Changement de pratiques
1.2K views | +0 today
Follow
Changement de pratiques
Actualités des changements techniques et organisationnels pour une agriculture durable
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Pesticides : une semaine pour l'info - 28/11/2016, Oiron (79) - La Nouvelle République

Pesticides : une semaine pour l'info - 28/11/2016, Oiron (79) - La Nouvelle République | Changement de pratiques | Scoop.it
Chargée des études eaux et environnement au centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE) de Gâtine, Aude Vigier a mis en place une semaine d'échanges autour d
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Fabrice Merceron et sa ferme économe

Fabrice Merceron et sa ferme économe | Changement de pratiques | Scoop.it
P lus économes et plus autonomes. Fabrice Merceron, agriculteur à la Croix-Verte sur la commune de Chiché, n'est pas le seul à mettre en pratique ce mode d'agriculture su
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Conversion au bio : tout un mois d'actions

Conversion au bio : tout un mois d'actions | Changement de pratiques | Scoop.it
Le Pôle de conversion bio prépare son 5 e mois d’information et de sensibilisation à destination des professionnels. Photo instantanée d’un virage.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Réduire l'usage puis sortir des pesticides, c'est possible

Réduire l'usage puis sortir des pesticides, c'est possible | Changement de pratiques | Scoop.it
Réduire l'usage puis sortir des pesticides, c'est possible

La Nouvelle-Aquitaine lance un plan régional pour réduire durablement l’utilisation des pesticides dans l’agriculture. Coélaboré avec la préfecture, les chambres d’agriculture, les différents services de l’État et le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), ce plan est consacré dans un premier temps au vignoble bordelais. Il sera par la suite étendu aux autres vignobles, puis à l’ensemble des filières agricoles de la région.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Pesticides : un documentaire de France 5 déplore la situation en Charente et Gironde

Pesticides : un documentaire de France 5 déplore la situation en Charente et Gironde | Changement de pratiques | Scoop.it
"Pesticides, le poison de la terre", sera diffusé mardi 6 septembre à 20 h 45 sur France 5. 
Le teaser du documentaire d'Antipode production s'ouvre en ces termes : "La France des champs
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Agroécologie : ça a discuté " ferme "

Agroécologie : ça a discuté " ferme " | Changement de pratiques | Scoop.it
Mardi, le Civam du Haut-Bocage a reçu une délégation du Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans une exploitation de Nueil-les-Aubiers.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Agriculture : et si on produisait plus avec moins de pesticides et d’engrais

Agriculture : et si on produisait plus avec moins de pesticides et d’engrais | Changement de pratiques | Scoop.it
Les travaux en plein champ du Centre d’études biologiques de Chizé (Deux-Sèvres) ont donné cette année des résultats inattendus. Explications.
more...
No comment yet.
Rescooped by InPACT Poitou-Charentes from Agriculture et Alimentation méditerranéenne durable
Scoop.it!

Appellations d’origine : L’agroécologie intégrera les cahiers des charges - La France Agricole

Appellations d’origine : L’agroécologie intégrera les cahiers des charges - La France Agricole | Changement de pratiques | Scoop.it

Sous l’impulsion du ministre de l’agriculture, l’Inao planche depuis le début de 2016 sur l’intégration de principes agroécologiques dans les cahiers des charges des appellations. De la gestion des intrants et de l’eau à l’entretien du paysage, en passant par les techniques culturales, de nombreux critères « agroécologiques » pourraient faire prochainement leur entrée dans le cahier des charges de certaines appellations. Bien sûr, nombre d’ODG (organismes de défense et de gestion) ont déjà inclus dans le leur des exigences à caractère environnemental. Mais depuis le début de 2016, sous l’impulsion de Stéphane Le Foll, un vaste chantier visant à intégrer les principes de l'agroécologie dans les cahiers des charges des appellations a été entrepris par l’Inao.


