Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.2K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - CETA : Comment la Wallonie a défié l’Europe

Les Inrocks - CETA : Comment la Wallonie a défié l’Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Ces dernières semaines, le CETA, traité de libre-échange Europe-Canada, a divisé l’Europe. Ratifié par tous les pays européens, il a été refusé par un seul parlement: celui de la Wallonie, la moitié Sud de la Belgique. Une résistance inopinée qui est venue contester l’hégémonie Européenne et réaffirmer la démocratie locale.


Justin Trudeau a annulé sa visite. Attendu ce jeudi 27 octobre à Bruxelles, le Premier ministre canadien devait sceller avec l’Union européenne sept ans de négociations sur le traité CETA (Comprehensive Economic Trade Agreement). Cet accord devait mettre en place de nouvelles législations en matière de libre échange entre l’Europe et le Canada, notamment supprimer les tarifs douaniers et une grande partie des normes pouvant limiter le commerce entre les deux entités.


Malgré la lutte menée par diverses associations et collectifs, rien ne laissait présager une quelconque complication au niveau diplomatique. Mais c’était sans compter sur la détermination de la Wallonie. Cette région belge possède une particularité rare en Europe: son Parlement a autant de légitimité qu’un Parlement national. L’aval de la Belgique (qui souhaite ratifier le traité) est conditionné par celui de ses sept Parlements. Seul un, celui de la Wallonie, fait de la résistance. Plus tard dans la journée, on a appris qu’un accord national avait été trouvé en Belgique. La signature du traité devrait donc avoir lieu dans les prochains jours. Mais la prise de position des Wallons reste historique. Depuis septembre 2015, la Wallonie a fait savoir à l’Union européenne qu’elle avait des réticences quant à certains points du traité. Dans un discours devant le Parlement wallon le 26 octobre, Paul Magnette, le ministre-président de la région a expliqué qu’il n’avait pas été entendu....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le texte du traité européen décrypté

Le texte du traité européen décrypté | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le traité européen de stabilité, de coordination et de gouvernance arrive à l'Assemblée. Le Monde.fr vous propose l'intégralité de ce texte ainsi que des commentaires vous en facilitant lecture et décryptage.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Construction européenne : avons-nous encore le choix ? - Idées - France Culture

Construction européenne : avons-nous encore le choix ? - Idées - France Culture | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les heures et les jours qui nous séparent de la fin octobre vont probablement sembler bien longs à Jean-Marc Ayrault, ainsi qu’à tout son gouvernement. Pourquoi fin octobre ? Parce que, sauf surprise, à cette date-là, le Traité budgétaire européen aura été voté par les parlementaires. Mais en attendant, il va falloir tenir…

Tenir face à ceux, nombreux, qui voient dans ce traité à la fois un déni de démocratie dans la mesure où il n’y aura pas de consultation populaire, et une sanctuarisation des politiques d’austérité avec la désormais fameuse règle d’or, règle qui interdit à chaque pays d’avoir un déficit structurel supérieur à 0,5% de son Produit intérieur brut....

 

Durée de l'émission: 39 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les traités européens rendent la séparation des activités bancaires impossible!

Les traités européens rendent la séparation des activités bancaires impossible! | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

C'est le titre d'un billet posté hier, 27 Août 2012, par Art Monica et quelques autres. Je reviens dessus car j'imagine que tout le monde ne l'a pas vu.

" Le gouvernement présidé par Hollande semble fermement décidé à adopter sans consultation citoyenne le TSCG (Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance, appelé également Pacte budgétaire). Ce Traité entrera en action le 1er janvier 2013 lorsque douze Etats membres de la zone euro l'auront ratifié.

Aux contraintes imposées par les précédents Traités (la dette publique autorisée ne doit pas dépasser 60% du PIB, et le déficit budgétaire 3 % du PIB) s'ajoutera la «Règle d’or», qui stipule que «Le budget général devra être équilibré ou en excédent». Cette règle sera intégrée « par le biais de dispositions contraignantes et permanentes, de préférence au niveau constitutionnel, de façon à garantir son respect dans le processus budgétaire national ».

