Union Européenne,...
Follow
Find tag "perspectives"
6.5K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grèce : la récession pourrait être deux fois plus forte que prévu

Grèce : la récession pourrait être deux fois plus forte que prévu | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En avril, la Banque de Grèce avait déjà prévu l'aggravation de la récession, estimant que le PIB chuterait de "près de 5 %" en 2012, soit plus que les estimations initiales (près de 3 %).

 

Ce sera pire que prévu. La Grèce s'attend à une récession bien plus sévère que prévu en 2012. "Selon une étude du centre de planification et de recherches économiques Kepe, le recul du PIB au premier trimestre a atteint 6,5 %, au troisième il sera de 9,1 % et le total sur un an de 6,7 %, soit le double de ce qui avait été initialement prévu", a déclaré mardi 3 juillet le ministre adjoint des finances, Christos Staïkouras, pointant une situation économique "critique" et "particulièrement difficile".

De son côté, la Banque de Grèce avait déjà prévu en avril l'aggravation de la récession, estimant que le PIB chuterait de "près de 5 %" en 2012, soit plus que les estimations initiales (près de 3 %), après un recul de 11 % sur les deux dernières années....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le sommet européen vu par les économistes atterrés

Le sommet européen vu par les économistes atterrés | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le sommet européen vu par les économistes atterrés - Alors que s'ouvre aujourd'hui le sommet européen à Bruxelles, le collectif d'économistes anti-libéraux livre son diagnostic et son traitement dans un ouvrage : L'Europe mal-Traitée.  Pour eux, le Pacte budgétaire du 2 mars 2012 nous conduit dans le mur. Le compléter par un volet de croissance ne suffira pas, il faut revoir le traité de fond en comble.

 

L'Europe est au plus mal. Si le diagnostic n'est pas nouveau, les symptômes ne cessent de s'aggraver. Un à un les dominos vacillent. Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, l'Espagne et Chypre ont, à leur tour, sollicité l'aide européenne. Sans apaiser les marchés qui redoutent que le sommet européen du 28 et 29 juin n'aboutisse à aucune avancée significative. Et pourtant, seul un sursaut de l'intégration européenne pourrait dénouer la crise.

Malgré un discours ferme, François Hollande peine à imposer ses vues à la chancelière allemande. Surtout, sa stratégie d'ajouter un volet de croissance au Pacte budgétaire du 2 mars 2012 ne remet pas fondamentalement en cause ce traité. "A tort !", pointent les économistes atterrés, un collectif contre la persistance de la pensée néolibérale.

"En paralysant les politiques budgétaires nationales, en instaurant la "règle d'or", ce traité va plonger l'Union dans une austérité perpétuelle. En ne s'attaquant à aucune des causes de la crise actuelle, il risque d'aboutir à l'explosion de l'Europe et à l'effondrement de la démocratie en Europe", martèle le collectif dans son nouvel ouvrage l'Europe mal-Traitée (Les liens qui libèrent, 8€). "Ce Pacte ne doit pas être complété mais véritablement refondé".

Croissance, stabilité financière, renforcement de l'union monétaire.... Les économistes atterrés décryptent, pour nous, les enjeux du sommet européen du 28 et 29 juin et livrent leur prescription...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Au sommet de Bruxelles, fédérer l’Europe sans en avoir l’air

Au sommet de Bruxelles, fédérer l’Europe sans en avoir l’air | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les pistes proposées pour sauver la monnaie unique sont clairement fédérales. Sans le dire.

Ne dites pas : «vers le fédéralisme européen», dites : «vers une véritable union économique et monétaire». Façon de contourner un tabou. Car c’est bien le chemin fédéral que proposent d’emprunter, pour sauver l’euro, les présidents des quatre institutions européennes (Herman Van Rompuy pour le Conseil européen, José Manuel Durao Barroso pour la Commission, Mario Draghi pour la Banque centrale européenne et Jean-Claude Juncker pour l’Eurogroupe). Dans un document de sept pages, rendu public hier, qui sera soumis aux vingt-sept chefs d’Etat et de gouvernement, réunis demain et vendredi à Bruxelles, ils tracent les pistes qui transformeront la zone euro d’ici une dizaine d’années en un mélange entre les Etats-Unis et la République fédérale d’Allemagne : le temps où l’on croyait qu’une monnaie unique pouvait survivre avec dix-sept politiques économiques et budgétaires indépendantes est révolu. En endossant cette «feuille de route», qui sera complétée et dotée d’un échéancier d’ici décembre, les Vingt-Sept (et surtout les dix-sept de la zone euro) montreront qu’ils ont compris que des demi-mesures ne pourront résoudre la crise....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

How Asia Will Fare if Europe Cracks

How Asia Will Fare if Europe Cracks | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Greek elections may have assuaged fears of a European financial contagion spreading to Asia, at least for the moment.

