Union Européenne,...
Follow
Find tag "PIB"
6.7K views | +2 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

VU DE POLOGNE • La désindustrialisation de l'Europe était une erreur

VU DE POLOGNE • La désindustrialisation de l'Europe était une erreur | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les pays qui ont conservé leur industrie résistent à la crise, selon la Commission européenne. Il est peut-être temps de revenir à l'économie réelle, estime le quotidien de Varsovie, qui rappelle que la Pologne serait bien placée pour en profiter.

 

La Pologne s'est désindustrialisée un peu moins vite que la plupart des pays européens et, depuis quelques années, la part de l'industrie dans le PIB du pays augmente. En 1995, la participation de l'industrie dans le PIB représentait 28 %. Au moment du passage à l'économie du marché, au début des années 1990, de nombreuses entreprises ont fait faillite parce qu'elles étaient incapables de faire face à la concurrence des produits importés. La part [de l'industrie dans le PIB] a diminué à 22 % en 2002, selon Eurostat.

Mais depuis quelque temps la tendance s'est renversée et, en 2012, le secteur industriel a représenté plus de 24 % du PIB polonais. C'est mieux que la moyenne européenne, où il ne représente que 19 %.

Il y a une exception notable : l'Allemagne, locomotive de l'économie européenne. En 2012, l'industrie a représenté 25,8 % de son PIB – encore mieux qu'en Pologne –, alors qu'en Europe et aux Etats-unis on était persuadés depuis des années qu'il valait mieux bâtir l'économie sur les services. On associait l'industrie aux technologies sales, pour lesquelles il n'y avait plus de place dans une économie fondée sur le savoir.

Mais cette opinion stéréotype commence à s'effacer. D'après les dernières publications de la Commission européenne, les pays les plus industrialisés se sont relativement mieux débrouillés pendant la crise que les moins industrialisés et que ceux ayant un secteur bancaire bien développé. Mais ce qui est fait est fait – on a privilégié les services, surtout financiers, au détriment de l'économie réelle – et il est difficile de revenir rapidement en arrière....

 

Après avoir inscrit l'industrie sur la liste des priorités dans la stratégie Europe 2020, Bruxelles a annoncé en octobre 2012 une réindustrialisation pour rééquilibrer l'économie de l'Union, insistant à l'occasion sur un "développement vert"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La crainte et l'erreur de François Hollande / France Inter

Après que les statistiques eurent confirmé l’entrée en récession de l’économie française, François Hollande a eu des mots justes. « La récession est européenne et la solution est européenne », a-t-il déclaré hier avant d’aller s’entretenir, à Bruxelles, avec la Commission européenne et ce constat comme la conclusion qu’il en tire ne sont guère contestables.

        Bien que l’Allemagne ait enregistré une très, très symbolique croissance de 0,1%  au premier trimestre, c’est toute la zone euro qui est aujourd’hui en récession avec un recul moyen du Produit intérieur brut de 0,2%, celui-là même qui affecte la France. Allemagne comprise, tous les pays de la monnaie unique sont dans le même bateau et, si chacun d’eux doit remettre de l’ordre dans ses comptes, aucun d’eux ne pourra s’en tirer – non pas seulement sortir de la récession mais renouer avec une vraie croissance – en ne tablant que sur la réduction de ses dépenses dont le seul effet immédiat est de ralentir encore l’activité et de réduire les rentrées fiscales.

        La zone euro ne sortira de cette crise qu’en mettant ses moyens en commun, qu’en mutualisant ses emprunts pour en diminuer les taux et qu’en procédant, surtout, à des investissements paneuropéens dans les industries d’avenir, celle qui créeront les emplois de demain. François Hollande a, oui, cent fois raisons de dire que « la solution est européenne » mais pourquoi le murmure-t-il au lieu de le hurler et de prendre la tête d’un parti paneuropéen de la croissance européenne ?

        Pourquoi l’homme qui, durant sa campagne, avait su dire avant tout le monde que la rigueur était nécessaire mais mènerait dans le mur si elle n’était pas accompagnée d’un effort de croissance volontariste est-il aujourd’hui si discret, timide, elliptique, alors que les faits lui ont donné raison et que cette analyse est de plus en plus partagée, jusque dans les milieux financiers ?