En voulant inscrire cette Règle d’or dans leurs constitutions, les états européens, qui ont déjà perdu toute marge de manœuvre en matière monétaire, abandonneront le levier de la politique budgétaire et entreront dans un cercle vicieux...

 

....Pourquoi les gouvernements européens mènent-ils une telle politique ? Par aveuglement idéologique, incompétence, et/ou pour permettre aux classes dirigeantes de remettre en cause des droits sociaux qui avaient été concédés auparavant ?

Quoi qu’il en soit de ses motifs, une telle orientation implique dés maintenant le renoncement aux procédures démocratiques : les textes sont rédigés dans l’opacité la plus totale ; ils sont votés dans l'urgence par les parlements sans aucun débat ni consultation publics préalables; le Parlement européen, seule instance démocratiquement élue, est mis à l’écart…...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La gauche européenne soutient Hollande face au traité « Merkozy » - Rue89

La gauche européenne soutient Hollande face au traité « Merkozy » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
François Hollande a réussi, ce samedi, à montrer qu'il n'était pas isolé sur la scène européenne, réaffirmant avec force, et avec le soutien de la gauche européenne, sa demande de renégociation du traité budgétaire signé par Nicolas Sarkozy.Le candidat socialiste en fait même un des axes-clé de sa campagne, en déclarant que son élection vaudrait « mandat du peuple français » pour exiger une renégociation des partenaires de la France qui sont officiellement opposés à sa demande.

« Le peuple français en aura souverainement décidé. »

Sinon, dit-il, « il n'y aura pas ratification » du traité budgétaire par la nouvelle Assemblée nationale élue en juin. « Le traité est signé et pas ratifié, il y a donc un espace de négociation », a-t-il dit....

 

our appuyer sa demande, rien de mieux qu'un show européen. Alors que la participation d'Angela Merkel aux meetings de Nicolas Sarkozy n'est plus à l'ordre du jour, le candidat socialiste a reçu le soutien public, sans nuance, du chef du SPD allemand, Sigmar Gabriel, présent ce samedi à Paris avec d'autres dirigeants européens de la gauche socialiste et social-démocrate.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Réconcilier les Européens avec l'Europe - LeMonde.fr

Réconcilier les Européens avec l'Europe - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - L'exigence de démocratie est irrésistible.

 

Ce sont les dysfonctionnements des démocraties nationales qui sont largement la cause des désordres actuels : en vertu du traité de Maastricht, les gouvernements de la zone euro restent chargés des politiques économiques et sociales et doivent se surveiller les uns les autres. On a vu le résultat. En violant les promesses de rigueur budgétaire ou en reportant les réformes indispensables, plusieurs responsables nationaux ont non seulement abusé leurs partenaires, mais ils ont aussi lésé leur propre population, notamment les jeunes et les générations futures. La tyrannie du court terme, l'excès d'endettement, public ou privé, le clientélisme ont abouti à un désastre que les populations paient cher. Nul ne peut plus prétendre que la démocratie nationale irait bien tandis que "l'Europe" irait mal.

Dans le même temps, la crise a accentué le besoin de légitimation des décisions européennes. Le chômage fait des ravages, la précarité et les inégalités s'accroissent. Trop d'Européens ont le sentiment d'être dans un tunnel. Ils sont prêts à faire des efforts si ceux-ci sont équitablement répartis. Ils veulent surtout comprendre qui décide et peser sur les choix afin de retrouver dignité et espoir...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Traité fiscal: l'Union européenne se donne à l'austérité | Humanite

Traité fiscal: l'Union européenne se donne à l'austérité | Humanite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les 27 pays de l'Union européenne, moins la Grande-Bretagne et la République tchèque, se sont entendus ce lundi soir sur le nouveau pacte budgétaire qui soumet les finances et l'intervention publiques de chacun de ces Etats à l'austérité désirée par les marchés.

