CHRONYX 4 CHANGE ...
Follow
Find
4.3K views | +0 today
CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible !
Oui mais comment??? Et comment changer le monde si on ne change pas soi-même?
Curated by CHRONYX.be
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Juste pour CHANGER DE REGARD

CHRONYX.be's insight:

• A voir ... juste pour changer de regard!

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Le ROA du Street-Art belge se dévoile

Le ROA du Street-Art belge se dévoile | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Les bestioles de ROA sont partout sur les murs de Bruxelles. L'homme qui rend les rues de la Capitale bien plus belles a livré ses petits secrets...
• ROA est belge, se rapproche de la quarantaine et voit la vie en rouge, noir et blanc. Inspiré en partie par les croquis de Charles Darwin, l’artiste de rue belge a déjà croqué dans plusieurs capitales mondiales un vrai bestiaire géant.
• Autrefois condamné à jongler avec la loi, ROA bénéficie désormais de la protection des mécènes d’art contemporain qui lui offrent des espaces d’expression à la mesure de son talent.
• Certaines de ses œuvres atteignent la taille de plusieurs courts de tennis, tandis que les petites pièces s’exposent en galeries.
• ROA (dont le pseudo ne veut strictement rien dire) a également la particularité de ne pas être reconnaissable. C’est masqué qu’il réalise toujours ses œuvres et il se confie généralement peu à la presse. Le Red Bulletin s’est rendu à Vienne en Autriche pour  arracher quelques confidences à celui qui estime que les créations sont plus importantes que les gens.
• Les œuvres de ROA font parfois plusieurs dizaines de mètres de longueur. Pourtant c’est directement sur la surface finale qu’il fait ses essais : "Je fais mon croquis directement sur le mur. Un mur est comme n’importe quelle autre surface de travail, mais en un peu plus grand. Je trouve ennuyeux d’avoir à reproduire quelque chose que j’aurais déjà peint, donc mon croquis initial est un simple gribouillage. Je veux, à chaque fois, créer quelque chose de neuf et frais", confie-t-il. Pour autant, qu’elles soient parfois retravaillées par d’autres artistes ne semble pas le gêné outre mesure : "J’ai très envie que mes œuvres subsistent le plus longtemps possible mais, si je quitte un endroit, c’est que j’y ai terminé mon boulot. Le mur ne m’appartient pas, la planète ne nous appartient pas. Il s’agit de lieux publics et n’importe qui, armé d’une bombe ou d’un pot de peinture, peut modifier mon œuvre".


CHRONYX.be's insight:

• Matière à réfléchir: "Peu importe si le street art est défini comme un art intellectuel ou underground, s’il est pris au sérieux ou non. Le principal, c’est qu’il est. Le terme de street art a été inventé par des gens qui n’avaient absolument rien à voir avec la rue et, comme un grand nombre de concepts, il n’est fait que de la connexion de deux mots : street et art. Les artistes de rue existent depuis bien plus longtemps que le terme. Cela ne se limite pas à la peinture, c’est aussi la jongle, le mime et la musique. C’est un terme néfaste qui ne décrit rien. Parce que le fait de peindre est sanctionné par des amendes et des peines de prison, on réalise bien que cela ne plaît pas à tout le monde. On vivrait tous mieux si les gens craignaient moins pour leur vie privée et leur droit de propriété, et s’ils envisageaient ces œuvres comme un don et non comme quelque chose qui affecte leur environnement"

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Adonner.be • Quelque chose à donner?

Adonner.be • Quelque chose à donner? | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Le site permet de mettre en ligne gratuitement un objet que vous souhaitez donner.
• Si vous êtes à la recherche d’un objet gratuit, lisez la suite de l’article…
• J’ai peut-être un canapé assez vieux chez moi et j’aimerais m’en débarasser ? Et bien, il plaira peut-être à quelqu’un qui prend un kot
et qui a un petit budget pour se meubler. L’un comme l’autre feront une bonne affaire. Les objets à donner sont gratuits, il suffit
de contacter l’annonceur et voir avec qui les modalités pour récupérer l’objet.



more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Belgique • Le STATUT D'ARTISTE est sur le point d'être réformé • Les artistes comme de la chair à canon?

Belgique • Le STATUT D'ARTISTE est sur le point d'être réformé • Les artistes comme de la chair à canon? | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

--- Une opinion de Romain David, acteur ---
• Voilà donc un nouvel arrêté royal en guise de Bonne Année 2014, qui est sur le point d’être signé afin de réformer le statut d’artiste. Cette réforme réduit drastiquement l'accès au chômage et à la protection de l'intermittence. Les techniciens du spectacle seront désormais exclus de tout régime particulier. Ils tomberont les premiers. Les jeunes artistes, fraîchement sortis des écoles, tomberont avec eux. Si cette réforme est signée, nos écoles d'art enverront sur le marché de l'emploi des milliers de lauréats comme de la chair à canon sur un champ de bataille. On se félicitera surement, en haut lieu, de l'économie engendrée par cette mesure raisonnable et de ce que cela signifie: la disparition totale et définitive des problèmes?
• Maggie De Block, notre hyper-ministre de l'Immigration, a compris qu'il suffisait de fermer les centres d'accueil pour clamer haut et fort qu'il n'y avait plus d'immigrés en Belgique. Résultat: la clandestinité et la précarité se sont accrues, l'ignorance de la population aussi. Mais les sans-papiers, eux, sous toujours là. Madame De Coninck, notre ministre de l'Emploi, s'apprête à faire la même chose: en réduisant l'accès au chômage pour les artistes, il y aura d'office moins d'artistes au chômage! La comparaison peut s'avérer fragile, mais le procédé est le même: la fuite. C'était déjà celui de Fadila Laanan l'année dernière. Ignorer la question ne fait pourtant pas disparaître le problème: quelles sont les conséquences d'une politique qui, d'un coté, réduit les budgets alloués à la Culture et, de l'autre, condamne l'accès au chômage pour les intermittents du spectacle? Clandestinité, précarité, ignorance... et colère.

CHRONYX.be's insight:

• Réforme du statut d'artiste... • Evidemment, en réduisant l'accès au chômage pour les artistes, il y aura d'office moins d'artistes au chômage...

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Un titre RAP lié au film "LA MARCHE" fait bondir CHARLIE HEBDO

Un titre RAP lié au film "LA MARCHE" fait bondir CHARLIE HEBDO | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Les paroles d'une chanson réalisée en marge du film "La Marche" ont fait bondir la rédaction de Charlie Hebdo, qui s'est dite lundi effarée par la "violence" d'un couplet qui "réclame un autodafé contre ces chiens" du journal satirique.
• Bien que réalisée avec l'accord et le soutien de Hugo Sélignac, producteur du long métrage qui retrace la marche contre le racisme de 1983, la chanson incriminée ne fait pas partie de la bande originale du film, a-t-il annoncé. Elle a été composée et interprétée par une dizaine de rappeurs renommés, dont Akhenaton, Disiz, Kool Shen et Nekfeu, à l'initiative du producteur de rap Kore.
• Diffusée sur internet depuis vendredi, la chanson controversée est toutefois présentée sur de nombreux sites comme "BO du film 'La Marche'". Le producteur du long métrage a autorisé pour la chanson l'utilisation de la typographie de l'affiche. Dans le 7e couplet qu'il interprète, le rappeur Nekfeu chante notamment: "D't'façon y'a pas plus ringard que le raciste / Ces théoristes veulent faire taire l'islam / Quel est le vrai danger: le terrorisme ou le taylorisme? / Les miens se lèvent tôt, j'ai vu mes potos taffer / Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo".
• Nekfeu est membre du collectif parisien "1995" (Polydor), très apprécié de la critique et pas coutumier des polémiques. La chanson est un projet artistique associant le rappeur Kore et le producteur du film à l'occasion des 30 ans de la Marche de 1983, ont-ils indiqué tous deux à l'AFP. Tous les droits de la chanson seront reversés à une association contre le racisme de Vénissieux. "J'ai apporté mon soutien à cette chanson. J'ai prêté des éléments sonores du film qui ont été intégrés à la chanson. Je n'avais pas à valider les paroles", a expliqué Hugo Sélignac.
• "Je suis pour la liberté d'expression de tous, celles des rappeurs comme celle de Charlie Hebdo", a-t-il ajouté à propos du passage concernant le journal satirique. Dans un communiqué, la société de production du film "La Marche" précise que ce long métrage est "républicain, pacifique et apolitique (...)
• A l'opposé du message de la partie incriminée dans ce titre musical qui ne fait pas partie de la BO, le film prône la liberté d'expression et la non-violence". "Ni la production, ni le réalisateur Nabil Ben Yadir (notre photo), n'ont été et ne sauraient être associés à l'écriture de ces textes, qui, nous le déplorons et le reconnaissons, peuvent choquer", conclut-elle.
• Joint aussi par l'AFP, le producteur de la chanson a également défendu "la liberté d'expression" des rappeurs qui ont participé au projet, reconnaissant des "paroles violentes parfois". "Je comprends parfaitement que Charlie Hebdo s'offusque, mais ce n'est pas cette réaction que j'attends d'eux. Réagir comme ils le font, c'est jouer le jeu des extrêmes", a estimé Kore.
• Réagissant à ces propos, Me Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, a jugé "très inquiétant de lire que la liberté d'expression pourrait consister à l'autodafé d'un journal, d'autant plus de la part d'un producteur qui prône la liberté d'expression. C'est une perte de repères". "Charlie Hebdo n'a jamais appelé à l'autodafé de quoi que ce soit", a ajouté l'avocat.
• Dans un communiqué, la rédaction de Charlie Hebdo a dit "découvrir avec effarement la violence des paroles de la chanson +Marche+ (...) qui reprend les propos que tient habituellement l'extrême droite musulmane lorsqu'elle évoque notre journal". Avec Jamel Debbouze à l'affiche, le film "La Marche", produit et distribué par EuropaCorp, s'inspire de l'histoire vraie d'une poignée d'enfants d'immigrés qui ont marché de Marseille à Paris en 1983 contre le racisme. Le 2 novembre 2011, le siège de Charlie Hebdo avait été détruit par un incendie criminel, le jour où il publiait à la une une caricature de Mahomet.

