Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe et les scénarios grecs / France Inter

L'Europe et les scénarios grecs / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Il y a deux thèses et les deux ont d’excellents défenseurs Pour les uns, une sortie de la Grèce de la zone euro ne serait pas l’absolue catastrophe que d’autres disent, ni pour elle-même ni pour le reste de l’Europe...

 

Il y aurait un moment difficile, expliquent les premiers, puisque l’ancienne monnaie, la drachme, à laquelle reviendraient les Grecs perdrait immédiatement la moitié de la valeur retenue lors du passage à l’euro. Tous les biens grecs, terres, épargne, immobilier, industrie, en seraient dévalués d’autant mais cela permettrait vite un boom touristique suscité par un taux de change aussi favorable et l’afflux de capitaux étrangers attirés par la possibilité d’investir à bon prix. La Grèce pourrait ainsi finir par renouer avec la croissance et, dans la mesure où l’Union s’est maintenant dotée d’un fonds de solidarité de 500 milliards d’euros, elle pourrait éviter une contagion en soutenant les pays, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande ou l’Italie, dont l’argent se détournerait par crainte qu’ils ne renoncent à leur tour à la monnaie unique. On peut même penser, disent les tenants de cette thèse, que la sortie de la Grèce de la zone euro inciterait l’Union à accélérer son intégration économique et que cette amputation d’un membre gangréné redonnerait force et allant à l’Europe. C’est possible.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Edito : François Hollande va-t-il changer l’Europe?

Edito : François Hollande va-t-il changer l’Europe? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Malgré ses divergences avec Mme Merkel, François Hollande va-t-il changer l’Europe ? Peut-être.

 

Depuis Giscard et Mitterrand, nous avons élu le premier président de la République favorable à une marche vers le fédéralisme. M. Chirac, qui avait dénoncé à la sous-de Gaulle l’union de notre continent, devint un Européen de raison. Son Premier ministre Lionel Jospin, formé au chauvinisme révolutionnaire par le trotskisme lambertiste, fut un Européen contraint. Quant à Nicolas Sarkozy, il n’a cessé de promouvoir une Europe des Etats plutôt qu’une démocratie européenne. Durant son quinquennat, il a transformé le projet fédéral lancé par Jean Monnet et Robert Schuman en condominium franco-allemand, soit une Europe de deux nations. Comment faire aimer au peuple une politique de cabinet ?

François Hollande, lui, se réclame de Jacques Delors et de François Mitterrand. Il a approuvé Maastricht et engagé le Parti socialiste, sans succès hélas, dans le “oui” au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel. Saura-t-il rouvrir cette Europe à deux, le Merkozy, aux vingt-cinq autres adhérents ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le "poison grec" tétanise de nouveau l'Europe

Le "poison grec" tétanise de nouveau l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La révolte des électeurs contre l'austérité hypothèque le plan d'aide européen. La question d'une sortie d'Athènes de l'union monétaire revient sur le devant de la scène.

 

Jeudi 10 mai, la Grèce était toujours à la recherche d'un gouvernement. Quatre jours après les élections législatives, à l'issue desquelles le Parlement est sorti émietté et émaillé de partis extrêmes, Alexis Tsipras, leader de la gauche radicale, a échoué à former une coalition à même de diriger le pays. La tâche délicate - impossible, disent certains - échoit désormais à Evangélos Vénizélos chef du parti socialiste, le Pasok.

Le compte à rebours s'accélère. La tenue de nouvelles élections à la mi-juin semble désormais inévitable. Si tel est le cas, la colère du peuple, excédé par des plans d'austérité "barbares" imposés par les Européens et le Fonds monétaire international (FMI), sera-t-elle apaisée ? Peut-on donner de l'air au pays exsangue en dépit de son indiscipline ? Faut-il envisager sa sortie de l'union monétaire, voire de l'Union européenne ?

