Cloudnews
Follow
Find
32.4K views | +12 today
Cloudnews
Toute les news sur le cloud privé, public et hybride en mode SaaS, PaaS ou IaaS
Curated by Yves Pellemans
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Internet des objets : Cisco s’offre son voisin Jasper

Internet des objets : Cisco s’offre son voisin Jasper | Cloudnews | Scoop.it
Le géant informatique Cisco va racheter la start-up californienne Jasper pour 1,4 milliard de dollars.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Restructuration : Yahoo au bord du gouffre ?

Restructuration : Yahoo au bord du gouffre ? | Cloudnews | Scoop.it

Yahoo pourrait annoncer ce soir une vague importante de licenciements. En prélude à une revente de ses activités Internet ?


C’est aujourd’hui que seront présentés les résultats trimestriels de Yahoo. La firme pourrait lancer un dégraissage massif de ses effectifs, estimé à 15 % de son personnel, soit plus de 1500 postes. C’est bien plus que les 10 % de licenciements évoqués précédemment. De quoi préparer Yahoo à une séparation de ses activités (mot de rigueur pour un démantèlement en règle) ?

Une chose est sûre, les investisseurs n’y croient plus. L’action Yahoo, qui valait encore 50 dollars début 2015, ne cotait plus que 29,57 dollars hier en fin de séance sur le Nasdaq. La capitalisation boursière de la firme se fixe aujourd’hui 27,92 milliards de dollars, soit moins que les actifs qu’elle détient dans le groupe Alibaba. Autant dire que les investisseurs fixent aujourd’hui la valeur du ‘Yahoo Internet’ à (presque) zéro.

Fin annoncée pour Yahoo

Le scénario semble prêt à être joué : suppressions de postes massives, fermeture des business units les plus déficitaires, revente des autres. Avec à terme la seule survie du ‘Yahoo Alibaba’, le ‘Yahoo Internet’ devenant dans le meilleur des cas une nouvelle entité séparée, et dans le pire une activité revendue à un tiers.

Jusqu’alors, Yahoo a joué le statu quo. Toutefois, après des mois de tergiversations et de débats, la firme se doit de prendre une décision concernant son avenir. Réponse aujourd’hui, à la fermeture des marchés.


En savoir plus sur http://www.silicon.fr/restructuration-yahoo-au-bord-du-gouffre-137594.html#xFL48HIcz5Odi73J.99

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

20 000 clouds sous les mers !



La mondialisation, c’est la fibre optique !

« Le monde digital est sous-marin, rappelle l’animatrice de l’émission, et on ne s’en rend pas compte ». C’est à la fois un enjeu de transport des données mais aussi de cybersécurité.  


Plus de 99 % des communications Internet intercontinentales s’effectuent par des fibres optiques intégrées dans des câbles qui tapissent le fond des océans. Une situation que n’est pas vraiment nouvelle mais qui a pris une nouvelle dimension étant donné l’importance du numérique dans les économies d’aujourd’hui.

Yves Pellemans's insight:

La fibre optique sous marine : le talon d’Achille de notre cyber-sécurité ?!! 

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Cloud & Ops : Metiers et DSI à l’unisson avec vRealize Automation

Cloud & Ops : Metiers et DSI à l’unisson avec vRealize Automation | Cloudnews | Scoop.it
Nous avons le plaisir d’accueillir sur notre blog France, Alexandre Hugla, chez VMware depuis plus de 8 ans en tant que Consultant Avant-Vente, spécialiste des
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Big Data : vers des places de marché pour les algorithmes

Big Data : vers des places de marché pour les algorithmes | Cloudnews | Scoop.it
Plus de la moitié des grands comptes utiliseront de l'analytics avancé et des algorithmes propriétaires d'ici à 2018 affirme un nouveau rapport publié par le Gartner. Seule une minorité d'entre eux seront cependant en mesure de démontrer la fiabilité des algorithmes d'analyse.

Le segment de l'analytics avancé est le domaine à la croissance la plus rapide sur le marché de la business intelligence (BI). Il devrait croître de 14% en 2016, pour atteindre 1,5 milliard de chiffre d'affaires.

« L'analyse avancée change déjà des industries entières depuis plus d'une décennie. C'est un facteur clé pour les nouveaux entrants qui viennent perturber des marchés établis et battre les acteurs en place, qu'il s'agisse de la vente de livres, de location de films, d'emprunt financier ou même de la construction d'une équipe de sport professionnel » affirme Jim Hare, directeur de recherche chez Gartner. Un avis partagé par IDC. « Aujourd'hui, avec moins de monopoles réglementés et de l'Internet qui élimine les frontières géographiques, de plus en plus d'entreprises commencent à utiliser l'analyse statistique, la modélisation prédictive et l'optimisation de la prise de décision, au lieu d'utiliser des approches traditionnelles ».

