caminteresse
204 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Amélie G from ACTU-RET
Scoop.it!

Les enjeux ressources humaines de la RSE

Les enjeux ressources humaines de la RSE | caminteresse | Scoop.it

(...) Ce Livre Blanc est animé de la conviction que les ressources humaines sont des parties prenantes incontournables de l’implémention d’une démarche RSE. "


Via @Chuchoteuse d'Alternatives, IFETH
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Qu'est-ce qu'un titre professionnel ?

Qu'est-ce qu'un titre professionnel ? | caminteresse | Scoop.it
Obtenir une qualification certifiée par l'Etat en démontrant son savoir-faire.
Un titre professionnel est une certification professionnelle délivrée par le ministère chargé de l'emploi.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Réseau social d'entreprise : conseils pour accompagner les animateurs

Réseau social d'entreprise : conseils pour accompagner les animateurs | caminteresse | Scoop.it
Les animateurs de communauté sont les pierres angulaires d’un dispositif de RSE.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Classement des hôtels : une réforme bien appréhendée par les opérateurs.

Classement des hôtels : une réforme bien appréhendée par les opérateurs. | caminteresse | Scoop.it
La DGCCRF a lancé fin 2012 une enquête auprès de 1820 hôtels et résidences de tourisme afin de vérifier le respect des nouvelles dispositions faisant suite à la réforme du classement des hébergements touristiques.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Recrutement : quand motivation et personnalité passent avant les compétences

Recrutement : quand motivation et personnalité passent avant les compétences | caminteresse | Scoop.it
Les recruteurs ont longtemps considéré les CV les plus accrocheurs, présentant des actions concrets et les réussites passées.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

PME : vers une protection sociale complémentaire obligatoire des salariés

PME : vers une protection sociale complémentaire obligatoire des salariés | caminteresse | Scoop.it
Si la réalisation de vos fiches de paie est externalisée auprès d’un cabinet comptable, vous ne vous doutez sans doute pas encore qu’il vous faudra bientôt assumer une nouvelle charge sociale : la couverture Santé de tous vos salariés.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Relation client & rentabilité sont-elles inconciliables ?

Relation client & rentabilité sont-elles inconciliables ? | caminteresse | Scoop.it
Depuis des années, la gestion de la relation client est prise en étau entre deux contraintes antagonistes : des consommateurs qui n’acceptent plus les traitements de masse et des entreprises dont le défi quotidien est le développement des ventes et...
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Les 7 formes de pouvoir qui structurent les entreprises

Les 7 formes de pouvoir qui structurent les entreprises | caminteresse | Scoop.it
Améliorer votre leadership en maîtrisant ces leviers utiles pour influencer et convaincre les autres.
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from ACTU-RET
Scoop.it!

Marketing et Innovation: l’avenir c’est le C2B

Marketing et Innovation: l’avenir c’est le C2B | caminteresse | Scoop.it
Le C2B signifie que le Client ou le  Consommateur interagit avec la marque et l’entreprise pour donner son avis, voter, participer à l’innovation, co-créer de nouvelles offres.

Via IFETH
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from Veille inspection du travail
Scoop.it!

Vaincre le trac avant une prise de parole

Vaincre le trac avant une prise de parole | caminteresse | Scoop.it
A l'approche d'une présentation en public, la boule au ventre vous saisit. Découvrez comment vous en débarrasser.
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from Génération Y au travail
Scoop.it!

Influencia - L'Observatoire Influencia - Arrêtons d’avoir le regard de nos parents !

Influencia - L'Observatoire Influencia - Arrêtons d’avoir le regard de nos parents ! | caminteresse | Scoop.it

A la suite de son étude "Combattre les idées" et des interviews* réalisées pour l’occasion, et présentées au Club des annonceurs en octobre dernier, BORN TO RUN, agence de publicité indépendante, se porte en faux contre les idées reçues sur la « Génération Y ».

 

Comme si leur progrès annonçaient notre défaite, nous nous complaisons à voir une dégradation, un asservissement dans leur comportement, là ou au contraire il devrait nous stimuler. Une formidable dynamique culturelle et technologique révolutionne même les liens dans les entreprises. 

Génération Y ? Why ? Foutaise. Nous sommes en plein fantasme de succession. Nous nous comportons comme les parents des années 60 qui criaient à la déchéance d’une génération où les cheveux poussaient. Ce n’est pas une évolution, pas de Y après le X, mais bien une révolution.

