caravan - rencontre (au delà) des cultures - les traversées
36.3K views | +2 today
Follow
caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées
art actuel littérature science - TRANSDISCIPLINARITE - passages - entre la parole en/au vol - tracing transversal paths between disciplines & cultures www.caravancafe-des-arts.com/
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by carol s. (caravan café)
Scoop.it!

Réseau INTELLIGENCE de la COMPLEXITE - MCX-APC

Réseau INTELLIGENCE de la COMPLEXITE - MCX-APC | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

Le site www.mcxapc.org né en 1998, repris en 2003 fait peau neuve en avril 2011. En entête, vous trouverez à présent le nom du réseau Intelligence de la complexité qui relie les initiatives des associations AEMCX et APC.Le site sera également accessible à l'adresse www.intelligence-complexite.org.

 

Ce réseau qui s'exprime aujourd'hui principalement par le site www.mcxapc.org se construit sur le projet civique du développement de " l'Intelligence de la Complexité " dans nos Cultures, et donc dans toutes nos pratiques (enseignement et recherche tout autant que responsabilités professionnelles, administratives ou politiques).

" L'Intelligence de la Complexité, pour Comprendre, c'est à dire pour Faire " se forme par l'organisation dialectique des expériences se transformant en (et transformées par) " Science avec conscience " des responsables d'organisation interagissant avec des enseignants et des chercheurs scientifiques.

Rédaction mise à jour en février 2002, cinq ans après le lancement de ce site, fin janvier 1998

more...
No comment yet.
Scooped by carol s. (caravan café)
Scoop.it!

Art and Sustainability: Connecting Patterns for a Culture of Complexity

Art and Sustainability: Connecting Patterns for a Culture of Complexity | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

Upcoming book publication
Sacha Kagan. Art and Sustainability: Connecting Patterns for a Culture of Complexity. Bielefeld: transcript Verlag, 2011.
July 2011, ca. 476 p.,  ca. 39,80 € - ISB...

 

 via la newletter du CIRET :

http://basarab.nicolescu.perso.sfr.fr/ciret/

 

more...
No comment yet.
Scooped by carol s. (caravan café)
Scoop.it!

Edgar Morin à propos de notre mode de penser \Transdisciplinarité et complexité - Poésie

Edgar Morin nous parle de notre de notre façon de penser, il critique entre autre notre manie de compartimenter nos connaissances, ainsi que la sur-spécialisation, qui rend myope et empêche nos contemporains de pouvoir affronter et rendre compte des...

voir aussi

http://caravancafe-art-actuel.blogspot.fr/2012/09/edgar-morin-cloisonnement-complexite.html

autres liens et convergences

more...
No comment yet.
Scooped by carol s. (caravan café)
Scoop.it!

critique de la complexité - débats - ciret 2004

critique de la complexité - débats  - ciret 2004 | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

 "image Emily Cheng Bridges Science And Faith"

 

L’adjectif complexe vient du latin complexus « fait d’éléments imbriqués », participe passé adjectivé de complecti « embrasser, comprendre », de cum, com et plectere « plier, entrelacer » . Au XVIe siècle, en France, le mot complexe (par exemple, dans l’expression « complexe querelle ») qualifie ce qui est composé de divers éléments hétérogènes. Complexité signifie donc multiplicité d’éléments et de relations entre ceux-ci.
Les tenants de la « pensée de la complexité » font une distinction, à leurs yeux majeure, entre complexité et complication. La complication, précise Morin , est un