 

   But as troubles brew in Spain, where borrowing costs shot up again Tuesday, and as Greece faces more painful cuts to meet bailout targets by September, many wonder who in Asia is most exposed should Europe's economy and financial system finally crack.

Lessons from the 2008 financial crisis show that while all of Asia tends to get hit when the world economy shudders, the severity differs depending on which countries have the biggest trade and financial linkages to the rest of the world, and which are best-prepared with big currency reserves, flush government coffers and central banks with room to cut interest rates.

In general, Asia has more room than the West to react with interest-rate cuts and government spending. But there are new wrinkles since 2008, and some countries, notably India, Vietnam and Japan, are in worse shape to weather a storm....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Malgré la poussée à gauche, une majorité pro-austérité en Grèce - Rue89

Malgré la poussée à gauche, une majorité pro-austérité en Grèce - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les électeurs grecs ont finalement choisi dimanche le statu quo, c'est-à-dire le maintien dans la zone euro sans remise en question radicale du plan d'austérité.

 

C’est le verdict de ce deuxième scrutin qui sera assurément accueilli avec soulagement à Berlin, Bruxelles, et même, secrètement, par François Hollande peu désireux d’une tempête immédiate sur la zone euro.

Le vainqueur est Nouvelle Démocratie, le parti traditionnel de la droite grecque dirigé par Antonis Samaras, qui frôle les 30% des voix et disposera de 128 sièges dans l’assemblée qui en compte 300. Il ne dispose donc pas de la majorité absolue, et s’est prononcé dès dimanche soir pour une coalition avec le Pasok, le parti socialiste grec, arrivé troisième avec 12,2% et qui remporte 23 sièges.

Syriza, le parti de la gauche radicale, qui conteste vigoureusement le plan d’austérité imposé à la Grèce par la Troïka (Union européenne, Banque centrale européenne, FMI), tout en assurant qu’il souhaite que la Grèce reste membre de la zone euro, est arrivé second, avec 27,12% des voix et aura 72 sièges...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Robert Zoellick: l'Europe peut déclencher une crise à la Lehman Brother | Slate

Robert Zoellick: l'Europe peut déclencher une crise à la Lehman Brother | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L'Europe va mal et l'effrondement de l'euro pourrait provoquer une crise mondiale, selon Robert Zoellick. Le président sortant de la Banque mondiale compte alerter le sommet du G20 que l'Europe court le risque de déclencher une crise semblable à celle de Lehman Brother qui aura des conséquences désastreuses pour les pays en développement.

Dans un entretien à The Observer, Robert Zoellick s'inquiète de la possible victoire de Syriza en Grèce. L'hebdomadaire du week-end de The Guardian écrit:

«L'élection d'un gouvernement anti-austérité déclencherait la crise la plus grave de l'euro à ce jour, à la suite de l'échec apparent d'un plan de sauvetage bancaire espagnol la semaine dernière. La chancelière allemande Angela Merkel a statué hier sur la renégociation de renflouement de la Grèce, estimant que le pays doit s'en tenir à ses offres avec des prêteurs internationaux.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le retour inattendu de l’idée européenne

Le retour inattendu de l’idée européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le salut de la zone euro passe par une plus grande intégration bancaire, monétaire et budgétaire.

On le pressent à la veille du conseil européen des 28 ou 29 juin où Paris et Berlin rivalisent de propositions, sur fond de crises budgétaire ou bancaire aigües en Italie, Espagne et Grèce.

Ces propositions ont beau être différentes, elles aboutissent à donner aux instances communautaires un contrôle beaucoup plus étroit sur les banques et les budgets des Etats membres .

Le paradoxe est que ce mouvement d’intégration s’effectue à marche forcée, sous la pression des marchés financiers, au moment où l’idée fédérale est en nette perte de vitesse dans les discours politiques .....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Conforté par ce premier tour des législatives, François Hollande consacrera la semaine à l’Europe.

 

« Chiche », va-t-il dire dans les tout prochains jours à la chancelière allemande qui avait souhaité, vendredi, que l’Union européenne devienne une union politique et budgétaire.Nous avons, oui, besoin d’une Union économique et monétaire, d’une zone euro, plus intégrée et plus forte qu’elle ne l’est aujourd’hui, expliquera-t-il dans une « contribution » écrite à la préparation du Conseil européen de la fin du mois et dira-t-il aussi mercredi en Italie, mais nous ne devons pas là nous payer de mots, ajoutera-t-il en substance.

