Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni, déchiré, vote sa sortie de l'UE

Le Royaume-Uni, déchiré, vote sa sortie de l'UE | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le Royaume-Uni entame le reste de son histoire. Et cette histoire se construira hors de l’Union européenne.


Le Royaume-Uni entame le reste de son histoire. Et cette histoire se construira hors de l’Union européenne. Ce vendredi 24 juin, à 4h40 locales (5h40 à Paris), la BBC l’a annoncé : le camp du Leave, en faveur de quitter l’Union européenne, a remporté le référendum. Les Britanniques ont voté à 51,9% des voix pour sortir de l’Union européenne, contre 48,1% pour rester, selon les résultats définitifs publiés vendredi matin par la commission électorale. Quarante-et-un ans après un autre référendum, en 1975, au cours duquel le pays avait choisi de rejoindre la Communauté économique et européenne (CEE), le Royaume-Uni redevient juste une île.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Irlandais ont dit «yes» au mariage homosexuel

Les Irlandais ont dit «yes» au mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les premiers résultats publiés dans l'après-midi donnent le oui gagnant avec plus de 62% des voix.

 

Les premiers résultats publiés dans l’après-midi donnaient le oui gagnant avec plus de 62% des voix dans plus de la moitié des circonscriptions, selon la chaîne nationale RTE.

«C’est vraiment historique, nous sommes le premier pays au monde à voter pour l’égalité dans le mariage dans le cadre d’un référendum», a déclaré le ministre de la Santé, Leo Varadkar, premier membre d’un gouvernement irlandais a avoir fait son coming out. La campagne pour le oui, a-t-il estimé, a été «une révolution sociale», dans un pays où l’homosexualité n’a été dépénalisée qu’en 1993.

«On va gagner», a tweeté de son côté Aodhan O Riordain, secrétaire d’Etat pour l’Egalité. «C’est le "oui" (qui l’emporte). Et même une victoire écrasante à Dublin. Je suis tellement fier d’être Irlandais aujourd’hui», a-t-il dit, tandis que des Irlandais exultaient à Dublin....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Irlande en voie de se passer de l'aide internationale

L'Irlande en voie de se passer de l'aide internationale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Ce serait le premier pays de la zone euro sous assistance à s’affranchir de l’aide de ses partenaires.



L’Irlande a confirmé qu’elle devrait sortir à la mi-décembre du plan de sauvetage de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, devenant ainsi le premier pays de la zone euro sous assistance à s’affranchir de l’aide de ses partenaires.

«Je peux confirmer que l’Irlande est en voie de sortir du plan de sauvetage UE-FMI le 15 décembre. Et il n’y aura pas de retour en arrière», a déclaré le Premier ministre, Enda Kenny, samedi soir lors de la conférence nationale de son parti Fine Gael (centre).

La sortie du plan d’aide à la fin de l’année était l’objectif affiché du gouvernement Kenny qui avait entamé des discussions avec la troïka (UE-BCE-FMI) de ses bailleurs de fonds en février.

Au bord du gouffre après l’explosion de la bulle immobilière et le sauvetage de ses banques, l’Irlande avait été contrainte fin 2010 d’appeler à la rescousse ses partenaires européens et le FMI au moment où son déficit atteignait 30% du PIB.

L’ancien «tigre celtique» avait alors obtenu un plan de sauvetage de trois ans de 85 milliards d’euros, en échange de la mise en oeuvre d’une austérité draconienne qui lui a permis de redresser ses comptes.

Trois ans plus tard, le pays, constamment présenté par les dirigeants européens comme un modèle à suivre pour les autres pays de la zone euro sous assistance financière (Grèce, Portugal, Chypre), a retrouvé la croissance et l’accès aux marchés financiers.

En février, Dublin avait déjà fait un pas essentiel en parvenant avec la Banque centrale européenne à un accord qualifié d'«historique» par Kenny, sur la réduction du fardeau de la dette issue du sauvetage de ses banques....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Dublin obtient un long répit de la Banque centrale européenne

Dublin obtient un long répit de la Banque centrale européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

IRLANDE - L'Irlande a obtenu, ce jeudi, un rallongement de la durée et une baisse des taux d'intérêt des prêts que la Banque centrale européenne lui avait consentis en 2010 pour sauver ses banques. Un accord qualifié d'historique par Dublin.

 

Le Premier ministre irlandais Enda Kenny a annoncé jeudi devant les députés que le gouvernement était parvenu à un accord "historique" sur la réduction du fardeau de la dette bancaire avec la Banque centrale européenne (BCE).

