Union Européenne,...
Follow
Find tag "Portugal"
6.5K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Pourquoi les pays les plus touchés par la crise n’ont pas voté en masse pour l’extrême-droite?

Les Inrocks - Pourquoi les pays les plus touchés par la crise n’ont pas voté en masse pour l’extrême-droite? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Drôle de paradoxe. Alors que l’Europe du sud est soumise à un régime drastique d’austérité depuis 2009, c’est le Royaume-Uni, le Danemark, l’Autriche ou encore la France qui ont porté les partis eurosceptiques au Parlement européen dimanche 25 juin. Soit des pays dont le PIB vole bien plus haut que celui de leurs voisins méditerranéens.

 

Pourtant les Portugais avaient de quoi pester. Sous tutelle de la troïka – Commission européenne, la banque centrale et le FMI – jusque début mai, le petit pays est dans une situation critique malgré les rumeurs de reprise économique. Un chômage à 15% (35% chez les jeunes), le départ annuel d’environ 100 000 personnes depuis le début de la crise, une mortalité est en hausse…

En Espagne ou en Grèce, même chose. Fin mai, les agences de notation ont relevé les notes de la dette à long terme de Madrid (de “BBB -” à “BBB” selon Standard & Poor’s), sortie de la tutelle de la troïka en janvier, et d’Athènes (“B-” à “B” selon Fitch). Une embellie économique loin d’être ressentie par les habitants. Après deux ans de récession en Espagne et six en Grèce, plus d’un quart de la population active est au chômage, plus de la moitié des jeunes (61% à Athènes) sans emploi, et le taux de pauvreté fixé aux alentours de 23 %.

  

Mais les scrutins de ces pays du sud ont donné gagnant les partis traditionnels ou la gauche radicale. Au Portugal, c’est le parti socialiste (31%). En Espagne comme à Chypre, encore sous perfusion européenne, c’est la droite populaire qui est arrivé en tête. En Grèce, la coalition d’extrême gauche Syriza a rafflé la mise (27%), le parti néo-nazi Aube dorée s’octroyant quand même 10% des voix. Pourquoi?

 

 

Hypothèse n°1 : un profond attachement à l’Union européenne

“Les pays qui à l’heure actuelle sont en crise doivent souvent leur liberté à l’Europe”, commente Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale. Le Portugal, comme l’Espagne ou la Grèce, ont été sous régime dictatorial jusqu’au mitan des années 1970. Ces pays enracinent dès lors leur transition démocratique dans l’Union européenne : Madrid et Lisbonne demandent à adhérer à l’UE dès 1977, avant de devenir des Etats-membres en 1986.

Par ailleurs, ces pays, en voie de sortie de crise, attribuent en partie cette embellie économique à l’Union européenne. “Malgré la rudesse des plans d’austérité, les électeurs ont pu considérer que l’Union a participé à améliorer leurs économies nationales”, analyse Magali Balent, spécialiste des extrêmismes européens à l’IRIS. “Une forme de reconnaissance” qui les aurait empêché de voter pour les partis anti-UE....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que l'Irlande sort du plan d'aide européen le 15 décembre, le Portugal et la Grèce restent sous la tutelle de la troïka. Les raisons de leur crise sont différentes.

Mais les trois pays souffrent d'une même absence de considération de la part de Bruxelles.

 

Au départ, l'Irlande devait bénéficier d'un programme de sauvegarde [une ligne de "crédit de précaution" pour sortir du plan d'aide], et les négociations irlandaises devaient nous guider vers les nôtres. Comme disait le vice-Premier ministre Paulo Portas, "mieux vaut être celte que grec".

Mais l'Irlande nous a filé entre les doigts : elle a décidé d'en appeler aux marchés, et nous avons perdu notre cicérone. On dit que c'est Dublin qui a décidé de prendre ce risque. Mais une autre version circule : l'Allemagne et la Finlande ont fait mine de tergiverser, et les Irlandais, qui bénéficient de taux acceptables sur les marchés, ont préféré ne pas risquer plusieurs mois supplémentaires d'incertitude. Voilà qui tend à confirmer que ces décisions dépendent moins des pays concernés par les plans d'aide, que de facteurs qui leur sont extérieurs.

Le gouvernement portugais a donc dû adapter son discours, avec la nouvelle thèse suivante : c'est la preuve que l'austérité fonctionne. Ainsi, si nous n'avons pas fait appel aux marchés en juillet, c'est parce que nous avons appliqué la recette de la troïka [UE-FMI-BCE, représentant les créanciers du Portugal] avec moins de rigueur que les Irlandais. Ou, ajoutent certains, parce que nous avons commencé les coupes trop tard.

 

Premier mensonge : l'austérité a porté ses fruits en Irlande. Le sauvetage de l'Irlande, que celle-ci a voulu refuser, avait pour seul objectif de sauver son secteur bancaire. Sur ce point, oui, il a fonctionné. Mais la situation financière irlandaise est bien loin du modèle défendu par la troïka. Alors que son plan d'ajustement a pris fin, l'Irlande affiche aujourd'hui une dette publique équivalente à la nôtre, une croissance médiocre et un déficit qui tourne autour de 8 %.

Si le Portugal cumulait ces mêmes indicateurs, nos taux d'intérêt dépasseraient allègrement les 6 % actuels. Mais l'Irlande peut se permettre de prendre le risque d'aller sur les marchés, car elle bénéficie de taux à 3,5 %. Et si les taux lui sont si favorables, c'est parce que, malgré l'austérité et le déséquilibre de ses comptes publics, Dublin affiche un volume d'exportations supérieur à 100 % de son PIB et jouit de facilités d'accès au marché financier nord-américain – tout cela grâce à l'anglais, que les Irlandais ont en commun avec les Etats-Unis.

