Jean-Clet Martin, Sur le mot bizarre de "Phénoménologie" (autour de Hegel) | caravan - rencontre (au delà) des cultures -  les traversées | Scoop.it

"

Ce premier souffle du cours de Hegel sur L'esthétique pris par Victor Cousin nous montre une pensée limpide très peu platonicienne. Pour Platon, le phénomène, ce qui se manifeste est illusion, une caverne qu'il convient de fuir: errance des impressions sensibles. Erreur. Le coup de maître de Hegel, dans ce petit cours inédit, c'est de chercher la vérité dans la caverne. Ce que veut dire "Phénoménologie". L'apparence, le "schein" cessent d'être une erreur. Hegel dans ce petit extrait de cours nous dit que ce qui n'apparaît pas, cela n'a aucune chance d'exister. L'apparence devient un moment essentiel de l'essence et même de la vérité. L'apparaître et l'être se noue dans un jeu qui est celui de l'art. Alors la peau tendue des oeuvres, leur surface d'inscription se mue en espace de révélation. C'est ce que veut dire le mot "esthétique" par rapport aux "beaux arts". Hegel ne croit plus au beau en soi. Le plus profond dira Valéry c'est la peau. Hegel disait un peu mieux : "le révélé émergeant entièrement à la surface est justement en cela le plus profond". Voici comment j'avais formulé l'idée "bizarre" (au sens de Baudelaire) du mot "Phénoménologie" dans mon "Intrigue criminelle de la philosophie - Lire la phénoménologie de l'Esprit""
Via René Z.