Dans le cadre de cet accord, Dublin a obtenu un allongement de la durée de remboursement et une baisse des taux d'intérêt, via la transformation des prêts accordés par la BCE et appelés "promissory notes", en obligations à long terme, a précisé M. Kenny.

"Je suis ravi d'annoncer qu'aujourd'hui l'Irlande est parvenue à une conclusion dans ses discussions avec la Banque centrale européenne qui honore notre engagement de mettre en place un arrangement plus juste et viable", a déclaré le premier ministre qui avait fait de cet accord une priorité de la présidence irlandaise de l'UE.

C'est une "étape historique sur le chemin du redressement économique" qui "sécurise la situation financière future de l'Etat, tout en réduisant le fardeau (de la dette contractée dans le cadre du sauvetage des banques) pour les contribuables irlandais", a poursuivi M. Kenny.

"Cela met fin à un chapitre tragique de l'histoire de notre pays", a-t-il encore dit en se félicitant d'en avoir fini avec "les pratiques bancaires désastreuses qui ont amené cet Etat au bord de la faillite".

Selon les termes de cet accord qui va permettre une réduction des besoins de financement de l'Etat irlandais de 20 milliards d'euros au cours de la prochaine décennie, les "promissory notes" vont être remplacées par des obligations d'une maturité allant jusqu'à 40 ans et d'une durée moyenne de 34 ans contre 7 à 8 ans aujourd'hui...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Irlande prend la présidence de l'euro. Mais qui s'en soucie?

L'Irlande prend la présidence de l'euro. Mais qui s'en soucie? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La présidence tournante de l'UE est devenue une institution vide. La faute à la crise et à l'évolution institutionnelle de l'Europe.

 

Tous les six mois, c'est la même petite musique. Un pays quitte la présidence du conseil de l'Union européenne et un autre le remplace. Le sortant se félicite de son excellent travail et le nouveau «président» annonce qu'il va s'efforcer de réaliser un saut qualitatif dans l'intégration européenne. La fin de l'année 2012 et le début de l'année 2013 ne dérogent pas à cette tradition.



Chypre a, ce vendredi, rendu public le bilan de ses six mois de présidence. «Notre aspiration était d'amener un peu plus loin l'intégration européenne et je crois que les résultats importants de notre présidence sont une preuve de notre succès dans ce domaine», s'est félicité Andreas Mavroyannis, le chargé d'affaires auprès du président chypriote pour les affaires européennes. De son côté, l'Irlande, qui va assurer la présidence de l'UE à partir du 1er janvier, annonce déjà qu'elle entend «promouvoir la croissance et l'emploi».



Tout ceci fleure bon la propagande à l'ancienne et la langue de bois dont l'Europe sait tant faire usage. La réalité est différente. On peut d'abord discuter de «l'importance» du bilan de la présidence chypriote alors que les discussions autour du budget européen a déchiré les pays membres, que le Royaume-Uni menace de quitter l'Union, qu'il a fallu trouver une énième solution d'urgence qui ne règle rien à la crise de la zone euro et qu'enfin l'union bancaire demeure dans les limbes. Mais la véritable question n'est pas là. Le vrai problème, c'est que la présidence chypriote n'y est pour rien. «Son» bilan, que l'on trouvera résumé ici, ne lui appartient guère.


Nicosie n'est cependant pas plus en cause que ne l'était Copenhague ou Varsovie avant lui. Car que pouvait faire, de son propre chef, Chypre, ce petit pays de 800.000 âmes qui, pendant qu'il présidait officiellement l'Union européenne en crise, négociait avec cette même UE les conditions de son aide financière? Que pouvait faire la Pologne ou le Danemark, deux pays non membres de la zone euro, pour «donner l'impulsion» à une UE malade de sa zone euro? Et que pourra faire l'Irlande qui négocie actuellement dune réduction de plus de 60 milliards d'euros de sa dette bancaire auprès de l'UE et de la BCE pour imposer ses vues au reste des 26 pays de l'Union?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

CRISE ÉCONOMIQUE • Les Britanniques et les Irlandais n’en peuvent plus de l’austérité

CRISE ÉCONOMIQUE • Les Britanniques et les Irlandais n’en peuvent plus de l’austérité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le jour même où le ministre des finances britanniques promet de poursuivre sa politique de rigueur encore six ans, le gouvernement de Dublin présente son sixième budget d'austerité depuis le crash de 2008.

 

La presse de ces deux îles voisines a du mal à dissimuler sa colère.

 

C’est sans grand optimisme que les Britanniques attendaient ce mercredi 5 décembre le traditionnel "discours d’automne" du ministre des Finances britannique George Osborne. Dans un contexte économique difficile, le ministre a fait un point sur son budget de mars 2012 et sur sa politique de rigueur en général, devant une Chambre de Communes houleuse.

