Union Européenne,...
Follow
Find tag "Russie-UE"
6.5K views | +1 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EUROPE • La Moldavie, Etat schizophrène

EUROPE • La Moldavie, Etat schizophrène | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dès le 28 avril, les Moldaves circuleront sans visa dans l’Union européenne. La signature d’un accord d’association avec l’UE est prévue pour juin. L’écrivain Vitalie Ciobanu se demande si cela suffira à contrebalancer la propagande russe.
“Le fouet royal est plus rude que le bâton de l’ancien tsar !” C’est la phrase que j’ai retenue d’un film de mon enfance, si marquée par la propagande soviétique. La réplique sortait de la bouche d’un officier roumain, lancée de manière méprisante à un prisonnier bolchevique d’un village de Bugeac [région située jadis entre la Moldavie et la mer Noire, elle est aujourd’hui partie intégrante de l’Ukraine] où, en 1924, les Soviétiques avaient orchestré un “soulèvement spontané” des paysans contre l’odieux régime “bourgeois latifundiaire” roumain. Le film avait été tourné en russe, puis traduit en “moldave”, pour que la population de la Moldavie soviétique interprète l’histoire comme il convenait. Si j’évoque ce simulacre cinématographique, peuplé d’acteurs russes et moldaves, c’est parce que j’éprouve une sensation de déjà-vu. Moscou applique dans les régions de l’est de l’Ukraine, comme elle l’a fait en Crimée, les méthodes déjà employées dans l’entre-deux-guerres pour tenter de déstabiliser la Roumanie, organisant toutes sortes d’émeutes par le biais d’agents déguisés qui ont pour mission de soulever la population locale contre les autorités légitimes, pour invoquer par la suite le prétexte de l’envoi de troupes “libératrices”. Heureusement, il n’y a pas que de mauvaises nouvelles. A partir du 28 avril 2014, les Moldaves détenteurs de passeports biométriques pourront voyager sans visa dans les pays de l’Union européenne. L’actuel gouvernement proeuropéen de Chisinau se présentera aux élections parlementaires de novembre en ayant ainsi respecté une grande promesse. En juin, ce palmarès sera complété par la signature de l’accord d’association et de celui de libre-échange. Avec le temps, les bénéfices de ce spectaculaire changement de statut international seront perceptibles, mais les Moldaves ne sont pas habitués à considérer l’histoire à long terme, ils sont toujours esclaves de la conjoncture. Si la coalition proeuropéenne n’avait pas pu se rétablir en 2013 aux commandes du pays par l’investiture du gouvernement de Iurie Leanca, on serait aujourd’hui dans une situation… inénarrable. Les élections anticipées auraient porté au pouvoir le Parti communiste, la Moldavie n’aurait rien signé au sommet du Partenariat oriental de Vilnius [en novembre 2013], et la Russie aurait disposé à Chisinau d’un allié précieux qui l’aurait aidée à légitimer sa politique en Ukraine....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise ukrainienne: et si l'Union en profitait pour relancer l'Europe de l'énergie? | Slate

Crise ukrainienne: et si l'Union en profitait pour relancer l'Europe de l'énergie? | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'attitude de Moscou à l’égard de Kiev, et sa façon d'utiliser le gaz comme moyen de pression sur le pouvoir politique ukrainien en décidant de revenir sur les baisses de tarifs consenties fin 2013, devrait inciter l’Union européenne à réévaluer sa politique énergétique.

L'attitude de Moscou à l’égard de Kiev, et sa façon d'utiliser le gaz comme moyen de pression sur le pouvoir politique ukrainien en décidant de revenir sur les baisses de tarifs consenties fin 2013, devrait inciter l’Union européenne à réévaluer sa politique énergétique. Et, plus précisément, à la reconstruire si l'on suit le constat d’échec dressé en janvier 2014 par Jean Pisani Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective.