Ainsi, le gouffre dans lequel l'Irlande était tombée - et où elle se trouve encore, à certains égards - n'est pas le résultat, comme la crise portugaise, de fragilités structurelles de l'économie aggravées d'abord par l'euro, puis par la crise financière internationale. Il est le résultat de ce vaste BPN [banque portugaise nationalisée après de nombreux scandales] qu'était devenu le système bancaire irlandais. De ce fait, la voie que prendra l'Irlande pour sortir de ce gouffre ne sera pas la même que la nôtre. Et, aussi nombreuses que soient dans ce pays les victimes de l'austérité, elle sera également plus facile....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Une nouvelle année de vaches maigres

PORTUGAL • Une nouvelle année de vaches maigres | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La principale centrale syndicale appelle à une large mobilisation le 19 octobre pour dénoncer la cure d'austérité annoncée par le gouvernement sous l'impulsion de l'Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne.

 

A la suite de l’examen par la troïka (UE, FMI et BCE) des comptes de l’Etat portugais, le gouvernement de Pedro Passos Coelho a annoncé le 13 octobre son budget pour l'année 2014. Alors que le bilan économique semblait plutôt positif et que des promesses de relance semblaient s’esquisser, c’est une nouvelle cure d’austérité dans les dépenses publiques qui s’annonce, décortiquée attentivement par la presse portugaise.

En effet, sous l’impulsion de la troïka qui impose une réduction des dépenses publiques de l'ordre de 4 %, le gouvernement espère économiser plus de 2 milliards d’euros et gagner en crédibilité sur les marchés pour se refinancer à un taux plus bas.

Ainsi, l’âge de la retraite passe de 65 à 66 ans et les pensions supérieures à 2 000 euros seront taxées. Les salaires de plus de 600 euros de la fonction publique subiront une baisse de 2,5 % à 12 %. En outre, presque tous les ministères devront se serrer la ceinture avec des coupes claires dans le budget de la santé (300 millions d'euros), de l’enseignement primaire et secondaire (500 millions), de l’enseignement supérieur (80,5 millions), de la justice (90 millions) et de la sécurité intérieure (27 millions). Il est également prévu la réduction de 30 % des effectifs de la défense nationale, l'augmentation du prix de l’électricité de 2,8 % et celle de la taxe audiovisuelle de 18 %. Le tribunal constitutionnel, qui a régulièrement botté en touche les propositions de lois du gouvernement, a vu son budget significativement réduit pour atteindre une baisse de 25 % en trois ans...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise politique au Portugal : les négociations continuent

Crise politique au Portugal : les négociations continuent | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les dirigeants portugais poursuivaient ce vendredi leurs négociations pour régler la crise politique. Le Premier ministre se veut rassurant après de longs entretiens la veille avec le ministre des Affaires étrangères démissionnaire, Paulo Portas qui est le chef du petit parti conservateur CDS-PP.

“M. Paulo Portas m’a assuré qu’une solution serait trouvée avec lui et le CDS-PP afin de garantir le soutien politique du CDS-PP au gouvernement et afin de garantir la stabilité dans le pays, a déclaré ce jeudi soir Pedro Passos Coelho. Ensemble avec M. Paulo Portas, nous travaillerons pour trouver la meilleure formule le plus rapidement possible.”

La crise a été provoquée par la démission surprise mardi dernier de Paulo Portas après celle également inattendue du ministre des Finances. Elle intervient alors que la “troïka” est attendue à Lisbonne à partir du 15 juillet pour passer de nouveau à la loupe les comptes du pays et valider une réforme de l’Etat visant à réduire les dépenses publiques de 4,7 milliards d’euros.

 

Durée du reportage: 1'06"

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Unis ce samedi contre la troïka

Du Portugal à la Grèce en passant par l’Espagne, l’Europe du Sud va vivre, ce samedi, au rythme des manifestations contre les politiques de restriction dictée par l’UE, la BCE et le FMI.  



Barcelone, correspondance. Comment se prépare la manifestation du 1er juin contre la troïka, alors que pas un mois ne passe sans que le gouvernement espagnol n’annonce de nouvelles coupes budgétaires ou réformes structurelles (retraites, éducation, santé…) ? Samedi, toute une myriade d’organisations issues du mouvement du 15-M (Indignés), de forces politiques de gauche battront le pavé.

 

Parmi eux, la Plate-forme des affectés par les crédits immobiliers. Jose Luis Romero est un des animateurs de l’antenne de l’Hospitalet (banlieue populaire de Barcelone). Chaque semaine, environ 200 personnes viennent aux assemblées. En trois ans, l’Hospitalet a pu empêcher 250 expulsions. C’est logiquement qu’il ira à la manif, « parce que, dit-il, c’est en allant dans la rue qu’on se fera entendre ».

Jordi Ortiz, quant à lui, est engagé dans la coopérative Somenergia, qui tente de développer des alternatives face à la puissance des groupes énergétiques. Quand on lui demande s’il n’y a pas un manque de coordination entre différentes composantes du mouvement du 15-M, il reconnaît que oui. Selon lui, cela est dû à un « certain manque de confiance entre les partenaires, mais aussi au manque d’habitude de travailler ensemble. Il faut du temps, mais quelque chose se passe ». Sentiment partagé par Manel Mora, de la CUP (extrême gauche). « C’est vrai qu’il y a l’individualisme, un rejet des syndicats et partis traditionnels. Mais le positif, c’est que se développent les luttes locales, par exemple contre la fermeture d’un centre de santé. À partir de ces luttes, la politique reprend un sens. » Idée en partie partagée par Angels Tomas, d’Izquierda Unida Barcelone. « À IU, nous invitons nos membres à participer aux mouvements dans les quartiers. Mais nous disons aussi attention aux discours anti-syndicaux ou anti-partis. C’est de la démagogie facile. Certes, il y a un problème avec les institutions politiques ou syndicales, mais nous avons aussi besoin d’elles pour avancer, et leurs adhérents ne sont pas tous “pourris”. Il ne faut pas seulement critiquer, mais aussi proposer. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Pourquoi l'Allemagne offense l'Europe

PORTUGAL • Pourquoi l'Allemagne offense l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les pays européens seraient-ils jaloux de l'Allemagne, tel que l'a affirmé le ministre des Finances outre-Rhin ? Pas du tout, répond dans une lettre ouverte le président du Conseil économique et social portugais à Wolfgang Schäuble.