        Cela parait incompréhensible, mystérieux, mais il y a une explication à cela...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Et si Chypre faisait faillite... Le scénario qui fait peur

Et si Chypre faisait faillite... Le scénario qui fait peur | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Si la BCE fermait le robinet des liquidités aux banques de l'île, Nicosie pourrait emporter dans sa chute les autres pays fragiles de la zone euro.

 

Chypre : J - 3 avant le chaos ? La mise en demeure de Nicosie par la Banque centrale européenne (BCE), jeudi 21 mars, qui menace de ne plus abreuver d'argent frais l'île, a déclenché le compte à rebours. Si aucun accord n'est trouvé d'ici au lundi 25 mars pour débloquer l'aide de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international dont Chypre a cruellement besoin - 10 milliards d'euros -, l'institution de Francfort fermera le robinet des liquidités. Et condamnera ainsi les banques du pays de l'île méditerranéenne.


Le scénario, hier écarté, d'une faillite du pays suivie de sa sortie de l'union monétaire, ressurgit. D'autant que l'option d'une aide russe a tourné court. Car, si les banques chypriotes étaient abandonnées à leur sort, l'Etat, aux abois, incapable de recapitaliser ces établissements à la taille disproportionnée (7,5 fois la richesse nationale), serait promis à la banqueroute.

Déjà, le front de Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, perle de sueurs froides. Chypre, a-t-il signifié jeudi, représente "un risque systémique". Autrement dit, sa chute pourrait faire imploser tout le système financier de la zone euro.


Du "bluff", pensent certains. Le produit intérieur brut (PIB) de 17 milliards d'euros de l'île représente à peine le quart du chiffre d'affaires du distributeur Carrefour ! Certes, depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, les experts savent qu'un phénomène a priori contrôlable peut avoir un pouvoir de nuisance démesuré. Mais dans le cas de Chypre, les effets d'une contagion directe d'une faillite du pays semblent circonscrits...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La récession frappe aux quatre coins de l'Europe

La récession frappe aux quatre coins de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Espagne, Italie, Hongrie, Pays-Bas... tous publient des chiffres négatifs pour le PIB du troisième trimestre.

 

L'Espagne est restée en récession au troisième trimestre, avec un recul du PIB de 0,3 % par rapport au deuxième trimestre, selon les chiffres officiels définitifs publiés jeudi 15 novembre, et au lendemain d'une grève générale contre l'austérité, le chômage et la précarité. Le pays, quatrième économie de la zone euro, a renoué avec la récession fin 2011, moins de deux ans après en être sorti, et avait déjà vu son PIB reculer de 0,4 % au deuxième trimestre.

L'Espagne peine à se relever depuis l'éclatement de sa bulle immobilière en 2008. Le pays affiche un taux de chômage record, avec plus d'un actif sur quatre sans emploi, mais il multiplie les mesures de rigueur pour réduire son déficit public, ce qui freine, selon les économistes, le redémarrage de l'économie. Mercredi, l'Espagne a cependant reçu le soutien de la Commission européenne, qui a annoncé qu'elle ne demanderait pas d'efforts supplémentaires au pays pour la période 2012-2013, même s'il ne devrait pas être en mesure de respecter ses engagements sur le plan budgétaire.

En Italie, le PIB s'est contracté de 0,2 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, et de 2,4 % sur un an, selon une première estimation publiée jeudi par l'institut de statistiques Istat....

 

Au Nord, c'est à peine mieux. Le produit intérieur brut des Pays-Bas a reculé de 1,1 % au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre, selon une première estimation de l'Office central des statistiques publiée jeudi. Les Pays-Bas avaient connu une légère récession lors de la deuxième partie de l'année 2011, mais en étaient sortis au premier trimestre 2012.

La Hongrie est de son côté restée en récession au troisième trimestre, son PIB accusant une nouvelle contraction pour le troisième trimestre consécutif...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En ces temps d'austérité, la Suède fait de la relance

En ces temps d'austérité, la Suède fait de la relance | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le petit pays, aux finances saines, s'est enfin décidé, avant les élections de 2014, à soutenir une croissance qui faiblit.

 

Le geste peut avoir des allures de provocation. Jeudi 20 septembre, le gouvernement suédois présentera devant le parlement son budget pour 2013. A rebours des plans d'austérité généralisés en Europe, le pays scandinave, membre de l'Union sans avoir adhéré à l'euro, ose la relance.