Dans le rapport «La crise du système électrique européen; diagnostic et solutions», il relève que, malgré la volonté de créer un marché de l’électricité intégré et libéralisé, «ni la sécurité d’approvisionnement, ni la préservation de la compétitivité européenne, ni enfin la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre par l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables ne sont assurées». Explosif, surtout au moment où les relations commerciales entre l’Union européenne et  la Russie se durcissent sur fond de crise ukrainienne, et où des sanctions sont maintenant prises.

 

Le gaz, dans le paysage énergétique et la production d’électricité, tient une place particulière. L’Union européenne importe environ la moitié de sa consommation. Le gaz russe arrive en tête, mais ses parts de marché ont eu tendance à se contracter au cours de la dernière décennie, estime l’institut Eurostat: de 42% en 2002, il ne représentait plus que 32% des achats de gaz de l’Union hors de ses frontières.

 

Notons au passage qu'assurant 27% des importations de charbon et 34% de pétrole brut, la Russie s’impose comme le premier pourvoyeur extérieur d’énergie de l’Union européenne –ce qui pèse forcément très lourd dans les relations diplomatiques. 

 

Cette dépendance est toutefois très variable selon les membres de l’Union. S’agissant du gaz, alors que la France ne se fournit auprès de la Russie que pour 15% de ses importations, cette proportion est plus du double pour l’Allemagne, quadruple pour l’Autriche, sextuple pour la Pologne et encore plus pour les Pays Baltes.

Dans ces conditions, au nom de la sécurité d’approvisionnement, une question mérite d’être posée: la Russie est-elle un partenaire fiable? Le Sénat français s'interrogeait déjà dans un rapport en 2007, au lendemain de la crise russo-ukrainienne de 2006. Aujourd’hui, l'interrogation est toujours d’actualité.

Certes, avec la construction de nouveaux gazoducs, les approvisionnements européens de gaz russe sont moins tributaires des relations entre la Russie et l’Ukraine par où ne transitent plus que 40% des exportations de gaz russe. Mais, au-delà même du dossier ukrainien, on voit bien les risques encourus par l’Union dans l’hypothèse où Moscou utiliserait la fermeture des robinets comme mesure de rétorsion dans le cadre d’un bras de fer diplomatique.  L’Europe, d’ailleurs, a déjà réagi: la diversification des sources d’approvisionnement depuis le début du XXIe siècle a pour objectif de repousser ce risque en réduisant la dépendance au même fournisseur....

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le sauvetage de Chypre remet en lumière l'affaire Magnitski | Slate

Le sauvetage de Chypre remet en lumière l'affaire Magnitski | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Aucun pays au monde n’a accueilli le plan de sauvetage de l’économie chypriote par l’Union européenne, rejeté quelques jours après son annonce par un vote du Parlement, avec plus d’hostilité que la Russie.

 

l faut dire que le plan, qui prévoyait une taxe importante sur les dépôts bancaires du pays en échange d’un prêt de 10 milliards d’euros de la zone euro et du FMI, menaçait directement les intérêts économiques de nombreux ressortissants et entreprises russes. Chypre est en effet devenu au cours des dernières décennies une véritable «machine à laver l’argent des criminels russes» grâce notamment aux accords fiscauxqui lient les deux pays. A Chypre, les entreprises écran peuvent rester anonymes, les banques sont discrètes et les impôts sont faibles.

Un rapport secret de l’équivalent allemand de la CIA (le Bundesnachrichtendienst, BND), divulgué en novembre 2012, décrivait le type d’opérations complexes par lesquelles des capitaux illicites russes étaient transférés vers Chypre. Résultat: les Russes détiennent entre 24 et 26 milliards d’euros dans les coffres des banques chypriotes, selon les différentes estimations, une somme bien supérieure au PIB annuel du petit pays méditerranéen.

 

Une affaire en particulier illustre la fuite d’argent sale russe vers Chypre: l’affaire Sergueï Magnitski. Cet avocat russe qui travaillait pour le fonds d’investissement britannique Hermitage Capital Management avait découvert une énorme escroquerie fiscale de 175 millions d’euros, orchestrée par des policiers et des agents des impôts. Accusé à son tour d’évasion fiscale à la suite de ses découvertes, il est mort en prison en 2009 après un an de détention préventive.

