Union Européenne,...
Follow
Find tag "Commission-européenne"
6.4K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le budget européen menacé de cessation de paiement

Le budget européen menacé de cessation de paiement | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission demande au Parlement européen d'augmenter le budget 2013 en urgence, pour éviter une cessation de paiement à la mi-novembre.
Plusieurs députés sont sceptiques.

 

La Commission européenne a demandé lundi au Parlement européen d’approuver en urgence un versement de 2,7 milliards d’euros supplémentaires pour le budget 2013 afin d’éviter à l’Union européenne de se retrouver en cessation de paiement à la mi-novembre. «J’ai été informé ce matin par les services du président de la Commission européenne du risque de cessation de paiement à la mi-novembre», a annoncé le président du Parlement européen Martin Schulz à l’ouverture de la session plénière à Strasbourg.

«C’est une requête que je vous soumets», a-t-il expliqué. «J’ai demandé une réunion d’urgence de la commission des budgets mardi pour examiner le fonds de l’affaire et si une demande est soumise par le Conseil (qui représente les 28 Etats membres de l’UE), un vote pourrait être organisé jeudi», a-t-il plaidé. Les chefs des groupes politiques ont accueilli très fraichement la demande de la Commission. «Il y a quelque chose de bizarre dans cette histoire», a lancé le co-président des Verts Daniel Cohn-Bendit. «Vous n’allez pas me dire que la Commission européenne a découvert vendredi après-midi qu’elle n’avait plus d’argent. Quelqu’un se fout de notre gueule dans cette histoire», a-t-il accusé.

Le chef du groupe du Parti Populaire Européen Joseph Daul s’est montré tout aussi sévère. «Qui nous dit que si nous approuvons ces 2,7 milliards d’euros le Conseil sera encore prêt a adopter les deux autres budgets rectificatifs de 3,9 milliards d’euros et de 400 millions d’euros», s’est interrogé Joseph Daul. Un bras de fer a été engagé entre les Etats membres et le Parlement européen sur le budget de l’UE pour la période 2014-2020. Les députés européens ont conditionné leur approbation définitive de ce budget pluriannuel au déblocage par les Etats membres d’une somme de 3,9 milliards d’euros supplémentaires pour boucler les comptes de 2013....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Roms: pourquoi la Commission européenne sermonne la France

Roms: pourquoi la Commission européenne sermonne la France | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les propos de Manuel Valls sur l'incapacité des Roms à s'intégrer a mené la Commission à rappeler les règles en matière de libre circulation applicable à ces populations, et menacé l'hexagone de poursuites.
En adhérant à l’Union européenne, la Roumanie et la Bulgarie ont manifestement réussi à communautariser leur incapacité à vivre avec leur minorité Rom. Avec une régularité métronomique, le sujet enflamme les opinions publiques des pays européens confrontés à une population dont elle ne partage pas le mode de vie et qu’elle estime «inassimilable». Après l’Italie de Romano Prodi, en 2007, après la France de Nicolas Sarkozy en 2010, c’est à nouveau l’hexagone qui fait parler de lui, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, jugeant que les Roms sont majoritairement incapables de s’intégrer et devront donc être reconduits dans leur pays. La Commission européenne, comme en 2007, comme en 2010, s’est étranglée. Le gouvernement français semble avoir oublié que la Roumanie et la Bulgarie, pays d’origine des Roms se trouvant en France, sont aussi membres de l’Union (depuis 2007) ce qui donne à leurs citoyens, fusent-ils issus d’une minorité maltraitée, des droits garantis par les traités. «La libre circulation, comme la liberté de résider dans un autre pays, sont des droits fondamentaux», a ainsi rappelé le porte-parole de la Commission, Olivier Bailly. En particulier, l’intégration n’est pas une condition pour exercer son droit à séjourner dans un autre État membre... Néanmoins, il faut distinguer selon la durée du séjour : durant trois mois, tous les citoyens européens peuvent librement circuler dans les vingt-huit pays de l’Union sans qu’on ne puisse rien leur demander. Le fait que ni la Roumanie, ni la Bulgarie ne soient membres de l’espace Schengen ne change rien à l’affaire : les papiers de leurs citoyens seront contrôlés aux frontières externes de l’espace, comme ceux des Britanniques, mais c’est tout. En revanche, au-delà de 3 mois de séjour, les citoyens doivent prouver qu’ils disposent soit de ressources suffisantes, soit d’un emploi, afin qu’ils ne deviennent pas une charge pour la collectivité d’accueil. Et comme ils sont Européens, l’accès à l’emploi ne peut leur être refusé. Sauf, bien sûr, en cas de mesures transitoires prévues par les traités d’adhésion, ce qui est le cas des Roumains et des Bulgares. Mais, à partir du 1er janvier 2014, les dernières restrictions à la liberté d’établissement seront levées : ils pourront donc librement venir travailler en France. En résumé, la reconduite à la frontière des Roms n’est donc possible que si le délai de trois mois est dépassé et qu’ils n’ont ni travail, ni ressource....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Slovénie présente un plan pour assainir ses finances publiques

La Slovénie présente un plan pour assainir ses finances publiques | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Echaudé par les conditions drastiques imposées à Nicosie pour obtenir une aide internationale, Ljubljana souhaite à tout prix éviter ce recours.