En Finlande et en Allemagne, on perd patience. "Si la Grèce veut rester, il n'y a pas de meilleure voie que celle que nous avons adoptée, on ne peut pas avoir l'un (le sauvetage financier) sans l'autre (les économies et les réformes) ", s'est agacé Wolfgang Schäuble, ministre des finances allemand. Une ligne dure, soutenue par Jörg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) : "Il n'y a pas d'alternative au programme d'assainissement convenu.",...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe entre dans une zone de turbulences

L'Europe entre dans une zone de turbulences | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
INFOGRAPHIE - Les votes grec et français obligent l'UE à réviser ses dogmes.

 

Les Français comme les Grecs ont sanctionné la rigueur et l'Europe cherche à nouveau ses repères. Au lendemain de la victoire de François Hollande et de la cuisante défaite des partisans de l'euro à Athènes, l'UE s'est lancée lundi dans un rattrapage politique à marche forcée. Sous la bannière commune de la croissance, mais en ordre dispersé.

Beaucoup dépendra de la capacité du président élu et de la chancelière allemande à faire taire d'ici au 15 mai leurs dissonances sur ce qui constituait jusqu'à dimanche la boussole des capitales européennes: le pacte budgétaire et la discipline collective. Mais c'est le vote grec qui créé la consternation. En privant de légitimité démocratique le plan de sauvetage auquel l'Europe a voué deux ans durant une énergie considérable, il réveille immédiatement le spectre d'un éclatement de l'euro....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'économie allemande ralentit à son tour

L'économie allemande ralentit à son tour | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Outre-Rhin, le chômage est en hausse et le moral des consommateurs en berne, avec la stagnation des exportations.

 

En novembre 2011, le parlementaire Volker Kauder (CDU, conservateur) avait un peu maladroitement affirmé : "Maintenant, l'Europe parle allemand." Sous-entendu, les pays dépensiers de l'Union monétaire se mettent au pas adoptant - enfin - la rigueur nécessaire à l'assainissement de leurs comptes publics.

Six mois plus tard, après un trimestre de croissance négative en fin d'année dernière et des indicateurs en déclin, l'Allemagne semble au contraire parler un peu plus "européen". Les politiques d'austérité et les dégâts qu'elles provoquent sur la croissance commencent, de fait, à se ressentir sur l'économie d'outre-Rhin.

Il y a notamment eu ce chiffre surprenant et décevant de 19 000 nouveaux demandeurs d'emploi enregistrés en avril. Si le taux de chômage en Allemagne, à 6,8 % de la population active, reste extrêmement enviable pour l'Europe du Sud, cet indicateur a envoyé un mauvais signal.

Et il n'est ni le seul, ni le premier. Le moral des consommateurs flanche, les exportations stagnent et le niveau d'activité industrielle a des accès de faiblesse. Mercredi 2 mai, l'indice PMI des directeurs d'achat permettant de mesurer le niveau de la production a reculé. En cause, "la demande, plus faible, des clients d'Europe du Sud", selon Markit, l'institut qui publie cette donnée....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Pays-Bas pourraient perdre leur triple A

Les Pays-Bas pourraient perdre leur triple A | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'agence de notation internationale Fitch a lancé le 19 avril un avertissement très clair aux Pays-Bas, handicapés par leur dette privée, la plus forte de la zone euro, mais aussi par leur situation politique complexe.

 

L'une des économies les plus performantes de la zone euro pourrait perdre sa note AAA, "si le gouvernement ne pratique pas un plan d'austérité ou s'il laisse le conflit politique faire ingérence dans la gestion économique", selon l'agence Fitch. Dès juin, La Haye pourrait avoir une mention négative sur ses perspectives, même si le triple A est maintenu.

