Chimie verte et a...
Follow
Find tag "Biomimétisme"
13.6K views | +43 today
Chimie verte et agroécologie
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Isabelle Pélissié from AgroParisTech Innovation Agro-activités et Bio-industries
Scoop.it!

Le biomimétisme : s'inspirer de la nature pour innover durablement

Le biomimétisme : s'inspirer de la nature pour innover durablement | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Le CESE souhaite explorer les avancée du biomimétisme, identifier ses acteurs, évaluer l’état de la recherche fondamentale et appliquée, scientifique et industrielle, et envisager des approches transversales.

Via AgroParisTech Documentation - Patricia Jeannès
more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from AgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire - Agronomie
Scoop.it!

Cicada wings inspire new ideas for antibacterial products

Cicada wings inspire new ideas for antibacterial products | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Here’s another reason to love cicadas: A new study has found that tiny structures on cicada wings can kill bacteria through physical and not chemical means.

Via Sakis Koukouvis, Pierre-André Marechal
more...
Dmitry Alexeev's curator insight, July 28, 2013 7:24 AM

bacterial membrane disruption through nano tech

Lisa Sundahl Platt's curator insight, November 25, 2013 5:05 PM

Great potential for infection control in healthcare environments! I love it when biomimicry offers us ways to solve some of our greatest challenges.   

Greg Wurn's curator insight, March 4, 2014 9:20 PM

Interesting, could lead to some very important discoveries in future

Rescooped by Isabelle Pélissié from eco-innova
Scoop.it!

Biomimétisme: la vraie nature de l'économie collaborative ?

Biomimétisme: la vraie nature de l'économie collaborative ? | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Et si l’économie collaborative n’était-t-elle pas au fond inspirée de la Nature ? C'est l'avis de Gaëtan Dartevelle, co-fondateur de Biomimicry Europa et directeur de Greenloop.

- OuiShare


Via Raphael Souchier, Lockall
more...
Marco Bertolini's curator insight, April 9, 2013 3:26 AM

Le modèle de l'économie collaborative est le biomimétisme : plantes, arbres, animaux, champignons mêmes alternent des phases de concurrence et de collaboration selon les circonstances.

Raphael Souchier's curator insight, July 5, 2013 2:19 AM

Un peu de bon sens pour commencer la journée.

Alain Renaudin's curator insight, October 25, 2013 2:02 PM

Depuis que l'homme est homme, la croissance, l'expansion, la conquête, s'est faite au détriment de l'autre, physiquement. La survie de l'un passait par la mort de l'autre, la domination des uns par la soumission des autres.

En ces temps de guerre, "collaborer", c'est se soumettre, c'est trahir. En temps de paix, la confrontation militaire est devenue politique (guerre froide), puis économique (mondialisation). Mais l'esprit reste identique: être fort, c'est dominer, ce n'est plus conquérir des territoires mais des parts de marchés.

Et si ce n'est pas toujours ordonner, c'est influencer, une nouvelle forme sociale de supériorité, de "popularité". Partager, collaborer, échanger, se montrer solidaire, sont certes autant de "valeurs" reconnues, mais souvent considérées comme des actes de privation, de renoncement, de désintérêt, laissant au seul sacro-saint esprit de compétition et de puissance la capacité à augmenter son bien-être.


Dès lors, la collaboration, la solidarité nous semblent même contre-nature, comme des valeurs "extra-humaines" relevant davantage de la spiritualité que de la nature humaine, animale. D'ailleurs, ne nous enseigne-t-on pas depuis notre plus tendre enfance la "loi de la jungle" et la chaine alimentaire comme une succession de prédations ? Il serait donc bien "naturel" que l'homme soit un prédateur pour l'homme.

 

Seulement voilà, nous atteignons aujourd'hui les limites du monde fini, non pas le monde naturel de la biosphère qui a toutes les chances de nous survivre, mais notre petit monde parallèle à nous, artificiel, détaché, comme si nous pouvions vivre en apesanteur. Nous atteignons deux limites: une limite économique et une limite écologique, et cette réduction d'inertie nous fait tout simplement retomber ... sur terre.

Nous sommes rattrapés par notre simple gravité. La croissance, longtemps considérée comme source de progrès, y compris social, se révèle mère de tous nos vices et morphine écologique. Le moteur de l'opulence et de l'insouciance s'arrête et nous retombons. Cette croissance n'est plus là, car, comme les arbres, elle ne monte pas jusqu'au ciel. Dès lors, un autre modèle doit être inventé, et il ne s'agit pas d'innovations technologiques pour lesquelles nous capacité semble, elle, sans limite, mais d'un nouveau modèle d'organisation de note communauté humaine, davantage basé sur la collaboration que sur la compétition, autrement dit, une révolution culturelle.