CHRONYX.be's insight:

• Ce n'est pas parce que c'est du rap que c'est bon. Et quand un rap contient des conneries, il serait contre-productif de censurer mais il peut être utile de le relever, histoire de réfléchir au sens des mots.

• Alors tiens, qu'est-ce que c'est qu''un "autodafé?" La réponse ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Autodaf%C3%A9

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

France • Les FAI et moteurs de recherche devront BLOQUER des SITES DE STREAMING • #Censure #BigBrother #LibertésIndividuelles #Cinema

France • Les FAI et moteurs de recherche devront BLOQUER des SITES DE STREAMING • #Censure #BigBrother #LibertésIndividuelles #Cinema | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Un nouveau coup porté au streaming illégal de films.
• Après de nombreuses péripéties, le tribunal a tranché dans cette procédure de référé, en principe une procédure d'urgence.
• Des syndicats de producteurs et distributeurs de cinéma ont obtenu jeudi que la justice ordonne aux fournisseurs d'accès à internet et moteurs de recherche de bloquer des sites de streaming, selon un jugement du tribunal de grande instance de Paris consulté par l'AFP.
• Le tribunal a estimé que les professionnels du cinéma démontraient suffisamment que le réseau Allostreaming est "entièrement dédié ou quasiment dédié à la représentation d'oeuvres audiovisuelles sans le consentement des auteurs" et porte atteinte à leurs droits.
• L'Association des producteurs de cinéma (APF), la Fédération nationale des distributeurs de films (FNDF) et le Syndicat des éditeurs de vidéo numérique (SEVN) ont lancé fin 2011 cette vaste offensive judiciaire contre le piratage sur internet. Ils ont ensuite été rejoints par l'Union des producteurs de films (UPF) et le Syndicat des producteurs indépendants (SPI).
• Après de nombreuses péripéties, le tribunal a tranché dans cette procédure de référé, en principe une procédure d'urgence.
• Le jugement ordonne aux fournisseurs d'accès Orange, Bouygues Telecom, Numéricable, Free, SFR et Darty Télécom de "mettre en oeuvre et/ou faire mettre en oeuvre (...) toutes mesures propres à empêcher, à partir du territoire français (...) l'accès par tout moyen efficace et notamment par le blocage" de toute une série de sites comme Allostreaming, Alloshowtv, Fifostream et Dpstream et leurs déclinaisons.
• Aux moteurs de recherche de Google, Microsoft, Yahoo! et Orange, le tribunal ordonne de "prendre ou faire prendre toute mesure utile en vue d'empêcher sur leurs services l'apparition de toute réponse et tout résultat renvoyant vers l'une des pages" de ces sites.
• Le coût de ces mesures "ne peut être mis à la charge des défendeurs (fournisseurs d'accès et moteurs de recherche, NDLR) qui ont l'obligation de les mettre en oeuvre", ont décidé les juges.
• Il leur appartiendra "de solliciter, s'ils le souhaitent, le paiement de leurs frais auprès des demandeurs à l'instance (les organisations qui représentent les ayants droit, NDLR), eu égard aux mesures effectivement prises et aux dépenses engagées spécifiquement pour l'application des injonctions qui leurs sont faites".
• Les mesures prévues par le jugement doivent s'appliquer "sans délai et au plus tard dans les 15 jours à compter de la signification de la présente décision et pendant une durée de 12 mois à compter de la mise en place des mesures".
• Le tribunal a refusé d'ordonner des mesures d'astreinte financières, dans la mesure où il peut être à nouveau saisi "en cas de difficulté ou d'inexécution par l'une des parties à l'instance".
• C'est "une étape décisive dans la lutte contre le piratage des films sur internet", ont salué les organisations professionnelles du cinéma dans un communiqué, soulignant que le jugement "reconnaît le bien-fondé de la démarche contraignant les fournisseurs d'accès à internet et les moteurs de recherche à coopérer avec les ayants droit".
• "Il s'agit d'une première mondiale s'agissant du déréférencement de sites pirates par les moteurs de recherche et d'une étape capitale vers le respect du droit sur internet", ont-elles ajouté.
• Contacté par l'AFP, Google n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat, tandis qu'Orange s'est dit "satisfait de cette décision".
• "Les mesures de blocage n'ont pas été déléguées par un juge à qui que ce soit, c'est à lui de la prononcer" et "les coûts (induits par un blocage) sont à la charge des demandeurs", a notamment souligné un porte-parole d'Orange à l'AFP.
• "Cet arrêt vient une nouvelle fois avaliser les formes de censure privée qui se développent partout sur Internet et minent les droits fondamentaux", a regretté de son côté dans un communiqué Félix Tréguer, membre fondateur de la Quadrature du Net, organisation de défense des droits des internautes.

 

 

CHRONYX.be's insight:

• En France, des syndicats de producteurs et distributeurs de cinéma ont obtenu que la justice ordonne aux fournisseurs d'accès à internet et moteurs de recherche de bloquer des sites de streaming comme Allostreaming, Alloshowtv, Fifostream et Dpstream et leurs déclinaisons.
• "Cet arrêt vient une nouvelle fois avaliser les formes de censure privée qui se développent partout sur Internet et minent les droits fondamentaux", a regretté dans un communiqué Félix Tréguer, membre fondateur de la Quadrature du Net, organisation de défense des droits des internautes.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

ACADEMIES • Désormais tout le monde payera un minerval

ACADEMIES • Désormais tout le monde payera un minerval | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• La gratuité dans les Académies de musique, d’arts et de danse, c’est fini. Les publics, jusqu’ici exemptés, paieront 17 euros à partir de la prochaine rentrée.

• A l’automne, en rédigeant son budget 2014, la Communauté française avait annoncé deux mesures d’économie : le gel ou la réduction des subventions de fonctionnement et la réduction du nombre de chargés de mission.

• C’est tout ? Non, en réalité. Selon le Conseil de l’enseignement des communes et des provinces (CECP), la Communauté va désormais imposer un minerval aux élèves des académies (musique, arts plastique, art de la parole, danse) qui en étaient, jusqu’ici, exemptés. Il s’agit des enfants de moins de 12 ans, des chômeurs, des familles nombreuses, etc. Ils devront désormais payer 17 euros.

• Pour Fanny Constant, secrétaire général du CECP, cette mesure, à première vue dérisoire, va éloigner des académies tout un public précarisé et trouvait, dans cet enseignement, une occasion de s’émanciper.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

#Belections2014 • CD&V • Les allocations et indemnités sociales doivent être des «investissements»!