 

Le gouvernement de centre gauche de Slovénie, pays souvent cité comme potentiel candidat à une aide internationale, doit présenter jeudi 9 mai à l'issue d'un conseil des ministres le plan d'assainissement des finances publiques qu'il va envoyer à la Commission européenne. Objectifs : améliorer les finances publiques du pays et réformer le secteur bancaire qui croule sous une montagne de créances douteuses – environ 7 milliards d'euros, soit 20 % du produit intérieur brut (PIB) du pays – pour éviter au pays de devenir le sixième membre de la zone euro à faire appel à une aide, après Chypre, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande et la Grèce.

Echaudé par les conditions drastiques imposées à Nicosie pour obtenir une aide internationale, Ljubljana souhaite à tout prix éviter ce recours. Alenka Bratusek, arrivée à la tête du gouvernement il y a sept semaines, a annoncé mercredi qu'elle prendrait en compte les propositions de l'opposition. Le document de travail évolue ainsi en fonction des différentes réunions avec les syndicats, le patronat et les différentes forces politiques...

 

Mercredi, le commissaire européen en charge des affaires économiques, le Finlandais Olli Rehn, a expliqué que si le plan était "convaincant, concret et fiable", l'Union européenne (UE) déciderait fin mai de la prochaine étape. L'agence d'évaluation financière américaine Moody's avait mis un peu plus sous pression le pays, dégradant le 30 avril sa note souveraine de deux crans dans la catégorie "spéculative".

La Slovénie a toutefois réussi à lever le 3 mai 3,5 milliards de dollars sur le marché de la dette, à des taux seulement en légère hausse et avec une demande forte. Les spéculations sur une demande d'aide de l'ancien élève modèle parmi les anciens pays communistes membres de l'UE, se sont renforcées après le sauvetage de Chypre, même si les deux cas diffèrent fortement : le secteur bancaire slovène représente 130 % du PIB quand les banques chypriotes en représentent 800 %.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE • Libéralisation de la distribution d’eau en Europe

UNION EUROPÉENNE • Libéralisation de la distribution d’eau en Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

000 000 de signatures ont été réunies par l’initiative citoyenne Right 2 Water, qui entend imposer à la Commission européenne un débat sur son programme de libéralisation de la distribution d’eau en Europe. La fédération Mehr Demokratie (Plus de démocratie), initiatrice de la consultation, vise désormais les 2 millions de signataires d’ici novembre 2013, relate le quotidien berlinois Die Tageszeitung.

+ vidéo

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rock européen: et l'Union dans tout ça ? - Trans Eurock Express

Rock européen: et l'Union dans tout ça ?  - Trans Eurock Express | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Considérant que le rock européen a un rôle primordial à jouer dans la construction d'une véritable Europe de la culture et d'un espace politique multilingue, j'ai décidé de me tourner vers la Commission européenne pour avoir son éclairage sur la question. Androulla Vassiliou, Commissaire européenne à l'éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, a accepté de répondre à mes questions, et je l'en remercie.

Martin Carayol: Quelle est pour vous l’importance de la musique populaire, et en premier lieu du rock, dans la culture européenne des dernières décennies?
Androulla Vassiliou: Je trouve que la musique populaire joue un rôle de plus en plus important. La plupart d'entre nous écoutons de la musique quotidiennement, et parmi tous les genres musicaux, rock et pop sont particulièrement appréciés de nos concitoyens en Europe.
La musique populaire est importante à plus d'un égard. Elle est un extraordinaire moyen d'expression culturelle, tant au niveau individuel que collectif. Elle est un formidable agent de construction de nos identités, ainsi qu'un puissant miroir où viennent se refléter nos sentiments et nos émotions. Elle est aussi bien souvent un «espace» de revendication ou d'interrogation sur certains grands enjeux sociétaux.
Et elle est aussi un secteur économique à part entière qui emploie des centaines de milliers d'Européens.

La Commission a-t-elle des activités ou des programmes liés à la promotion du rock européen?

L'Union européenne soutient la musique – dont le rock – par le biais de son programme Culture.
Doté d'un budget de 400 millions d'euros pour la période 2007-2013, ce programme aide les artistes, les professionnels de la culture et les organisations culturelles – toutes disciplines confondues – à développer des projets de coopération avec des partenaires situés dans d'autres pays européens que le leur. Ce même souci de favoriser les coopérations et la circulation des personnes et des œuvres se retrouve au cœur d'Europe créative, le nouveau programme culturel que propose la Commission européenne pour la période 2014-2020, auquel nous souhaitons affecter un budget en augmentation de 37 % par rapport à la période actuelle....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UE : le Parlement européen refuse de négocier le budget 2013

UE : le Parlement européen refuse de négocier le budget 2013 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La présidence chypriote de l'UE a été informée de la décision du Parlement mais tentait encore de sauver la réunion mardi dans l'après-midi.

Le Parlement européen a annoncé mardi 13 novembre son refus de négocier en l'état le budget de l'UE pour l'année 2013, entraînant de facto l'échec de la réunion prévue mardi soir avec les ministres européens chargés du budget. La présidence chypriote de l'UE a été informée de la décision du Parlement mais tentait de sauver la réunion, a déclaré à l'AFP un de ses porte-parole.

"Devant l'impossibilité actuelle dans laquelle se trouve le conseil [des ministres de l'UE] de régler le problème du reliquat de 2012 (...), le Parlement européen ne peut pas poursuivre la négociation budgétaire sur le budget pour l'année 2013", a expliqué le président de la commission des budgets, l'eurodéputé conservateur français Alain Lamassoure.

"Nous cherchons les moyens de ramener le Parlement européen à la table des négociations", a confié le porte-parole de la présidence chypriote. Un échec de la réunion contraindra la Commission européenne à présenter un nouveau projet de budget pour 2013 et de nouvelles négociations devront s'engager avec le Parlement européen pour trouver un accord avant la fin de l'année.

