Confidences Canop...
Follow
Find tag "agriculture"
11.7K views | +1 today
Confidences Canopéennes
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

Why eating insects makes sense

The world's population is projected to reach 11 billion by the end of the century. Feeding that many people will be a challenge, and it is further complicated by the impact of climate change on agriculture. That is why some people advocate an unusual way to boost the food supply and feed people sustainably: by eating less meat, and more insects.

http://econ.st/1sDYlfM


Via Seth Dixon
more...
Seth Dixon's curator insight, May 20, 10:00 AM

While it might make economic, nutritional, and environmental sense, I'm sure that many are squeamish at the idea of insects primarily because in violates many deeply engrained cultural taboos.  The main reasons listed in the video for promoting the production and consumption of more insects:

  1. Insects are healthier than meat.
  2. It is cheap (or free) to raise insects.
  3. Raising insects is more sustainable than livestock.


Questions to Ponder: Would you be willing to try eating insects?  How do you think this idea would go over with your family and friends?  What cultural barriers might slow the diffusion of this practice?    


Tagsfoodculturediffusioncultural norms, economicfood production, agriculture.

LEONARDO WILD's curator insight, June 8, 9:33 AM

When speaking of sustainability, many seek new options, new and more efficient—productively speaking—ways of exploiting resources, different types of energies to make up for the missing future expected quota. However, at not point do they seem to ask themselves what makes inefficiency be the norm, and scarcity the automatic reason to why we need more. The solution is right there, in front of our eyes, and not necessarily in the form of insects., though under the current monetary and economic paradigm, that may seem like a good option.

Nancy Watson's curator insight, June 19, 10:18 AM

Agriculture, Food security, sustainability, Culture - Yuck factor!

Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

How American Agriculture Works

How American Agriculture Works | Confidences Canopéennes | Scoop.it
There really are two different Americas: the heartland, and the coasts....

Via Seth Dixon
more...
Bob Beaven's curator insight, January 29, 2:38 PM

These maps are interesting, in the fact that the heartland of the United States differs so much from either coast.  Both the coasts, as seen in the first map grow fruits and vegetables.  The center of the country grows wheat, and wheat is the dominant  crop of the country.  This might account for the reason why fruits and vegetables are more expensive than grain based products.  The second map helps to drive home this point even further, of how different the coasts are from the heartland.  What I also thought was funny, however, was the author's comment that it looks like an electoral map.  Perhaps, the reason heartland states tend to side with each other and republicans is because of shared interests in the political arena.

Adriene Mannas's curator insight, March 22, 10:24 AM

Unit 5 Agricultural and Rural Land Use

 

This picture and article talks about the main use of the agricultural growth in the United States. It shows how most and almost all of the agribusiness is in the growth of feed and food for animals on the ranches rather than humans. The amount of money made is astounding with how far the table tilts toward animal feed.

 

This relates to Human Geography because agriculture is one of the main points. It shows how people use agribusiness and ow it leans more toward the consumption of animals rather than humans. 

Daniel Lindahl's curator insight, May 25, 1:22 PM

This link consists of two maps that show agricultural land use in America. Nearly all of the "breadbasket region" is used not to feed people, but rather to create feed for cows and other animals. 

Rescooped by Christian Allié from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Le retour de L'Agriculture

"Une question fondamentale vieille comme le monde est de retour aujourd'hui : Y aura-t-il assez de nourriture pour alimenter la population mondiale au XXIème siècle ? Selon les experts rien de moins sûr à moins d'un changement historique dans la rapport de l'homme avec la planète..."

Retour historique sur les bouleversements de l’agriculture au XXème et XXIème siècles à travers le monde.

Ce film court, qui allie avis d’experts et de professionnels de l’agriculture à des images d’archives, propose un bilan de la situation actuelle et une évaluation des enjeux à venir pour nourrir l’humanité.

Un constat : face à croissance démographique mondiale, l’agriculture doit être repensée afin de nourrir tous les humains à travers le monde. Le XXème siècle a été marqué par des famines et des pénuries que l’on pensait avoir résolues grâce aux science, et notamment la chimie. Une fois traduit dans les pratiques agricoles, ce paradigme scientiste a effectivement permis des augmentations de rendement, mais il a fallu augmenter les espaces à rentabiliser. Aujourd'hui les sols sont fatigués de la chimie, la biodiversité diminue, et le GIEC prévoit des baisses de rendements liées à l'épuisement des sols.

A présent, comment faire pour continuer à produire suffisamment pour nourrir tout le monde ? Quelques pistes de réflexion sont présentées. 


Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

Here's what 9,000 years of breeding has done to corn, peaches, and other crops

Here's what 9,000 years of breeding has done to corn, peaches, and other crops | Confidences Canopéennes | Scoop.it
Corn, watermelon, and peaches were unrecognizable 8,000 years ago.

Via Seth Dixon
more...
Seth Dixon's curator insight, October 28, 2014 1:25 PM

I think the term 'artificial' in the image might be misleading and it depends on your definition of the word.  Humans have been selectively breed plants and animals for as long as we've been able to domestic them; that is a 'natural' part of our cultural ecology and has lead to great varieties of crops that are much more suitable for human consumption than what was naturally available.  Long before climate change, humans have been actively shaping their environment and the ecological inputs in the systems with the technology that their disposal.  This is a good resource to teach about the 1st agricultural revolution.     


Tags: food, agriculture, consumption, unit 5 agriculture.