 

Vous avez affirmé qu'il y a des pays de l'Union européenne qui sont jaloux de l'Allemagne. La première observation que je souhaite faire, Monsieur le Ministre, c'est que les relations entre Etats ne se régissent pas par des sentiments de cette nature. Les relations entre Etats sont guidées par des intérêts.

Je voudrais vous dire également, Monsieur le Ministre, que comparer l'attitude de certains Etats à des enfants qui, à l'école, sont jaloux des meilleurs élèves est, au minimum, offensant pour des millions d'Européens qui ont fait des sacrifices brutaux ces dernières années, avec une réduction très significative de leur pouvoir d'achat. Ils souffrent d'une récession économique ayant déjà conduit à la fermeture de nombreuses entreprises, à des niveaux de chômage inacceptables et à une perte d'espoir dans l'avenir.

 

"Nous avions déjà compris votre position"

Vous avez ajouté : "Les autres pays savent très bien que nous assumons nos responsabilités." On apprend donc que la nouvelle façon de qualifier le concept de pouvoir est de l'appeler responsabilité ! Et vous avez encore dit: "Chacun doit mettre son budget en conformité, chacun doit être compétitif sur le plan économique". A cet égard, j'aimerais vous informer que nous l'avions déjà compris, nous le faisons avec beaucoup de sacrifice, sans tergiverser et selon les règles qui nous ont été imposées.

Quand le ministre des Finances du plus puissant Etat de l'Union européenne fait des affirmations de cet acabit, il devient l'un des responsables du fait que le projet européen soit toujours plus près de la fin. Je vous explique. Le grand objectif du projet européen a été de garantir la paix en Europe. La paix et la prospérité en Europe n'ont été possibles que parce qu'on a tenu compte, s'agissant du développement du projet politique de l'intégration européenne, de la grande diversité d'intérêts entre pays, des différentes cultures et traditions et des différents regards sur le monde. Il y a toujours eu la volonté de conjuguer cette diversité, ces nuances et ces différences entre Etats-membres dans un ensemble de valeurs communes...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Manifestation contre l'austérité à Lisbonne

Manifestation contre l'austérité à Lisbonne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale portugaise pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement.

 

"La troïka et le gouvernement dehors", "le Portugal aux urnes", "élections maintenant", "démocratie participative", pouvait-on lire sur les banderoles et les affiches portés par les manifestants.

A Lisbonne, le cortège des protestataires, fort de plusieurs milliers de personnes s’est ébranlé vers 16H00 GMT au son de la chanson "Grândola Vila Morena", reprise en coeur par les manifestants, la voix tendue d’émotion. Cette chanson est devenue le symbole de la contestation au Portugal après avoir été l’hymne de la Révolution des Oeillets de 1974 qui a permis l’instauration de la démocratie.

Depuis plusieurs semaines, des contestataires la chantent au passage de membres du gouvernement et elle est même venue interrompre un discours au Parlement du Premier ministre de centre droit, Pedro Passos Coelho. Elle devait retentir simultanément dans la trentaine de villes du pays ou le mouvement apolitique "Que la Troïka aille se faire voir", comparable aux Indignés espagnols, a appelé à des rassemblements....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Portugal : La troïka au pied du sapin

Portugal : La troïka au pied du sapin | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’image des “hommes en noir” qui contrôlent les finances du pays est utilisée dans un jeu et pour une publicité. Mais derrière cet humour se cache la crainte de voir la situation économique et sociale se dégrader encore davantage en 2013.

 

A Lisbonne, un nouveau jeu de carte intitulé “Voilà la troïka” est déjà en vente dans quelques magasins. Les règles sont simples : les joueurs essaient de protéger les millions gagnés grâce à leur influence, ils tentent de remporter des élections et cherchent à se mettre à l’abri avant qu’une carte maléfique n’apparaisse et ne déjoue tous leurs plans. C’est la carte des trois hommes en noir à la mine patibulaire, la troïka, qui s’empare de tous les gains.

Dans les centres commerciaux, une publicité annonce qu’une nouvelle carte de crédit permet de payer en trois mensualités les achats de Noël. Le slogan déclame, non sans ironie : “Si la troïka apprends ça…” Autrement dit, il vaudrait mieux qu’elle ne sache pas que malgré tout, nous gaspillons le peu d’argent qu’il nous reste (ou qu’elle nous accorde).

Au Portugal, les blagues et les plaisanteries récurrentes servent à conjurer l’asphyxie économique et humaine.

 

Car les fêtes de fin d’année ne vont pas être faciles. Les fonctionnaires ne toucheront pas de bonus à Noël et en janvier 2013, les nouvelles mesures et restrictions budgétaires entreront en application. Il s’agit de la loi de finances la plus polémique et restrictive que le pays ait connue au cours de l’histoire récente : une hausse radicale des impôts est prévue, équivalente en moyenne au retrait d’un mois de salaire.

Selon la Confédération portugaise du commerce et des services, le commerce portugais va reculer de 10 à 15 % par rapport à 2012, qui a déjà été une année catastrophique. Certains négociants font la grimace et affirment que leurs ventes ont déjà chuté de 30 %. Les chauffeurs de taxi jurent avoir perdu 40 % de leurs clients alors qu’il passent toute la journée dans les rues....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des millions d’Européens plongent dans la pauvreté

Des millions d’Européens plongent dans la pauvreté | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La classe moyenne a été durement touchée en 2012 par le chômage et l'austérité. La pauvreté concerne désormais des groupes sociaux préservés jusqu'ici.

