Union Européenne,...
Follow
Find tag "référendum"
6.7K views | +3 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Slovaquie : échec du référendum contre le mariage homosexuel

Slovaquie : échec du référendum contre le mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le scrutin, qui entendait renforcer la législation contre l'union des couples de même sexe, a été déclaré invalide en raison de la faiblesse de la participation.

 

Ceux qui ont choisi de voter se sont toutefois massivement prononcés contre le mariage entre personnes de même sexe. « Les questions ont été clairement posées et 90 % des gens ont répondu oui. Oui à la famille, oui au mariage de l'homme et de la femme, c'est extraordinaire », s'est réjoui à la télévision Anton Chromik de l'Alliance pour la famille, mouvement à l'origine de la consultation.

Les partisans des mariages gay et lesbien avaient eux invité les Slovaques à boycotter ce référendum, qu'ils jugeaient a priori inutile au vu des textes déjà en vigueur.

La consultation a pourtant révélé l'importance de la haine à l'égard des homosexuels dans ce pays de l'UE de 5,4 millions d'habitants, dont plus de 80 % se disent chrétiens et 70 % catholiques. « Je ressens une tristesse et une désillusion après ce que ce référendum a apporté à notre pays », a déclaré à la presse le président slovaque Andrej Kiska, après avoir voté dans la soirée....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecosse: la démocratie contre le romantisme

Ecosse: la démocratie contre le romantisme | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La réponse des Ecossais est claire et sans ambiguïté. Ils ne veulent pas de l’indépendance.
Plus de 55% d’entre eux à travers les villes et les banlieues, les landes et les lacs ont dit non au Scottish National Party qui avait organisé la consultation avec l’aval de Londres. L’exception de Glasgow ne doit pas cacher un paysage majoritairement opposé aux rêves romantiques d’Alex Salmond, Sean Connery ou des Franz Ferdinand. Ce résultat décevant pour les indépendantistes qui voulaient un Etat ne signifie pas pour autant que l’Ecosse n’est pas un pays et une nation. L’Ecosse a sa culture et sa culture politique, ses idiosyncrasies et ses marqueurs. Pro européenne, penchant à gauche, croyant encore à la solidarité, l’Ecosse a une identité forte et propre, différente de celles des «Anglais».

C’est pourquoi Londres se doit d’avoir le triomphe modeste, comme semble le vouloir ce vendredi le Premier ministre du Royaume-Uni. Les Ecossais bénéficient déjà d’une large autonomie politique, avec un Parlement, un Premier ministre et des institutions propres. Cameron a promis d’élargir encore le pouvoir tartan dans le cadre souple d’une union rénovée. Aux indépendantistes de voir alors s’ils acceptent ce compromis ou s’ils s’accrochent à leur rêve démocratiquement rejeté ce vendredi.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La marche de l'histoire / France Inter

La marche de l'histoire / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L’identité de l’Ecosse étant évidente, les indépendantistes doivent se trouver d’autres justifications. Ils soutiennent donc qu'une Ecosse détachée de Londres serait plus juste et prospère. Au point de faire apparaître l'indépendance comme une solution.

Vincent DUBOIS's insight:

Durée de l'émission: 29 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Croates disent non au mariage homosexuel

Les Croates disent non au mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
65,76% des Croates ont répondu «oui» à la question de savoir si le mariage devait être inscrit dans la Constitution comme «l’union entre un homme et une femme».



Les Croates ont voté dimanche en faveur d’une révision de la Constitution pour empêcher le mariage homosexuel, au cours d’un référendum réclamé par des ONG conservatrices mais jugé discriminatoire par des militants des droits de l’Homme.

 

Selon les résultats officiels portant sur les bulletins dépouillés dans près de 99% des bureaux de vote, 65,76% des Croates ont répondu «oui» à la question de savoir si le mariage devait être inscrit dans la Constitution comme «l’union entre un homme et une femme».

Trois heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation (26,75%) était bien inférieur à celui enregistré à la même heure (33,79%) au référendum sur l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne en 2012, et qui à la fin du vote avait été de seulement 43%.

Dans cette ex-république yougoslave de 4,2 millions d’habitants, tout récemment devenue membre de l’UE, l’Église catholique particulièrement influente a donné son plein soutien à l’organisation de cette consultation.

«Le mariage est le fondement de la famille et de la société. Les Croates ont le droit de dire si pour eux le mariage est l’union entre un homme et une femme», a déclaré dans la journée Zeljka Markic, présidente du collectif conservateur «Au nom de la famille» qui a été à l’origine de cette consultation.

