CAP21
32.5K views | +1 today
Follow
CAP21
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by CAP21 from Agroécologie
Scoop.it!

Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ? - Terre de Liens

Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ? - Terre de Liens | CAP21 | Scoop.it

C’est une question qui revient régulièrement : combien de paysans devrait-on avoir à proximité de nos villes ou communes, si l’ensemble des citoyens décidait de relocaliser leur alimentation, en plus de passer au tout bio ? L’association Terre de Liens nous apporte des éléments de réponse


Via Economie écologique, Isabelle Pélissié, SOS Biodiversité
more...
No comment yet.
Rescooped by CAP21 from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Marc Dufumier: «Les produits peu chers nous coûtent en fait très cher»

Marc Dufumier: «Les produits peu chers nous coûtent en fait très cher» | CAP21 | Scoop.it
L'agronome, proche de Nicolas Hulot, pense que l'affaire de la viande de cheval révèle une «course à la compétitivité» dans l'alimentation...

Des assiettes occidentales bien trop remplies de produits industriels, des millions de personnes qui meurent de faim dans le monde, des viandes suspectes dans la composition des plats préparés et des agriculteurs qui polluent, souvent sans le vouloir, leur environnement: c’est à ce grand bazar que Marc Dufumier, agronome et enseignant-chercheur à AgroParisTech, tente de répondre dans ses travaux. Aujourd’hui membre du think-tank lancé par Nicolas Hulot, il veut promouvoir une agriculture plus naturelle et qui nourrisse vraiment la planète.

L’affaire de la viande de cheval est-elle un cas particulier ou un symptôme des dérives de l’agro-alimentaire?

On ne peut pas généraliser à toutes les filières, mais il n’en reste pas moins que c’est un peu révélateur du fait qu’on veuille toujours vendre au moindre coût monétaire pour conquérir des parts de marché et que la tentation reste grande de ne pas respecter les normes. C’est donc un cas particulier mais révélateur de cette course à la compétitivité. Si on veut manger de la bonne nourriture et de la bonne viande, il vaut mieux se fier à des circuits courts et labellisés.

Cela veut dire qu’il faudrait payer plus cher pour manger sainement?

Les produits peu chers nous coûtent en fait très cher, par exemple en épuration des eaux, en sécurité sociale pour la santé, pour se débarrasser des algues vertes en Bretagne… Ce sont des impôts que nous payons déjà. Il faudrait rémunérer les agriculteurs pour qu’ils se convertissent et se maintiennent dans une agriculture plus respectueuse de la santé et de l’environnement.  De plus, il faudrait plus largement une  redistribution plus égalitaire des revenus en France: soit on parvient à faire en sorte que les couches modestes voient leur pouvoir d’achat s’accroître, soit on rend les  aides de la PAC plus incitatives sur le volet environnemental.

Le «verdissement» prévu pour la PAC en 2013 vous semble-t-il à ce titre suffisant?

La proposition de la Commission européenne est bien en dessous de ce qui serait nécessaire. Mais il fallait choisir entre des mesures exigeantes, pas adaptables aux terroirs de 27 pays, et des mesures insignifiantes. L’Europe ne s’est pas donné les moyens de rémunérer ses agriculteurs via la PAC et on reste sur des primes à l’hectare qui ont perdu tout caractère incitatif. Il aurait fallu une démarche contractuelle à l’échelle régionale qui tienne compte des spécificités des terroirs. 

Pensez-vous, à l’instar du ministre de l’Agriculture, que l’avenir de l’agriculture française réside dans l’agroécologie? Et quelle différence faites-vous avec le bio?

Je considère qu’à terme c’est toute notre agriculture qui va devoir évoluer vers l’agroécologie, qui est une agriculture qui fait un usage intensif des ressources naturelles par des voies biologiques. La forme d’agriculture qui y ressemble le plus en France, c’est le bio, qui a l’avantage d’avoir une certification, un logo et qui peut être bien rémunéré. C’est sa force car les agriculteurs qui font un effort tant doivent être mieux rémunérés. La totalité des agriculteurs  va devoir opérer un virage à 90 degrés, pour qu’on n’ait pas une agriculture bio pour les bobos et une agriculture industrielle pour ceux qui fréquentent le hard discount.