Fainéants ? Jamais le nombre de jeunes créateurs de d’entreprise n’a été aussi important en France.

Attentistes ? Alexandra Pilz-Hayot, Directrice générale de Savoir Faire, interviewée pour l’occasion témoignait de la motivation extrême dont peuvent faire preuve ses recrues pour la rejoindre. Ils choisissent et créent leur chemin. Pas une carrière, des carrières. La France découvre la multiplicité des talents.

Les écrans les isolent ? Jamais les concerts et les salles de cinéma n’ont connu un tel succès. Par essence mobile grâce à leur téléphone. Ils pensent en 3D. La connexion est un plus.

Porn-stars ? Pas plus que Miou-Miou dans les valseuses.

Désabusés de l’entreprise ? Plutôt à en réinventer le sens, le mode de fonctionnement Sébastien Badault, Responsable Grand Compte International, chez Google en témoigne. « Google va vers les étudiants, les sièges sont souvent face au campus». L’entreprise doit faire envie pour qu’ils l’achètent !! Les critères de recrutement changent. « Pour rentrer chez Google, il faut montrer de la passion … hors de son travail ! Nous sommes même jugés par nos paires une fois par an »

Un bon moyen de progresser et de conserver un regard critique. N’est ce pas les X ? ;-)

Gwendaline Chauvin, Fondatrice et Directrice Générale de l’agence BORN TO RUN .

* interviews de : Michael Stora, psychologue clinicien pour enfants, Olivier Receptor, Responsable du pole grande consommation luxe Google, Loic Denize, Directeur éditorial, Skyrock et Alexandra Pilz-Hayot, Directrice Générale Savoir-faire (Social Club – Silencio)


Via Groupe Ferrein
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from Stratégie digitale et community management
Scoop.it!

10 bonnes idées pour animer votre communauté sans dépenser 1 euro.

10 bonnes idées pour animer votre communauté sans dépenser 1 euro. | caminteresse | Scoop.it
Vous avez créé vos pages ou vos profils sociaux.

Via Jacques Tang
more...
Jacques Tang's curator insight, October 9, 2013 5:26 AM

Efficace et simple à mettre en place!

Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Les différents entretiens professionnels

Les différents entretiens professionnels | caminteresse | Scoop.it
Les entretiens professionnels sont des moments privilégiés de dialogue et d'échange entre salarié et employeur.
Qui est concerné ? A quel moment de la carrière se présentent-ils ?
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Un entretien annuel réussi : conduire vos équipes aux succès - Dynamique Entrepreneuriale

Un entretien annuel réussi : conduire vos équipes aux succès - Dynamique Entrepreneuriale | caminteresse | Scoop.it
Dynamique Entrepreneuriale Un entretien annuel réussi : conduire vos équipes aux succès Dynamique Entrepreneuriale L'employeur se doit d'informer les instances représentatives du personnel sur les techniques et méthodes mises en œuvre (article L...
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Fédérer ses collaborateurs : un rêve de manager

Fédérer ses collaborateurs : un rêve de manager | caminteresse | Scoop.it
Motiver et fédérer ses collaborateurs vers un objectif commun : le but rêvé d'une organisation et de son manager. Mais pourquoi tant de réflexions sur ce thème ? Pourquoi tant de questions et d'interrogations sur le mot : fédérer ?
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Réussir son CV

Réussir son CV | caminteresse | Scoop.it
Mise en page, police de caractère, informations indispensables et superflues... Tout ce que vous devez savoir avant de rédiger votre curriculum vitae.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

L'égalité hommes/femmes existe-t-elle encore ?

L'égalité hommes/femmes existe-t-elle encore ? | caminteresse | Scoop.it
Politique, emploi, mode de vie, quel que soit le sujet, l'image de la femme n'est plus uniquement rattachée à ses anciennes obligations : elle se veut fière, libérée et égale à l'homme...Mais, en s'assumant et en revendiquant cela, ne risque-t-elle...
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Les 15 ennemis de votre productivité

Les 15 ennemis de votre productivité | caminteresse | Scoop.it
Certains jours, de votre chef à votre ordinateur, tous se liguent contre vous pour plomber votre journée. Affrontez-les un à un.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