Emerald Pina's curator insight, March 22, 9:39 PM

This article shows how crops were entirely different 8,000 years ago. It shows how much we have breeded and affected the natural crops. With the example of peaches, watermelons, and corn, the article shows how the natural crop didn't taste as good and was a lot smaller. The natural peach had 64% edible food; whereas the 2014 peach had 90% edible food. The pictures comparing the natural and artificial crops also illustrated how the many varieties of that specific crop had grown and where the crop is found has grown. Lastly, the diagrams compares the water and sugar percentages. This article paints a good picture as to how much mankind has affected our land and agriculture. Also, how much our crops have changed due to selective breeding.

 

The article gives a good illustration of topics in Unit 5: Agriculture, Food Production, and Rural Land Use. The article shows how selective breeding has affected many crops. It gives a good view as to how selective breeding and agriculture has been affected and changed in the Neolithic Agriculture Revolution. The article explains what what life was like and how it changed in the Neolithic times. This article is really interesting in showing how crops were changed.

Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

Rethinking Agriculture

"Growing Power is a national nonprofit organization and land trust supporting people from diverse backgrounds, and the environments in which they live, by helping to provide equal access to healthy, high-quality, safe and affordable food for people in all communities. See other videos on this organization here."


Via Seth Dixon
more...
Seth Dixon's curator insight, October 5, 2014 10:55 AM

There has been a revitalization in urban gardening as many city dwellers feel disconnected from their food systems; urban gardening is a way for people to actively control what they are ingesting into their systems many fear some of the modern agricultural methods.  Based in Milwaukee, WI, Growing Power has created an interesting combination of vegetable gardening and aquaponics for the urban environment. 


Tags: food, agriculture, unit 5 agriculture.

Jeremy Hansen's curator insight, October 7, 2014 10:48 AM

With the strong waves of urbanization that the United States has seen in the last 100 years it's interesting to note this desire to return to a rural connection while still maintaining the connection to the city. I can see this causing problems with zoning commissions in the future if too many people start trying to become urban famers. 

Rescooped by Christian Allié from Afrique: développement durable et environnement
Scoop.it!

"Faire du Mali une puissance agricole exportatrice à l’horizon 2018"

Le développement du monde rural reste l’une des priorités majeures des grands axes du Président de la République. Faire de ce secteur le levier de l’autosuffisance alimentaire au Mali, requiert sa redynamisation et le suivi de la mise en valeur des zones identifiées.


Via JJ Grodent, Dieynaba BA, Aaisha Sylla
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

EU debates biopiracy law to protect indigenous people

EU debates biopiracy law to protect indigenous people | Confidences Canopéennes | Scoop.it
Pharmaceutical companies would need to compensate indigenous people for using their knowhow in creating new medicines

Via Seth Dixon
more...
Courtney Barrowman's curator insight, August 25, 2014 10:16 AM

new vocabulary for us all and unit 5!

MsPerry's curator insight, August 25, 2014 3:27 PM

APHG-Unit 4

Shawn Wright's curator insight, September 7, 2014 8:20 AM

The  Nagoya protocol is an international biological diversity convention. The protocol would at it's core require permission, acknowledgment of source knowledge  or practice and compensation for the use of cultural wisdom.


i don't see Nagoya as a perfect solution - there is a lot of room for language interpretation so slick corporate lawyers will find ways to legally cheat indigenous peoples from their share but I do see it as at least A small step in the right direction.   


The World Health Organisation estimates that 4 billion people, 80% of the world's population, use herbal medicine in primary healthcare. 


Cherokees Believe and have practiced healing from plant and water for thousands of years. Every and any human sickness has a plant who can cure it. Every plant in the world has a purpose if we but learn to hear and understand what that is - there are no weeds to the Cherokee.


Yona Shawn

Rescooped by Christian Allié from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Niger: l’irrigation à distance par téléphone pourrait changer la vie des paysans

Niger: l’irrigation à distance par téléphone pourrait changer la vie des paysans | Confidences Canopéennes | Scoop.it
Arroser son champ à distance avec un téléphone portable: si elle peut paraître curieuse, l’invention du Nigérien Abdou Maman pourrait bien bouleverser l’agriculture dans son pays, où l’accès à l’eau est un combat quotidien.

Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from EntomoNews
Scoop.it!

Dans le Sichuan, des « hommes-abeilles » pollinisent à la main les vergers

Dans le Sichuan, des « hommes-abeilles » pollinisent à la main les vergers | Confidences Canopéennes | Scoop.it
Faute de butineuses, tuées par les insecticides, les paysans chinois pollinisent à la main leurs pommiers.

 

(via Mes passions natures "Les hommes-abeilles du Sichuan")

 


Via Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

.....""""""""""""""".........

 

[ ... ]

.......

La pollinisation manuelle permet aussi d'assurer une fécondation croisée avec les variétés de pommes les plus populaires sur le marché. Traiter minutieusement chaque fleur assure que l'arbre sera surchargé de fruits lorsque viendra la récolte.

An Jiandong, chercheur au département d'apiculture de l'Académie chinoise des sciences agricoles, constate qu'aucune étude sérieuse n'a jusqu'à présent été réalisée sur le déclin des pollinisateurs en Chine. « La pollinisation manuelle requiert beaucoup de main-d'oeuvre et les abeilles comprennent bien mieux les végétaux que les humains », estime M. An.

L'ironie de la situation n'échappe pas à Zhen Xiuqiong, l'agricultrice perchée sur sa branche : son mari est apiculteur. S'il loue bien ses abeilles à certains vergers de la région, hors de question de les laisser butiner les arbres qui occupent tant son épouse, car elle a la main lourde sur les insecticides. « Si ses abeilles pollinisaient ici, elles mourraient », craint Mme Zhen.