Les nouvelles ne sont pas très bonnes : une contraction de 0,1 % de l'économie est prévue cette année contre une précédente prévision à la hausse de + 0,8 %. La progression de croissance ne sera que de 1,2 % en 2013, contredisant les 2 % initialement calculés. Selon George Osborne, l’austérité va durer encore six ans, soit jusqu'en 2018.

Au lendemain de ce discours d'automne, la presse britannique réagit avec ironie, humour et un brin d’amertume face à un ministre qui malgré les critiques émises par le FMI, l'opposition travailliste et de nombreux économistes, refuse d’adoucir sa politique. La une du quotidien The Independent montre Osborne en prestidigitateur qui sort un lapin squelettique de son chapeau sous le titre : “Osborne n’a plus de tours à jouer”. Selon un chroniqueur de ce journal de gauche —

“Notre ministre à temps partiel continue à mettre la tête dans le sable en persistant à appliquer des plans d'assainissement budgétaire ratés. A la Chambre des Communes, il a de nouveau prétendu que ‘l'économie est sur la voie de la guérison’ et que ses plans économiques sont ‘en bonne voie’. Sur quelle planète vit-il ?”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les vrais gagnants de la Zone Euro | Bakchich

Les vrais gagnants de la Zone Euro | Bakchich | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La Zone Euro illustre à la perfection la fable de la Cigale et la fourmi. Démonstration:

Sans que l’on s’en rende compte, la crise financière qui s’éternise en conduisant les banques européennes, qui s’en défendent de plus en plus mollement, au bord de l’asphyxie, ranime de vieux nationalismes qu’on croyait enterrés à jamais en Europe. Jusqu’à revoir fleurir des allusions plus ou moins subtiles à la Seconde Guerre Mondiale.

Dans le collimateur des états dits périphériques, ces fameux PIIGS réputés festifs et nonchalants, l’intransigeante Allemagne présumée prospère qui refuse obstinément de régler leurs ardoises sans un abandon irrévocable et préalable d’une forte dose de leur souveraineté politique et budgétaire, au nom de la convergence européenne.

La charge de Mario Monti lors du sommet du 29 juin, relayée par la déclaration du président de la BCE selon laquelle, il était prêt à passer bravement outre les objections de principe teutonnes dès lors que la sauvegarde de l’Euro était dans la balance, ne sont déjà plus qu’un lointain souvenir.

D’autant que le service des études macroéconomiques de la Banque UBS, vient de rendre public, un document qui remet méchamment les pendules à l’heure et apporte pas mal d’eau au moulin de madame Merkel.

Le graphique qui risque de faire plus de dégâts que la dépêche d’Ems du 13 juillet 1870, s’intitule « croissance réelle du revenu des ménages de 2000 à 2010 dans les économies de la zone Euro, par décile de revenu, en % cumulé »

Il révèle que le trio de ceux qui ont le plus profité de la création de l’Euro au cours de la décennie écoulée sont, comme on pouvait s’y attendre….La Grèce, le Portugal et l’Espagne dans cet ordre....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Irlande : le "oui" au pacte budgétaire européen l'emporte

Irlande : le "oui" au pacte budgétaire européen l'emporte | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
D'après le résultat définitif du vote organisé jeudi 31 mai, 60,3 % des votants se sont prononcés en faveur du texte.

 

Le pacte budgétaire européen, texte qui généralise le principe de "règle d'or" dans les vingt-cinq Etats de l'Union signataires, a franchi avec succès l'obstacle toujours périlleux du référendum irlandais. D'après le résultat définitif du vote organisé jeudi 31 mai, 60,3 % des votants se sont prononcés en faveur du texte. Mais seulement un Irlandais sur deux a voté.Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a salué ce vote en faveur de l'intégration européenne comme un "pas important vers la reprise et la stabilité".

Le ministre des transports, Leo Varadkar, a été le premier, peu après 10 h 30 (11 h 30, heure de Paris), à se risquer à un pronostic. Cité par la télévision publique RTE, il a estimé que le "oui" était en passe de l'emporter au niveau national avec 57 % ou 58 % des suffrages, une estimation proche de celles avancées ces derniers jours par les sondages. "La tendance ici est clairement en faveur du 'oui', mais il faut attendre un peu pour avoir une tendance sur l'ensemble du pays", a de son côté déclaré le Taoiseach, le premier ministre, Enda Kenny, de sa circonscription de Mayo, dans l'ouest du pays. Opposant au traité, le député socialiste Joe Higgins a reconnu que "les premières indications semblent indiquer une victoire du 'oui'", dénonçant une campagne "honteuse" menée par la "peur"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les menaces qui pèsent encore sur la zone euro

Les menaces qui pèsent encore sur la zone euro | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Tour d'Europe des risques qui continuent à peser sur l'avenir de l'Union économique et monétaire.

