen pour la plupart des graminées (pollinisation anémophile), mais le vecteur est un insecte (pollinisation entomophile) pour la majorité des autres plantes à fleurs, cultivées ou non. »

« Les insectes pollinisateurs sont tous ceux qui butinent les fleurs au stade adulte : mouches, coléoptères, papillons et surtout abeilles. Ils sont attirés par le parfum ou la couleur des fleurs et sont récompensés de leur visite par le nectar qu'ils consomment et qui leur fournit l'énergie nécessaire pour continuer à butiner de fleur en fleur. Les insectes les plus efficaces pour la pollinisation ont fréquemment le corps hérissé de nombreux poils (appelés soies), ou même présentent des organes spécialisés pour la récolte de pollen, comme des corbeilles situées sur les pattes des abeilles.»

 

« Certaines espèces d'insectes peuvent polliniser de très nombreuses espèces végétales, alors que d'autres se restreignent à un nombre réduit de plantes. La longueur de la trompe des papillons ou de la langue des abeilles sera déterminante pour les espèces végétales à visiter : on se souviendra que Darwin avait prédit l'existence d'un papillon avec une trompe de « onze pouces » de long en observant les éperons nectarifères de l'orchidée malgache Angraecum sesquipedale. Ce papillon (Xanthopan morgani praedicta) n'a été découvert que 30 ans plus tard ! »

 

Rédaction :

Pierre Zagatti (Directeur de recherche à l'Inra)

 

TOUT L'ARTICLE EN CLIQUANT SUR L'IMAGE

 


Via Bee Api?, Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

............""" ..

...  Les plantes à fleur ont évolué depuis des millions d'années en même temps que les insectes qui les consomment et en même temps que les insectes qui leur permettent de se reproduire. La pérennité de cette cohabitation est sérieusement menacée par le changement global, et c'est tout l'environnement humain qui est concerné. Une politique d'espaces protégés ne servira à rien sans redéfinir nos modèles de développement sur l'ensemble du territoire, dans les milieux agricoles comme au cœur du tissu urbain..

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Le retour de L'Agriculture

"Une question fondamentale vieille comme le monde est de retour aujourd'hui : Y aura-t-il assez de nourriture pour alimenter la population mondiale au XXIème siècle ? Selon les experts rien de moins sûr à moins d'un changement historique dans la rapport de l'homme avec la planète..."

Retour historique sur les bouleversements de l’agriculture au XXème et XXIème siècles à travers le monde.

Ce film court, qui allie avis d’experts et de professionnels de l’agriculture à des images d’archives, propose un bilan de la situation actuelle et une évaluation des enjeux à venir pour nourrir l’humanité.

Un constat : face à croissance démographique mondiale, l’agriculture doit être repensée afin de nourrir tous les humains à travers le monde. Le XXème siècle a été marqué par des famines et des pénuries que l’on pensait avoir résolues grâce aux science, et notamment la chimie. Une fois traduit dans les pratiques agricoles, ce paradigme scientiste a effectivement permis des augmentations de rendement, mais il a fallu augmenter les espaces à rentabiliser. Aujourd'hui les sols sont fatigués de la chimie, la biodiversité diminue, et le GIEC prévoit des baisses de rendements liées à l'épuisement des sols.

A présent, comment faire pour continuer à produire suffisamment pour nourrir tout le monde ? Quelques pistes de réflexion sont présentées. 


Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Afrique: développement durable et environnement
Scoop.it!

Multinationales vs paysans africains : qui profite de la Nouvelle Alliance du G8 ?

Multinationales vs paysans africains : qui profite de la Nouvelle Alliance du G8 ? | Confidences Canopéennes | Scoop.it

La Nouvelle Alliance menace la sécurité alimentaire en Afrique et a des conséquences néfastes sur le droit à l’alimentation des populations les plus vulnérables, sur la lutte contre la malnutrition, le développement des PME africaines, les droits fonciers des paysans et leur accès aux semences et aux ressources naturelles.


Via JJ Grodent, docrfi, Aaisha Sylla
Christian Allié's insight:

................""""""""""""""""""""""""""""""..............

 

[ ... ]

 

........

Nos conclusions viennent d’être publiées dans un rapport au nom sans ambigüité : "La faim, un business comme un autre". En effet, le constat est sans appel : la Nouvelle Alliance menace la sécurité alimentaire en Afrique et a des conséquences néfastes sur le droit à l’alimentation des populations les plus vulnérables, sur la lutte contre la malnutrition, le développement des PME africaines, les droits fonciers des paysans et leur accès aux semences et aux ressources naturelles.

Pourquoi un constat aussi négatif ? Notre étude de la Nouvelle Alliance nous a montré que  le véritable objectif du G8 n’était pas de mettre fin à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire en Afrique, mais de faire profiter leurs entreprises de perspectives de croissance et de profit. Nous avons par exemple constaté que de nombreux pays africains parmi les plus gravement affectés par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle sont laissés en dehors de cette initiative. Ce sont plutôt les pays qui offrent le plus de perspectives de croissances et de profits pour les multinationales et les gros investisseurs qui ont été ciblés en priorité. 

De l'intérêt du public

Nous ne sommes pas par essence opposés à l’intervention du secteur privé dans la lutte contre la faim, toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre pour permettre au plus de grand nombre de personnes de vivre dignement. Mais les entreprises ne doivent pas se substituer aux Etats, et les investissements agricoles du secteur privé ne peuvent venir qu’en complément d’investissements publics de qualité.

Le rapport souligne en particulier le rôle trouble de la France. Si cette dernière s’est dans un premier temps montrée relativement critique face à la Nouvelle Alliance, elle figure aujourd’hui parmi les trois premiers contributeurs de l’initiative, à hauteur de à 754 millions d’euros par an. Surtout, la France fait preuve d’un manque total de transparence quant aux financements qu’elle accorde aux multinationales membres de l’Alliance (via PROPARCO, la filière de l’Agence Française de Développement dédiée au secteur privé).

Lutter contre la faim n'est pas qu'une question de quantité- See more at: http://www.oxfamfrance.org/actualites/agricultures-paysannes-et-investissements-agricoles/multinationales-vs-paysans-africains#sthash.duh76FpQ.dpuf
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Variétés entomologiques
Scoop.it!

L’évaluation des produits phytosanitaires et du risque pour les abeilles

L’évaluation des produits phytosanitaires et du risque pour les abeilles | Confidences Canopéennes | Scoop.it

 

"Santé des abeilles : l’Anses fait le point"

 

Anses.fr. « [...] Dans le cadre de ses Rencontres scientifiques, l’Anses a organisé, le 21 novembre, une journée pour faire le point sur ce sujet. A cette occasion, plus de 300 personnes ont assisté à la présentation de résultats de travaux de surveillance, d’évaluation des risques et de recherche, réalisés par les équipes de l’Anses, mais également par d’autres instituts français et européens. La journée s’est clôturée par une table ronde réunissant des représentants de parties prenantes impliquées dans le domaine de la santé des abeilles.

 

[...]

 

L’évaluation des produits phytosanitaires

 

Les travaux de recherche alimentent également les réflexions sur l’évaluation des produits phytosanitaires : les récents travaux de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les critères et méthodes d’évaluation du risque pour les abeilles devraient conduire prochainement à l’adoption de nouvelles lignes directrices dans le cadre de l’évaluation des produits phytosanitaires avant mise sur le marché. »

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.