Korana Horvat, une étudiante de 24 ans, a voté «non». «Aucune discrimination ne peut être bénéfique, elle ouvre plutôt la voie à de nouvelles discriminations», a-t-elle dit.

 

Le gouvernement de centre gauche dirigé par Zoran Milanovic avait appelé ces derniers jours les citoyens à voter contre un tel amendement.

«C’est un référendum triste et insensé (...) j’espère que c’est la dernière fois que nous aurons à organiser un tel scrutin de cette manière et sur ces questions», a déclaré M. Milanovic à la presse après avoir voté.

«La Constitution devrait préciser quelles sont les questions qui peuvent être soumises à un référendum et celles qui ne devraient pas en faire l’objet, qui représentent l’intimité de la famille», a-t-il ajouté...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉCOSSE-CATALOGNE • Indépendance : des Ecossais rationnels, des Catalans passionnés

ÉCOSSE-CATALOGNE • Indépendance : des Ecossais rationnels, des Catalans passionnés | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le référendum sur l’indépendance de l'Ecosse trouve un écho en Espagne. Si les Ecossais se montrent pragmatiques sur la question, les Catalans, qui partagent la même volonté d'émancipation, peinent de leur côté à dépassionner le débat.

 

En mars dernier, le gouvernement écossais annonçait que la date du référendum sur l'indépendance de la région avait été fixée au 18 septembre 2014. L'annonce avait suscité un vif débat outre-Manche. Le 1er juin, El Diario, journal espagnol en ligne, lui a donné une nouvelle impulsion en confrontant les visions écossaise et catalane de l'indépendance. "Ecosse rationnelle, Catalogne émotionnelle", titre le site d'information, qui contredit les idées reçues à propos des deux peuples.

Dans la presse internationale, les Ecossais ont une réputation de peuple fougueux et combatif. Le quotidien de Glasgow, The Herald, rappelait avec humour le 10 juin dernier les clichés répandus sur Ecossais : "Des nationalistes romantiques élevés au malt" pour les journaux allemands, des "highlanders" pour la presse russe. Ce peuple impétueux serait donc, à en croire les journaux étrangers, favorable à la sécession. Pourtant les premiers sondages annoncent un "non" au référendum. La patrie de Braveheart aurait-elle donc perdu de sa fougue ? se demande le quotidien écossais.

Pour El Diario, la réponse est claire : c'est oui. Dans les années 1970, les revendications d’indépendance étaient rythmées par le slogan "It’s Scotland Oil !" (c’est le pétrole de l’Ecosse). Mais "le débat [actuel] s’est déroulé avec la pondération qui caractérise la patrie d’Adam Smith (économiste écossais) et de David Hume (philosophe écossais)", souligne t-il : "la rationalité a dominé". Tandis que les Catalans manifestent aux cris de "l’Espagne nous vole !" (Espanya ens roba), les écossais réfléchissent plus concrètement au rôle déterminant de la Banque d’Angleterre dans leur économie ou aux conséquences de leur sortie de l’Union européenne s'ils votaient pour l'indépendance, analyse le journal en ligne...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pour se faire réélire, Cameron est prêt à faire exploser l'Europe

Pour se faire réélire, Cameron est prêt à faire exploser l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
ROYAUME-UNI - David Cameron a jeté une pierre, ou plutôt un rocher, dans la mare. Il l'a promis ce jeudi dans une grande déclaration: un référendum national sur l'appartenance à l'UE aura bien lieu en Grande-Bretagne à l'horizon 2015-2017... Mais seulement si l'actuel Premier ministre est réélu. Le leader du parti conservateur met donc en balance de sa réélection le sort du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Ce sera "un référendum sur une question claire: in/out" (dedans ou dehors) et il interviendra dans la première moitié de la prochaine législature qui commence en 2015, a dit le chef du gouvernement. C'est une véritable surprise, surtout que des extraits, rendus publics la semaine dernière, ne contenaient pas d'indices sur cette annonce largement attendue depuis plusieurs années. Elle était cependant sur toutes les lèvres, ce que David Cameron vient de confirmer.

Confronté à un fort euroscepticisme dans son camp et dans le pays, David Cameron a prononcé son speech (discours) depuis Londres. Ce qui est une première, pour une allocution concernant un discours-clé sur l'Europe. En 1988, Margaret Thatcher s'était exprimée à Bruges, Tony Blair à Varsovie en 2000, tandis que Winston Churchill avait appelé à des "Etats-Unis d'Europe" à Zurich en 1946.

