Comportement alimentaire
10 views | +0 today
Follow
Comportement alimentaire
Comportement alimentaire et nutrition
Curated by coachefficient
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by coachefficient
Scoop.it!

Poudres et potions de l'industrie alimentaire

POUDRES ET POTIONS DE L'INDUSTRIE ALIMENTAIRE Les additifs que créent les entreprises de l'industrie agro-alimentaire ont trouvé une place de plus en plus en...
more...
No comment yet.
Scooped by coachefficient
Scoop.it!

Les moissons du futur (reportage) - Marie-Monique Robin

http://www.arte.tv/fr/le-documentaire/6988498.html Comment on nourrit le monde ? Les Moissons du futur Un documentaire de Marie-Monique Robin Après "Le Monde...
more...
No comment yet.
Rescooped by coachefficient from Nature to Share
Scoop.it!

14 colorants alimentaires à éviter

14 colorants alimentaires à éviter | Comportement alimentaire | Scoop.it

Publié le 02 Juillet 2010 - De la charcuterie bien rose, des plats cuisinés bien colorés, sans parler des bonbons jaune fluo ou bleu turquoise que s’arrachent les enfants, les colorants alimentaires sont partout, ou presque

 

Ces substances sont-elles sans danger pour notre santé ?

 

Pas toujours. Au menu : risque d’allergie, et même soupçons de cancérogénicité. LaNutrition.fr a passé au crible les colorants alimentaires et a identifié 14 substances potentiellement toxiques.

 

E102, E104, E132… Une partie de bataille navale ? Non, trois colorants utilisés dans l’industrie agro-alimentaire. En l’occurrence, tartrazine, jaune de quinoléine et indigotine. Derrière ces noms parfois barbares peuvent se cacher des substances totalement inoffensives et d’autres à l’innocuité contestée. ConsoSanté a passé en revue les substances autorisées en France et identifié 14 colorants alimentaires susceptibles de causer des problèmes de santé.

 

Les colorants sont utilisés dans notre alimentation depuis bien longtemps. Le curcuma pour colorer les plats en jaune, le paprika ou le jus de betterave pour mettre du rouge dans nos assiettes. Au début les substances naturelles étaient les produits de choix pour rendre nos aliments plus appétissants. Puis, avec les progrès de l’industrie chimique, sont apparus les colorants de synthèse.

 

Et les problèmes qui vont parfois avec. Car si les colorants d’origine naturelle sont la plupart du temps inoffensifs, on ne peut pas en dire autant de tous les produits obtenus par synthèse chimique. Dans la catégorie des additifs alimentaires, ce sont d’ailleurs ces substances qui regroupent le plus de composés pouvant laisser planer un doute sur leur innocuité.

 

Même les autorités sanitaires ont commencé de s’inquiéter. En 2006, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a lancé un appel à données sur les colorants alimentaires dans le cadre d’une réévaluation systématique de tous les additifs alimentaires autorisés dans l’Union européenne (UE).

 

L’organisme a même donné comme consigne « d’accorder la plus haute priorité aux colorants ». Les données devraient être connues dans le courant de l’année à venir. En attendant les conclusions des experts, faut-il s’inquiéter de la couleur de nos aliments ? Pour ConsoSanté, la réponse est oui. Déjà dans les années 1970 les colorants alimentaires se sont retrouvés sur le devant de la scène, soupçonnés d’être responsables de l’hyperactivité chez les enfants .

 

Les deux principaux risques que nous avons identifiés concernent les réactions allergiques causées par certains colorants et leur capacité à favoriser des cancers. Il nous est impossible d’établir une liste complète de tous les aliments contenant chacun des colorants. La solution : éplucher les étiquettes et disséquer la composition pour savoir si le produit contient le colorant concerné. Quels colorants sont concernés et comment les éviter ? Tour d’horizon, couleur par couleur.

 

 

Les colorants rendent-ils les enfants hyperactifs ?

 

La polémique est née il y a plus de 30 ans : les colorants alimentaires pourraient être responsables du trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants. Les causes exactes de ce trouble sont encore à élucider, mais l’alimentation fait partie des pistes explorées.

 

Dans les années 1970, des articles scientifiques prétendaient que l’état de 30 % à 50 % des enfants hyperactifs s’améliorait grâce à un régime alimentaire privé d’aliments contenant des colorants alimentaires artificiels et des salicylates – substances voisines de l’aspirine {footnote}Feingold BF : Behavioral disturbances linked to the ingestion of food additives. Delaware Medical Journal Feb;49(2):89-94,1977{/footnote}.

 

En 1982, les autorités de santé américaines ont conclu que les restrictions alimentaires pouvaient contribuer à améliorer l’état de certains enfants hyperactifs (2).

