Chimie verte et agroécologie
29.9K views | +6 today
Follow
Chimie verte et agroécologie
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Isabelle Pélissié from Intelligence économique & stratégique - Stratégie d'innovation
Scoop.it!

Terres agricoles en France : l'appétit des investisseurs chinois - France 24

Terres agricoles en France : l'appétit des investisseurs chinois - France 24 | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Les campagnes françaises commencent à intéresser les investisseurs chinois. L'année dernière, une entreprise chinoise a discrètement racheté plus de 2000 hectares de terres agricoles dans le Berry. Emmanuel Hyest, président de la Fédération nationale des Safer, une association qui a pour objet de fédérer les Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural, revient sur ces nouveaux enjeux.


Via Stéphane NEREAU
more...
Stéphane NEREAU's curator insight, August 12, 2016 4:35 PM

La société Hongyang a acquis discrètement plusieurs terres agricoles dans le département de l'Indre. Ses réelles intentions, qui demeurent floues, suscitent l'incompréhension des exploitants locaux.


voir l'article complet du Figaro ici

Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

La Chine est devenue le 2e vignoble mondial après l'Espagne

La Chine est devenue le 2e vignoble mondial après l'Espagne | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
La Chine est devenue en 2014 le deuxième vignoble du monde avec près de 800.000 hectares derrière l'Espagne et devant la France, a indiqué lundi l'Organisation internationale du vin (OIV).
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Colloque sur la chimie verte à l’institut ICARE : utilisation de la biomasse pour l’énergie et les produits bio-sourcés (Wuhan, 30-31 octobre)

Un colloque franco-chinois sur la « chimie verte » s’est tenu les 3 et 4 novembre 2014 à Wuhan, pour la session consacrée aux « bioressources pour la chimie et l’énergie ». Près de 60 participants, dont une dizaine venus de France, se sont réunis à l’institut pour les énergies propres et renouvelables, sur le campus de l’université Huazhong de sciences et de technologie (HUST).
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Agriculture et Alimentation méditerranéenne durable
Scoop.it!

Chine / Agriculture : la politique de la terre polluée - Courrier International

Chine / Agriculture : la politique de la terre polluée - Courrier International | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Les terres de Mandchourie sont les plus productives de Chine, grâce à l’utilisation massive de pesticides et d’engrais azotés. Seul compte le rendement. Au détriment des sols, qui se calcifient peu à peu.

Via CIHEAM News
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Pour une agriculture et une alimentation respectueuses des hommes et de l'environnement
Scoop.it!

Les hommes-abeilles du Sichuan

Les hommes-abeilles du Sichuan | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
La baisse de la population d'abeilles serait évidente dans la région depuis les années 1990.

Via Laurent Lebot
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Questions de développement ...
Scoop.it!

La Chine muscle son bras acheteur de denrées agricoles

La Chine muscle son bras acheteur de denrées agricoles | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

La société publique chinoise COFCO, énorme conglomérat chargé d'alimenter le pays, prend le contrôle de la division agricole de Noble, une société privée de négoce (énergie, métaux, produits agricoles), la plus grande en Asie.


Via JJ Grodent
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Agriculture en Chine : le mirage industriel

Agriculture en Chine : le mirage industriel | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Le modèle de modernisation agricole de la Chine se retrouve aujourd’hui confronté à d’importantes limites en matière de durabilité sociale et environnementale. Le changement de trajectoire, qui sera difficile, ne sera possible sans une reconnaissance des petits agriculteurs.
more...
Bernadette Cassel's curator insight, October 11, 2015 4:47 AM


SUR LES COLOCS DU JARDIN - From asialyst.com - September 15, 11:32 PM :


Chine : l’essor de l’agriculture biologique        

                                

Katell Rochard's curator insight, October 11, 2015 1:09 PM

Le pays devrait reconnaître l'importance des petits exploitants comme facteurs fondamentaux pour un changement vers une agriculture plus durable .

Rescooped by Isabelle Pélissié from Questions de développement ...
Scoop.it!

Sénégal : la Chine offre son expertise agricole

Sénégal : la Chine offre son expertise agricole | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

« Rendre l’agriculture sénégalaise plus performante et compétitive». C’est le vœu du gouvernement du Sénégal qui par le biais du conseil  pour le développement de la recherche en science  sociale en Afrique  (Codesria), a initié un colloque sur la question avec divers experts hier, jeudi 9 avril à Dakar.  La Chine s’est proposé d’offrir son expertise par ses «investissements dans l’agriculture en Afrique».