Ce "traité fiscal", comme le désigne le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, dont les principes avaient été rendus publiques le 9 décembre dernier, limitera à 0,5% leurs déficits primaires annuels sur l'ensemble du cycle économique et prévoit des sanctions automatiques pour les pays dont le déficit passerait la barre des 3% de Produit intérieur brut (PIB)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Europe : Hollande veut renégocier le traité de la zone euro - Infos - Replay

Europe : Hollande veut renégocier le traité de la zone euro - Infos - Replay | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le projet de traité intergouvernemental de l'Union européenne n'apporte pas "la bonne réponse" à la crise des dettes souveraines, a estimé lundi François Hollande, qui s'est engagé, s'il est élu en 2012, à le renégocier.

 

Vidéo de 41 secondes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pourquoi les Anglais font capoter la réforme des traités européens à 27...

Pourquoi les Anglais font capoter la réforme des traités européens à 27... | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Premier ministre britannique David Cameron a posé son veto à un projet de changement des traités européens.

Loin de saboter les projets d'intégration de l'UE, ce dernier cherchait à préserver les intérêts économiques de la Grande-Bretagne et avant tout à contenir l’euroscepticisme non dissimulé du Parti conservateur.

Entretien avec Sophie Pedder, chef du bureau de the Economist à Paris.

 

Atlantico : La réforme des traités portée par le couple franco-allemand débouche sur plus d’intégration européenne. L’Angleterre a usé de son veto pour bloquer un accord à 27. Pour quelle raison ?

Sophie Pedder : Bien que les Allemands aient insisté pour que ce soit un traité à 27 et non à 17, il y a eu un problème. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a clairement précisé qu'il ne tolérait pas que la réforme des traités européens puisse porter atteinte aux intérêts de la City de Londres. Il a donc posé son veto.

Il s’inquiétait notamment de la perte des protections dont bénéficie la City de Londres. Les 26 s’efforçant par exemple d’imposer une taxe sur les transactions financières, à laquelle la Grande-Bretagne est évidemment farouchement opposée.

Ce qui semblait le plus probable s'est donc réalisé, et les 17 ont procédé à un nouveau traité au sein de la seule zone euro, pour contourner le veto britannique....

 

En définitive, ce que souhaite la Grande-Bretagne, c'est jouir des avantages européens mais pas des inconvénients.

Ce n’est pas nouveau, la Grande-Bretagne a toujours souhaité cela. L’élément qu’elle valorise le plus dans l’Union européenne, c’est le marché unique et le libre-échange, mais pas l’intégration. L'usage régulier de leur droit de veto est là pour en témoigner....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Nouveau traité européen : David Cameron persiste et signe - LeMonde.fr

Nouveau traité européen : David Cameron persiste et signe - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Dans une tribune au "Times", le premier ministre britannique indique que Londres n'acceptera un nouveau traité que s'il ne nuit pas aux intérêts de Londres.

 

Si les Etats membres de la zone euro veulent utiliser les "institutions européennes" pour protéger la monnaie unique, ils vont devoir répondre au préalable à un certain nombre d'exigences britanniques, explique-t-il. "L'objectif le plus important de la Grande-Bretagne est pour le moment de régler le problème de l'Eurogroupe, qui a des effets négatifs sur (son) économie. (…) Cela suppose évidemment que les Etat membres de la zone euro en fassent davantage de leur côté et s'ils choisissent la voie du traité européen, j'insisterai évidemment sur les préoccupations et les intérêts britanniques", poursuit le chef du gouvernement....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les grandes manoeuvres s'engagent pour une révision des traités européens - LeMonde.fr

Les grandes manoeuvres s'engagent pour une révision des traités européens - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - La zone euro est à feu et à sang, mais les Européens s'écharpent au sujet d'une nouvelle réforme des traités. L'Allemagne souhaite une intégration européenne renforcée qui hérisse le Royaume-Uni.