Alors que l’affaire a entraîné des sanctions américaines à l’encontre des fonctionnaires russes impliqués, William Browder, le fondateur et PDG du fonds d’investissement, ne cesse depuis d’enquêter sur la mort de Magnitski, mais aussi sur ce qui est advenu de l’argent dont il avait dénoncé le vol. Et il est arrivé à la conclusion que 23 millions d’euros de cette somme ont atterri dans les banques chypriotes....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre: l'aide européenne dans la poche des oligarques russes ?

Chypre: l'aide européenne dans la poche des oligarques russes ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le gouvernement de Chypre négocie un plan d'aide à ses banques pour 10 milliards d'euros avec le FMI et l'UE qui ne veut pas laisser l'île s'enfoncer dans la faillite.

Pourtant, le risque existe de voir les fonds européens utilisés par des établissements financiers qui servent à blanchir de l'argent russe, selon des révélations du Spiegel.

 

Vendredi dernier, le soleil brillait sur ce paradis pour Russes, le ciel était d’un bleu éclatant, les palmiers de la promenade du bord de mer se balançaient sous la brise légère et le thermomètre indiquait 29 degrés dès le matin. Ceux qui avaient fui la météo automnale de Moscou, froide et humide, avaient de quoi se sentir bien à Limassol. Il fait bon vivre sur la côte Sud de Chypre quand on est Russe.

Dans le parc de la ville se dresse un buste en bronze d’Alexandre Pouchkine, le prince des poètes, on trouve aussi à Limassol une radio russe, des journaux russes, une église orthodoxe russe, des écoles privées dont les diplômes observent les prescriptions du ministère de l’Education russe, et des panneaux en cyrillique. Le maire de Limassol lui-même parle couramment le russe – il a étudié à Moscou sous le régime soviétique.

Mais les Russes de Limassol sont inquiets. Leur pays d'adoption est menacé, il se trouve même au bord de la faillite. L’économie chypriote est étroitement liée à l’économie grecque. La récession qui sévit en Grèce a enrayé la conjoncture de l’île. D’autant que les banques chypriotes avaient acheté pour plusieurs milliards d’obligations grecques qui ne valent aujourd’hui quasiment plus rien. Les établissements de crédit ont d’ores et déjà été contraints de faire une croix sur une bonne partie de leurs placements, aggravant ainsi leur situation financière.

A titre préventif, le gouvernement du président Dimitris Christofias, à Nicosie, avait déposé dès l’été une demande d’aide au titre du fonds de sauvetage de l’euro. Plus tôt, l’Etat russe était venu à la rescousse de l’île à laquelle il avait prêté 2,5 milliards d’euros. Aujourd’hui, cet argent a été dépensé et le président russe Vladimir Poutine renâcle à verser cinq milliards supplémentaires....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Massacre de Katyn : la Cour européenne des droits de l'Homme condamne la Russie

Massacre de Katyn : la Cour européenne des droits de l'Homme condamne la Russie | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Soixante-douze ans après le massacre de Katyn, au cours duquel 22 000 officiers polonais avaient été exécutés par l'armée soviétique, la CEDH a condamné la Russie pour non-respect des droits de leurs descendants.

 

La juridiction du Conseil de l’Europe, saisie par quinze citoyens polonais, estime que la Russie a infligé un traitement inhumain » à dix d’entre eux, qui étaient de très proches parents des victimes, que la Russie n’a jamais informés du destin de leur père ou époux.

Ils ont subi un double traumatisme : ils ont perdu leurs proches pendant la guerre et, pendant plus de 50 ans, n’ont pu découvrir la vérité sur ces décès parce que les autorités communistes soviétiques et polonaises avaient déformé les faits historiques », affirme la Cour.

Le gouvernement polonais s’est félicité de la décision des juges de Strasbourg.

« Le fait que le massacre de Katyn soit désormais reconnu comme un crime de guerre dans la jurisprudence internationale est un fait important », a estimé à Varsovie Marcin Bosacki, porte-parole du ministère des Affaires étrangères...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre: L'île aux Russes

Chypre: L'île aux Russes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Des dizaines de milliers de Russes ont élu domicile à Chypre. Leur présence soulève des questions quant aux relations diplomatiques et financières de Nicosie avec Moscou.