Vers la fin du pressentiment dans la prise de décision
Par ailleurs, les grandes organisations développent des algorithmes propriétaires amènent à des analyses plus rapides, plus pertinentes. Elles délaissent de plus en plus le « pressentiment » dans la prise de décision détaille Jim Hare.

Un marché qui va s'ouvrir ensuite vers la commercialisation des algorithmes propriétaires pour maximiser la leur valeur. En 2018, des places de marché d'algorithmes devraient voir le jour, combinés avec des outils de Platform as a Service (PaaS). Ce nouveau modèle devrait permettre d'apporter l'analyse avancée à ceux qui n'ont pas les moyens de développer leurs propres algorithmes tout en sécurisant les transactions et la commercialisation de données brutes explique aussi le Gartner.

Un modèle de confiance pour commercialiser les algorithmes
« Aujourd'hui, la question du partage des données est problématique » mentionne Alexander Linden, directeur de recherche chez Gartner. « Les fournisseurs de données ne font généralement pas confiance aux utilisateurs finaux (...). D'autre part, les consommateurs de données n'aiment pas les complexités des licences sur les données leur intégration. C'est un obstacle important au partage et à la monétisation de données ».

Dans les trois ans qui viennent, le Gartner ajoute qu'un système de certification sur les composants des outils d'analyse devrait voir le jour. Eux seuls seront en mesure d'exécuter des données sensibles et de les transformer en modèles de notation et d'optimisation. En conséquence, le traitement des données sera contraint de manière à veiller à ce que les données ne puissent être copiées, enregistrées ou subir un projet de rétroingénierie.
Yves Pellemans's insight:

Les algorithmes : les formules mathématiques sont la véritable clé de la transformation numérique !!

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

L'informatique quantique au secours du Big Bigdata !?!

L'informatique quantique au secours du Big Bigdata !?! | Cloudnews | Scoop.it
En combinant topologie et informatique quantique, des chercheurs du MIT et des universités de Waterloo et de Californie du Sud pensent avoir trouvé une approche pour les big data très volumineuses.L’exploration des big data recèle peut-être un potentiel inexploité, mais le volume de données à prendre en compte peut exiger une puissance de traitement supérieure aux solutions dont on dispose pour l’instant. Un algorithme tirant parti de l’informatique quantique pourrait venir à la rescousse. Des chercheurs du MIT, de l’Université de Waterloo et de l’Université de la Californie du Sud viennent de publier dans la revue Nature Communications un article décrivant une nouvelle approche pour appréhender des problèmes massivement complexes. En combinant l’informatique quantique et la topologie – une branche de la géométrie – l’algorithme d’apprentissage machine peut rationaliser des problèmes hautement complexes et se rapprocher ainsi des solutions.La topologie se concentre sur des propriétés qui restent identiques même en cas de distorsion et c’est particulièrement utile pour analyser les connexions de maillages complexes comme le réseau électrique américain ou les interconnexions mondiales d’Internet. Elle peut aussi aider à se focaliser sur les caractéristiques les plus importantes d’un jeu massif de données. L’inconvénient de l’analyse topologique, c’est qu’elle est très coûteuse du point de vue de son traitement informatique, mais c’est justement là que les chercheurs pensent que la mécanique quantique peut aider.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Microsoft annonce Azure Stack, son cloud public à déployer chez le client !

Microsoft annonce Azure Stack, son cloud public à déployer chez le client ! | Cloudnews | Scoop.it
Permettre aux entreprises d'offrir des services Azure depuis leur propre datacenter : tel est le but d'Azure Stack dont Microsoft annonce le lancement ce version bêta
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Office ouvre l’édition concurrente à Box, Dropbox, ShareFile et Egnyte

Office ouvre l’édition concurrente à Box, Dropbox, ShareFile et Egnyte | Cloudnews | Scoop.it

Les versions mobile et en ligne de la suite bureautique de Microsoft permettent désormais à plusieurs personnes de modifier simultanément un même document stocké sur l’un de ces services en mode Cloud.  Microsoft poursuit ses efforts d’ouvertures. Désormais, les utilisateurs d’Office Online peuvent travailler en temps réel à plusieurs sur un même document stocké non pas sur OneDrive ou ShareFule, mais également sur Dropbox et Box, mais également ShareFile, de Citrix, ou encore Egnyte. Tous les membres du programme de partenaires Cloud Storage peuvent en faire profiter leurs utilisateurs en activant de nouvelles API mises à leur disposition pour cela.