Le projet de budget 2013 proposé par la Commission prévoit 138 milliards d'euros de dépenses, soit une hausse de 9 milliards (+ 6,8 %) par rapport à 2012. Le Parlement européen était prêt à négocier avec les gouvernements à la condition que ces derniers acceptent de fournir de nouvelles contributions afin de combler un trou de 8,9 milliards d'euros manquants dans le budget 2012, qui a mis à sec les caisses de plusieurs programmes, dont les bourses étudiantes Erasmus...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Madrid, des manifestants veulent occuper le Parlement

A Madrid, des manifestants veulent occuper le Parlement | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dispositif policier imposant, intimidation des manifestants, Madrid fait tout son possible pour dissuader les activistes du "25-S" d'occuper le Parlement espagnol.

 

L'atmosphère, dans le centre ville de Madrid, est électrique, mardi 25 septembre à la mi-journée. Quelque 80 collectifs de militants espagnols ont appelé, dès le mois d'août, à occuper ou encercler symboliquement le Parlement de Madrid le jour de la session plénière, pour protester contre la "séquestration de la souveraineté du peuple par la troïka [Banque centrale européenne, Fonds monétaire international et Commission européenne] et les marchés financiers".

Le gouvernement a barricadé les abords des Cortes et multiplié les avertissements à l'encontre des manifestants, qui devraient se heurter à un dispositif policier massif : 1 500 policiers anti-émeutes ont été déployés.

L'initiative a été lancée via les réseaux sociaux. Sur Facebook, 50 000 personnes ont répondu à l'appel à manifester d'"Ocupa el congreso". Le gouvernement semble craindre une forte mobilisation et mène depuis plusieurs semaines une tentative de déminage en amont.

Samedi 15 septembre, des policiers ont ainsi arrêté quatre personnes qui s'apprêtaient à déplier une pancarte annonçant "la manifestation du 25-S" (25 septembre). Le lendemain, quarante personnes qui se réunissaient dans le parc du Retiro à Madrid pour préparer la manifestation ont dû se soumettre à un contrôle d'identité effectué par la police nationale. Le motif de l'interpellation : "réunion de plus de 20 personnes non communiquée". Huit d'entre elles devront comparaître devant le Haut tribunal pénal pour délit à l'encontre des hautes instances de la nation...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Barroso plaide pour une Europe fédération d'Etats-nations | Humanite

Barroso plaide pour une Europe fédération d'Etats-nations | Humanite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le président de la Commission européenne profite de la crise de la dette pour pousser encore plus loin vers une Europe fédérale. José Manuel Barroso a appelé à une "fédération d'Etats-nations" dans son discours sur "l'état de l'Union" au Parlement européen à Strasbourg prononcé ce mercredi,

"Nous devons progresser vers une fédération d'Etats-nations. C'est notre horizon politique. La création de cette fédération d'Etats-nations exigera au final un nouveau traité", a-t-il souligné, se gardant bien d'en demander déjà un pour l'adoption du Pacte budgétaire européen (voir la pétition de l'Humanité pour un référendum). José Manuel Barroso a déjà prévu de présenter une "esquisse" de cette nouvelle architecture institutionnelle avant les prochaines élections européennes de 2014, au moment où son propre mandat à la tête de la Commission se terminera.

Cette fédération d'Etats-nations devrait être, selon lui, "une union avec les Etats membres et non contre les Etats membres". Il s'est défendu de vouloir mettre en place un "super Etat" supranational. Le concept de fédération d'Etats-nations -déjà préconisé par l'ancien président de la Commission Jacques Delors au milieu des années 1990-- est, toujours selon lui, nécessaire parce "qu'en ces temps d'anxiété, ce serait une erreur que de laisser les nations en proie au nationalisme et au populisme".

"Nous avons besoin d'une authentique union économique fondée sur une union politique", a martelé José Manuel Barroso en réclamant "plus d'unité, plus d'intégration, plus de démocratie". Un premier pas serait d'"européanisation" les enjeux des prochaines élections européennes en juin 2014...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Sur les Roms, l'Europe est volontaire mais ambiguë | Slate

Sur les Roms, l'Europe est volontaire mais ambiguë | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission européenne veut se montrer volontariste lorsqu’il s’agit de «l’inclusion» des Roms. Plans stratégiques, fonds européens et même… surveillance de la France.

Mais ce volontarisme pourrait s’avérer plus ambigu qu’il n’y parait.

 

Il fallait tendre un peu l’oreille pour l’entendre, mais la Commission européenne a parlé. Face aux démantèlements de campements roms décidés par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, l’institution a placé une nouvelle fois la France sous «surveillance» le 10 août.

Après le coup de colère de Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne, en 2010, à l’encontre des expulsions de Roms menées tambour battant par Nicolas Sarkozy, c’est cette fois au tour du gouvernement socialiste d’être observé de près. But de ce contrôle européen: vérifier que la législation communautaire est bien respectée lorsqu’on force ces ressortissants roumains ou bulgares à quitter leurs camps et à rentrer dans leur pays d’origine.

Cette décision confirme le poids grandissant qu’a acquis la Commission européenne à propos des Roms. Certes, la majeure partie des politiques qui concernent cette minorité se joue au niveau national ou local. Mais l'institution fait valoir son rôle de «coordinatrice» et d’incitatrice de pratiques se voulant vertueuses… bien que certains lui reprochent d’être beaucoup trop timide.

