Chimie verte et agroécologie
27.9K views | +21 today
Follow
Chimie verte et agroécologie
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Isabelle Pélissié from Autour de l'agroécologie...
Scoop.it!

L'université de Bourgogne traque les engrais et les pesticides

L'université de Bourgogne traque les engrais et les pesticides | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Présents dans la nature, des champignons microscopiques, baptisés mycorhizes, associés aux racines des plantes donnent à la communauté scientifique un sérieux espoir pour réduire engrais et pesticides dans les cultures. Le laboratoire d’agrobiologie de l’université de Bourgogne présente ses travaux sur le sujet ce vendredi soir à la Nuit des chercheurs à Dijon, qui se déroule simultanément à Besançon et à Metz, sur les thématiques locales des organismes publics de recherche.


Via Centre de documentation UniLaSalle Rouen
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Modifications ciblées des gènes : l’ère post-OGM ?

Modifications ciblées des gènes : l’ère post-OGM ? | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

“ Ce dossier présente des éléments d'informations et de réflexions sur les nouvelles méthodes de modifications ciblées des gènes.”


Via AgroParisTech DOC IST, Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from AGRONOMIE VEGETAL
Scoop.it!

Appel à projets sur la lutte intégrée des ravageurs

Appel à projets sur la lutte intégrée des ravageurs | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Le premier appel à projets du réseau européen C-IPM (Coordinated Integrated Pest Management in Europe -  qui rassemble 32 partenaires de 21 pays d’Europe), est ouvert depuis le 27 avril.

Via agrodoc_ouest
more...
agrodoc_ouest's curator insight, May 13, 2015 8:42 AM

Article paru sur le site de l'Arboriculture Fruitière

Auteur : Olivier Lévêque

Le premier appel à projets du réseau européen C-IPM (Coordinated Integrated Pest Management in Europe -  qui rassemble 32 partenaires de 21 pays d’Europe), est ouvert depuis le 27 avril. Trois thèmes ont été sélectionnés concernant les cultures fruitières: - See more at: http://www.arboriculture-fruitiere.com/content/appel-projets-sur-la-lutte-integree-des-ravageurs#sthash.2LLOfqpF.dpuf
Rescooped by Isabelle Pélissié from Planete DDurable
Scoop.it!

BE Allemagne Les mousses végétales, pionnières dans l'économie d'eau

BE Allemagne Les mousses végétales, pionnières dans l'économie d'eau | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
S'adapter à un environnement terrestre et assurer la survie en cas de sécheresse a été une étape majeure dans l'évolution des espèces végétales. Les algues vertes, premières plantes à passer d'un milieu aquatique à un milieu terrestre il y a environ 500 millions d'années, ont été confrontées à ce changement imposant un contrôle des déperditions hydriques de l'organisme.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Les secrets des plantes contre les agressions

Les secrets des plantes contre les agressions | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Antony Champion est chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), au sein de l’unité DIADE, dans le laboratoire mixte international adaptation des plantes et micro-organismes associés aux stress environnementaux (LAPSE) à Dakar (Sénégal). Antoine Larrieu est chercheur post-doctorant dans le groupe de Teva Vernoux au laboratoire de reproduction et développement des plantes à l’École normale supérieure de Lyon. Tous deux coauteurs d'un récent article sur la réponse des plantes à une agression, ils ont bien voulu répondre à mes questions sur ce domaine fascinant.

more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Pour innover en agriculture
Scoop.it!

Les stratégies des plantes pour optimiser l’utilisation des nitrates - INRA

Les stratégies des plantes pour optimiser l’utilisation des nitrates - INRA | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Des chercheurs de l’Inra, du CNRS et du Cirad, en collaboration avec des collègues tchèques, viennent d’élucider le rôle crucial d’une protéine qui permet à la plante de percevoir son environnement mais aussi d’activer la bonne réponse adaptative en fonction des conditions du milieu. Publiés dans Nature Plants le 2 mars 2015, ces travaux ouvrent de nombreuses perspectives, notamment vers l’identification de plantes mieux adaptées aux faibles doses d’engrais.