7 moments de vérité pour éprouver votre productivité

7 moments de vérité pour éprouver votre productivité | caminteresse | Scoop.it
Quel est le meilleur jour pour être le plus productif ? Le jour où vous avez moins de travail à faire ? Le jour où vous avez défini clairement vos priorités ? Le jour où vous êtes débordant d’énergie ?
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Réseau social d'entreprise : choisir une plateforme

Réseau social d'entreprise : choisir une plateforme | caminteresse | Scoop.it
Si le principal enjeu du déploiement d’un RSE est d’instaurer et/ou développer une véritable dynamique humaine de partage et de collaboration, le choix et la mise en place d’une plateforme logicielle n’en est pas moins à négliger.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

La curation : de quoi s'agit-il ? Comment en tirer parti ?

La curation : de quoi s'agit-il ? Comment en tirer parti ? | caminteresse | Scoop.it
La curation est l’acte de sélectionner, éditer et partager des contenus.
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Motivation des cadres : plus efficace qu’une hausse de salaire, l'horaire flexible ?

Motivation des cadres : plus efficace qu’une hausse de salaire, l'horaire flexible ? | caminteresse | Scoop.it
Comment les entreprises peuvent-elles maintenir l’engagement de leurs employés sans pour autant grever leur budget ?
more...
No comment yet.
Scooped by Amélie G
Scoop.it!

Travailler en équipe : 4 signes d'une mauvaise dynamique de groupe

Travailler en équipe : 4 signes d'une mauvaise dynamique de groupe | caminteresse | Scoop.it
La mentalité d'un groupe est une force puissante. Le ressenti d'un des membres peut complètement en bouleverser la dynamique. Faites en sorte que votre équipe reste productive en surveillant ces quatre signaux d'alarme.
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from Génération Y au travail
Scoop.it!

Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond

Génération Y... Les empêcheurs de travailler en rond | caminteresse | Scoop.it

C'est l'histoire de la directrice d'une agence de pub qui a voulu secouer un de ses salariés âgé de 28 ans pour qu'il accepte d'arriver au bureau avant 11 h 30 et qui s'est vu répondre : "C'est pas de ma faute, c'est mon biorythme." C'est l'histoire de la responsable d'un magasin de luxe qui a trouvé son employé affalé dans un fauteuil en vente, un café à la main et a entendu :"Ben quoi, je suis en pause."C'est l'histoire de la responsable des ressources humaines d'une grande entreprise de bâtiment à laquelle un jeune conducteur de travaux a demandé decesser de prélever de sa paie les cotisations retraite, avec cet argument : "La retraite, ça ne m'intéresse pas." Des anecdotes déversées par chariots dans les formations au "management intergénérationnel", voire plus explicitement intitulées "Apprendre à manager la génération Y". Autrement dit, les moins de 30 ans.

"Comme dans "Super Nanny", les dirigeants font appel à des personnes extérieures pour élever leurs enfants", blague à moitié Christine Charlotin, du cabinet Openmind Conseil, qui intervient dans toutes sortes d' entreprises, de Hermès à Eiffage. Dans ces stages, des chefs se plaignent de la culture du "mon contrat de travail dit que..." et du "c'est pas dans ma description de poste". Une cadre s'étonne qu'une responsable de création pose ses vacances pendant la présentation des collections. Le moins de 30 ans ne "cherche pas un emploi mais une "séquence d'aventure de vie", répond Christine Charlotin. Son épanouissement personnel n'est pas négociable. C'est pour ça que, lorsqu'il a envie de prendre des vacances, il les prend." Sans se poser la question de savoirsi la période s'y prête.

"C'est la génération 'si c'est ça la vie, alors je mange le dessert d'abord', explique-t-elle encore. Les fameux enfants rois de Françoise Dolto. On a voulu qu'ils soient épanouis. On leur a donné plus d'amour que d'éducation et de règles. Depuis 1996, les garçons ne font plus leur service militaire. Mais ce sont aussi les enfants du divorce, de grands sensibles. Ils ont eu l'habitude d'être écoutés, cajolés. Leur éducation leur a donné une bonne image d'eux-mêmes." "Avant, on inculquait aux enfants l'idée d'avoir une bonne situation professionnelle, maintenant, on leur dit d'être heureux, résume Francis Boyer, un autre formateur. Vos problèmes personnels, vous aviez appris à les laisser au vestiaire. Un jeune qui vous explique qu'il n'arrive pas à bosser parce qu'il s'est disputé avec sa nana, vous ne pouvez pas lui répondre "on s'en fout", ce serait pris pour du harcèlement..."