Au coeur du problème économique du pays : la dette privée des Pays-Bas, passée de 190 % à 223 % du PIB entre 2000 et 2010, selon une lettre du ministère des Finances adressée en octobre au Parlement néerlandais. La dette publique est elle aussi élevée, excédant, à 64 % du PIB, le seuil de 60 % fixé par le pacte de stabilité dans la zone euro."Cette dette privée bloque l'efficacité de l'économie néerlandaise, estime Chris Buijink, le secrétaire général du ministère de l'Economie. Cet argent n'est pas disponible pour les entreprises"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les menaces qui pèsent encore sur la zone euro

Les menaces qui pèsent encore sur la zone euro | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Tour d'Europe des risques qui continuent à peser sur l'avenir de l'Union économique et monétaire.

Le nouveau coup de chaud sur la dette souveraine européenne jeudi dernier a rappelé que le feu couvait toujours sous l'euphorie de ces dernières semaines. Les risques n'ont donc pas disparu. Latribune.fr a réalisé un tour d'Europe de ces menaces qui pourraient déclencher de nouveaux embrasements. Extraits:

*La Grèce

L'inquiétude sur la Grèce a un peu disparu ces dernières semaines après le succès de sa restructuration. Elle pourrait cependant rapidement revenir au premier plan...

*L'Espagne

« Les défis auxquels doit faire face l'Espagne sont sévère ». Le FMI n'a pas caché jeudi dernier son inquiétude envers le royaume ibérique qui, apparaît, dans l'immédiat, comme le maillon faible de la zone euro...

*L'Irlande

- L'ex « Tigre celtique » est sans doute le seul pays en crise à avoir mené une vraie politique de déflation compétitive. Sauf que l'affaissement de la demande mondiale met ses efforts en péril....

*Le Portugal

- Officiellement, tout va bien à Lisbonne. Mais dès la fin de la restructuration de la dette grecque, les regards inquiets des marchés se sont tournés vers le Portugal....

*L'Italie

Voici peu, l'Italie était sur le point de devenir une sorte d'Irlande dans l'esprit des investisseurs, un modèle à suivre. Mais Mario Monti doit aussi faire face à une résistance de la population...

*La France

Les lendemains de l'élection présidentielle seront cruciaux. L'heureux élu du 6 mai devra rapidement montrer sa « bonne volonté » vis-à-vis des marchés et affichant sa solidarité avec l'Allemagne et sa volonté de réduire les déficits....

*L'Allemagne et l'Autriche

- La patience allemande a déjà été mise à rude épreuve. A priori, Berlin a obtenu beaucoup avec le nouveau traité budgétaire. Mais en cas de nouvelle crise aiguë, il ne sera pas simple de convaincre à nouveau le gouvernement Merkel de mettre la main à la poche....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Zone euro : la sortie reste encore loin

Zone euro : la sortie reste encore loin | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Peu à peu, les pièces du puzzle européen s'assemblent patiemment. Le renforcement du "pare-feu" destiné à protéger les pays fragilisés et le nouveau plan d'austérité en Espagne ne provoquent pourtant pas un optimisme exagéré.

 

...le chiffre de 800 milliards d'euros avancé pour le pare-feu européen comprend des sommes déjà versées (environ 300 milliards d'euros). Ensuite parce que l'Espagnereste confrontée à une multitude de défis : conjoncture flasque, taux de chômage explosif, objectif très ambitieux de réduction des déficits...Récemment, Mario Draghi a d'ailleurs mis les choses au point : "Je suis optimiste de manière relative, comparé à il y a quatre mois, mais je ne suis pas optimiste de manière absolue. Ce serait prématuré", a expliqué le président de la Banque centrale européenne (BCE), le 26 mars à Berlin.

Les effets des politiques dites "non conventionnelles" mises en oeuvre par l'institution de Francfort sont certes là. A commencer par l'impact des 1 000 milliards d'euros de prêts à trois ans sur le marché interbancaire et sur celui de la dette souveraine. Mais de là à faire marche arrière.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Qui ouvrira le "salon" européen ?

Qui ouvrira le "salon" européen ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Il y a eu les livres, la presse, puis Internet. Depuis près de deux siècles, un espace virtuel de discussion a fait progresser la démocratie. Mais aujourd’hui, c’est un lieu de débat commun à tous les Européens qui nous manque, regrette une éditorialiste suédoise.