#Belections2014 • CD&V • Les allocations et indemnités sociales doivent être des «investissements»! | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

 

 

CHRONYX.be's insight:

• Pour le ministre-président flamand, le CD&V est un parti politique qui refuse «le cynisme et le négativisme»!
• Mais à l'approche des élections, non content de vouloir en finir avec le statut de fonctionnaire, le parti de Kris Peeters et Wouter Beke rappelle que "les allocations et indemnités sociales doivent être des «investissements»"!
• Autant savoir!

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

ABD AL MALIK • Le coeur sur les épaules • Portrait d’un partisan de l’Humanité • #AlohaNews

ABD AL MALIK • Le coeur sur les épaules • Portrait d’un partisan de l’Humanité • #AlohaNews | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

--- Par Nikita Imambajev ---
• « Vivre sa propre existence comme s’il s’agissait d’un film ». En plein tournage de son film autobiographique, Abd Al Malik chante, écrit et revendique. Celui qui fredonne « ce n’est pas moi c’est les autres » possède un parcours parsemé de paradoxes. Amateur de littérature, autrefois délinquant à ses heures perdues, l’auteur est un Français de banlieue qui flirtait avec l’intégrisme religieux pour finalement s’épanouir dans l’ouverture et la tolérance. À l’occasion de la sortie de son nouveau livre, le 23 octobre prochain, « L’Islam au secours de la République », Alohanews fait un portrait de celui qui n’en finit pas de scander son amour pour la France, sa France.
• « De guerres remplis nous sommes, mais l’Histoire ne les retiendra pas ». Nous cheminons, vous cheminez, ils cheminent. Aucune élévation possible sans la force du verbe, le langage du cœur dit-il. Abd Al Malik, Régis de son prénom donné à sa naissance, est auteur, compositeur, interprète, écrivain et porte-voix de l’universalité des Hommes. Disciple d’une vie emplie de paradoxes, acteur d’un destin schizophrène, Abd Al Malik naît en France le 14 mars 1975. Pourtant, c’est le sol congolais que reconnaissent ses premiers souvenirs, car sa famille y vit, à Brazzaville, entre 1977 et 1981. Au cours de l’été 1981, son père, haut fonctionnaire surdiplômé,  décida de retourner « à la maison » pour poser les bagages à la cité du Neuhof, dans la banlieue sud de Strasbourg. Un immense HLM qui se caractérise par une entité plurielle de plus de 20 000 habitants. Son père quitta le cocon familial en 1983 laissant, derrière lui, une mère à laquelle sont greffés 4 gosses, fruits d’un amour antérieur, ainsi qu’une multitude de francs à rétribuer. La suite se distingua par une maman courageuse, soucieuse de l’éducation de ses enfants, malgré sa relation intime avec la boisson et les va-et-vient de ses compagnons de beuverie.
• La suite: http://newsaloha.tumblr.com/post/63376421450

CHRONYX.be's insight:

• Le portrait inspiré d'un artiste français atypique, Abd Al Malik, qui s'apprête à sortir un nouveau livre...

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

(Video) • HAUTE PRESSION • du 1er au 12 OCTOBRE au Théâtre VARIA • Vos places à 8€ au lieu de 20€ • #Masque #Modernité #Tradition #Migration #Création

HAUTE PRESSION de Denis Mpunga du 1er au 12 octobre 2013 Avec: Karim Barras, Frédéric Lubansu, Alexandre Trocki, Simone Gomis, Osvaldo Hernandez, Patricia He...
CHRONYX.be's insight:

• La team Chronyx.be vous invite à découvrir le spectacle "HAUTE PRESSION" de DENIS MPUNGA, du 1er au 12 OCTOBRE au THEATRE VARIA (78 rue du Sceptre - 1050 Bruxelles).
Avec Karim Barras, Frédéric Lubansu, Alexandre Trocki et Simone Gomis (danseuse), Osvaldo Hernandez, Patricia Hernandez (musiciens).
• Réservez maintenant vos places au prix de 8€ au lieu de 20€ !!!
Il suffit de téléphoner au THEATRE VARIA au 02 640 82 58, en précisant bien le CODE de réduction "CHRONYX.be". La billetterie est ouverte du mardi au vendredi de 13h à 19h - http://www.varia.be

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Bernard Legros • DE L'INDIVIDUALISME EN MILIEU MILITANT • Et qu'est-ce qu'on fait maintenant? • #LeStrobo

Bernard Legros • DE L'INDIVIDUALISME EN MILIEU MILITANT • Et qu'est-ce qu'on fait maintenant? • #LeStrobo | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

< Le Stroboscope | revue numérique.

• Si altruisme et égoïsme coexistent au sein de la psyché, on constatera avec désarroi que le second semble aujourd’hui l’emporter. J’ai souvent entendu l’argument empreint de réalisme et de tolérance : « il faut prendre les gens tels qu’ils sont, pas tels qu’on voudrait qu’ils soient ». Justement, les gens tels qu’ils sont aujourd’hui font sérieusement douter qu’un activisme humainement équitable et politiquement efficace ait un avenir.

• Si d’aventure tous les arguments critiques de l’individualisme contemporain devaient être balayés, il resterait quand-même cette sempiternelle question : comment régler pacifiquement et démocratiquement le problème des free riders ? Pour que militer ne soit plus synonyme de « pigeonner ou être pigeon »… Plus fondamentalement, quelles seront désormais les conditions du changement social ? Est-il simplement envisageable avant que ne surviennent les grandes catastrophes ? Nous devons bien poursuivre « la résistance aux effets psychologiques et culturels humainement dévastateurs de la logique libérale », mais le désespoir guette…

CHRONYX.be's insight:

• Pessimisme, quand tu nous tiens...

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

DRÔNES • Rhétorique du drone et rationalités politiques (2/6) • CHASSE A L'HOMME PREVENTIVE et analyse des formes de vie • #GregoireChamayou #LeStrobo

DRÔNES • Rhétorique du drone et rationalités politiques (2/6) • CHASSE A L'HOMME PREVENTIVE et analyse des formes de vie • #GregoireChamayou #LeStrobo | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Un article de BADI BALTAZAR pour la revue numérique LE STROBOSCOPE.
• Ce texte constitue le deuxième volet d’une série de six textes qui ont pour objectif de proposer une synthèse de l’essai philosophique de Grégoire Chamayou : Théorie du drone. Ils portent principalement sur les dimensions discursives et les rationnalités politiques sous-jacentes de l’usage des drones dits « chasseurs-tueurs », qu’ils soient pilotés par des opérateurs humains ou tendanciellement robotisés.
• Pour ouvrir son chapitre sur les principes théoriques de la chasse à l’homme, Grégoire Chamayou fait référence au site Live-shot.com, créé en 2004 par John Lockwood. Le service proposé aux abonnés du site pour une poignée de dollars consistait en une chasse virtuelle : en actionnant une arme à feu mobile sur laquelle était fixée une caméra, ces derniers pouvaient abattre des d’animaux lâchés pour l’occasion dans un ranch du Texas. Mais une fois l’initiative connue, tous les commentateurs montèrent au créneau, de l’association de protection des animaux jusqu’à la très conservatrice NRA. Cependant et malgré les arguments du fondateur, le site fut interdit et la prometteuse start-up périclita. Chamayou cite cet exemple pour révéler l’indignation à géométrie variable dont fait preuve l’opinion publique américaine et à fortiori les opinions publiques en général ; à la même période, la chasse à l’homme virtuelle se développait à un rythme effréné sans qu’aucun des dénonciateurs précités n’y voit rien à redire.
• Une zone de conflit armé planétaire
Le Président Georges W. Bush l’avait annoncé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, un nouveau type de guerre sera menée, une guerre dite « juste », une guerre dite « contre l’axe du mal » : la chasse à l’homme internationale. En d’autre terme, il s’agissait de s’arroger un droit de poursuite global, consistant à capturer tout individu considéré comme ennemi où qu’il se trouve sur la planète. Opération hybride, la gu
• Le Président Georges W. Bush l’avait annoncé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, un nouveau type de guerre sera menée, une guerre dite « juste », une guerre dite « contre l’axe du mal » : la chasse à l’homme internationale. En d’autre terme, il s’agissait de s’arroger un droit de poursuite global, consistant à capturer tout individu considéré comme ennemi où qu’il se trouve sur la planète. Opération hybride, la guerre cynégétique allait rompre avec les principes de front, de bataille linéaire et d’opposition en face à face de la guerre conventionnelle.
• En 2001, Donald Rumsfeld s’était convaincu que les techniques utilisées par les Israéliens contre les Palestiniens pouvaient tout simplement être déployées à plus grande échelle.
• Il pensait surtout aux programmes « d’assassinats ciblés » dont l’Etat d’Israël venait de reconnaître officiellement l’existence. Les territoires occupés étant devenus, comme l’explique Eyal Weizman, « le plus grand laboratoire du monde pour les thanatotactiques aéroportées », ils n’étaient pas étonnant que celles-ci soient exportées.
• Entre policiarisation de l’armée et militarisation de la police, ce nouveau type de guerre contre-insurrectionnelle nécessitait d’être justifiée, tant sur le plan de la théorie de la guerre que sur celui du droit international. Et c’est avec l’objectif de définir un cadre légitimant ces opérations que des chercheurs liés à l’institution militaire américaine planchèrent sur de nouveaux principes théoriques de la chasse à l’homme (4). Nous analyserons et déconstruirons ces principes ultérieurement, tant ils soulèvent des questions d’ordre éthique, juridique et politique.
• LIRE LA  SUITE: http://lestroboscope.net/rhetorique-du-drone-et-rationalites-politique-26/