 

Pour confirmer le lien entre colorants alimentaires et hyperactivité, des chercheurs ont examiné en 2004 les résultats de 15 études cliniques faisant appel à des colorants alimentaires (3). Résultat : en supprimant les colorants de l’alimentation des enfants, les chercheurs ont obtenu une amélioration de leur comportement à une valeur comprise entre 33 % et 50 % de l’amélioration obtenue avec des médicaments. La même année, une équipe de chercheurs américains a testé directement l’effet d’une alimentation dépourvue de colorants chez des enfants (4). Elle a recruté 1873 enfants hyperactifs âgés de 3 ans qui ont suivi pendant une semaine un régime totalement dépourvu de colorants alimentaires.

 

A l’issue de cette semaine, les enfants ont été séparés en deux groupes, l’un recevant soit une mixture contenant 4 colorants alimentaires - jaune sunset, tartrazine (E102), carmoisine et rouge ponceau 4R - à raison de 5 mg de chaque, l’autre groupe recevant un placebo. Résultat : durant la première semaine, les symptômes du TDAH ont significativement diminué chez tous les enfants. Par la suite, les enfants qui avaient eu droit à la mixture de colorants ont vu leurs symptômes revenir, contrairement à ceux sous placebo. Il est donc tout à fait possible qu’une alimentation sans colorant de synthèse soit bénéfique chez les enfants souffrant d’hyperactivité avec déficit d’attention.

 

Les colorants jaunes


La tartrazine


Carte d’identité
Code européen : E102
Code américain : FD&C Yellow No 5

Origine : colorant azoïque obtenu par synthèse chimique

 

Où on le trouve : dans de nombreux aliments et médicaments tels que les boissons, les merguez, les gâteaux, les bonbons ou les enrobages de sucreries


Dose journalière admissible (DJA) : 7,5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques de la tartrazine pour la santé?

 

Allergies

 

En 2006, des médecins japonais ont eu à faire à une petite fille de 5 ans qui présentait de l’urticaire, des maux de têtes, des difficultés respiratoires et des maux de ventre. En analysant son alimentation, les chercheurs se sont aperçus que ces symptômes faisaient leur apparition après que la petite fille ait mangé des bonbons colorés. Ils ont alors testé les réactions de l’enfant à la tartrazine. Verdict : ce colorant était – entre autres – à l’origine de ces symptômes. Les chercheurs en ont conclu que la petite fille était probablement intolérante à la tartrazine.

 

Mais ce cas n’est pas unique. En 1997, des chercheurs australiens rapportent le cas d’une fillette de 11 ans chez qui la tartrazine provoquait des éruptions cutanées (2).

 

L’intolérance à la tartrazine ne se manifeste pas toujours par des réactions cutanées. Pour connaître les effets de cette substance sur le comportement des enfants, des scientifiques américains ont recruté 43 enfants de 2 à 14 ans auxquels ils ont donné tous les matins pendant trois semaines soit un placebo, soit une dose de tartrazine allant de 1 mg à 50 mg (3). En parallèle, les chercheurs ont demandé aux parents d’évaluer le comportement de leurs bambins. Au terme de ces trois semaines d’étude, les chercheurs ont pu mettre en évidence que 24 enfants (plus d’un sur deux) étaient clairement réactifs à la tartrazine.

 

Comment se manifestait cette sensibilité ? Les enfants étaient irritables et présentaient des troubles du sommeil. Même les plus faibles doses ont provoqué ces effets qui s’accentuaient nettement au-delà de 10 mg de tartrazine quotidiens. En 1990, des chercheurs américains de Philadelphie (Pennsylvanie) ont listé les possibles réactions allergiques à la tartrazine : urticaire, asthme, syndromes hyperkinétiques, dermatite de contact mais aussi parfois sensibilité croisée à l’aspirine (4). Ils conseillaient alors d’éviter de consommer des aliments contenant de la tartrazine.

 

Mais ce colorant ne se trouve pas uniquement dans les denrées alimentaires. La tartrazine est parfois utilisée pour colorer certains médicaments. Ainsi les chercheurs rapportent des cas d’allergies consécutives à la prise de certains médicaments psychotropes dont les comprimés étaient colorés en jaune avec de la tartrazine (5, 6).

Cancer
De nombreuses études se sont également penchées sur le rôle de la tartrazine dans l’apparition des cancers. Pour l’essentiel les chercheurs concluent que ce colorant alimentaire n’a pas d’effet mutagène et n’est en aucun cas lié à un risque de cancer. Cette année, des chercheurs français ont réalisé pour l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) une réévaluation toxicologique de la tartrazine à la lumière des études les plus récentes. Ils estiment que la consommation courante de tartrazine chez les enfants atteint à peine 37 % de la dose journalière admissible. D’après ces experts « la tartrazine ne représente pas un risque pour le consommateur ». Ils reconnaissent cependant que certains patients souffrant d’asthme ou d’urticaire peuvent être sensibles à cette substance. Ils estiment que l’intolérance à la tartrazine concerne 0,12 % de la population et recommandent aux personnes concernées d’être particulièrement attentives aux étiquetages.

 

L’avis de LaNutrition.fr

A éviter. Voire même à bannir si vous êtes sujets à des réactions allergiques.