Son voisin, Kang Zhaogui, pense comme elle, d'autant qu'il convient de pulvériser les produits chimiques avant la floraison, de sorte qu'aucun loueur d'abeilles ne se risquerait dans sa plantation : « Les abeilles ne survivraient pas. »

[ ... ]

.............

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Bee Friendly, le label qui aime les abeilles, sera présenté lundi au Salon de l'Agriculture

Bee Friendly, le label qui aime les abeilles, sera présenté lundi au Salon de l'Agriculture | Confidences Canopéennes | Scoop.it

"CHAMPS LIBRES - Les apiculteurs européens militent pour une adaptation des techniques agricoles, afin d’épargner les butineuses."

 

Par Marie Nicot - Le Journal du Dimanche. « [...] Selon Olivier Belval, président de l’association Bee Friendly, "300.000 essaims disparaissent chaque année en France. La production nationale est passé de 30 000 tonnes dans les années 80, à 15.000 tonnes". »

 

« Résultat les importations ont bondi. Miel de Chine coupé de glucose, cocktail aux ingrédients mystérieux… Les consommateurs perdent confiance. C’est le double effet Bee Friendly : sauver les abeilles et redorer l’image du rucher local. "Nos premiers miels certifiés apparaîtront à la fin de l’année dans les magasins", promet Olivier Belval. En attendant, les apiculteurs et Stéphane Le Foll présentent lundi après-midi le label au public du salon de l’agriculture sur le stand du ministère de l’Agriculture (Pavillon 4, allée E, stand 102).  »

 


Via Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

...........""""""""""""""""""""""..........

 

............. 

Andreas Böck n’est pas un cas isolé. Trois organisations apicoles européennes sont réunies depuis 2011 pour sauver les précieux insectes : l’Unaf en France, l’Unaapi en Italie, l’EPBA en Allemagne. Au total, 22 000 apiculteurs adhèrent à ces fédérations. Ils sont épaulés par deux entreprises pionnières : Demain la terre, association de producteurs de fruits et légumes engagés dans une démarche écologique, et Les Deux Vaches, société de produits laitiers.

Tous espèrent que leur initiative permettra d’enrayer la disparition des abeilles victimes de l’urbanisation, des produits phytosanitaires, des parasites, et des champignons…

 

............

more...
Rescooped by Christian Allié from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Les biopesticides : une protection plus naturelle pour les cultures

Les biopesticides : une protection plus naturelle pour les cultures | Confidences Canopéennes | Scoop.it

notre-planete.info. « Fabriqués à partir d'organismes vivants ou de produits dérivés de ceux-ci, les biopesticides sont de plus en plus appelés à compléter, voire à remplacer, les pesticides de synthèse. »

 

« Après trois ans d'efforts, une équipe, emmenée par les universités de Liège (Gembloux Agro-Bio Tech), de Gand et de Lille, vient d'affiner les connaissances scientifiques sur une « famille » bien spécifique de molécules naturelles : les lipopeptides. Au point que leur production à l'échelle industrielle, demain ou après-demain, pourrait constituer une première mondiale. »

 

« En matière de protection des cultures, l'avenir n'est probablement plus aux pesticides de synthèse. Certes, ceux-ci ne disparaîtront évidemment pas du jour au lendemain de l'arsenal des cultivateurs. Ils risquent néanmoins de laisser progressivement la place à des produits plus naturels, capables de venir à bout des agents pathogènes - insectes, nématodes, champignons, bactéries… - qui, classiquement, font les cheveux blancs des agriculteurs - tout en évitant les effets pervers bien connus. Rémanence dans les sols et les nappes phréatiques, résistance des parasites (forçant à augmenter les doses ou à utiliser sans cesse de nouvelles molécules), problèmes de santé pour les utilisateurs (voire pour les consommateurs finaux) : telles sont les factures écologiques et sanitaires que la société est de moins en moins prête à payer. »

 

« Le monde de la recherche n'est pas resté les bras croisés face à cette évolution. Depuis plusieurs années, des équipes se sont spécialisées dans la mise au point de pesticides fabriqués à partir d'êtres vivants ou de produits dérivés d'organismes vivants, espérant qu'ils se dégradent - vite et bien ! - après leur mission de destruction de l'agent pathogène. Et ça marche ? Oui ! Quoiqu'encore modeste (2,5 % du marché mondial des pesticides en 2008), le marché des biopesticides en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord progresse en moyenne de 5 à 8 % chaque année. »


Via Sylvain Rotillon, Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

......."""""""""........

[  .....  ]

.......

........ 

Une réduction appréciable de la chimie Ce n'est pas tout. Ces travaux, qui s'achèveront en mars 2014, laissent entrevoir la possibilité de mettre au point des biopesticides renfermant plusieurs lipopeptides, chacun ayant son mode d'action spécifique. Ainsi, les uns pourraient lutter directement contre le pathogène et les autres renforcer l'immunité de la plante. Une sorte d'action multiple qui réduirait à néant les mécanismes d'adaptation et de résistance, bien connus chez les végétaux traités aux pesticides classiques. « En raison des longs délais nécessaires avant toute homologation, il faudra peut-être encore quelques années avant que ces nouvelles molécules soient utilisées en routine par les agriculteurs. Probablement les utiliseront-ils en complément ou en alternance avec les pesticides chimiques. Mais si le recours à ces derniers est réduit de 40%, voire 60% ou plus, ce serait déjà un progrès immense ». Et de glisser modestement que, si ces lipopeptides en tant que molécules bactériennes devaient arriver au stade de la commercialisation, ce serait - ni plus, ni moins- une première mondiale... Notes Les mécanismes d'action de ces lipopeptides sur plusieurs maladies de la vigne, du riz et de l'orge ont également été étudiés, mais seulement en laboratoire. Auteur Université de Liège

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/3922-biopesticides-definition
more...
CLEMENT's curator insight, January 24, 2014 3:00 AM

Présentation de projets de recherche

Rescooped by Christian Allié from EntomoNews
Scoop.it!