CHRONYX.be's insight:

• La guerre de l'info serait-elle plus que jamais d'actualité? L'opinion publique de nos pays (comme celle des autres régions du monde) est-elle de plus en plus manipulée à très grande échelle, avec la complicité passive des médias grand public? Au milieu de tout cela j'ai tout de même eu la surprise d'entendre ce midi GREGOIRE CHAMAYOU qui était interrogé en radio à propos des drônes dans le cadre du journal parlé de La Première RTBF. Oui, ce même philosophe G.C. dont BADI BALTAZAR parle dans ses deux derniers articles pour la revue numérique LE STROBOSCOPE.
• Evidemment je vous en recommande la lecture:
1) - http://lestroboscope.net/rhetorique-du-drone-et-rationalites-politiques-16/
2) - http://lestroboscope.net/rhetorique-du-drone-et-rationalites-politique-26/
• En conclusion de son intervention Grégoire Chamayou rappelait que, grâce aux drônes, OBAMA a remplacé la politique d'enfermement de présumés terroristes (Guantanamo, que le même Obama avait promis de fermer) par l'assassinat "préventif" à distance des présumés terroristes. Ce qui soulève inévitablement pas mal de questions d’ordre éthique, juridique et politique!
• Ce que la RTBF ne disait pas explicitement ce midi, mais tout le laissait penser à travers leurs autres infos, c'est qu'une grande campagne de communication semble à l'oeuvre pour adoucir aux yeux de l'opinion l'impact des révélation de Snowden sur Prism et autres.
• Les alertes aux menaces d'attentats se multiplient à travers le monde? Heureusement les précieux outils d'analyse des communications à l'échelle mondiale permettent à l'axe du Bien de protéger les populations.
• Et grâce aux drônes, à la NSA et à Prism, Al Quaeda a été grandement affaibli ces dernières années, qu'on se le dise! Et que tout le monde ferme sa g.....!

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

SPIKE LEE fait appel aux internautes pour financer son prochain film!

SPIKE LEE fait appel aux internautes pour financer son prochain film! | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Le financement participatif (crowdfunding) s'imposera-t-il comme un nouveau moyen à disposition des réalisateurs pour financer des films et des séries télévisées ? La question peut légitimement se poser, dans la mesure où un cinéaste réputé, Spike Lee, a décidé ce dimanche de faire appel à la générosité du public pour subventionner son prochain projet cinématographique.

• Sur Kickstarter, l'auteur d'Inside Man et du remake d'Old Boy explique son objectif et ce qu'il compte faire de la somme (1,25 million de dollars) qu'il sollicite. Publié dimanche, l'appel a pour l'instant obtenu 522 soutiens pour un total de 74 628 dollars. Spike Lee parviendra-t-il à amasser ce montant ? La réponse sera connue dans 29 jours. Mais une chose est sûre, le cinéaste n'est pas le premier à se lancer dans une telle aventure.

CHRONYX.be's insight:

• Le réalisateur Spike Lee compte sur le soutien du public pour financer son prochain film. Le crowdfunding constituera-t-il une nouvelle façon de soutenir un projet culturel ou de divertissement ? En tout cas, les exemples se multiplient dans la télévision et le cinéma.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Matheo Alaluf • "LES JEUNES VEULENT TRAVAILLER MAIS PAS DANS CES CONDITIONS" #25

Matheo Alaluf • "LES JEUNES VEULENT TRAVAILLER MAIS PAS DANS CES CONDITIONS" #25 | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Les jeunes qui entrent sur le marché du travail cassent les prix en acceptant d’être moins bien rémunérés alors qu’avec la crise, les salariés plus âgés peuvent craindre pour leur poste. Est-ce qu’on peut parler d’une mise en concurrence des générations sur le marché du travail ?
- Matheo Alaluf: Dans le monde du travail, la concurrence entre les générations est une permanence. Les plus âgés font valoir leur droit d’ancienneté vis-à-vis des nouveaux. Les nouveaux entrants sont de fait dans une situation d’infériorité et plus ils sont nombreux, plus c’est difficile. Le niveau de formation constitue une protection contre le chômage mais elle n’est plus une garantie, du tout. Or, comme il continue année après année d’augmenter, c’est d’autant plus excluant pour les non diplômés. Et le dérèglement du marché de l’emploi accentue le phénomène. Prenez les 150 000 titres-service, on crée énormément d’emploi qui ne nécessite pas forcément d’études supérieures. Mais les jeunes non diplômés font face à la concurrence des travailleurs détachés, venus par exemple de Pologne moins « cher ».
Il faut aussi revenir sur une autre idée reçue : il n’y a pas de tuyau entre étude et emploi. A peine la moitié des étudiants exercent ensuite la profession pour laquelle ils ont été formés.
• L’accès au marché du travail n’était pas non plus évident il y a 10 ou 20 ans. Est-ce que le fait que les jeunes actifs de 25 ans sont aujourd’hui plus précaires est aussi une idée reçue ?
- Matheo Alaluf: Non, la situation est réellement plus précaire. Avant, lorsqu’un jeune trouvait un emploi sa rémunération correspondait pour ainsi dire à ce qui lui permettrait de construire sa vie en fonction de ses projets. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, il y a énormément de temps partiel, d’intérim. Les jeunes attendent 2/3 ans avant d’être embauché, c’est devenu la norme
• On est passé de comment je vais pouvoir construire ma vie à comment je vais survivre ?
- Matheo Alaluf: On peut voir cela comme ça. Ceci dit, ce n’est pas en Belgique que la situation est la pire.
• Et c’est consciemment utilisé comme un outil managérial ?
- Matheo Alaluf: Bien sûr. La situation actuelle avec un chômage fort y contribue. Le chômage pressurise l’emploi. On dira à un jeune entrant qu’il n’a rien à négocier puisque des dizaines sont prêtes à prendre sa place. C’est aussi une forme de concession : on paie moins les jeunes pour maintenir les salaires et les avantages sociaux des générations précédentes.
• Quel impact cette précarisation d’une tranche d’âge spécifique a-t-elle sur la vie dans l’entreprise ?
- Matheo Alaluf: Ce type de management touche à la coopération dans l’entreprise. Elle crée des dysfonctionnements de communication entre salariés et dirigeants. On assiste à une dégradation du dialogue social dans l’entreprise. De ce que j’ai pu voir – et je m’appuie sur un constat empirique, pas d’une étude – les jeunes représentants syndicaux sont beaucoup plus revendicatifs, plus durs que leurs aînés. Ils respectent moins la direction car leurs conditions de travail prouvent qu’ils sont totalement inconsidérés. De manière plus large une mauvaise – voire une absence de – communication favorise l’augmentation du stress au travail, les phénomènes de harcèlement et la rivalité entre les employés… et l’augmentation des suicides au travail.
• Ce n’est pas très encourageant pour les étudiants…
- Matheo Alaluf: On dit que les jeunes ne veulent pas travailler, mais c’est faux. Ils ne veulent pas travailler dans ces conditions, ce qui est différent. Dans le cadre d’études qu’on a menées sur les étudiants de l’université, on s’est rendu compte que de plus en plus de jeunes se réorientent vers des métiers plus altruistes, moins rémunérés. On a tellement réhabilité l’entreprise, l’argent, la réussite individuelle, le marché du travail est devenu plus compétitif qu’avant. Certains font le choix de l’utile contre le compétitif. Et le calcul est tout sauf irrationnel.