 

Etranglés par le chômage et la rigueur, des millions d’Européens ont basculé cette année dans la pauvreté qui frappe les classes moyennes, ébranle la cohésion sociale et atteint des groupes jusque-là préservés comme les femmes et les enfants."Le trou noir est de plus en plus grand", s’inquiète Mercedes Gonzalez, une Espagnole de 52 ans qui, avec moins de 800 euros par mois, se bat pour assurer le quotidien d’une famille au chômage à Fuenlabrada, en banlieue de Madrid.

En juillet, elle touchait encore, comme son mari, une aide gouvernementale de 426 euros, aujourd’hui réduite à 360 euros. "Pendant ce temps, la nourriture et les factures augmentent avec la hausse de la TVA" depuis septembre, raconte-t-elle.

"Les choses vont de mal en pis, nous sommes asphyxiés": la lassitude perce dans la voix de cette petite femme bourrée d’énergie, vendeuse au chômage dont le mari, charpentier, et deux des trois fils adultes sont eux aussi sans emploi.

 

L’Espagne, quatrième économie de la zone euro, affiche les ingrédients d’une crise sociale majeure: un quart des actifs au chômage, une politique d’austérité historique, des coupes implacables dans l’éducation et la santé, des milliers de familles surendettées jetées à la rue.

Dans ce pays, où deux petits propriétaires menacés d’expulsion se sont suicidés récemment, comme en Grèce ou en Italie, deux autres pays du sud de l’Europe minés par la récession, la crise parfois vire à la tragédie...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quand l'Angola fait main basse sur l'industrie portugaise

Quand l'Angola fait main basse sur l'industrie portugaise | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Aujourd’hui, le phénomène majeur, au Portugal, est le rachat massif de toutes les industries portugaises en déconfiture par l’Angola, qui bénéficie de la manne pétrolière et diamantaire.

actuellement, on ne parle que du rachat par des Angolais de la majorité de la presse portugaise, dont les quotidiens sportifs, très nombreux dans ce pays fou de foot.

On pourrait y voir une revanche et un clin d’œil malicieux de l’Histoire, si les rachats étaient le fait du gouvernement angolais et du Président José Eduardo dos Santos, en fonctions depuis 1979, à la tête d’un régime officiellement « marxiste-léniniste » (mais où le multipartisme est autorisé) ; mais ils sont le fait de la richissime famille du Président angolais, notamment de sa fille, Isabel dos Santos, dont la fortune s'élève à 170 millions de dollars et qui est considérée comme la femme la plus riche de l'Afrique sub-saharienne, alors que la majorité de la population angolaise est toujours plongée dans une profonde misère; le mariage de la dame en 2003 avait coûté 4 millions de dollars : ainsi va le « marxisme-léninisme » au XXI ème siècle…

Isabel dos Santos a des intérêts dans les télécommunications, les médias, la vente au détail, le ciment et dans l'industrie de l'énergie, à la fois en Angola et au Portugal. En plus de son intérêt commercial dans le pétrole et les diamants....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Portugal: le parlement vote un budget "très exigeant" et très contesté

Portugal: le parlement vote un budget "très exigeant" et très contesté | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Afin de ramener le déficit public à 4,5% du PIB, contre un objectif de 5% cette année, l'exécutif doit faire des économies d'un montant de 5,3 milliards d'euros, obtenues à 80% par de nouvelles hausses d'impôts.

Cet effort correspond à 3,2% du PIB car l'objectif de cette année sera atteint grâce à des "mesures ponctuelles" et le véritable point de départ pour 2013 est un déficit à 6%. Le budget 2013, dont la version finale sera adoptée à la fin novembre, a encore tenu compte d'une hausse de la charge de la dette et des effets d'une récession économique estimée à 1% du PIB, après le recul de 3% attendu cette année.
La tâche du gouvernement s'annonce donc difficile, malgré l'assouplissement des objectifs budgétaires négocié en septembre avec ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, dans le cadre du plan d'aide de 78 milliards d'euros accordé au Portugal en mai 2011.
"Le budget est très exigeant et demande de lourds sacrifices aux Portugais", a reconnu mardi le Premier ministre Pedro Passos Coelho. Mais "il sert l'objectif vital de mener à bon port notre programme d'ajustement", a-t-il assuré au premier jour du débat parlementaire consacré à la loi de finances pour 2013....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Portugal : les ports paralysés par des grèves

Portugal : les ports paralysés par des grèves | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
PORTUGAL/ECONOMIE - Une grève des employés portuaires paralyse depuis le 17 septembre la plupart des ports portugais tandis que des arrêts de travail affectaient également les principales raffineries du pays.

 

Aucun navire n’entre et sort des principaux ports du Portugal. Le mouvement entamé le 17 septembre doit durer une semaine. Une durée qui s’explique par l’entrée en lice successivement de différentes catégories professionnelles Ce sont les pilotes maritimes qui sont les premiers à débrayer. Ce qui affecte la navigation de croisière, notamment à Lisbonne. Ensuite ce sera au tour des dockers de prendre la relève, et enfin les personnels administratifs.

La grève fait suite a l’accord signé entre le gouvernement et quelques syndicats affiliés à l’UGT, qui représente a peine 20 % du personnel portuaire. La CGTP, qui elle fédère les autres travailleurs, dénonce ce qu’elle appelle un simulacre d’accord. La centrale durcit le ton, puisque une nouvelle grève partielle cette fois est prévue à partir du 29 septembre.
Le gouvernement veut restructurer le secteur portuaire, le privatiser, et modifier la réglementation du travail sur les ports...

