Les paysans ne se sentent pas sécurisés sur la terre qu’il exploite. Notre loi prévoit que le sol et le sous-sol appartiennent à l’Etat. Le paysan est en insécurité parce qu‘il travaille sur une terre qui ne lui appartient pas, qui peut lui être enlevée à tout moment, soit par le pouvoir public, soit par le chef coutumier, qui peuvent les vendre à d’autres. Des investisseurs, les plus offrants, achètent régulièrement les terres auprès du gouvernement et des chefs coutumiers. Au niveau de la production, les semences et les espèces animales sont dégénérées depuis longtemps. Les paysans n’ont pas accès à des semences et des géniteurs de qualité productive.


Via JJ Grodent, Audrey Leboutte