D’après la Commission européenne, les Roms sont au nombre de 10 à 12 millions en Europe. Contrairement à l’image en partie fantasmée d’une population «nomade», ils quittent leur pays pour fuir ou s'octroyer de meilleures perspectives de vie. Car les Roms «sont nombreux à être confrontés aux préjugés, à l’intolérance, à la discrimination et à l’exclusion sociale dans leur vie quotidienne. Ils sont marginalisés et vivent pour la plupart, sur le plan socioéconomique, dans une extrême pauvreté», souligne-t-on à la Commission....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"L'immigration sera nécessaire pour l'Europe"

"L'immigration sera nécessaire pour l'Europe" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La commissaire européenne aux affaires intérieures, Cecilia Malmström, expose son point de vue sur l'espace Schengen.

Cecilia Malmström, commissaire européenne aux affaires intérieures, devait rencontrer, mardi 10 juillet, à Paris, Manuel Valls. Au menu, principalement : l'avenir de l'espace sans frontières de Schengen après l'approbation, par le ministre de l'intérieur français, du principe du rétablissement des contrôles aux frontières en cas de circonstances "exceptionnelles". Entretien:

           Le débat sur Schengen a été déclenché par les événements du "printemps arabe". A ce propos, vous estimez que l'Europe a raté une "opportunité historique". Pourquoi ?

         Que, dans notre voisinage immédiat, des populations fassent pacifiquement tomber des dictateurs et réclament la liberté et les droits de l'homme fut un événement majeur. Or qu'avons-nous dit à des gens qui s'inspiraient de nos valeurs ? Que nous étions en crise et que nous avions peur de "vagues bibliques" d'immigrés... Notez que 4 % seulement de ceux qui ont fui la Libye se sont dirigés vers l'Europe ! Notre attitude a entraîné une détérioration de nos relations avec ces pays et créé une suspicion qui commence seulement à être surmontée.

 

          Vous avez déclaré récemment que l'immigration n'était, pour l'Europe, "pas une menace mais une chance" et même "un facteur de croissance". Un discours qui surprend...

           Bien sûr, mais je le maintiens. L'immigration sera nécessaire, étant donné notamment l'évolution de la démographie dans la plupart de nos pays. On estime qu'en 2030, sans nouvelle immigration, la population européenne en âge de travailler aura diminué de 12 %. Des chefs d'entreprise me confient régulièrement leur difficulté à recruter des gens qualifiés alors même que le chômage est au plus haut. L'Allemagne manque d'ingénieurs ; d'ici à 2020, le secteur européen de la santé devrait manquer de 2 millions de personnes...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Au sommet de Bruxelles, fédérer l’Europe sans en avoir l’air

Au sommet de Bruxelles, fédérer l’Europe sans en avoir l’air | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les pistes proposées pour sauver la monnaie unique sont clairement fédérales. Sans le dire.

Ne dites pas : «vers le fédéralisme européen», dites : «vers une véritable union économique et monétaire». Façon de contourner un tabou. Car c’est bien le chemin fédéral que proposent d’emprunter, pour sauver l’euro, les présidents des quatre institutions européennes (Herman Van Rompuy pour le Conseil européen, José Manuel Durao Barroso pour la Commission, Mario Draghi pour la Banque centrale européenne et Jean-Claude Juncker pour l’Eurogroupe). Dans un document de sept pages, rendu public hier, qui sera soumis aux vingt-sept chefs d’Etat et de gouvernement, réunis demain et vendredi à Bruxelles, ils tracent les pistes qui transformeront la zone euro d’ici une dizaine d’années en un mélange entre les Etats-Unis et la République fédérale d’Allemagne : le temps où l’on croyait qu’une monnaie unique pouvait survivre avec dix-sept politiques économiques et budgétaires indépendantes est révolu. En endossant cette «feuille de route», qui sera complétée et dotée d’un échéancier d’ici décembre, les Vingt-Sept (et surtout les dix-sept de la zone euro) montreront qu’ils ont compris que des demi-mesures ne pourront résoudre la crise....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'UE lance 40 mesures pour une stratégie de lutte contre la traite des êtres humains-Le Quotidien du Peuple en ligne

L'UE lance 40 mesures pour une stratégie de lutte contre la traite des êtres humains-Le Quotidien du Peuple en ligne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission européenne a adopté une stratégie quinquennale (2012-2016) de lutte contre la traite des êtres humains, a annoncé mardi Mme Cecilia Malmström, Commissaire européenne en charge des affaires intérieures.

La nouvellle stratégie de l'Union européenne (UE) comprend une serie de 40 mesures concrètes et pratiques concernant la prévention, la protection, le soutien aux victimes et la poursuite des trafiquants. Elle fixe cinq priorités :

-- promouvoir la mise en place d'unités de répression nationales spécialisées dans la traite d'êtres humains ; créer des unités communes d'enquête et associer Europol et Eurojust à tous les dossiers de traite d'êtres humains revêtant une dimension transfrontière;

-- informer clairement les victimes de leurs droits en vertu de la législation de l'UE et de la législation nationale, notamment de leur droit à une assistance, à des prestations de santé et à un permis de séjour et de leurs droits en matière de travail ;

-- créer un mécanisme européen destiné à mieux détecter, orienter, protéger et aider les victimes d'un trafic ;...