Le nouveau coup de chaud sur la dette souveraine européenne jeudi dernier a rappelé que le feu couvait toujours sous l'euphorie de ces dernières semaines. Les risques n'ont donc pas disparu. Latribune.fr a réalisé un tour d'Europe de ces menaces qui pourraient déclencher de nouveaux embrasements. Extraits:

*La Grèce

L'inquiétude sur la Grèce a un peu disparu ces dernières semaines après le succès de sa restructuration. Elle pourrait cependant rapidement revenir au premier plan...

*L'Espagne

« Les défis auxquels doit faire face l'Espagne sont sévère ». Le FMI n'a pas caché jeudi dernier son inquiétude envers le royaume ibérique qui, apparaît, dans l'immédiat, comme le maillon faible de la zone euro...

*L'Irlande

- L'ex « Tigre celtique » est sans doute le seul pays en crise à avoir mené une vraie politique de déflation compétitive. Sauf que l'affaissement de la demande mondiale met ses efforts en péril....

*Le Portugal

- Officiellement, tout va bien à Lisbonne. Mais dès la fin de la restructuration de la dette grecque, les regards inquiets des marchés se sont tournés vers le Portugal....

*L'Italie

Voici peu, l'Italie était sur le point de devenir une sorte d'Irlande dans l'esprit des investisseurs, un modèle à suivre. Mais Mario Monti doit aussi faire face à une résistance de la population...

*La France

Les lendemains de l'élection présidentielle seront cruciaux. L'heureux élu du 6 mai devra rapidement montrer sa « bonne volonté » vis-à-vis des marchés et affichant sa solidarité avec l'Allemagne et sa volonté de réduire les déficits....

*L'Allemagne et l'Autriche

- La patience allemande a déjà été mise à rude épreuve. A priori, Berlin a obtenu beaucoup avec le nouveau traité budgétaire. Mais en cas de nouvelle crise aiguë, il ne sera pas simple de convaincre à nouveau le gouvernement Merkel de mettre la main à la poche....

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from ] Substrat [
Scoop.it!

Chronique d'un hiver européen - part I : Athènes

Chronique d'un hiver européen - part I : Athènes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Auteur : Etienne Haug

Son blog : http://coulissesdunhiver.wordpress.com/

Chroniques d’un hiver européen est un projet de série documentaire radiophonique destinée à être publiée sur internet, en premier lieu sur cette page web, puis si possible par le biais d’autres medias.

Le documentaire a pour but de témoigner du quotidien de la crise économique dans les pays européens les plus touchés, tout en déroulant au fil des épisodes des éléments d’explication, d’analyse et des pistes de réflexion.

Sur une période étendue (cinq mois pour commencer), le projet est de se rendre dans différents pays européens subissant la crise financière et économique actuelle (à priori Grèce et Irlande) pour rendre compte de la situation, croiser les vécus, les opinions, les engagements et les idées des populations. Pays après pays, de nombreux enregistrements sonores sont utilisés pour produire une série de documentaires radio publiés chronologiquement sur cette page.


Via Bérénice , coline termash
more...
Bérénice 's comment, March 6, 2012 6:51 AM
de rien ! merci de votre fidélité.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Fitch abaisse la note de six pays de la zone euro - LeMonde.fr

Fitch abaisse la note de six pays de la zone euro - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - L'agence de notation a notamment dégradé la note souveraine de l'Italie et de l'Espagne.

L'agence de notation Fitch a annoncé une salve d'abaissement de notes souveraines pour plusieurs pays de la zone euro, vendredi 27 janvier. L'Italie a ainsi vu sa note passer de A+ à A-, l'Espagne la sienne de AA- à A.

Les autres pays dégradés sont la Belgique ( AA contre AA+) ; Chypre (BBB- contre BBB) ; la Slovénie (A contre AA-). La note de l'Irlande est maintenue à BBB+. Toutes ces notes s'accompagnent d'une "perspective négative", ce qui signifie que Fitch envisage de les abaisser encore...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Notre crise, leurs bonnes affaires

Notre crise, leurs bonnes affaires | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Dette et austérité : telle est la nouvelle réalité qui s'impose à la plupart des Européens. La situation actuelle offre pourtant à certains des occasions de s'enrichir rapidement. Dans ce contexte, comment parler encore de nation et de société ? s'interroge le journaliste irlandais John Waters.