Via Chambre d'agriculture de la Vendée
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Matériaux bio-sourcés - chimie verte
Scoop.it!

Chimie et matériaux biosourcés : Améliorer l’impact environnemental des produits - ADEME&VOUS - Recherche n°9

Les filières chimie et matériaux biosourcés peuvent contribuer à réduire la dépendance au pétrole de la chimie traditionnelle et à améliorer son bilan environnemental. Le programme de recherche BIP soutient des projets visant à accélérer cette mutation.


Via FCBA
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from ITERG - Chimie verte
Scoop.it!

Découverte de nouveaux « cocktails enzymatiques » décomposant la biomasse végétale

Pour la première fois, une approche génomique à haut débit démontre la grande diversité des activités enzymatiques permettant à une bactérie de fermenter différents types de biomasse végétale. Développée par des chercheurs du Genoscope (Institut de Génomique du CEA, CEA-IG), associés à l'Université d'Evry et au CNRS, cette approche pluridisciplinaire permet d'identifier les différentes enzymes impliquées dans la fermentation chez la bactérie Clostridium phytofermentans.


Via ITERG - Expertise Lipides
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Humble plants that hide surprising secrets

Humble plants that hide surprising secrets | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
In this intriguing talk, biologist Ameenah Gurib-Fakim introduces us to rare plant species from isolated islands and regions of Africa. Meet the shape-shifting benjoin; the baume de l'ile plate, which might offer a new treatment for asthma; and the iconic baobab tree, which could hold the key to the future of food. Plus: monkey apples.
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

3èmes Rencontres nationales de la Recherche sur les sites et sols pollués

3èmes Rencontres nationales de la Recherche sur les sites et sols pollués | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Initiées par l’ADEME en 2002, ces rencontres nationales constituent un temps fort pour tous les acteurs scientifiques et techniques qui souhaitent s’informer sur les avancées et les faits marquants de la recherche dans le domaine de la pollution des sols liée à des activités industrielles sur sols urbains, industriels, agricoles. (Sont exclues les pollutions d’origine agricole et radioactive).

more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Afrique: développement durable et environnement
Scoop.it!

RD Congo: le Gouvernement lance 32 projets de recherche agricole

RD Congo: le Gouvernement lance 32 projets de recherche agricole | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Le ministre de l’Agriculture Jean-Chrysostome Vahamwiti, a procédé au lancement samedi 27 septembre à Kinshasa des trente-deux projets de recherche pour l’innovation agricole en RDC, dans le cadre de la dynamisation de la recherche pour le...


Via La Voix du Paysan Congolais, JJ Grodent, Voix Africaine
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Paysage et agriculture écologiques
Scoop.it!

Suisse - Découvrir des bactéries et des champignons utiles pour l’agriculture et la filière alimentaire

Un gramme de sol peut contenir autant de bactéries et de champignons qu’il y a d’hommes sur terre. Ces microorganismes peuvent être utiles ou nocifs. Dans nos intestins, certains peuvent par exemple avoir un effet positif sur notre santé. Quelle est donc la biodiversité des microorganismes et quels sont ceux qui ont des effets positifs dans le sol, les plantes ou encore les denrées alimentaires? Pour répondre à ces questions, Agroscope a lancé le programme de recherche «Biodiversité microbienne». L’objectif: identifier et stimuler les bienfaits des microorganismes dans l’agriculture et la filière alimentaire.

Via Yannick Andréano
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Plant Immunity And Microbial Effectors
Scoop.it!

La science au chevet des sols agricoles

La science au chevet des sols agricoles | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Des chercheurs tentent d'orienter les agriculteurs vers des pratiques préservant la biodiversité du sol car l'activité des animaux, bactéries et champignons souterrains nourrit les cultures.

Via IPM Lab
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

INP Toulouse et AGRONUTRITION : Trophée C.U.R.I.E 2015 du partenariat durable public-privé

INP Toulouse et AGRONUTRITION : Trophée C.U.R.I.E 2015 du partenariat durable public-privé | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Lancés en 2011 à l'occasion des 20 ans du réseau, les trophées du réseau CURIE ont pour objectif chaque année de mettre en lumière des transferts de technologies exemplaires réalisés par les membres du Réseau.

more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from ECOLOGIE BIODIVERSITE PAYSAGE
Scoop.it!