 

Jaune de quinoléine

 

Carte d’identité
Code européen : E104
Code américain : D&C Yellow No 10
Origine : colorant synthétique


Où on le trouve : principalement dans les sodas et confiseries mais aussi dans certaines confitures et dans les boissons alcoolisées
Statut dans d’autres pays


Interdit aux Etats-Unis et en Australie


Dose journalière admissible : 10 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques du jaune de quinoléine pour la santé ?

 

Cancer


Ce colorant est interdit aux Etats-Unis et en Australie, et pour cause : c’est un agent mutagène, ce qui signifie qu’il est potentiellement cancérogène. En 2004, des chercheurs polonais se sont penchés sur la génotoxicité du jaune de quinoléine (1). En étudiant l’effet de ce colorant sur des cultures cellulaires, les scientifiques ont montré que le jaune de quinoléine peut être génotoxique.

Allergies


Le jaune de quinoléine est aussi susceptible de provoquer des réactions allergiques chez les personnes sensibles (2).

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Ce colorant devrait être retiré de l’alimentation. A éviter, voire même à bannir totalement si vous êtes sujet à des réactions allergiques.

 

 

Jaune orangé sunset

 

Carte d’identité
Code européen : E110
Code américain : FD&C Yellow No 6
Origine : colorant synthétique


Où on le trouve : confiseries, sirops, conserves, confitures, pâtisseries


Dose journalière admissible : 2,5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques pour la santé du jaune orangé sunset ?

 

Cancer


A haute dose, ce colorant est suspecté de provoquer des tumeurs des glandes surrénales et des reins chez l’animal. Cependant dans une étude menée en 1974, des chercheurs ont testé les effets sur la santé du jaune orangé sunset chez des souris (1). Des groupes de 30 souris mâles et de 30 souris femelles ont été soumis pendant 80 semaines à des régimes comportant 0,2, 0,4, 0,8 ou 1,6 % de ce colorant alimentaire. Un groupe de 60 souris mâles et de 60 souris femelles servait de témoin, c’est-à-dire qu’il ne recevait pas ce colorant. Les chercheurs n’ont pas trouvé que les souris qui consommaient le jaune orangé sunset avaient plus de tumeurs que les autres. Ils en concluent que même à la hauteur de 1,6 % du régime, cette substance n'est pas carcinogène et n'exerce aucun effet toxique à long terme chez la souris. Les chercheurs ont ensuite effectué le même type de tests chez des rats. Ils ont établi que le niveau auquel les effets sont inexistants est de 1 % de colorant dans l'alimentation des rats pendant 90 jours, ce qui équivaut à 500 mg/kg/jour.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Probablement inoffensif à dose faible. Eviter de consommer en trop grande quantité les aliments colorés avec le jaune orangé sunset pour réduire au minimum l’exposition à ce colorant.

 

Qui sont les colorants azoïques ?

 

Ces colorants sont caractérisés par une structure chimique commune : ils possèdent deux atomes d’azote unis par une double liaison, formant le groupe « azo ». La catégorie des colorants azoïques regroupe :

 

- La tartrazine

- Le jaune orangé sunset

- L’amarante

- Le rouge Ponceau 4R

 

Cette classe de colorant est particulièrement incriminée dans les réactions allergiques.

 

 

Les colorants rouges


Carmin, acide carminique


Carte d’identité
Code européen : E120
Origine : colorant naturel extrait d’un insecte, la cochenille

 

Où on le trouve : essentiellement dans les charcuteries
Dose journalière admissible : 5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques du rouge carmin pour la santé ?

 

Allergies


Le rouge carmin est essentiellement utilisé pour colorer les charcuteries, notamment les saucisses. La population la plus exposée se retrouve donc parmi les bouchers et les employés des usines agro-alimentaires qui produisent ces denrées. C’est également la catégorie de personnes chez lesquelles on retrouve le plus de cas d’allergie à ce colorant.

 

Des chercheurs rapportent le cas d’un homme de 42 ans qui présentait depuis 5 ans des rhinites et conjonctivites chroniques ainsi que de l’asthme (1). Ce dernier travaillait depuis 20 ans dans une manufacture de saucisses où il était au contact de ce colorant alimentaire. En l’interrogeant, les chercheurs se sont rendus compte que les symptômes s’accentuaient sur son lieu de travail. Ils ont alors fait des tests pour savoir quelle substance était en cause et ils ont identifié le coupable : le colorant carmin E120.

 

Ce cas est loin d’être isolé, de nombreuses études rapportent le cas de bouchers ayant développé des réactions allergiques et même de l’asthme à cause du rouge carmin (2, 3, 4). En 2003, des chercheurs espagnols ont examiné tous les employés d’une usine de charcuterie pour savoir si l’allergie au rouge carmin était répandue (5). Le résultat parle de lui-même : dans cette usine, 48 % des employés présentaient une sensibilité au rouge carmin et chez 18,5 % d’entre eux ce colorant était responsable d’asthme.