Le timing est toutefois étonnant: l'annonce de David Cameron semble aller dans le sens inverse de l'opinion publique. En effet, traditionnellement hostiles à l'Europe, les Britanniques sont plus pro-européens ces derniers temps.

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Roumanie: la Cour constitutionelle refuse la destitution du président Basescu | Humanite

Roumanie: la Cour constitutionelle refuse la destitution du président Basescu | Humanite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La Cour Constitutionnelle roumaine a refusé le référendum sur la destitution du président Traian Basescu. Une décision qui met fin à la tentative de la coalition de centre-gauche au pouvoir de s’arroger tous les pouvoirs.

La Cour a décidé mardi d'invalider le référendum sur la destitution du président de centre droit, organisé le 29 juillet, en constatant que le seuil de participation minimum requis n'a pas été atteint. Le taux de participation de 46,24% est "inférieur aux 50% plus un des inscrits requis pour que le référendum soit valide", avancent les juges. 87% des votants s’étaient prononcés pour le départ de M. Basescu, soit plus de 7 millions de votes contre lui.

M. Basescu, un ancien capitaine de marine, terminera donc son mandat légal qui court jusqu'en 2014 et survit à sa deuxième tentative de destitution, la première ayant eu lieu au cours de son premier mandat en 2007. Son impopularité est le résultat des cures d'austérité draconiennes qu'il avait imposé par la force en 2010 (baisse de 25 % du nombre de fonctionnaire, hausse de 5 points de la TVA...). Il devra donc cohabiter avec le gouvernement de centre gauche du Premier ministre Victor Ponta qui a été à l'origine de la procédure de destitution....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le président roumain ne sera pas destitué

Le président roumain ne sera pas destitué | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Traian Basescu conserve son poste à la suite d'un référendum sur sa destitution, auquel moins de la moitié des électeurs ont participé, ce qui invalide la consultation..

 

Extrait de la conférence de presse : 1'10". Images: AFPTV

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Roumanie : retour sur une crise politique qui inquiète l'Europe

Plusieurs événements ont conduit au référendum de destitution du président de centre droit, Traian Basescu. Chronologie.

 

Rappel des principaux événements qui ont conduit au référendum de destitution du président roumain de centre droit, Traian Basescu, et aux critiques de la Commission européenne contre la majorité de centre gauche :

AVRIL

- 27 : chute du gouvernement de centre droit sur une motion de censure de l'opposition de centre gauche regroupant les sociaux-démocrates (PSD), les libéraux (PNL) et le petit Parti conservateur fondé par un ex-collaborateur de la police politique communiste Securitate Dan Voiculescu.

Traian Basescu désigne un des chefs de file de l'opposition, le social-démocrate Victor Ponta, comme Premier ministre.

MAI

- 7 : le gouvernement de M. Ponta obtient la confiance du Parlement...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

David Cameron a-t-il vraiment dans l’idée de faire sortir le Royaume-Uni de l’Europe ?

David Cameron a-t-il vraiment dans l’idée de faire sortir le Royaume-Uni de l’Europe ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que les Britanniques rejettent en bloc l'intégration politique européenne, le Premier ministre David Cameron a relancé lundi l'idée d'un référendum afin de renégocier les liens entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

Une posture politique qui pourrait conduire les Britanniques à se séparer de l'Europe...

 

Entretien avec Jean-Paul Révauger, responsable du Master recherche langues du parcours Europe contemporaine et directeur de l’UFR d’anglais de l’Université de Bordeaux III.

 

Pensez-vous que le Royaume-Uni puisse vraiment quitter l'Europe ?

 

Jean-Paul Révauger : Deux problèmes se posent. D'un côté, ce que David Cameron souhaite pour l'Europe, et de l'autre ce que souhaite le peuple Britannique, d'où le référendum. Ce dernier est en réalité un problème de politique interne. L'organisation d'un référendum en Grande-Bretagne est principalement actée pour résoudre une question politique, et non une question stratégique. Il y a eu un premier référendum sur l'Europe en 1975. A l'époque, il était question du maintien du pays dans le marché commun. Ce référendum a été gagné par ses partisans, avec plus de 60 % d'avis favorable.