 

..En réalité, le Royaume-Uni est dans une position de plus en plus intenable vis-à-vis de l'Union européenne (UE). D'un côté, M. Cameron implore les Européens de faire tout ce qu'ils peuvent pour éviter l'implosion de l'euro, et son impact sur une économie britannique elle-même chancelante : il suggère aux Etats de l'euro de faire un sursaut d'intégration. De l'autre, le premier ministre britannique se méfie d'une Europe à deux vitesses, susceptible de laisser le Royaume-Uni isolé face à une Union monétaire consolidée si elle parvient un jour à surmonterla crise.Un risque pris d'autant plus au sérieux par le Royaume-Uni que l'Allemagne et la France veulent renforcer la régulation de la finance, au détriment, craignent les Britanniques, de la City de Londres. M. Cameron a martelé à Berlin son opposition à la taxe sur les transactions financières, chère à Mme Merkel et à Nicolas Sarkozy. De surcroît, en cas de réforme des traités, le premier ministre conservateur prévient qu'il risque d'être soumis à la pression des eurosceptiques de son parti qui exigent d'ores et déjà de rapatrier à Londres certains pouvoirs transférés à Bruxelles...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les grandes failles du traité de l'Elysée

Les grandes failles du traité de l'Elysée | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les cérémonies fastueuses prévues pour célébrer un demi-siècle de coopération entre la France et l'Allemagne ne doivent pas tromper : les mesures contenues dans ce traité historique sont, en majorité, restées lettre morte.

 

Dix ans après avoir été réunis à Versailles, les députés français et allemands se retrouveront le 22 janvier au Bundestag pour célébrer en grande pompe le 50e anniversaire du traité de l'Elysée. Cette rencontre spectaculaire sera précédée d'un conseil des ministres commun à la chancellerie, autour d'Angela Merkel et de François Hollande. Les deux chefs d'Etat publieront à cette occasion une "déclaration du cinquantenaire" qui devrait réaffirmer la volonté des deux pays de poursuivre cette collaboration à nulle autre pareille mais devrait comporter peu d'engagements concrets. Face à des socialistes français plein d'allant, les Allemands sont restés sur la réserve. Non sans raison.

Il serait aujourd'hui cruel de dresser un bilan de la longue déclaration - pas moins de 43 paragraphes - publiée il y a dix ans par Jacques Chirac et Gerhard Schröder. Angela Merkel n'attache d'ailleurs pas forcément moins d'importance à cet anniversaire que François Hollande. Symboliquement, la première y a fait référence dans ses voeux le 31 décembre. Pas le second.

On ignore ce que Charles de Gaulle et Konrad Adenauer auraient pensé de cette postérité. On sait que, pour de Gaulle, les traités étaient comme des roses ou des jeunes filles - "Ça dure ce que ça dure". Néanmoins, il aurait comparé celui-ci à une roseraie qui saurait fleurir tant qu'on en prendrait soin. Or, le moins que l'on puisse dire est que les jardiniers ont mis du temps à entretenir la roseraie. En 1965, de Gaulle qualifie même le traité de "cordiale virtualité".

La France et l'Allemagne n'avaient pas la même vision de l'Europe. Avant de ratifier le traité, les députés allemands ont d'ailleurs exigé de le faire précéder d'un "préambule castrateur", selon l'expression d'Hélène Miard-Delacroix, auteure du livre Le Défi européen. De 1963 à nos jours (Presses universitaires du Septentrion, 2011). Alors que de Gaulle veut une Europe qui s'émancipe des Etats-Unis et que lui-même s'oppose à l'entrée de la Grande-Bretagne dans l'Europe communautaire, le préambule indique que les objectifs de la République fédérale d'Allemagne restent inchangés, notamment "une association étroite entre l'Europe et les Etats-Unis d'Amérique" et l'unification européenne "en y associant la Grande-Bretagne". Difficile de prendre davantage ses distances avec la politique gaulliste....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Traité européen : « Marianne » lance le débat interdit

Traité européen : « Marianne » lance le débat interdit | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Une fois de plus, le silence enterre le débat sur l'Europe que nous voulons. Quatre personnalités donnent leur point de vue pour nous éclairer.

 

Rien n’est pire que les débats escamotés ou interdits. Voilà pourquoi il importe de tirer la sonnette d’alarme à propos du nouveau Traité européen – le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG). En effet, le gouvernement entend faire avaliser ce document comme s’il s’agissait d’un texte anecdotique, via un simple vote de l’Assemblée nationale, sans créer les conditions d’un vaste échange public, et sans envisager le moins du monde d’organiser un référendum sur le sujet. Si le peuple n’est pas consulté à propos d’une telle question, sur quoi donc le sera-t-il ?