 

Selon la Commission européenne, des centaines de milliers de personnes sont victimes de la traite des êtres humains dans l'UE chaque année. Ces hommes, femmes, garçons et filles en situation de vulnérabilité sont vendus à des fins d'exploitation sexuelle, de travail forcé, de prélèvement d'organes, de mendicité, de servitude domestique, de mariage forcé, d'adoption illégale ou d'autres formes d'exploitation encore....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vers l’Union bancaire - Coulisses de Bruxelles

Vers l’Union bancaire - Coulisses de Bruxelles | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
On ne sait pas de quoi l’on doit se réjouir : du projet de la Commission, présenté aujourd’hui, visant à éviter que les futures crises bancaires soient payées par les contribuables. Ou de l’exploit de la Commission qui a réussi à publier l’ensemble des documents en anglais ET en français quasiment en même temps, alors même qu’elle prétendait la semaine dernière que c’était impossible. Saluons donc cet effort comme il le mérite et que cela serve de leçon aux services d’Olli Rehn, le commissaire chargé des affaires économiques et monétaires, qui ont en réalité montré que le tout anglais était surtout affaire de mauvaise volonté...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise de la dette : La troïka au bord de l'implosion

Crise de la dette : La troïka au bord de l'implosion | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les désaccords entre la Commission européenne et le FMI sur la manière d’en finir avec la crise de la dette en Europe ne cessent de s’amplifier. Au point qu’à Bruxelles, on commence à envisger doucement son démantèlement.

Par Ludovic Lamant de Mediapart

 

 

Les “hommes en noir” de la Troïka sont en instance de divorce. Trois ans après sa création, hors de tout cadre juridique prévu par les traités européens, cet organe à trois têtes, censé piloter les programmes de réforme des pays menacés de faillite au sein de la zone euro, est parcouru de vives tensions. A tel point qu'à Bruxelles, le débat sur l'après-Troïka est lancé.

Mise sur pied à l'occasion du “sauvetage” de la Grèce en mai 2010, l'impopulaire Troïka travaille aujourd'hui avec les gouvernements de trois autres États membres de la zone euro : le Portugal, l'Irlande et Chypre. C'est elle qui établit la liste des économies, réformes structurelles et autres privatisations qu'un pays doit s'engager à réaliser, s'il veut obtenir, en l'échange, un mégaprêt pour lui éviter le défaut. Le FMI fournit également des conseils aux Européens sur la réforme du secteur bancaire espagnol.

En trois ans, cette structure au fonctionnement opaque est devenue le symbole d'une gestion autoritaire de la crise, où des capitales de la zone euro se trouvent mises au pied du mur, contraintes pour éviter la faillite à réaliser des réformes rejetées par bon nombre de citoyens.

En toute logique, cette Troïka se dissoudra quand les plans d'aide (les bail-out) seront arrivés à terme. Par exemple à l'horizon 2016 pour Chypre, si l'on en croit les échéances officielles. Problème : sur le terrain, l'embellie semble encore fragile (Irlande), voire carrément inexistante (Grèce). D'autres mégaprêts pourraient donc être nécessaires et faire durer le supplice. Les Européens et le FMI devraient discuter, cette fin de semaine à Washington, d'une nouvelle enveloppe d'aide à la Grèce.

 

Si Bruxelles n'ose pas avancer franchement sur ce dossier, c'est avant tout parce que les États membres, l'Allemagne en tête, n'ont pas envie d'ouvrir la boîte de Pandore. Car remplacer la Troïka reviendrait sans doute à donner davantage de pouvoirs encore à la Commission européenne, pour la transformer un peu plus en un “fonds monétaire européen” – un scénario pas forcément plus populaire aux yeux de nombre de citoyens sur le continent…

Pourtant, la tension enfle de tous côtés. Principale explication : le malaise croissant du FMI, qui cherche à limiter la casse et ne pas perdre ce qui lui reste de légitimité dans la gestion de crise. Au printemps 2010, c'est Berlin surtout qui avait poussé pour que l'institution de Washington, alors dirigée par Dominique Strauss-Kahn, intervienne. C'est même l'une des conditions fixées par le parlement allemand, le Bundestag, pour valider chaque plan d'aide qui se présente : il faut que le FMI s'implique lui aussi.....

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Commission, la France et l'Europe / France Inter

La Commission, la France et l'Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Entre la France et la Commission européenne, le torchon brûle.

 Il y eut d’abord, le mois dernier, ces « recommandations » de la Commission sur les mesures à prendre pour réduire les déficits français qui avaient amené François Hollande à la prier de ne pas se mêler de ce qui ne la regardait pas. Il y eut ensuite le veto de la France à l’inclusion des domaines culturels dans les négociations commerciales qui vont s’ouvrir entre l’Union et les Etats-Unis, la fureur que la Commission en avait ressenti et que son président, José Manuel Barroso, avait publiquement exprimée en parlant d’une vision « antimondialisation et complètement réactionnaire ».

         On était là quand, coup sur coup, deux figures politiques françaises, l’une de droite, l’autre de gauche, ont rallumé la mèche dimanche. Alain Juppé a estimé que José Manuel Barroso était « complètement archaïque et datait du siècle dernier » car il ne comprenait pas qu’autant il fallait ouvrir les frontières intra-européennes en 1958, autant il fallait aujourd’hui ne pas être naïf dans la compétition internationale et y défendre les intérêts de l’Europe. Arnaud Montebourg a déclaré pour sa part que le président de la Commission était le « carburant » du Front national et donnait raison, par ses prises de position, « à tous les partis souverainistes et anti-européens » des pays de l’Union et, dès lundi, José Manuel Barroso a riposté, sans ménager non plus l’adversaire.