CHRONYX.be's insight:

• Une génération qui rêve de CDI, là où ses parents pensaient propriété et avance sous la menace permanente du chômage. Que signifie avoir 25 ans aujourd’hui et entrer sur le marché du travail? Voici un éclairage de Matheo Alaluf, professeur de sociologie à l’ULB, spécialiste de la sociologie du travail.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Connaissez-vous le NEO-MURALISME? • TOUR 13-4-SPACE IS THE LIMIT!

• Plus d'infos? Check: https://www.facebook.com/deadlinz

CHRONYX.be's insight:

• Une vidéo signée Jérôme Thomas, de Vitry (Banlieue de Paris).


more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

A Rome, Noël est annulé • Jésus est avorté! • Une "Femen" se dénude place Saint-Pierre pour l'avortement

A Rome, Noël est annulé • Jésus est avorté! • Une "Femen" se dénude place Saint-Pierre pour l'avortement | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it
CHRONYX.be's insight:

Une militante ukrainienne du mouvement des "Femen" a retiré jeudi son teeshirt près de la place Saint-Pierre pour protester contre la condamnation de l'avortement par l'Eglise catholique.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

PARTAGE et ECHANGE deviennent MONNAIE COURANTE

PARTAGE et ECHANGE deviennent MONNAIE COURANTE | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Pourquoi laisser sa voiture au garage lorsqu'on ne s'en sert pas alors que des voisins en auraient probablement l'usage pendant quelques heures ? Pourquoi ne pas louer la chambre d'un de ses enfants parti étudier dans une autre ville à un jeune qui cherche un appartement ? D'ailleurs, pourquoi ne pas lui proposer plutôt quelques heures de jardinage ou de ménage en échange de la chambre ?
• Ces nouveaux modes de partage des biens et des services sont apparus, discrètement d'abord, au début des années 2000. Depuis, plusieurs facteurs ont favorisé leur essor, à commencer par la crise économique de 2008. Les nouvelles technologies telles qu'Internet, et l'équipement croissant en smartphones ont aussi joué un rôle important, car ils permettent à tout un chacun de surfer où qu'il se trouve et d'accéder à des services localisés.
• Partager donne aussi l'occasion de faire de nouvelles connaissances
Aujourd'hui, un automobiliste n'hésite pas à consulter les sites web de co-voiturage pour trouver des compagnons avec qui partager les frais d'un trajet et nombreux sont ceux qui en profitent. Outre que ce moyen de transport soit nettement moins cher que l'avion ou le train, il donne l'occasion à ceux qui le pratiquent de rencontrer des gens nouveaux ! Symptomatiques d'un rapport différent à la propriété d'un bien, ces nouveaux services de partage créent de la valeur économique mais aussi sociale. Leurs mots-clés sont la confiance, la communauté et le collaboratif.
• Le salon européen OuiShare Fest, premier du genre qui s'est tenu au mois de mai à Paris, a rassemblé des dizaines de jeunes entreprises dont l'unique activité est d'organiser le troc ou le partage. De nombreux sites ont vu le jour pour l'échange d'appartements, d'outils de bricolage ou de jardinage, mais aussi pour l'échange de savoirs ou pour des services de proximité, très prisés des étudiants qui profitent de quelques heures de battement entre leurs cours pour aller chercher vos vêtements au pressing ou faire la queue au bureau de poste à votre place. Même votre canapé devient un bien échangeable et peut accueillir des gens de passage. Qui vous hébergeront à leur tour quand vous voyagerez dans leur ville.
• Si cette économie n'est pas encore florissante, peu de sites sont en effet rentables pour l'instant, elle préfigure sans aucun doute les nouveaux modes impulsés par les réseaux sociaux et les jeunes générations, rompues à l'usage des smartphones, des tablettes et connectées en permanence.
http://getreadyfor.ouisharefest.com/

CHRONYX.be's insight:

• Prêter, échanger, partager ses outils, sa voiture ou son appartement lorsqu'ils ne servent pas ? Cette nouvelle économie de partage gagne du terrain et pas seulement auprès des jeunes internautes.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Expo à Anvers • BLACK POWER, BLACK IS BEAUTIFUL • KERRY JAMES MARSHALL • #ArtsVisuels #VenusNegra

Expo à Anvers • BLACK POWER, BLACK IS BEAUTIFUL • KERRY JAMES MARSHALL • #ArtsVisuels #VenusNegra | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

--- Par Guy Duplat --- Expo KERRY JAMES MARSHALL @ Muhka, musée d’art contemporain à Anvers jusqu’au 2 février 2014
• En vrai peintre, K. J. Marshall interroge la question raciale.
• Peut-on être à la fois artiste et militant politique ? C’est ce que démontre Kerry James Marshall, peintre noir américain né à Chicago en 1955, dans la rétrospective que lui consacre le Muhka, le musée d’art contemporain, à Anvers. Toute son œuvre parle du sujet noir, de la condition difficile des Afro-Américains, de la persistance des inégalités sociales et raciales, mais il le fait sous une forme artistique brillante.
• Si Kerry James Marshall (KJM) est aussi photographe, réalise des collages, présente des installations et des vidéos, il est avant tout peintre et c’est comme cela qu’il est le plus convaincant.
• Comme peintre, il réexplore à sa manière l’histoire de l’art. On sait que celle-ci fut faite par les hommes blancs. Les femmes en ont été longtemps exclues. Et les Afro-Américains, de même, comme sujets aussi bien que comme artistes.
• Dans ses œuvres, KJM montre le quotidien, comme dans cette fresque d’un groupe discutant devant une palissade. Mais surtout, il revisite les archétypes. D’abord, la figure du boy-scout qui incarne la bourgeoisie et la classe moyenne. Mais ici, le scout a la peau noire et il est auréolé de lumière car devenu scout, il est une sorte de super-héros d’avoir pu pénétrer dans ce saint des saints du scoutisme blanc et catholique.
• KJM s’immisce aussi du côté des Vénus et des saintes du calendrier. Il explique : "Jusqu’au moment où j’ai lu dans une bande dessinée mexicaine qu’une Vénus pouvait être noire, je n’avais jamais envisagé qu’une femme noire puisse être considérée comme une déesse de l’art et de la beauté". On sait comment longtemps la publicité vers les quartiers noirs américains (ou en Afrique) montrait la femme blanche comme seul idéal de beauté.
• Dans ses tableaux, KJM représente cette "Venus Negra", sur fond noir et or, montrant un cœur comme dans l’iconographie ancienne, parfois faisant allusion à Linda, Cindy et Naomi, le trio des top models au milieu des années 90. Sa peinture veut aussi montrer que la beauté d’une femme noire peut être exprimée malgré la difficulté technique. Dans un autre tableau, "Black Star", il fait surgir une beauté noire d’un tableau qu’on croirait de Frank Stella. La "Black Star Line" était aussi le nom de la compagnie commerciale transatlantique qui proposait de ramener en Afrique les Afro-Américains qui le souhaitaient.
• Il fait le même travail autour des saintes. Ses portraits sont entourés d’une auréole symbolisant l’innocence. Dans les années 90, cela avait un sens politique car de nombreux adolescents noirs des ghettos des grandes villes étaient assassinés dans les guerres des gangs ou arrêtés arbitrairement, sur la base de la seule couleur de leur peau.
• Sur un grand tableau, montrant l’intérieur typique des Afro-Américains des années 70, KJM peint un Noir avec des ailes d’ange qui rend hommage à Martin Luther King.
• KJM a construit d’immenses tampons encreurs pour écrire partout : "We shall overcome", "Black is beautiful" ou "Black power".
• Dans ses photos, il continue ce combat. Quand il montre les médaillons des premiers esclaves et qu’il y met sa photo enfant ou dans ses belles photographies bleues où le sujet devient presque invisible, à l’image de la communauté noire dans la vie artistique.
• Il va loin dans le message en montrant comment on passe de l’étoile juive des nazis à l’étoile à six branches des policiers américains.
• Il revisite l’histoire de la peinture. Avec par exemple, "Nude" (notre photo) qui fait référence à l’"Olympia" de Manet avec une femme nue allongée, fixant le spectateur mais, contrairement à Manet, il n’y a plus ici de servante à ses côtés portant un bouquet de fleurs. Il a aussi repris un célèbre triptyque monumental du peintre Barnett Newman en le réinterprétant sous les couleurs du drapeau panafricain (rouge, noir, vert), avec les bandes de Newman, mais aussi, en filigrane, les mots de James Baldwin défendant Angela Davis inculpée à tort de meurtre dans les années 70.
• Sa question est bien celle de l’art comme légitimation d’un système qui a imposé ses représentations, excluant une partie de la population de ses sujets et de ses artistes. L’art comme reflet d’une technique de marginalisation.
• Mais répétons-le, KJM le dénonce en vrai artiste.