Par John Waters

 

“L'euro est peut-être au bord de l'implosion, mais pas vos profits”. Tel était, par un beau matin, le message publicitaire qui a attiré mon attention sur le site Internet de l'Irish Times. Le ton de cette affirmation, à des années lumière du discours moralisateur généralement de rigueur sur ces questions, m'a poussé à cliquer.

Il s'agissait d'une publicité pour une publication en ligne qui se propose de vous envoyer tous les jours une newsletter sur l'investissement ne contenant “que l'information dont vous pouvez tirer profit”.

Elle promet à ses abonnés qu'ils auront une longueur d'avance sur l'évolution de la crise de l'euro. Car le franchissement imminent du “point d'inflexion” (ce tournant à partir duquel les marchés seront sens dessus dessous) devrait fournir aux initiés de nombreuses occasions de "coquets bénéfices". Approchez, mesdames et messieurs, approchez !

J'ai été pris d'un sentiment étrange de vertige à la lecture de cette réclame, qui est venue me rappeler que certes, pendant le naufrage, les affaires continuent, mais surtout que le naufrage lui-même crée des perspectives d'opérations juteuses...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

2 - Le débat : Irlande, une nouvelle Eire ?

2 - Le débat : Irlande, une nouvelle Eire ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour la première fois de leur histoire, les Irlandais qui viennent d’élire leur président ont eu le choix entre sept candidats. Parmi eux, un ancien dirigeant de l’IRA, une ex-chanteuse de l’Eurovision, et… un homosexuel.

L’Eglise catholique minée par des scandales de pédophilie sans fin n’a fait aucun commentaire. L’Irlande «Le dragon celte», premier pays de l’Union européenne touché par la crise et la récession connaît de nouveau une très légère croissance, mais aussi un regain de l’émigration. Comment la crise a-t-elle changé l’Irlande et les Irlandais ?

 

Débat radiophonique de 26'31".

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Brexit : “Ce vote va avoir des répercussions dans le monde entier”

• C’est donc le “Out” qui l’a emporté, avec 51,9 % des suffrages. • La participation au référendum qui s’est tenu le jeudi 23 juin a été forte : 72,2 %. • Depuis l’annonce du résultat, la livre sterling s’est effondrée. • Le Premier ministre a annoncé sa démission.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que l'Irlande sort du plan d'aide européen le 15 décembre, le Portugal et la Grèce restent sous la tutelle de la troïka. Les raisons de leur crise sont différentes.

Mais les trois pays souffrent d'une même absence de considération de la part de Bruxelles.

 

Au départ, l'Irlande devait bénéficier d'un programme de sauvegarde [une ligne de "crédit de précaution" pour sortir du plan d'aide], et les négociations irlandaises devaient nous guider vers les nôtres. Comme disait le vice-Premier ministre Paulo Portas, "mieux vaut être celte que grec".

Mais l'Irlande nous a filé entre les doigts : elle a décidé d'en appeler aux marchés, et nous avons perdu notre cicérone. On dit que c'est Dublin qui a décidé de prendre ce risque. Mais une autre version circule : l'Allemagne et la Finlande ont fait mine de tergiverser, et les Irlandais, qui bénéficient de taux acceptables sur les marchés, ont préféré ne pas risquer plusieurs mois supplémentaires d'incertitude. Voilà qui tend à confirmer que ces décisions dépendent moins des pays concernés par les plans d'aide, que de facteurs qui leur sont extérieurs.

Le gouvernement portugais a donc dû adapter son discours, avec la nouvelle thèse suivante : c'est la preuve que l'austérité fonctionne. Ainsi, si nous n'avons pas fait appel aux marchés en juillet, c'est parce que nous avons appliqué la recette de la troïka [UE-FMI-BCE, représentant les créanciers du Portugal] avec moins de rigueur que les Irlandais. Ou, ajoutent certains, parce que nous avons commencé les coupes trop tard.

 

Premier mensonge : l'austérité a porté ses fruits en Irlande. Le sauvetage de l'Irlande, que celle-ci a voulu refuser, avait pour seul objectif de sauver son secteur bancaire. Sur ce point, oui, il a fonctionné. Mais la situation financière irlandaise est bien loin du modèle défendu par la troïka. Alors que son plan d'ajustement a pris fin, l'Irlande affiche aujourd'hui une dette publique équivalente à la nôtre, une croissance médiocre et un déficit qui tourne autour de 8 %.