Son « oui » sera un « oui, si… » car le président de la République voit deux dangers dans la proposition allemande. Il ne veut ni qu’elle puisse servir à repousser les mesures de relance économique européenne au nom d’objectifs à plus long terme ni qu’elle ouvre la voie à d’interminables chantiers de réformes institutionnelles susceptibles de ranimer les conflits idéologiques dont le projet européen a toujours été porteur....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Economique et politique, les deux tournants de l'Europe / France Inter

Economique et politique, les deux tournants de l'Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’Espagne inquiète. Elle inquiète tant que les ministres de Finances et les banquiers centraux du G-7, des sept grandes puissances économiques que sont les États-Unis, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Italie, étaient hier pendus au téléphone pour débattre de la déconfiture de ses banques, ruinées par l’éclatement de sa bulle immobilière.
Quatrième économie de la zone euro, l’Espagne inquiète car sa crise vient s’ajouter à la crise grecque, aux difficultés italiennes, à l’endettement massif des pays européens et à la faiblesse de leur croissance dans une spirale infernale qui menace l’euro, l’Europe et le monde puisqu’un effondrement de la monnaie unique déferait bientôt l’Union après avoir défait les économies de l’Europe et du monde. L’heure n’est pas grave. Elle est extrêmement grave et toute la question est de savoir si ce moment peut-être surmonté....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Sauve qui peut ! - Régime spartiate

Sauve qui peut ! - Régime spartiate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
D’un côté: la famille, le pays, la culture, le chômage, l’absence de perspectives. De l’autre: la solitude, le déracinement, l’emploi, la carrière, un salaire décent.

Quelle vie pour quel avenir?

 

Voilà les questionnements de la jeune génération grecque. Ils sont jeunes, ils ont la vie devant eux, des ambitions, des idées, la volonté de s’en sortir. Ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix de quitter leur pays, non par réelle envie, mais par nécessité. Ce phénomène n'est pas mineur ou secondaire ; tous les jours, je rencontre et discute avec de nouveaux jeunes qui veulent s'en aller vivre à l'étranger, eux aussi. En même temps, que peut-on espérer d’un pays où le taux de chômage atteint les 22% (un chiffre qui a quasiment doublé en deux ans, depuis le début de la crise de la dette), celui des 15-24 ans dépassant les 50% (chiffres de l'Autorité des statistiques grecques) ; où les diplômes deviennent inutiles par manque d’emplois qualifiés ; où les chances de lancer une carrière sont quasiment impossibles (gel des embauches dans la fonction publique notamment) ; où il est devenu difficile de quitter le domicile familial en raison des dégâts de la crise économique au sein des foyers ; où ces mêmes familles n’ont plus toujours l’argent pour envoyer leur progéniture dans une grande ville pour qu’elle puisse étudier ; où l’on parle des jeunes comme d’une «génération perdue» (en écho à celle de l’entre-deux-guerres). Témoignages....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

LBO : un quart des émetteurs européens pourraient faire défaut

LBO : un quart des émetteurs européens pourraient faire défaut | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Nouvelle épée de Damoclès sur le marché du crédit : d'après Moody's, 133 milliards d'euros de prêts à effet de levier arrivent à échéance d'ici à 2015.

 

"Au moins un quart de ces entreprises pourraient faire défaut, avec un chiffre qui doublerait si le marché des obligations à haut rendement est bloqué pendant des périodes étendues en raison de facteurs extérieurs", prévient Moody's.

"Plus de la moitié de la dette arrivant à maturité d'ici à 2015 est concentrée par 36 entreprises, dont chacune a plus de 1 milliard d'euros de dette, a souligné Chetan Modi, l'auteur du rapport, cité dans un communiqué. Cette dette est dispersée entre plusieurs secteurs d'activité, mais il y a une concentration de dette à refinancer en 2014."...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Espagne pourrait demander l'aide du fonds de secours européen

L'Espagne pourrait demander l'aide du fonds de secours européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Selon le journal El Mundo, cela permettrait d’injecter 30 milliards d’euros dans le secteur bancaire, si la tension sur les marchés persiste.

 

Si la crise grecque continue et si la prime de risque espagnole (surcoût que doit payer l’Espagne pour emprunter à dix ans, par rapport à l’Allemagne, considérée comme la référence du marché) reste autour du niveau élevé des 500 points, «l’Espagne pourrait demander de l’aide au Fonds européen de stabilité financière (FESF). C’est une possibilité, même si maintenant toutes les hypothèses sont possibles», a expliqué une source gouvernementale au quotidien de centre-droit.

