Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
640 views | +0 today
Follow
Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
Chroniques personnelles publiées également sur Tumblr (http://julien-lecomte.tumblr.com), mais pas sur http://www.philomedia.be : prises de position, études de cas, analyses critiques... Thèmes : philosophie (épistémologie et éthique), médias, enseignement et société
Curated by Julien Lecomte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Confiance et défiance envers les médias

J'ai été interviewé pour cet article relatif à la confiance envers les médias, dans le journal Le Monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/09/26/sale-temps-pour-les-medias_3485500_3246.html

 

J'y tiens le propos suivant : "Parfois, afficher de la méfiance est une façon de se positionner socialement".

 

Au-delà de ce passage cité, la question est très complexe et peut être abordée selon de nombreux points de vue, notamment en regard des opinions déclarées des usagers à l'égard des médias (par exemple via le baromètre TNS Sofres - http://www.tns-sofres.com -, également cité dans l'article), mais aussi en fonction des comportements de consommation de ceux-ci, ou encore de leur signification sociale et culturelle.

 

Plusieurs raisons factuelles peuvent alimenter une certaine défiance (accointances, orientations idéologiques, erreurs, coquilles, simplisme, stratégies marketing fallacieuses, etc.). Une question consiste à se demander si les médias remplissent toujours bien leur rôle social de contre-pouvoir, dès lors qu'il sont eux-mêmes sujets à un tel contre-pouvoir.

 

Cependant, il serait faux de croire que la méfiance est généralisée, absolue (et en outre qu'elle ne serait que rationnelle). Avec Internet, elle trouve de nouveaux lieux où s'exprimer (il suffit de lire les commentaires sur les sites de presse - le cas des trolls, notamment -, ou encore de constater la montée en nombre de sites d'info alternatifs), et elle trouve également un écho dans les médias traditionnels eux-mêmes, via certaines rubriques ou émissions (cf. ma chronique pour l'asbl Gsara : http://www.scoop.it/t/media-et-societe/p/4008274957/causes-toujours-30-pdf).


Par ailleurs, celle-ci n'est pas toujours rationnelle, mais plutôt socio-affective, voire orientée (cf. http://www.philomedia.be et http://www.scoop.it/t/media-et-societe/p/4002779009/critique-des-medias-critique-logique-ou-critique-sociale).

Je consacre une bonne partie de mon ouvrage "Médias : influence, pouvoir et fiabilité" (http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=38392) à la question de la confiance envers les médias.

 

Voir aussi :

- http://www.philomedia.be

- https://ed.stanford.edu/sites/default/files/party_over_policy.pdf

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Centaines de chaines TV, titres de presse multiples (mais uniformisés), radios et sites web : y a-t-il trop de médias d'info ?

En quelques années, on a pu assister à pas mal de changements dans le paysage médiatique belge francophone. Le dernier fait marquant en date est sans doute le rachat des journaux l'Avenir par Tecteo.

 

A cette occasion, @SzocEd écrit sur Twitter un vibrant hommage à Joe Dassin : "On lira Où tu voudras Quand tu voudras Et l'on s'aimera encore Lorsque l'Avenir sera mort".

 

Derrière ce tweet humoristique se cache une question de fond : et si, demain, tel ou tel titre de presse disparaissait ? Et si, comme en Grèce ou en Espagne, certaines de nos chaines de télévision étaient appelées à disparaitre ? Ces médias ont-ils toujours une utilité ?

 

En effet, en Belgique francophone, on a connu une forte démultiplication des médias.

 

En télévision, par exemple. Coté service public, on pouvait autrefois regarder la RTBF et la chaine locale de sa région. De longue date, la Belgique a également pu capter les chaines de télévision françaises, TF1, FR2, FR3... La RTBF décline aujourd'hui ses programmes sur trois chaines (et plus si affinités...). Il est désormais très simple de regarder par ailleurs les télés locales des autres régions. Coté privé, on a vu la naissance de deux chaines chez RTL (Club et Plug), ainsi que AB3 et AB4. Désormais, il faut ajouter à cela (en vrac) i>tele, BFMTV, StarTV, Gulli, Direct8, les chaines dites autrefois "musicales", Eurosport, les nombreuses chaines thématiques (sports, sexe, dessins animés, nature, sciences, etc.) et j'en passe. Ce, rien qu'au niveau des chaines francophones.

En radio, la saturation du réseau FM a conduit le CSA à établir un plan de fréquences afin de limiter les interférences, ce qui a notamment conduit à la "mort" de Mint - qui, au passage, offrait un programme visant le même public cible que PureFM, mais était plus appréciée...