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Les services UCaaS connaissent une croissance rapide

Les services UCaaS connaissent une croissance rapide | Cloudnews | Scoop.it

Selon une étude de Synergy research, le marché des services UCaaS (Unified Communication as a Service) a poursuivi sa progression à un rythme soutenu en 2016. Pour Gartner, la tendance est à la convergence entre services de webconferencing et services UCaaS traditionnels.


Le marché est tiré par les services proposés par des acteurs tels que Cisco, Microsoft, Citrix, inContact ou Genesys, mais aussi par les suites d’entreprises proposées par des acteurs tels que Mitel, Alcatel, Atos (ex-Unify), Shoretel ou Avaya. Et les lignes de démarcations entre les deux marchés tendent à s’estomper.


Certains fournisseurs ont élargi leurs offres pour fournir des services plus complets comme Cisco (qui a ajouté des services de vidéo conférence et de voix à Spark) ou comme Microsoft qui a ajouté des capacités UcaaS à Office 365 

Yves Pellemans's insight:

Le marché mondial des services de communication unifiés as a service (UcaaS) a poursuivi sa croissance à un rythme élevé pour atteindre 4 Md$ en 2015 soit + 16%;

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Quelle distribution Hadoop choisir ?

Quelle distribution Hadoop choisir ? | Cloudnews | Scoop.it

Hadoop est le logiciel ou plutôt la plate-forme logicielle permettant de lancer des projets des big data. Quelle distribution retenir ?

« Avec l’avènement de Spark et de Spark Streaming, elles devront exploiter pleinement le potentiel de leurs investissements visant à créer des « lakes » et des « data warehouses » sur Hadoop », explique Laurent Bride, CTO de Talend. « Les pionniers de l’exploitation des Big Data récolteront les fruits de leurs investissements en 2016, et l’écart entre DSI à succès et perdants va considérablement s’agrandir ». « Hadoop se démarque aujourd’hui radicalement des logiciels et des bases de données historiques du marché », considère le cabinet Octo Technologies dans la toute récente publication intitulée Hadoop feuille de route. Comment ? « Tout d’abord d’un point de vue technique, grâce à une architecture repensée pour le stockage et le calcul distribué. La démarcation se fait également d’un point culturel, Hadoop est en effet le produit d’une large communauté open source ».

Hadoop est un des projets open source les plus dynamiques. Selon Octo, il représente plus de 10 % des projets mis en avant par la fondation Apache (les top-level projects). Les plus gros clusters frôlent les 10 000 nœuds ; En France, c’est la société Criteo qui mène la danse avec 1 000 nœuds.

Yves Pellemans's insight:

Les 4 grands acteurs du paysage sont Hortonworks, Cloudera, Pivotal et MapR

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Résultats 2015 : IBM peine encore à se transformer

Résultats 2015 : IBM peine encore à se transformer | Cloudnews | Scoop.it

Une transformation du groupe qui progresse mais qui ne se traduit pas encore dans les résultats. C’est en ces termes que le DAF d’IBM, Martin Schroeter, a présenté les résultats de son groupe au dernier trimestre. Big Blue qui a entamé une mutation de son modèle, en mettant l’accent sur les technologies qu’il considère plus rentables (comprendre le Big Data, la mobilité, la sécurité, le Cloud, sans oublier Watson) peine encore à trouver son rythme de croisière.


Sur les trois derniers mois de l’année, Big Blue publie ainsi un chiffre d’affaires global de 22,1 milliards de dollars en baisse de 9% pour un bénéfice net de 4,5 milliards de dollars – qui plonge de 19% sur la période. Il s’agit du 15e trimestre consécutif placé sous le signe de la baisse. Sur l’ensemble de l’année, le CA recule de 12% à 81,7 milliards de dollars pour un bénéfice net de 13,4 milliards de dollars, en baisse de 15%.


Mais Martin Schroeter reste très positif quant à l’évolution de la transformation du groupe : les segments qu’IBM  juge porteurs pour sa croissance ont bien fortement progressé sur l’année, conte-t-il, lors d’une conférence avec les analyses. Sur l’année, les revenus liés à la mobilité, le Big Data et analytics, Social et au Cloud ont progressé de 26% et compte désormais pour 35% du CA total de Big Blue, lance encore le DAF. Ils s’établissent à 29 milliards de dollars. Les revenus liés au Cloud progressent de 10%, en hausse de 57%. Le Saas compte pour 4,5 milliards de dollars, en hausse de 60%. L’analytique pèse 18 milliards de dollars.