 

Pour les auteurs, la conclusion est claire : le rouge carmin devrait être ajouté à la liste des substances responsables de l’asthme professionnel. Les chercheurs recommandent également la mise au point de programme de prévention pour les employés particulièrement au contact du rouge carmin afin d’évaluer le niveau d’exposition à cet allergène (6).

 

Les bouchers sont-ils les seuls concernés ? Non, car le rouge carmin peut non seulement provoquer des allergies de contact mais également déclencher des réactions suite à son ingestion et donc provoquer des allergies alimentaires (5).

 

Cancer


Si les effets allergènes du rouge carmin sont prouvés, les soupçons de cancérogénicité semblent en revanche peu fondés. Une étude menée sur des rats a montré que jusqu’à la dose de 1 000 mg par kilo de poids corporel, le rouge carmin était sans effet notamment sur les nouveau-nés de mères ayant consommé le colorant (7). Une autre étude ayant testé le pouvoir cancérogène du rouge carmin conclue également à son absence de toxicité à ce niveau (8).

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

A éviter si vous êtes sujets à des réactions allergiques.

 

 

Azorubine / carmoisine


Carte d’identité
Code européen : E122
Code américain : D&C Red n°10
Origine : colorant synthétique


Où le trouver : essentiellement dans les charcuteries


Statut dans d’autres pays: 

Interdit en Australie, en Norvège, en Suède et aux États-Unis


Dose journalière admissible : 4 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques de l’azorubine pour la santé ?

 

Cancer


L’utilisation de ce colorant n'est plus autorisée aux Etats-Unis faute d'éléments d'évaluation suffisants. De plus, les autorités de santé ont soupçonné dans les années 1970 une possible contamination de ce colorant avec de la bêta-Naphtylamine, une substance carcinogène.

 

Dans des études menées à la fin des années 1970, les chercheurs ont testé la toxicité de ce colorant chez des rats (1). Ils les ont nourris pendant un an avec un régime alimentaire auquel ils ont ajouté de l’azorubine à raison de 0,35 %, 0,8 % ou 2 %. Au terme des 52 semaines de l’étude, les chercheurs concluent qu’il n’y a pas eu davantage de tumeurs dans le groupe qui a reçu le colorant que dans le groupe témoin.

 

En 1987, une autre étude a testé la toxicité de cette substance (2). Des chercheurs britanniques ont sélectionné un groupe de rats auxquels ils ont donné de 0 à 1 200 mg d’azorubine par kilo de poids corporel pendant 9 semaines. Au terme de l’étude, les chercheurs n’ont pas constaté de différence entre les rats qui ont reçu l’azorubine et les autres.

 

Ces scientifiques en déduisent que ce colorant n’a pas d’action cancérogène. Cependant, une étude menée en 1993 par des chercheurs indiens conclue que l’azorubine peut entrer dans des réactions chimiques générant des composés toxiques (3). Si, par principe de précaution, vous souhaitez éviter ce colorant, lisez les étiquettes et bannissez les produits affichant « E122 ».

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

A éviter, prudence notamment si vous êtes un gros consommateur de charcuteries.

 

 

Amarante


Carte d'identité
Code européen : E123
Code américain : FD&C Red n°2
Origine : colorant azoïque obtenu par synthèse chimique


Où on le trouve : autorisé uniquement dans les vins apéritifs, spiritueux, y compris les boissons spiritueuses de moins de 15 % d'alcool en volume et les oeufs de poisson


Statut dans d’autres pays:

Interdit aux Etats-Unis, en Norvège, en Russie et en Autriche


Dose journalière admissible : 0,5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques de l’amarante pour la santé ?


Cancer


Ce colorant est un des constituants de la grenadine à laquelle il confère sa couleur. Dans les années 1970, des études ont conclu que l’amarante pourrait être cancérogène et son utilisation a été largement abandonnée.

 

Mais d’autres études ne parviennent pas à ces conclusions. Ainsi pour une étude commandée en 1976 par la Food and Drug Administration (FDA), l’autorité américaine chargée des questions de sécurité alimentaire, des chercheurs ont testé les effets de l’amarante sur des rongeurs (1). Des doses de colorant de 200 mg par kilo de poids corporel ont été administrées aux animaux. Les chercheurs n’ont constaté aucun effet cancérogène, ni sur les animaux qui ont reçu l’amarante, ni sur leur descendance et remettent en question la toxicité de ce colorant.

 

En 1987, des chercheurs britanniques ont également testé la toxicité de l’amarante chez le rat. Ils ont étudié 54 rongeurs à qui ils ont administré entre 0 et 1250 mg de colorant par kilo de poids corporel pendant plus de 2 ans. Ils concluent également à une absence d’effet cancérogène de cette substance. Cependant ils ont constaté à haute dose des effets sur le fonctionnement rénal mais uniquement chez la femelle et donc ne concluent pas que l’amarante est sans danger.