A la même époque, les entreprises les plus dynamiques s'étaient mobilisées en faveur du marché commun. Les choses étaient alors plus simples. Le gouvernement des travaillistes porté par Wilson avait plus de faciliter à marginaliser la gauche salutaire au retrait du marché commun. Le référendum était un moyen pour le premier ministre Harold Wilson de résoudre un problème interne au parti travailliste.

Actuellement, les Conservateurs ont deux problèmes. Sur les questions européennes, le parti est principalement divisé. Au sein même du parti, il y a un groupe favorable à un approfondissement de l'intégration européenne. En outre, le quotidien des affaires, the Financial Times, est favorable à une plus grande intégration, voire même l'idée d'un certain fédéralisme. Pour autant, le parti conservateur (et surtout son électorat) pourrait être désigné comme euro-sceptique. Le parti se retrouve ainsi, menacé par son propre électorat d'un côté, et de l'autre, il doit faire face à sa propre coalition avec les leaders démocrates favorables au fédéralisme européen.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire européen

Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Irlandais devraient ce jeudi donner leur feu vert au pacte qui vise à renforcer la discipline budgétaire au sein de l'Union européenne. Dans le cas contraire, le traité pourra néanmoins entrer en vigueur s'il est ratifié par 12 États.

 

L'Irlande est jusqu'à présent le seul pays de l'Union européenne à soumettre à référendum ce traité qui vise à renforcer la discipline au sein de l'Union à la suite de la crise de la dette. Le pacte, approuvé par les dirigeants de tous les pays de l'UE, sauf le Royaume-Uni et la République tchèque, prévoit de respecter des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes, sous peine de sanctions.

Selon les derniers sondages, le "oui" est largement en tête en Irlande, mais environ un tiers des électeurs se disaient encore indécis avant le scrutin.

Le Premier ministre irlandais, le centriste Enda Kenny, a fait campagne pour le "oui", qui sera, selon lui, synonyme de "stabilité".

A l'inverse, Gerry Adams, leader du Sinn Fein, parti nationaliste de gauche, a estimé que le pacte signifierait encore plus d'austérité. "Nous savons que l'austérité ne fonctionne pas, et c'est ce que de plus en plus de gens disent en Europe", a-t-il répété à la veille du scrutin.

L'Irlande se trouve dans une situation particulière dans l'UE, puisque l'ancien "Tigre celtique" bénéficie depuis la fin 2010 d'un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros que lui ont octroyé l'Union européenne et le Fonds monétaire international en contrepartie d'engagements contraignants en matière budgétaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le camp russophone écrasé par référendum en Lettonie

Le camp russophone écrasé par référendum en Lettonie | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Lettons ont massivement rejeté samedi l'instauration du russe comme deuxième langue officielle de leur pays. La minorité russophone ne s'avoue pas vaincue.

Selon les résultats publiés par la commission électorale et portant sur 95% des bureaux de vote, 74,62% des électeurs se sont prononcés contre l'instauration du russe comme deuxième langue officielle, seuls 25,06% d'électeurs ayant voté pour.

Les partisans du "oui" souhaitaient mettre fin à ce qu'ils considèrent comme une discrimination à l'égard des russophones.

Composée essentiellement d'anciens immigrés russes de l'époque soviétique, la minorité russophone représente environ un tiers des 2 millions d'habitants de ce pays balte. Signe révélateur de l'importance que les Lettons ont attaché à ce référendum, le taux de participation a été très élevé (69,23%).

"C'est une question d'identité nationale, ce qui explique pourquoi la plupart des gens n'ont pas considéré ce référendum comme un simple jeu politique, et ont participé aussi massivement", a déclaré à l'AFP Ivars Ijabs, analyste politique à l'Université de Lettonie....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Croates votent sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne - LeMonde.fr

Les Croates votent sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Malgré les réticences alimentées par la crise de la zone euro, les électeurs devraient dire oui à l'UE et permettre à leur pays de devenir, en 2013, le 28ème Etat membre du bloc européen.

 

Les Croates ont commencé à voter dimanche 22 janvier lors du référendum portant sur l'adhésion de leur pays à l'Union européenne, "objectif crucial" pour cette jeune république, 20 ans après la reconnaissance par la communauté internationale de son indépendance de l'ex-Yougoslavie. Le oui, qui a besoin d'une majorité simple pour s'imposer, devrait l'emporter avec 55 à 60 % des voix. Le non tourne autour de 30 %, selon les derniers sondages.