Une autre possibilité envisagée par le gouvernement est de demander l’aide du FMI, écrit le journal. Contactée par l’AFP, une porte-parole du ministère de l’Economie a elle assuré que la position du gouvernement, de ne demander aucune aide extérieure, n’avait «pas changé».

Selon El Mundo, l’Etat espagnol devra injecter 30 milliards d’euros de fonds publics dans les trois établissements bancaires placés sous tutelle en raison de leurs grandes difficultés: CatalunyaCaixa, NovacaixaGalicia et Banco de Valencia....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe et les scénarios grecs / France Inter

L'Europe et les scénarios grecs / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Il y a deux thèses et les deux ont d’excellents défenseurs Pour les uns, une sortie de la Grèce de la zone euro ne serait pas l’absolue catastrophe que d’autres disent, ni pour elle-même ni pour le reste de l’Europe...

 

Il y aurait un moment difficile, expliquent les premiers, puisque l’ancienne monnaie, la drachme, à laquelle reviendraient les Grecs perdrait immédiatement la moitié de la valeur retenue lors du passage à l’euro. Tous les biens grecs, terres, épargne, immobilier, industrie, en seraient dévalués d’autant mais cela permettrait vite un boom touristique suscité par un taux de change aussi favorable et l’afflux de capitaux étrangers attirés par la possibilité d’investir à bon prix. La Grèce pourrait ainsi finir par renouer avec la croissance et, dans la mesure où l’Union s’est maintenant dotée d’un fonds de solidarité de 500 milliards d’euros, elle pourrait éviter une contagion en soutenant les pays, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande ou l’Italie, dont l’argent se détournerait par crainte qu’ils ne renoncent à leur tour à la monnaie unique. On peut même penser, disent les tenants de cette thèse, que la sortie de la Grèce de la zone euro inciterait l’Union à accélérer son intégration économique et que cette amputation d’un membre gangréné redonnerait force et allant à l’Europe. C’est possible.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

David Cameron a-t-il vraiment dans l’idée de faire sortir le Royaume-Uni de l’Europe ?

David Cameron a-t-il vraiment dans l’idée de faire sortir le Royaume-Uni de l’Europe ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que les Britanniques rejettent en bloc l'intégration politique européenne, le Premier ministre David Cameron a relancé lundi l'idée d'un référendum afin de renégocier les liens entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

Une posture politique qui pourrait conduire les Britanniques à se séparer de l'Europe...

 

Entretien avec Jean-Paul Révauger, responsable du Master recherche langues du parcours Europe contemporaine et directeur de l’UFR d’anglais de l’Université de Bordeaux III.

 

Pensez-vous que le Royaume-Uni puisse vraiment quitter l'Europe ?

 

Jean-Paul Révauger : Deux problèmes se posent. D'un côté, ce que David Cameron souhaite pour l'Europe, et de l'autre ce que souhaite le peuple Britannique, d'où le référendum. Ce dernier est en réalité un problème de politique interne. L'organisation d'un référendum en Grande-Bretagne est principalement actée pour résoudre une question politique, et non une question stratégique. Il y a eu un premier référendum sur l'Europe en 1975. A l'époque, il était question du maintien du pays dans le marché commun. Ce référendum a été gagné par ses partisans, avec plus de 60 % d'avis favorable.

A la même époque, les entreprises les plus dynamiques s'étaient mobilisées en faveur du marché commun. Les choses étaient alors plus simples. Le gouvernement des travaillistes porté par Wilson avait plus de faciliter à marginaliser la gauche salutaire au retrait du marché commun. Le référendum était un moyen pour le premier ministre Harold Wilson de résoudre un problème interne au parti travailliste.

Actuellement, les Conservateurs ont deux problèmes. Sur les questions européennes, le parti est principalement divisé. Au sein même du parti, il y a un groupe favorable à un approfondissement de l'intégration européenne. En outre, le quotidien des affaires, the Financial Times, est favorable à une plus grande intégration, voire même l'idée d'un certain fédéralisme. Pour autant, le parti conservateur (et surtout son électorat) pourrait être désigné comme euro-sceptique. Le parti se retrouve ainsi, menacé par son propre électorat d'un côté, et de l'autre, il doit faire face à sa propre coalition avec les leaders démocrates favorables au fédéralisme européen.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Fédéralisme à marche forcée, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique)