Via CIHEAM News
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Cinq fermes innovantes ouvrent leurs portes en Haute-Vienne

Cinq fermes innovantes ouvrent leurs portes en Haute-Vienne | Changement de pratiques | Scoop.it
Dans le cadre d’Innov’action 2016, la chambre d’agriculture invite les professionnels à découvrir cinq exemples d’exploitations innovantes. Priorité à l’autonomie alimentaire et à l’équipement en élevage ovin.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Comprendre les problèmes posés par les pesticides en 5 minutes

Comprendre les problèmes posés par les pesticides en 5 minutes | Changement de pratiques | Scoop.it
La consommation française de pesticides est de l’ordre de 67 000 tonnes par an. Elle avait baissé à la fin des années 1990, mais augmente à nouveau depuis 2011, suscitant un vent de révolte.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

19 millions pour réduire la pollution de la Charente

19 millions pour réduire la pollution de la Charente | Changement de pratiques | Scoop.it
faire concernent également les collectivités locales pour la gestion des eaux pluviales et l’entretien des espaces verts. Un vol
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

La conversion bio essaime dans les exploitations

La conversion bio essaime dans les exploitations | Changement de pratiques | Scoop.it
L’an dernier, 58 producteurs se sont convertis à l’agriculture bio dans le département. Un bilan positif mais inhabituel pour Agrobio Deux-Sèvres.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

La biodiversité des sols pour écarter les intrants

La biodiversité des sols pour écarter les intrants | Changement de pratiques | Scoop.it
Des chercheurs se penchent sur les sols pour proposer d’autres pratiques agricoles en explorant de nouvelles approches afin de préserver la biodiversité.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Le vin bio crée 50% d'emplois en plus que le vignoble classique

Le vin bio crée 50% d'emplois en plus que le vignoble classique | Changement de pratiques | Scoop.it
Malgré la crise du secteur agricole, il existe une filière en France qui gagne des parts de marché et crée des emplois. Il s'agit de la viticulture bio.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Avec "Mois de la bio", les producteurs veulent booster le bio en Charente

Avec "Mois de la bio", les producteurs veulent booster le bio en Charente | Changement de pratiques | Scoop.it
Cinquante-deux agriculteurs sont passés au bio en 2016, soit une augmentation de 23 %. Un score que les acteurs de la filière espèrent encore faire grimpe
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Agriculture : cette année, le bio cartonne dans le Sud-Ouest

Agriculture : cette année, le bio cartonne dans le Sud-Ouest | Changement de pratiques | Scoop.it
En France, ces dernières années, la filière bio a le vent en poupe, dans les champs et sur les étals de magasins. Les chiffres clés d'un dynamisme qui profite aussi à la Nouvell
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Bocage et biodiversité sous la loupe de DSNE

Bocage et biodiversité sous la loupe de DSNE | Changement de pratiques | Scoop.it
A Saint-Aubin-le-Cloud, Damien Guignard attache une grande importance à la biodiversité sur son exploitation. Rencontre avec un agriculteur heureux.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

La ferme de Jérôme Caillé prise en exemple

La ferme de Jérôme Caillé prise en exemple | Changement de pratiques | Scoop.it
Sur invitation du réseau Agrobio Deux-Sèvres, le préfet s’est rendu chez un exploitant agricole bio à Largeasse qui, au bout de six ans, songe à embaucher.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Pourquoi le lait de mauvaise qualité, néfaste pour la santé, risque de se généraliser

Pourquoi le lait de mauvaise qualité, néfaste pour la santé, risque de se généraliser | Changement de pratiques | Scoop.it
Déguster trois à cinq produits laitiers par jour : c'est ce que recommandent les politiques de santé. Mais savez-vous quel type de lait vous buvez ? (...)
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Améliorer la qualité de l'eau à la Jallière - 20/06/2016, Jazeneuil (86) - La Nouvelle République

Améliorer la qualité de l'eau à la Jallière - 20/06/2016, Jazeneuil (86) - La Nouvelle République | Changement de pratiques | Scoop.it
La mise en œuvre d'actions pour préserver la qualité de l'eau est un des six axes de développement du projet stratégique 2016-2020 d'Eaux de Vienne - Siveer
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Cultiver autrement - 02/06/2016, Melle (79) - La Nouvelle République

