Union Européenne,...
Follow
Find tag "couple_franco-allemand"
6.4K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les lignes européennes commencent à bouger / France Inter

Les lignes européennes commencent à bouger / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Angela Merkel sera mercredi à Paris. Elle y sera reçue au lendemain du vote qui le fera chancelière pour la troisième fois et à la veille d’un Conseil européen, de l’assemblée des 28 chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union, qui sera largement consacré aux questions de Défense.
Le signal est clair. La chancelière et le président de la République entendent replacer la France et l’Allemagne au cœur de la construction européenne et affirmer une volonté d’utiliser les trois ans et demi durant lesquels ils seront tous deux au pouvoir pour remettre l’Europe sur ses rails. Il était temps.
Il est plus que temps car le divorce croissant entre les Européens et l’Europe menace jusqu’à l’idée même d’unité européenne. Peut-être est-il même trop tard our espérer recoller les morceaux mais trois choses incitent pourtant à y croire.
La première est que le résultat des élections allemandes de septembre dernier a contraint la chancelière à reformer, comme sous son premier mandat, une coalition avec la gauche social-démocrate. Comme toujours, le programme de ce gouvernement commun a été longuement négocié entre les deux grands partis allemands. La base social-démocrate l’a ensuite approuvé, samedi, avec trois quarts de « oui » et la politique allemande va ainsi prendre un tournant social très marqué.
Un salaire minimum de 8,50€ de l’heure sera instauré à compter de 2015. Les contrats à durée déterminée seront limités à une période de 18 mois et rémunérés au même niveau que les CDI au bout de neuf mois. Les salariés ayant travaillé 45 ans pourront prendre leur retraite, sans pénalités, dès l’âge de 63 ans au lieu des 67 ans auxquels l’âge légal reste fixé et l’Allemagne, c’est tout aussi important, va également investir dans la modernisation de ses infrastructures et désormais consacrer 3% de son Produit intérieur brut à la recherche.
Comme le lui demandaient la France, la quasi-totalité des Européens, la grande majorité des économistes et le Fonds monétaire international, l’Allemagne va autrement dit contribuer à tirer la croissance européenne par ses investissements et le relèvement de ses salaires. Non seulement les conflits politiques entre pays européens en seront réduits mais l’Allemagne aura beaucoup plus de mal à s’opposer à ce que le reste de l’Union prenne collectivement ou séparément des mesures de relance qu’elle-même va prendre dans ses frontières...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Oradour, Hollande et Gauck écrivent une nouvelle page de la réconciliation

A Oradour, Hollande et Gauck écrivent une nouvelle page de la réconciliation | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans ce village meurtri par la barbarie des SS, les deux présidents ont tenu des discours tranchants de sobriété et profonds d'intensité.

 

S'il fallait ne retenir qu'un seul moment, ce serait celui-ci. Il est 14 h 46 dans la petite église d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) quand François Hollande et Joachim Gauck s'avancent dans la nef sans toit de l'église où les SS de la division Das Reichenfermèrent puis exterminèrent près de 400 femmes et enfants (642 personnes au total) dans l'après-midi du 10 juin 1944.

Les deux présidents ont le pas lourd, le visage crispé de gravité. Ils s'arrêtent face à l'autel, du moins ce qu'il en reste ; Joachim Gauck attire l'attention de François Hollande sur une poussette rouillée étendue sur le sol ; les deux chefs d'Etat se rapprochent l'un de l'autre ; leurs mains se frôlent pudiquement, leurs doigts se croisent...

A leur côté, un homme prend alors la parole, il s'appelle Robert Hébras, a 88 ans, c'est l'un des derniers survivants du massacre, il n'avait pas 20 ans à l'époque, sa famille a péri ce jour-là. L'échange dure quelques minutes, Joachim Gauck passe le bras autour de l'épaule du vieil homme, François Hollande le soutient également, leurs trois costumes sombres forment alors comme un bloc, et c'est ce bloc qui sortira de l'église dans un silence étouffant.

Viendront ensuite la visite de ce squelette figé dans la douleur qu'est resté Oradour depuis juin 1944, le dépôt de gerbes au cimetière, la sonnerie aux morts, la signature des livres d'or – où François Hollande apposera par mégarde la date du 3 septembre –, une nouvelle accolade entre les deux présidents, la visite du Centre de la mémoire, inauguré par Jacques Chirac le 16 juillet 1999, les discours, enfin, tranchant de sobriété chez François Hollande, profond d'intensité chez Joachim Gauck.


"Vous êtes la dignité de l'Allemagne d'aujourd'hui, capable de regarder en face la barbarie nazie d'hier, a lancé le président français à son homologue allemand. Aujourd'hui, votre visite confirme que l'amitié entre nos deux pays est un défi à l'histoire et un exemple pour le monde entier. Et sa force s'illustre en cet instant même à Oradour-sur-Glane...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Pour la première fois, les attitudes des Français ressemblent à celles des Grecs…»

Bruce Stokes, du Pew Research Center, déplore le fossé qui se creuse avec l’opinion publique allemande :

 

Directeur des études d’opinion internationales du Pew Research Center, Bruce Stokes observe depuis longtemps les évolutions du continent européen. Il n’en est que plus choqué des résultats en France cette année.

La France en «chute libre» dit votre étude. N’y allez-vous pas un peu fort ?

