Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tous des Européens à Budapest / France Inter

Tous des Européens à Budapest / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A quelques mois des élections européennes, France Inter propose à ses auditeurs de (re)découvrir l’Europe, cet espace qui leur est commun, en s’installant aux quatre coins du continent.

 

1ere PARTIE de 18h20 à 19h

 

I J Europe; Reportage de Caroline Gillet

 

L’actualité en Hongrie par, PÓCS Balázs Journaliste au Népszabadság  

 

L’interview politique : Janos Martonyi, Ministre des Affaires Etrangères

 

Söndörgö interprète en live : Sinoc, une mélodie de Vojvodine (au nord de la serbie, ancien territoire hongrois)

http://www.bluelineproductions.info/sondorgo

 

 

 

2eme PARTIE  de 19h20 à 20H

Quelle vie culturelle et intellectuelle dans le contexte politique hongrois aujourd'hui ?

 

Reportage d’Antoine Giniaux

Gaspar Miklos Tamas, philosophe, ancien dissident et ancien député du Parti libéral de gauche

Csaba Bereski, Directeur du Département international de la Fondation nationale du Film hongrois

Corentin Léotard, journaliste français installé en Hongrie, fondateur du site d'informations hongroises en français: http://www.hu-lala.org/

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hongrie : Budapest, champ de ruines culturel

Hongrie : Budapest, champ de ruines culturel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Jadis créative et florissante, la scène culturelle hongroise est aujourd’hui régie par les valeurs nationales défendues par le gouvernement. Le cri d’alarme d’une journaliste hongroise qui a quitté son pays pour l’Allemagne.

 

Qui change de pays change son âme, dit-on en Hongrie. Or, au cours des deux ans et demi qui viennent de s’écouler, un demi-million de Hongrois se sont expatriés dans le monde entier, soit deux fois plus que lors de la vague de répression qui a suivi le soulèvement de 1956. C’est beaucoup pour un pays qui compte à peine dix millions d’habitants.

J’ai décidé à mon tour de ne plus tolérer la situation. Les raisons de ce choix ne manquent pas : l’argent, les perspectives d’avenir, et surtout le sentiment d’étouffer dans la Hongrie d’aujourd’hui.

Je fais partie de cette génération qui était assez jeune après 1990 pour le sentir : l’atmosphère des années de l’enfance et de l’école avait changé. Quand on a eu une fois dans sa vie la possibilité d’avoir une opinion et de l’exprimer librement, on ne veut plus s’en passer, même si la vie n’a jamais été rose ni facile en Hongrie.

Dans les années 2000, la scène alternative hongroise a connu une période d’effervescence. A Budapest, on trouvait un cinéma d’art et d’essai à chaque coin de rue, tous les mois ou presque, un nouveau film hongrois sortait dans les salles, une nouvelle vague de jeunes cinéastes travaillait d’arrache-pied. Le soir, on retrouvait ses amis dehors, sur la place Liszt-Ferenc, au niveau de la rue Andrássy, dans les cafés de la rue Nagymezö (le "Broadway" de Budapest où se concentrent les théâtres de la ville), ou dans les romkocsma [littéralement "bar en ruine", débit de boisson installé dans un immeuble voué à la démolition ou en attente de restauration] et l’on parlait de ce qu’on avait lu ou vu. La télévision diffusait des émissions culturelles et tous les camps politiques étaient représentés dans les débats.

On défendait quelque chose et l’on croyait en quelque chose : en soi, en son avenir. Vienne ou Berlin étaient peut-être plus soignées, plus riches, mais Budapest le serait un jour à son tour. Les choses avançaient plus lentement, les programmes d’urbanisme, la modernisation des infrastructures, tout prenait du retard. Cela avait du charme à l’époque, on allait dans la bonne direction, Budapest allait devenir une métropole bigarrée, vivante, prospère, tolérante, en un mot une métropole comme les autres....

more...
No comment yet.