 

L’impact sur l’approvisionnement des consommateurs en combustible n’est pas connu. Tout dépendra du niveau de stocks, pour l’instant non révélé par l’entreprise.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre l'austérité au Portugal

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre l'austérité au Portugal | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les manifestants protestaient contre le gouvernement de centre-droit, qui a récemment annoncé un renforcement de la rigueur. En Espagne aussi, des milliers de personnes ont défilé contre l'austérité.

 

Les forces de l'ordre restaient discrètes dans la capitale portugaise, mais un hélicoptère de la police survolait la manifestation, provoquant de fréquentes huées. "Ce gouvernement va tuer le Portugal, et si nous ne faisons rien ce sera pire", déclarait Ivan Rodriguez, un trentenaire qui reconnaissait manifester pour la première fois. "Je lutte pour préserver mon emploi et celui des autres", ajoutait-il.

Les manifestations qui, outre Lisbonne, avaient également lieu dans une trentaine de villes portugaises, convoquées sur Facebook par des universitaires, artistes, poètes ou musiciens, revendiquaient un caractère apolitique. Elles étaient toutefois soutenues par des partis d'extrême-gauche et le principal syndicat portugais, la CGTP qui a prévu un grand rassemblement le 29 septembre.

A Lisbonne, dans une ambiance bon enfant, de nombreux manifestants frappaient sur des tambours, donnaient des coups de sifflets, actionnaient de petits avertisseurs ou tapaient dans leurs mains pour faire le plus de bruit possible....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Europe ouvre la porte à une nouvelle aide au Portugal

L’Europe ouvre la porte à une nouvelle aide au Portugal | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’Union européenne est prête à accorder au Portugal le cas échéant une «aide supplémentaire» à l’issue de son plan d’assistance qui expire en mai 2014, a indiqué lundi le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn.

«L’Europe tiendra parole» et continuera à soutenir le Portugal «si le pays a besoin d’une aide supplémentaire», à condition que Lisbonne «poursuive les réformes en cours», écrit M. Rehn dans les colonnes du journal économique Diario Economico.

«La priorité absolue est de conclure avec succès le programme en cours», insiste-t-il avant d’ajouter qu'«il est également indispensable que le Portugal maintienne sa discipline budgétaire et ses réformes structurelles pendant les prochaines années».

Le Portugal bénéficie depuis mai 2011 d’un programme d’assistance de 78 milliards d’euros accordé par l’Union européenne et le Fonds monétaire international. En échange, il met en œuvre un sévère programme de rigueur afin de réduire ses déficits.

«Il est normal de s’interroger sur ce qui va arriver» à l’issue du programme en mai, «mais donner une réponse à l’heure actuelle relèverait de la pure spéculation», fait valoir M. Rehn.

Le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, avait assuré à la mi-décembre que son gouvernement avait «créé les conditions nécessaires» permettant au pays de ne pas recourir à un deuxième plan de sauvetage...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

MONDE LUSOPHONE • Les prisons de Salazar au patrimoine de l'humanité ?

MONDE LUSOPHONE • Les prisons de Salazar au patrimoine de l'humanité ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Des historiens réclament le classement au Patrimoine mondial de l'humanité des camps de concentration de la dictature portugaise dans ses anciennes colonies africaines. Un événement rare dans la construction des mémoires postcoloniales.

 

Les camps de concentration installés par la dictature de l'Estado Novo [régime autoritaire ayant sévi de 1933 à 1974 au Portugal et dans son empire colonial] dans les pays d'Afrique lusophone doivent être classés au patrimoine national et présentés sur la liste indicative du Patrimoine mondial de l'humanité : telle est en tout cas la proposition faite par la conférence internationale Rota dos Presídios no Mundo Lusófono ["Route des pénitenciers du monde lusophone"], qui réunissait à Tarrafal, au Cap-Vert, des chercheurs portugais, capverdiens, angolais, mozambicains et bissau-guinéens.

Les participants ont également plaidé pour une étude approfondie des prisons politiques installées dans les différents pays, et proposé la mise en place d'un cabinet commun qui accompagne la création de musées sur ces camps de concentration de la sphère lusophone.

 


Un projet de musée de la résistance sur le site du camp de Tarrafal avait déjà été lancé lors d'un colloque organisé sur place en mai 2009, pour commémorer l'ouverture de cette prison le 1er mai 1974, et la libération de tous les détenus politiques qui s'y trouvaient.

Si cet événement, auquel participaient d'anciens prisonniers de Tarafal, avait en 2009 une tonalité plus politique, ce sont aujourd'hui des enjeux historiographiques qui ont pris le dessus, en témoigne par exemple la discussion autour d'un sujet délicat : la réutilisation du camp de l'île de Santiago comme prison après l'indépendance du Cap-Vert. De fait, après la "révolution des œillets" et la libération des détenus politiques de la dictature salazariste, le régime du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc) avait rouvert l'établissement, avant qu'une loi de juillet 1975 n'interdise définitivement l'exploitation pénitentiaire de Tarrafal....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Camouflet électoral pour le parti de Pedro Passos Coelho

PORTUGAL • Camouflet électoral pour le parti de Pedro Passos Coelho | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Au-delà d'une abstention record (47,36 %)
aux élections locales, les votants ont surtout exprimé une perte de confiance dans le parti du Premier ministre Pedro Passos Coelho.

....

Le grand vainqueur de ces élections locales [municipalités et autres collectivités locales] est le Parti socialiste (PS) avec 36,34 % des votes. Selon le leader socialiste Antonio José Seguro, les électeurs ont exprimé "une énorme volonté de changement et un espoir dans l'alternative que le PS représente".

Pedro Passos Coelho assume et reconnaît "une des pires défaites de l'histoire du PSD", tout en déclarant qu'il "continuera à suivre le chemin indispensable", c'est-à-dire la politique d'austérité budgétaireengagée depuis le début de son mandat.