Toutefois, les croissances de ces segments ne suffisent pas à compenser la chute des revenus des segments du hardware, logiciel et services. Par exemple, sur l’année, la ligne Logiciel d’IBM recule de 9,8%. Les outils Middleware (WebSphere, Information Management, Tivoli, Workforce Solutions et Rational) affichent des revenus en basse de 10% à 4,9 milliards de dollars.

Les activités hardware sont aussi à la peine (-1,4% au T4, -24,2% sur l’année), même si les mainframes z Systems progressent de 16%. Les revenus liés au Power progressent quant à eux de 4%. En revanche, les revenus des systèmes de stockage reculent de 11%

Même son de cloche dans les services : les activités Global Technology Service baissent 9,7% alors que Global Business Services reculent de 12% sur l’année.

Pour Martin Schroeter, la hausse du dollar continue d’être un obstacle qui a impacté les revenus globaux d’IBM. « Nous pensons que cela a impacté nos profits de 300 millions de dollars au quatrième trimestre et de plus d’un milliard sur l’année », précise-t-il.


Yves Pellemans's insight:
La transformation du groupe avance, mais au dernier trimestre de l'année le CA a baissé de 9% et le bénéfice net de 19%.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Docker acquiert Unikernel Systems : au-delà des conteneurs ...

Docker acquiert Unikernel Systems : au-delà des conteneurs ... | Cloudnews | Scoop.it

Docker vient-il de s’assurer une pérennité dans le monde de la virtualisation ?

L’entreprise américaine a mis la main sur une technologie qui pourrait un jour remplacer – au moins partiellement – ses conteneurs : les unikernels.

Elle n’acquiert pas la technologie en elle-même, mais s’attache les compétences de ses principaux contributeurs, fédérés au sein de la start-up britannique Unikernel Systems.

Dans cette équipe figurent notamment d’anciens développeurs de l’hyperviseur Xen. Ils côtoient les artisans de divers projets, dont le système d’exploitation MirageOS.

Celui-ci est justement fondé sur le concept de l’unikernel, aussi appelé « OS cloud ».

Il s’agit de systèmes d’exploitation légers que l’on crée à partir de composants d’autres OS et qui sont conçus pour être exécutés exclusivement sur des machines virtuelles.

Le fait que l’unikernel ne soit pas fait pour fonctionner sur du hardware permet d’éliminer la complexité associée aux pilotes logiciels.

L’unikernel n’est généralement pas non plus pensé pour être multi-utilisateur ou multitâche : il est créé pour une application donnée.

Techniquement parlant, on sélectionne les bibliothèques nécessaires à l’exécution de l’application, puis on les compile avec cette application et les paramètres de configuration sous la forme d’unikernels, capables de fonctionner de manière autonome.

Un fonctionnement comparable à celui des conteneurs de Docker, mais avec moins de ressources consommées et davantage de sécurité.

Ces deux attributs sont liés : pas de shell, de pilotes, ni d’utilitaires, c’est une exécution plus fluide et une surface d’attaque minimisée. D’autant plus que la plupart des unikernels se compilent au niveau de la couche applicative : le code est donc adapté à chaque application, ce qui complique la prolifération des menaces.

L’unikernel – plus long à compiler que le conteneur – est par ailleurs associé à une seule adresse mémoire : pas besoin de gérer les transferts de privilèges pour les interactions entre le noyau et l’environnement utilisateur.


En savoir plus sur http://www.itespresso.fr/docker-acquiert-unikernel-systems-conteneurs-119445.html#lep3yczveZiDceCe.99

Yves Pellemans's insight:

L’exemple du projet ClickOS, qui revendique des VM de 5 Mo démarrant en 20 ms, avec une latence de 45 ms et « plus de 100 applications » exécutables en parallèle sur un lien 10 Gbit demontre la capacité Unikernels

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Dell dévoile son propre OS réseau ouvert basé sur Debian Linux

Après avoir goûté aux OS réseaux ouverts en proposant ceux de Big Switch ou de Cumulus sur ses commutateurs Ethernet, Dell se lance dans le grand bain avec OS10, son propre OS réseau ouvert et modulaire basé sur Debian Linux. Il équipera à terme tous les commutateurs du constructeur.