Fédéralisme à marche forcée, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique) | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les grandes catastrophes encouragent les croyants les plus fervents à redoubler aussitôt de piété. Ainsi en est-il des fédéralistes européens.

refusant de concevoir qu’on puisse un jour tourner le dos aux politiques d’intégration — monétaire, budgétaire, commerciale — qui ont aggravé la crise économique, ils souhaitent au contraire renforcer l’autorité de ceux qui les ont mises en œuvre. Les sommets européens, les pactes de stabilité, les mécanismes disciplinaires n’ont rien arrangé ? C’est, répondent invariablement nos dévots, parce qu’ils n’ont pas été assez loin : pour eux, toute réussite s’explique par l’Europe, et tout échec par le manque d’Europe (1). Cette foi du charbonnier les aide à dormir à poings fermés et à faire de jolis rêves.Des cauchemars, aussi, car les fédéralistes ne détestent pas les tempêtes. Les annoncer leur permet même de briser toute résistance à leur grand dessein en prétextant l’urgence. Au milieu du gué et sous la mitraille, nul ne doit faire machine arrière. Il faut franchir la rivière ou se noyer, précipiter le « sursaut fédéral » ou consentir à la catastrophe. « Si la confédération actuelle n’évolue pas vers une fédération politique avec un pouvoir central, estimait ainsi en novembre dernier l’ancien ministre des affaires étrangères allemand Joschka Fischer, la zone euro — et l’ensemble de l’Union — va se désintégrer (2). » En France, les trois grandes radios nationales et deux des principaux quotidiens prêchent chaque jour cette antienne.

A entendre les fédéralistes, on imaginerait volontiers que les instances européennes manquent de pouvoir et de ressources, tandis que les Etats disposeraient d’une autorité et de moyens illimités. Mais la Banque centrale européenne (BCE), qui a géré la crise avec le succès que l’on sait, consacrant récemment la somme de 1 000 milliards d’euros au refinancement des banques, ne dépend ni des gouvernements ni des électeurs de l’Union. Loin d’être trop contrainte par un défaut d’intégration quelconque (budget commun, ministre unique), l’harmonisation des politiques européennes sous la toise de l’austérité allemande a déjà produit des résultats, puisqu’elle est parvenue à creuser l’endettement des Etats et à accroître la misère des peuples…

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En deux jours vont se jouer les années à venir.

C’est l’événement le plus décisif depuis l’élection présidentielle française.Derrière les décisions technos du sommet européen de jeudi et vendredi prochains se cachent les futurs choix d’investissements du gouvernement français, la possibilité de financer – ou non – de nouveaux réseaux électriques, numériques, de transport, de distribution d’eau en Europe, ou encore le fonctionnement des banques sur le continent.

Voir le document

(Fichier PDF)

Bref, si François Hollande termine la réunion la hotte vide, il risque de passer un mauvais quinquennat. Pieds et poings liés qu’il sera aux exigences de rigueur, sous l’œil scrutateur – et accusateur – de la Commission européenne.

Complexe, âpre, ennuyeux, le pacte budgétaire européen ? J’ai passé le week-end à essayer de comprendre. Je vous livrons le résultats de mes questionnements.

1

Que prévoit le pacte de stabilité budgétaire ?

2

Que proposait Hollande candidat ?

3

Où sont passés les eurobonds ?

4

Quelle union bancaire peut-on attendre ?

5

Quelles mesurettes Merkel est-elle prête à concéder ?

6

Le pacte peut-il être renégocié ?

 

 

Réponse en cliquant sur cette page.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Hongrie court après ses fantômes nazis | Slate

La Hongrie court après ses fantômes nazis | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le pays réhabilite l'amiral Horthy, allié d’Hitler et régent au pouvoir quand 400.000 juifs ont été déportés, sous l’œil bienveillant d’un gouvernement de droite aux abois.

 

Imaginez qu'en 2012, on érige une statue au maréchal Pétain, que l'on donne son nom à un parc, que l’on accroche une plaque en sa mémoire sur les murs d’une université.

C’est à peu près ce qui s’est passé ces dernières semaines en Hongrie, dans les villes de Kereki, Gyömrö et Debrecen, pas en l’honneur de Pétain bien sûr, mais de l’équivalent local: l’amiral Miklós Horthy.

 

Régent du royaume de Hongrie entre 1920 et 1944, Miklós Horthy a pourtant un bilan peu fameux. C’est sous son pouvoir qu’a été votée l’une des premières lois antijuives d’Europe: un numerus clausus dans les universités, en 1920.