Les électeurs devraient donc dire oui à l'UE, malgré les réticences alimentées par la crise de la zone euro, permettant ainsi à leur pays de devenir en 2013 le 28ème Etat membre du bloc européen. "Vous allez prendre une des plus importantes décisions de l'histoire de la Croatie", avait déclaré vendredi le président croate Ivo Josipovic, fervent défenseur de l'adhésion. L'Eglise catholique, particulièrement influente dans ce pays de 4,2 millions d'habitants, et le Parlement, ont aussi rejoint le choeur des pro-européens....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecosse: David Cameron soulagé mais coincé - Europe - RFI

Ecosse: David Cameron soulagé mais coincé - Europe - RFI | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L'Ecosse restera donc au sein du Royaume-Uni. Le Premier ministre écossais Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, a reconnu sa défaite ce vendredi matin à Edimbourg. Dans le reste du royaume, c'est le soulagement. Et en signe d'apaisement, le Premier ministre britannique David Cameron a lancé un appel au rassemblement de tous dans le pays et a promis de nouveaux pouvoirs aux quatre nations : l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande du Nord et le Pays de Galles.

 

Au Royaume-Uni, et notamment à Londres, on respire mieux. Et notamment à Westminster, au sein du Parlement et du gouvernement. Le Premier ministre David Cameron s'est adressé au pays à la télévision ce vendredi : « Le peuple d’Ecosse a parlé, il a décidé de préserver notre pays composé de quatre nations et comme des milliers d’autres, j’en suis très heureux. Il est désormais temps d’aller plus loin et de dire à tous ceux qui ont voté pour l’indépendance : nous vous avons entendu. Nous avons désormais une chance de changer la façon dont le peuple britannique est gouverné. Les trois partis en faveur de l’union se sont engagés à accorder plus de pouvoir au Parlement écossais, nous nous assurerons que ces engagements seront pleinement honorés. »

Le rejet clair de l’Ecosse de s’émanciper est bien sûr un soulagement pour le Premier ministre conservateur qui avait engagé l’avenir du Royaume-Uni et qui a eu très peur, il y a quelques jours, d’avoir à la fois sous-estimé la force du camp indépendantiste et, à l’inverse, d’avoir surestimé l’attachement de l’Ecosse au reste du royaume.

 

David Cameron fait désormais face à une lourde tâche. Il faut déjà réconcilier des électeurs qui se sont affrontés avec deux conceptions très différentes de l’avenir de leur nation. Qui plus est, ce désir de rester dans le giron du Royaume-Uni montre que la population écossaise a pris au mot les élus de Westminster, et Londres doit maintenant respecter son engagement d’une méga-décentralisation avec des pouvoirs accrus au Parlement d’Edimbourg.

Les trois principaux partis britanniques ont promis que les négociations commenceraient dès l’annonce des résultats. Ce calendrier inclut une vaste consultation et des propositions présentées à la fin du mois d’octobre, suivies de la publication assez ambitieuse d’un programme, dès la fin du mois de novembre, et enfin d’un projet de loi en janvier prochain....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que les deux camps lancent leurs dernières forces dans la bataille, la presse se fait l'écho des affrontements et des incidents survenus ces derniers jours.

 

Jeudi 18 septembre, les Ecossais décideront de leur avenir – et de l'avenir du Royaume-Uni. Sur place, la tension entre partisans de l'indépendance et partisans de l'union est à son comble. “Une nation divisée”, titrait ce matin The Independent. “Les bagarres, les insultes et les menaces deviennent méchantes”.

Nuit agitée en perspective

Parmi les incidents de ces dernières heures, l'accrochage entre Ed Miliband et des partisans du oui, à Edimbourg. Lors d'une réunion publique dans un centre commercial de la ville, le leader travailliste – qui a fait campagne pour le non – s'est fait chahuter par des militants pro-indépendance qui l'ont traité de “menteur” et d'“assassin”. Il a dû quitter la salle en urgence, rapporte The Guardian, qui fait également état d'incidents impliquant d'autres figures du Labour ayant milité contre l'indépendance – notamment l'ancien Premier ministre Gordon Brown, Jim Murphy, ou encore le député travailliste d'origine écossaise Georges Galloway, qui s'est vu menacé de “prendre une balle” lors d'un rassemblement à Glasgow.