Via JJ Grodent
more...
Voix Africaine's curator insight, April 13, 2015 5:08 AM
« Rendre l’agriculture sénégalaise plus performante et compétitive». C’est le vœu du gouvernement du Sénégal qui par le biais du conseil  pour le développement de la recherche en science  sociale en Afrique  (Codesria), a initié un colloque sur la question avec divers experts hier, jeudi 9 avril à Dakar.  La Chine s’est proposé d’offrir son expertise par ses «investissements dans l’agriculture en Afrique». Le développement de l’agriculture demeure une préoccupation de l’Etat du Sénégal.  Hier, jeudi, à l’initiative du conseil  pour le développement de la recherche en science  sociale en Afrique  (Codesria), un atelier de deux jours (09 et 10 avril) sur «les investissements chinois dans l’agriculture en Afrique» s’est ouvert à Dakar. En collaboration avec l’ambassade de Chine au Sénégal, la rencontre a vu la présence des experts du Sénégal, du Nigéria, du Mali, de la Mozambique, de la Cote d’ivoire et de la Chine.   Un projet de collaboration dont l’objectif est de mobiliser la recherche afin qu’elle contribue à la connaissance et à la compréhension de la présence de la Chine en Afrique et de la présence de l’Afrique en Chine. Pour l’ambassadeur de Chine au Sénégal, son excellence Xia Huang, « l’atelier est basé sur l’étude et la recherche ». Pour lui, « le partage des expériences entre différents pays nous permettrons d’explorer d’autres pistes pour le développement de l’agriculture ».  Dans le domaine de l’autosuffisance en riz, M. Huang a exprimé toute la disponibilité de son pays à accompagner le Sénégal dans cette mission. Dans cette logique de développer l’agriculture, le secrétaire exécutif du Codesria, Ibrahima Sall, a parlé d’une agriculture performante. Selon ce dernier, le Sénégal doit dépasser une exploitation familiale pour une exploitation à grande échelle où les services de base à la transformation pourront faire leur entrée. 
Rescooped by Isabelle Pélissié from GMOs, NBT & Sustainable agriculture
Scoop.it!

CHINE – Riz, maïs : les OGM en disgrâce ? - Inf'OGM

CHINE – Riz, maïs : les OGM en disgrâce ? - Inf'OGM | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
En août 2014, le ministère de l'Agriculture chinois n'a pas renouvelé l'autorisation pour deux programmes de recherche d'expérimentation en champ

 

En juillet 2013, soixante scientifiques chinois adressaient au gouvernement une pétition réclamant un accroissement de la production d’OGM en Chine [1], mais depuis, les événements et décisions vont plutôt dans le sens d’une modération face à cette technologie. La Chine renvoie des cargaisons de maïs transgénique non autorisé [2], l’Union européenne continue de croiser des produits alimentaires à base de riz GM chinois, dit Bt63, illégalement importés sur son territoire et les mesures prises par l’UE pour mettre un terme à ces importations sont loin d’être efficaces puisque des cas de contaminations sont toujours rapportés en 2014 [3].

 La Chine détruit des champs illégaux de riz GM...

En juillet 2014, une enquête du média China Central Television (CCTV) révélait que du riz GM était commercialisé illégalement dans quatre provinces chinoises (Wuhan, Hunan, Anhui et Fujian). Ces résultats confirmaient ceux de Greenpeace rendus publics en mai 2014. Le ministère chinois de l’Agriculture a aussitôt réagi et fait savoir que « le ministère punira sévèrement toutes entreprises ou personnes qui cultivent ou vendent illégalement des grains GM et il n’y aura aucune tolérance face à de telles pratiques » [4]. Ce riz n’est autre que le riz Bt63 qui arrive en Europe et qui est expérimenté par l’Université d’agriculture de Huazhong. Zhang Qifa, professeur à l’université de Huazhong et responsable du programme de recherche sur le riz GM, nie toute implication dans cette dissémination commerciale. Pour lui, des entreprises semencières ont pu obtenir du riz Bt63 à la fin des années 90, quand la législation n’était pas aussi stricte [5]. Six hectares de cultures de riz GM ont donc été détruits le 30 juillet [6].

 … et suspend un programme de recherche

Le riz Bt63, ainsi que le riz Huahui 1, sont expérimentés en champs depuis 2009, par l’Université d’agriculture de Huazhong [7] afin d’évaluer les risques liés à leur mise en culture. En août 2014, les certificats de biosécurité délivrés par le ministère chinois de l’agriculture auraient dû être renouvelés pour permettre à ce programme de continuer. Mais le ministère n’a encore adressé aucun certificat, laissant planer l’incertitude sur sa décision finale et suspendant de fait les programmes en cours [8].

L’autorisation accordée en 2009 avait été l’occasion de voir que le dossier OGM ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique chinoise puisqu’une pétition avait alors été signée par 120 chercheurs pour demander le retrait de l’autorisation.
Officiellement, la suspension des essais est liée à l’absence d’utilité d’un tel riz en Chine, comme Inf’OGM l’a déjà rapporté [9]. Mais certains articles soutiennent que les demandes de renouvellement d’autorisation n’avaient pas été déposées à temps, voire pas déposées du tout, ce que nient les protagonistes [10]. L’absence de réponse (et donc de clarification) de la part du gouvernement entretient le flou quant à ses réelles motivations sur ces deux programmes. Pourquoi donc cette suspension ? Serait-ce grâce à une mobilisation plus forte de l’opinion publique contre les PGM, comme le suggère Greenpeace Chine ? La quasi auto-suffisance de la Chine en terme de production de riz (comme le rappelle Huang Jikun du Centre pour une politique agricole chinoise [11]) est-elle une raison supplémentaire pour le gouvernement de ne pas prendre la voie du riz transgénique ? Les perturbations du commerce liées à la politique de tolérance zéro de l’Union européenne peuvent également avoir pesé dans la balance [12]. Un ensemble de situation qui font du riz transgénique une culture potentiellement peu attrayante.