C'est ici que la seconde limite, écologique, peut nous aider, paradoxalement. En effet, la prise de conscience environnementale (même régulièrement déniée) nous fait (re)prendre conscience de notre "humanité" au sens d'une communauté humaine au destin commun. Je manque de ce que tu gaspilles, je meurs de ce que tu pollues. Nous sommes condamnés à être interdépendants et interconnectés, et pas uniquement sur les réseaux sociaux !

 

La mondialisation n'est pas qu'économique, elle est aussi géologique et culturelle, les seules dernières frontières qui demeurent, même si elles aussi s'effritent, sont celles des Etats politiques. Notre monde est de plus en plus poreux, et d'une certaine manière tant mieux, vive la capillarité !

 

Ce qui serait fort, symbolique et amusant ... serait que l'Unesco classe ... notre planète ... au patrimoine mondial de l'Humanité ! Car au fond, elle est la seule à avoir les clés pour nous sauver. S'en inspirer c'est la protéger, et nous protéger nous-mêmes. Je lance ici l'idée et cet étrange appel ... comme une bouteille dans la biosphère :-) 

Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

L'agroécologie n'est pas une approche "utopique" mais bien opérationnelle, selon le CGDD

L'agroécologie n'est pas une approche "utopique" mais bien opérationnelle, selon le CGDD | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Dans une étude consacrée au biomimétisme, le CGDD identifie les pratiques actuelles dans l'agriculture, communément regroupées sous le terme agroécologie, et estime qu'elles pourraient être mieux diffusées dans les exploitations et territoires.
Isabelle Pélissié's insight:

Rapport du Commisariat Général au Développement Durable : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ED72.pdf

 

more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Le biomimétisme : définition et applications.

Le biomimétisme : définition et applications. | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
Le biomimétisme, comme première définition, est une discipline qui consiste à s’inspirer de la nature pour concevoir des objets et des appareils performants et qui ont une empreinte environnementale minimale.
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Étude sur la contribution du biomimétisme à la transition vers une économie verte en France : état des lieux, potentiel, leviers - Ministère du Développement durable

Étude sur la contribution du biomimétisme à la transition vers une économie verte en France : état des lieux, potentiel, leviers - Ministère du Développement durable | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

"Les exigences auxquelles nos sociétés sont aujourd’hui confrontées du fait des limites physiques et biologiques de la planète nécessitent donc de revisiter les mécanismes du monde vivant, non seulement à l’échelle des espèces mais aussi à celle des écosystèmes, pour trouver des réponses innovantes s’inscrivant dans ces limites, en termes de produits, de procédés et d’organisations. Ainsi le biomimétisme est, selon un rapport du Sénat de 2007, « l’une des boîtes à outils de la quatrième révolution industrielle »1.

Il ne s’agit pas d’affirmer a priori que toutes les activités humaines actuelles pourraient être réalisées de cette façon, mais de prendre au sérieux les limites planétaires et d’en tirer toute la créativité possible. C’est pourquoi le Commissariat général au développement durable a fait de ce sujet l’une des actions de ses 5 chantiers transversaux pour 2012-2013, dans la perspective d’une économie verte, résiliente et équitable."

more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Le biomimétisme, un outil pour l'innovation responsable - Biomimesis

Le biomimétisme, un outil pour l'innovation responsable - Biomimesis | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it
2 vidéos réalisées par le Centre Francilien de l'Innovation sur le thème : le biomimétisme, un outil pour l'innovation responsable.
more...
No comment yet.
Scooped by Isabelle Pélissié
Scoop.it!

Utiliser la nature pour faire pousser des batteries - Biomimesis

Utiliser la nature pour faire pousser des batteries - Biomimesis | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

Le biomimétisme est à la base de l’inspiration d’Angela Belcher et de son équipe du MIT. Voici un exposé donné aux TEDxCaltech.
Ils ont même reçu la visite de Barack Obama !

Inspirée par une coquille d’ormeau, Angela Belcher programme des virus pour créer d’élégantes structures nanométriques que les humains peuvent utiliser. En sélectionnant des gènes à haut rendement grâce à l’évolution dirigée, elle a produit des virus qui peuvent construire de nouvelles batteries puissantes, des carburants propres à base d’hydrogène et des batteries solaires qui battent les records.

more...
No comment yet.
Rescooped by Isabelle Pélissié from Biomimicry
Scoop.it!

Genius of Biome Report: a Biomimicry Primer

Genius of Biome Report: a Biomimicry Primer | Chimie verte et agroécologie | Scoop.it

"A new report from the HOK designers and the Biomimicry 3.8 biologists lays out a map for using nature to problem solve. The report lays out a kind of textbook for how apply Biomimicry design principles. This process begins with a nuanced understanding of place by examining one's biome--a region defined by a community of plants and animals that have evolved to survive in a specific climate. The next steps involve identifying how nature problem-solves, and applying these concepts."


Via Miguel Prazeres
more...
No comment yet.