« Agroécologie et recherche » dans la revue Innovations Agronomiques

« Agroécologie et recherche » dans la revue Innovations Agronomiques | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
  Fin 2013, l’Inra a organisé, avec l’appui du MAAF et de l’ACTA, un colloque « Agroécologie & Recherche » qui rassemblait 350...

Via agrodoc_ouest
more...
agrodoc_ouest's curator insight, May 13, 2015 8:51 AM

Fin 2013, l’Inra a organisé, avec l’appui du MAAF et de l’ACTA, un colloque « Agroécologie & Recherche » qui rassemblait 350 participants, dont une moitié de partenaires de la recherche.
Aujourd’hui, un numéro spécial d’Innovations Agronomiques rassemble plusieurs contributions, entre-temps retravaillées, afin de fournir, suivant J.F. Soussana (directeur scientifique Environnement à l’Inra), « un éclairage original sur les interactions entre recherches et pratiques ». L’objectif de cette publication est aussi de souligner « le potentiel d’innovation de l’agroécologie pour conjuguer les performances économiques, environnementales et sociales de l’agriculture ».

Source : Inra

Rescooped by Isabelle Pélissié from EFFICYCLE
Scoop.it!

Algoroute : un bitume végétal à base de micro-algues

Algoroute : un bitume végétal à base de micro-algues | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Le raffinage des micro-algues comme alternative au pétrole connait un boom depuis quelques années. Déjà utilisées pour la fabrication de plastique ou de biocarburant, ces algues microscopiques pourraient bientôt recouvrir nos routes de bitume végétal. C’est tout du moins l’objectif du projet Algoroute développé par des chercheurs Nantais et Orléanais et financé par la région Pays de la Loire.


Via Fabien Baceiredo (EFFICYCLE)
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
Scoop.it!

INRA - Les stratégies des plantes pour optimiser l’utilisation des nitrates

INRA - Les stratégies des plantes pour optimiser l’utilisation des nitrates | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Des chercheurs de l’Inra, du CNRS et du Cirad, en collaboration avec des collègues tchèques, viennent d’élucider le rôle crucial d’une protéine qui permet à la plante de percevoir son environnement mais aussi d’activer la bonne réponse adaptative en fonction des conditions du milieu. Ces travaux ont été publiés dans Nature Plants le 2 mars 2015.

Via Pierre-André Marechal
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Autour de l'agroécologie...
Scoop.it!

INRA - Co-construire des systèmes de culture maraîchers agroécologiques valorisant les mycorhizes

INRA - Co-construire des systèmes de culture maraîchers agroécologiques valorisant les mycorhizes | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

La transition agroécologique est une voie privilégiée de modernisation de l’agriculture en vue de concevoir des agrosystèmes durables. Elle nécessite un moindre recours aux intrants de synthèse. Pour cela, des chercheurs de Martinique (INRA, Université), se sont appuyés sur un processus écologique : la mycorhization appliquée au maraîchage.


Via Agrinove_Technopole, Centre de documentation UniLaSalle Rouen
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

AGRIFIRME : Identification et caractérisation des agricultures de firme

AGRIFIRME : Identification et caractérisation des agricultures de firme | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Le projet ANR (JCC) « AGRIFIRME » a pour objectif d’identifier et de caractériser les « agricultures de firme » et plus particulièrement les formes d’exercice, d’organisation et de gestion du métier d’agriculteur qui y sont associées.

Ce séminaire vise à rendre compte de l’émergence d’une nouvelle forme d’agriculture impensée il y a encore quelques années au plan politique et scientifique.