Si le Portugal cumulait ces mêmes indicateurs, nos taux d'intérêt dépasseraient allègrement les 6 % actuels. Mais l'Irlande peut se permettre de prendre le risque d'aller sur les marchés, car elle bénéficie de taux à 3,5 %. Et si les taux lui sont si favorables, c'est parce que, malgré l'austérité et le déséquilibre de ses comptes publics, Dublin affiche un volume d'exportations supérieur à 100 % de son PIB et jouit de facilités d'accès au marché financier nord-américain – tout cela grâce à l'anglais, que les Irlandais ont en commun avec les Etats-Unis.

Ainsi, le gouffre dans lequel l'Irlande était tombée - et où elle se trouve encore, à certains égards - n'est pas le résultat, comme la crise portugaise, de fragilités structurelles de l'économie aggravées d'abord par l'euro, puis par la crise financière internationale. Il est le résultat de ce vaste BPN [banque portugaise nationalisée après de nombreux scandales] qu'était devenu le système bancaire irlandais. De ce fait, la voie que prendra l'Irlande pour sortir de ce gouffre ne sera pas la même que la nôtre. Et, aussi nombreuses que soient dans ce pays les victimes de l'austérité, elle sera également plus facile....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Irlande veut transférer une partie de la dette de ses banques à l'Europe

L'Irlande veut transférer une partie de la dette de ses banques à l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Selon le ministre de l'économie irlandais, le transfert pourrait porter sur un maximum de 28 milliards d'euros. Berlin et la BCE bloquent cette demande.

 

Michael Noonan, le ministre de l'économie irlandais, a réitéré une nouvelle fois sa demande, mercredi 27 février, lors d'une rencontre avec un groupe de journaux étrangers, dont Le Monde : "L'Europe s'est engagée, le 29 juin 2012 , à briser le lien entre les dettes souveraines et bancaires ; cet engagement tient toujours", rappelle-t-il.

Selon lui, le transfert pourrait porter sur un maximum de 28 milliards d'euros, pris en charge par le Mécanisme de stabilité européen (MSE) : le fonds de secours mis en place en 2012 pourrait en principe recapitaliser directement les banques, selon des modalités qui divisent encore les Etats de la zone euro. Mais Berlin et la Banque centrale européenne (BCE) bloquent cette demande.

Le débat remonte à la décision controversée, prise par Dublin à l'automne 2008, de se porter garant des banques pour enrayer la panique financière. Résultat, la faillite bancaire a été transférée à l'Etat et lui a coûté 64 milliards d'euros, l'équivalent de 40 % du produit intérieur brut (PIB), somme énorme pour ce petit pays.

LA DOUCHE FROIDE

Ce geste, décidé dans l'urgence, s'était fait sous la pression de l'Europe et de la BCE, qui craignaient qu'une faillite des banques irlandaises ne se propage au reste du continent. Beaucoup d'Irlandais estiment qu'ils paient très cher pour avoir contribué à sauver l'Europe. Ils demandent qu'une partie de la dette bancaire soit partagée avec le reste de la zone euro...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Europe : une présidence qui a le tournis

Europe : une présidence qui a le tournis | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'Irlande a pris le 1er janvier la présidence de l'Union européenne pour six mois, mais cette responsabilité a été depuis trop longtemps vidée de sa substance et les intérêts nationaux sont de plus en plus privilégiés.

 

Après Chypre - dont personne ne se souvient - l'Irlande vient de prendre, le 1er janvier, la présidence tournante de l'Union européenne pour six mois dans une indifférence totale.

A l'origine, ce système avait pour objectif d'offrir à chaque Etat membre, à tour de rôle, l'occasion de présider les débats européens, de déterminer ses priorités et de se donner une visibilité européenne. Mais, depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne qui a instauré la présidence du Conseil européen, avec Herman Van Rompuy, la présidence semestrielle tournante a perdu de son intérêt.

D'autant que, en pleine crise de l'euro, quatre pays qui ont récemment présidé l'UE n'ont pas adopté la monnaie unique (Hongrie, Pologne, Danemark, Chypre). Du coup, les «grands pays» de l'Union préfèrent désormais prendre leurs décisions en dehors de la présidence tournante et multiplier les sommets à nombre réduit.

Alors que chaque présidence doit porter, en principe, quelques priorités collectives, le poids des intérêts nationaux ne cesse de grandir. Certes, le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, a martelé l'importance que revêtait l'obtention d'un accord sur la supervision des banques, mais il souhaite avant tout obtenir, «d'ici à fin mars», un accord de restructuration de la dette bancaire de son pays (31 milliards)....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Irlande, deux ans après le plan de sauvetage européen - Information - France Culture

L'Irlande, deux ans après le plan de sauvetage européen - Information - France Culture | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

85 milliards d'euros débloqués sur 4 ans. Nous sommes fin 2010 et l'Irlande obtient cette aide de l'Union européenne et du FMI. Mais assortie de toute une série de mesures d'austérité. Une austérité encore de rigueur ce mercredi pour le nouveau budget irlandais. Dans ce contexte, comment se porte le pays aujourd'hui ?