Cultiver autrement - 02/06/2016, Melle (79) - La Nouvelle République | Changement de pratiques | Scoop.it
Le Civam a proposé une matinée d’échange, sur le terrain, autour de nouvelles façons de cultiver, pour favoriser l’autonomie des exploitations.
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Le bio gonfle ses effectifs et attire les "gros" fermiers

Le bio gonfle ses effectifs et attire les "gros" fermiers | Changement de pratiques | Scoop.it
Les syndicats des eaux avaient organisé une nouvelle journée pour les bio. L’occasion de faire un bilan avec Agrobio, l’association qui aligne les victoires e
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Complémentarité grandes cultures/élevage - Eric Givelet, céréalier bio : « Je vends mes protéagineux à mon voisin éleveur »

Complémentarité grandes cultures/élevage - Eric Givelet, céréalier bio : « Je vends mes protéagineux à mon voisin éleveur » | Changement de pratiques | Scoop.it
Complémentarité grandes cultures/élevage
Eric Givelet, céréalier bio : « Je vends mes protéagineux à mon voisin éleveur »
vendredi 8 avril 2016 à 18:06 • Fanny Collard • Terre-net Média

Avec l’allongement des rotations, les céréaliers cherchent des débouchés pour leurs cultures de diversification. Dans la Vienne, Éric Givelet cultive 16 ha de féveroles et de mélange triticale-pois qu’il vend à son voisin, éleveur laitier.

Eric GiveletEn bio depuis 2002, Éric Givelet cultive 7 ha de féveroles qu’il vend en direct sur pied à son voisin éleveur, Norbert Doedens. (©Terre-net Média)

L’allongement des rotations des exploitations céréalières pose la question des débouchés pour les cultures de diversification, notamment les légumineuses. Les acteurs du programme de recherche Cer’el, qui vise à étudier et développer les échanges entre éleveurs et céréaliers au sein des territoires, constatent un intérêt croissant pour la vente directe, de façon ponctuelle souvent, mais aussi pérenne. « La résistance aux herbicides des ray grass ou des vulpins, comme la stagnation des rendements dans les systèmes colza-blé-orge et colza-blé-blé, poussent les céréaliers à rechercher de nouveaux marchés ou clients », explique Alexandre Dumontier, le coordinateur du projet.

Aujourd’hui, la vente directe des céréales, très réglementée, doit passer par un organisme stockeur, seul habilité à reverser les taxes. Mais l’administration tolère celle de récoltes sur pied, à condition que les cultures soient à l’état de fourrage. Les protéagineux, peu valorisés et souvent très chers pour les éleveurs, se prêtent bien à cette pratique. Les intérêts sont doubles : agro-écologiques d’abord, puisque la production est commercialisée en circuit court ; économique ensuite, car en réduisant les intermédiaires, éleveurs et céréaliers y gagnent financièrement. Reste pour les deux parties à fixer le prix de vente, qui repose sur un accord de gré à gré.
7 ha de féveroles, 9 ha de triticale-pois

À cheval entre les départements de la Vienne et de l’Indre-et-Loire, Éric Givelet, céréalier bio, vend depuis 2010 sa récolte de protéagineux à Norbert Doedens, un éleveur bio de vaches laitières frisonnes. Les deux exploitations sont situées à 4 km l’une de l’autre, sur les communes de Buxeuil (86) et des Ormes (37). La SAU d’Éric compte 84 ha avec, pour rotation type, trois années de luzerne, blé, maïs, triticale-pois, féverole, blé, maïs ou tournesol, triticale-pois. Le céréalier transforme dans son moulin 35 t de blé par an et commercialise sa farine dans sept magasins, dont quatre bio, et à des boulangers. Il vend également sa luzerne sur pied à un autre agriculteur, qui déshydrate à la ferme.