CHRONYX.be's insight:

En vrai peintre, K. J. Marshall interroge la question raciale.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Opinon • Face à la PROLIFERATION de RADARS, je m’interroge • Et bientôt la BOÎTE NOIRE dans tous les véhicules? • #BigBrother is watching you

Opinon • Face à la PROLIFERATION de RADARS, je m’interroge • Et bientôt la BOÎTE NOIRE dans tous les véhicules? • #BigBrother is watching you | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

-- Une opinion de Drieu Godefridi, chroniqueur ---
• Face à la prolifération de radars, je m’interroge. Certes, il s’agit de protéger la vie de nos enfants… En attendant qu’on généralise à tous les véhicules la boîte noire qui permettra à l’administration de retracer tous nos déplacements motorisés.
• Je ne sais pas si, comme moi, vous avez noté la belle efflorescence de bornes radars d’un genre nouveau. Ces bornes sont faciles à reconnaître : immenses colonnes massives de près de trois mètres de haut, tout d’un tenant, vert-de-gris aux armes de la police fédérale, avec une merveille de petit "œil" à l’arrière, et un autre à l’avant.
• On vient d’installer un exemplaire de cette belle réussite technologique belge sur le Dieweg, à deux pas de mon bureau. Pourquoi ? Parce que, sur le Dieweg, il y a deux écoles ! Ainsi, l’affaire est entendue : il s’agit de protéger la vie de nos enfants, vous préférez qu’on les écrase ?
• Comment nier que la prolifération des radars ait permis de réduire considérablement le nombre de victimes de "la "violence routière" ? N’est-il pas légitime, dans ces conditions, de multiplier les radars, jusqu’à tant que chaque criminel de la route en puissance respecte enfin les limitations de vitesse, dans toute la chatoyante variété que nous leur connaissons ? Certes.
• Osons cependant trois remarques.
• Les études scientifiques indiquent que l’amélioration de la sécurité passive des véhicules, et non la vitesse, l’emporte sur la plupart des facteurs (taille du pays, composition, densité et qualité du réseau routier, population, composition du parc, présence de trafic international et touristique, comportement des usagers) dans la réduction de la victimisation sur la route.
• Deuxième remarque : il se trouve, mais c’est une pure coïncidence, que cette lutte héroïque contre la terrible violence routière rapporte énormément d’argent à l’Etat. Bien sûr, ce noble combat est avant tout moral. Mais relevons tout de même que, du point de vue économique, un radar rapporte beaucoup plus qu’il ne coûte (aussi longtemps que les criminels routiers ne se mettent pas à les détruire, comme c’est actuellement chez les sauvages d’Armorique).
• Observons enfin que la multiplication de ces yeux de l’Etat et de la vertu est concomitante du surgissement tellurique de tout un appareillage électronique, infiniment diversifié, de contrôle et de répression des citoyens, des caméras de sécurité qui pullulent désormais dans nos villes jusqu’aux fameux "portiques" destinés, en France, à recueillir "l’écotaxe" (dont 23 % du produit aurait été à un consortium d’entreprises privées appartenant, entre autres, à la banque américaine Goldman Sachs). En attendant qu’on généralise à tous les véhicules cette boîte noire - l’Etat comme passager permanent - qui permettra à l’administration de retracer tous vos déplacements motorisés…
• Il ne s’agit ici que de quelques éléments disparates, qui n’ont d’autre prétention que de nourrir la réflexion de chaque citoyen, nullement de remettre en cause la beauté juste de la croisade de l’Etat contre la criminalité routière.
• Concluons sur cette phrase de Benjamin Franklin : "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux."
• Disclaimer (dégagement de responsabilité) : Non, je n’ai pas été "flashé" par l’œil du Dieweg.

 

 

CHRONYX.be's insight:

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux." (Benjamin Franklin)

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

#Belections2014 • Anvers veut contraindre les bénéficiaires du CPAS à travailler • #NVA

#Belections2014 • Anvers veut contraindre les bénéficiaires du CPAS à travailler • #NVA | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• La présidente du CPAS d'Anvers, Liesbeth Homans (N-VA), s'inspire d'une loi entrée en vigueur aux Pays Bas où les bénéficiaires de l'aide sociale devront, à partir de l'année prochaine, fournir un travail en échange, par exemple en nettoyant les rues.
• Liesbeth Homans veut contraindre les bénéficiaires d'un revenu d'intégration à travailler en contrepartie de l'argent qu'ils reçoivent de l'Etat. Les récalcitrants perdraient leur allocation. Selon la mandataire nationaliste, 95 pc de ces bénéficiaires sont en mesure d'exercer un emploi, a-t-elle indiqué dans les colonnes de "Gazet van Antwerpen" et "Het Belang van Limburg". La présidente du CPAS s'inspire d'une loi entrée en vigueur aux Pays Bas où les bénéficiaires de l'aide sociale devront, à partir de l'année prochaine, fournir un travail en échange, par exemple en nettoyant les rues.
• A Anvers, certains allocataires sont déjà mis à contribution mais il n'est pas possible de les contraindre à travailler, regrette Mme Homans, sous peine de se retrouver devant un tribunal. La présidente du CPAS réclame donc une modification de la loi fédérale.
• "Le gouvernement doit faire en sorte que nous puissions nous aussi contraindre les bénéficiaires du revenu d'intégration. Ca marche aux Pays Bas, ça doit marcher chez nous aussi", a-t-elle souligné.
• La ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (sp.a), ancienne présidente du CPAS d'Anvers, ne partage pas ce point de vue. Elle évoque notamment le cas des universitaires qui reçoivent le revenu d'intégration parce qu'ils n'ont pas encore suffisamment travaillé pour bénéficier des allocations de chômage.
• "Est-ce que ces gens doivent nettoyer les rues? Je ne le crois pas. La contre-prestation que l'on offre doit être en rapport avec la personne à qui on la demande. On ne peut pas demander une contrepartie simplement parce que des gens reçoivent de l'argent de l'Etat. Cette justification n'est pas correcte", a-t-elle expliqué.

CHRONYX.be's insight:

• Les bénéficiaires de l'aide sociale devraient, selon la présidente du CPAS d'Anvers, Liesbeth Homans (N-VA), fournir un travail en échange, par exemple en nettoyant les rues. Les récalcitrants risqueraient de perdre leur allocation. Que penser de cette proposition à Anvers? Préfigure-t-elle l'avenir de la sécurité sociale en Belgique. On peut le craindre lorsque l'on connaît les positions somme toute assez proches du CD&V, exprimées par son président tout juste réélu, Wouter Beke: "Les allocations et indemnités sociales doivent être des «investissements»!". (http://minu.me/bgkn)
• Et que penser alors de la réaction de Monica De Coninck? "La contre-prestation que l'on offre doit être en rapport avec la personne à qui on la demande". La réponse de la ministre de l'Emploi et ancienne présidente du CPAS d'Anvers, membre du SP-A tout de même, nous rappelle la phrase de La Fontaine: "Selon que vous soyez puissant ou misérable, les juges de la cour vous rendront blanc ou noir".