« Quant il s’agit de réformes économiques, d’ouverture, de mondialisation, de l’Europe et de ses institutions, a-t-il dit, certains souverainistes de gauche ont exactement le même discours que l’extrême-droite ». L’un de ses porte-parole a enfoncé le clou en souhaitant que « certains responsables politiques français défendent davantage l’Union vis-à-vis du nationalisme, du populisme, voire du chauvinisme » mais, question : est-ce attaquer l’Union et l’idée européenne que de critiquer le président de la Commission ?

  Libéral convaincu et profondément atlantiste, José Manuel Barroso a des opinions politiques qui déterminent son action. C’est parfaitement légitime mais il n’est en rien scandaleux non plus que ses opinions soient contestées. Non seulement cela n’est pas choquant mais c’est même une nécessité pour l’Europe car il serait formidablement dangereux de laisser s’accréditer l’idée déjà tellement ancrée que l’Union et le libéralisme ne feraient qu’un...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Commission européenne publie des prévisions pessimistes pour tous les pays de l’UE

La Commission européenne publie des prévisions pessimistes pour tous les pays de l’UE | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

UNION EUROPéENNE / ECONOMIE - La Commission européenne vient de publier ses prévisions économiques du printemps 2013 pour l'ensemble des pays de l'Union européenne ; et elles ne sont pas très bonnes. La Commission revoit ses prévisions à la baisse, et annonce une contraction de 0,4% du produit intérieur brut des 17 pays membres de la zone euro. Cependant, Bruxelles laisse filtrer une lueur d'espoir, puisque l'exécutif communautaire envisage une croissance de 1,2% dès l'année prochaine.

Au regard de la situation économique, la Commission européenne rabaisse donc ses prévisions pour pratiquement tous les pays de la zone euro, y compris pour l'Allemagne.

En ce qui concerne la France, qui voulait croire à une croissance très légèrement positive en 2013, la Commission prévoit au contraire une récession de 0,1%. Et en 2014, une croissance modeste de 1,1%.

Le déficit, selon ces prévisions, continuera à se creuser, avec -3,9% en 2013 et -4,2% en 2014...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Européens, unissez-vous pour relâcher la contrainte budgétaire"

"Européens, unissez-vous pour relâcher la contrainte budgétaire" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La France ne respectera pas son objectif de déficit en 2013, prévient Olivier Raingeard, chef économiste de la banque Neuflize OBC. Il plaide pour un assouplissement des politiques budgétaires aujourd'hui trop restrictives.

 

Dans le cadre de la procédure dite du semestre européen, les Etats présenteront au mois d'avril leurs stratégies budgétaires à moyen terme et leurs programmes de réforme.

Il apparaîtra que certains pays, dont la France et l'Espagne, ne respecteront pas leur objectif de déficit, respectivement de 3 et 4,5 % du PIB en 2013.

La Commission européenne aura alors le choix entre formuler des orientations ciblées sur la consolidation budgétaire ou se concentrer sur les moyens de réduire les déséquilibres économiques des pays, tout en admettant la nécessité de relâcher à court terme la contrainte budgétaire. La seconde option doit s'imposer pour deux motifs.

D'une part, la zone euro, avec un déficit moyen qui devrait s'inscrire sous les 3 % du PIB en 2013, est la plus avancée dans l'exercice de consolidation de ses finances publiques.

Aux Etats-Unis, républicains et démocrates ne sont, pour l'instant, parvenus qu'à un accord a minima sur la falaise budgétaire, de telle manière que le déficit américain pourrait encore dépasser les 7 % du PIB cette année.

En Angleterre, la reprise économique est tellement faible que le déficit devrait également atteindre les 7 %, ce qui contribue vraisemblablement à ce que se pose, de nouveau, la question existentielle de sa place dans l'Union européenne...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

2018 : la fédération de la zone euro voit le jour - Coulisses de Bruxelles

2018 : la fédération de la zone euro voit le jour - Coulisses de Bruxelles | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Un croisement entre les États-Unis et la République fédérale allemande, voilà à quoi devrait ressembler la future fédération de la zone euro selon la Commission européenne.

Même si l’exécutif européen se garde bien de prononcer le « f word » (elle préfère la très médiatique expression : « union économique et monétaire véritable et approfondie »…), c’est bien un saut fédéral qu’elle propose aux États membres d’effectuer dans une « communication » de 55 pages rendue publique mercredi. Un document particulièrement ambitieux qui tranche avec l’habituelle prudence de José Manuel Durao Barroso : il n’a pas hésité à batailler plus de cinq heures pour faire adopter ce texte par le collège des 27 commissaires. Le président de l’exécutif européen se met ainsi en position de peser sur le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement des 13 et 14 décembre prochain qui doit adopter la « feuille de route » listant les étapes menant à l’union politique de la zone euro : il redoute, en effet, que les gouvernements profitent de l’accalmie qui règne sur les marchés pour remettre à plus tard une intégration, certes douloureuse en terme de partage de souveraineté, mais absolument nécessaire. « Le papier de la Commission, particulièrement ambitieux, est parfaitement compatible avec notre feuille de route », se réjouit-on dans l’entourage de Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, qui met actuellement la dernière main à ce document en collaboration avec Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne et… Barroso. « La différence est qu’il entre dans des détails que nous n’aborderons pas, car ils peuvent fâcher »...

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bruxelles ne croit pas aux promesses de François Hollande

Bruxelles ne croit pas aux promesses de François Hollande | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les prévisions de la Commission européenne ne sont pas compatibles avec la réduction du déficit promise.