Lorsqu’on demande aux Français ce qu’ils pensent de la situation économique, comment vont leurs finances personnelles, comment ils voient l’avenir ou ce qu’ils pensent de l’intégration européenne, les réponses sont à chaque fois plus négatives et la tendance semble s’accélérer par rapport à nos précédentes études. Nous n’avons pas généralisé à partir d’un ou deux indicateurs : c’est tout un spectre de réponses qui s’effondrent. Les attitudes françaises évoluent dramatiquement en 2013, par rapport aussi aux autres pays et notamment aux Allemands.

Vous signalez une telle divergence entre les opinions françaises et allemandes que l’on se demande : le fameux couple franco-allemand peut-il encore tenir sur ces sables mouvants ?

Les opinions publiques allemande et française n’ont jamais été parfaitement similaires, mais la France jouait auparavant un rôle hybride, intermédiaire entre les attitudes allemandes et celles des pays du sud de l’Europe. Dans cette étude 2013, nous observons pour la première fois que les attitudes des Français ressemblent vraiment à celles des Grecs, des Italiens ou des Espagnols. Le gouffre s’est creusé avec les Allemands. A la longue, si Français et Allemands ont des perceptions à ce point divergentes, cela risque de compliquer leur coopération politique. Cela isole aussi davantage l’Allemagne, qui semble de plus en plus vivre sur un autre continent. Mais cela peut rendre la France plus nécessaire que jamais dans son rôle de pont avec Berlin.

L’Allemagne a-t-elle de toute façon une alternative à la France ?

Non, il n’y a pas d’alternative à la France. Une autre des découvertes de cette étude est d’ailleurs que le gouvernement allemand a plus de marge de manœuvre qu’il ne le dit. ...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Que l’Europe serait belle sans l’Allemagne… | Slate

Que l’Europe serait belle sans l’Allemagne… | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
On peut comprendre l'exaspération que suscite la politique d'Angela Merkel. Néanmoins, on doit se méfier des conséquences de manifestations anti-allemandes ou de pressions trop appuyées sur la chancelière.

 

L'atmosphère est tendue en Europe, où la rigueur germanique commence à lasser, comme l'illustrent l'appel à une éventuelle «confrontation» avec Berlin lancé par le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone ou le texte du PS réclamant un «affrontement démocratique» avec le partenaire allemand. A l’opposé, en Allemagne ou en Finlande, des jugements sévères sont portés sur l’Europe du sud. Tout cela risque de mal finir.

De fait, on a vraiment l’impression que l’Europe se délite sous nos yeux. En Allemagne, on ne compte plus les dérapages verbaux de dirigeants politiques et économiques présentant les Européens du sud comme des fainéants qui en veulent à l’argent des Allemands qui, eux, travaillent et gèrent correctement leur économie. En Finlande, à en croire des sondages, la moitié des citoyens se montrent hostiles à l’idée de nouveaux plans de sauvetage européens, quitte à mettre l’euro en péril.

Dans les pays qui ont dû se résoudre à appeler leurs partenaires européens à l’aide, on dénonce la dureté des traitements imposés, dureté attribuée pour l’essentiel à Angela Merkel et aux autres dirigeants du nord. La zone euro se retrouve ainsi coupée en deux, avec une France qui apparaît plus proche du sud que du nord  par bien des aspects de sa situation économique.

 

Comme toujours, la réalité est plus nuancée. Les populations du sud devraient d’abord interpeller leurs dirigeants: si on leur fait avaler des potions aussi amères, c’est bien parce que leurs pays ont été mal gérés et que leur état de santé est vraiment critique.

Mais il est vrai que l’Allemagne ne fait rien pour leur éviter des traitements aussi désagréables. Angela Merkel, à l’approche d’échéances électorales importantes, ne semble avoir qu’un seul souci: montrer aux électeurs allemands qu’elle défend fermement leurs intérêts et que les aides aux autres pays européens sont calculées au plus juste......

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les grandes failles du traité de l'Elysée

Les grandes failles du traité de l'Elysée | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les cérémonies fastueuses prévues pour célébrer un demi-siècle de coopération entre la France et l'Allemagne ne doivent pas tromper : les mesures contenues dans ce traité historique sont, en majorité, restées lettre morte.

 

Dix ans après avoir été réunis à Versailles, les députés français et allemands se retrouveront le 22 janvier au Bundestag pour célébrer en grande pompe le 50e anniversaire du traité de l'Elysée. Cette rencontre spectaculaire sera précédée d'un conseil des ministres commun à la chancellerie, autour d'Angela Merkel et de François Hollande. Les deux chefs d'Etat publieront à cette occasion une "déclaration du cinquantenaire" qui devrait réaffirmer la volonté des deux pays de poursuivre cette collaboration à nulle autre pareille mais devrait comporter peu d'engagements concrets. Face à des socialistes français plein d'allant, les Allemands sont restés sur la réserve. Non sans raison.

Il serait aujourd'hui cruel de dresser un bilan de la longue déclaration - pas moins de 43 paragraphes - publiée il y a dix ans par Jacques Chirac et Gerhard Schröder. Angela Merkel n'attache d'ailleurs pas forcément moins d'importance à cet anniversaire que François Hollande. Symboliquement, la première y a fait référence dans ses voeux le 31 décembre. Pas le second.