Baptisé Operating System 10 (OS10), le nouvel opus de Dell Networking s’inspire des OS réseaux (ou NOS) ouverts proposés actuellement par des acteurs comme Big Switch ou Cumulus, que la firme supporte par ailleurs sur certains de ses commutateurs. OS10 participe de la désagrégation en cours entre matériel et logiciel dans le monde des réseaux. Comme dans le monde des serveurs, depuis 20 ans, on assiste actuellement à une séparation progressive entre matériel de commutation et logiciel de commutation. Un mouvement popularisé par l'adoption des approches SDN, qui a permis à plusieurs OS réseau ouverts d’émerger, des OS en général basés sur Linux et qui ont la caractéristique de fonctionner sur des commutateurs fabriqués par des constructeurs divers. 


Comme ces OS ouverts, l’OS10 de Dell est architecturé autour d’un noyau Debian Linux déployé au dessus d’une couche d’abstraction conforme à l’API SAI de l’open Compute Project, qui lui permet d’ accéder aux capacités de l’ASIC de commutation. Au dessus de ce package de base, l’OS permet de déployer des fonctions additionnelles proposées de façon modulaires et fournissant les différents services attendus d’un commutateur moderne (fonctions de niveau 2 et 3, analyse de trafic, reporting, supervision, sécurité, filtrage, API d’automatisation...).

Ces modules peuvent être soit ceux proposés par Dell ou des modules provenant de fournisseurs tiers. Ils peuvent aussi être développés spécifiquement par les entreprises utilisatrices. L’objectif de Dell est de permettre aux exploitants réseaux de ne déployer que les composants pertinents pour leurs besoins, mais aussi de permettre aux développeurs de tirer parti de façon spécifique des capacités des commutateurs. On peut par exemple imaginer des opérateurs développer et déployer des fonctions NFV basiques directement sur l’OS du commutateur.

Joyent, un fournisseur de services de cloud IaaS et PaaS, qui a participé à la phase de développement d’OS10, a ainsi mis en œuvre le nouvel OS dans ses datacenters en l’enrichissant avec le code de routage BGP open source de la suite Quagga. Pour Jason Long, le directeur des opérations et de l’architecture réseau de Joyent,  « l’OS10 de Dell Networking apporte à un fournisseur Cloud moderne les gains de flexibilité et la facilité de programmation nécessaires pour innover et prospérer dans un environnement fortement évolutif ».

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Docker veut associer conteneurs et unikernels

Docker veut associer conteneurs et unikernels | Cloudnews | Scoop.it

Docker a annoncé la semaine dernière le rachat de Unikernel Systems pour étendre davantage ses ramifications vers les microservices et les objets connectés, tout en poursuivant sa mission : simplifier l’expérience des développeurs. 

Docker se cherche un relai de croissance pour son avenir et considère que déshabiller les applications de leurs dépendances en est un.

La très populaire société, Docker,  a en effet annoncé le rachat d’Unikernel Systems, une société britannique considérée comme un spécialiste de l’unikernel. Le montant de la transaction n’as pas été communiqué. Cette technologie s’adosse à un secteur qui monte en puissance, car il a pour ambition de simplifier les déploiements dans le Cloud.

L’idée derrière les unikernels est de retirer « l’excédent de bagages », embarqué avec l’OS dans une VM, le limitant aux éléments essentiels, nécessaires à une application spécifiques. Avec cette approche, une application peut passer de plusieurs centaines de gigaoctets à quelques mégaoctets – et démarrer en quelques millisecondes. Le compromis en matière de flexibilité du runtime débouche sur un usage optimisé et aussi une surface d’attaque moindre – ce qui est positif en matière de sécurité.

Il faut dire qu’un grand nombre d’OS ultra-légers, y compris pour les datacenters, et des OS basés sur les conteneurs ont emprunté la voie ouverte par Docker – et par les opportunités de croissance que cela offre. Les unikernels sont une énième illustration d’un marché des applications modernes qui évolue très rapidement. Et justement, dans ce contexte, Docker grâce à Unikernel pourrait bien se donner les moyens d’accroître ses capacités de support des architectures de microservices, elles-aussi en plein essor, affirme Jay Lyman, analyste au sein du cabinet 451 Research.

« Les unikernels s’adaptent bien aux microservices », soutien-t-il. « Vous pouvez mieux isoler l’application et les composants de l’OS et ajuster ce qui correspond le mieux. »

Unikernel Systems compte parmi ses fondateurs des pionniers de la technologie Xen, le projet d’hyperviseur Open Source, fondation de nombre de Cloud public. Les fondateurs prennent également part à des projets liés aux unikernels, comme unikernel.org, MirageOS, Rumprun, la base distribuée lrmin, ainsi que le système Jitsu.