 

En presse écrite, là encore, la francophonie belge a connu une assez bonne diversité, avec les éditions de l'Avenir, le groupe Rossel (Le Soir + Sud Presse), IPM (La Libre + La DH). Pour en savoir plus : http://www.csa.be/pluralisme/groupes
Sans compter les magazines comme Cine-tele revue ou tele moustique, sachant qu'ils cartonnent toujours en tête des classements des canards écrits. Nous ne nous attardons pas sur des cas plus spécifiques comme Marianne Belgique et les nombreux autres petits ou grands "nouveaux acteurs" du paysage, mais il est intéressant d'en souligner la présence.
La réflexion implique surtout ici un autre grand acteur : Internet. Avec Internet, on a notamment vu l'émergence des sites d'information écrite des grandes chaines de télévision que sont la RTBF et RTL-TVI, mais aussi de nouveaux acteurs comme 7sur7, sans compter les nouveaux canaux de diffusion et de partage de l'info en temps réel.

De manière générale, Internet a offert l'accès à de nombreux médias plus ou moins classiques ou alternatifs, tous supports confondus (presse écrite, radio/podcast, photos et images, vidéos...).

 

Cette diversité quantitative est-elle cependant synonyme de diversité qualitative ? Par exemple, la RTBF offre-t-elle aujourd'hui sur ses trois chaines publiques un service fondamentalement différent de ses concurrents privés (voire au niveau de ses partenaires locaux) ? Dans la mesure où il y a une grande uniformisation de l'information, perdrait-on en diversité si un titre de presse - voire un groupe de presse entier - disparaissait ? N'y a-t-il pas trop de journalistes ?

 

La réponse n'est certainement pas simple, et je propose notamment de lire mon entretien avec Marc de Haan, directeur de Telebruxelles, pour se faire une idée des enjeux d'un journalisme émancipateur : http://www.philomedia.be

 

Cependant, pour chaque média (entendu comme chaine de tv / de radio, titre de presse), il importe de se poser la question de savoir où se situe la plus-value que celui-ci apporte au public. Ce média a-t-il une valeur, non seulement monétaire (parce que c'est un paramètre qui explique la démultiplication des titres), mais aussi sociétale ?
En d'autres termes, pour chaque média, on pourrait se demander si, au-delà de la dimension économique, il fait vraiment la différence. Cette différence peut être de l'ordre de l'information et de sa qualité (son exactitude, sa diversité, etc.), mais aussi du divertissement, de la socialisation... Il ne s'agit pas de poser un jugement moral trop souvent rencontré dans le domaine de la critique des médias (cf. http://www.scoop.it/t/chroniques-inedites/p/4003445565/critique-des-medias-critique-logique-ou-critique-sociale ), mais bien simplement de réfléchir à l'intérêt, à l'utilité, de tel ou tel média dans le contexte d'offre gigantesque dans lequel celui-ci est supposé évoluer.

A mon sens et à l'heure de la "consommation à la demande", cette réflexion importe également (voire surtout?) en tant que programmateur de chaine de télévision ou rédacteur en chef.

more...
Béatrice D.'s curator insight, September 13, 2013 2:17 PM

Centaines de chaines TV, titres de presse multiples (mais uniformisés), radios et sites web : la Belgique a du mal à trouver médias à son pied.  

Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse | Chroniques inédites (Philosophie, médias et société) | Scoop.it

Deux choses :

- De la nécessité (?) de préciser le nombre de morts / blessés dans le titre (seule chose qui compte = chiffrer le drame?)

- De la précision ridicule de ces chiffres alors que les informations (officieuses ou officielles) divergent manifestement

more...
Julien Lecomte's curator insight, May 4, 2013 6:42 PM

Deux choses :

- De la nécessité (?) de préciser le nombre de morts / blessés dans le titre (seule chose qui compte = chiffrer le drame?)

- De la précision ridicule de ces chiffres alors que les informations (officieuses ou officielles) divergent manifestement

Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Twitter / BlogPhilo: La critique traditionnelle ...

La critique traditionnelle des médias pointe des préférences particratiques. Quid de l'idéologie d'un clash nécessaire entre les idées?

 

Que "les" journalistes et "les" gens aient des opinions est normal, mais même des pseudo-intellectuels ne relèvent que les petites phrases.

 

Si l'on sait aujourd'hui que les diverses joutes et débats ont un résultat difficile à mesurer quant aux votes (quid des millions d'euros dépensés en campagnes d'affichages et en papier?), il me semble également légitime de s'interroger sur cette présentation qui lie intimement la discussion et la guerre... Cette idéologie -parmi d'autres- me parait bien plus pernicieuse que la question réductrice et trompeuse des préférences affichées ou non des journalistes. Elle ne se limite d'ailleurs pas à leurs pratiques, mais aussi aux façons de lire et interpréter de leurs publics.