On ignore ce que Charles de Gaulle et Konrad Adenauer auraient pensé de cette postérité. On sait que, pour de Gaulle, les traités étaient comme des roses ou des jeunes filles - "Ça dure ce que ça dure". Néanmoins, il aurait comparé celui-ci à une roseraie qui saurait fleurir tant qu'on en prendrait soin. Or, le moins que l'on puisse dire est que les jardiniers ont mis du temps à entretenir la roseraie. En 1965, de Gaulle qualifie même le traité de "cordiale virtualité".

La France et l'Allemagne n'avaient pas la même vision de l'Europe. Avant de ratifier le traité, les députés allemands ont d'ailleurs exigé de le faire précéder d'un "préambule castrateur", selon l'expression d'Hélène Miard-Delacroix, auteure du livre Le Défi européen. De 1963 à nos jours (Presses universitaires du Septentrion, 2011). Alors que de Gaulle veut une Europe qui s'émancipe des Etats-Unis et que lui-même s'oppose à l'entrée de la Grande-Bretagne dans l'Europe communautaire, le préambule indique que les objectifs de la République fédérale d'Allemagne restent inchangés, notamment "une association étroite entre l'Europe et les Etats-Unis d'Amérique" et l'unification européenne "en y associant la Grande-Bretagne". Difficile de prendre davantage ses distances avec la politique gaulliste....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Angela Merkel : "Nous souhaitons une France forte"

Angela Merkel : "Nous souhaitons une France forte" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour sa première visite en Allemagne, Jean-Marc Ayrault devait convaincre Berlin de la robustesse de l'économie de l'Hexagone.

Au cours d'une conférence de presse commune, jeudi 15 novembre, la chancelière allemande a souhaité "le plein succès" du pacte de compétitivité du gouvernement français. "Nous souhaitons une France forte, tout comme la France souhaite une Allemagne forte pour que nous devenions une Europe forte", a-t-elle déclaré.

 

Tout au long de la journée, le premier ministre a multiplité les déclarations rassurantes à ses interlocuteurs allemands. "Nous respecterons l'objectif de 3 %" de déficit public par rapport au PIB en 2013, a affirmé M. Ayrault au cours d'un colloque devant des entrepreneurs allemands. Et ce en dépit du pessimisme de la Commission européenne, qui a récemment prédit 3,5 % de déficit l'an prochain pour la France, provoquant des crispations à Berlin. Nombre d'économistes doutent que l'objectif de 3 % puisse être atteint à cause du ralentissement de la croissance prévu ces prochains mois dans une Europe tirée vers le bas par la récession des pays du Sud....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Berlin-Paris | Humanite

Berlin-Paris | Humanite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les gouvernements français et allemand ont beau assurer ce lundi qu'il n'y avait ni "malentendu" ni craintes sur l'économie française, après des informations de presse affirmant que Berlin avait commandé une étude à un groupe d'économistes sur le sujet. Dans l'édito de l'Humanité, Michel Guilloux n'en démord pas: "Ces « recettes » ne font qu’augmenter les ravages de la crise économique et sociale ; et, plus on concède de positions aux partisans de la jungle du tout-financier, plus ces derniers montrent les dents en en réclamant « toujours plus ».

 

Qui a eu ces idées géniales : « Baisser le coût du travail », « abolir les 35 heures », « augmenter la flexibilité », « mettre fin aux avantages des fonctionnaires trop privilégiés par rapport aux emplois précaires », « réduire le poids de l’État dans l’économie », « lever les barrières à la concurrence », « baisser certains impôts », « réformer le système social, notamment les retraites » ? Il se trouve qu’elles émanent des cinq « sages » censés conseiller la chancelière allemande. Et selon le Figaro, telles seraient les « pistes de Berlin pour redresser la France ». Il n’avait pas suffi qu’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy signassent leur pacte des rapaces.

Berlin, donc, voudrait imposer ses recettes directement à la France. À l’heure où celles-ci, initiées de concert avec le social-démocrate Gerhard Schröder en son temps, à coups de régressions sociales, commencent à trouver leurs limites outre-Rhin même, on remarquera qu’elles ne sont guère originales. Ces « pistes »-là figurent largement dans les programmes du Medef et de l’UMP et sont largement reprises dans les argumentaires de leurs homologues européens comme dans les « préconisations » du FMI ou des agences de notation financières....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hollande et Merkel célèbrent à Reims cinquante ans d'amitié franco-allemande

Hollande et Merkel célèbrent à Reims cinquante ans d'amitié franco-allemande | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
"Aucune force obscure, et encore moins la bêtise (...), ne pourra altérer le mouvement profond de l'amitié franco-allemande", a déclaré François Hollande aux côtés de la chancelière allemande, à Reims.

 

François Hollande et Angela Merkel ont célèbré, dimanche 8 juillet à Reims, les 50 ans de la réconciliation franco-allemande, scellée dans la cathédrale de cette ville le 8 juillet 1962 par le général de Gaulle et le chancelier chrétien-démocrate Konrad Adenauer. Ce moment hautement symbolique – à l'heure où l'Europe est en proie à une grave crise qui atteint le couple franco-allemand –, doit être "l'occasion de réaffirmer la force de l'amitié franco-allemande et de commémorer un événement qui a marqué la mémoire collective de nos deux peuples et de l'Europe", a affirmé l'Elysée...