 

Une étude plus récente publiée en 2001 dans la revue Toxicological Sciences arrive à des conclusions plus inquiétantes. Les chercheurs japonais ont voulu vérifier si l’amarante pouvait être génotoxique lexique (3). Ils ont nourri des souris en ajoutant ce colorant à leur alimentation. Résultat : dès la dose de 10 mg par kilo, les scientifiques ont trouvé que cette substance induisait des dommages sur l’ADN. Ils en concluent que la génotoxicité de l’amarante à cette faible dose devrait encourager à de nouvelles études pour plus de prudence

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Par précaution, ce colorant ne devrait plus être autorisé en France et vous devriez le bannir de votre alimentation. L’utilisation de l’amarante étant cependant très restreinte – caviar et autres œufs de poissons, spiritueux – l’alimentation ne semble pas exposer à un dépassement de la dose journalière admissible pour ce colorant. Prudence si vous consommez ces produits en grande quantité.

 

 

Rouge Ponceau 4R / rouge cochenille

 

Carte d’identité
Code européen : E124
Code américain : Acid Red N°18 (interdit dans les aliments aux Etats-Unis)
Origine : colorant azoïque obtenu par synthèse chimique


Où on le trouve : Pâtisserie fraîche ou sèche, entremets, flans, fruits au sirop, confiserie, bonbons, chewing-gum, chorizo


Dose journalière admissible : 4 mg par kilo de poids corporel

Quels sont les risques du rouge Ponceau pour la santé ?

Reproduction


Les premières études réalisées dans les années 1970 et 1980 étaient plutôt rassurantes quant à l’innocuité du rouge Ponceau. Pour une étude publiée en 1975, une équipe de chercheurs a voulu savoir si ce colorant pouvait provoquer des dommages sur la santé des embryons (1). Ils ont donné jusqu’à 4 000 mg par kilo de poids corporel de rouge Ponceau à des rates gestantes et ont ensuite regardé si ce traitement avait des conséquences sur la santé des fœtus. Conclusion : aucun effet dû au traitement par le rouge Ponceau 4R.

 

En 1987, une équipe de chercheurs britanniques a de nouveau testé la toxicité fœtale de ce colorant en faisant une étude sur trois générations de rat (2). Pour chacune de ces générations, les chercheurs ont sélectionné 36 rats auxquels ils ont administré jusqu’à 1 250 mg par kilo de poids corporel de ce colorant. Ils ont ensuite examiné les fœtus et les descendant des rats qui en avaient consommé. Aucun des animaux des 3 générations étudiées n’a manifesté de problèmes de santé. A l’époque les chercheurs en ont conclu que le rouge Ponceau 4R n’avait pas d’effet sur la santé jusqu’à la dose de 1 250 mg de colorant par kilo de poids corporel.

 

Cancer


En 2001, dans une étude publiée dans la revue Toxicological Sciences des chercheurs japonais ont voulu vérifier si le rouge Ponceau pouvait être génotoxique c’est-à-dire susceptible d’endommager le code génétique et de conduire au cancer (3). Ils ont nourri des souris en ajoutant ce colorant à leur alimentation. Résultat : dès la dose de 10 mg par kilo, les scientifiques ont trouvé que cette substance induisait des dommages sur l’ADN. Ils en concluent que la génotoxicité du rouge Ponceau à cette faible dose devrait encourager la prudence.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Ce colorant n’a pas sa place dans l’alimentation. A éviter.

 

 

Erythrosine

 

Carte d’identité
Code européen : E127
Code américain : FD&C Red N°3
Origine : colorant azoïque obtenu par synthèse chimique


Où on le trouve : autorisé uniquement pour les cerises pour cocktail, cerises confites ou bigarreaux au sirop


Dose journalière admissible : 0,1 mg par kilo de poids corporel


Quels sont les risques pour la santé de l’érythrosine ?

 

Cancer


Le potentiel cancérogène de l’érythrosine est connu depuis de nombreuses années. Les chercheurs soupçonnent notamment ce colorant d’être à l’origine de cancer de la thyroïde chez l’animal. Une étude publiée en 1993 dans la revue Food Additives and Contaminants suggère que ce colorant pourrait être un agent cancérogène secondaire (1).

 

Reproduction


Au début des années 1990, deux études menées par la même équipe de chercheurs avaient conclu que l’érythrosine administrée à des rats n’avait pas de conséquences sur la santé du fœtus (2,3).

 

Pourtant, dans une étude menée en 1997, des chercheurs égyptiens ont obtenu des résultats bien différents. Ils se sont intéressés aux effets que pouvait avoir l’érythrosine sur les spermatozoïdes (4). Leur étude menée chez des souris montrent que l’administration de ce colorant avait des conséquences importantes : diminution du nombre de spermatozoïdes, de leur motilité, mais également augmentation de la proportion de spermatozoïdes anormaux.