Les unikernels sont en fait nés de recherches académiques. La technologie est encore un peu brute. Ceux qui les utilisent actuellement en production se font rares, et limités à des cas d’usage spécifiques, qui nécessitent des compétences informatiques avancées, affirme Fintan Ryan, analyste chez RedMonk. « J’ai déclaré l’année dernière que 2017 ne serait que les prémices en matière d’usages des unikernels.  Je maintiens et je pense que nous en sommes encore loin. »

Yves Pellemans's insight:

Les unikernels se prêtent bien aux déploiements ultra-rapides, et l’arrivée d’Unikernel Systems chez Docker vient renforcer l’outillage de ce dernier !

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Le casse-tête de la sécurité de l’usine du futur !

Le casse-tête de la sécurité de l’usine du futur ! | Cloudnews | Scoop.it

Plus ouverte et plus connectée, l’usine de demain porte la promesse de nouveaux gains de productivité. Mais aussi de défis pour sa sécurisation dont la portée reste souvent mal appréhendée. 

A la clé, la promesse de gains de productivité, à condition de réussir l’ouverture sur l’extérieur – à l’informatique d’entreprise, mais aussi aux opérateurs d’exploitation et de maintenance – de manière sûre. On parle là de « systèmes qui ne sont pas préparés à cela ».


On imagine alors bien certains risques, à commencer par l’espionnage industriel, mais aussi, sinon surtout, le sabotage comme Stuxnet a pu l’illustrer, mais également l’opération récemment menée contre des énergéticiens en Ukraine.


La vrai question est : combien de temps faudra-t-il demain, après une attaque informatique, pour reprendre l’activité, lorsque tout l’environnement aura été numérisé ? 

Yves Pellemans's insight:

Dire ce qu’est l’usine de demain, aussi évoquée sous le terme d’usine 4.0, n’est finalement pas très compliqué  : c’est un environnement où se généralisent toutes les innovations IT de l’entreprise, Cloud,  mobilité et interconnexions.

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Et si on plongeait un datacenter dans l'océan ?

Et si on plongeait un datacenter dans l'océan ? | Cloudnews | Scoop.it

Et si l'avenir du datacenter se situait sous les mers ? Avec le projet Natick, Microsoft mène un projet de recherche en ce sens, espérant réduire la consommation d'énergie associée au refroidissement, mais aussi profiter de l'océan pour alimenter le datacenter en électricité. 

L'efficience énergétique est essentielle pour les gestionnaires de centres de données informatiques. Un datacenter qui consomme moins, c'est une facture énergétique qui diminue et une empreinte environnementale moindre également.

Et pour soigner le PUE de leurs infrastructures, les industriels s'efforcent notamment de réduire le poste de dépenses consacré au refroidissement. Le "free cooling" est une approche. Microsoft en expérimente une autre au travers du projet NatickComme le rapporte le New-York Times, la firme de Redmond teste ainsi un datacenter immergé dans l'océan. Ce datacenter, un prototype, se présente comme un conteneur capable d'opérer à plusieurs dizaines de mètres sous la surface. 

Mais à quoi bon plonger dans l'eau un tel équipement ? Afin de minimiser les dépenses allouées à son refroidissement. Mais Microsoft réfléchit également à combiner ce datacenter submersible à un autre système afin de pouvoir l'alimenter en électricité.

Comment ? En l'associant à une turbine ou à un système générant de l'énergie marémotrice. Pour l'heure, Natick en est encore au stade expérimental. Le 10 août 2015, un prototype, nom de code "Leona Philpot" (comme Cortana, le nom d'un personnage de Halo), a été déployé près de la cote californienne à une dizaine de mètres de profondeur. 

Yves Pellemans's insight:

Outre l'avantage énergétique, Microsoft estime qu'une telle infrastructure serait bien plus rapide à mettre en service !

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Big data : les principales tendances de 2016 !

Big data : les principales tendances de 2016 ! | Cloudnews | Scoop.it

La nouvelle année verra le Big Data prendre de l’ampleur et de la vitesse. L’évolution des usages des données va progresser.

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Données inutiles ou non classées : quand le Big Data coûte bonbon

Données inutiles ou non classées : quand le Big Data coûte bonbon | Cloudnews | Scoop.it
Les données inutiles ou dont l’entreprise ignore tout plombent les budgets de la DSI. Selon une étude européenne, plus de la moitié de l’information stockée en entreprise est inclassable, faute de tri.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

NSX s'ouvre à Google et AWS pour booster vmware ?!