.)...


Via xtramiel, Christophe Jacquet
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Nature to Share
Scoop.it!

CHINE: Riz génétiquement modifié, Pékin hésite encore

CHINE: Riz génétiquement modifié, Pékin hésite encore | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Alors que sa phase expérimentale touche à sa fin, la denrée génétiquement modifiée chinoise ne fait toujours pas l'objet d'accréditations officielles. Les Chinois sont sur le qui-vive.

 

Sans autorisation de commercialisation, l'avenir des OGM en Chine est incertain. Les certificats de sécurité de l'organisme génétiquement modifié issu de la recherche chinoise – un riz – ont expiré le 17 août après trois ans d'expérimentations, sans que le ministère de l'Agriculture ne semble vouloir renouveler ces documents.

 

Cependant, note le South China Morning Post, des partisans de cette technologie ont organisé des événements à Pékin et dans 22 autres villes. La démonstration consistait à faire goûter le riz génétiquement modifié par des volontaires. Ils espèrent ainsi recevoir l'accord du gouvernement pour l'exploitation marchande d'une récolte dans les cinq ans à venir.

 

Le ministère avait déjà fait polémique à propos des certificats de sécurité d'un épi de maïs et de deux variétés de riz génétiquement modifiés. Il se bornait à rappeler qu'ils étaient sans danger, tout en interdisant leur exploitation commerciale et leur vente.

 

Selon le ministère, 17 produits génétiquement modifiés, provenant de soja, maïs, colza, coton et tomates, sont vendus dans le continent. Le coton et la papaye demeurent les seules cultures locales dont la culture à visée commerciale est autorisée.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Pour une agriculture et une alimentation respectueuses des hommes et de l'environnement
Scoop.it!

En Chine, 20 % des terres arables sont polluées

En Chine, 20 % des terres arables sont polluées | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Un rapport sans précédent du ministère de l'Environnement confirme les pires craintes des experts, qui s'inquiètent notamment de la contamination des cultures de riz par les métaux lourd.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, Laurent Lebot
more...
Christian Allié's curator insight, April 18, 2014 3:41 AM

.".             .""".       .""".

 

[ ... ]

 

........ au moins 10% du riz produit en Chine contient du cadmium à des concentrations supérieures aux normes en vigueur (0,2mg/kg). Dans trois provinces − Guangdong, Jiangxi et Hunan −, 60% du riz serait contaminé, selon ces scientifiques. La contamination est vraisemblablement issue de rejets industriels déversés dans les fleuves et rivières. Cette eau, ensuite utilisée pour l’irrigation, se concentre dans les grains. Ingéré, le cadmium entraîne dans beaucoup de cas une mort lente et douloureuse. Au Japon, des centaines de cultivateurs ont été atteints dans les années 60 d’une maladie baptisée «Itai-Itai» (mal-mal) précisément provoquée par le riz au cadmium. Les os des victimes deviennent de plus en plus fragiles et cassent, tandis que les reins lâchent.

En Chine, l’industrialisation à outrance a transformé une bonne partie des campagnes en zones de désastre environnemental. Des millions de paysans cultivent leurs terres en aval de centres industriels, d’usines, de mines et de complexes sidérurgiques. Avec guère d’autres moyens de subsistance, beaucoup persistent le plus souvent à consommer leurs cultures même lorsqu’elles sont polluées et continuent d’en faire le commerce. Légumes et riz contaminés se retrouvent ainsi dans les assiettes des citadins.

Pékin semble encore loin d’avoir pris la mesure du problème, qui affecte la sécurité alimentaire de tout le pays. Les autorités ont annoncé la semaine dernière le lancement d’un «projet pilote» visant à réhabiliter les surfaces polluées aux métaux lourds de trois municipalités de la province du Hunan. Mais bien que ce projet soit peu ambitieux, les sommes affectées sont ridiculement insuffisantes, disent des spécialistes des questions d’environnement.

 

MbuTseTseFly's curator insight, April 21, 2014 9:40 AM

A l'échelle de la Chine, c'est énorme. Et absolument pas étonnant. Cela veut dire que pratiquement toutes les sources d'eau sont polluées (d'où les niveaux élevés de métaux lourds), que les légumes dans le meilleur des cas (celui où on ne les arrose pas de pesticides) poussent dans des terres polluées arrosés par de l'eau pollué et je ne parle pas du bétail. Cela veut aussi dire que la couche la plus aisée de la population, consciente que même quand on est riche on souffre des dommages portés à l'environnement, va se mettre de lus en plus à importer ses ressources vitales , ce qu'elle fait déjà par exemple avec le lait en poudre pour bébés- et quand la Chine importe ce n'est pas un ou deux individus mais des centaines de milliers - attendez-vous à des hausses des prix sur l'eau, les aliments encore sains...(entre autres conséquences)