Union Européenne,...
Follow
Find tag "Primaires"
6.7K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Italie : Pierluigi Bersani, candidat de la gauche pour les élections de 2013

Italie : Pierluigi Bersani, candidat de la gauche pour les élections de 2013 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

ITALIE - Originaire de l’Emilie-Romagne, qui fut la région la plus rouge de la péninsule à l’époque du Parti communiste, Pierluigi Bersani remporte haut la main les primaires du centre-gauche, raflant d’ailleurs la mise dans toutes les régions dominées par la gauche, à l'exception de la Toscane. Et pour cause : il était en ballottage avec le maire de Florence, Matteo Renzi, 37 ans, surnommé le « rottamatore », l’homme qui veut mettre à la casse tous les vieux politiques.

 

Matteo Renzi accepte avec fair-play sa défaite : « Je ne regrette pas d’avoir tenté ma chance », dit-il, certain de son avenir politique. Bersani, lui, se félicite de la « grande preuve de démocratie » représentée par les primaires et promet de se mettre au travail dès demain « pour changer l’Italie ».

La victoire de Pierluigi Bersani, dont les mots clés sont « expérience et réformisme », est sans surprise, dans la mesure où elle correspond aux estimations des instituts de sondage depuis plusieurs semaines. Les Italiens, qui ont participé à ces primaires, soit près de 3 millions d’électeurs, ont opté pour un candidat à l’allure très paternelle. Rassurant, modéré, attentif aux questions sociales, à 61 ans, ce fils de mécanicien qui a suivi des études de philosophie après une adolescence au service du bénévolat, est donc le candidat du centre-gauche au poste de président du Conseil....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ITALIE. A gauche, une primaire sous haute tension

ITALIE. A gauche, une primaire sous haute tension | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dimanche, les Italiens devront dire qui du vieux Pierluigi Bersani ou du fougueux Matteo Renzi accèdera à la tête du Parti démocrate et peut-être, plus tard, de l'Italie.

 

D'un coté Pierluigi Bersani, 61 ans, secrétaire général du Parti démocrate (PD). De l'autre son challenger Matteo Renzi, 37 ans, le jeune loup qui est aussi maire de Florence. Ce sont les deux principaux candidats aux "primaires" du dimanche 25 novembre, qui vont désigner le chef de liste du centre gauche aux législatives du printemps 2013.

On ne connaît pas encore le nombre total des inscrits mais ce sont sont un à deux millions d’électeurs qui sont attendus. Ils iront entre 8 heures et 20 heures mettre leur bulletin de vote dans les urnes des 8.000 sièges du PD. Ces "primaires" sont très chaudes. Elle mobilisent tout l'intérêt des médias et de l’opinion parce que le PD est crédité d’environ 30% des suffrages, et du titre probable de premier parti d’Italie - ce qui désigne automatiquement son chef de liste comme futur Premier ministre en cas de victoire. Comme successeur donc de Mario Monti au Palazzo Chigi.

Et ce, dans une situation économico-politique pas précisément facile : le "spread" des bons du Trésor italiens avec les Allemands continue de tourner autour de 320 ; les différents plans de rigueur ont épuisé la patience de la population ; le départ de Berlusconi laisse un centre droit en morceaux ; le "centre" de l’échiquier politique, quant à lui, essaie de se réorganiser avec l'ambition à peine dissimulée de refaire une nouvelle Démocratie Chrétienne. Après les mots très durs qui se sont exprimés pendant la campagne, tout le monde se demande comment, après le scrutin de dimanche, Renzi et Bersani pourront continuer à s’abriter sous le même parapluie.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ITALIE • "Renzi voulait être le Tony Blair italien, il a réussi"

ITALIE • "Renzi voulait être le Tony Blair italien, il a réussi" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Qui sera le candidat du centre-gauche italien aux élections générales du printemps prochain ? Pier Luigi Bersani, secrétaire du Parti démocrate ou Matteo Renzi, le jeune maire de Florence.

Quel que soit le résultat du 2 décembre, Matteo Renzi est déjà le grand gagnant .

 

Pier Luigi Bersani est en tête, mais le résultat de Matteo Renzi dépasse toutes les attentes [à l'issue du premier tour des primaires, dimanche 25 novembre, Bersani a obtenu 44,5% des suffrages et Matteo Renzi, 35,5%]. Même s'il perd la guerre, le maire de Florence a déjà gagné sa bataille. Et quoi qu'il advienne, le second tour sera hors norme : si Renzi totalise 37 % des voix aujourd'hui et 40 % dimanche 2 décembre, cela signifie que le Parti démocrate (PD) ne sera plus jamais le même ; il devra s'ouvrir et se moderniser.

Cela signifie également que Bersani, tout auréolé de la victoire qu'il soit, dépendra des reports de voix de Nichi Vendola [candidat au premier tour, président de la région des Pouilles] dont il ne pourra pas se passer. Voilà qui risque de donner un petit air d'extrême gauche à la coalition, exactement l'inverse de ce dont aurait besoin le secrétaire général pour rassurer les partenaires internationaux et séduire l'électorat en vue des prochaines élections nationales. On pourrait donc dire que les derniers, comme Renzi, sont finalement les premiers. Et l'on peut déjà en tirer quelques enseignements.

Premièrement : avoir contraint le secrétaire à un second tour est un succès retentissant pour le PD et pour les partisans des primaires. Dans ce contexte, Matteo Renzi a réussi à incarner la volonté de nombreux Italiens – même étrangers aux pratiques du parti ou anciens électeurs de la droite berlusconienne – de s'impliquer à nouveau dans la vie politique en s'appuyant sur des points de référence au sein de partis transparents et capables de concrétiser une idée de développement, une vision pour le pays....

more...
No comment yet.