Le programme est loin de ressembler à un "new deal" : le gouvernement de coalition de centre droit mise sur une expansion budgétaire représentant 23 milliards de couronnes suédoises (2,6 milliards d'euros), soit entre 0,5 à 1 point de son produit intérieur brut (PIB). Mais la démarche est suffisamment singulière, en ces temps d'austérité, pour être remarquée.

" La Suède, au contraire de beaucoup d'autres pays, peut miser sur l'avenir", a expliqué le Premier ministre Fredrik Reinfeldt.

L'aide aux entreprises – l'impôt pour les sociétés devrait ainsi passer de 26,3 % à 22 %, basculant sous la moyenne européenne –, les investissements dans les infrastructures et la recherche sont au cœur du budget 2013.

Pour le reste, le gouvernement accorde des réductions d'impôts aux retraités, un sujet qui avait déjà fait l'objet d'un combat âpre entre gauche et droite lors des élections de 2010. Et veut s'attaquer au chômage de longue durée : 2,1 milliards de couronnes sur quatre ans y seront consacrés.

Le gouvernement instaurera ainsi, à compter de 2014, une aide à l'emploi de chômeurs depuis plus d'un an et demi : il paiera, pendant un an, aux entreprises qui les feront travailler entre 80 % à 85 % du coût salarial....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Espagne annonce de nouvelles économies, la zone euro rassurée

L'Espagne annonce de nouvelles économies, la zone euro rassurée | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le gouvernement espagnol a approuvé un projet de loi créant une série de nouvelles taxes sur le secteur énergétique du pays, qui devraient rapporter 2,7 milliards d'euros.

 

"C'est une des réformes les plus indispensables, car la dette laissée par les précédents gouvernements dans ce secteur atteint 24 milliards d'euros et si on n'y mettait pas un frein, elle pouvait augmenter chaque année de 5 milliards", a expliqué à la presse la porte-parole du gouvernement, Soraya Sáenz de Santamaría, à l'issue du conseil des ministres.

La réforme vise à compenser "le déficit de tarif, qui est la différence entre ce que coûte la production d'électricité et ce que l'on obtient par sa vente". Le gouvernement conservateur introduit notamment deux nouvelles taxes sur l'énergie nucléaire, une taxe sur l'énergie hydroélectrique ainsi qu'un impôt de 6 % sur la production d'énergie en général. La réforme se déroulera en "deux phases", a précisé le ministre de l'industrie, José Manuel Soria, avec comme premier objectif "d'arriver à un déficit de tarif de 1,5 milliard d'euros cette année", contre environ 5 milliards par an en 2010 et en 2011, puis "à partir de 2013 il ne pourra plus y avoir de déficit de tarif".

Les finances publiques de l'Espagne sont particulièrement surveillées actuellement, alors que le pays s'est engagé à réduire son déficit public de 8,9 % à 6,3 % du PIB en 2012. L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, bénéficie depuis juin d'une promesse d'aide de la zone euro de 100 milliards d'euros pour ses banques. Elle est désormais sous pression, à la fois du marché et de ses partenaires européens, pour demander un sauvetage financier plus large, mais affirme ne pas avoir encore pris de décision à ce sujet....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les pays européens, des plus riches aux plus pauvres

Les pays européens, des plus riches aux plus pauvres | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Découvrez le classement des 39 pays européens par PIB et par habitant dans cette infographie de RIA Novosti.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La crise économique s'atténue en Espagne

La crise économique s'atténue en Espagne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le PIB espagnol a reculé de 0,1 % au second trimestre, contre 0,5 % au premier trimestre.

 

La récession dans laquelle l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, est plongée depuis deux ans a été plus modérée au deuxième trimestre, selon les chiffres définitifs publiés jeudi 29 août par l'Institut national de la statistique (INE).

Le PIB a reculé de 0,1 % par rapport au premier trimestre, a annoncé l'INE, un chiffre identique à celui avancé par la Banque d'Espagne, qui table comme le gouvernement sur un retour au vert au troisième trimestre.