La justice poursuit un viticulteur bio qui dit non aux pesticides

La justice poursuit un viticulteur bio qui dit non aux pesticides | Confidences Canopéennes | Scoop.it

Le Monde.fr. « En Côte-d'Or, un exploitant est convoqué pour avoir refusé d'utiliser des insecticides contre une maladie mortelle de la vigne. Il risque six mois de prison et 30 000 euros d'amende. »

 

« Comment concilier vignoble bio et lutte contre une maladie mortelle de la vigne ? C'est la question épineuse à laquelle s'est heurtée Emmanuel Giboulot, qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits, en Bourgogne. Le viticulteur de 51 ans doit être bientôt convoqué devant la justice pour avoir refusé de traiter ses cépages de chardonnay et de pinot noir. Il encourt jusqu'à six mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende, comme l'a révélé le site Bastamag.

En juin, un arrêté préfectoral avait imposé le traitement de « l'ensemble des vignobles de la Côte-d'Or » au moyen « d'une application unique d'un insecticide ». Visée : la cicadelle, petit insecte vecteur de la flavescence dorée, une maladie très contagieuse et mortelle pour la vigne. »

 

[...]


Via Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

........"".......

.....

« Le Pyrevert, même s'il est d'origine naturelle, est nuisible pour l'environnement : c'est un neurotoxique qui peut affecter les insectes, mais aussi les oiseaux, les animaux et même les viticulteurs selon les doses utilisées », confirme Denis Thiery, directeur de l'unité santé et agroécologie du vignoble à l'Institut national de la recherche agronomique.

«En réalité, l'efficacité des traitements, qu'ils soient naturels ou conventionnels, contre la flavescence dorée n'est pas optimale : tous les insectes ne sont pas tués. Comme les cicadelles se déplacent beaucoup, l'épidémie continue de progresser vite, poursuit-il. Mais comme pour toutes les épidémies, on ne sait pas si la situation serait pire sans traitement. »

INFRACTION DU CODE RURAL

Contrôlé en infraction le 30 juillet par la Draaf, Emmanuel Giboulot a fait l'objet d'une convocation devant le délégué du procureur de la République du tribunal d'instance de Beaune. Le non-respect d'un arrêté préfectoral en ce qui concerne la lutte contre les maladies animales et végétales réglementées est en effet considéré comme un délit par le code rural. Sa comparution, à l'origine prévue le 12 novembre, a été reportée à une date qui n'a pas encore été fixée.

En juin dernier, un viticulteur bio du Vaucluse qui n'avait également pas respecté la loi a été reconnu coupable d'infraction. Mais il a été dispensé de peine après avoir accepté de reprendre les traitements phytosanitaires de son vignoble. ........

more...
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

Teaching the Geography of Food

Teaching the Geography of Food | Confidences Canopéennes | Scoop.it

"Food. It’s something we all think about, talk about, and need. Food has been one major topic of interest at National Geographic because it connects all of us to our environment. The recent global population projections for the year 2100 just went up from 9 billion to 11 billion, making the issues of food production and distribution all the more important.  For the last 3 years I’ve stored podcasts, articles, videos, and other resources on my personal site on a wide range of geographic issues, including food resources.  I thought that sharing 10 of my personal favorite resources on the geography of food would be helpful to understand our changing global food systems."


Via Seth Dixon
more...
Claire Law's curator insight, April 26, 2:01 AM

Ten engaging resources on the geography of food

Kaiden-Leigh Cloete's curator insight, April 29, 11:15 PM

This topic connects to our agricultural unit. This article describes the explaining of food. Knowing where our food comes from is a big component in lit today, with all the GMO's going around we don't know what we r busy consuming daily. Having more information in our minds about food would help decrease the long term affects of genetically modified organisms, help maintain a healthy economy, provide more resources such as water, because if GMO's do come to an end then the water will not be as polluted as it is now due to the runoff from the remaining chemicals in GMO's, and also provide a healthy environment for everyone. 

Lydia Tsao's curator insight, May 26, 2:10 AM

I absolutely love this article. It touches on many of the most important and challenging issues facing food production in the world, ranging from food manufacturing ethics to global hunger. I think it's interesting how, although we all eat food everyday, we don't think about the many implications associated with the production and consumption of food. To more privileged people, food is not a big deal, as anyone can get food at any time of day. However, for people who are trying to solve the problems associated with food in the modern world or for people who are suffering from hunger and malnutrition, the information presented in this article is extremely important. Brilliant minds can come together to propose potential solutions for all the problems facing food distribution. I can't wait for the day every child can go to bed with a full stomach, and I am willing to do my part to help make that happen.

Rescooped by Christian Allié from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Maroc - Agriculture familiale dans les oasis : Un secteur en quête de reconnaissance

Maroc - Agriculture familiale dans les oasis : Un secteur en quête de reconnaissance | Confidences Canopéennes | Scoop.it
«L’agriculture familiale devrait être au cœur de tous les programmes d’action relatifs à l’agriculture, à la sécurité alimentaire et à la nutrition» ; cette déclaration de Estrella Penunia, ambassadrice spéciale pour l’Année internationale de l’agriculture familiale en 2014, souligne le caractère vital de ce secteur. Dans les oasis du Maroc, espaces fragiles par excellence, différents programmes ont été lancés notamment pour la filière de la datte.

Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

INRA - L’agriculture de conservation : faut il labourer le sol ?

INRA - L’agriculture de conservation : faut il labourer le sol ? | Confidences Canopéennes | Scoop.it

A l'occasion de la première conférence mondiale sur la biodiversité des sols, organisée par l'UMR Agroécologie de Dijon du 2 au 5 décembre 2014 à Dijon :

ce dossier sur l'agriculture de conservation fait le point sur la question du travail du sol...

Les systèmes de culture en agriculture de conservation se développent dans le monde depuis plusieurs décennies, et gagnent du terrain aussi en France.

L’agriculture de conservation a été officiellement définie par la FAO en 2001, comme reposant sur trois grands principes : couverture maximale des sols, absence de labour, rotations longues et diversifiées.

En théorie, ces trois principes doivent  être appliqués simultanément, car, en l’absence de labour, la couverture du sol et la diversification des rotations permettent de maîtriser les adventices et de diminuer la pression des ravageurs. On obtient dans l’idéal un agroécosystème dans lequel les régulations écologiques permettent de diminuer l’artificialisation du milieu (intrants, travail du sol), mais cela suppose des changements profonds dans la conduite des systèmes de culture par rapport à l’agriculture conventionnelle.


Via agrodoc_ouest, Pierre-André Marechal, Isabelle Pélissié
more...
Ahoefa Nathalie Agbagla's curator insight, December 5, 2014 5:31 AM

Un dossier de l'Inra sur la question du travail du sol en relation avec la notion d'agriculture de conservation (couverture maximale des sols, absence de labour, rotations longues et diversifiées)

Rescooped by Christian Allié from Afrique: développement durable et environnement
Scoop.it!

Multinationales vs paysans africains : qui profite de la Nouvelle Alliance du G8 ?

Multinationales vs paysans africains : qui profite de la Nouvelle Alliance du G8 ? | Confidences Canopéennes | Scoop.it

La Nouvelle Alliance menace la sécurité alimentaire en Afrique et a des conséquences néfastes sur le droit à l’alimentation des populations les plus vulnérables, sur la lutte contre la malnutrition, le développement des PME africaines, les droits fonciers des paysans et leur accès aux semences et aux ressources naturelles.


Via JJ Grodent, docrfi, Aaisha Sylla
Christian Allié's insight:

................""""""""""""""""""""""""""""""..............

 

[ ... ]

 

........

Nos conclusions viennent d’être publiées dans un rapport au nom sans ambigüité : "La faim, un business comme un autre". En effet, le constat est sans appel : la Nouvelle Alliance menace la sécurité alimentaire en Afrique et a des conséquences néfastes sur le droit à l’alimentation des populations les plus vulnérables, sur la lutte contre la malnutrition, le développement des PME africaines, les droits fonciers des paysans et leur accès aux semences et aux ressources naturelles.

Pourquoi un constat aussi négatif ? Notre étude de la Nouvelle Alliance nous a montré que  le véritable objectif du G8 n’était pas de mettre fin à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire en Afrique, mais de faire profiter leurs entreprises de perspectives de croissance et de profit. Nous avons par exemple constaté que de nombreux pays africains parmi les plus gravement affectés par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle sont laissés en dehors de cette initiative. Ce sont plutôt les pays qui offrent le plus de perspectives de croissances et de profits pour les multinationales et les gros investisseurs qui ont été ciblés en priorité. 

De l'intérêt du public

Nous ne sommes pas par essence opposés à l’intervention du secteur privé dans la lutte contre la faim, toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre pour permettre au plus de grand nombre de personnes de vivre dignement. Mais les entreprises ne doivent pas se substituer aux Etats, et les investissements agricoles du secteur privé ne peuvent venir qu’en complément d’investissements publics de qualité.

Le rapport souligne en particulier le rôle trouble de la France. Si cette dernière s’est dans un premier temps montrée relativement critique face à la Nouvelle Alliance, elle figure aujourd’hui parmi les trois premiers contributeurs de l’initiative, à hauteur de à 754 millions d’euros par an. Surtout, la France fait preuve d’un manque total de transparence quant aux financements qu’elle accorde aux multinationales membres de l’Alliance (via PROPARCO, la filière de l’Agence Française de Développement dédiée au secteur privé).

Lutter contre la faim n'est pas qu'une question de quantité- See more at: http://www.oxfamfrance.org/actualites/agricultures-paysannes-et-investissements-agricoles/multinationales-vs-paysans-africains#sthash.duh76FpQ.dpuf
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Geography Education
Scoop.it!

Brazil's ethanol revolution

"United Nations, June 2008 - The bio-fuel, ethanol, is generating a revolution in renewable energy that could help reduce the world's thirst for oil. In Brazil, the production of ethanol from sugarcane is booming, but what is not clear is the impact it is having on the industry's sugarcane cutters."  Transcript of video available here.


Via Seth Dixon
more...
Alec Castagno's curator insight, December 5, 2014 10:32 AM

This video highlights one of the negative impacts of globalization and economic development. As a country grows and become more economically powerful, the effects of success often outpaces the poorer classes of its society. Ethanol production has become an established and important part of Brazil's economy, and its success has begun to create negative social impacts. As the ethanol business continues to grow the more it relies on heavy machinery and other technology to maintain it, and the less the low-skilled manual laborers are needed. In order to avoid larger social problems, the government and ethanol companies in Brazil will need to find ways to integrate their already existing labor force into the expanding ethanol industry.