 

Les chercheurs estiment que cette augmentation des anomalies du sperme peut avoir des conséquences sur les futurs embryons. Pour eux, cela indique que l’érythrosine, même utilisée à des doses ne dépassant pas la DJA, peut avoir des effets néfastes sur la reproduction. L’érythrosine est cependant un des colorants alimentaires les plus faciles à bannir de nos assiettes : il n’est autorisé que dans les cerises pour cocktail, cerises confites ou bigarreaux au sirop. Une question demeure : pourquoi en autoriser l’utilisation même restreinte si sa toxicité est reconnue ?

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Ce colorant devrait être interdit en France. A éviter.

 

 

Rouge 2G

 

Carte d’identité
Code européen : E128
Origine : colorant azoïque obtenu par synthèse chimique


Où le trouver : dans certaines saucisses et des viandes pour hamburger


Statut dans d’autres pays: Interdit en Australie


Dose journalière admissible : aucune (substance retirée)

 

Quels sont les risques du rouge 2G pour la santé ?

 

Cancer


Les autorités sanitaires ont récemment tiré le signal d’alarme sur la toxicité de ce colorant. Pourquoi ? Parce que dans l’organisme le rouge 2G donne naissance à un composé toxique : l’aniline, une substance cancérogène dont les effets néfastes chez le rat ont été prouvés. Au vu de leurs connaissances, les scientifiques considèrent que chez l’homme, les risques cancérogènes liés à l’aniline sont réels (1).

 

C’est pourquoi, la Commission européenne a adopté le 20 juillet 2007 un règlement interdisant l’utilisation du rouge 2G. Néanmoins les produits contenant du E128 qui sont actuellement sur le marché peuvent être commercialisés jusqu’à la fin de leur date limite de consommation. Une solution : surveillez les étiquettes.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

A bannir.

 

 

Rouge “allura” AC E 129

 

Carte d’identité
Code européen : E129
Code américain : FD&C Red N° 40
Origine : colorant synthétique


Où le trouver : dans les sodas, les apéritifs, les saucisses et les viandes pour hamburger


Dose journalière admissible : 7 mg par kilo de poids corporel

Quels sont les risques du rouge allura pour la santé ?

 

Reproduction


La plupart des études publiées à la fin des années 1980 et au début des années 1990 concluaient à une absence de toxicité du rouge allura.

 

En 1989, des chercheurs de la Food and Drug Administration, l’autorité sanitaire américaine, ont testé la toxicité du rouge allura chez des rats auxquels ils ont administré ce colorant par gavage (1) ou dans leur eau de boisson (2) jusqu’à la dose de 1 000 mg par kilo de poids corporel.

 

Dans les deux cas, les chercheurs ont regardé l’état de santé des rats concernés et de leur descendance et conclu que « le rouge allura ne présentait pas d’effet tératogène », ce qui signifie que la consommation de cette substance par les rats ne provoquait pas de problèmes de santé sur leurs descendants.

 

Deux études réalisés par des chercheurs du Département de pharmacie et toxicologie de l’Ecole de médecine de Virginie en 1989 et 1991 sont arrivées aux mêmes conclusions : aucun effet secondaire observé chez les rongeurs suite à la consommation de rouge allura (3, 4). La seule anomalie relevée par les chercheurs était alors une perte de poids chez les femelles ayant reçu les plus fortes doses de colorant, soit au-delà de 900 mg par kilo de poids corporel.

 

Cancer
Des chercheurs japonais ont récemment voulu savoir si le rouge allura pouvait être génotoxique (3). Ils ont nourri des souris en ajoutant ce colorant à leur alimentation. Résultat : dès la dose de 10 mg par kilo, les scientifiques ont trouvé que cette substance induisait des dommages sur l’ADN. Ils en concluent que la génotoxicité du rouge allura à cette faible dose devrait encourager à de nouvelles études pour plus de prudence.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Par précaution, ce colorant devrait être interdit en France. A éviter.

 

 

Le colorant bleu


Indigotine E 132

 

Carte d’identité
Code européen : E132
Code américain : FD&C Blue N°2
Origine : colorant synthétique


Où le trouver : dans les confiseries et les glaces
Statut dans d’autres pays


Interdit en Norvège


Dose journalière admissible : 5 mg par kilo de poids corporel

Quels sont les risques de l’indigotine pour la santé ?

 

Cancer


Dès les années 1980, ce colorant a été testé pour ses effets sur le cancer. De nombreuses études ont été réalisées chez des souris, des rats et des lapins et à chaque fois les chercheurs sont arrivés à la conclusion que l’indigotine n’était ni cancérogène ni tératogène (1, 2, 3, 4).

 

Allergies


En revanche un autre risque potentiel pour la santé de l’indigotine a été mis en évidence par les chercheurs : les réactions allergiques (5). Des chercheurs américains du Département de médecine interne de l’université de Cincinnati (Ohio) ont été confrontés au cas d’un homme de 55 ans présentant divers symptômes allergiques : toux, difficultés à respirer, respiration sifflante, congestion nasale.