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Le RAP s’échappe de la WORKING CLASS • #Blackgeoisie #Gentrification

Le RAP s’échappe de la WORKING CLASS • #Blackgeoisie #Gentrification | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

--- Par Marie OTTAVI et Guillaume GENDRON ---
• En 2010, Tyler the Creator, petit prince du rap cynique, arborait un étrange « Free Earl » sur ses tee-shirts de skateur. Le Earl en question, Sweatshirt de son surnom, 16 ans à l’époque et déjà l’un des prodiges du collectif Odd Future, avait disparu des trottoirs de Los Angeles où il avait l’habitude de traîner avec sa bande. Direction: une école spécialisée pour enfants difficiles qui n’avait rien d’une maison de correction. Cet établissement hybride, le Coral Reef Academy, mi-camp de vacances mi-école de la dernière chance, est située sous les tropiques, en Polynésie, dans un cadre idyllique et fort onéreux. La mère de Earl, professeur de droit à la prestigieuse UCLA, avait choisi de l’y envoyer en espérant qu’il abandonne le rap pour embrasser un cursus plus académique. Au programme du «stage de reconversion»: nage avec les baleines, sessions thérapeutiques et immersion dans la culture samoane. Loin du ghetto où il n’a finalement jamais habité.
• Car le garçon, qui vient de publier Doris, l’un des meilleurs albums de la rentrée, illustre la montée en puissance d’une nouvelle génération de rappeurs issus de milieux favorisés. Invité à rapper sur le brillant Super Rich Kids, tube 2012 de son ami Frank Ocean, Earl Sweatshirt disséquait le désenchantement de la jeunesse dorée de la côte ouest. Ces «problèmes» de gosses de riches contrastent avec les grands récits presque épiques qui ont sous-tendu l’œuvre d’une majorité de rappeurs, de Tupac à Jay Z, et qui garantissaient leur street cred – leur crédibilité «de la rue».
• Sur ce genre de CV, un passé sordide, une arrestation, une fusillade et un passage en prison semblaient obligatoires pour avoir droit de cité dans le hip-hop, et accrocher l’attention d’un public friant d’écrits autobiographiques. Certes, deux des meilleurs albums 2012 ont été réalisés par des enfants du ghetto comme A$AP Rocky (Harlem) et Kendrick Lamar (Compton). Et certes, aussi bien Eminem, éternel white trash né dans une banlieue misérable de Kansas City, que Jay Z (lire l’encadré) rappellent dans tous leurs albums leur itinéraire «rags to riches» (ou comment passer de la «misère aux millions»).
--- Polos pastels et blackgeoisie ---
• Mais la « blackgeoisie » comme on l’appelle, incarnée par Kanye West, s’est emparée d’une part de marché non négligeable dans le hip-hop. Fils d’un Black Panther devenu photographe à Atlanta et d’une professeur d’université, Kanye West n’a jamais eu de complexe quant à son manque de proximité avec les quartiers, amplifiant même le décalage à ses débuts, il y a dix ans, puisqu’il portait les polos pastels preppy des fils de bonne famille.
• Rejeté au départ par les maisons de disques qui ne voulaient rien miser sur un artiste n’ayant pas le « profil » gangsta rap, West a vite renversé la tendance. Dès sa trilogie universitaire (un album égale une année d’études: The College Dropout, Late Registration et Graduation) sortie à l’orée des années 2000, « Yeezy » abordait les thèmes chers à son cœur : carriérisme, matérialisme et complexes identitaires de la classe moyenne noire, alors en pleine expansion. Plus crooner mais tout aussi opportuniste, Drake, 26 ans, né dans le showbiz au sein d’une famille de musiciens (son père fut le batteur de Jerry Lee Lewis) est devenu en quatre albums un artiste qu’on adore ou qu’on déteste. Originaire de Toronto, au Canada, il a toujours cultivé l’ambivalence quant à ses origines et dans ses premières mixtapes, en 2006, il dissertait sur la solitude, ou les peines de cœur des riches et célèbres. Avec Started From The Bottom (« commencé tout en bas »), son single sorti en février, retournement de veste en satin ! Le même Drake tentait de faire croire qu’il avait, lui aussi, trimé pour s’en sortir, réinventant ainsi, comme tant d’autres avant lui, le mythe de ses origines. Mais la blogosphère musicale s’est chargée de lui rappeler qu’on ne la lui faisait pas…
--- Un hip-hop gentrifié ---
• De fait, les rappeurs bourgeois s’emparent des histoires de cœur, de mode, de swag. « Les rappeurs issus de la classe moyenne et de milieux huppés ne cherchent pas à représenter le ghetto, dont ils ne viennent pas. Ils se concentrent sur leurs démons intérieurs, constate Sylvain Bertot, auteur de Rap, hip-hop : trente années en 150 albums, de Kurtis Blow à Odd Future (1). Ils s’éloignent du matérialisme du gangsta rap, et de la description des réalités sociales du rap engagé, pour rejoindre les préoccupations sentimentales plutôt associées au rock et même au folk. » Comme le rappelle Macklemore dans White Privilege,« le hip-hop s’est gentrifié ».
• Ce rappeur blanc de la banlieue chic de Seattle a vu sa notoriété exploser cette année grâce à Same Love, plaidoyer pro-mariage gay (et gentiment niaiseux). Contrairement à ses aînés, Macklemore, 30 ans, ose questionner sa légitimité, lui qui a eu « la chance et le privilège d’avoir des parents qui pouvait [l’envoyer] à l’université », rappe-t-il. Du côté de Beverly Hills, Jaden, le fils de Will Smith, est loin de se poser ce genre de questions. Richissime, déjà star, people parmi les people, il se lance dans le hip-hop premier degré. Comme Kanye West ou Drake avant lui, il se définit comme un « wannabe ghetto kid ». Du haut de ses 15 ans, il brode, façon Snoop Dogg des débuts, sur le spleen des héritiers tout en jouant les caïds, en bandana et débardeur noir à la Justin Bieber. Dans sa mixtape sortie en octobre 2012, il nargue ceux qui « bavent parce qu’il est super-riche ». Le pire, c’est que cela pourrait bien lui valoir le succès.
• Jay z, au-delà du rapLa revanche de l’anti gosse de riche ça pourrait être celle de Jay Z. Lui, vient de nulle part, il en a assez parlé dans ses morceaux. Ancien dealer des trottoirs de Bed-Stuy, quartier craignos de Brooklyn, Shawn Carter de son vrai nom, est désormais plus qu’un simple rappeur à qui tout a réussi. Jay Z, 43 ans, est devenu en vingt ans une icône et le symbole d’un certain capitalisme, mêlant hip-hop, show biz et sport de haut niveau, qui parle aux prolétaires comme à l’Amérique blanche et pas seulement white trash. Homme d’influence, proche d’Obama, donateur clef de sa dernière campagne, capable de lever 3 millions d’euros en une soirée, le mari de Beyoncé a choisi de réinvestir sa fortune dans autre chose que les parures bling-bling chères à ses camarades du hip-hop.
• Certes Beyoncé, la mère de sa fille, le devance largement (numéro 4) dans le classement des artistes qui ont généré le plus de profit cette année, mais Jay Z (32e au classement Forbes) n’en est qu’aux prémices de sa nouvelle vie. Pour l’instant, le quadra place ses pions : son contrat de 15 millions d’euros avec Samsung, Magna Carter sa tournée qui commence, Roc Nation, son label de musique qui gère l’image de Rihanna, le Budweiser Made in America, son festival  organisé à Philadelphie début septembre, et surtout, ses nouvelles activités d’agent de sportifs via Roc nation sports. L’ensemble a fini de le consacrer puissant parmi les puissants, dont chaque sortie devient hautement politique et que personne n’ose critiquer. Mis à part les Queens of the Stone Age qui l’ont récemment qualifié de «cinglé», lui reprochant son approche tout marketing. Et les affaires marchent si bien qu’on se demanderait presque si le rap n’est pas devenu pour lui une danseuse parmi d’autres.

CHRONYX.be's insight:

• Les nouveaux princes du rap chantent leurs peines de cœur et leur désenchantement de gosses bien-nés: de Earl Sweatshirt à Macklemore, ou Kanye West avant eux, aucun ne revendique son appartenance au ghetto, et pour cause. Un changement de classe, mais pas de style.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Gelons les profits, pas les salaires ! • MANIFESTATION à Bruxelles le JEUDI 26 SEPTEMBRE à 17h • #Competitivité #Solidarité #Appauvrissement