Mais le principal événement de la soirée électorale est sans doute la victoire d'un candidat (sans étiquette) à la mairie de Porto, deuxième ville du pays. Rui Moreira, soutenu par le maire sortant Rui Rio [PSD] et par le CDS-PP [parti de droite], est celui dont le "seul parti est la ville de Porto". "Comme à d'autres moments de l'histoire du pays, Porto est redevenu un laboratoire politique", commente Manuel Carvalho, directeur adjoint du quotidien Público, dans son analyse des résultats. En tout, 11 mairies ont été remportées par des candidats appartenant à des listes indépendantes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quitter l’euro pour sortir de la crise, préconise un économiste portugais

Quitter l’euro pour sortir de la crise, préconise un économiste portugais | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
«Tôt ou tard, le Portugal sera confronté à sa sortie de l’euro. C’est inévitable!», affirme un économiste portugais dans un livre à succès qui répond de manière iconoclaste aux craintes de ses compatriotes que leur pays, sous assistance financière, ne puisse jamais sortir de la crise.

Joao Ferreira do Amaral en est persuadé : pour sortir de la crise il suffit de sortir de l’euro comme il l’expose dans «Pourquoi devons nous quitter l’euro» (Porque devemos sair do Euro), paru en avril et qui, vendu en un mois à 8.000 exemplaires, figure parmi les meilleures ventes au Portugal.

«Cette sortie devra se faire quand la zone euro sera stabilisée, dans deux ou trois ans» et de «manière ordonnée», a-t-il expliqué dans un entretien à l’Afp.

Le retour à l’escudo, la monnaie nationale, doit être annoncée, selon lui, en concertation «avec les gouvernements européens, Bruxelles et la Banque centrale européenne qui continuerait dans un premier temps à financer les banques portugaises».

Au Portugal, la notoriété de Joao Ferreira do Amaral est déjà ancienne. Elle remonte aux années 90 quand l’économiste, ex-conseiller du président socialiste Mario Soares, s’était opposé à l’entrée du pays dans la zone euro, réalisée début 1999 après son intégration à l’UE en 1986.

«Je voyais déjà que l’économie portugaise serait inévitablement affectée par l’adhésion à cette monnaie», assure cet ancien professeur d’économie de 65 ans, aujourd’hui à la retraite, après avoir enseigné dans plusieurs universités portugaises.

En approuvant l’entrée dans la zone euro, «sans référendum», le parlement «renonçait à un instrument essentiel de son autonomie politique: l’émission monétaire», précise l’économiste dans son ouvrage.

«L’euro est une monnaie forte. Or, notre structure économique est peu compétitive. Dans ces conditions, l’économie ne peut pas croître. Et depuis que nous avons adopté l’euro, cette monnaie n’a eu de cesse de se valoriser», a-t-il ajouté...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le plan d'aide à Chypre recadré à Dublin

Le plan d'aide à Chypre recadré à Dublin | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La zone euro se réunit dans la capitale irlandaise pour régler les derniers détails du plan d'aide, qui devrait être plus important que prévu. Les cas du Portugal et de la Slovénie seront également abordés.

 

La zone euro doit se prononcer vendredi à Dublin sur les modalités du plan d’aide à Chypre, qui va devoir faire des efforts plus importants que prévu, et juger si le Portugal apporte des garanties suffisantes pour obtenir un peu de souplesse de ses créanciers.

Les ministres des Finances des 17 se retrouvaient dans la matinée pour examiner les mesures que doit mettre en œuvre Nicosie pour bénéficier d’une aide de 10 milliards d’euros et recevoir un premier versement de 75 millions dès le début du mois de mai pour payer les salaires des fonctionnaires.

Cette étape devait être une formalité puisque les grandes lignes du plan étaient sur la table après de laborieuses négociations entre Chypre et ses bailleurs de fonds en mars. Mais la situation économique du pays s’est nettement dégradée depuis. «Les besoins financiers de Chypre ont évolué dans un contexte de récession plus profonde que prévu», confirme une source proche des négociations.

Chypre, qui sera représentée à Dublin par son nouveau ministre des Finances Haris Georgiades, devra au final trouver 13 milliards d’euros, soit six milliards de plus que prévu initialement, pour obtenir les 10 milliards de prêt de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI). L’essentiel de cette somme proviendra de la restructuration du secteur bancaire, qui comprend une ponction sur les créanciers, y compris les gros déposants. Cette mesure inédite rapportera 10,6 milliards d’euros au lieu des 5,8 milliards annoncés au départ. Elle a créé la polémique car c’est la première fois que certains déposants sont mis à contribution dans le cadre d’un plan de sauvetage de la zone euro....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Portugal: la Cour constitutionnelle sanctionne l'austérité

Portugal: la Cour constitutionnelle sanctionne l'austérité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le gouvernement portugais a subi vendredi un sérieux revers de la part de la Cour constitutionnelle qui a rejeté plusieurs mesures du budget de l'Etat pour 2013, élément clé du plan de sauvetage négocié avec les créanciers internationaux du pays.

La Cour constitutionnelle a jugé non conforme à la Loi fondamentale la suppression des 14e mois de salaires versés aux fonctionnaires et aux retraités, ainsi qu'une mesure instaurant un prélèvement sur les allocations chômage et maladie, a annoncé son président Joaquim Sousa Ribeiro dans une déclaration à la presse.

"Ce sont les lois qui doivent se conformer à la Constitution et non pas l'inverse", a-t-il déclaré en précisant que la décision de la Cour concernait l'ensemble de l'année et avait donc une valeur rétroactive.

La Cour constitutionnelle avait été saisie au début de l'année par le président Anibal Cavaco Silva, pourtant du même parti social-démocrate que le Premier ministre Pedro Passos Coelho, et par l'opposition de gauche.