Kaitlin Young's curator insight, December 13, 2014 2:04 PM

Brazil is one of the only countries in the world that is no longer dependent on oil. Increased sugarcane production has allowed for the large production of the bio-fuel ethanol, and now the country no longer really needs to export oil from other countries. This will allow Brazil to no longer be dependent on other countries or corporations for oil, and it could potentially lead to Brazil exporting ethanol and making a profit. 

 

On the other hand, many worry about how the switch from manual labor to mechanized production will affect the workers. Large lay offs could result in more people moving to the cities in order to find work, thus creating more slums. Luckily, the government is attempting to make jobs within the bustling bio-fuel business in order keep people employed.

Kristin Mandsager San Bento's curator insight, March 5, 3:56 PM

Everything has an impact on any change that occurs.  Only time will tell how much this revolution will impact the cutters.  I think it's interesting that Brazil has been working on a renewable energy.  Especially because oil is in abundance there.  

Rescooped by Christian Allié from Agroalimentaire des Pays du Sud
Scoop.it!

Sénégal : relations entre les exploitations familiales et l'agro-business

International Encounters Family Farming & Research, Montpellier, June 2, 2014
Rencontres internationales Agricultures familiales et recherche, Montpellier, 1-3 juin 2014
Opening session /Session d'ouverture
Speaker/ Intervenant : Papa A. Seck, Ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural au Sénégal / Minister of Agriculture and Rural Equipment, Senegal.


Via JJ Grodent, Aaisha Sylla, Isabelle Pélissié, Dieynaba BA
more...
Aaisha Sylla's comment, September 10, 2014 4:36 AM
J'ai rencontré Mr Pap Abdoulaye Seck au mois de mai, dans le cadre de notre projet de ferme écologique au nord du SENEGAL: AFRIKA MANDELA RANCH. (projet qui rentre dans ce cadre); c'est quelqu'un de très pragmatique et qui nous a apporté un soutien très concret.
JJ Grodent's comment, September 10, 2014 4:54 AM
La question qu'il pose est stratégique... je souhaiterais avoir le point d evue des organisations paysannes sénégalaises sur cette question des relations entre les 2 modèles agricoles ...
Aaisha Sylla's comment, September 10, 2014 5:10 AM
personnellement je n e peux parler que de notre propre expérience: nous travaillons bien évidemment en étroite collaboration avec les populations : le projet étant inséré dans l'économie locale avec participation de tous; petits et grands, (une école aussi au sein même de la ferme); une économie villageoise qui se développe petit à petit... Les personnes commencent à prendre conscience de la nécessité du développement de l'économie locale et familiale et se méfient des grosses structures, ... Mais ceci n'est que ce que je peux comprendre localement, dans le nord du pays...
Rescooped by Christian Allié from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Pesticides néonicotinoïdes : faute de majorité qualifiée, la Commission européenne tranchera

Pesticides néonicotinoïdes : faute de majorité qualifiée, la Commission européenne tranchera | Confidences Canopéennes | Scoop.it

A l'occasion d'un nouveau vote sur la suspension pendant deux ans de l'utilisation de trois pesticides néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride et thiametoxam) les représentants des Etats membres n'ont pas réussi à dégager une majorité qualifiée en faveur de la suspension.

 

Quinze pays se sont prononcés pour, dont Allemagne qui s'était abstenue lors du premier vote, huit pays contre et quatre se sont abstenus. A défaut de majorité qualifiée, ce sera donc à la Commission européenne ne se prononcer. La suspension de ces trois pesticides n'est donc plus qu'une question de temps. Elle pourrait entrer en vigueur le 1er décembre prochain.

 

Cette décision a provoqué de nombreuses réactions du côté des politiques comme des ONG : le ministre de l'Agriculture français Stéphane Le Foll s'est "réjouis de ce moratoire" à l'instar de Jean-Luc Bennahmias, député européen, vice-président du Mouvement Démocrate et de Sandrine Bélier, députée européenne des Verts/ALE et membre de la commission environnement. Cette dernière déclare toutefois regretter "que les gouvernements britanniques, hongrois et italiens aient cédé au lobbying trompeur de l'industrie agro-chimique".

 

Un lobbying mis en lumière début avril par l'association Greenpeace et l'ONG bruxelloise Corporate Europe. "Syngenta et Bayer sont dans le déni des preuves scientifiques, estime Anaïs Fourest, chargée de campagne agriculture durable à Greenpeace. Ils occultent totalement le rôle que jouent leurs produits dans le déclin des abeilles et pèsent de tout leur poids pour empêcher leur interdiction. Ce comportement irresponsable met en péril l'un des meilleurs alliés naturels des agriculteurs."


Via Bee Api?, Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel | Confidences Canopéennes | Scoop.it

Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales. Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau. Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie.

(...)

« Cela dure quelques secondes, rapporte Fabrice Mirouraud, voisin de châtaigneraies traitées depuis le ciel, et président de l’association corrézienne Allassac ONGF. Les engins arrivent vrombissant, à très basse altitude, ils lâchent leurs nuages empoisonnés et s’en vont. » Son association a porté plainte il y a plus d’un an contre des épandages illégaux (sans dérogation) ou non réglementaires dans 17 communes de Corrèze. « Les pilotes sont des as. Ils larguent les produits pile au bon endroit. Le problème c’est qu’ensuite, ils ne contrôlent plus rien. Et que la volatilité de ces nuages chimiques est très élevée, explique François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Il y a donc un vrai risque d’exposition des espaces situés à proximité de la zone d’épandage. »


Via Bee Api?
Christian Allié's insight:

........""""""""""""""""""".......