L'Espagne, qui a replongé en récession mi-2011, a enregistré en 2012 une chute de 1,6 % de son PIB, plus importante que le 1,4 % précédemment annoncé, selon les chiffres officiels révisés, publiés jeudi. La croissance affichée jusque-là pour 2011 a été réduite, de 0,4 % du PIB à 0,1 %...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Slovénie présente un plan pour assainir ses finances publiques

La Slovénie présente un plan pour assainir ses finances publiques | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Echaudé par les conditions drastiques imposées à Nicosie pour obtenir une aide internationale, Ljubljana souhaite à tout prix éviter ce recours.

 

Le gouvernement de centre gauche de Slovénie, pays souvent cité comme potentiel candidat à une aide internationale, doit présenter jeudi 9 mai à l'issue d'un conseil des ministres le plan d'assainissement des finances publiques qu'il va envoyer à la Commission européenne. Objectifs : améliorer les finances publiques du pays et réformer le secteur bancaire qui croule sous une montagne de créances douteuses – environ 7 milliards d'euros, soit 20 % du produit intérieur brut (PIB) du pays – pour éviter au pays de devenir le sixième membre de la zone euro à faire appel à une aide, après Chypre, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande et la Grèce.

Echaudé par les conditions drastiques imposées à Nicosie pour obtenir une aide internationale, Ljubljana souhaite à tout prix éviter ce recours. Alenka Bratusek, arrivée à la tête du gouvernement il y a sept semaines, a annoncé mercredi qu'elle prendrait en compte les propositions de l'opposition. Le document de travail évolue ainsi en fonction des différentes réunions avec les syndicats, le patronat et les différentes forces politiques...

 

Mercredi, le commissaire européen en charge des affaires économiques, le Finlandais Olli Rehn, a expliqué que si le plan était "convaincant, concret et fiable", l'Union européenne (UE) déciderait fin mai de la prochaine étape. L'agence d'évaluation financière américaine Moody's avait mis un peu plus sous pression le pays, dégradant le 30 avril sa note souveraine de deux crans dans la catégorie "spéculative".

La Slovénie a toutefois réussi à lever le 3 mai 3,5 milliards de dollars sur le marché de la dette, à des taux seulement en légère hausse et avec une demande forte. Les spéculations sur une demande d'aide de l'ancien élève modèle parmi les anciens pays communistes membres de l'UE, se sont renforcées après le sauvetage de Chypre, même si les deux cas diffèrent fortement : le secteur bancaire slovène représente 130 % du PIB quand les banques chypriotes en représentent 800 %.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre, le moucheron qui agace l’Europe

Chypre, le moucheron qui agace l’Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La petite république a besoin d’une aide équivalant à 92% de son PIB. Mais le paradis fiscal n’entend rien céder en échange.

 

C’est Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe, qui a mangé le morceau, peu avant Noël : ni les marchés ni la presse n’ont l’air de réaliser qu’un pays de la zone euro pose aujourd’hui «un problème plus grave que la Grèce», lâchait le Premier ministre luxembourgeois face à quelques journalistes. Ce problème, à son avis «sous-estimé», c’est Chypre, minuscule république comptant pour moins de 0,2% du PIB des Dix-Sept…

Victime collatérale de la faillite de la Grèce, la petite île méditerranéenne appelle à l’aide depuis juin. Une affaire d’abord jugée bien anecdotique : qu’est-ce qu’une quinzaine de milliards d’euros face aux 400 milliards mobilisés pour le sauvetage grec ? «Chypre, ça n’a l’air de rien, et pourtant, c’est très compliqué», acquiesce à Berlin une source gouvernementale. D’ailleurs, sept mois après son appel au secours, aucun accord n’a pu être signé, jusqu’ici, entre le pays et la troïka des créanciers associant l’Europe, la BCE et le Fonds monétaire international.

Mafia russe. Le «cas Nicosie» est épineux à deux titres. Sur le plan économique, le sauvetage des banques chypriotes - évalué à environ 9 milliards d’euros, selon l’audit encore confidentiel qui sera soumis lundi à l’Eurogroupe - est déjà voué à entrer dans les annales. Rapporté à la taille du pays, ce serait le deuxième plus gros du monde (50% du PIB), après le renflouement du secteur bancaire indonésien en 1997. Et en ajoutant l’aide de 7,5 milliards dont l’Etat a besoin pour boucler son budget et honorer le service de sa dette jusqu’en 2015, la facture pourrait dépasser… 92% de son PIB !....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bruxelles ne croit pas aux promesses de François Hollande

Bruxelles ne croit pas aux promesses de François Hollande | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les prévisions de la Commission européenne ne sont pas compatibles avec la réduction du déficit promise.