Par Maja Hagerman, de Dagens Nyheter.

 

Voilà 150 ans, c’est-à-dire à l’époque de mon arrière-arrière-arrière-grand-mère, aucun pays européen n’était encore une démocratie. Le suffrage universel n’a été introduit que vers la fin du 19e siècle, et pour les femmes, ce fut encore plus tard. Et la Suède a été longue à la détente.

Chaque pays s’est trouvé profondément bouleversé par cette réforme. Si elle a été menée à bien, c’est parce que, pendant longtemps, la pression en faveur du changement avait monté.

Une pression qui s’était exercée hors de la sphère du pouvoir, dans la presse libre, dans les romans, sur les scènes de théâtre et dans les syndicats. La percée démocratique a été précédée d’une révolution médiatique qui n’était pas très différente de celle que nous connaissons aujourd’hui.

 

La démocratie commence par le débat public....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce sortira de la récession en 2013 - LeMonde.fr

La Grèce sortira de la récession en 2013 - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Selon le FMI, la croissance du PIB grec sera globalement nulle sur l'ensemble de l'année 2012.

 

La Grèce sortira de la récession en 2013. Mais la croissance du PIB grec sera globalement nulle sur l'ensemble de cette année, selon de nouvelles prévisions du Fonds monétaire international (FMI) pour le pays publiées jeudi et revues en forte baisse par rapport à décembre.

Le FMI estime que le produit intérieur brut grec devrait chuter de 4,8% en 2012 après avoir reculé de 6,9% en 2011. En décembre, il estimait que le PIB chuterait de 3,0% en 2012 après un recul de 6,0% en 2011 et que la croissance atteindrait 0,3% en 2013.

Les nouvelles prévisions du Fonds figurent dans un communiqué publié après le feu vert donné par son conseil d'administration à un nouveau programme d'assistance financière à la Grèce, d'une durée de quatre ans et d'un montant de 28 milliards de dollars. Le FMI a indiqué que cette nouvelle facilité de crédit était destinée à "soutenir le programme d'ajustement économique des autorités...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

De l'Europe des Etats à l'Europe des citoyens - LeMonde.fr

De l'Europe des Etats à l'Europe des citoyens  - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Outre le fédéralisme, il faut rééquilibrer les deux légitimités de l'UE : les Etats et les citoyens.

 

La crise économique et sociale en Europe est bien davantage qu'un avatar de la crise financière. Elle a mis en lumière les carences d'une organisation politique qui n'a pas su évoluer au même rythme que l'interdépendance croissante des économies européennes. Au lieu de faciliter la résorption des divergences économiques entre Etats membres, la fragmentation politique de l'Union européenne les a plutôt accentuées. La crise ne pourra être résolue durablement sans remédier à cette contradiction.

La tentation du repli est pourtant forte, chacun accusant les autres d'avoir préféré ses intérêts propres à l'intérêt collectif, en des termes plus ou moins voilés. Dès lors, il faut faire le ménage, budgétaire, chez soi, et on verra ensuite, entend-on. La difficulté est qu'ensuite ce sera sans doute trop coûteux car il sera plus difficile, séparément, de trouver les leviers de croissance. Au point que le hiatus entre une monnaie européenne et des budgets nationaux, péniblement résolu par des dispositifs de coordination et de surveillance budgétaire dont le passé récent a montré les limites, a fini par peser sur le bon fonctionnement et la solidité de la zone euro....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Allemagne: Dans la peau d'un Grec

Allemagne: Dans la peau d'un Grec | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

A quoi ressemblerait la vie d’un fonctionnaire allemand moyen si la République fédérale était contrainte de suivre la même cure d’austérité draconienne qu’elle impose en ce moment à la Grèce ? Avec l’aide de quelques experts, Cicero a essayé de l’imaginer.

Par Marie Amrhein, de Cicero à Berlin.