Le développement d’une agriculture hautement capitaliste installée sur les marchés des matières premières, de nouvelles formes de propriété du capital agricole, et l’arrivée de nouveaux acteurs témoignent de l’apparition de formes d’organisations sociales et économiques de l’agriculture en rupture avec les formes familiales jadis consacrées par les grandes politiques de la seconde moitié du vingtième siècle. A l’échelle du globe et à côté d’une agriculture familiale « sociétaire et abstraite », aux logiques oscillant entre une approche strictement financière et patrimoniale, apparaissent des agricultures de « firme » plus abouties portées par de nouveaux investisseurs (Industries agro-alimentaires, fonds privés, Etats) qui souhaitent, soit disposer d’une maîtrise totale de leur approvisionnement en matières premières agricoles, soit sécuriser de nouveaux placements financiers. A travers la présentation d’hypothèses et de résultats de recherche, ce séminaire international a pour objectif de mieux comprendre les contours de nouvelles formes d’organisation du travail qui s’éloignent du modèle familial, d’illustrer les processus d’abstraction et de financiarisation qui caractérisent les mondes agricoles, et ainsi de contribuer à une définition de la notion d’agriculture de firme.

Les questionnements développés dans le cadre de ce séminaire seront confrontés et mis à l’épreuve de nouveaux modèles d’analyse développés en Argentine, au Brésil, en Afrique du Sud, aux USA et en Europe. À travers trois ateliers et une approche comparative, il s’agira de croiser les points de vue et de construire de nouvelles perspectives de recherche.
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Innovation sociale
Scoop.it!

L'importance grandissante des chercheurs amateurs

L'importance grandissante des chercheurs amateurs | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
cursus.edu
Le phénomène du crowdsourcing scientifique est populaire quelques années. Bonne nouvelle pour les chercheurs : il ne s'essouffle pas. Mais cela ne veut pas dire qu'il allège le travail des scientifiques.

Via Michel Briand, Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Les plantes aussi ont une horloge interne

Les plantes aussi ont une horloge interne | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Les plantes réagissent aux fluctuations de l'hygrométrie, notamment grâce à l'ouverture de "robinets" moléculaires, les aquaporines. Ces aquaporines facilitement le transport de l'eau dans la plante lorsque la demande hydrique augmente, provoquant des oscillations journalières de croissance. Des chercheurs de l'INRA et de l'Université de Louvain viennent de démontrer qu'il existe un lien fort entre l'amplitude de ces oscillations et le stress hydrique que la plante a pu subir auparavant. En tenant compte des conditions hydriques subies les jours précédents, les plantes peuvent ainsi anticiper le degré d’oscillations qui a le plus de chances d’être favorable à leur croissance. Cette étude est la première explicitation physiologique d’un mécanisme participant à l’avantage évolutif associé aux rythmes circadiens.
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Appels à projets
Scoop.it!

AgreenSkills : mobilité internationale de jeunes chercheurs post-doctorants

AgreenSkills : mobilité internationale de jeunes chercheurs post-doctorants | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

AgreenSkills (2012-2016) et AgreenSkills+ (2014-2019) sont des programmes de mobilité internationale vers ou depuis la France à destination des jeunes chercheurs expérimentés, de toutes disciplines et sans condition de nationalité, dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition, de la santé animale et santé publique vétérinaire et de l’environnement.


Via InraSad
more...
InraSad's curator insight, October 7, 2014 9:16 AM

Appel en continu, prochaine période de sélection : 15 novembre 2014

Rescooped by Isabelle Pélissié from GMOs & Sustainable agriculture
Scoop.it!

L’appel des biologistes à soutenir la recherche

Dans une lettre ouverte, plusieurs sociétés savantes en biologie alertent Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, et Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, sur l’état de la recherche dans leur discipline. 

 

Madame la Ministre, Madame la Secrétaire d’Etat,

Les présidents des sociétés de biologie françaises, réunies à l’occasion du congrès international FEBS-EMBO 2014 à Paris, tiennent à rappeler l’importance du soutien de l’Etat à la recherche fondamentale et à attirer votre attention sur les points suivants :