 

Cette cérémonie survient aussi et surtout après les turbulences du sommet européen de Bruxelles des 28 et 29 juin. François Hollande y a démontré sa volonté de sortir du traditionnel tête-à-tête franco-allemand, en appuyant les revendications de l'Italie et de l'Espagne face à la chancelière Angela Merkel. Samedi, le président français a confirmé cette option en affirmant, dans un entretien au quotidien champenois L'Union, que la relation franco-allemande ne devait pas être "un directoire" retirant tout pouvoir de décision aux autres partenaires européens....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Europe: fin de partie ? Opération spéciale sur France Culture Mercredi 27 juin dès 6h30 - Au fil des ondes... - France Culture

Europe: fin de partie ? Opération spéciale sur France Culture Mercredi 27 juin dès 6h30 - Au fil des ondes... - France Culture | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Mercredi 27 juin 2012 dès 6h30, France Culture s'installe dans les studios du Parlement européen à Bruxelles, à la veille du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.

Bruxelles, année zéro : après une série de "sommets de la dernière chance" qui ont émaillé de longs mois de crise, les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 se retrouvent une nouvelle fois les 28 et 29 juin dans la capitale européenne. A l'issue des échéances électorales grecques et françaises, l'Union est à la croisée des chemins : les dirigeants européens doivent dessiner un nouvel horizon pour le continent, au-delà des plans de sauvetage.

L'Europe peut-elle encore avancer à 27 ? Le couple franco-allemand, moteur ou ferment de division ? Pour sauver l'Union, est-ce l'heure du "saut fédéral" ?

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE • L'Europe cultive son goût du secret

UNION EUROPÉENNE • L'Europe cultive son goût du secret | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le projet danois de directive dite "transparence" n'est plus, torpillé par la Commission européenne et par la majorité des pays membres. On peut remercier la France et l'Allemagne, considère amèrement un journaliste polonais à Bruxelles.

 

C'est dommage, parce que cette directive aurait pu transformer l'Union en une institution beaucoup plus transparente. Elle aurait pu garantir aux personnes physiques mais aussi morales l'accès à la plupart des décisions et des opinions produites par les institutions européennes.

La Danemark a déclaré forfait après que la Commission européenne et la majorité des pays membres, sous l'égide de la France et de l'Allemagne, ont réclamé l'introduction de nombreuses modifications au texte.

Les Danois, soucieux de respecter leur philosophie de la transparence, ont publié leur projet en ligne. Dans le point 4, ils prévoyaient qu'une partie des documents, sensibles pour la sécurité publique, la défense, les finances, l'économie de différents pays et pour les relations internationales, auraient pu rester confidentiels. Mais, sous la pression de Paris et de Berlin, le Conseil de l'UE a voulu ajouter des blocs thématiques qui auraient rendu le principe de transparence inexistant. En particulier, ils ont demandé de ne pas publier les documents relatifs aux procédures engagées contre les pays violant la législation européenne et les règles de la libre concurrence, des subventions étatiques, des mesures antidumping, et concernant des affaires portées devant la Cour de justice de l'UE. Outre le Danemark, la Suède et la Finlande ont refusé cet amendement......

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le retour inattendu de l’idée européenne

Le retour inattendu de l’idée européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le salut de la zone euro passe par une plus grande intégration bancaire, monétaire et budgétaire.

On le pressent à la veille du conseil européen des 28 ou 29 juin où Paris et Berlin rivalisent de propositions, sur fond de crises budgétaire ou bancaire aigües en Italie, Espagne et Grèce.

Ces propositions ont beau être différentes, elles aboutissent à donner aux instances communautaires un contrôle beaucoup plus étroit sur les banques et les budgets des Etats membres .

Le paradoxe est que ce mouvement d’intégration s’effectue à marche forcée, sous la pression des marchés financiers, au moment où l’idée fédérale est en nette perte de vitesse dans les discours politiques .....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Conforté par ce premier tour des législatives, François Hollande consacrera la semaine à l’Europe.

 

« Chiche », va-t-il dire dans les tout prochains jours à la chancelière allemande qui avait souhaité, vendredi, que l’Union européenne devienne une union politique et budgétaire.Nous avons, oui, besoin d’une Union économique et monétaire, d’une zone euro, plus intégrée et plus forte qu’elle ne l’est aujourd’hui, expliquera-t-il dans une « contribution » écrite à la préparation du Conseil européen de la fin du mois et dira-t-il aussi mercredi en Italie, mais nous ne devons pas là nous payer de mots, ajoutera-t-il en substance.

Son « oui » sera un « oui, si… » car le président de la République voit deux dangers dans la proposition allemande. Il ne veut ni qu’elle puisse servir à repousser les mesures de relance économique européenne au nom d’objectifs à plus long terme ni qu’elle ouvre la voie à d’interminables chantiers de réformes institutionnelles susceptibles de ranimer les conflits idéologiques dont le projet européen a toujours été porteur....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'OCDE défend les Eurobonds

L'OCDE défend les Eurobonds | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'organisation internationale apporte son soutien au président français dans la bataille franco-allemande, à la veille du dîner des chefs d'État européens, à Bruxelles.

 

Dans son bras de fer avec Angela Merkel sur les eurobonds, François Hollande a reçu mardi matin le soutien explicite de l'OCDE. «Il faut tout mettre sur la table: des obligations conjointement garanties pour recapitaliser les banques, pour financer des projets ou des émissions régulières d'euro-obligations», a défendu Pier Carlo Padoan, le chef économiste de l'organisation internationale, à l'occasion des nouvelles prévisions économiques.