 

Appelons-le Erich Hansen. Erich Hansen est éducateur dans le public dans une petite ville de la Hesse [dans le centre de l’Allemagne]. Avec les jeunes qu’il accueille dans sa structure, il fait des allers et retours réguliers à Marbourg, non loin de là, pour y jouer au bowling.

A l’avenir, Erich Hansen devra se poser la question de savoir s’il ne serait pas préférable d’emmener les enfants dans la forêt – le ticket d’entrée au bowling pourrait devenir trop onéreux, et Erich Hansen doit se serrer la ceinture. Comme le reste de la République fédérale.

Appuyons-nous sur l’hypothèse formulée par la fondation Hans Böckler avec l’aide de l’Institut de macroéconomie et de recherches conjoncturelles (IMK) pour comprendre à quoi ressemblerait l’Allemagne si elle était soumise aux mêmes plans de rigueur que la Grèce.

Le salaire d’Erich Hansen fonderait de 3 250 euros mensuels à 2 760. En revanche, sa cotisation d’assurance-maladie bondirait en un an de 530 euros, pendant que la TVA passerait de 19 à 22 %. L’éducateur, qui aime bien prendre une petite bière et griller une cibiche après le travail, doit s’attendre à une flambée de 33 % des taxes frappant l’alcool, le carburant et les cigarettes....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Européens menacés de vieillir... pauvres

Les Européens menacés de vieillir... pauvres | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La chute de la démographie en Europe fragilise la solidarité entre générations. Mais la phase de destruction de richesse financière dans laquelle le monde est entré après la crise de 2008 questionne tout autant les retraites par capitalisation.

 

Décidément, il n'y a pas pas de solution simple au casse-tête des retraites. On savait que l'Europe vieillissait. La situation ne s'arrange pas, nous dit la Commission européenne dans un document publié jeudi. Le Vieux continent n'a jamais autant mérité son nom. Il connaîtra cette année un basculement historique : la population européenne âgée de 20 à 59 ans va commencer à baisser alors qu'elle était restée en augmentation constante depuis la dernière guerre. Pendant ce temps, le nombre d'Européens âgés de plus de 60 ans seront 2 millions de plus chaque année pendant au moins une décennie...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce hors de l’euro, c’est l’Europe en quenouille - Rue89

La Grèce hors de l’euro, c’est l’Europe en quenouille - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Sortira, sortira pas? L'éventualité, voire la perspective, de la sortie de la Grèce de la zone euro fait, semble-t-il, passer des nuits blanches aux eurocrates bruxellois et aux banquiers de toute l'euroland.D'abord parce que l'accord qui a donné naissance à la zone euro (art.119 à 144 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ) ne prévoit aucun dispositif de retrait pour un pays qui y a été admis (ce fut le cas de la Grèce en 2001). Faudrait-il alors que ce pays quitte carrément l’Union européenne -ce qui est davantage possible sur un plan strictement juridique ? Deuxième motif d’insomnie pour ces eurocrates et ces banquiers, les modalités pratiques d’un retour de la Grèce à son ancienne drachme....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Allemands sont-ils donc totalement incapables de comprendre que leur vision de la rigueur pousse les autres pays européens à la faillite ?

Les Allemands sont-ils donc totalement incapables de comprendre que leur vision de la rigueur pousse les autres pays européens à la faillite ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour répondre efficacement à la crise de la zone euro, il faut aussi et d’abord apporter une réponse crédible à l’insolvabilité des pays qui ne peuvent plus se refinancer sur les marchés financiers et qui sont en sursis de défaut sur leurs dettes.

 

Avant tout, pour répondre efficacement à la crise de la zone euro, il faut aussi et d’abord apporter une réponse crédible à l’insolvabilité des pays qui ne peuvent plus se fournir sur les marchés financiers (Grèce et Portugal) et qui sont en sursis de faillite par des mécanismes de solidarité qui ne règlent rien à leur situation, ne font que gagner du temps pour imposer – je me répète - par l’assistanat faussement bienveillant de comptables allemands, une véritable dictature sur la société.