Par Luke Harding, de The Guardian.

 

Poussé par une violente tempête, un mystérieux cargo russe a été forcé de se réfugier dans le port chypriote de Limassol, ce mois-ci.

A bord se trouvaient quatre containers remplis de 60 tonnes de munitions pour Kalachnikov et lance-missile. La cargaison provenait de l'agence russe d'exportation d'armes, Rosoboronexport, et était destinée au gouvernement syrien.

Membre de l'Union européenne depuis 2004, Chypre aurait dû saisir la cargaison du MS Chariot. Cette livraison constituait clairement une violation de l'embargo européen sur les armes mis en place contre le régime syrien engagé depuis plusieurs mois dans une vague de répression violente contre ses propres citoyens.

Au lieu de cela, les autorités chypriotes ont laissé le bateau repartir après que le capitaine se fut vaguement engagé à changer d'itinéraire. Le navire fit le plein de carburant et repartit droit sur le port syrien de Tartous où il livra son équivoque chargement...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Sanctions contre la Syrie : l'UE va tenter de convaincre la Russie - LeMonde.fr

Sanctions contre la Syrie : l'UE va tenter de convaincre la Russie - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Moscou bloque depuis des semaines une résolution au Conseil de sécurité condamnant la répression sanglante orchestrée depuis mars par Damas.

 

Convaincre la Russie de s'associer aux sanctions contre le régime au pouvoir en Syrie : c'est ce que va tenter l'Union européenne lors du sommet avec le président Medvedev jeudi et vendredi à Bruxelles, a assuré mardi 13 décembre la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. Les Etats-Unis ont également pressé la Russie d'agir en l'incitant à se joindre à une action du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en Syrie.

Un double veto russo-chinois le 4 octobre avait en effet torpillé un projet de résolution condamnant la Syrie. Depuis la Russie, un allié clé de Damas, a fait savoir que sa position n'avait pas changé, bloquant depuis des semaines une résolution au Conseil de sécurité condamnant la répression sanglante orchestrée depuis mars par la Syrie....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Russie-UE : quelles dépendances économiques ?

Russie-UE : quelles dépendances économiques ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Carte interactive. Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, l'UE peine à s'entendre sur des sanctions économiques. Etat des lieux des dépendances économiques.

 

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, les vingt-huit pays de l'UE peinent à s'entendre sur des sanctions économiques contre Moscou.
Chaque Etat membre a ses raisons de craindre les conséquences de telles sanctions pour son économie. La Russie est le troisième partenaire commercial de l'UE, derrière les Etats-Unis et la Chine. Elle représente environ 12 % des importations des Vingt-Huit (principalement de produits énergétiques – pétrole et gaz) et 7 % des exportations (essentiellement de produits manufacturés – automobile et chimie).

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre : La terreur du "bank run"

Chypre : La terreur du "bank run" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
CHYPRE - Jeudi 28 mars la petite île méditerranéenne va se réveiller dans l'inconnu à 10 heures du matin. Et sûrement bien plus tôt pour ses habitants s'ils veulent avoir une bonne place dans la file d'attente...

En effet, après une fermeture des banques de 12 jours, quel comportement vont adopter les chypriotes quand les guichets rouvriront, à 10 heures tapantes (heure locale)? Vont-ils se précipiter pour retirer tout leur argent, au risque de faire "crasher" les établissements financiers ?

Nicosie semble prêt à jouer le tout pour le tout, le bien-nommé gouverneur de la Banque centrale, Panicos Demetriades, assurant qu'un "effort surhumain" était engagé pour mettre fin à la paralysie...