Côté sécurité, les autorités écossaises s'attendent à vivre une nuit agitée de jeudi à vendredi, les bureaux de vote fermant en début de soirée jeudi. Un cadre de la police écossaise a expliqué au Times que ce jeudi de référendum “pourrait être le point de départ de l'un des conflits les plus graves de l'histoire de l'Ecosse”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour comprendre les enjeux du référendum écossais, qui aura lieu le 18 septembre prochain, il est intéressant de voir comment les journaux britanniques couvrent la campagne.

 

Certains penchent clairement en faveur de l'indépendance (surtout en Ecosse), d'autres sont résolument contre (surtout en Angleterre), d'autres enfin tentent de donner une place aux arguments des deux camps... Découvrez cette infographie animée qui permet d'y voir plus clair.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni et l'Europe : Les eurosceptiques pris entre deux Unions

Le Royaume-Uni et l'Europe : Les eurosceptiques pris entre deux Unions | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les politiciens eurosceptiques anglais appellent à un référendum sur l’UE au nom de l’intégrité du Royaume-Uni. Mais cette attitude les place en porte-à-faux avec l’opinion publique en Ecosse, où une image plus positive de l’UE pourrait bien nourrir un sentiment pro-indépendance.

Par Sunder Katwala

 

Une victoire du UKIP [Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni] aux européennes de 2014 serait susceptible de changer la donne du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse en remettant en selle les tenants du "oui", confie l’universitaire et grand spécialiste de la question Charlie Jeffrey à l’Institut de recherche sur les politiques publiques (IPPR), à l’occasion de la publication [le 8 juillet dernier] d’un nouveau rapport sur l’"anglicité".

Beaucoup d’Ecossais déclarent qu’ils seraient susceptibles de changer d’avis sur l’indépendance si la Grande-Bretagne semblait prendre le chemin d’une sortie de l’UE. Les sondages portent à croire que cette attitude pourrait éroder l’avance aujourd’hui solide des partisans de l’union [anglo-écossaise] et rendre incertaine l’issue du référendum.

Charlie Jeffrey fait observer qu’une victoire de l’UKIP aux élections de 2014 et l’accroissement subséquent des pressions politique et médiatique en faveur d’un référendum sur le maintien du pays dans l’UE donneraient le sentiment que l’affiliation du Royaume-Uni est en péril, à quelques mois seulement du référendum sur l’indépendance [de l’Ecosse], en septembre de la même année.

Charlie Jeffrey, qui dirige la faculté de sciences politiques de l’université d’Edimbourg, est l’un des co-auteurs du nouveau rapport de l’IPPR, L’Angleterre et ses deux unions, qui rend compte d’une divergence de vue croissante au sujet de l’UE au nord et au sud de la frontière [anglo-écossaise], avec d’un côté des électeurs anglais qui affichent un euroscepticisme croissant et prennent très au sérieux la possibilité d’une sortie de l’UE, et de l’autre des Ecossais qui sont une majorité à estimer que les avantages de l’appartenance à l’UE l’emportent sur les inconvénients....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Polonais majoritairement contre l'adhésion à l'euro

La future adhésion de la Pologne à la zone euro est rejetée par 62 % des Polonais, selon un sondage publié par le quotidien "Rzeczpospolita".

 

Seuls 32 % souhaitent l'adoption de la monnaie européenne et 6 % n'ont pas d'opinion, selon ce sondage, réalisé par l'institut Homo Homini auprès de 1 067 Polonais adultes le 22 mars, en pleine crise chypriote.

La Pologne veut mettre au plus vite son économie en conformité avec le traité de Maastricht, mais elle n'est pas pressée de remplacer son zloty par l'euro. Le président Bronislaw Komorowski a récemment déclaré que la Pologne prendrait la décision sur son adhésion à la zone euro après 2015.


L'adoption de l'euro requiert par ailleurs un amendement de la Constitution, pour lequel une majorité nécessaire de deux tiers n'est pas actuellement réunie. Opposée à l'adhésion, la droite nationaliste réclame un référendum sur cette question, en dépit de l'engagement pris par Varsovie au moment de son entrée dans l'Union européenne, en 2004, d'adopter à terme la monnaie européenne.

Actuellement, seule la dette publique de la Pologne, autour de 55 % du PIB, est conforme aux exigences de Maastricht. Son inflation moyenne en 2012 s'est chiffrée à 3,7 % et son déficit des finances publiques reste toujours supérieur à la barre requise de 3 % du PIB (3,4 % en 2012). Le chef du gouvernement libéral, Donald Tusk, et ses ministres assurent que Varsovie remplira en 2015 tous ces critères. En attendant, la Pologne vient d'adhérer au pacte budgétaire européen, espérant éviter ainsi une marginalisation qui menace les pays non membres de la zone euro.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vers un référendum sur l'indépendance de la Catalogne

Vers un référendum sur l'indépendance de la Catalogne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
CATALOGNE - La coalition nationaliste du président de Catalogne Artur Mas conserve la majorité mais recule aux élections de dimanche 25 novembre.