La nécessité de préserver les recrutements scientifiques (chercheurs, ingénieurs et techniciens) dans les établissements publics scientifiques et technologiques (EPST) comme le CNRS, l’INSERM… et dans les universités. La communauté scientifique se renouvelle en permanence et cela dépend largement de la décision des étudiants en master (bac + 5) d’entreprendre un doctorat. Un facteur-clé dans cette décision est leur perception des possibilités de travailler en fin de parcours (master + trois-quatre ans de thèse + pour les chercheurs trois ans supplémentaires au moins de postdoctorat), d’avoir à la fois un salaire et les moyens nécessaires au travail. Le nombre de postes ouverts est déjà minime. Une réduction supplémentaire amènerait à des « années blanches » pour certaines disciplines. Les perspectives actuelles détournent les étudiants les plus brillants des carrières de la recherche scientifique. Les effets désastreux à long terme d’une telle politique ont été dénoncés lors de la session « politique scientifique en Europe » du congrès FEBS-EMBO par Mme Helga Nowotny, ancienne présidente de l’European Research Council, en évoquant l’importance de la formation et de l’emploi des jeunes chercheurs pour l’avenir de la science en Europe, un investissement majeur qui n’est pas un « robinet » que l’on peut ouvrir ou fermer, mais un engagement à long terme. Or, c’est un atout reconnu de la France que d’offrir un recrutement pérenne, régulier, transparent et ouvert à tous (hommes et femmes, Français et étrangers).

La nécessité de prendre en compte la spécificité de la recherche dans l’application de la loi Sauvadet Une application trop étroite de cette loi crée des situations individuelles dramatiques en privant actuellement de perspectives d’emploi stable beaucoup de personnes engagées dans le parcours décrit ci-dessus et nuit à l’établissement d’une expertise scientifique à long terme dans les laboratoires. La loi limite à six ans l’emploi en CDD dans le secteur public et impose au-delà un recrutement en CDI. Actuellement, les administrations, dans un souci de limiter les créations sauvages de postes sans concours, freinent dès trois ans le renouvellement des CDD. Les conséquences sont délétères. Si la restriction arbitraire des CDD persiste alors qu’il y a une quasi-absence de postes de fonctionnaires ou de CDI, la recherche française s’arrêtera progressivement faute de chercheurs, ingénieurs et techniciens. 

La nécessité d’une augmentation du financement des projets scientifiques. Il est de plus en plus difficile de trouver les moyens de financer le travail des laboratoires. Le taux de succès des projets de l’Agence nationale de la recherche (ANR) est tombé à 8 % cette année pour le programme « blanc » (à thème ouvert, propice à l’émergence de projets nouveaux), alors qu’un taux inférieur à 15-20 % oblige à des choix arbitraires et laisse une grande majorité d’équipes sans moyen réel de fonctionnement. Le financement récurrent des laboratoires est trop dilué pour compenser cette diminution radicale des moyens de l’ANR pour la recherche fondamentale. La recherche en biologie moderne est coûteuse. Si rien n’est fait, la recherche scientifique française sera étranglée dans les années qui viennent. Or, la recherche fondamentale est un investissement à long terme dont les retombées économiques et sociétales ne peuvent pas être toujours planifiées. Cette réalité est illustrée dans les recommandations du physicien Albert Fert, Prix Nobel, dont les travaux ont été essentiels pour le développement des mémoires d’ordinateurs : « Il faut laisser la recherche fondamentale se dérouler, les chercheurs suivre leurs idées, en zigzaguant, pour déboucher sur des découvertes et ensuite des applications » (Le Monde, 24 octobre 2007). C’est cette recherche que doit soutenir un pays dont l’ambition est de participer au concert des nations et de rester une source de progrès et d’innovation aux retombées économiques indispensables pour le futur.

 


Via Christophe Jacquet
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from GMOs & Sustainable agriculture
Scoop.it!

Vigne - Les variétés résistantes sont prêtes

Vigne - Les variétés résistantes sont prêtes | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Dans dix ou vingt ans, les vignerons français pourront-ils planter de la vigne génétiquement modifiée pour résister aux attaques de mildiou ou d’oïdium?

"Au-delà du blocage culturel dont sont victimes les OGM, je ne crois pas à l’avenir à moyen terme des OGM pour la vigne. Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, le risque de contournement des résistances est trop important. L’hybridation apporte à mon avis des résistances plus durables."

 

Des hydrides résistants sont-ils d’ores et déjà commercialisés en France?

