Changer la donne
Follow
Find tag "Consommation"
9.0K views | +1 today
Changer la donne
innovation sociale - développement durable - économie solidaire
Curated by Corinne Mayer
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Corinne Mayer from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

Vers une nouvelle consommation : Terra Nova publie un rapport pour réinventer « l’abondance »

Vers une nouvelle consommation : Terra Nova publie un rapport pour réinventer « l’abondance » | Changer la donne | Scoop.it

Aujourd’hui, notre société de surconsommation rime pour beaucoup avec dépenses superflues stimulées par la nouveauté et la publicité, appauvrissant les consommateurs et aggravant la raréfaction des ressources naturelles… Mais aujourd’hui, de nouvelles formes de consommation apparaissent, qui redonnent plus de sens à l’acte d’achat : consommation collaborative, partage, recyclage, systèmes de location, etc. L’innovation sociale prend de l’ampleur, portée par des consommateurs avertis qui se posent désormais plus de questions avant d’acheter. Pour relayer cette tendance, le think-tank Terra Nova a publié en fin d’année dernière un rapport intitulé « Réinventer l’abondance, pour une politique des consommations ».


Via Aurélien BADET
more...
Thierry Curty's comment, March 16, 2013 12:32 AM
Christophe, nous allons nous entendre. J'ai bien compris dans ton message que tu voulais partager la richesse mais que tu ne savais pas comment t'y prendre. Moi, si, j'ai inventé l'outil pour ça. Un système de crowdfunding très avancé qui permet à tout un chacun de contribuer dynamiquement et démocratiquement à l'économie en finançant les entreprises qu'il souhaite voir émerger pour son avenir. Mais pas avec ses propres économies, avec la masse monétaire, comme les banques. De sorte que même si un individu n'a que 100€, une fois ces 100€ investis, il peut continuer à contribuer, contrairement à un autre système de financement participatif. Autrement dit, j'ai inventé la démocratisation du capital.

A partir de là, du moment que l'individu peut participer directement au fonctionnement de l'économie, il influe sur les grandes orientations politico-économiques et donc sur son environnement sociétal. Puisque s'il finance des entreprises d'énergies renouvelables, même si la politique consiste à soutenir le nucléaire, l'homme de la rue impose, sans contrainte, sa vision de l'avenir. C'est l'exemple le plus grossier et on pourrait l'appliquer à sa vision de l'innovation dans un sens plus général. Pour moi, l'innovation pourrait être le retour des tonneliers, ce qui permettrait d'avoir plus de vignerons élevant leur vin comme il y a 100 ans pour en faire un produit cher, donc une richesse, au lieu d'un produit de masse purement productiviste.

Malheureusement, j'ai un peu de peine à faire passer l'AMI, même ceux qui s'y intéressent n'adhèrent pas à l'association de préfiguration que j'ai fondée. Je crois que c'est parce que les gens qui 'y intéressent sont censés être des gens de niveau supérieur et ils n'ont pas envie d'avoir l'air con à poser des questions sur son fonctionnement. Tout le monde s'intéresse à ce nouveau concept...personne n'adhère.

Peut-être seras-tu l'élément déclencheur? xD

http://soyons-AMI.fr
Dominique Valck's comment, March 16, 2013 3:00 AM
@Thierry Bien intéressantes ces précisions et j'ai hâte que ton livre soit publié. @Chritophe Assez d'accord avec le paragraphe que tu pointes ... En marge de mes activités je préside le conseil de développement durable du Grand Nancy et nous sommes dans un travail de prospective 2050. Redéfinir la richesses est souvent dans le débat et pour nous éclairer je fais venir Patrick Viveret le 08 avril prochain ... Si j'ai assez d'éléments j'aimerais pouvoir lui poser une question sur le concept AMI
Thierry Curty's comment, March 16, 2013 5:34 AM
@Dominique : mon livre parle essentiellement de l'avenir demain. Mais demain, c'est demain matin. 2050 nous parlons déjà du futur. En 2050, Good Year et Aulnay auront fermé depuis plus de 30 ans. Les marchands de pneus les imprimeront eux-mêmes directement à l'atelier et les voitures auront atteint un niveau de technicité tel qu'il sera difficile pour un homme de contribuer à sa fabrication.