Le verdict rendu par les juges, sans possibilité d'appel, met le gouvernement en difficulté car il complique singulièrement la réalisation de son objectif de ramener le déficit public à 5,5% du PIB à la fin de l'année, les mesures retoquées ayant un impact budgétaire net d'environ 860 millions d'euros, selon les estimations...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Nombreuses manifestations contre l'austérité au Portugal

Nombreuses manifestations contre l'austérité au Portugal | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Des dizaines de milliers de manifestants sont attendus ce samedi dans les rues d’une vingtaine de villes du Portugal pour protester contre les mesures mises en oeuvre par le gouvernement de centre-droit , sous la tutelle de ses créanciers internationaux.

«Nous sommes convaincus que nous aurons dans les rues des dizaines de milliers de personnes qui se sentent lésées par la politique du gouvernement», a déclaré Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, le principal syndicat portugais qui a appelé à cette journée de protestation.

Sous le slogan «contre l’exploitation et l’appauvrissement», des défilés et des rassemblements auront lieu dans les principales villes portugaises, en particulier à Lisbonne où la manifestation devait commencer vers 15H00 gmt.

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le « mariage pour tous » tel qu’il existe en Europe | La-Croix.com

Le « mariage pour tous » tel qu’il existe en Europe | La-Croix.com | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Des parlementaires belges, espagnols, et portugais étaient auditionnés mercredi 12 décembre par le rapporteur du projet de loi «ouvrant le mariage aux couples de même sexe».

Plusieurs pays européens ont institué avant la France le mariage entre personnes de même sexe. C’est le cas notamment de proches voisins comme la Belgique, l’Espagne et le Portugal. C’est pourquoi la commission des lois a souhaité auditionner des parlementaires, tous issus de majorités favorables à ces législations, afin de les interroger sur les conditions dans lesquelles elles ont été adoptées dans leurs pays. Leur témoignage a illustré les contextes politiques et culturels très différents dans lesquels ces débats ont eu lieu.

En Belgique, sortir d’une législation d’interdits
Il s’agissait, selon le sénateur belge Philippe Mahoux, de sortir d’une législation faite d’interdits et qui « ne respectaient pas le principe d’égalité des citoyens devant la loi » ...

En Espagne, un processus de « reconquête des libertés »
La loi, qui date de 2005, s’est inscrite, a expliqué la députée socialiste Carmen Monton, plus largement dans un processus de reconquête progressive des libertés consécutives à la fin de la dictature de Franco. ...


Au Portugal, une volonté de lutter contre l’homophobie
La loi a directement été inspirée par celle du voisin espagnol et s’intègre dans un processus plus large de lutte contre les discriminations et en particulier de lutte contre l’homophobie...

Dans les trois cas
Les parlementaires ont insisté sur le fait que ces législations n’avaient pas bouleversé leur société respective et que les oppositions se sont au fil du temps émoussées. Ces lois ont été, selon eux, un progrès en termes d’égalité des droits et un changement important pour les personnes homosexuelles. « L’égalité devant le mariage était nécessaire pour la “sortie de placard” », a insisté Miguel Vale de Almeida pour qui l’homophobie a également été « délégitimée ». « L’acceptation des différences est plus grande », a estimé de son côté Philippe Mahoux pour qui il y a eu toutefois dans son pays à la fois une « banalisation » des mariages homosexuels et « des oppositions homophobes très violentes » .
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe contre l'austérité, grève générale en Espagne et au Portugal

L'Europe contre l'austérité, grève générale en Espagne et au Portugal | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

MADRID (AFP) - L'Europe est mobilisée mercredi contre l'austérité lors d'une journée marquée par des grèves générales en Espagne et au Portugal, deux des pays les plus fragiles de la région, où la riposte populaire grandit contre le chômage et la précarité.Des arrêts de travail étaient aussi annoncés en Italie et en Grèce, ainsi que des manifestations dans plusieurs autres pays dont la France et l'Allemagne.

"Cette première grève ibérique" est "un signal fort de mécontentement et un avertissement aux autorités européennes", a lancé Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, le principal syndicat portugais.

L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, étranglée par un chômage qui frappe un quart des actifs, vivait au ralenti pour sa deuxième grève depuis l'arrivée au pouvoir, il y a près d'un an, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Dès la nuit, les piquets de grève agitant les drapeaux rouges des syndicats UGT et CCOO ont envahi Madrid et les autres grandes villes, prenant position aux portes des usines, des commerces, des marchés de gros ou des gares.

A travers Madrid, les manifestants ont déployé de grandes banderoles portant le slogan de cette journée: "Ils nous privent de notre avenir, il y a des coupables, il y a des solutions".

"Grève générale. Ils nous laissent sans avenir", affirmait aussi une banderole barrant l'entrée de l'usine Volkswagen à Pampelune, dans le nord de l'Espagne....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Portugal : la valise ou la misère

Les Inrocks - Portugal : la valise ou la misère | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Plongé depuis 2008 dans une crise profonde et sans issue visible, le Portugal connaît une vague d’émigration inédite depuis quarante ans. Un dixième de la population serait concerné.

 

L’humour est la politesse du désespoir. Les Portugais ne manquent ni de l’un, ni de l’autre. Pourtant, lorsque le Premier ministre de centre droit Pedro Passos Coelho leur a conseillé de “faire plus d’efforts” et de “quitter leur zone de confort en cherchant du travail ailleurs”, Sara Machado da Graça n’a pas ri. À ce souvenir, elle sert les dents et grogne. Les mots lui manquent pour exprimer sa colère. À cause de la crise, Sara doit quitter son pays. Sur une photo prise le 15 septembre lors de la manifestation contre l’austérité, tout sourire, elle porte un casque de chantier coiffé d’un petit avion et du slogan “C’est vous qui devriez partir là où un éclair vous casserait en deux”. Sara a 40 ans, un regard franc et l’énergie du désespoir comme carburant. Sa “zone de confort” – si elle en a déjà eu une – s’est effondrée depuis des mois. Plus de boulot, plus d’argent. D’argent, elle n’en avait pas vraiment besoin avant la naissance de son fils Bilal, un an et demi.

