Après la fusillade de Liège, place aux interrogations sur le profil du tueur - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - La procureure Danièle Reynders a souligné, mercredi, que le tueur était "bien connu des services de police et de la justice".

 

"L'inexplicable carnage". Le titre, qui barre l'édition du jour de la Libre Belgique, en dit long sur les interrogations qui hantent le royaume après l'émoi suscité par la tuerie de Liège, mardi 13 décembre. Pourquoi Nordine Amrani, 33 ans, a-t-il ouvert le feu en pleine rue ? Qui était cet homme "lourdement armé" qui causé la mort de quatre personnes et en a blessé 125 autres ?

Lors d'une conférence de presse organisée mercredi matin, la procureure du Roi de Liège, Danièle Reynders, a souligné que le tueur était "bien connu des services de police et de la justice". Elle a également précisé qu'il avait déjà été condamné et qu'il "est connu pour des faits d'armes, pour des faits de recel, pour des faits de stupéfiants, pour des faits de mœurs", précisant qu'il "n'est pas connu du tout pour des faits de terrorisme...

 

Y a-t-il eu défaillance judiciaire ? La question persiste. Dans son éditorial, le très sérieux quotidien Le Soir constate que "le geste criminel du Liégeois ponctue dans le sang une année 2011 qui n'aura été que douleur et qui s'achève dans le questionnement : pourquoi ?" Une incompréhension qui se retrouve sur des réseaux sociaux qui questionnent la "'légèreté' dont aurait fait preuve la justice à l'égard d'un homme au lourd passé judiciaire, notamment réputé pour sa connaissance des armes à feu," poursuit l'éditorialiste du journal...