NSX s'ouvre à Google et AWS pour booster vmware ?! | Cloudnews | Scoop.it
Le vénérable spécialiste de la virtualisation est en pleine turbulence. Cette semaine, lors de la communication des résultats financiers, le CEO de VMware, Pat Gelsinger a admis que l'année 2015 avait été « difficile » pour les investisseurs. Mais, selon lui, des innovations dans la virtualisation de réseau peuvent permettre à l'entreprise de redresser la barre et d'assurer son avenir.Comme l’a expliqué Pat Gelsinger, CEO de VMware lors de la communication des résultats financiers de l’entreprise, les produits de virtualisation qui ont fait le succès de l’éditeur « arrivent à maturité ». La part des recettes provenant de ces produits va décroître et ils ne seront plus au centre de l’activité future de l’entreprise. Cette semaine, VMware a également annoncé 800 licenciements et son directeur financier a quitté l'entreprise. Enfin, un projet de fusion de la société mère EMC avec Dell plane au-dessus de l’entreprise. Heureusement, une nouvelle fonctionnalité de mise en réseau dans le cloud évoquée par Pat Gelsinger pourrait donner un gros coup de pouce aux futurs projets clouds de VMware.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Dell et EMC fondent beaucoup d’espoirs sur Virtustream !

Dell et EMC fondent beaucoup d’espoirs sur Virtustream ! | Cloudnews | Scoop.it

Lors de la présentation des résultats trimestriels aux investisseurs de la société, Joe Tucci, s’est enthousiasmé des possibilités de croissance qu’offrait Virtustream, acquise au printemps dernier, rapporte CRN..

Le CEO d’EMC a expliqué que le transfert au début du mois des solutions de stockage objet et des services managé d’EMC vers Virtustream avait pour but de  focaliser la filiale sur les applications complexes et critiques et d’en faire un levier pour les activités de stockage hiérarchisé, d’archivage, de sauvegarde/restauration d’EMC. Selon lui, ce transfert devrait permettre à Virtustream de générer immédiatement près de 100 millions de dollars chaque trimestre et offre à la filiale un énorme potentiel de croissance. « Michael Dell et moi-même sommes très emballés par les perspectives offertes par le business de Virtustream. Nous pensons que nos synergies combinées vont entraîner d’importants taux de croissance en 2016 et au-delà », a précisé le dirigeant, faisant ainsi allusion du rachat en cours de son entreprise par Dell.

Les résultats trimestriels d’EMC se situent légèrement en deçà des prévisions de Wall Street. Le chiffre d’affaires est stable à 7 milliards de dollars, un statu quo que la société attribue à la faiblesse du marché du stockage traditionnel. Les gains de Pivotal et de VMware, permettent heureusement de compenser la baisse des activités historiques d’EMC, lesquelles reculent de 4% à 5,1 milliards de dollars. Le bénéfice net GAAP s’établit à 771 millions de dollars.

Sur l’ensemble de l’année, la firme d’Hopkinton enregistre des revenus de 24,7 milliards de dollars, en croissance de 1% (de 5% à taux de change constants) et un bénéfice net GAAP de 2 milliards de dollars, soit 1,01 dollar par action.

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Musique et Internet: David Bowie avait tout compris

Musique et Internet: David Bowie avait tout compris | Cloudnews | Scoop.it
Avec la disparition du chanteur David Bowie  la musique perdait un artiste de génie qui savait multiplier les genres musicaux. Ce que l’on sait moins c’est que David Bowie était également un visionnaire en ce qui concerne le numérique.
more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

VMware s'apprêterait à licencier ...

VMware s'apprêterait à licencier ... | Cloudnews | Scoop.it

Au début de ce mois EMC annonçait un nouveau plan de restructuration pour un coût de 250 millions de dollars, laissant ainsi entrevoir le départ de 3.500 à 4.000 personnes. But de la manoeuvre : réduire les coûts de fonctionnement avant les épousailles avec Dell. Il semble qu’aujourd’hui sa filiale VMware veuille participer à cette opération minceur. A en croire Bloomberg, qui se base sur une source bien renseignée mais voulant conserver l’anonymat, le spécialiste de la virtualisation  pourrait ainsi supprimer 5% de ses 18.000 salariés, soit environ 900 personnes. L’annonce pourrait en être faite lors de la présentation des résultats trimestriels et annuels cette semaine.

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Veeam inaugure 2016 en dévoilant la v9 de Veeam Availability Suite

Veeam inaugure 2016 en dévoilant la v9 de Veeam Availability Suite | Cloudnews | Scoop.it

La version 9 de Veeam Availability Suite, qui vient de faire son apparition officielle au catalogue de l'éditeur, apporte une intégration renforcée avec les baies de stockage et les applications et propose de nouvelles fonctions de backup et de reprise en cloud. 