 

Avant l’élection présidentielle, le candidat Hollande jurait de ne jamais accepter ce qu’il appelait le traité « Merkozy » et de le renégocier. Or rien ne ressemble plus à l’ancien traité que le nouveau. Il s’agit bel et bien du même document auquel a été rajouté un « pacte de croissance » sans engagement précis. Certains considèrent qu’il s’agit d’un compromis acceptable sous réserve d’améliorations futures. Mais parapher le texte en l’état n’est-ce pas courir le risque de mettre encore plus le pays à la merci d’institutions européennes dont la dévotion à l’orthodoxie néolibérale a conduit l’euro au bord du gouffre ? Ne s’agit-il pas d’une menace pour la souveraineté nationale comme pour l’Union européenne elle-même, qui risquerait de ne pas résister à un tel carcan ?

Au-delà même des appréciations des uns et des autres, l’important est de mettre les cartes sur la table. Marianne a donc décidé de lancer la grande confrontation en donnant la parole à quatre personnalités et en invitant ses lecteurs à dire ce qu’ils pensent du nouveau traité, de ses conséquences et de la manière dont il doit être débattu.

 

*Guillaume Bachelay : Enfonçons la porte de l'europe conservatrice

 

*Jacques Généreux : La règle d'or, règle des ânes

 

*Marie-France Garaud : Gouverner c'est savoir dire non

 

*Jean-Paul Besset : Le référendum ? Un faux nez des antieuropéens !

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vingt ans après Maastricht, les Français doutent toujours

Vingt ans après Maastricht, les Français doutent toujours | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
INFOGRAPHIE - Selon notre sondage Ifop, les Français voteraient non aujourd'hui au traité instaurant la monnaie unique.

 

Mauvaise nouvelle pour Bruxelles - et pour François Hollande. Vingt ans après Maastricht, le référendum qui avait tant divisé les Français serait perdu s'il avait lieu aujourd'hui. C'est l'un des grands enseignements du sondage Ifop pour Le Figaro. Le 20 septembre 1992, les Français avaient ratifié d'extrême justesse le traité européen, avec 51% des voix contre 49%. Ceux qui ont voté à l'époque - qui sont donc nés avant 1974 - choisiraient le non à 64%. Et ils sont désormais 67% à dire que l'Union européenne va «plutôt dans la mauvaise direction» depuis la ratification de Maastricht. En 1999, ils étaient 53% à estimer qu'elle allait «plutôt dans la bonne direction». La plupart des réponses confirment ce rejet grandissant à l'égard du projet fédéral européen. Au moment où la question d'un pas supplémentaire vers l'interdépendance paraît s'imposer, à la demande d'Angela Merkel mais surtout pour confirmer les engagements pris par la Banque centrale européenne, la France paraît s'installer durablement dans une attitude eurosceptique. Les Français ne semblent plus croire en l'intégration européenne, qu'on leur avait présentée comme le bouclier qui les protégerait des vents du large.

En premier lieu, c'est l'euro, créé par le traité de Maastricht, qui est dans le collimateur des Français. «La monnaie unique est un très mauvais agent recruteur pour l'Europe, surtout dans les classes populaires», constate Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop. Quarante-cinq pour cent des sondés pensent que l'euro a été un handicap face à la crise. Ils n'étaient que 34% à le penser en août 2010. Ouvriers et professions intermédiaires sont les plus opposés à l'euro. Mais la France active dans son ensemble porte aussi un jugement très négatif sur la décision la plus audacieuse d'union monétaire de l'histoire économique du XXe siècle. Les femmes sont plus sévères: 50% y voient un handicap, contre 41% pour les hommes. Les plus de 65 ans sont plus cléments: 41% considèrent que c'est un atout, 30% un handicap....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hollande se réjouit de ne pas être "seul" pour renégocier le traité de stabilité

Hollande se réjouit de ne pas être "seul" pour renégocier le traité de stabilité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le candidat socialiste est intervenu en clôture d'un séminaire intitulé "Renaissance pour l'Europe"...