Le salon de l’agriculture peut-il être le lieu pour faire passer ce message?

Le salon expose surtout une agriculture industrielle. Quelques stands présentent une forme d’agriculture alternative, mais ils sont minoritaires.

Mais est-il envisageable de nourrir la France sans une part d’industrie dans l’agriculture?

Techniquement oui, mais les produits seraient nécessairement plus chers. L’avenir de l’agriculture française, y compris sur les marchés internationaux, n’est pas de produire du tout venant comme la poudre de lait, les céréales ou les poulets bas de gamme. C’est plutôt une agriculture artisanale qui associe céréales et élevage, qui limite l’emploi des pesticides, qui exige plus de travail humain. Pour cela, il faut que l’agriculteur soit mieux rémunéré et que les couches modestes de la population aient accès à des produits de grande qualité.


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by CAP21 from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Un chômeur sur deux prêt à travailler dans l'agriculture

Un chômeur sur deux prêt à travailler dans l'agriculture | CAP21 | Scoop.it

Chaque année, près de 12.000 emplois ne sont pas pourvus dans ce secteur, mais les chômeurs ne le savent pas.

 

Un demandeur d'emploi sur deux serait prêt à travailler dans le secteur agricole, selon un sondage d'OpinionWay pour le compte du Fafsea (Fonds national d'assurance formation des salariés des exploitations et entreprises agricoles) réalisé en janvier dernier auprès de 410 demandeurs d'emploi. Malgré cette volonté affichée, il existe un vrai décalage avec la réalité.

Non seulement ces personnes à la recherche d'emploi pensent que ce secteur ne recrute pas, mais, en plus, elles en ont une image plus ou moins bonne selon les activités. Ainsi à la question: «pensez-vous que le secteur de l'agriculture recrute actuellement?», seules 14% d'entre elles répondent par l'affirmative.

Or il y a aujourd'hui 12.000  emplois non pourvus dans l'ensemble de la filière, notamment dans les fruits et légumes, selon Pôle emploi. Pour pallier ce déficit d'image et attirer de nouvelles recrues, la FNSEA, premier syndicat agricole français, a lancé à la rentrée une campagne de communication nationale au slogan dynamique et fédérateur: «Avec les métiers de l'agriculture, rejoignez un secteur qui pèse pour l'emploi en France.»

Une initiative saluée par les syndicats agricoles de salariés. «C'est une bonne chose à un moment où il y a 3 millions de chômeurs», indique Jean-Pierre Mabillon, secrétaire général adjoint du FGTA-FO. «Il y a une méconnaissance du grand public des nombreux emplois que peuvent offrir les différentes filières agricoles qui vont de la vigne à l'élevage, en passant par la culture, sans oublier les fruits et légumes», explique Claude Cochonneau, en charge de l'emploi à la FNSEA.

Nombre de CDI en hausse sur 2010 et 2011

Les possibilités d'embauches sont effectivement nombreuses. «Il existe une large palette de 90 métiers, tels que l'agent de culture, le maître de chai, le paysagiste d'intérieur, le responsable d'exploitation, le conducteur d'engin ou encore le contrôleur laitier…», rappelle une étude conjointe de l'Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) et l'Apecita (Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture).

Après de nombreuses années de stagnation, l'agriculture, qui emploie 355.000 salariés permanents et 860.000 saisonniers, repart de l'avant. Elle recrute plus de 50.000 salariés chaque année, selon les chiffres de la Mutualité sociale agricole, qui observe même une hausse de 15% des CDI entre 2010 et 2011. Des secteurs sont plus attirants que d'autres comme celui de la filière «paysage et espaces verts» et la «vitiviniculture». La bonne image générée par le bio, en phase avec les différentes prises de conscience collectives, tire aussi son épingle du jeu, puisqu'un Français sur cinq se verrait bien travailler dans ce créneau. Sans surprise, les filières des cultures et surtout celle de l'élevage se positionnent en revanche loin derrière (7% seulement), alors que des postes peuvent se révéler attrayants. Pour en savoir plus sur tous ces métiers, l'Anefa et l'Apecita sont présentes toute cette semaine dans la plus grande ferme de France, Porte de Versailles à Paris.


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.