 

Lire mon article "Lakoff - La discussion, c'est la guerre" : http://www.philomedia.be

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing | Chroniques inédites (Philosophie, médias et société) | Scoop.it

Publié le 10 septembre 2013 par Julie Vanderkar (Gsara asbl)

Rencontre avec Julien Lecomte, titulaire d’un Master en information et communication, expert auprès du Csem (2012-2013), auteur du livre « Médias : influence, pouvoir et fiabilité » et qui traite notamment d’éducation aux médias.

 

Thèmes abordés :

- Fonctionnement des médias : publicité, économie et impacts sur les contenus et leur fiabilité (exemples : RTBF, RTL-TVI... + phénomènes clash, buzz, etc.)

- Agenda setting (Mc Combs & Shaw)

- Le(s) public(s) sont-ils demandeurs ? Divertissement, socialisation et/ou info

- Analyse critique des médias et médias critiques : Acrimed, Petit Journal, @rrêt sur images, MediaTIC, Medialog...

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Critique des médias : critique logique ou critique sociale ?

La critique des médias est-elle une critique logique, rationnelle, ou bien une critique sociale ?

 

BHL, Onfray, LaDH, TF1, M6, Direct8, Paris Match, RTL, SudPresse en Belgique ou encore Nabilla sont des exemples parmi d'autres de cette problématique.

En effet, ils sont les objets d'une critique plus ou moins légitime et parfois très grave (selon les cas), mais aussi - voire surtout - le faire-valoir favori de certains qui les dénigrent...

 

De manière générale, la fonction de socialisation du média permet d'en comprendre de nombreux phénomènes.

 

En effet, de nombreuses personnes regardent la téléréalité, tout en critiquant cette dernière. Autrement dit, même majoritairement - voire unanimement critiqués -, certains contenus sont massivement consommés, partagés et commentés. La raison est qu'il y a tout un jeu social autour de cela : si on ne connait pas Nabilla, on ne peut pas participer à une conversation qui parle de Nabilla. Au travail ou dans la cour de récré, il y a ceux qui ont ce sujet de conversation, alors que les autres ne l'ont pas.

 

Les contenus massivement consommés ou partagés sont en général ceux qui ont le plus de "valeur ajoutée de socialisation". Cela explique le succès des émissions de "zapping" ou qui "parlent des médias", voire de l'info : ils reprennent les principaux sujets de conversation potentiels.

 

Pour moi, la critique émanant de certains milieux dits "lettrés", "cultivés" par rapport à des contenus dits plus "populaires" répond également à ce principe, au moins dans une certaine mesure.

 

Si elle est basée sur plusieurs critères rationnels (qui ne sont pas nécessairement les critères de consommation de ces contenus, indice d'une dissonance culturelle : par exemple, on oppose implicitement "connaissance" et "politesse" à "plaisir" et "divertissement"), elle dépend également d'un positionnement socioaffectif, culturel.

 

Autrement dit, prendre la peine de dénigrer ces personnages et ces contenus, c'est se positionner socialement, c'est dire quelque chose de soi, en versant parfois dans les biais cognitifs (biais de confirmation d'hypothèse, par exemple) ; les erreurs de perceptions et de jugements.

 

En conséquence, critiquer les médias, selon moi, c'est savoir aussi se remettre en cause dans notre propre approche des médias. C'est adopter une approche réflexive par rapport aux valeurs, opinions (confiance, méfiance...), croyances, discours, usages, pratiques et comportements à leur égard.

 

Voir aussi :

- http://www.philomedia.be

- https://ed.stanford.edu/sites/default/files/party_over_policy.pdf

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Philosophie et société
Scoop.it!

Se méfier du "il n'y a pas de recette"

Se méfier du "il n'y a pas de recette" dans l'apprentissage &/ou face aux médias [pluralisme vs relativisme], mais aussi, bien sûr, se méfier des recettes "miracles" [vs dogmatisme].

 

En réalité, il y a bien des recettes toutes plus ou moins adéquates / pertinentes / efficaces / utiles dans une certaine mesure et dans un certain contexte.

 

En corollaire, il importe de se méfier également de ceux qui prétendent détenir une recette "universelle", souvent simpliste...

 

Pour approfondir cette question : http://www.philomedia.be

more...
Julien Lecomte's curator insight, April 10, 2013 5:13 AM

Se méfier du "il n'y a pas de recette" dans l'apprentissage &/ou face aux médias [pluralisme vs relativisme], mais aussi, bien sûr, se méfier des recettes "miracles" [vs dogmatisme].

 

En réalité, il y a bien des recettes toutes plus ou moins adéquates / pertinentes / efficaces / utiles dans une certaine mesure et dans un certain contexte.

 

Pour approfondir cette question : http://www.philomedia.be