 

François Hollande a affiché sa détermination, samedi 17 mars, à renégocier le pacte budgétaire signé début mars par 25 des 27 Etats membres de l'UE devant des dirigeants socialistes de l'Union. "Je ne serai pas tout seul, parce qu'il y aura des alliés", a-t-il dit devant 1 500 personnes au Cirque d'hiver de Paris en clôture d'un séminaire intitulé "Renaissance pour l'Europe". "Le traité est signé, il n'est pas ratifié, il y a donc un espace de négociation", a-t-il dit en expliquant être prêt à en débattre longtemps. "Ma détermination sera entière."

Le candidat socialiste veut croire que son éventuelle victoire changera la donne dans une Union européenne dominée par 21 gouvernements conservateurs. Mais il a dû reconnaître que, pour l'instant, les socialistes ou sociaux-démocrates n'étaient au pouvoir que dans une demi-douzaine de petits pays comme la Belgique, le Danemark, l'Autriche, la Slovénie et la Slovaquie, où ils sont d'ailleurs souvent en coalition avec des partenaires conservateurs.

"C'est trop peu et c'est ce qui doit changer, et d'abord ici en France, a-t-il dit. Si le mouvement se lève en France, il sera irréversible dans toute l'Union européenne." "Je renégocierai le traité de discipline budgétaire non pas seulement pour la France, mais pour l'Europe tout entière",...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le nouveau traité européen pour les nuls | Slate

Le nouveau traité européen pour les nuls | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Il ne compte pas, comme l'a affirmé Nicolas Sarkozy, «200 ou 250 articles», mais seize seulement. Décryptons-les un par un.

 

«S'agissant d'un traité avec 200 articles ou 250 articles, je ne vois pas la question claire qu'il y aurait», a déclaré sur RTL le 27 février le président-candidat Nicolas Sarkozy pour expliquer son refus d'organiser un référendum pour ratifier le traité budgétaire signé à Bruxelles le 2 mars. Pourtant, les 25 pages du texte contiennent seulement 16 articles. Les voici expliqués.

 

Titre I: Objet et champ d'application

Le premier article demande, sans plus de précision, l'adoption par les pays de l'UE «d'un ensemble de règles destinées à favoriser la discipline budgétaire, à renforcer la coordination de leurs politiques économiques et à améliorer la gouvernance de la zone euro». Il précise que le traité s'applique aux pays de la zone euro et à tous ceux de l'UE qui le souhaitent. Pour rappel, toute l'UE a apposé sa signature sauf le Royaume-Uni et la République tchèque...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La zone euro a son pare-feu

La zone euro a son pare-feu | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le traité mettant en place le Mécanisme européen de stabilité financière a été signé ce jeudi. Il avait été décidé lors du sommet européen du 30 janvier.

 

Ce mécanisme, qui «crée un pare-feu permanent, avec un large éventail d'outils et une base financière solide», sera «une institution financière internationale dont le siège sera à Luxembourg», avec une capacité de prêt initiale de 500 milliards d'euros maximum, poursuit le communiqué.

Le MES cohabitera jusqu'à l'été 2013 avec son prédécesseur, le Fonds européen de stabilité financière (FESF). En vertu des règles actuelles, l'enveloppe cumulée des deux fonds ne doit pas dépasser les 500 milliards d'euros, mais ce sujet sera à nouveau débattu au sommet européen des 1er et 2 mars...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Europe : semaine-clef pour préparer la sortie de crise

Les prochains jours seront riches d'échéances importantes pour l'Europe, qui espère mettre le plus gros de la crise derrière elle. Peut-on y croire ?

 

Grèce : l'accord qui masque la récession

Athènes et ses créanciers privés sont proches d'un accord sur l'annulation d'une partie de la dette grecque. Mais la situation du pays reste excécrable....

 

MES : y a-t-il un moteur sous la carosserie ?

