"L'UE doit avoir une ligne ferme et claire vis à vis de la répression à la Biélorussie" - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Photo:Ales Beliatski, président du centre de défense des droits de l'Homme, le 2 novembre 2011 lors de son procès à Minsk, au Bélarus (source: le courrier picard.fr)

 

Le Monde.fr - En soutien à Ales Bialiatski, arrêté depuis le 4 août 2011 à la Biélorussie. Il est accusé d'"évasion fiscale particulièrement importante". Il risque de 3 à 7 ans de prison ferme.

 

par Souhayr Belhassen, Stephane Hessel, Daniel Cohn-Bendit etJonathan Littell.

 

L'Histoire nous a lancé un défi. Nous l'avons relevé !" : peu de temps avant son arrestation début août à Minsk, Ales Bialiatski revenait avec émotion sur le travail du Centre des droits de l'homme "Viasna" qu'il dirige depuis 1996. Dans une interview, il évoque ainsi quinze ans de mobilisation dans un pays au régime liberticide. Soutien aux prisonniers politiques, lutte contre la peine de mort et combat contre la désinformation d'Etat : l'organisation est devenue une épine de plus en plus douloureuse dans le pied du régime. Particulièrement depuis l'élection présidentielle de décembre 2010, où les victimes de répression particulièrement sévère se sont vues de nouveau soutenues par l'équipe de Viasna malgré les foudres des autorités....

 ..

Si des mesures de sanctions à l'encontre du régime ont été renforcées, la Pologne, actuellement à la présidence de l'Union, a publiquement proposé de verser neuf milliards d'euros à la Biélorussie "si les conditions concernant les droits de l'homme, les libertés publiques, et la tenue d'élections démocratiques étaient respectées". Résultat : Loukatchenko remplit ses prisons, afin de détenir le plus de cartes possibles en vue d'une négociation qui s'annonce serrée pour lui.

Loukachenko, en outre, joue de son alliance avec Moscou et menace de couper les ponts avec Bruxelles. Déjà, des contrats ont été passés avec d'autres partenaires tels que la Chine, le Qatar ou encore l'Iran, qui expliquent certainement les atermoiements de l'Union européenne…