 

La gauche indépendantiste connaît une forte poussée, selon un sondage effectué à la sortie des bureaux de vote. C'est la première étape pour l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la communauté autonome.La CiU obtiendrait entre 54 et 57 sièges contre 62 aux élections de 2010, tandis que le parti historique de la gauche indépendantiste, ERC, gagnerait entre 20 et 23 sièges, contre 10 en 2010, selon un sondage diffusé par les télévisions catalane et espagnole.

"Une fois de plus, CiU gagne les élections. Conséquence de ces premiers résultats, la prochaine législature aura comme objectif la consultation des Catalans sur l'autodétermination", a immédiatement commenté le chef de campagne de la coalition, Luis Corominas.

Toutefois, si ces résultats se confirmaient, ils obligeraient la coalition nationaliste conservatrice d'Artur Mas à faire des alliances avec d'autres partis.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ramon Gorriz : "L’urgence d’une nouvelle architecture pour l’Europe" | Humanite

Ramon Gorriz : "L’urgence d’une nouvelle architecture pour l’Europe" | Humanite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Madrid (Espagne), envoyée spéciale. Secrétaire confédéral à l’action syndicale des Commissions ouvrières, Ramon Gorriz juge nécessaire un référendum sur la politique gouvernementale. Et n’écarte pas la possibilité d’une grève générale à l’automne.

 

Depuis plusieurs mois, les Commissions ouvrières (CCOO) dénoncent l’urgence sociale dans laquelle se trouve le pays. Qu’en est-il après les dernières réformes et plans d’ajustement ?

Ramon Gorriz. Nous sommes dans une situation d’extrême gravité économique où l’élément central, et le plus inquiétant, est l’augmentation du chômage. Il y a désormais 5 693 100 chômeurs, et il y a de fortes chances que nous atteignons les 6 millions à la fin de l’année. Les mesures du gouvernement du Parti populaire (droite conservatrice), qui sont de la même veine que les ­politiques d’austérité européennes de la troïka (Banque centrale, Commission ­européenne, FMI – NDLR), aggravent la récession, le chômage, et appauvrissent la société. L’augmentation des impôts indirects, qui affectent surtout ceux qui ont le moins de ressources, les agressions contre les salariés du public, les « recortes » (coupes budgétaires – NDLR) des allocations ­chômage vont de pair avec la très grave réforme du marché du travail qui facilite les licenciements. Nous sommes face à un conflit social et ­économique entre le capital et le travail qui sera de longue durée. À moins que l’on ne change de politique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La destitution du président Basescu a peu mobilisé les électeurs roumains

La destitution du président Basescu a peu mobilisé les électeurs roumains | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Roumains se sont rendus aux urnes sans enthousiasme dimanche pour décider de la destitution ou non du président Basescu, suspendu de ses fonctions depuis trois semaines. La faible participation devrait lui permettre de rester en place.

 

Les Roumains votaient sans enthousiasme dimanche pour un référendum sur la destitution du président de centre droit Traian Basescu réclamée par la majorité de centre gauche, la faible présence dans les bureaux de vote laissant entrevoir une possible invalidation du résultat.L'issue de cette consultation sera observée de près par l'Union européenne qui avait fustigé mi-juillet les méthodes peu orthodoxes employées par l'Union sociale libérale (USL) du Premier ministre Victor Ponta pour faciliter la destitution du président.

Le sort de M. Basescu, 60 ans, en place depuis huit ans et aujourd'hui en suspens, dépend fortement du taux de participation, le référendum n'étant validé que si plus de la moitié des 18,3 millions d'électeurs participent au scrutin, selon une décision de la Cour Constitutionnelle.

A 17H00 locales (14H00 GMT), soit six heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation s'élevait à 26,89%, l'un des plus faibles enregistrés à la même heure lors de précédents scrutins.