Le nouveau fonds de sauvetage européen a été approuvé par les ministres des Finances. Mais des questions se posent déjà sur sa taille insuffisant....

 

Traité européen : et la politique ?

Le texte grave dans le marbre la modération budgétaire. Mais il laisse de côté la construction politique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Et si on faisait un nouveau traité européen, un vrai ? | Rue89

Et si on faisait un nouveau traité européen, un vrai ? | Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Par Pierre Haski.

 

Les sommets européens ont ceci de fascinant qu'à leur conclusion, la plupart des journalistes n'entendent qu'un seul son de cloche, celui de leur dirigeant national, et récupèrent ensuite les bribes des « briefings » des autres délégations nationales qui se tiennent généralement au même moment.

Le résultat, malgré tous leurs efforts, est généralement dans les principaux médias une couverture très « chauvine », un « on a gagné » unanime puisque personne ne va réunir « ses » journalistes pour dire « j'ai perdu ».

La caricature ci-dessus, issue du Sun de Londres, le quotidien « gutter press » (littéralement « presse de caniveau ») du groupe Murdoch, qui tire à plusieurs millions d'exemplaire, résume parfaitement la réussite très « jingoïste » de David Cameron, en terme de communication, en refusant de souscrire au plan de « Merkozy », le terme consacré, y compris dans le Financial Times, pour évoquer le tandem Merkel-Sarkozy....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un nouveau traité européen ou l'art de faire du neuf avec du vieux

Un nouveau traité européen ou l'art de faire du neuf avec du vieux | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel doivent présenter jeudi les détails du nouveau traité sur la rigueur budgétaire en Europe. Traité qui impliquerait de modifier quelque peu le texte fondateur de l'UE.

 

“La situation est grave”. C’est en ces termes que Nicolas Sarkozy a réagi, mardi, après que Standard & Poor’s a menacé la veille d’abaisser la note de 15 États européens, dont la France et l’Allemagne. Le conseiller spécial du président français, Henri Guaino, a tenu à préciser la pensée du locataire de l’Élysée : l’accord franco-allemand sur un nouveau traité européen “est une première réponse” à la méfiance de l’agence de notation. Première réponse dont les contours doivent encore être précisés avant d’être présentée, les 8 et 9 décembre, au sommet de Bruxelles.

Il ne s'agit pas de rédiger un traité entièrement nouveau. “Il existe en effet un texte, le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, qui peut être modifé dans le sens de l'accord franco-allemand”, souligne Francesco Martucci, professeur de droit de l’Union européenne à l’Université de Strasbourg. Cet expert estime que les propositions d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy ne nécessitent qu’une “adaptation à la marge” du texte fondateur de l’Union européenne, le traité de Rome, version 2007...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Traités européens : une réforme qui pourrait «changer la nature de l'UE»

Traités européens : une réforme qui pourrait «changer la nature de l'UE» | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Paris et Berlin ont confirmé mardi leur volonté de modifier les traités européens pour favoriser la «convergence des politiques économiques». Explications avec Frédéric Allemand, professeur de droit européen à Sciences-Po.

 

Les Allemands disent clairement qu'il faut, pour sortir de la crise, passer d'un système de simple coopération à un véritable droit de regard de l'Union Européenne sur les politiques des États membres. Cela passe notamment par un contrôle budgétaire accru, où l'État qui dérogerait aux règles communautaires serait obligé de revoir sa copie sous peine de sanctions véritablement dissuasive. Quelle en serait la forme? Berlin souhaite que la Cour de justice européenne puisse intervenir.

 

Et en terme de démocratie ?

C'est un point central. Les Allemands réclament un renforcement de la gouvernance budgétaire, et en même temps leur Cour suprême dit qu'on ne peut pas aller au-delà car l'UE n'est pas assez légitime démocratiquement. Pour Berlin, il faut donc faire progresser ensemble les aspects politiques et économiques de l'Union. Cela devrait passer par un renforcement du rôle du Parlement européen. On peut alors se demander quel pouvoir restera aux parlements nationaux, quand le droit communautaire imposera le respect des critères de stabilité...

more...
No comment yet.