Ces pays ne peuvent continuer à supporter le poids de l’intérêt de leur dette - de l’ordre de 4 à 5 points de PIB annuellement. Pour la France, par exemple, une telle situation signifierait 85 milliards d'euros d’intérêts payés sur le poids actuels notre dette, soit 40 milliards en plus donnés au système financier ou 2% de notre PIB. Avec une telle charge, notre pays qui a une économie pourtant bien plus saine que ces pays, rentrerait immédiatement en récession. Et nous avons osé - sous le diktat allemand - imposer à ces pays cette charge avec l’effet suivant : tous les pays du Sud et non seulement la Grèce et le Portugal deviennent encore plus insolvables en raison de la récession de leur économie.

Sans autre politique que celle menée actuellement au Sud, nous nous enfoncerons encore un peu plus dans la crise, car à la demande qui tirait auparavant la croissance, il n’y aura pas eu la substitution d’une croissance tirée par l’offre sans casser toutefois la demande....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Merkel, Hollande et le traité européen : les clés pour comprendre

Merkel, Hollande et le traité européen : les clés pour comprendre | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La chancelière allemande doit désormais composer avec un nouveau partenaire, et les ennuis commencent. Quelles sont les divergences ? Quelles négociations sont possibles ?

 

Merkozy, c'est fini. La chancelière allemande, Angela Merkel, ne pourra plus compter sur le soutien de Nicolas Sarkozy en France. La droite allemande, au pouvoir, va devoir composer avec un socialiste à l'Elysée. Sur l'Europe, Berlin prône la rigueur et l'austérité, quand Paris plaide désormais pour la croissance et la relance ; François Hollande veut renégocier le traité européen récemment adopté, la présidente de l'Union chrétienne-démocrate allemande oppose un refus de principe. Alors, quelle sera l'issue ? Quels sont les points de désaccords ? Quels sont les marges de manœuvre ?

 

Un traité pro-rigueur pas encore ratifié:

L'objet de la discorde est le traité budgétaire approuvé le 30 janvier par tous les pays de l'Union européenne, excepté la Grande-Bretagne et la République tchèque, et signé formellement le 2 mars. Avant même d'être formalisé, ce traité mécontentait le candidat socialiste François Hollande....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le pacte budgétaire européen - Idées - France Culture

Le pacte budgétaire européen - Idées - France Culture | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Chronique d'Agnès Bénassy-Quéré.

Durée: 3 minutes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce, Cassandre de l'Europe | Bakchich

La Grèce, Cassandre de l'Europe | Bakchich | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Epouvantail économique de la campagne électorale française, la situation grecque n'est pas en passe de s'améliorer. Et sa banque centrale n'incite pas vraiment à l'optimisme pour l'avenir -économique et politique- de l'Europe...

 

Sous contrôle la crise ? Peut-être pendant la durée de notre campagne électorale officielle, histoire de permettre à notre prez' de faire admirer sa stature d’homme d’état sur les podiums, et encore…

La preuve de la supercherie ? La banque centrale grecque vient de nous l’apporter pas plus tard que le 24 avril, en publiant ses nouvelles prévisions économiques. Les experts du coin ont en effet réussi le tour de force de modifier en l’espace de 3 semaines, l’estimation de la croissance, ou plus exactement de la décroissance du PIB hellène, de -4,5% à -5% pour 2012.

Et attention : « à condition que les réformes structurelles soient menées à bien » ; autant dire une chance sur mille…A ce rythme là, ça devient carrément de l’art divinatoire.

D’autant qu’après la saignée de l’année dernière (une baisse officielle du PIB de 6,9%) la banque centrale grecque suggère une solution originale et inédite d’une audace folle pour entrevoir le bout du tunnel : licencier toujours plus de fonctionnaires...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise : sommes-nous à la veille d'une rechute brutale ?