 

Le patient travaillait depuis 10 ans au contact de divers colorants et les chercheurs se sont aperçus que les symptômes allergiques apparaissaient lorsqu’il manipulait de l’indigotine. Pour vérifier cette hypothèse, les scientifiques l’ont exposé à l’indigotine. Après 5 minutes d’exposition, une réaction allergique est apparue.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Relativement inoffensif. A éviter si vous êtes sujet à des réactions allergiques.

 

 

Le colorant vert


Vert brillant BS


Carte d’identité
Code européen : E142
Code américain : Green S
Origine : colorant synthétique


Où on le trouve : dans les pâtes de fruits, confiserie, bonbons, sirops, liqueurs


Statut dans d’autres pays:


Interdit en Norvège, aux États-Unis et en Suède


Dose journalière admissible : 5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques du vert brillant BS pour la santé ?

 

Cancer


En 1987, des chercheurs britanniques ont testé les effets de doses de vert brillant BS allant de 250 à 1 500 mg de colorant par kilo de poids corporel chez le rat. Au bout de 13 semaines de ce régime, les chercheurs se sont aperçus que les mâles qui recevaient les plus fortes doses de colorant avaient tendance à consommer davantage d’eau et de nourriture que leurs congénères et ont donc observé une augmentation de leur poids. Les chercheurs en déduisent que la dose à ne pas dépasser pour ne pas observer d’effet secondaire serait de 500 mg par kilo.

 

La plupart des autres études réalisées ne concluent à aucun effet toxique du vert brillant (2, 3, 4).

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

A éviter par précaution. Prudence pour les gros consommateurs de confiseries.

 

 

Le colorant marron


Brun FK

 

Carte d’identité
Code européen : E154
Code américain : Brown FK
Origine : Produit chimique obtenu par mélange de plusieurs colorants azoïques


Où le trouver : Uniquement dans les harengs fumés des pays nordiques (kippers)


Statut dans d’autres pays:
Interdit aux États-Unis


Dose journalière admissible : 0,15 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques pour la santé du brun FK ?

 

Cancer


Certaines études suggèrent que le brun FK serait susceptible d’avoir des effets mutagènes ce qui en fait un colorant potentiellement cancérogène (1). Des chercheurs britanniques se sont penchés sur la question de l’utilité de ce colorant en terme de santé. En effet, le brun FK est utilisé en alternative ou comme complément au procédé de fumage pour colorer les harengs.

 

Or le simple fait de fumer le poisson aboutit à la formation de composés toxiques. Les chercheurs se sont donc posés la question suivante : y a-t-il plus de bénéfices ou de risques à utiliser le brun FK pour colorer les harengs fumés ? Réponse : pour les chercheurs l’utilisation du brun FK peut se justifier dans la mesure où elle permet de réduire le procédé de fumigation et donc la formation de composés toxiques qui l’accompagne.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Prudence si vous consommez régulièrement des harengs, sinon le risque est faible

 

 

Le colorant noir


Noir brillant BN

 

Carte d’identité
Code européen : E151
Code américain : Brilliant Black BN
Origine : Produit chimique obtenu par mélange de plusieurs colorants azoïques


Où le trouver : Uniquement dans les harengs fumés des pays nordiques


Statut dans d’autres pays:
Interdit aux Canada, aux État Unis, en Finlande, Japon, en Norvège


Dose journalière admissible : 5 mg par kilo de poids corporel

 

Quels sont les risques pour la santé du noir brillant ?

Cancer


Ce colorant est interdit dans de nombreux pays, et pour cause : c’est un agent mutagène, ce qui signifie qu’il est potentiellement cancérogène.

 

En 2004, des chercheurs polonais se sont penchés sur la génotoxicité du noir brillant (1). En étudiant l’effet de ce colorant sur des cultures cellulaires, les chercheurs ont montré que le jaune de quinoléine peut être génotoxique.

 

L’avis de LaNutrition.fr

 

Ce colorant devrait être interdit en France. A éviter.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by coachefficient
Scoop.it!

Actu santé : TROUBLES du COMPORTEMENT ALIMENTAIRE: Mauvaise alimentation, mauvaise humeur

Actu santé : TROUBLES du COMPORTEMENT ALIMENTAIRE: Mauvaise alimentation, mauvaise humeur | Comportement alimentaire | Scoop.it
réseau de professionnels de santé (RT @FNATCA: Lorsqu'il y a un #troublealimentaire, il y a aussi mauvaise humeur http://t.co/IOK7JQZRC0 #anorexie #boulimie)...
more...
No comment yet.
Rescooped by coachefficient from Food & chefs
Scoop.it!

Les Français et leur budget dédié à l’alimentation

Les Français et leur budget dédié à l’alimentation | Comportement alimentaire | Scoop.it

L’alimentation est un budget incontournable qui pèse de plus en plus lourd sur le portefeuille des ménages. La conjoncture économique mondiale, mais aussi les crises alimentaires survenues ces dernières années, contraignent les Français à modifier leurs comportements face à l’alimentation.


