Michel Random : L'énergie et la troisième matière | Lupasco | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

Stéphane Lupasco avait une manière très originale de nous faire sentir qu'il était visionnaire, sans jamais quitter la pipe du réel. On l'écoutait répéter les mots potentialisation, actualisation, état T, affectivité, puis tout à coup on entendait conscience de la conscience, connaissance de la connaissance.et l'on percevait que sa pensée était sinon infinie, du moins transfinie, comme il disait.

Lupasco nous introduisait dans le creuset alchimique d'une science et d'une philosophie rigoureuse qui, par une sorte de logique interne, parvenait à ouvrir les plus grands horizons. Insensiblement il nous faisait comprendre la nature du miroir, mais aussi à pressentir ce qu'il y a de l'autre côté du miroir. Il fallait un autre regard. Car dit-il, "s'il n'y a de démarche que scientifique, les acquisitions théoriques de la connaissance constituée, n'y répondent plus" (Stéphane Lupasco, Les Trois Matières, 10/18 Julliard, 1970, p 58).

Certes, l'énergie est tension des contradictoires, certes elle est constamment une interaction à tous les niveaux, une énergie créatrice qui n'obéit pas à l'entropie mais à la néguentropie. L'énergie a donc un sens. Personne ne sait vraiment si dans 50 milliards d'années l'univers se désintégrera en pure lumière, ni même qu'elle sera la nature de cette lumière, et où elle ira. L'ordre vivant a un sens. L'énergie se manifeste sous forme d'évènements constants, l'interaction des particules. La majeure partie de ces particules obéit au Principe d'exclusion de Pauli. Heureusement, sans cela, on ne serait pas là pour en parler. Mais les photons, qui n'ont ni charge, ni masse, sont eux, indépendants, tout comme les neutrinos. Ils obéissent à un autre ordre. Lequel ? Un ordre global où la causalité, si elle existe, échappe à notre perception. (..)

photo toile de sayed raza, rencontre 1972 photo cs