« embrouillamini d’interactions innombrables entre une très grande variété de composants ». Le « compliqué » peut être réduit à quelques éléments simples, complication suppose des relations simples (univoques, mécaniques) entre ceux-ci. Complexité suppose : désordre, aléa, interaction entre observateur et observé, incertitude, rétroaction, indétermination, multidimensionnalité, associations antinomiques (continu/discontinu, par exemple), paradoxes. Désordre, par exemple, n’est-ce pas un mot pour qualifier une relation entre des éléments ? Ces mots et expressions (omniprésents dans les écrits de Morin) ne désignent-ils pas – tous - des relations ? L’idée de complexité ne fait donc qu’ajouter des relations et des dimensions à celle de complication. Par exemple, complication implique une causalité simple : une relation cause – effet. Il y a complexité quand il y a une relation rétroactive de l’effet sur la cause. Autre illustration, Morin explique que l’idée de complication ignore la relation observateur/observé, que celle de complexité la suppose :

« L’observateur/concepteur doit être non éliminé, mais introduit dans la descrïption/explication du phénomène étudié. L’objet (naturel) est coproduit par le sujet (humain). » Un examen attentif du langage des tenants de la « pensée de la complexité » révèle que leur distinction complexité/complication ne remet aucunement en cause ce que l’étymologie nous apprend du mot complexité. Affirmer la nécessité de « penser la complexité », c’est demander au chercheur, au dirigeant, à chacun de nous, d’embrasser toujours plus d’éléments (d’entités, de composantes, de dimensions) et de relations.


Les théoriciens de la « pensée de la complexité » opposent celle-ci à la « pensée simplifiante » - qui réduit le monde à quelques éléments et relations simples. Le langage utilisé, la tonalité de leurs formulations, sont sans équivoque : la première pensée est supérieure à la seconde. L’intelligence du monde est l’intelligence de sa complexité. On va jusqu’à associer « pensée simplifiante » et barbarie : « La pensée simplifiante, écrit Morin, est devenue la barbarie de la science. C’est la barbarie spécifique de notre civilisation. C’est la barbarie qui aujourd’hui s’allie à toutes les formes historiques et mythologiques de barbarie. »


Les peintures de sable nous font découvrir un monde qui ne distingue pas l’art, la religion, la morale, la médecine. Pour la « pensée de la complexité », nous avons affaire à une « pensée simplifiante », donc à un monde moins intelligent que le nôtre (nous, nous considérons plus d’éléments et de relations). La « pensée de la complexité » est un point de vue qui rejoint celui selon lequel les Navajo sont des humains dotés d’une

« mentalité primitive ». Evitons tout malentendu : nous ne sommes pas en train de dire que les tenants de la « pensée de la complexité » pensent cela de ce monde. Nous croyons nécessaire de poser la question suivante : se rendent-ils compte des implications de la pensée qu’ils défendent, sont-ils conscients que cette pensée présuppose que notre monde est le plus intelligent, que les autres mondes sont inférieurs, barbares ? (??)

Andreu Solé

(..)

 

 

'La reconnaissance de cette complexité ne requiert pas seulement l'attention aux complications, aux enchevêtrements, auxinter-rétroactions, aux aléas qui tissent le phénomène même de la connaissance ; Elle requiert plus encore que le sens des interdépendances et de la multidimensionalité du phénomène cognitif, et plus encore que l'affrontement des paradoxes et des antinomies qui se présentent à la connaissance de ce phénomène. Elle requiert le recours à une pensée complexe qui puisse traiter l'interdépendance, la multidimensionalité et le paradoxe.
Autrement dit la complexité n'est pas seulement le problème de l'objet de connaissance.  C'est aussi le problème de la méthode de connaissance nécessaire à cet objet. Cela nécessite … la formation, la formulation et le plein emploi d'une pensée à la fois dialogique, récursive et hologrammatique.
Ce qui nous a permis :
- de déplacer et dépasser le problème des fondements ;
- d'éviter les Charybdes-Scylla du holisme/réductionnisme, du constructivisme /réalisme, du spiritualisme/matérialiste.

En effet, toute connaissance acquise sur la connaissance devient un moyen de connaissance éclairant la connaissance qui a permis de l'acquérir.' (..)

J.-L. Le Moigne, 10/09/2004

more...
jean-paul crenn's curator insight, June 11, 2015 8:46 PM

Voici un très bel article sur la notion de la complexité.