Via Philippe Audier
more...
Philippe Audier's curator insight, March 22, 2013 10:26 AM

Selon "Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO", les Français dépensent en moyenne 396 euros par mois pour leur budget alimentation. Pour 8 Français sur 10, le prix est le premier critère des choix des achats alimentaires.

78 % des Français déclarent que le prix reste le premier critère de choix pour les courses alimentaires. La qualité gustative (46%), la date de péremption (44%) ou même les habitudes familiales (36%) sont des critères secondaires par rapport au coût du produit.

La quasi-totalité des Français (98%) tentent de réduire leur budget alimentation en adoptant différents comportements : 87 % cuisinent toujours leurs restes, 85 % comparent systématiquement les prix des produits selon les marques, 84 % privilégient les produits en promotion, etc.

Où les Français font-ils leurs courses ? 9 Français sur 10 privilégient la grande distribution. Ils sont 5 % à s’approvisionner au marché, 3 % sur Internet et 2 % directement auprès des producteurs.

Cette étude a été réalisée par Opinon Way du 6 au 7 mars 2013, auprès d’un échantillon de 1002 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi.

Scooped by coachefficient
Scoop.it!

L'aloe vera bon pour la digestion

L'aloe vera bon pour la digestion | Comportement alimentaire | Scoop.it
Vous connaissez bien sûr la plante à travers vos produits de beauté... Mais savez-vous que l'aloe vera possède également des propriétés digestives......
more...
No comment yet.
Scooped by coachefficient
Scoop.it!

10 façons d'économiser sur l'épicerie tout en ayant une saine alimentation | PsychoMédia

10 façons d'économiser sur l'épicerie tout en ayant une saine alimentation http://t.co/0un7XqdTnE via @PsychoMedia
more...
No comment yet.
Rescooped by coachefficient from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Alimentation : ces cantines qui délaissent la qualité nutritionnelle pour réduire les coûts...

Alimentation : ces cantines qui délaissent la qualité nutritionnelle pour réduire les coûts... | Comportement alimentaire | Scoop.it
Dans une nouvelle étude publiée ce mardi, l'UFC Que Choisir a passé au crible la qualité nutritionnelle des repas distribués dans 600 cantines scolaires de France, de l'école élémentaire au lycée, que les établissements soit publics ou privés. Bilan : les progrès sont notables, mais d'importants efforts doivent encore être réalisés...

Bon point pour les écoles élémentaires publiques !

"Avec une moyenne de 15,2/20 les restaurants scolaires des 384 communes étudiées réussissent aisément leur examen", soulignent l'UFC Que Choisir, la note de 20/20 ayant même été attribuée aux écoles de Saint-Denis. A l'inverse, les cantines des 55 écoles privées passées au crible obtiennent une note de seulement 11,3/20. Celles-ci "semblent négliger la qualité  nutritionnelle et le rôle éducatif de la restauration, au profit d'une offre qui flatte le goût des élèves pour des produits gras ou sucrés", regrette l'UFC Que Choisir.

Dans le secondaire, public et privé recueillent des notes moins élevées en raison notamment des choix proposés en self. Dans le public, la moyenne est de 12,6/20 et de seulement 10,3% dans le privé.

Qualité médiocre et restrictions budgétaires

Les établissements recueillant de mauvaise évaluation ont délaissé les produits "chers" comme la viande rouge et le poisson à la faveur de plats préparés. "Cette tendance à la diminution des coûts matière, au dépend de la qualité nutritionnelle, est encore renforcée par les choix proposés en self", souligne l'association de consommateurs. Ainsi, les rares jours où ces produits sont servis, les cantines proposent en alternative des aliments peu coûteux comme les cordons bleus ou les nuggets. Or "il s'agit de pratiques délibérées visant à orienter le choix des élèves vers des plats les moins chers en diminuant ainsi le coût des aliments servis"...

La gestion concédée n'est pas un gage de qualité

Contrairement aux idées reçues, la gestion concédée n'est pas un gage de qualité : "Parmi les 10 cantines les plus mauvaises du secondaire privé, 7 sont gérées par des grandes sociétés de la restauration collective (Elior, Sodexo et Scolares)", fait remarquer l'UFC, qui les accusent d'être complices du déséquilibre nutritionnel. Dans les écoles primaires du public, les moyennes obtenues sont pourtant très satisfaisantes, bien que la plupart des écoles fassent le choix de la délégation. "Ce bon résultat s'explique probablement par la vigilance des mairies sur le cahier des charges nutritionnel, lors de la mise en place de la délégation", explique l'association.


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Scooped by coachefficient
Scoop.it!

Les bénéficiaires de l'aide alimentaire se nourrissent mieux qu'avant - La Croix

Les bénéficiaires de l'aide alimentaire se nourrissent mieux qu'avant - La Croix | Comportement alimentaire | Scoop.it
Les bénéficiaires de l'aide alimentaire se nourrissent mieux qu'avant
La Croix
Pour de nombreux bénéficiaires, l'aide alimentaire est la source principale d'approvisionnement de certains types d'aliments.
more...
No comment yet.