"Sont disponibles des variétés tolérantes au mildiou et à l’oïdium, mais pas résistantes.
"Il y a tout d’abord de vieux hybrides français. Mais aucun vigneron n’en demande car ils souffrent d’une mauvaise réputation qui est fondée… mais il y a des exceptions.
"Les vignerons peuvent aussi se procurer des variétés provenant de travaux suisses, allemands ou hongrois. Citons : Rondo, Regent ou Cabernet Jura. Ce dernier donne selon moi le meilleur vin d’hybride. Le domaine La Colombette (34) le distribue en France. Ce sont des variétés tolérantes au mildiou.
"En Allemagne deux ou trois traitements suffisent à canaliser la maladie. Sous un climat méditerranéen où la pression est moindre, aucun traitement n’est nécessaire."

 

L’Inra mène des travaux sur des variétés qui ne seraient pas tolérantes mais bien résistantes. Où en sommes-nous?

"Dès aujourd’hui, il serait possible de transférer des variétés résistances au mildiou et à l’oïdium issues du programme de l’Inra Montpellier "Muscadinia rotundifolia rc Vitis vinifera" conduit par le regretté Alain Bouquet.
"L’Inra le sait en tant qu’obtenteur. Ces variétés potentielles possèdent deux gènes de résistance majeurs au mildiou et un à l’oïdium, et sans doute aussi d’autres gènes non connus qui stabilisent l’effet des précédents. La durabilité des résistances est avérée dans les parcelles expérimentales. Les travaux ont débuté il y a plus de 30 ans. Aucun contournement n’a été montré, ni d’ailleurs au niveau du géniteur de résistances "Muscadinia rotundilolia".
"Il faut certes poursuivre leur expérimentation mais ne pas bloquer leur transfert.
"Qui plus est, ces variétés possèdent de véritables qualités organoleptiques: c’est un avantage majeur."

 

Qu’est-ce qui empêche le transfert de ces variétés à la résistance que vous assurez stable?

"Un principe de précaution exagéré qui laisse la voie libre à des variétés tolérantes étrangères moins performantes et sans garantie de durabilité.
"La direction générale de l’Inra ne veut pas prendre de risques. Elle craint un contournement pour l’oïdium. L’antériorité de nos travaux n’est peut-être pas suffisante mais il suffit d’aller observer ce qui se passe dans la nature pour faire évaporer les craintes. L’espèce que l’Inra utilise pour l’hybridation, "Muscadinia rotundifolia", avec un seul gène de résistance connu, est présente à l’état sauvage aux États-Unis depuis longtemps, et à vaste échelle dans des régions où les parasites concernés n’ont pas de vignoble "refuge". Aucun contournement à la résistance à l’oïdium n’a été constaté.
"Envisageons le pire: il y a un contournement. Il faudrait traiter contre l’oïdium. Mais la variété garderait un avantage sélectif. On ne reviendrait pas à un cépage sensible."

- See more at: http://www.mon-viti.com/content/entretien-avec-alain-carbonneau-les-varietes-resistantes-sont-pretes#sthash.jvQQSNN6.Q8DwQUuD.dpuf

Dans dix ou vingt ans, les vignerons français pourront-ils planter de la vigne génétiquement modifiée pour résister aux attaques de mildiou ou d’oïdium?

"Au-delà du blocage culturel dont sont victimes les OGM, je ne crois pas à l’avenir à moyen terme des OGM pour la vigne. Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, le risque de contournement des résistances est trop important. L’hybridation apporte à mon avis des résistances plus durables."

 

Des hydrides résistants sont-ils d’ores et déjà commercialisés en France?

"Sont disponibles des variétés tolérantes au mildiou et à l’oïdium, mais pas résistantes.
"Il y a tout d’abord de vieux hybrides français. Mais aucun vigneron n’en demande car ils souffrent d’une mauvaise réputation qui est fondée… mais il y a des exceptions.
"Les vignerons peuvent aussi se procurer des variétés provenant de travaux suisses, allemands ou hongrois. Citons : Rondo, Regent ou Cabernet Jura. Ce dernier donne selon moi le meilleur vin d’hybride. Le domaine La Colombette (34) le distribue en France. Ce sont des variétés tolérantes au mildiou.
"En Allemagne deux ou trois traitements suffisent à canaliser la maladie. Sous un climat méditerranéen où la pression est moindre, aucun traitement n’est nécessaire."