 

[ ... ]

...... 

Le grand public n’est pas informé

« Un agriculteur ne peut pas mettre des affiches tout le long d’un chemin qui longe son champ », remarque Sophie Primas, sénatrice UMP des Yvelines, et présidente d’une mission d’information sur les pesticides en 2012. « Dans l’idéal, il faudrait bloquer toutes les routes », ironise François Veillerette, qui assure avoir aperçu à plusieurs reprises, « des gens faire du vélo et des parents pousser des landaus à proximité d’épandages aériens ». « Nous avons beaucoup de plaintes de nos riverains sur ces défauts d’information », confirme Sophie Primas.

Autre problème souligné par la mission sénatoriale : le manque de contrôles « des conditions concrètes dans lesquelles sont réalisés les épandages et dont se plaignent de nombreux acteurs de terrain ». L’interdiction d’épandre à moins de 50 mètres des habitations et jardins ou des points d’eau consommable serait ainsi régulièrement violée, ainsi que l’obligation de s’assurer que le vent ne souffle pas trop fort.

« Constater le massacre sous les avions »

C’est sur la base du non-respect de ces règles liées à la vitesse du vent que Générations futures et Allassac ONGF ont attaqué des pomiculteurs de Corrèze en 2010. Relaxés en mars 2011, les trois prévenus ont affirmé que, vu le mouvement des branches et des herbes, ils pensaient que le vent soufflait en deçà des 19 km/h réglementaires. Les parties civiles se sont appuyés sur un relevé de météo France, selon lequel le vent soufflait à plus de 30 km/h le jour de l’épandage. « Ils ont été relaxés au bénéfice du doute, détaille François Veillerette. La station météo qui nous avait fourni les relevés a été jugée trop éloignée des cultures traitées. Cela prouve que les textes de loi ne protègent pas les riverains. »

Les pesticides tombés du ciel posent aussi de sérieux problèmes aux apiculteurs. « Nous ne sommes jamais consultés ni prévenus à temps », regrette Olivier Belval, président l’Unaf. La loi stipule que les syndicats apicoles doivent être avertis au moins 48 heures avant. « C’est beaucoup trop court pour joindre les professionnels concernés et leur donner le temps de déplacer 200 ou 300 ruches, proteste Olivier Belval. Pour peu que l’info soit donnée la veille d’un week-end, les 48 heures sont vite passées ! On se retrouve souvent sous les avions à constater le massacre. »

[ ... ]

..........

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from EntomoNews
Scoop.it!

Des odeurs pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures

Des odeurs pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures | Confidences Canopéennes | Scoop.it

INRA. « Des chercheurs de l’Inra de Rennes1 ont mis en évidence le rôle des odeurs issues des plantes dans la lutte contre les insectes ravageurs des cultures. Une alternative à l’utilisation de pesticides, testée sur la mouche du chou. »


Via Chambre d'agriculture de la Vendée, Isabelle Pélissié, Sylvain Rotillon, Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

..........."""""""""""""""""""""""".........

 

..... 

Les larves de la mouche du chou provoquent d’importants dégâts dans les cultures en s’attaquant aux racines des plantes de la famille des brassicacées (chou, brocoli, radis, navet, colza…). Pour lutter contre cet insecte, les chercheurs ont testé sur le terrain l’action de certaines odeurs issues des plantes capables de fortement diminuer leur infestation par les ravageurs, mais également de stimuler l’action de leurs ennemis naturels.

Chasser d’un côté et attirer de l’autre
Les scientifiques ont ainsi sélectionné une dizaine de composés chimiques volatils (odeurs). Certains qui modifient le comportement de ponte du ravageur et d'autres qui stimulent l'action de ses ennemis naturels. Ils les ont testés sur les cultures de brocoli du domaine expérimental de l’Inra du Rheu. En pratique, ces odeurs réparties sur les parcelles à l'aide de diffuseurs agissent comme des leurres olfactifs. Le ravageur est repoussé par des odeurs placées dans des parcelles cultivées et concentré en bordure par des composés qui l'attirent et qui stimulent la présence de ses ennemis naturels. Avec cette stratégie dite de « push-pull », les chercheurs ont constaté une diminution de la ponte du ravageur sur le brocoli plusieurs années de suite.

Un protocole à affiner
Même si le protocole mis en place par les scientifiques donne de bons résultats, les conditions d’utilisation des odeurs nécessitent d’être optimisées. Les scientifiques ne savent pas encore ce qui se passe exactement entre les deux zones attractive et répulsive et s’interrogent sur une possible interférence entre elles. Pour explorer ces questions, des essais sont notamment prévus au printemps. Il reste également à déterminer si l’action des odeurs sur les insectes est directe ou si les plantes alentours les captent et changent alors leur comportement olfactif en émettant à leur tour des molécules odorantes qui trompent le ravageur.

1Unité mixte de recherche Inra/Agrocampus Ouest/Université de Rennes 1 Institut de génétique, environnement et protection des plantes (Igepp)

more...
No comment yet.
Rescooped by Christian Allié from Biomimétisme-Economie Circulaire-Société
Scoop.it!

Le pionnier de l’agriculture de demain

Le pionnier de l’agriculture de demain | Confidences Canopéennes | Scoop.it
Le pionnier de l’agriculture de demain

Via Raphael Souchier
Christian Allié's insight:

..........."""""""""""""""""""""""""".........

 

...... 