Autre fait de gloire: le rapprochement volontaire puis l’alliance avec le régime hitlérien dans les années 1930.

A la suite de l’Anschluss de 1938, l’Allemagne, aux portes de la Hongrie, exige l’alignement de la politique intérieure magyare sur celle du Reich. Le gouvernement Daranyi, sous l’œil d’Horthy, s’exécute et promulgue une première loi antijuive. Une deuxième suivra en 1939, puis une troisième en 1941 (en contrepartie, la Hongrie récupère, lors des arbitrages de Vienne de 1938 et 1940, une bonne partie des nombreux territoires perdus à la suite du traité de Trianon de 1919).

Le pire est à venir… En mars 1944, les troupes nazies entrent en Hongrie. L’administration hongroise organise la spoliation des bien juifs, la gendarmerie regroupe les juifs dans des ghettos et les déportations commencent: environ 435.000 juifs sont envoyés en camp de concentration entre le 15 mai et le 8 juillet 1944, date à laquelle Horthy finit par donner l’ordre, tragiquement tardif, de tout arrêter.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le PS dirige la France, la Grèce inquiète l'Europe

Le PS dirige la France, la Grèce inquiète l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La parenthèse de 2007 est close: ses deux héros, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal auront été battus en moins d'un mois. Et le PS a, à lui seul, la majorité absolue. La page des cinq dernières années est tournée.

 

Close aussi, cette séquence politique interminable qui s'étale depuis les primaires socialistes. Lassitude des électeurs, lassitude des candidats, lassitude des médias, qui, n'ayant que peu de choses à se mettre sous la dent, ont vibré pendant quelques jours au rythme des tweets ou des blagues d'humoristes qui ont révélé cependant bien des choses malgré leur futilité.

Le PS domine absolument. Pour la première fois depuis 1958, la gauche détient la majorité absolue des principales institutions, notamment depuis la bascule inédite du Sénat à gauche. Pas de quoi s'en offusquer parce qu'il s'agit de la gauche, tant il est vrai que cette situation ne choquait personne quand la droite, pendant des années, a tenu tous les leviers de commande, (en ce sens la situation d'aujourd'hui est l'exacte symétrie de celle de 1995 quand la droite avait remporté les régions bien avant l'élection de Jacques Chirac)! Elle eut même, dans le passé, le privilège d'avoir les 3/5e du Parlement, ce qui lui permettait de changer la Constitution sans avoir à recourir au référendum....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grèce: la zone euro lance un dernier avertissement - Coulisses de Bruxelles

Grèce: la zone euro lance un dernier avertissement - Coulisses de Bruxelles | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que le plan européen d’aide aux banques espagnoles (100 milliards d’euros) est un échec, comme le montre l’envolée des taux d’intérêt sur les dettes ibères et italiennes, les résultats des élections législatives grecques sont attendus avec angoisse à Bruxelles : une victoire des partis opposés au programme de rigueur et de réforme de l’Etat - imposé par les Européens en échange d’une aide de 240 milliards d’euros - aggraverait encore plus, si c’est possible, la crise qui ravage la zone euro depuis trois ans.

 

Conscients que les demi-mesures de type pare-feu ou règle d’or ne suffiront plus à ramener le calme, les dirigeants européens multiplient les contacts afin d’annoncer, pour le sommet des 28 et 29 juin qui s’annonce décisif, une «feuille de route» vers une intégration renforcée (union bancaire, obligations européennes, etc.), seule à même de rassurer les marchés sur la pérennité de la monnaie unique. En attendant, la zone euro se prépare au pire : il est, en effet, hors de question de renégocier, autrement qu’à la marge, le «plan d’ajustement structurel» grec.

Si la gauche radicale (Syriza) obtient la majorité et dénonce le mémorandum, la zone euro est déterminée à fermer le robinet de l’aide, ce qui entraînera le pays vers la faillite et pourrait la contraindre à abandonner la monnaie unique : le gouvernement grec a d’ailleurs annoncé qu’à partir du 20 juillet, il n’aura plus un euro en caisse pour payer ses fonctionnaires et les retraites....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Poussée par Moody's, l'Espagne approche du point de non retour

Poussée par Moody's, l'Espagne approche du point de non retour | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après la dégradation de sa note de trois crans par Moody's, la dette publique espagnole se retrouve à la limite de la catégorie spéculative. Ce qui fait déjà fuir certains investisseurs.