 

BRUTALITÉ DU MARCHÉ DE L'EMPLOI

Alors, comment s'y prendre ? "Ce qui ne fonctionne pas, c'est l'injonction, la consigne", explique Christine Charlotin. Pour conserver leur attention, mieux vaut privilégier des "stand-up meetings" de dix minutes aux réunions assis autour d'une table. "Les écouteurs dans les oreilles, ça ne les empêche pas non plus detravailler, ajoute-t-elle. Oui, ils risquent de rester à la surface et de faire des erreurs mais, de toute façon, ils revendiquent le droit à l'erreur." Jean-Luc Excousseau, sociologue, auteur de La Mosaïque des générations (520 pages, Eyrolles) et cofondateur de l'Association du marketing générationnel, décrit une génération à l'expérience professionnelle hachée, "toujours borderline", qu'il faut"cadrer et recadrer" sans cesse. "Il est indispensable de leur envoyer des feedbacks immédiats sur leur travail", confirme Christine Charlotin.

On les décrit comme impatients et impulsifs. Leur effronterie déroute. "Au bout de deux ans, ils viennent vous dire : "Voilà, j'ai fait le tour de l'entreprise", raconte un cadre qui dirige une centaine de jeunes. Si vous leur répondez : 'Et qu'est-ce que vous voulez faire ?', ils vous rétorquent : 'Je ne sais pas, qu'est-ce que vous me proposez ?'" C'est dans l'informatique qu'est né ce mouvement, selon Marie Desplat, co-auteure du livre Manager la Génération Y. On a vu des personnes bien payées négocier des temps partiels – une demande qui, jusqu'à présent, concernait essentiellement les mères – pour mener à bien des projets personnels ; de jeunes cadres demander à ne pas prendre de congés pendant deux ans pour les stocker et faire un tour du monde... "Après un an d'intérim sans perspectives d'embauche, j'ai simplement démissionné, et je suis parti en vacances deux mois,raconte Etienne, né en 1986, jeune cadre dans une banque, . Mon père n'a pas compris. Sa génération n'aurait jamais fait ça. D'un autre côté, il n'a pas connu l'intérim, et est resté pendant toute sa carrière dans la même entreprise. Moi, j'ai terminé mes études il y a trois ans et demi, et j'ai déjà eu cinq emplois différents, dont un CDI avec huit mois de période d'essai..."

C'est aussi la brutalité du marché de l'emploi qu'invoque le philosophe Michel Serres dans Petite Poucette (éditions Le Pommier), son dernier livre, pourexpliquer le détachement de cette génération vis-à-vis de l'entreprise : "Petite Poucette cherche du travail. Et quand elle en trouve, elle continue d'en chercher, tant elle sait qu'elle peut, du jour au lendemain, perdre celui qu'elle vient de dénicher." "Les moins de 30 ans étant nés dans une époque de chômage, ils sont quasiment devenus des mercenaires du travail. Ils n'attendent rien si ce n'estprendre ce qu'il y a à prendre", affirme Marion Breuleux, de l'institut de formation EFE. "Le prétendu phénomène du "quand ils ne sont pas contents, ils partent" n'est pas massif, nuance Jean Pralong, chercheur en gestion des ressources humaines et professeur à l'ESC Rouen. Il y a 20 à 25 % de chômage chez les jeunes..."

 

IMMUABLES CARACTÉRISTIQUES DE LA JEUNESSE

Quand on évoque le management des Y, Julien, 26 ans, HEC et chargé de mission dans une société d'immobilier, hausse les épaules. "Dans ma boîte, ils sont obsédés par ça. C'est des conneries. Comme les histoires de culture d'entreprise. Pourquoi nous demandent-ils ce qu'on pense de leur société lors de l'entretien d'embauche, alors qu'ils savent bien qu'on est là pour le chèque à la fin du mois ?" Dans une entreprise informatique, on se souvient de ce jeune salarié à l'odeur épouvantable, qui ne portait jamais de chaussures, se lavait les pieds dans la cuvette des toilettes et traitait ouvertement ses collègues plus âgés d'imbéciles. L'entreprise créa une "équipe de nuit" dont il fut d'abord le seul employé. Le jeune homme finit par donner sa démission pour partir en Inde rencontrer son gourou, et revint quelques mois plus tard en réclamant son poste.