 

La Commission européenne devait doucher, mercredi 7 novembre, les espoirs de croissance et de redressement budgétaire de François Hollande et de son gouvernement. D'après les prévisions d'automne publiées en début d'après-midi à Bruxelles, la croissance atteindra 0,4 % l'an prochain, moitié moins que l'hypothèse retenue par Paris pour construire le budget 2013 (à 0,8 %).

Dans ces conditions, la France ne devrait donc pas, selon les estimations de la Commission, être en mesure de ramener son déficit en deçà de 3 % du produit intérieur brut (PIB) dès 2013, contrairement au cap fixé par François Hollande depuis son élection.

Cet objectif ne devrait être atteint qu'en 2014, avec une croissance attendue de 1,2 %, à condition, selon Olli Rehn, le commissaire aux affaires économiques et monétaires, de prendre des mesures supplémentaires d'économies cette année-là. Et de poursuivre encore les efforts en 2015.

Tandis que le gouvernement français multiplie les annonces pour asseoir sa crédibilité budgétaire, et donner des gages aux marchés, la Commission se garde d'exiger davantage d'austérité pour 2013 : elle a décidé de renoncer à ce jour à l'envoi d'un éventuel "avertissement précoce", tel que celui adressé à la Belgique en début d'année pour la sommer d'accentuer ses efforts de rigueur. "C'est un autre cas de figure : à l'époque, le gouvernement belge tardait à être formé", dit un haut fonctionnaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Lettonie : après la pire récession de l'histoire, le remboursement de la dette

Lettonie : après la pire récession de l'histoire, le remboursement de la dette | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
LETTONIE - La Lettonie a commencé à rembourser le Fonds monétaire international plus tôt que prévu.

Elle a versé, ce vendredi 14 septembre, 211 millions d'euros au FMI dans le cadre d’un prêt international obtenu en décembre 2008 pour aider le pays à endiguer sa récession.

Au total, l'Etat balte doit 7,5 milliards d’euros au FMI et à l’Union européenne. Si le pays engage le remboursement de cette dette, c'est grâce à une croissance économique dynamique : 3,5% prévu pour cette année, soit l'un des meilleurs taux de l’UE.

« Il est important pour d'autres pays de s'inspirer de la Lettonie », déclarait en juin la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

La Lettonie a connu la pire récession de toute l'histoire entre 2008 et 2009 : son produit intérieur brut (PIB) a reculé de 25%.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement letton a adopté l'un des plans d'austérité les plus durs au monde. Les mesures de rigueur se sont traduites par une forte réduction des salaires et des dépenses publiques.

Cette austérité a toutefois été critiquée par de nombreux économistes pour son coût social et humain : l’émigration s’est accélérée et les services publics se sont dégradés.

Le marché de l’emploi souffre lui aussi : le chômage reste élevé, environ 15% de la population active. Il pourrait se maintenir à un niveau à deux chiffres jusqu'en 2017....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le PIB de la zone euro s'est contracté en 2011 - LeMonde.fr

Le PIB de la zone euro s'est contracté en 2011 - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Un score légèrement moins médiocre que le -0,4 % attendu par une majorité d'économistes, qui confirme néanmoins du trou d'air traversé par les dix-sept.

 

En a-t-on fini avec une zone euro à deux vitesses ? La récession s'approche à grands pas et attaque désormais l'ensemble des pays de l'union monétaire. En attestent les chiffres du quatrième trimestre 2011 publiés mercredi 15 février : sur la période le Produit intérieur brut (PIB) de l'Union monétaire s'est contracté de 0,3 %.

Un score légèrement moins médiocre que le -0,4 % attendu par une majorité d'économistes, qui confirme néanmoins du trou d'air traversé par les dix-sept. Sur l'ensemble de l'année la croissance s'élève ainsi à peine à 0,7 %. Techniquement une récession est officielle après deux trimestres de croissance négative. Une formalité que remplira sans aucun doute la zone euro selon les experts de Deutsche Bank qui attendent un recul du PIB de 0,4 % sur les trois premier mois de 2012....

more...
No comment yet.