 

L’Inra mène des travaux sur des variétés qui ne seraient pas tolérantes mais bien résistantes. Où en sommes-nous?

"Dès aujourd’hui, il serait possible de transférer des variétés résistances au mildiou et à l’oïdium issues du programme de l’Inra Montpellier "Muscadinia rotundifolia rc Vitis vinifera" conduit par le regretté Alain Bouquet.
"L’Inra le sait en tant qu’obtenteur. Ces variétés potentielles possèdent deux gènes de résistance majeurs au mildiou et un à l’oïdium, et sans doute aussi d’autres gènes non connus qui stabilisent l’effet des précédents. La durabilité des résistances est avérée dans les parcelles expérimentales. Les travaux ont débuté il y a plus de 30 ans. Aucun contournement n’a été montré, ni d’ailleurs au niveau du géniteur de résistances "Muscadinia rotundilolia".
"Il faut certes poursuivre leur expérimentation mais ne pas bloquer leur transfert.
"Qui plus est, ces variétés possèdent de véritables qualités organoleptiques: c’est un avantage majeur."

 

Qu’est-ce qui empêche le transfert de ces variétés à la résistance que vous assurez stable?

"Un principe de précaution exagéré qui laisse la voie libre à des variétés tolérantes étrangères moins performantes et sans garantie de durabilité.
"La direction générale de l’Inra ne veut pas prendre de risques. Elle craint un contournement pour l’oïdium. L’antériorité de nos travaux n’est peut-être pas suffisante mais il suffit d’aller observer ce qui se passe dans la nature pour faire évaporer les craintes. L’espèce que l’Inra utilise pour l’hybridation, "Muscadinia rotundifolia", avec un seul gène de résistance connu, est présente à l’état sauvage aux États-Unis depuis longtemps, et à vaste échelle dans des régions où les parasites concernés n’ont pas de vignoble "refuge". Aucun contournement à la résistance à l’oïdium n’a été constaté.
"Envisageons le pire: il y a un contournement. Il faudrait traiter contre l’oïdium. Mais la variété garderait un avantage sélectif. On ne reviendrait pas à un cépage sensible."

- See more at: http://www.mon-viti.com/content/entretien-avec-alain-carbonneau-les-varietes-resistantes-sont-pretes#sthash.jvQQSNN6.Q8DwQUuD.dpuf

Dans dix ou vingt ans, les vignerons français pourront-ils planter de la vigne génétiquement modifiée pour résister aux attaques de mildiou ou d’oïdium?

"Au-delà du blocage culturel dont sont victimes les OGM, je ne crois pas à l’avenir à moyen terme des OGM pour la vigne. Dans l’état actuel des connaissances scientifiques, le risque de contournement des résistances est trop important. L’hybridation apporte à mon avis des résistances plus durables."

 

Des hydrides résistants sont-ils d’ores et déjà commercialisés en France?

"Sont disponibles des variétés tolérantes au mildiou et à l’oïdium, mais pas résistantes.
"Il y a tout d’abord de vieux hybrides français. Mais aucun vigneron n’en demande car ils souffrent d’une mauvaise réputation qui est fondée… mais il y a des exceptions.
"Les vignerons peuvent aussi se procurer des variétés provenant de travaux suisses, allemands ou hongrois. Citons : Rondo, Regent ou Cabernet Jura. Ce dernier donne selon moi le meilleur vin d’hybride. Le domaine La Colombette (34) le distribue en France. Ce sont des variétés tolérantes au mildiou.
"En Allemagne deux ou trois traitements suffisent à canaliser la maladie. Sous un climat méditerranéen où la pression est moindre, aucun traitement n’est nécessaire."

 

L’Inra mène des travaux sur des variétés qui ne seraient pas tolérantes mais bien résistantes. Où en sommes-nous?