Mélange triticale-poisDepuis qu’il vend ses protéagineux en direct, Eric Givelet a introduit le mélange triticale-pois sur son exploitation. Son rendement a augmenté de 30 % par rapport à un triticale seul. (©Terre-net Média)

« Norbert m’a sollicité en 2010 après avoir acheté du soja chinois bio, qui n’était pas bio en réalité. Il voulait savoir d’où venait la nourriture de ses vaches. Il était intéressé par de la féverole et un mélange de triticale et de pois. Je ne faisais que du triticale pur, alors j’ai décidé de démarrer le mélange. Je n’ai pas été déçu. Mon rendement a augmenté de 30 % d’un coup grâce à l'association ! Avant, je ne voyais pas l’intérêt de mélanger le triticale avec du pois », insiste Éric. Cette année, le producteur cultive 7 ha de féveroles et 9 ha de mélange triticale-pois pour Nobert. Il se cale au plus près des besoins de son voisin. Les campagnes où celui-ci n’achète pas toute sa production, Éric vend le surplus aux coopératives locales. L’éleveur, qui possède seulement 19 ha de terres labourables, achète des matières premières dont il connaît la provenance.
Le prix d'acompte majoré de 50 euros

Pour calculer le prix de vente des protéagineux, Éric et Norbert se sont mis d’accord : ils se basent sur le prix d’acompte de la coopérative hors complément de prix, qu’ils majorent de 50 €. « Pour le mélange, nous comptons le ratio triticale/pois sur 1 kg de grains et nous estimons le poids d’impuretés qui sera déduit de la facture. Cette part est difficile à évaluer mais nous ne voulons pas ce que soit une source de conflit entre nous », explique le céréalier. Le prix fixé par Éric et son voisin est stable depuis 2008. Autre avantage : les graines cassées ne posent aucun problème à Norbert, alors qu’elles seraient décotées en coopérative. « La vente directe de protéagineux fonctionne bien en production bio puisque la filière bénéficie d’un prix rémunérateur. En conventionnel, ces cultures restent un peu plus risquées. Il faut arriver à définir un complément de prix de manière à rester en-dessous du prix du négoce. »

L'élevage de Norbert Doedens et sa fille FabienneNorbert Doedens, qui vient de s’associer avec sa fille Fabienne (photo), élève 55 vaches laitières de race frisonne qui produisent 6000 litres de lait par an. (©Terre-net Média)
Le projet Cer’el
Huit zones test pour développer des complémentarités

Le projet de recherche Casdar Cer'el vise à produire des analyses et des outils pour développer des synergies entre systèmes spécialisés au sein des bassins de production. Il a pour chef de file la Chambre régionale d’agriculture du Centre-Val de Loire et implique entre autres cinq Chambres départementales d’agriculture, la FDSEA du Cher, la FRCivam du Poitou-Charentes, l’Esa d’Angers et l’Institut de l’Élevage. Ce travail repose sur huit zones test regroupant céréaliers et éleveurs. L’objectif : nouer des liens et formaliser des complémentarités pérennes entre exploitations. Le Civam du Châtelleraudais a par exemple mis en place une plateforme en ligne sur laquelle les agriculteurs peuvent indiquer leur besoin ou leur offre. L’échange ou la vente se fait ensuite de gré à gré. Le programme touchant cette année à sa fin, un colloque de restitution est organisé mardi 31 mai à l’Institut du droit rural de Poitier.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
more...
No comment yet.
Scooped by InPACT Poitou-Charentes
Scoop.it!

Ils prônent une agriculture durable

Ils prônent une agriculture durable | Changement de pratiques | Scoop.it
Ils prônent une agriculture durable
Publié le 05/02/2016 . Mis à jour le par Sudouest.fr
S'abonner à partir de 1€
0 commentaire
Jonathan Henry (maraîcher), Carole Pardell (présidente), Bénédicte Lavaud (Écuries du Moulin Moreau) et Anthony Cordon (viticulteur), membres du GDAD.
Jonathan Henry (maraîcher), Carole Pardell (présidente), Bénédicte Lavaud (Écuries du Moulin Moreau) et Anthony Cordon (viticulteur), membres du GDAD. © Photo Jean-Pierre Pichot
Ouvert à toutes les professions agricoles de l'île de Ré, le Groupement pour le développement d'une agriculture durable (GDAD) est une jeune structure née...