 

La Commission européenne devait doucher, mercredi 7 novembre, les espoirs de croissance et de redressement budgétaire de François Hollande et de son gouvernement. D'après les prévisions d'automne publiées en début d'après-midi à Bruxelles, la croissance atteindra 0,4 % l'an prochain, moitié moins que l'hypothèse retenue par Paris pour construire le budget 2013 (à 0,8 %).

Dans ces conditions, la France ne devrait donc pas, selon les estimations de la Commission, être en mesure de ramener son déficit en deçà de 3 % du produit intérieur brut (PIB) dès 2013, contrairement au cap fixé par François Hollande depuis son élection.

Cet objectif ne devrait être atteint qu'en 2014, avec une croissance attendue de 1,2 %, à condition, selon Olli Rehn, le commissaire aux affaires économiques et monétaires, de prendre des mesures supplémentaires d'économies cette année-là. Et de poursuivre encore les efforts en 2015.

Tandis que le gouvernement français multiplie les annonces pour asseoir sa crédibilité budgétaire, et donner des gages aux marchés, la Commission se garde d'exiger davantage d'austérité pour 2013 : elle a décidé de renoncer à ce jour à l'envoi d'un éventuel "avertissement précoce", tel que celui adressé à la Belgique en début d'année pour la sommer d'accentuer ses efforts de rigueur. "C'est un autre cas de figure : à l'époque, le gouvernement belge tardait à être formé", dit un haut fonctionnaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des drones dans le ciel européen en 2016 ? | Bakchich

Des drones dans le ciel européen en 2016 ? | Bakchich | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les drones ne servent pas seulement à flinguer les terroristes ; la preuve ? La Commission Européenne veut en faire des usages civils…

Pendant qu’elle occupait l’attention des médias – forcément moins attentifs en période de trêve estivale – avec les solutions aberrantes qu’elle persiste à préconiser contre la crise financière qui perdure, la Commission Européenne s’employait beaucoup plus discrètement cela va sans dire, à faire avancer les réflexions sur un sujet nettement moins consensuel : les systèmes de pilotage d’avions à distance (ou RPAS pour Remotely Piloted Air Systems) autrement dit, les drones.

Le sujet fait déjà débat aux USA où le Président Obama, en difficulté dans les sondages, a exigé lors du vote du budget de la FAA (Federal Aviation Agency) que l’espace aérien américain soit ouvert aux drones dès 2015.

...

Bien entendu, les auteurs présentent leur bébé sous son meilleur jour (page 3) :

L’émergence d’applications civiles de RPAS, source de croissance et d’emploi.

En ces temps de recul économique, L’Europe a plus que jamais besoin d’identifier et d’encourager dans le cadre de la stratégie Europe 2020, des opportunités d’amélioration de la compétitivité industrielle, de l’entreprenariat, et de création de nouvelles entreprises pour générer croissance et emploi.

La technologie émergente des Systèmes de Pilotage d’Avions à Distance (RAPS) pour des applications aériennes civiles (commerciales, industrielles et publiques) peut contribuer à ces objectifs. Cependant pour exploiter tout le potentiel de cette technologie, il est nécessaire de concevoir et de mettre en œuvre des concepts opérationnels et des outils techniques associés, ainsi que des règles spécifiques pour des opérations de RPAS dans un espace aérien ouvert.

Le développement des RPAS a pris naissance dans les années 50. Les RPAS ont été employés par les forces armées pendant des décennies. Des conflits récents et des opérations de maintien de la paix ( !) ont fait la preuve de leurs capacités opérationnelles et ont conduit à un accroissement quasi exponentiel des applications militaires. Les RPAS ont également un énorme potentiel pour des applications civiles....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Viviane Reding : "Même en crise, l'Europe n'est pas qu'un marché"

Viviane Reding : "Même en crise, l'Europe n'est pas qu'un marché" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans un entretien au "Monde", la commissaire européenne à la justice salue le succès des rappels à l'ordre à la Hongrie et à la Roumanie. Bucarest a aussitôt fait part de sa "surprise".

 

Vice-présidente de la Commission européenne et commissaire à la justice, Viviane Reding sera, lundi 3 et mardi 4 septembre, à Paris pour rencontrer plusieurs membres du gouvernement et évoquer la crise de la zone euro et la situation des Roms, mais aussi celle des droits fondamentaux dans l'Union.

 

    Vous êtes intervenue dans la récente crise constitutionnelle en Roumanie. Vous semble-t-elle apaisée après l'échec de la procédure de destitution du président Basescu ?

    Nous maintenons une surveillance étroite après la bataille terrible qui s'est déroulée en juillet et en août. Nous avons pu dire "Halte-là" à cette sorte de putsch parlementaire. Nous avons évité le pire grâce à une action déterminée de nombreux acteurs, dont la Commission, le Parlement et les Etats européens, mais aussi le Fonds monétaire international. Les dérives les plus graves ont aussi pu être endiguées grâce au mécanisme de vérification et de contrôle que nous avons mis en place. Nous espérons que tous les acteurs politiques pourront surmonter leurs divisions et préparer les échéances électorales d'octobre. Les jeunes démocraties de l'est doivent réaliser en peu de temps ce que nos vieux pays ont accompli sur des décennies.

 

   Pensez-vous que l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen est d'actualité ?

   C'est aux Etats membres qu'il appartient de décider, à l'unanimité, s'ils ouvrent leurs frontières, sur la base d'une analyse politique. La question essentielle est de savoir si l'Etat de droit roumain peut nous rendre confiants. L'espace Schengen ne concerne pas seulement le fonctionnement technique des frontières, tel qu'évalué par la Commission. Il implique aussi un bon fonctionnement de la justice et des garanties qui y sont liées. Pour ma part, je ne serais pas surprise si les Etats décidaient de ne pas y intégrer tout de suite la Roumanie....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Roms : la Commission européenne remet la France sous surveillance

Roms : la Commission européenne remet la France sous surveillance | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission européenne suit de près la manière dont les autorités françaises procèdent au démantèlement de plusieurs campements de Roms cet été, selon un de ses porte-parole.