Veeam Software a débuté l’année en annonçant la disponibilité officielle de Veeam Availability Suite 9, la dernière mouture de sa solution de sauvegarde pour les environnements virtualisés sous VMware vSphere et Microsoft Hyper-V. Veeam a égréné les annonces de nouvelles fonctions tout au long de l’année 2015, mettant notamment en avant l’intégration avec les fonctions de snapshot des baies de stockage ou les nouvelles capacités de reprise après désastre dans le cloud du logiciel. « Le logiciel est en développement depuis un an » explique Doug Hazelman, vice-président de la stratégie produit de Veeam. “L’accent a été mis non seulement sur la 'scalabilité' mais aussi sur des fonctions d’entreprises recherchées par les PME et les grands comptes ».

Yves Pellemans's insight:

La plus intéressante est sans doute l’intégration avec les baies de stockage EMC, HPE et NetApp ...

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Pour son nouveau Pdg, Citrix sélectionne un ancien de Microsoft

Pour son nouveau Pdg, Citrix sélectionne un ancien de Microsoft | Cloudnews | Scoop.it

L’éditeur vient de recruter Kirill Tatarinov, ancien vice-président corporate de la division solutions d’entreprise de Microsoft. Avant cela, il avait piloté la division chargée des technologies d’administration, entre System Center et PowerShell. 


C’est un vétéran de Microsoft que Citrix vient de recruter pour le diriger. Kirill Tatarinov sera ainsi le nouveau CEO du spécialiste de la virtualisation à compter du 25 janvier ; il en rejoindra également le conseil d’administration. 


Comme le souligne le communiqué de presse annonçant cette nomination, Kirill Tatarinov a piloté durant plus de 8 ans la division solutions d’entreprise de Microsoft. Jusqu’à l’automne 2015, en fait : il a fait les frais du jeu de chaises musicales à la tête de l’éditeur, annoncé au mois de juin précédent par Satya Nadella.

Précédemment, Kirill Tatarinov avait été, durant 5 ans, vice-président corporate de Microsoft en charge de sa division management & solutions : celle qui s’occupait des technologies d’administration de systèmes telles System Center et PowerShell. Dans d’autres vies antérieures, le nouveau patron de Citrix a occupé plusieurs fonctions de direction chez BMC Software, jusqu’à en assurer le rôle de directeur technique durant près de deux ans.

Pour beaucoup, cette nomination ne constitue pas vraiment une surprise. Certains observateurs imaginaient un nouveau Pdg de Citrix venant directement de Redmond, compte tenu de la proximité des deux éditeurs. Le nom de Brad Anderson, vice-président corporate de Microsoft en charge de son équipe poste client d’entreprise et mobilité, est ainsi régulièrement revenu dans les discussions.

L’équipe d’Anderson se concentre sur les produits destinés aux personnels fortement connectés, dans le cadre de la stratégie mobile-first, cloud-firstde Satya Nadella, un domaine sur lequel se concentre aussi la stratégie de Citrix avec Workspace Services.

Yves Pellemans's insight:

Il est possible que Brad Anderson ait préféré rester chez Microsoft, ou Citrix n’a-t-il pas eu l’audace d’essayer de le recruter ?!?

more...
No comment yet.
Scooped by Yves Pellemans
Scoop.it!

Le ministère des Transports infecté par un cryptovirus ...

Un logiciel malveillant chiffrant les fichiers d’un poste de travail infecté aurait réussi à contaminé les ordinateurs du ministère. 

C’est au début du mois de décembre dernier que le logiciel malveillant aurait été détecté, sur les serveurs du ministère précisent nos confrères. La compromission initiale serait liée à une pièce jointe d’un e-mail donnant l’impression d’avoir été expédié par un fonctionnaire de la direction générale de l’aviation civile, la DGAC : l’adresse apparente de l’expéditeur se terminait par @aviation-civile.gouv.fr. Le logiciel malveillant demandait une rançon de 1000 $ par poste infecté.

Craignant vraisemblablement que la contagion ne puisse s’effectuer par d’autres vecteurs, et en particulier par le réseau, ou ne risque d’affecter des partages de fichiers, la DGAC a invité ses agents à débrancher du réseau les postes apparaissant infectés. Mais la consigne est survenue tard : le 1erjanvier.

Yves Pellemans's insight:

C’est le Canard Enchaîné qui, dans son édition du 20 janvier,révèle l’affaire, un rien embarrassante à quelques jours de l’ouverture du Forum International de la Cybersécurité, qui se déroulera la semaine prochaine à Lille.

more...
No comment yet.