Car il y urgence à sauver la zone euro, seule zone économique en récession en 2012, et principal risque pesant sur la conjoncture mondiale. «Il faut une puissance de feu étonnante», a insisté le chef économiste de l'OCDE, plaidant, une nouvelle fois, pour un renforcement des mécanismes européens de stabilité, FESF et MES.

L'OCDE appelle également la BCE à baisser ses taux et à acheter massivement des titres de dette souveraine sur les marchés secondaires, comme le font depuis le début de la crise la Fed, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Dégradation par S&P : Berlin inquiet du décrochage de la France

Dégradation par S&P : Berlin inquiet du décrochage de la France | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
(de notre correspondant à Berlin) La presse et les économistes tirent sur l'"attentisme" de François Hollande. Angela Merkel, elle, estattentive à ne pas froisser son partenaire à quatre jours d’un sommet européen sur l’emploi organisé mardi à Paris.

 

 

L’Allemagne n’a pas attendu la décision de dégradation de la note de la France par Standard & Poor's pour s’inquiéter pour son premier partenaire économique et commercial. Témoin, quelques heures avant la dégradation de la notation de la France par l’agence de notation financière, la «Süddeutsche Zeitung» comparait l’action de François Hollande aux dernières années de Helmut Kohl.

«Comme l’ancien chancelier, le président français cultive la politique de l’attentisme. Mais alors que Kohl a été gagné par cette lassitude plutôt à la fin de son mandat, Hollande a l’air paralysé 18 mois après son triomphe électoral», jugeait vendredi matin le quotidien de centre-gauche dans un éditorial intitulé «Celui qui a échoué». Vendredi, la «Frankfurter Allgemeine Zeitung» partageait la même réserve sur le Président après la décision de S&P. «Au lieu de montrer le chemin, il ne scelle que des compromis boiteux», écrivait son rédacteur en chef Günther Nonnenmacher dans un éditorial en ligne titré «Sans direction» . Autant dire que l’impopularité de François Hollande ne s’arrête pas aux frontières françaises...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ALLEMAGNE • La thérapie du couple franco-allemand

ALLEMAGNE • La thérapie du couple franco-allemand | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après une période tendue, le couple franco-allemand s'est réconcilié à Paris. Le président français a plus que jamais besoin des "câlins" d'Angela Merkel, note la presse allemande.

 

La "tension amicale", expression naguère utilisée par François Hollande pour décrire sa relation à Angela Merkel, s’est transformée en tension hostile. La réplique du président français face aux demandes de Bruxelles : "La Commission européenne n'a pas à dicter ce que nous devons faire", a été suivie d’une critique sévère de la coalition allemande. De son côté, le député chrétien-démocrate Michael Meiste a déclaré à la Frankfurter Allgemeine Zeitung : "La Commission européenne est critiquée par Hollande alors qu’elle a traité la France avec générosité au regard du déficit budgétaire." 

Ulrich Schäfer, chroniqueur à la Suddeutsche Zeitung et pourtant très critique à l'égard de la politique d'austérité promue par Bruxelles, souligne aussi les contradictions de Hollande : "Par ses remarques, le président contredit ses propres exigences sur une gouvernance économique. S'il prend sa proposition au sérieux, il devrait supporter les conseils de Bruxelles." 
Mais, pour le quotidien économique Handelsblatt, la rencontre entre Merkel et Hollande [le 30 mai, à Paris, pour évoquer un plan européen de lutte contre le chômage des jeunes (sorte de New Deal)] est une "thérapie de couple". Après de longues disputes, la France et l’Allemagne se rapprochent à nouveau. "Ce n'est encore que le tout début d'un projet entre Paris et Berlin, mais c'est au moins un changement notable en comparaison des sommets passés, où les partenaires divisés s'opposaient au lieu de s’unifier", commente Thomas Hanke, correspondant du journal en France...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ITALIE • Un axe franco-italien pour contrer l'Allemagne ?

ITALIE • Un axe franco-italien pour contrer l'Allemagne ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour la presse italienne, la rencontre mercredi 1er mai entre le nouveau président du Conseil Enrico Letta et François Hollande relance le projet d'un axe franco-italien fort en Europe. En ligne de mire : l'Allemagne.

 

"L'axe franco-italien est de retour", affirme La Repubblica au lendemain de la conférence de presse conjointe à l'Elysée entre le président du Conseil italien Enrico Letta et le président français François Hollande.

Le but de cet axe Rome-Paris : rien de moins que sauver l'Europe et trouver des solutions pour sortir de la récession, sans mettre en péril une démocratie menacée par les mouvements populistes. Mais en filigrane de cette rencontre, il faut surtout lire une critique du leadership allemand en Europe. "[François Hollande et Enrico Letta] ne peuvent pas le dire clairement mais les ennemis désignés sont Angela Merkel et son axe du Nord formé avec les Premiers ministres finlandais Jyrki Katainen et hollandais Mark Rutte", écrit La Repubblica. Pour schématiser, l'axe franco-italien veut en finir avec le diktat de la rigueur tandis que l'axe du nord défend le principe de l'austérité pour revenir à l'équilibre budgétaire.

Plus concrètement, les objectifs de l'axe franco-italien que pourraient prochainement rejoindre la Belgique et l'Espagne sont notamment de créer une union bancaire utile à la stabilité financière, mettre en œuvre le pacte pour la croissance de 120 milliards d'euros (approuvé il y a un an mais resté lettre morte) et de renforcer la coordination des politiques économiques.

