BURE : BATHO n'y connait rien et oublie que CIGEO n'est qu'un LABORATOIRE soumis à DEBAT PUBLIC !! | CAP21 | Scoop.it
Seul un revirement politique peut encore empêcher le stockage des déchets nucléaires les plus dangereux en Meuse. Il ne viendra pas de Delphine Batho. La ministre de l’Écologie a visité, hier, le laboratoire de Bure.

De marbre face aux opposants

Trois d’entre eux, Michel Gueritte, Michel Marie et Romain Virion, ont été reçus par la ministre, puis par son cabinet. Vingt questions leur ont été remises.

Dont celle-là : « Pourquoi le président Hollande autoriserait-il à Bure le projet d’enfouissement que le député Hollande a refusé en 2000 en Corrèze ? » Elle n’y a pas répondu.

Elle n’a pas non plus réagi à la proposition d’acheter une fermette à Mandres-En-Barrois pour y passer sa retraite. « Elle nous a rappelé que la loi de 2006 avait décidé de l’enfouissement, donc qu’on enfouissait », explique la délégation, un brin dépitée.

Delphine Batho n’a cessé de brandir trois principes : transparence, démocratie et réversibilité des déchets. « Les deux premiers sont bafoués ici depuis des années. Le troisième est impossible à réaliser. Comment voulez-vous sortir les colis radioactifs une fois que le temps aura fait son œuvre ? »

 

Cela sera un des éléments du débat public à venir. Prévue pour le mois de mars, l’annonce de son décalage de quelques semaines pour ne pas se télescoper avec le débat sur la transition énergétique, devrait survenir dans la semaine.

 

 


Via Résistances & Alternatives