 

 

Andorre, Suisse, Lettonie, Allemagne... Venus de tous les horizons, des représentants des banques européennes se bousculent depuis une semaine à Chypre pour séduire les clients qui s'apprêtent à quitter l'île. Moscou a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait étudier les conséquences pour ses intérêts. De nombreux e-mails auraient été envoyés à des entrepreneurs et fonds d'investissement chypriotes par des banques allemandes, maltaises ou luxembourgeoises, leur proposant une ouverture de compte "en moins d'une heure", indique Le Monde. Le quotidien explique également qu'une équipe spéciale de la Deutsche Bank a été envoyée à Nicosie. Elle serait notamment là pour démarcher les clients russes, dont les fonds à Chypre sont estimés à 31 milliards de dollars....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Géopolitique : Et si la Roumanie devenait le grenier de l'Europe ?

Géopolitique  : Et si la Roumanie devenait le grenier de l'Europe ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans un contexte de crise mondiale, la bataille pour les ressources va encore s’accroitre en 2013. Alors que l’UE se tourne vers la Russie pour ses besoins énergetiques, l’un des ses pays membres pourrait l’approvisionner en produits agricoles.

 

Ce ne sera pas une année facile. Le contexte est celui d'une crise mondiale qui a creusé encore davantage les fossés traditionnels Nord-Sud et Est-Ouest, et qui a révélé l'absence de solutions alternatives globales. Les seules qui ont fonctionné tant bien que mal (ou du moins ont apporté un espoir d'amélioration) sont les solutions à l'échelle régionale, ou dans le cadre d'alliances traditionnelles qui tentent de sauver leur maigre pouvoir, le meilleur exemple en étant l'Union européenne et son effort de survie centré sur les pays de la zone euro.

Les Européens vivent leur plus grand dilemme existentiel, qui, d'une manière ou d'une autre, trouvera un début de résolution durant cette année 2013. L'UE est dépendante des ressources russes à hauteur d'environ 60%, pourcentage qui pourrait croître considérablement en cas de conflit bloquant temporairement l'accès aux ressources du Moyen-Orient. Elle est également dépendante des importations de céréales et de viande d'Amérique du Sud, fournisseur stratégique et encore peu coûteux, mais qui peut changer de comportement maintenant que le Mercosur est confirmé dans la position d'acteur majeur sur le marché international de pouvoir.

 

Il est probable que l'Europe continue à considérer la Russie comme un partenaire stratégique dans la résolution des problèmes énergétiques, et peut-être arrivera-t-elle à trouver un moyen de profiter du marché africain des ressources. Mais l'année 2013 sera marquée par une bataille féroce pour les matières premières agricoles et la fourniture de viande.

Il se peut que tout cela constitue une opportunité pour la Roumanie, un pays qui, du moins en théorie, pourrait produire une proportion importante de la demande européenne en produits agricoles. Ce serait une erreur historique de ne pas profiter (comme nous l'avons obstinément fait ces 5 dernières années) des nombreux arguments que nous pourrions faire valoir auprès de Bruxelles, opportunités inscrites dans la Politique agricole commune.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les pays émergents aideront la zone euro, sous conditions

Les pays émergents aideront la zone euro, sous conditions | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La dotation du FMI va être portée à 456 milliards de dollars, la Chine versant 43 milliards de dollars, et le Brésil, l'Inde, le Mexique et la Russie 10 milliards chacun. Un geste conditionné à la révision des droits de vote.

 

Après de multiples discussions, et lors d'un sommet restreint, les grands pays émergents ont dévoilé les montants qu'ils verseront au FMI. L'objectif est de renforcer un «pare-feu» mondial pour voler au secours des pays en difficulté. Une aide ciblée sur la zone euro, la grande malade de la planète dont les risques de contagion inquiètent les émergents. La Chine contribuera à hauteur de 43 milliards de dollars, tandis que le Brésil, l'Inde, le Mexique et la Russie ont annoncé chacun 10 milliards. L'Arabie saoudite financera 15 milliards de dollars, l'Afrique du Sud 2 milliards, la Colombie 1,5 milliard et la Nouvelle-Zélande un milliard. Depuis décembre, le FMI avait réussi à amasser un pactole de 430 milliards de dollars, dont 150 milliards de la zone euro. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a rappelé que «l'Union européenne contribuait à hauteur de 56%». Avec les nouvelles contributions précisées à Los Cabos, les ressources du FMI totaliseront 456 milliards de dollars.