Gelons les profits, pas les salaires ! • MANIFESTATION à Bruxelles le JEUDI 26 SEPTEMBRE à 17h • #Competitivité #Solidarité #Appauvrissement | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• La CNE, la régionale bruxelloise de la CGSP-ACOD ALR-LRB et la fédération CSC/ACV Bruxelles Halle Vilvoorde ont rejoint l'appel des Comités Action contre l'austérité en Europe à une manifestation contre le durcissement de la loi de 1996 sur la compétitivité.  Nous nous réunirons ce jeudi 26 septembre à 17h à la colonne du Congrès pour manifester autour du parlement fédéral.
• Cette mobilisation a pour objectif de dénoncer l'appauvrissement des travailleur/ses et la destruction de la liberté de négociation collective qu'entraînerait le vote d'un durcissement de la loi de 1996 dite de "sauvegarde de la compétitivité".
• Le gouvernement envisage de définir de manière beaucoup plus stricte la norme salariale, d’interdire toute négociation réelle par le chantage de faire payer des sanctions aux employeurs qui ne respecteraient pas la norme, d'octroyer des réductions de cotisations supplémentaires à ceux qui n'augmenteraient pas les salaires.
Le gouvernement et le patronat sont formels : les travailleur/ses belges ne sont pas assez compétitifs. Cette affirmation n'est pourtant pas une vérité économique, c'est une position politique de classe qui sert de justification pour diminuer les salaires, faciliter les licenciements et détruire les droits sociaux. C'est d'ailleurs intéressant d'observer qu'il n'y a aucun accord sur le chiffre représentant l'écart salarial entre la Belgique et nos voisins la France, les Pays-Bas et l'Allemagne. En juin, le gouvernement se basait sur un écart de 4,6% qu'il fallait supprimer totalement d'ici 2018, alors que le groupe d'experts qu'il a mandaté pour étudier la question a révélé en juillet dernier que cet écart n'était que de 0,5% si l'on tenait compte des aides publiques à l'emploi octroyées aux entreprises privées (qui représentent plus de 11 milliards). Un rapport du Bureau fédéral du plan de 2012 mentionne d'ailleurs que "le taux de marge des entreprises belges s’est amélioré grâce à l’extension très rapide à partir de 2005 des subventions salariales,(...) contribuant à la détérioration des finances publiques". La FEB, quant à elle, considère que ce qu'elle nomme le "handicap salarial" est de 16,5%.
• Le discours sur la compétitivité, focalisé sur les salaires, sert à mettre les travailleur/ses en concurrence dans l'entreprise, au niveau national, européen et international. Il faut être compétitifs par rapport aux travailleur/ses des autres pays, mais aussi par rapport aux intérimaires payés au plus bas niveau, par rapport aux travailleur/ses sans papiers dont on exploite la misère ou encore par rapport aux travailleur/ses sans emploi activés puis remis au travail dans des conditions revues à la baisse... Cette tendance se retrouve également dans les services publics locaux où l'on constate une augmentation des postes subsidiés qui mettent en péril le statut et le cadre du personnel. En résumé: la compétitivité, c’est la guerre
de tous contre tous !
• Dans un jeu compétitif, il y a toujours des gagnants et des perdants. Et les perdants sont les travailleur/ses. Pendant que le gouvernement belge exige des travailleur/ses qu'ils et elles soient plus compétitifs que les Allemands, le gouvernement allemand exige de "ses" travailleur/ses d'être plus compétitifs que les Chinois. C'est une spirale infernale. L'Allemagne serait un modèle alors qu'il y a 7 millions de mini-emplois à 400€/mois, 15% de pauvreté, pas de salaire minimum, pas d'indexation, que les salaires nets les plus faibles ont chuté de 16 à 22% entre 2000 et 2010.
• La compétitivité est un prétexte pour organiser la course aux salaires les plus bas. C'est pour entraîner les salarié/es dans ce jeu là que le gouvernement discute d'une loi qui sacrifierait notre liberté de négociation. Alors qu'une des pistes de relance serait de modifier la répartition des richesses en faveur des travailleur/ses avec et sans emploi! Alors que les dividendes versés aux actionnaires ont augmenté de 300% ces 10 dernières années! Alors que le revenu disponible des ménages n'a augmenté, lui, que de 13%, nous refusons que le gouvernement impose le gel des salaires.
• La compétitivité n’est pas notre affaire, la solidarité oui !

CHRONYX.be's insight:

• Manifestation le 26 septembre à 17h
  départ de la Colonne du Congrès (rue Royale – Bruxelles)
• Au nom de la sacro-sainte compétitivité, le gouvernement veut bloquer les salaires en 2013-14, et modifier la loi de 1996 sur la compétitivité pour prolonger ce blocage au delà de 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

HAUTE PRESSION • du 1er au 12 OCTOBRE au Théâtre VARIA • Réservez vos places au prix de 8€ au lieu de 20€ !!!

HAUTE PRESSION • du 1er au 12 OCTOBRE au Théâtre VARIA •  Réservez vos places au prix de 8€ au lieu de 20€ !!! | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Une cour de ministère. Au milieu, un masque gardé jour et nuit par deux gardiens. Ce masque vient de loin  géographiquement et de si loin dans le temps, qu’il semble être doté de pouvoirs magiques. Peut-être  vaudous?  …  Dans tous les cas, depuis qu’il est exposé, tout se déglingue. Du Sud au Nord, du Nord au Sud, le pays tout entier - et dans les deux langues -, est bouleversé. Le  monde est  chamboulé.  Journalistes, scientifiques, politiques, militaires … tous sont aux aguets et au taquet. C’est la haute pression partout, et ça l’est aussi dans le chef des deux pauvres gardiens qui ont en permanence le masque sous les yeux. Hallucination ou réalité ? Qui va trouver la solution pour rétablir l’ordre?
• Auteur de la pièce et metteur en scène du spectacle, DENIS MPUNGA porte en lui un double regard sur le monde puisqu’il est né en République démocratique du Congo et vit en Belgique depuis l’âge de ses 13 ans. Il se fait ici en quelque sorte un "nettoyeur Haute pression", en s’amusant de la raison, des croyances, des pouvoirs, des phobies, et des hommes. En un mot, "des créations de l’esprit" … Si la pièce est hautement drôle, elle n’en est pas moins sérieuse sur la migration et le déplacement des personnes.  Ne serait-il pas temps des deux côtés, de changer nos regards et nos paroles?

CHRONYX.be's insight:

• La team Chronyx.be vous invite à découvrir le spectacle "HAUTE PRESSION" de DENIS MPUNGA, du 1er au 12 OCTOBRE au THEATRE VARIA (78 rue du Sceptre - 1050 Bruxelles).
Avec Karim Barras, Frédéric Lubansu, Alexandre Trocki et Simone Gomis (danseuse), Osvaldo Hernandez, Patricia Hernandez (musiciens).
• Réservez maintenant vos places au prix de 8€ au lieu de 20€ !!!
Il suffit de téléphoner au THEATRE VARIA au 02 640 82 58, en précisant bien le CODE de réduction "CHRONYX.be". La billetterie est ouverte du mardi au vendredi de 13h à 19h - http://www.varia.be

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

Perspectives • SPIKE LEE... • Being Independent & Funding It (1 of 5)

• As a filmmaker whose bones were made from his anthology of indie movies about life in Brooklyn, New York, Spike Lee was “doing Kickstarter before there was Kickstarter.” Weeks after causing critics discomfort in his crowd-sourcing methods to fund his latest project, the 40 Acres and a Mule Filmworks founder sat down with STARK to explain the challenges of being and remaining an independent filmmaker.
• Being an independent filmmaker is a rough road. That means that by means necessary I have to get financing for the projects. Studios provide you with with that capital, but there’s a price for capital. It’s always been like that. The more that one is given, the more control the powers that be expect to have in the creative process.
• Check out more of Spike Lee as he further discusses why crowd-sourcing really works.

more...
No comment yet.
Scooped by CHRONYX.be
Scoop.it!

BULGARIE • Des députés et ministres assiégés plus de 9 heures au Parlement

BULGARIE • Des députés et ministres assiégés plus de 9 heures au Parlement | CHRONYX 4 CHANGE : un autre monde est possible ! | Scoop.it

• Une trentaine de députés, trois ministres et des journalistes étaient assiégés pendant plus de neuf heures dans le Parlement bulgare par des manifestants qui protestent depuis 40 jours contre le gouvernement et « l’oligarchie », laquelle dirige, selon eux, le pays.

• Environ 2.000 manifestants, selon un journaliste de l’AFP sur place, entouraient le Parlement où siégeaient mardi en fin d’après-midi trois commissions au sujet d’une actualisation du budget.

• Ce n’est que vers 03H30 locales, (0H30 GMT) mercredi, que la police a brisé une barricade improvisée des manifestants pour faire passer plusieurs camionnettes, a constaté un photographe de l’AFP.

• Des journalistes bloqués au parlement ont constaté que les ministres et des députés avaient quitté le bâtiment assiégé.

• Une heure plus tard toutes les personnes bloquées au parlement l’ont quitté en voiture ou même à pied par un couloir protégé, alors que les manifestants avaient fortement diminué, selon la radio publique BNR.
Au moins neuf personnes dont deux policiers ont été blessées mardi soir, selon des sources hospitalières. Le ministre de l’Intérieur, Tsvetlin Yovtchev, a déclaré que la police n’avait pas eu recours à la force. Des manifestants ont jeté des pierres et d’autres objets, a-t-il précisé.

 

CHRONYX.be's insight:

• Les médias mainstream n'en parlent encore que timidement mais cette fois ça se passe el et bien EN EUROPE...

more...
No comment yet.