Aujourd’hui, elle n’a plus le choix. Le 5 décembre, valise et gamin sous le bras, elle posera le pied à Macao, ancienne colonie portugaise, sans billet retour.

...

Insister sur la fuite des cerveaux permet d’occulter les points communs avec la première vague d’émigration, rappel peu glorieux au passé, et de cacher l’ampleur de la casse sociale. Pour les dirigeants, “il faut rester dans la course”. Dans la rue, personne n’est dupe : “Dans un an, on sera comme la Grèce”, entend-on le plus souvent. “On l’est déjà”, estiment les plus pessimistes. Selon Eurostat, la dette du Portugal s’établissait à près de 190 milliards d’euros à la fin du premier trimestre 2012, soit environ 112 % du PIB. En échange d’un plan d’aide de 78 milliards d’euros, la “troïka” (regroupant des experts de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international) réclame la réduction des déficits. Le projet de budget 2013 est d’une rigueur exceptionnelle : relèvement de 4 % de l’impôt sur le revenu, baisse de 17 % du budget de la Santé, de 11 % pour l’Éducation. “Cette austérité renforce une récession déjà à 3 % en 2012″, estime l’économiste Nuno Teles.

Ces mesures s’ajoutent à la suppression des 13e et 14e mois des fonctionnaires, à la hausse de 20 à 23 % de la TVA, au passage de celle de la restauration de 13 à 23 %. Le chômage touche 16 % de la population, soit douze points de plus qu’il y a dix ans. Le salaire minimum tourne autour de 450 euros – moins qu’en Grèce. Le salaire moyen avoisine les 800 euros. Le durcissement des règles d’obtention des minima sociaux a exclu des milliers de familles du système. Les queues devant les soupes populaires s’allongent ; les ventes de porridge, bon marché, explosent...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Portugais dans la rue contre "le vol des salaires et des pensions"

Les Portugais dans la rue contre "le vol des salaires et des pensions" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La place du Commerce à Lisbonne était noire de monde, samedi en fin de journée. La menace d'une grève générale se profile.

 

Des dizaines de milliers de Portugais se sont rassemblés samedi 29 septembre à Lisbonne à l'appel des syndicats pour crier leur refus de la politique de rigueur menée par le gouvernement de centre-droit, qui s'apprête à l'accentuer afin de tenir ses engagements internationaux. La place du Commerce, située au cœur de la capitale, était noire de monde en milieu d'après-midi. Selon les estimations de la presse, elle peut contenir entre 70 000 et 175 000 personnes.

Cette manifestation "contre le vol des salaires et des pensions de retraite" était organisée par la CGTP, la principale confédération syndicale portugaise mais comptait sur le soutien des mouvements d'indignés et d'un groupe de citoyens qui, via les réseaux sociaux, avait mobilisé deux semaines auparavant plusieurs centaines de milliers de personnes dans une trentaine de villes. Témoignant d'une colère sociale grandissante, le rassemblement du 15 septembre avait été le plus important au Portugal depuis que le pays a obtenu, en mai 2011, une aide de 78 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Moi, Premier ministre, je tuerais un tiers des Portugais

PORTUGAL • Moi, Premier ministre, je tuerais un tiers des Portugais | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans une chronique féroce, un journaliste portugais se met dans la tête du Premier ministre Passos Coelho, de plus en plus libéral.

Un réquisitoire ironique et cinglant, afin d'alerter le gouvernement qui vient encore d'annoncer de nouvelles mesures d'austérité.

 

"Un tiers [de la population] doit mourir. Ce n'est pas que nous ayons quelque plaisir à les tuer, mais à vrai dire il n'y a pas d'alternative. Si on n'en finit pas avec eux, ils finissent par nous entraîner avec eux vers le fond. Et de fait, on ne va pas les tuer vraiment, c'est-à-dire tuer comme le faisait les nazis. Si on voulait vraiment les tuer on entendrait une clameur, dieu m'en garde ! Il y a des gens trop sentimentaux, qui ne comprennent pas que les décisions dures doivent être prises, quelqu'en soit le prix et que, si on se débarasse d'un tiers, les autres vivront mieux. C'est pour cela que nous n'allons pas les tuer. C'est eux qui vont mourir. Il suffit que la mortalité augmente un peu plus que dans les autres groupes. Et les statistiques le montrent déjà.

Mota Soares [l'actuel ministre de la Solidarité et de la Sécurité sociale] fait bien son travail. Les types de la santé publique disent bien tout le temps que la pauvreté est la chose qui fait le plus de mal à la santé ? Tout joue en notre faveur. La tendance le montre déjà et ce qui compte, c'est la tendance. Comme ils sont plus souvent malades, il suffit de rendre toujours plus difficile l'accès aux soins. La nature fait le reste. Paulo Macedo [le ministre de la Santé] fait lui aussi ce qu'il peut. Ce n'est pas un génocide, c'est de la statistique. On y parviendra un jour, ce qui compte c'est que nous sommes sur le bon chemin. Il n'y a pas d'argent pour soigner tout le monde et il faut faire des choix. Et les choix impliquent toujours des sacrifices. On ne peut sauver pas tout le monde et on doit sauver ceux qui sont le plus utile à la société, ceux qui produisent de la richesse. Il ne peut y avoir des types qui n'ont que des droits et ne contribuent en rien, sans aucun devoir.

 

Ces conneries de démocratie, d'éducation et de santé pour tous ont été inventés quand la société avait besoin de millions de pauvres pour répandre du fumier ou des choses du genre. Maintenant, on n'en a plus besoin et il y a des crétins qui n'ont pas encore compris que, pour que nous vivions bien, il faut élaguer ces sous-hommes.

Qu'un tiers doive rendre l'âme est une évidence.....

more...
No comment yet.