Slow Science – Sauvons l'Université  - la course folle qui conduit à sacrifier la réflexion sur l’autel de délais toujours plus courts | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

Dans un courrier adressé à Nature [6], Lisa Alleva (biochimiste) recentre la critique sur le comportement des scientifiques et particulièrement celui de ses jeunes collègues, engagés dans une course effrénée pour obtenir des financements, une direction de laboratoire ou une titularisation. Cette frénésie finit par les écarter des fondements mêmes de la recherche. « En me détachant des ambitions de mes pairs », écrit-elle, « j’ai découvert un secret : la science, la slow science, est peut-être le passe-temps le plus enrichissant et le plus agréable que l’on puisse avoir. » [7] L’origine de cette découverte ? Un petit laboratoire dans lequel les chercheurs ont toute liberté de « lire la littérature, de formuler des idées et de préparer soigneusement [leurs] expériences », mettant en œuvre des « stratégies réfléchies. » [8]

Des idées du même ordre sont défendues par Dave Beacon, un physicien spécialisé en informatique quantique. [9] Séduit par les appels au ralentissement dans de multiples domaines et soucieux de trouver un rythme de vie plus équilibré, il s’interroge : « Quels changements faudrait-il pour faire advenir une “science plus lente” ? Et que nous apporterait concrètement ce ralentissement ? » En ligne de mire : la course folle qui conduit à sacrifier la réflexion sur l’autel de délais toujours plus courts .....

voir aussi

http://www.scoop.it/t/philosophie-en-france/p/344884979/appel-pour-un-mouvement-slow-science