Très gros contributeur avec 60 milliards de dollars, le Japon a poussé les émergents à mettre la main au pot. Ils ont posé deux préalables à leur accord: que le FMI soit à court d'argent et qu'il ait mis en oeuvre une réforme de 2010 accordant des droits de vote supplémentaires aux pays émergents. L'engagement est pris «étant entendu qu'il ne sera fait appel à ces ressources qu'une fois que les ressources déjà existantes, y compris les Nouveaux accords d'emprunt, auront été substantiellement employées», précise le communiqué des émergents....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le camp russophone écrasé par référendum en Lettonie

Le camp russophone écrasé par référendum en Lettonie | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Lettons ont massivement rejeté samedi l'instauration du russe comme deuxième langue officielle de leur pays. La minorité russophone ne s'avoue pas vaincue.

Selon les résultats publiés par la commission électorale et portant sur 95% des bureaux de vote, 74,62% des électeurs se sont prononcés contre l'instauration du russe comme deuxième langue officielle, seuls 25,06% d'électeurs ayant voté pour.

Les partisans du "oui" souhaitaient mettre fin à ce qu'ils considèrent comme une discrimination à l'égard des russophones.

Composée essentiellement d'anciens immigrés russes de l'époque soviétique, la minorité russophone représente environ un tiers des 2 millions d'habitants de ce pays balte. Signe révélateur de l'importance que les Lettons ont attaché à ce référendum, le taux de participation a été très élevé (69,23%).

"C'est une question d'identité nationale, ce qui explique pourquoi la plupart des gens n'ont pas considéré ce référendum comme un simple jeu politique, et ont participé aussi massivement", a déclaré à l'AFP Ivars Ijabs, analyste politique à l'Université de Lettonie....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La comédie des sentiments

La comédie des sentiments | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Unies par leurs intérêts et divisées par leurs valeurs, l’Europe et la Russie sont contraintes de s’entendre dans un jeu de dupes où Bruxelles fait semblant de plaider pour plus de démocratie et Moscou fait semblant de l’écouter, comme on l’a vu encore une fois lors du sommet du 15 décembre.

Par Álvaro Vargas Llosa, de El Mundo.

 

Les sommets trimestriels entre la Russie et l'Union européenne laissent l'impression que les deux partenaires se détestent, mais qu'ils dansent le menuet autour du désaccord de l'heure parce qu'ils ont besoin l'un de l'autre. Le sommet qui vient d'avoir lieu à Bruxelles, entre Dimitri Medvedev et ses hôtes européens, Herman Van Rompuy et José Manuel Durão Barroso, n'a pas fait exception.

Les intérêts communs sont nombreux et les valeurs respectives quasi incompatibles. Résultat : les sommets ne vont jamais jusqu'à la rupture, mais ne permettent pas non plus de nouer une relation durable. L'Europe importe de Russie un quart de son gaz et un cinquième de son pétrole.

Et tant que le gazoduc transcaspien et d'autres projets ne se seront pas concrétisés, les choses n'évolueront pas. De plus, en ces heures funestes, l'Europe attend avec impatience que la Russie lui prête les 10 milliards de dollars que son pays est en mesure d'apporter au fonds de sauvetage européen via le FMI, comme l'a redit le conseiller économique de Medvedev.

Mais de son côté, la Russie est dépendante de l'Allemagne, son premier partenaire économique, et de l'Europe en général, qui lui achète la moitié de ce qu'elle vend. Moscou a besoin de l'Europe autant que l'Europe de Moscou. Voilà pour les intérêts communs. Et les valeurs ?..

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Gorbatchev à Liège: « L’UE travaille trop lentement »

Gorbatchev à Liège: « L’UE travaille trop lentement » | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A l’occasion de son unique rencontre avec la presse d’Europe occidentale organisée avant une tournée aux Etats-Unis, l’ex-dirigeant de l’Union soviétique, s’est exprimé à Liège sur la situation actuelle de la Russie et de l’Union européenne.
more...
No comment yet.