Au-delà des volontés affichées, la visite d'Enrico Letta en France a une forte portée symbolique. "Après des mois angoissants de vide politique en Italie, la France de François Hollande a donné l'impression de retrouver avec soulagement un allié important, et peut-être décisif, dans l'affrontement avec l'Allemagne d'Angela Merkel", écrit le correspondant Stefano Montefiori dans Il Corriere della Sera.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La France, l'Allemagne et la contradiction française / France Inter

La France, l'Allemagne et la contradiction française    / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La spectaculaire réussite de ce traité de l’Elysée est que sa signature n’a pas seulement permis à l’Allemagne et la France de définitivement enterrer un passé de guerres communes dont le souvenir était encore si vif en 1963.

  Moins de vingt ans après la fin de l’occupation, les ennemis d’hier ont su nouer aussi un dialogue permanent qui, quelles que soient leurs très nombreuses divergences, n’a jamais été rompu, n’a jamais cessé de se développer et sans lequel l’unification européenne n’aurait jamais progressé à un tel rythme. La création du Parlement, la monnaie unique, le front commun – trop tardif et tout ce qu’on veut – mais le front commun opposé aux séismes du krach de Wall Street et de la crise des dettes publiques, c’est le couple franco-allemand comme l’avaient également été, en politique étrangère, l’opposition aux missiles soviétiques de moyenne portée et à l’aventure irakienne de Georges Bush.

C’est ce traité, ce sont la France et l’Allemagne qui ont substitué un processus d’unification continentale, toujours en cours, à des siècles de guerre qui avaient si longtemps ravagée l’Europe. La nouvelle donne qu’il a créée demeure indispensable à l’Union qui sans elle se déferait vite, mais les échecs de ce traité n’en sont pas moins patents.

La France et l’Allemagne ont, en un mot, échoué à préfigurer à deux ce que devrait être l’Europe. Leurs syndicats, leurs partis, leurs associations professionnelles et culturelles auraient du se faire l’avant-garde d’une unification politique et sociale de l’Europe. Leurs jeunes générations ne communiquent pas dans leur langue mais en anglais. Airbus, même Airbus, ne peut pas faire oublier qu’il n’y a pas de politique industrielle franco-allemande et que l’Europe n’en a donc pas. Quant au rapprochement des politiques étrangères et à l’harmonisation sociale et fiscale, nul besoin – hélas ! – de dire ce qu’il en est...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

FRANCE • Le modèle allemand, d'accord, mais à petite dose et en sourdine

FRANCE • Le modèle allemand, d'accord, mais à petite dose et en sourdine | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après la conférence de presse du président Hollande le 13 novembre et la première visite officielle du premier ministre Jean-Marc Ayrault à Berlin les 15 et 16 novembre, qu'en est-il de la convergence franco-allemande ?

 

Quatre cents journalistes du monde entier réunis à l’Elysée pour interroger François Hollande et, en deux heures et demie de conférence de presse, une seule question sur les relations franco-allemandes… Quel tournant ! Les deux dernières années de la présidence Sarkozy ont été dominées par la question des relations entre la France et l’Allemagne.

Les deux pays se présentaient comme un duo. Aux yeux des Français, des Allemands et du reste du monde, ils formaient une équipe. “Merkozy” dirigeait l’Europe – en ne faisant pas toujours le bonheur des autres Etats de l’Union. Puis Hollande a placé à la tête de son gouvernement Jean-Marc Ayrault, un homme qui devrait être une aubaine pour les rapports entre les deux pays, mais qui suscite plutôt de nouveaux malentendus outre-Rhin. Il connaît l’Allemagne par cœur. Mais cela ne veut pas dire qu’il soit adepte du “modèle allemand”.

Bien au contraire. Jean-Marc Ayrault est un Français affirmé et un Européen convaincu, qui connaît si bien l’Allemagne qu’il en perçoit dans le détail les atouts et les faiblesses. Dans sa fonction de Premier ministre, il sait parfaitement quelle dose d’Allemagne administrer à ses concitoyens. A son grand dam, Nicolas Sarkozy en a prescrit une surdose. M. Ayrault sait surtout, quant à lui, que la politique fonctionne complètement différemment des deux côtés du Rhin...

 

n Allemagne, on sous-estime souvent la difficulté qu’il y a à faire accepter des réformes aux Français. Néanmoins, Hollande et Ayrault veulent moderniser leur pays. Ils veulent même libéraliser le marché du travail et alléger les charges des entreprises – en principe, selon le modèle allemand. Ils ont créé une banque d’investissement qui ressemble fort à la Kreditanstalt für Wiederaufbau [KfW, établissement de crédit public qui finance des missions d’intérêt général], ils tiennent au système de formation en alternance et ils sont adeptes du partenariat social à l’allemande. Mais si les deux socialistes français venaient à le reconnaître ouvertement, ils signeraient leur arrêt de mort politique.

Certains éléments de la gauche, y compris au sein du Parti socialiste, n’ont guère d’affinités avec l’Allemagne, et ils sont têtus. Beaucoup rejettent l’économie de marché. Aussi le tandem Hollande-Ayrault s’emploie-t-il à faire passer ses objectifs pour ainsi dire sans que les Français s’en rendent compte, ou du moins, sans faire trop de vagues.