 

Les taux espagnols à 10 ans ont flirté avec les 7 % en milieu de journée. Pendant ce temps, les parlementaires européens réfléchissent à une meilleure régulation des agences. Mais lorsque celle-ci entrera en vigueur, le mal sera déjà fait...Le ministre de l'Economie espagnol a déclaré jeudi que le gouvernement prendrait des mesures dans les jours et les semaines à venir afin de réduire la prime de risque sur la dette nationale, jugée insoutenable. L'écart de rendement (ou spread) entre la dette espagnole à 10 ans et la dette allemande de même échéance, a dépassé les 550 points de base, un nouveau record depuis la création de l'euro. Quant aux taux espagnols à 10 ans, ils ont touché les 7 % en fin de matinée.

Si les coûts d'emprunt se maintiennent à un tel niveau, l'Espagne sera bientôt dans l'impossibilité de refinancer sa dette sur les marchés internationaux. Dans ces conditions, le plan d'aide aux banques sur lequel un accord de principe a été trouvé le week-end dernier, pourrait bien se transformer en plan d'aide « classique ». L'Histoire bafouille. C'est également lorsque le rendement de leurs obligations souveraines avait dépassé le seuil de 7% que la Grèce, l'Irlande et le Portugal avaient dû se résoudre à faire appel à un plan de sauvetage international....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le rêve européen est en train de mourir sous nos yeux | Slate

Le rêve européen est en train de mourir sous nos yeux | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La relance seule ne sauvera pas l'Union. François Hollande doit agir pour empêcher que ce rêve, qui était celui de la France, ne disparaisse pas.

 

Si le gouvernement croit qu'une relance de la croissance européenne peut lui permettre de gagner assez de points de PIB pour stabiliser le chômage et échapper à des coupes budgétaires sacrificielles, il se trompe.

Le réalisme doit le conduire à ne pas attendre beaucoup de cette trop vantée «relance européenne», du moins telle qu'il l'envisage, c'est-à-dire sans changement fédéral. Il en irait tout autrement si la France, tournant la page de quinze ans d'euroscepticisme, redevenait la force d'entraînement de l'Union. Si, en clair, François Hollande défaisait les bottes de plomb de Chirac-Jospin pour chausser celles, allantes, de Giscard-Mitterrand. Mais le voudra-t-il?

Pour l'heure, sur la table des discussions ouvertes sur «l'Europe de la croissance», il y a sept «instruments» ou, si l'on veut sept manières d'agir, depuis la Banque européenne d'investissement (BEI) jusqu'à la hausse des salaires en Allemagne en passant par la baisse de l'euro. Patrick Artus a calculé pour chacun l'incidence potentielle sur la croissance (1). Ensuite, l'économiste en chef de Natixis a fait le tri des mesures qui sont probables, c'est-à-dire celles qui peuvent faire l'objet d'un compromis entre la France, l'Allemagne et les 15 autres pays de la zone euro. Hélas, il constate que les dispositifs les plus efficaces pour accélérer la croissance sont les plus improbables (abandon de la rigueur en Allemagne, baisse délibérée de l'euro...)...

...Trois ans et demi après le début de la crise des dettes, l'Europe est toujours incapable de prendre les décisions qui s'imposent. La «fatigue» devant cette Europe trop compliquée, trop lente, pousse les directeurs financiers des grands groupes à «sortir le cash» du Vieux Continent. La fuite des investisseurs asiatiques, américains ou moyen-orientaux devient alarmante. Les non-Européens n'y croient tout simplement plus. Et beaucoup de vieux militants de l'euro se découragent....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Zone euro : le malade bouge encore

Zone euro : le malade bouge encore | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Non, l'euro n'a pas dit son dernier mot. Revue de détail des raisons qu'il y a encore d'espérer une sortie par le haut de la crise.

 

Il reste quelques raisons de ne pas désespérer de l’euro. Ce qui est encourageant, ce n’est pas tant qu’on ait parlé de la nécessité d’un plan de croissance européen au G8 ou au sommet européen informel du mercredi 23 mai. La faiblesse de la croissance dans la zone euro est depuis longtemps un sujet d’inquiétude hors d’Europe, pour les Etats-Unis, pour le Fonds monétaire international (FMI). En Europe même, il y avait eu cette lettre du 20 février dernier signée par treize chefs de gouvernement et adressée à Hermann von Rompuy, le président de l’Union, en appelant à un plan européen en faveur de la croissance. Puis le plaidoyer de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), pour un « pacte de croissance ». Et la Commission planche depuis plusieurs mois sur des instruments de relance de l’investissement au niveau européen.