Aujourd'hui, le pays qui a frôlé la faillite nationale semble aller mieux. Selon l'OCDE, son déficit public devrait être de 8,1% du PIB cette année, et la croissance de 0,5%. Avec deux secteurs en pointe : les nouvelles technologies et l'industrie pharmaceutique.

 

Cependant, l'Irlande est loin d'être tirée d'affaires.

Un seul chiffre en témoigne : un taux de chômage qui flirte avec les 15% !

Le 24 novembre dernier, ils étaient 10.000 à manifester dans les rues de Dublin contre l'austérité qu'a renforcé le nouveau budget (le 6e de ce type en 4 ans). Et l'Eglise très puissante vient d'interpeller le gouvernement en estimant que « dès le début de la crise économique, les coupes dans les secteurs de la santé, de l’éducation et des services sociaux, les réductions des aides, avec l’augmentation des taxes, ont eu un impact dévastateur sur la capacité de nombreux Irlandais à maintenir un standard de vie acceptable et à bénéficier d’un accès aux services de base. »

...

 

Avec de nombreuses rubriques et reportages audio à écouter à partir de ce lien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Qui sont les bons et les mauvais élèves de la zone euro ?

Qui sont les bons et les mauvais élèves de la zone euro ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Portugal, Espagne, Irlande… Après cinq ans de crise, FTVi se penche sur les maillons faibles de l'Union européenne.

 

La rentrée de l'Eurozone promet de gros dossiers. Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, va tenter d'obtenir un sursis auprès de la chancelière allemande Angela Merkel, vendredi 24 août, renvoyant le retour à l'équilibre de ses comptes publics, jusque-là prévu pour 2014, à 2016. Une mission qui s'annonce complexe, car l'Allemagne est réticente à retoquer les conditions imposées par la Commission européenne. Avec la Grèce, l'Italie, l'Espagne ou encore le Portugal luttent eux aussi pour assainir leurs finances à coups de mesures d'austérité. Mais sont-ils tous consciencieux ? En cette rentrée, FTVi évalue les élèves de la zone euro.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Europe : l'Irlande veut être traitée comme l'Espagne

L'Europe a proposé une aide bancaire à l'Espagne, sans imposer au gouvernement de nouvelles mesures de rigueur. En Irlande, c'est l'État qui avait reçu 85 milliards d'euros, en échange d'une austérité draconienne.

 

Le traitement de l'Espagne par l'Europe suscite déjà un sentiment d'injustice. L'Irlande, dès hier soir lors de la téléconférence de l'Eurogroupe, a soulevé sa volonté de renégocier son propre plan d'aide obtenu en novembre 2010 et «d'obtenir rétroactivement un accord similaire à celui de l'Espagne», selon une source gouvernementale européenne citée par l'Agence France-Presse.

Comme en Espagne, l'explosion de la bulle immobilière a anéanti le système bancaire irlandais. L'Irlande avait d'abord demandé une aide pour sauver ses banques, sans passer par l'État. Mais alors que le chaos du système bancaire plombait les finances publiques irlandaises, saines jusqu'alors, les 85 milliards d'euros ont finalement été alloués par le FMI et l'Union européenne à l'État irlandais, à un taux de 5,8%, en contrepartie de mesures d'austérité impopulaires: hausse de la TVA à 23%, 25.000 fonctionnaires en moins, départ en retraite retardé...

Ce qui a été proposé par l'Europe à l'Espagne est en effet inédit....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire européen

Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Irlandais devraient ce jeudi donner leur feu vert au pacte qui vise à renforcer la discipline budgétaire au sein de l'Union européenne. Dans le cas contraire, le traité pourra néanmoins entrer en vigueur s'il est ratifié par 12 États.

 

L'Irlande est jusqu'à présent le seul pays de l'Union européenne à soumettre à référendum ce traité qui vise à renforcer la discipline au sein de l'Union à la suite de la crise de la dette. Le pacte, approuvé par les dirigeants de tous les pays de l'UE, sauf le Royaume-Uni et la République tchèque, prévoit de respecter des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes, sous peine de sanctions.

Selon les derniers sondages, le "oui" est largement en tête en Irlande, mais environ un tiers des électeurs se disaient encore indécis avant le scrutin.