Interrogé sur ce chiffre, M. Ponta a assuré que la participation était bonne, "si l'on exclut les trois millions de Roumains vivant à l'étranger et les deux millions de Hongrois de souche qui ont suivi l'appel du Premier ministre hongrois Viktor Orban de ne pas voter"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Roumanie : le Parlement vote la destitution du président Basescu

Roumanie : le Parlement vote la destitution du président Basescu | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En pleine crise économique et financière, le gouvernement roumain s'est donné pour mission de se débarrasser du chef de l'Etat par tous les moyens.

 

Les parlementaires roumains ont voté, vendredi 6 juillet, en faveur de la destitution du président Traian Basescu alors que la Commission européenne et Berlin se sont dits inquiets de possibles atteintes à la démocratie de la part de la coalition de centre gauche au pouvoir.

Au total, 258 sénateurs et députés sur 432 ont voté pour la destitution de M. Basescu, a annoncé le sénateur de l'Union sociale libérale (USL, majorité) Dan Radu Rusanu. Cette destitution doit être validée ou infirmée par référendum dans un délai de trente jours...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Irlande : le "oui" au pacte budgétaire européen l'emporte

Irlande : le "oui" au pacte budgétaire européen l'emporte | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
D'après le résultat définitif du vote organisé jeudi 31 mai, 60,3 % des votants se sont prononcés en faveur du texte.

 

Le pacte budgétaire européen, texte qui généralise le principe de "règle d'or" dans les vingt-cinq Etats de l'Union signataires, a franchi avec succès l'obstacle toujours périlleux du référendum irlandais. D'après le résultat définitif du vote organisé jeudi 31 mai, 60,3 % des votants se sont prononcés en faveur du texte. Mais seulement un Irlandais sur deux a voté.Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a salué ce vote en faveur de l'intégration européenne comme un "pas important vers la reprise et la stabilité".

Le ministre des transports, Leo Varadkar, a été le premier, peu après 10 h 30 (11 h 30, heure de Paris), à se risquer à un pronostic. Cité par la télévision publique RTE, il a estimé que le "oui" était en passe de l'emporter au niveau national avec 57 % ou 58 % des suffrages, une estimation proche de celles avancées ces derniers jours par les sondages. "La tendance ici est clairement en faveur du 'oui', mais il faut attendre un peu pour avoir une tendance sur l'ensemble du pays", a de son côté déclaré le Taoiseach, le premier ministre, Enda Kenny, de sa circonscription de Mayo, dans l'ouest du pays. Opposant au traité, le député socialiste Joe Higgins a reconnu que "les premières indications semblent indiquer une victoire du 'oui'", dénonçant une campagne "honteuse" menée par la "peur"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UE : l'Irlande va organiser un référendum sur le pacte budgétaire - LeMonde.fr

UE : l'Irlande va organiser un référendum sur le pacte budgétaire - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Fin janvier, 25 des 27 dirigeants de l'UE se sont prononcés en faveur d'un nouveau pacte budgétaire européen qui obligerait chaque pays à inscrire dans ses lois une "règle d'or" d'équilibre budgétaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Revue de presse sur l'adhésion des croates à l'UE

Revue de presse sur l'adhésion des croates à l'UE | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le 22 janvier, les Croates ont ratifié par référendum le traité d’adhésion à l’Union. Un grand pas en avant pour le pays et un “ouf” de soulagement pour Bruxelles, bien que le taux d’abstention record ait de quoi inquiéter, note la presse croate.

Dans Novi List, l’éditorialiste Neven Santic se réjouit du “oui historique” prononcé par ses concitoyens à l’adhésion, et ce, “malgré les efforts des adversaires de l’intégration européenne et le cauchemar dans les têtes d’un bon nombre des votants”. Pour Santic, a Croatie deviendra le 28e membre de l’Union européenne. Le rêve démocratique du peuple optimiste de la fin des années 1980 et du début des années 1990 s'est transformé lors des deux décennies suivantes en doutes face à une réalité tout sauf idyllique, en raison des problèmes rencontrés par la Croatie et par l’UE, dont le fonctionnement est loin d’être parfait. Depuis hier ce rêve est devenu la réalité avec laquelle il faudra vivre. Certes, il faut être réaliste. Après le référendum, et surtout après le 1er juillet 2013 [quand l’adhésion sera effective], la Croatie ne sera pas un pays de cocagne. L’UE n’est pas un remède contre tous nos maux. Elle est loin d’être une personnification du Bien, une communauté idyllique des Etats et des nations. Elle a ses problèmes et ses méthodes souvent pénibles et douloureux pour les résoudre....

 

more...
No comment yet.