 

"Les services de la vice-présidente en charge de la justice, Viviane Reding, sont en contact avec les autorités françaises et analysent la situation pour s'assurer que les règles européennes sont respectées", a expliqué Mina Andreeva. "C'est une mise à l'épreuve des nouvelles autorités françaises, a commenté plus abruptement un responsable européen sous couvert de l'anonymat. La Commission veut vérifier la volonté de la France d'appliquer les règles qu'elle a introduites dans sa législation."

L'ONG internationale Human Rights Watch a été dans le même sens vendredi, estimant que "les efforts renouvelés des autorités françaises de fermer des camps de Roms et de sortir du pays des Roms de l'Europe de l'Est soulève des inquiétudes sérieuses sur le respect par la France de ses obligations internationales"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les réformes socialistes sous l’œil de Bruxelles - Rue89

Les réformes socialistes sous l’œil de Bruxelles - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le sommet européen se termine, prochain rendez-vous en octobre.

 

François Hollande respire, espérant que le mini Pacte de croissance suffira à faire oublier le strict renforcement de la discipline budgétaire qui se poursuit, inexorablement.Le gouvernement espère sans nul doute convaincre sa majorité que les maigres contreparties obtenues face à l’Allemagne sont suffisantes pour ratifier le Pacte budgétaire et sa fameuse règle d’or.

Suffisantes aussi pour détourner l’attention des électeurs qui pourraient se tourner vers un règlement européen qui se trouve déjà dans les tuyaux et qui prévoit de contraindre le gouvernement français dans l’élaboration même de son budget.

Le nouveau texte doit entrer en vigueur à la rentrée.

Que va-t-il advenir des réformes socialistes ? La réforme des retraites, la suppression de la TVA sociale, l’augmentation des cotisations et la (re)fiscalisation des heures supplémentaires vont-elles vraiment pouvoir être mises en œuvre ?

 

La nouvelle majorité parlementaire française est déjà dans le viseur de la Commission européenne. Le 30 mai dernier, elle publiait ses nouvelles recommandations et mettait sérieusement en garde le gouvernement Ayrault.

Elle lui demandait d’assurer avant tout la viabilité du système de retraite, de limiter les évolutions du salaire minimum, de lutter contre la segmentation du marché de l’emploi, ou encore de déplacer la pression fiscale du travail vers d’autres formes de fiscalité.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En deux jours vont se jouer les années à venir.

C’est l’événement le plus décisif depuis l’élection présidentielle française.Derrière les décisions technos du sommet européen de jeudi et vendredi prochains se cachent les futurs choix d’investissements du gouvernement français, la possibilité de financer – ou non – de nouveaux réseaux électriques, numériques, de transport, de distribution d’eau en Europe, ou encore le fonctionnement des banques sur le continent.

Voir le document

(Fichier PDF)

Bref, si François Hollande termine la réunion la hotte vide, il risque de passer un mauvais quinquennat. Pieds et poings liés qu’il sera aux exigences de rigueur, sous l’œil scrutateur – et accusateur – de la Commission européenne.

Complexe, âpre, ennuyeux, le pacte budgétaire européen ? J’ai passé le week-end à essayer de comprendre. Je vous livrons le résultats de mes questionnements.

1

Que prévoit le pacte de stabilité budgétaire ?

2

Que proposait Hollande candidat ?

3

Où sont passés les eurobonds ?

4

Quelle union bancaire peut-on attendre ?

5

Quelles mesurettes Merkel est-elle prête à concéder ?

6

Le pacte peut-il être renégocié ?

 

 

Réponse en cliquant sur cette page.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE • L'Europe cultive son goût du secret

UNION EUROPÉENNE • L'Europe cultive son goût du secret | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le projet danois de directive dite "transparence" n'est plus, torpillé par la Commission européenne et par la majorité des pays membres. On peut remercier la France et l'Allemagne, considère amèrement un journaliste polonais à Bruxelles.

 

C'est dommage, parce que cette directive aurait pu transformer l'Union en une institution beaucoup plus transparente. Elle aurait pu garantir aux personnes physiques mais aussi morales l'accès à la plupart des décisions et des opinions produites par les institutions européennes.

La Danemark a déclaré forfait après que la Commission européenne et la majorité des pays membres, sous l'égide de la France et de l'Allemagne, ont réclamé l'introduction de nombreuses modifications au texte.

Les Danois, soucieux de respecter leur philosophie de la transparence, ont publié leur projet en ligne. Dans le point 4, ils prévoyaient qu'une partie des documents, sensibles pour la sécurité publique, la défense, les finances, l'économie de différents pays et pour les relations internationales, auraient pu rester confidentiels. Mais, sous la pression de Paris et de Berlin, le Conseil de l'UE a voulu ajouter des blocs thématiques qui auraient rendu le principe de transparence inexistant. En particulier, ils ont demandé de ne pas publier les documents relatifs aux procédures engagées contre les pays violant la législation européenne et les règles de la libre concurrence, des subventions étatiques, des mesures antidumping, et concernant des affaires portées devant la Cour de justice de l'UE. Outre le Danemark, la Suède et la Finlande ont refusé cet amendement......

more...
No comment yet.