Crise : sommes-nous à la veille d'une rechute brutale ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après Pâques, les bourses européennes ont toutes perdu entre 2,5 et 5 %, les taux d'emprunt de l'Italie et l'Espagne ont fortement augmenté. L'effet des liquidités de la BCE commence à s'estomper, et la situation de l'Espagne est préoccupante.

 

Après les quatre jours de la trêve du week-end de Pâques, les bourses européennes ont toutes perdu entre 2,5 et 5 %, le CAC 40 lui-même s'est replié de 3,08 %, et n'affiche mercredi soir qu'une timide hausse de 0,62%. Dans le même temps, les taux d'emprunt des États les plus fragiles de la zone euro ont fortement augmenté (Espagne et Italie).

Nombreux sont ceux qui se sont interrogés ces dernières semaines sur la fin de la crise. Était-elle « réglée » ? Il faut sortir de cette logique simpliste. On ne « règle » pas une crise d’une telle ampleur. Les pays européens font face aujourd’hui à une crise de surendettement publique, c’est-à-dire d’inadéquation structurelle entre les dépenses publiques et ce que leur économie est capable de délivrer en termes de croissance et donc de recettes fiscales. On ne s’en sortira donc durablement que lorsque des politiques de croissance auront été instaurées et produiront leurs effets, et quand nos État (y compris la sécurité sociale) auront été réformés pour être plus efficaces et moins coûteux.

Dans l’intervalle, de nouveaux mécanismes de solidarité intra-européens devront être trouvés, qui nous mèneront vers une nécessaire et enthousiasmante Europe Fédérale. Vu sous cet angle, on comprend que le redressement sera long et chaotique. D’ailleurs, la crise espagnole vient se rappeler au souvenir des étourdis ou des optimistes niais : ses principaux indices boursiers ont plongé et ses taux d'intérêt à long terme (10 ans) se sont approchés de la barre symbolique des 6%....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Pologne, nouveau grand d'Europe

La Pologne, nouveau grand d'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La bonne santé de l'économie polonaise, seul pays européen à ne pas avoir connu de récession en 2009, est la première raison de sa montée en puissance.

 

Les pays d'Europe orientale sont des mendiants ; leurs citoyens viennent jusque dans nos bras arracher nos emplois ; leurs gouvernements font de l'obstruction et empêchent les "grands" - Paris et Berlin - de dicter leur agenda. Voici, dessinée à gros traits caricaturaux, la perception dominante en Europe occidentale, et en particulier en France, de ceux qu'on appelle encore les "nouveaux entrants". A tort. Combien de temps reste-t-on nouveau, alors que la République tchèque, la Hongrie et la Pologne sont entrées dans l'Union européenne en 2004 ?...

 

"La Pologne d'aujourd'hui est la meilleureque nous ayons jamais connue", a dit justement le ministre des affaires étrangères, Radek Sikorski, lors de son discours annuel devant le Parlement, le 29 mars. Un discours qu'il faut lire et entendre. Il consacre la place inédite occupée par la Pologne au sein de l'UE ; il témoigne d'une vision de l'Europe et de sa périphérie qu'on ne retrouve guère au sein de la classe politique française, guetté par le nombrilisme.

L'intégration souhaitée par Varsovie se veut éloignée du "fédéralisme utopique", selon M. Sikorski. Pas question de bâtir un "super-Etat bureaucratique". La Pologne croit en la fusion des postes de président de la Commission européenne et de président du Conseil, élu par le Parlement ou par le suffrage universel....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Croissance : l'Europe cherche le vent

Le plus dur de la crise est passé, affirment l'OFCE et l'OCDE dans leurs dernières perspectives économiques. Mais le Vieux Continent pourrait faire face à une croissance atone en 2012.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Retrouver la croissance en Europe

Créé pour rendre l'Europe plus forte et plus prospère l'euro apparaît aujourd'hui à la majorité de nos concitoyens comme une promesse non tenue.