"Dès aujourd’hui, il serait possible de transférer des variétés résistances au mildiou et à l’oïdium issues du programme de l’Inra Montpellier "Muscadinia rotundifolia rc Vitis vinifera" conduit par le regretté Alain Bouquet.
"L’Inra le sait en tant qu’obtenteur. Ces variétés potentielles possèdent deux gènes de résistance majeurs au mildiou et un à l’oïdium, et sans doute aussi d’autres gènes non connus qui stabilisent l’effet des précédents. La durabilité des résistances est avérée dans les parcelles expérimentales. Les travaux ont débuté il y a plus de 30 ans. Aucun contournement n’a été montré, ni d’ailleurs au niveau du géniteur de résistances "Muscadinia rotundilolia".
"Il faut certes poursuivre leur expérimentation mais ne pas bloquer leur transfert.
"Qui plus est, ces variétés possèdent de véritables qualités organoleptiques: c’est un avantage majeur."

 

Qu’est-ce qui empêche le transfert de ces variétés à la résistance que vous assurez stable?

"Un principe de précaution exagéré qui laisse la voie libre à des variétés tolérantes étrangères moins performantes et sans garantie de durabilité.
"La direction générale de l’Inra ne veut pas prendre de risques. Elle craint un contournement pour l’oïdium. L’antériorité de nos travaux n’est peut-être pas suffisante mais il suffit d’aller observer ce qui se passe dans la nature pour faire évaporer les craintes. L’espèce que l’Inra utilise pour l’hybridation, "Muscadinia rotundifolia", avec un seul gène de résistance connu, est présente à l’état sauvage aux États-Unis depuis longtemps, et à vaste échelle dans des régions où les parasites concernés n’ont pas de vignoble "refuge". Aucun contournement à la résistance à l’oïdium n’a été constaté.
"Envisageons le pire: il y a un contournement. Il faudrait traiter contre l’oïdium. Mais la variété garderait un avantage sélectif. On ne reviendrait pas à un cépage sensible."

 


Via Agriculture Nouvelle, Sylvain Rotillon, Christophe Jacquet
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Manipuler les champignons pour mieux cultiver le manioc

Manipuler les champignons pour mieux cultiver le manioc | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

 

 Les champignons mycorhiziens (arbuscular mycorrhizal fungi : AMF) sont des champignons qui vivent en symbiose avec des plantes (très bon article dans Wikipedia francophone pour une fois). On sait depuis longtemps que la présence de ces champignons améliore la productivité des plantes au labo. Le groupe de mon collègue, Ian Sanders, et d’autres ont aussi montré au labo que différentes variétés de la même espèce de champignons avaient une efficacité différente sur la croissance et la productivité des plantes. Mais le défi qui leur était présenté était de montrer que ceci était pertinent à l’agriculture réelle, hors du labo.


Via Christian Allié
more...
Christian Allié's curator insight, September 8, 2014 4:12 AM

.................."""""""""""""""""""""""""".....................

 

............  

Ian a donc échangé son chapeau de chercheur fondamental en écologie pour celui du chercheur appliqué en agronomie (je vous rassure, il fait encore du fondamental aussi), et a trouvé une collaboration avec la Colombie. Pourquoi là-bas ? Une bonne raison est que l’on s’attend à ce que les AMF fassent davantage de différence dans les sols acides typiques des pays tropicaux humides, pour lesquels de nombreux engrais (phosphates, nitrates) sont typiquement nécessaires pour augmenter la productivité. Et parce qu’en Colombie on étudie la culture du manioc, qui est une culture vivrière dans de très nombreux pays pauvres.

Et le résultat dont je voulais parler, publié en août 2013 dans PLOS One, est que oui l’innoculation de champignons AMF cultivés, sur du manioc en plein champ, améliore la productivité :


 

Alors ce n’est qu’une première étude, d’autres sont en cours, mais les colombiens qui travaillent avec Ian sont très enthousiastes, et il y a aussi une collaboration avec une compagnie qui peut potentiellement produire en quantité industrielle les AMF le jour où le bon mélange est trouvé. Il y a aussi un projet parallèle qui démarre en Afrique.

 

Mise à jour : il y a eu un excellent article là-dessus sur le site de PBS, la télévision publique américaine (en anglais donc) : The next revolution may rely on microbes.