Alors que le tentaculaire Salon de l'Agriculture ouvre ses portes à Paris, faisant la part belle aux méthodes agro-industrielles, certains fermiers se battent pour défendre le courant inverse. Eliot Coleman est de ceux-là. Il est américain, et ce n'est pas un hasard. Si l'agriculture intensive et chimique est prépondérante aux Etats-Unis, une contre-(agri)culture, qui prône un retour aux valeurs humaines et naturelles, se développe avec d'autant plus de vigueur.

Eliot Coleman est l’un des pionniers du "Deep organic farming", ou micro-agriculture biologique à haute productivité. Sur une terre acide, caillouteuse et gelée de l'Etat du Maine, cet ancien professeur a créé la Four Season Farm (Ferme des quatre saisons) il y a plus de 40 ans. C’est aujourd’hui un jardin fertile, à la productivité inouïe, été comme hiver, et ce sans aucun recours aux énergies fossiles, produits chimiques ou mécanisation.


......... 

Coleman vient de publier en France Des légumes en hiver (sous-titré "produire en abondance, même sous la neige") : un manuel précis et passionnant, destiné aux jardiniers amateurs comme aux professionnels du maraîchage. 

 

Dans son livre, Coleman révèle qu'il s’est inspiré des pratiques maraîchères parisiennes du 18 et 19ème siècles, tombées dans l’oubli aujourd’hui. Grâce à des techniques de micro-agriculture méticuleuse et à l’amendement des terres avec du crottin de cheval (abondant en ville avant l’apparition des voitures), et ce sur 6% de la surface urbaine, Paris était totalement autonome en termes d’approvisionnement de fruits et légumes (on est bien loin du compte aujourd’hui !).

 

Eliot Coleman enseigne, à sa manière, un bon sens paysan tourné vers l’avenir, et prouve que l'agriculture biologique à dimension humaine est une vraie alternative. Interview d'un révolutionnaire de la terre (*).


[  ..........  ]


more...
Claude Carat's curator insight, March 9, 2014 12:47 PM

lecture passionnante, rien est impossible

 

 
Thierry Curty's comment, April 14, 2014 6:05 AM
Pour info, je rappelle quand même que ces techniques agricole soi-disant oubliées, sont loin de l'être. Elles ne sont tout simplement plus applicables, ni plus, ni moins. Ce sont des techniques qui ont disparu en même temps que les vaches ont cessé de paître à Montmartre et que le fumier s'est donc mis à manquer. La plupart de ces techniques reposant sur le fumier, elles sont tout bonnement obsolètes. Cette lecture n'a donc rien de passionnant, puisqu'elle relève d'une utopie atavique complètement archaïque et inapplicable.
Christian Allié's comment, April 14, 2014 6:39 AM
Foin de passion ........ ce n'est qu'une histoire de fumier........!
Rescooped by Christian Allié from EntomoScience
Scoop.it!

CNRS/sagascience - Insectes et pollinisation

CNRS/sagascience - Insectes et pollinisation | Confidences Canopéennes | Scoop.it

 

CNRS. « Comment ça se passe dans le détail ? »

 

« La reproduction sexuée chez les plantes supérieures nécessite le transport de pollen, provenant de l'organe mâle, l'étamine, vers l'organe femelle, le pistil. Dans la plupart des cas, et bien que la majorité des fleurs soit hermaphrodites, il y a transfert entre organes mâles et femelles d'individus différents. »

 

« Cette reproduction nécessite un vecteur pour transporter le pollen à distance et assurer la pollinisation. C'est le vent qui transporte le pollen pour la plupart des graminées (pollinisation anémophile), mais le vecteur est un insecte (pollinisation entomophile) pour la majorité des autres plantes à fleurs, cultivées ou non. »

« Les insectes pollinisateurs sont tous ceux qui butinent les fleurs au stade adulte : mouches, coléoptères, papillons et surtout abeilles. Ils sont attirés par le parfum ou la couleur des fleurs et sont récompensés de leur visite par le nectar qu'ils consomment et qui leur fournit l'énergie nécessaire pour continuer à butiner de fleur en fleur. Les insectes les plus efficaces pour la pollinisation ont fréquemment le corps hérissé de nombreux poils (appelés soies), ou même présentent des organes spécialisés pour la récolte de pollen, comme des corbeilles situées sur les pattes des abeilles.»

 

« Certaines espèces d'insectes peuvent polliniser de très nombreuses espèces végétales, alors que d'autres se restreignent à un nombre réduit de plantes. La longueur de la trompe des papillons ou de la langue des abeilles sera déterminante pour les espèces végétales à visiter : on se souviendra que Darwin avait prédit l'existence d'un papillon avec une trompe de « onze pouces » de long en observant les éperons nectarifères de l'orchidée malgache Angraecum sesquipedale. Ce papillon (Xanthopan morgani praedicta) n'a été découvert que 30 ans plus tard ! »

 

Rédaction :

Pierre Zagatti (Directeur de recherche à l'Inra)

 

TOUT L'ARTICLE EN CLIQUANT SUR L'IMAGE

 


Via Bee Api?, Bernadette Cassel
Christian Allié's insight:

............""" ..

...  Les plantes à fleur ont évolué depuis des millions d'années en même temps que les insectes qui les consomment et en même temps que les insectes qui leur permettent de se reproduire. La pérennité de cette cohabitation est sérieusement menacée par le changement global, et c'est tout l'environnement humain qui est concerné. Une politique d'espaces protégés ne servira à rien sans redéfinir nos modèles de développement sur l'ensemble du territoire, dans les milieux agricoles comme au cœur du tissu urbain..

more...
No comment yet.