Selon un sondage récent, plus de 60% des Français pensent que l'euro n'a pas contribué à atténuer les effets de la crise (1). Ce sentiment est assez largement partagé dans la zone euro, où 50% des personnes interrogées expriment la même opinion. On ne saurait leur donner tort : la zone euro est devenue le maillon faible de l'économie mondiale. Crise de la dette souveraine, croissance en berne, montée des déséquilibres au sein de la zone : tous les risques possibles, annoncés outre-atlantique notamment par les adversaires de l'euro, sont devenus réels. L'acte 1 de l'euro, celui de l'innocence, est mort.

Les risques à venir sont bien visibles : ceux de la récession économique d'abord, de régression politique ensuite, et de la mise en péril de l'édifice lui-même enfin. La manière d'y répondre ne saurait être celle qui est proposée aujourd'hui, qui consiste à n'offrir que l'abandon de la politique budgétaire comme issue à la crise. Tout se passe en effet comme si les dirigeants européens étaient désormais convaincus de l'inefficacité radicale de cette politique. Cette orientation fragilise la zone euro. Uniquement fondée sur une logique d'austérité budgétaire, garantie pas des règles de plus en plus strictes, elle condamne la zone euro à une longue période de très faible croissance, sinon de récession. Or il n'est pas vrai de prétendre, comme le font la droite ou certains économistes néo-libéraux, que la seule réduction des déficits suffira à retrouver la croissance...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le triste délitement de l'idée européenne - LeMonde.fr

Le triste délitement de l'idée européenne - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Français veulent moins d'Europe. Une majorité d'entre eux se dit indifférente à l'idée européenne. Quand elle n'y est pas hostile. Moins d'un Français sur deux estime important que l'Europe permette à son pays de peser davantage sur les décisions politiques et économiques prises au niveau mondial. Le même pourcentage juge que la défense d'un "modèle européen" - économie de marché associée à une forte protection sociale - n'est pas une priorité en ce XXIe siècle naissant.

S'il y avait au sein de l'Union européenne (UE) un classement des opinions en fonction de leur degré d'europhilie, la France serait sans doute dans les rayons du bas. Les derniers partisans de l'intégration européenne sont prévenus : ils vont très vite avoir besoin d'une solide dose d'antidépresseurs.

Tels sont du moins les enseignements d'un sondage réalisé par l'insitut Ipsos/Logica pour Le Monde sur "L'attitude des Français à l'égard de l'Europe". On peut toujours chicaner sur la difficulté qu'il y a à appréhender les évolutions de l'opinion sur une question aussi vaste. Mais, enfin, le résultat est là, que nous publions ce jour. Il mesure l'humeur du pays sur l'Europe : elle est défavorable...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Michel Rocard, l'Europe et la fin de la croissance | Slate

Michel Rocard, l'Europe et la fin de la croissance | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'ancien Premier ministre déclare la mort de l'Europe et explique, qu'en période de crise, le bonheur n'est pas dans le travailler plus.

 

Michel Rocard fait partie des Français qui s'inquiètent du «malaise social» dans nos civilisations développées: «injustice criante» dans la répartition de l'argent, ennui qui découle du «sentiment d'inutilité», solitude qui est le «produit d'une société trop mobile» et disparition de l'éthique. Dans son dernier livre, Mes points sur les i, propos sur la présidentielle et la crise, le vieux militant de la deuxième gauche reprend son rêve d'une «nouvelle société» bâtie sur des valeurs de partage et d'art de vivre.

Le propos serait banal sans deux convictions surprenantes et fortes qui ouvrent, chacune, un énorme débat. La première est assénée cruellement:

«Il n'y a plus d'Europe.»

La seconde fait la trame du livre: désormais la croissance sera lente. Il nous faut nous adapter, fondamentalement, à une économie de quasi-stagnation. L'Europe, c'est fini?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ce que la Grèce a fait... et ce qui lui reste à faire

INFOGRAPHIE - Les efforts exigés de la Grèce depuis 2010 sont sans précédent dans les pays développés, selon l'OCDE. Cela reste toutefois insuffisant aux yeux du FMI et de ses partenaires européens. État des lieux.
more...
No comment yet.