Dans l'immédiat, nous allons déjà passer de l'économie productiviste, qui est celle qui a tant apporté en termes de liberté, d'avantages sociaux, à l'ouvrier à un autre modèle, avec une fabrication pas forcément plus durable, mais plus intégrée dans le développement durable. Par exemple des imprimantes d'ordinateurs Entièrement modulaires et on peut changer élément par élément.

L'impression 3D va également augmenter la durée de vie des biens qui coûteront plus cher en raison de la raréfaction des matières premières et de leur recyclage de plus en plus poussé et de plus en plus coûteux. On peut imaginer de petits ateliers d'arrière-boutiques tenues par des techniciens à qui on pourrait amener notre appareil à réparer. Et le technicien de tout simplement imprimer le bouton déformé, la goupille cassée voir la coque cassée de l'appareil...

Mais ce n'est pas en 2050...c'est déjà possible pour beaucoup de choses....

Pour l'AMI, j'ai mis l'essentiel sur son site avec des schémas basiques que je veux clairs et bien expliqués. Mais, en réalité, j'ai une vision beaucoup plus élaborée de ce qu'il pourrait être dans l'avenir. Le concept est la pierre angulaire d'une nouvelle économie. Demain, l'économie fonctionnera largement comme l'AMI.

J'ai eu le temps d'y penser, ce qui se passe aujourd'hui, je l'annonce dans le détail depuis 25 ans. Je sais exactement ce qui va se passer en termes d'évolutions sociétales, ce que sera demain. Ce que je ne sais pas relève du facteur humain : l'humain profitera-t-il de la formidable opportunité que nous avons dans ce changement ou faudra-t-il d'abord qu'il se foute joyeusement sur la gueule?

Pour le moment, si la politique continue comme ça, nous aurons très vraisemblablement la révolution en mai 2015. Et dans notre système complexe, notre monde, en particulier l'Europe, énormément surpeuplé, si seulement 5% de la population se soulève, nous aurons, rien qu'en France, 40 millions de personnes qui n'auront plus à manger en quelques semaines.

J'ai beau être révolutionnaire dans l'âme...mon leitmotiv est d'empêcher ça!

Mon livre est donc plus une explication de l'opportunité que nous pourrions vivre qu'une projection. Et seule la fin parle de la démocratisation du capital, justifiée par cette formidable opportunité d'évolution sociétale majeure.

Grâce au capitalisme, aujourd'hui, l'ouvrier sait lire, écrire, compter, exploitons ce nouveau bagage intellectuel, tout simplement. Si l'individu moyen n'est pas capable de prendre une décision, inconscient des conséquences et des tenants et aboutissants allant au-delà de l'entendement moyen, il est en revanche bien capable d'exprimer ce qu'il souhaite pour lui demain et j'ai même l'impression que si tout le monde vit dans le doute aujourd'hui...globalement, le monde sait où il souhaiterait aller.

Emmenons-le où il veut aller, il n'y a pas de problème avec ça. xD
Rescooped by Corinne Mayer from ECONOMIES LOCALES VIVANTES
Scoop.it!

"La Ruche qui Dit Oui" ou comment consommer de façon juste et responsable

"La Ruche qui Dit Oui" ou comment consommer de façon juste et responsable | Changer la donne | Scoop.it
Nous connaissions déjà les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) et autres associations solidaires Ĺ“uvrant pou...

...


Via Raphael Souchier
more...
No comment yet.
Rescooped by Corinne Mayer from Territoires en transition, ESS et circuits courts
Scoop.it!

A Lyon, les étudiants en galère choisissent des modes de consommation alternatifs | Rue89Lyon

A Lyon, les étudiants en galère choisissent des modes de consommation alternatifs | Rue89Lyon | Changer la donne | Scoop.it

Crise + étudiants = galère totale. Certains ont décidé de ne pas se laisser abattre en inventant d’autres modèles, tels que les épiceries solidaires ou les systèmes d’échanges du type « réparation d’ordinateur contre coupe de cheveux »...

 

 


Via Alcofribas, Ouishare Rhône-Alpes, Michel Briand
more...
No comment yet.