Le Premier ministre irlandais, le centriste Enda Kenny, a fait campagne pour le "oui", qui sera, selon lui, synonyme de "stabilité".

A l'inverse, Gerry Adams, leader du Sinn Fein, parti nationaliste de gauche, a estimé que le pacte signifierait encore plus d'austérité. "Nous savons que l'austérité ne fonctionne pas, et c'est ce que de plus en plus de gens disent en Europe", a-t-il répété à la veille du scrutin.

L'Irlande se trouve dans une situation particulière dans l'UE, puisque l'ancien "Tigre celtique" bénéficie depuis la fin 2010 d'un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros que lui ont octroyé l'Union européenne et le Fonds monétaire international en contrepartie d'engagements contraignants en matière budgétaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Irlandais repartent pour Liverpool

Les Irlandais repartent pour Liverpool | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

En raison du chômage qui sévit dans une Irlande en crise, l’émigration connaît son plus haut niveau depuis vingt ans. Beaucoup d’émigrés posent leurs valises à Liverpool, la cité portuaire britannique, dont plus des trois-quarts des habitants ont une ascendance irlandaise.

Par Helen Carter, de The Guardian.

 

Comme Boston et Glasgow, Liverpool est depuis longtemps synonyme de terre d’émigration pour les Irlandais. Pendant un temps, le tigre celtique a rugi et c’est dans le sens inverse que l’on traversait la mer d’Irlande. Puis la croissance a changé de bord et le Merseyside [comté de Liverpool] est désormais la destination d’une nouvelle génération de migrants.

On estime que 75 000 citoyens irlandais pourraient émigrer en 2012 – soit plus qu’à la fin des années 1980. Dans un pays qui compte 4,5 millions d’habitants, un tel phénomène suscite énormément d’intérêt, à tel point que l’Irish Times a lancé un blog baptisé Generation Emigration, dont le titre est présenté sous la forme d’un tableau d’affichage d’aéroport...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UE : l'Irlande va organiser un référendum sur le pacte budgétaire - LeMonde.fr

UE : l'Irlande va organiser un référendum sur le pacte budgétaire - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Fin janvier, 25 des 27 dirigeants de l'UE se sont prononcés en faveur d'un nouveau pacte budgétaire européen qui obligerait chaque pays à inscrire dans ses lois une "règle d'or" d'équilibre budgétaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Irlande : nouvelles coupes dans les budgets sociaux et de l'éducation

Le gouvernement irlandais a annoncé lundi pour 2,2 milliards d'euros de coupes budgétaires supplémentaires, dont près de la moitié dans les budgets sociaux et de l'éducation, dans le cadre d'un nouveau budget de rigueur, le quatrième en moins de quatre ans.
Le ministre chargé des dépenses publiques Brendan Howlin a détaillé devant le Parlement les nouvelles économies prévues dans le budget 2011/2102.
Sur les 2,2 milliards d'euros de coupes annoncées, environ 1 milliard sera prélevé sur les budgets de fonctionnement des ministères de la santé et de l'éducation, ainsi que sur les prestations sociales.
Les allocations familiales seront ainsi abaissées à partir du troisième enfant, et les primes pour le chauffage versées aux bas revenus seront diminuées....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ballyhea dit non aux banques | Presseurop (français)

Ballyhea dit non aux banques | Presseurop (français) | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Un an après le renflouement consenti par l’UE et le FMI, tous les dimanches matins, les habitants du petit village de Ballyhea organisent une manifestation silencieuse contre ceux qui ont plongé le pays dans la récession.

Par Gene Kerrigan

 

Tout a commencé avec Diarmuid O’Flynn, homme du coin et journaliste sportif de l’Irish Examiner. Il avait écrit à des députés pour protester contre le renflouement des obligations, mais n’avait obtenu d’eux que des lettres types. En mars dernier, O’Flynn a contacté ses amis et ses proches par téléphone. Ils se sont retrouvés une dizaine sur le parking de l’église, et ont défilé dans le silence et la dignité, sans qu’aucun d’entre nous ne s’en soucie.

Pour O’Flynn, le renflouement des obligations est au cœur de ce qu’a subi le pays. Des dizaines de milliards de dettes d’entreprises privées ont été rejetés sur les contribuables, ruinant la capacité de l’Etat à emprunter à des taux viables. D’après ses calculs, le coût total du renflouement des obligations, en prenant en compte les intérêts sur les années à venir, se montera à une centaine de milliards. "La BCE nous autorise à emprunter cent milliards qui vont nous servir à rembourser cent milliards aux détenteurs d'obligations."...

more...
No comment yet.