Et sous des airs d’inconstance, ils avancent réellement, comme le montre la récente baisse de 20 milliards d’euros du coût du travail – qui a même surpris, et enchanté, le Medef (sans que celui-ci en fasse étalage, bien entendu)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Si la France s’effondre, l’Europe aussi»

Josef Joffe, spécialiste allemand des relations internationales, pointe les faiblesses de l’Hexagone.

Josef Joffe est spécialiste des relations internationales. Membre du comité éditorial de l’hebdomadaire allemand Die Zeit, il a également été chercheur à la Hoover Institution et à l’International Institute for Strategic Studies. Auteur de plusieurs ouvrages de stratégie transatlantique, il est membre du conseil d’administration de l’American Institute for Contemporary German Studies.

 

   Quelle est l’image de la France aujourd’hui en Allemagne ?

   C’est une image empreinte d’inquiétude. Il est désormais entré dans toutes les têtes que la Grèce est un pays assisté, qui devra pendant des années encore être soutenu par les autres, notamment par l’Allemagne. Mais maintenant, c’est la «Douce France» - un pays que même l’Allemagne ne pourrait pas sauver - qui figure au premier plan des préoccupations. On peut dire que l’époque de De Gaulle et Adenauer, Schmidt et Giscard d’Estaing, Kohl et Mitterrand est révolue. Après la réunification et l’effondrement de l’«empire totalitaire», comme de Gaulle avait appelé l’URSS, la dépendance stratégique de l’Allemagne vis-à-vis de la France a disparu. De ce fait, le lien étroit entre les deux pays s’est distendu.

 

   Et au sein du gouvernement allemand ?

   On a l’impression qu’il n’y a plus vraiment d’ami de la France au sein du cabinet, même si le ministère des Affaires étrangères est francophile, comme toujours. Mme Merkel n’a pas de lien particulier avec la France (pas plus d’ailleurs qu’avec la Grande-Bretagne), mais ce n’était pas non plus l’amour qui caractérisait les relations germano-françaises du temps d’Adenauer ou de ses successeurs, mais bien plutôt la raison d’Etat et les intérêts. Ceux-ci sont passés du domaine stratégique au domaine économico-financier, et là, les faiblesses de la France sont particulièrement claires. Aujourd’hui, le principal partenaire de Merkel est Mario Draghi, le chef de la BCE...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La zone euro a-t-elle fait ses devoirs de vacances ?

La zone euro a-t-elle fait ses devoirs de vacances ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
ZONE EURO - Pour l'Europe aussi, c'est la rentrée! Les principaux dirigeants européens sont de retour pour attaquer une nouvelle année scolaire sous de meilleurs auspices. Au programme?

 

La crise grecque encore et toujours, bien sûr, mais aussi la croissance, l'Union bancaire ou encore une réflexion sur un rôle élargi accordé à la BCE. Mieux vaut donc ne pas trop traîner si les dirigeants ne veulent pas faire d'impasse au moment des examens... D'autant que l'examinateur, le marché financier, note sévère depuis quelques années.Durant cet été, peu de choses ont filtré sur d'éventuelles réunions informelles, hormis quelques rumeurs lancées par le Spiegel et immédiatement démenties au sujet d'une possible intervention directe de la BCE sur les taux.

Jörg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), s'était également distingué le 20 août, estimant qu'une sortie de la Grèce de la zone euro serait "gérable", mais "très coûteuse". Pour le reste, impossible de savoir si les dirigeants européens ont fait leurs devoirs de vacances et préparé leur rentrée. Mais on va bientôt le savoir. Très bientôt. Car d'importantes échéances approchent.

Panorama du calendrier européen de ces prochaines semaines à voir à partir de ce lien....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Eurobonds : "nein" c'est "nein"

Eurobonds : "nein" c'est "nein" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
EUROPE - Cette fois-ci, c'est "Nein!" Alors que l'Allemagne n'avait jamais clairement exclu la possibilité d'émettre des eurobonds dans un futur plus ou moins éloigné, la chancelière Angela Merkel a franchi un cap ce mercredi 26 juin en marquant son hostilité résolue à tous les instruments de mutualisation des dettes européennes. Un discours destiné aussi bien à sa majorité au Bundestag, farouchement anti-euro-obligations, qu'à ses partenaires européens, dont François Hollande, qui a longtemps défendu ce dispositif pour mettre fin à la crise de la dette....

 

"Il ne fait pour moi aucun doute qu'il y a un besoin de moyens supplémentaires de solidarité (entre les pays européens), mais les euro-obligations sont le mauvais chemin", a-t-elle déclaré dans un discours prononcé devant le Parlement allemand. Selon elle, tous les instruments de mutualisation de la dette aujourd'hui en discussion, qu'il s'agisse d'euro-obligations, d'"euro-bills" ou de fonds d'amortissement sont "économiquement mauvais" et "contreproductifs", en plus d'être "incompatibles avec la constitution allemande".

En affichant aussi ouvertement son opposition aux eurobonds, la chancelière ne fait que confirmer tout haut ce qu'elle disait jusqu'ici tout bas à ses amis politiques. Mardi soir, lors d'une réunion des députés de son petit allié libéral (FDP) elle aurait lancé: "pas de mon vivant" à propos du lancement de ces obligations européennes. Boutade ou pas, le message était le même: montrer ses muscles et afficher sa détermination à imposer la partition allemande dans le concert européen....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En deux jours vont se jouer les années à venir.