Ce qui a changé, fondamentalement, c’est que l’Allemagne n’est plus en position de force. Cela est dû en partie, mais en partie seulement, à l’élection de François Hollande....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bruxelles entend resserrer l'étau européen sur Hollande

Bruxelles entend resserrer l'étau européen sur Hollande | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La commission européenne estime que, sans réformes nouvelles, Paris ne pourra redresser ses comptes et sa compétitivité...

 

Malgré la courtoisie prudente du ton, le constat dressé par Bruxelles de la situation économique française est sans concession. L'optique est, clairement, de contraindre fortement l'action du gouvernement Ayrault. Sur le front des équilibres budgétaires et commerciaux, mais aussi - ce qui est plus gênant pour le président socialiste de la République - sur celui de l'équité et de la justice sociale, la Commission européenne trace un chemin qui s'annonce politiquement exigeant.

Sur le déficit public, d'abord. A 4,4% du PIB, celui de la France la place au dessus de la moyenne de la zone euro. Pour Bruxelles, l'objectif de revenir à 3% en 2013, qui est un engagement pris vis-à-vis des autres pays européens, n'est simplement pas réalisable dans l'état actuel du programme de réforme européenne dont l'un des défauts principaux, aux yeux de la Commission, est de miser essentiellement sur la hausse des recettes et non sur la baisse des dépenses. Sur ce terrain, comme sur beaucoup d'autres, le décalage avec l'Allemagne, dont le déficit est descendu à 1% l'an dernier et qui vient de sortir du champ de la surveillance européenne, est saisissant....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Euro, terminus ? - Les blogs du Diplo

Euro, terminus ? - Les blogs du Diplo | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La science économique n'existe pas. Il n'y a que de l'économie politique.

 

Il faut pourtant toujours des événements extrêmes pour dessiller ceux qui feignent de croire, ou pire, croient de bonne foi, que l’administration des choses pourrait remplacer la délibération des hommes. Ça tombe bien, en voilà un qui s’annonce. La perspective d’une sortie de la Grèce de l’euro, puis celle d’une possible décomposition de la monnaie unique par effet de contagion, promettent de rappeler à grand spectacle ce qu’il en coûte d’ignorer la part politique de l’économie. Car il suffirait de figurer l’enchaînement possible des choses sous la forme d’un arbre de décision pour apercevoir que, quoique configuré par des contraintes économiques, chacun de ses points de bifurcation a fondamentalement la nature d’un acte politique de souveraineté. La Grèce continuera-t-elle de se soumettre à l’austérité ? — politique. Décidera-t-elle le défaut en grand ? — politique. L’Europe réagira-t-elle en tentant de la garder dans l’euro ou en la poussant dehors ? — politique. Est-ce la Grèce elle-même qui anticipera en réarmant sa banque centrale et en retournant à la drachme ? — politique.Mais politiques plus encore les mouvements réactionnels des corps sociaux qui finissent toujours par passer le point où l’étranglement de l’austérité combiné à la dépossession de souveraineté deviennent intolérables et, très légitimement, cherchent à toute force une voie de sortie, pour le meilleur — Syriza qui pourrait être le germe d’une réaffirmation des peuples contre les orthodoxies financières (celles des marchés et des gouvernements mêlées) — ou pour le pire — cette sinistre Aube Dorée, reproche vivant fait à l’Europe libérale, supposément justifiée pour que « plus jamais ça » et dont tous les actes concourent inexorablement à faire revenir « ça ».....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Divorces dans la zone euro : les quatre scénarios possibles selon Morgan Stanley

Divorces dans la zone euro : les quatre scénarios possibles selon Morgan Stanley | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La banque d'affaires Morgan Stanley évalue les probabilités de départ des pays de la zone euro. Des scénarios plus ou moins probables et plus ou moins dramatiques qui donnent une idée de ce à quoi l'on peut s'attendre en cas d'éclatement.

La banque d'affaires Morgan Stanley publie sur son site le tableau titré "La Grèce quitte l'euro : 4 divorces et pas d'enterrement" indiquant les probabilités de départ des pays de la zone euro, la Grèce en tête, et les conséquences que cela aurait. Quatre scénarios, pour des résultats plus ou moins dramatiques.

Scénario 1 : La Grèce quitte la zone euro, la contagion est modeste. Probabilités : 35%......

Scénario 2 : La Grèce quitte la zone euro. La contagion, très rapide, entraîne de fortes réponses. Probabilités : 40%...

Scénario 3 : Plusieurs pays décident de quitter la zone euro. Probabilités : 20%....

 Scénario 4 : Des pays du noyau dur de la zone euro la quittent. Probabilités : 5%...

more...
No comment yet.