 

 

Une histoire caricaturale de la génération Y ? Pas vraiment, puisqu'elle s'est pourtant déroulée en 1974, chez Atari, dans la Silicon Valley. On en retrouve le détail dans la biographie de Steve Jobs par Walter Isaacson (JC Lattès)... Et c'est ce qui chiffonne dans ces formations au "management de la génération Y". Insolents, sans respect pour les codes de l'entreprise... Cela ne correspond-il pas plutôt aux immuables caractéristiques de la jeunesse ? Celui qui considère parfaitement normal de travailler avec des écouteurs est-il fondamentalement différent de celui qui, une génération plus tôt, ne voyait pas pourquoi il continuerait à porter une cravate ou à vouvoyer son collègue ? Rien de neuf dans le conflit opposant les anciens aux modernes. "La jeunesse subversive mais créative et aimant le risque, ça a toujours existé. Le stéréotype de l'étudiant agité, en phase avec l'air du temps mais dangereux, inspire les mêmes sentiments depuis un siècle", assure le chercheur Jean Pralong.

A ceux qui en douteraient, il cite le cas d'un jeune bricolo aux horaires aussi imprévisibles que les résultats : Gaston Lagaffe. Entré, chaussé d'espadrilles, dans la vie professionnelle en 1957. Les autres détracteurs des formations au management de la génération Y font valoir que les moins de 30 ans n'ont pas le monopole de ces nouveaux comportements. "On a mené une enquêtecomparative en posant les mêmes questions auprès de 900 personnes sur trois générations. Les trois vous disent qu'elles veulent un travail qui a du sens ettrouver l'équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle... Les différences sont minimes !" s'exclame François Pichault, professeur à HEC et à l'université de Liège, en Belgique. Dans son étude Pour en finir avec la génération Y... étude d'une représentation managériale, il a testé les spécificités supposées de la génération Y, du "peu de sentiment d'appartenance à l'entreprise" à "la difficulté à se projeter". Il y concède que les Y mettent davantage l'accent "sur le besoin dechanger régulièrement d'environnement"...

Au-delà de ça, "ce n'est pas une génération Y mais une société Y. Allez dans n'importe quel conseil d'administration, ils sont tous connectés, ailleurs que là où ils sont supposés être ! Ces nouveaux comportements affectent l'ensemble des générations." Dans les formations qu'il donne, Francis Boyer préfère d'ailleursparler de "culture Y" que de "génération Y", convaincu que l'antagonisme ne se situe pas sur le plan des groupes d'âge. Comme l'interroge l'étude de François Pichault et Mathieu Meyers, "n'y a-t-il pas, en effet, aujourd'hui, plus de proximité(en termes de rapports au travail) entre un cadre supérieur baby-boomer vivant enfamille recomposée et en quête de nouveaux défis professionnels, et un jeune, fraîchement diplômé d'une grande école, pacsé depuis peu et qui entre sur le marché du travail, qu'entre ce jeune et un autre membre de la génération Y à faible qualification ayant déjà subi l'alternance de plusieurs emplois précaires et de périodes de chômage ?"

 

DISSONANCE ENTRE DISCOURS AFFICHÉ ET RÉALITÉ

Même si certains chercheurs en ressources humaines sont sceptiques, les cadres qui participent à ces formations ressentent néanmoins le besoin de lessuivre et assurent en tirer profit. "Cela m'a permis de comprendre qu'il faut leurdonner des règles dès leur arrivée. Leurs parents ne leur ayant jamais posé de limites, c'est à l'entreprise de le faire", raconte une cadre. "La croyance en l'existence d'une génération Y pousse sur le marronnier classique des caractéristiques de la jeunesse rebelle, insoumise... Elle est véhiculée par trois populations : les consultants, dont c'est le business, les équipes RH, mais de moins en moins et, surtout, les managers", assure Jean Pralong. Si ceux-ci sont perdus, selon lui, c'est parce qu'ils ne savent plus comment se comporter du fait de critères d'appréciation complètement brouillés. "Prenez, par exemple, une banque dans laquelle je me suis rendu récemment. Le discours officiel, c'est 'on aime la génération Y, on ressemble à nos clients, fini le banquier sinistre avec sa cravate'. Mais demandez 'qu'est-ce qu'un bon conseiller commercial ?', on vous répond 'quelqu'un qui présente bien, rassurant, rasé de près'. Et un bon chef d'agence ? 'c'est celui qui obtient que les gens arrivent à l'heure'..."