Ouvert à toutes les professions agricoles de l'île de Ré, le Groupement pour le développement d'une agriculture durable (GDAD) est une jeune structure née fin 2013 et encore en pleine construction où sont réunis viticulteurs, producteurs de pommes de terre, sauniers, maraîchers, éleveurs, apiculteurs. S'il compte des agriculteurs s'approchant de la retraite, de nombreux jeunes exploitants y sont actifs.

« Nos objectifs sont les suivants : identifier les problématiques de l'agriculture rétaise, proposer et mettre en place des réponses durables ; encourager et d'accompagner les dynamiques agricoles rétaises vers une agriculture pérenne, à haute valeur ajoutée, facteur de biodiversité et de sauvegarde des paysages de l'île », précise la présidente Carole Pardell.

« Dialoguer, réfléchir, agir »

« Pour cela, le GDAD a trois missions essentielles. La première est d'ouvrir le GDAD au plus grand nombre d'agriculteurs de l'île de Ré, de dialoguer et d'avancer ensemble ; de même avec les élus et de porter avec eux les projets concernant l'agriculture ; de travailler sur le terrain et sur les différents projets avec les associations environnementales ; d'informer et d'inviter la société civile ; de développer des échanges avec les groupes agricoles des autres îles atlantiques (comme ce fut le cas à Belle-Île fin novembre dernier) », insiste la présidente.

« La deuxième est de réfléchir afin de mieux connaître l'agriculture insulaire et sa dynamique, pour intégrer l'environnement dans l'analyse et les propositions, pour continuer à innover et développer nos compétences afin de peser dans les débats et pour initier des partenariats avec les organisations agricoles et la recherche. »

« Enfin, il convient d'agir afin de co-construire la gestion du territoire naturel et agricole avec les élus et les acteurs de l'île, promouvoir une gestion agro-écologique des friches à potentiel agricole, promouvoir la pluralité des cultures. Il nous faut nous engager sur la mise en place d'un zonage dit Zone agricole protégée. »

« Il est nécessaire de pérenniser les structures bâties des exploitations agricoles (loi Allur), d'adopter un moratoire sur le changement d'usage des bâtiments agricoles ou leur compensation, et d'aller plus loin dans la mutualisation des outils, des bâtiments et de la gestion des terres. Enfin, la finalité serait d'améliorer l'autonomie alimentaire de l'île, de développer des systèmes alimentaires innovants, et de valoriser les circuits courts », a conclu Carole Pardell.

GDAD : Route de Sainte-Marie, au Bois-Plage-en-Ré. Courriel : contact.gdad@gmail.com.
S'abonner à partir de 1€
0 commentaire
A lire aussi
Marmande : il s'arrête pour aider une famille sur le bord de la route et se fait escroquer
Marmande : il s'arrête pour aider une famille sur le bord de la route et se fait escroquer
Landes : elle assistait aux viols de sa fille de 15 ans
Landes : elle assistait aux viols de sa fille de 15 ans
Pris d'un malaise, Jean-Jacques Bourdin quitte l'antenne en direct
Pris d'un malaise, Jean-Jacques Bourdin quitte l'antenne en direct
Une femme bloquée dans un ascenseur retrouvée morte un mois après
Une femme bloquée dans un ascenseur retrouvée morte un mois après
Recommandé par
Aucun commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier
Se connecter

Publicité
Votre correspondant
David Canard
David Canard
Email : canard.david@free.fr
Tel. : 06.11.93.27.65
Agence : larochelle@sudouest.fr
Édition abonnés

Sur Web, Tablette et Mobile
Le journal et ses supléments
L'accès aux articles abonnés
L'Édition du soir
Le club Abonnés
Abonné papier ? Activez votre accès S'abonner à partir de 1€

Publicité
Les Plus
+lus
+commentés
+partagés
211
Bruxelles : des victimes identifiées, des proches de disparus dans l'angoisse
7
Attentats de Bruxelles : des familles cherchent leurs proches disparus
84
"La mère de Satan" : que contient l'explosif utilisé par les kamikazes à Bruxelles et Paris ?
105
Toulouse : pour aller aux toilettes, les salariés obligés de demander par mail
16
Un jeune homme retrouvé mort dans une maison squattée près d'Agen
more...
No comment yet.