C’est l’événement le plus décisif depuis l’élection présidentielle française.Derrière les décisions technos du sommet européen de jeudi et vendredi prochains se cachent les futurs choix d’investissements du gouvernement français, la possibilité de financer – ou non – de nouveaux réseaux électriques, numériques, de transport, de distribution d’eau en Europe, ou encore le fonctionnement des banques sur le continent.

Voir le document

(Fichier PDF)

Bref, si François Hollande termine la réunion la hotte vide, il risque de passer un mauvais quinquennat. Pieds et poings liés qu’il sera aux exigences de rigueur, sous l’œil scrutateur – et accusateur – de la Commission européenne.

Complexe, âpre, ennuyeux, le pacte budgétaire européen ? J’ai passé le week-end à essayer de comprendre. Je vous livrons le résultats de mes questionnements.

1

Que prévoit le pacte de stabilité budgétaire ?

2

Que proposait Hollande candidat ?

3

Où sont passés les eurobonds ?

4

Quelle union bancaire peut-on attendre ?

5

Quelles mesurettes Merkel est-elle prête à concéder ?

6

Le pacte peut-il être renégocié ?

 

 

Réponse en cliquant sur cette page.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise de l'euro : le torchon brûle entre Paris et Berlin

Crise de l'euro : le torchon brûle entre Paris et Berlin | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
"La médiocrité ne doit pas devenir l'étalon" de l'Europe selon Angela Merkel. Une critique à peine voilée de François Hollande.

 

Le ton monte entre François Hollande et Angela Merkel. Le socialiste et la conservatrice vont pourtant être contraints de s'entendre pour résoudre la crise de la zone l'euro après les législatives de dimanche en France et en Grèce.

La chancelière allemande, attaquée en France pour sa défense à tous crins de la rigueur, a vivement réagi ce vendredi 15 juin. Elle déplore le "manque de confiance entre les acteurs" de la zone euro et en met en garde ses partenaires contre la "médiocrité". "Il y a un faux débat qui est apparu, opposant la croissance et la rigueur budgétaire. C'est n'importe quoi", a-t-elle tempêté, dans une allusion évidente à François Hollande.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La crise s'aggrave, l'Europe se déchire

Alors que les taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie s'envolent, la France et l'Allemagne s'opposent sur la sortie de crise. Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg s'en prennent ouvertement à Angela Merkel.

 

À trois jours d'élections à haut risque en Grèce, les marchés sont fébriles, les taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie s'envolent, mais l'Europe est aux abonnés absents, paralysée par une opposition frontale entre Paris et Berlin.

Jeudi, les rendements des obligations espagnoles à 10 ans ont atteint 7%, un niveau historique. Sceptiques à l'égard du plan de sauvetage des banques, qui fait jouer au gouvernement espagnol le rôle d'ultime garant du prêt de secours de 100 milliards d'euros, les marchés parient sur un sauvetage d'État qui serait très onéreux pour l'Europe. Par effet de contagion, l'Italie, troisième économie de la zone euro, a vu ses taux d'emprunt grimper à plus de 6 %, un record sur six mois. Dans la tourmente, l'Espagne entraîne aussi l'Italie, troisième économie de la zone euro, qui voit ses taux d'emprunt grimper à plus de 6%, un record sur six mois.

Face à cette situation, l'Europe n'a pas de réponse commune rassurante pour les marchés. Et pour cause: la France et l'Allemagne ne sont plus du tout sur la même longueur d'onde....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE • L'Allemagne mène l'Europe à la ruine

UNION EUROPÉENNE • L'Allemagne mène l'Europe à la ruine | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'ancien ministre des Affaires étrangères allemand Joschka Fischer n'a pas de mots assez durs à l'encontre de la politique d'austérité imposée par Angela Merkel.

 

Paris et Berlin ont la responsabilité de sauver l'Union européenne tant qu'il en est encore temps.

 

La situation de l’Europe est grave, très grave. Qui aurait pu penser que le premier ministre britannique David Cameron appelle les gouvernements de la zone euro à trouver le courage de fonder une union budgétaire (avec un budget commun et une dette publique garantie conjointement)? Cameron a également affirmé que seule une intégration politique plus poussée serait en mesure d’empêcher une disparition de l’euro. Un premier ministre britannique conservateur ! La maison européenne est en flammes et Downing Street réclame une réponse résolue et rationnelle des sapeurs-pompiers.

Malheureusement, la brigade des sapeurs-pompiers est dirigée par l’Allemagne, avec à sa tête la chancelière Angela Merkel. L’Europe continue donc à tenter d’éteindre l’incendie avec de l’essence – l’austérité imposée par l’Allemagne – avec pour conséquence d’avoir transformé, en à peine trois ans, la crise financière de la zone euro en une crise existentielle européenne. Ne nous faisons pas d’illusions: si l’euro venait à disparaître, l’Union européenne (la plus grande économie mondiale) disparaîtrait également, entraînant une crise économique mondiale d’une ampleur inédite pour la plupart des personnes vivant aujourd’hui. L’Europe est au bord du gouffre et ne manquera pas d’y tomber à moins que l’Allemagne – et la France – ne change de direction.

Les récentes élections en France et en Grèce, les élections municipales en Italie et la poursuite des manifestations en Espagne et en Irlande montrent que l’opinion publique ne croit plus aux strictes mesures d’austérité voulues par l’Allemagne....

more...
No comment yet.