Officiellement, on encourage l'utilisation des réseaux sociaux, mais on entend "je suis passé dans son bureau, y avait Facebook ouvert partout, ça bosse pas trop dur." Il y aurait donc une dissonance entre le discours affiché du type "venez-comme-vous-êtes" et la réalité. "Le problème du manager ordinaire, c'est qu'il ne sait pas quelle règle appliquer. Ce qu'il dit lorsqu'il réclame ces formations, ce n'est pas 'je ne sais pas le gérer' mais 'je ne sais pas quelle règle on va retenirpour m'évaluer'".

Et si les cadres qui suivent ces formations se posaient en réalité plus de questions sur eux-mêmes que sur les Y ? Ils sentent bien que les jeunes pensent qu'ils défendent un modèle périmé. Parfois, ils souffrent de ne pas recevoir, maintenant qu'ils sont dans la hiérarchie, la considération qu'ils ont eu l'impression d'accorder à leurs chefs quand ils débutaient. Et certains se demandent même si leurs cadets n'ont pas un peu raison... "A partir des années 1990, on a demandé à la génération X de faire le nettoyage, de virer les anciens. Maintenant, les salariés savent que l'entreprise n'est pas fiable, pas fidèle. En fonction de ça, les gens ont développé des stratégies personnelles. Les Y ont réagi en se disant 'autantprofiter de la fête et être dans une entreprise où il y a des distributeurs de boisson et où on me traite bien...'", commente Jean-Luc Excousseau.

Lui qui est intervenu aussi bien à EDF que face au GIGN a créé en 2005 un petit manuel de savoir-vivre intergénérationnel diffusé au sein du groupe Accor. "Les Y sont les premiers à avoir intégré la crise. Ça met la pression sur les managers, obligés de se remettre en cause. Je les sensibilise au fait que les méthodes qu'on a mises au point sont dépassées." A écouter le formateur Francis Boyer, on fait essentiellement appel à lui pour expliquer aux quadras et aux quinquas que le monde a changé : "J'essaie de leur faire comprendre que s'ils veulent recruter les clones de ce qu'ils furent il y a vingt ans, ce ne sera pas possible."

Guillemette Faure

X, Y, Z...

 

 

Pourquoi cette appellation "génération Y" ? D'abord, parce qu'elle suit la génération X (du nom d'un roman à succès de Douglas Coupland), née avec l'abondance et qui a découvert la crise. Le Y pourrait aussi provenir du mot "why" (qui se prononce comme la lettre Y en anglais), référence à une génération qui demande le "pourquoi" de chaque instruction reçue.

 

L'expression illustre également la forme de la prise des écouteurs, attributs symboliques par excellence des moins de 30 ans. Dans ses interventions, Christine Charlotin distingue les anciens, la "génération héritage", qui a pris le pouvoir pendant les "trente glorieuses", celle du management vertical, aujourd'hui surtout présente dans les conseils d'administration ; les baby-boomers, qui sont nés après la guerre et jusqu'au milieu des années 1960, une génération née "au bon moment" et que le chômage zéro a tirée vers le haut dans l'entreprise ; la génération X, née dans l'abondance et qui découvre la crise. Selon les auteurs, elle commence entre 1963 et 1967. Entre la X et la Y, la formatrice ajoute une génération "réseau" (1968-1978), celle qui a vu l'avènement du CDD et mis en place des pratiques spécifiques pour se rassurer.


Via Groupe Ferrein
more...
No comment yet.
Rescooped by Amélie G from Stratégie digitale et community management
Scoop.it!

Comment le Community Manager place t-il le fan au coeur des échanges ?

Comment le Community Manager place t-il le fan au coeur des échanges ? | caminteresse | Scoop.it
Cet article a pour but de lister l'ensemble des éléments à prendre en compte pour placer le fan au coeur des échanges.

Via Jacques Tang
more...
Jacques Tang's curator insight, October 15, 2013 10:44 AM

UN bel article sur le rôle du CM dans une histoire de marque!