Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.0K views | +0 today
Follow
 
Scooped by Vincent DUBOIS
onto Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

Italie: Monti sur le départ, Berlusconi bientôt de retour

Italie: Monti sur le départ, Berlusconi bientôt de retour | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'actuel président du Conseil, Mario Monti, a l'intention «irrévocable» de démissionner une fois approuvé le budget. Un an après avoir dû lui céder les rênes du pays, Silvio Berlusconi annonce son retour dans l’arène politique.

 

Ainsi la crise qui enflait depuis plusieurs jours est à son comble: la rupture a été consommée en un jour et Silvio Berlusconi occupe à nouveau le terrain.

Selon un communiqué du Quirinal, la présidence de la République, résumant un entretien avec le président Giorgio Napolitano, M. Monti ne juge plus «possible de poursuivre son mandat et a manifesté en conséquence son intention de présenter sa démission».

L’ancien commissaire européen, qui a introduit en Italie une rigueur sans précédent, entend d’abord «vérifier» si les forces politiques qui ont soutenu son gouvernement de techniciens depuis fin 2011 sont prêtes à être cohérentes avec leurs engagements, et donc à voter le budget.

Il lance au passage un avertissement: un échec à approuver le budget avant le 31 décembre aurait des conséquences très graves pour l’Union européenne et pour l’Italie....

more...
No comment yet.
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - A Bruxelles, le silence a succédé à l'horreur

Les Inrocks - A Bruxelles, le silence a succédé à l'horreur | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les Bruxellois sont sous le choc, après les attentats qui ont frappé leur ville. Partout dans les rues, c'est la stupeur qui prévaut. Ce que tout le monde redoutait a fini par arriver. Habitant la capitale belge depuis plus de trente ans, notre correspondant raconte les heures d'angoisse qui ont suivi l'attentat.


On pense à ces lieux. On tente de joindre ses proches. On regarde autour de soi dans les rues, et on se rend compte qu’au même instant, le reste du monde autour de nous est en train de faire pareil. En fond sonore de cette photo, figée d’effroi, le ballet des sirènes qui se poursuit inlassablement. Les hélicoptères qui survolent la ville. Tout le monde savait, au fond de lui-même qu’un jour, cette journée allait arriver. Et pourtant, on se sent complètement désemparé quand on s’y retrouve confronté. La mort a frappé Bruxelles. Brute, sauvage, aveugle. Et c’est le cœur du pouvoir qui est touché : la station de métro Maelbeek, qui dessert le Parlement européen. L’aéroport international et l’embarquement d’un vol pour les Etats-Unis en particulier. Très vite la police boucle toute la zone. Tout le quartier européen est en état de siège. “Ils ont fermé la gare, se désespère ce vieil homme, sur la place du Luxembourg. Je dois rentrer chez moi, comment vais-je faire ?” Très vite après les attaques, toutes les liaisons ferroviaires vers Bruxelles sont interrompues.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Peut-on encore sauver Schengen ?

Peut-on encore sauver Schengen ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it


Dix pays ont réintroduit des contrôles aux frontières intérieurs de l'espace Schengen entre 2015 et 2016. Les institutions européennes tentent dans l'urgence de sauver la libre-circulation et statuent actuellement sur la création d'un corps de gardes-côtes et de gardes-frontières.


La crise de l’espace Schengen est symptomatique des contradictions de la construction européenne qui pendant des années s’est refusé à fédéraliser le contrôle des frontières extérieures de l’Europe. Ce jeudi, au Luxembourg, le conseil justice et affaire intérieures - qui réunit les ministres de la Justice et de l’Intérieur des 28 membres de l’Union européenne - a confirmé qu'il était ouvert à la création d'un corps européen de gardes-frontières. Le projet de la Commission Européenne vient d'être amendé par les rapporteurs parlementaires et il sera débattu à partir du mois de mai pour une adoption normalement prévue avant l'été. Un projet qui peut donc faire avancer l'Europe politique mais qui ne réglera pas le problème de fond à savoir ces naufrages répétés aux abords de l’espace Schengen qui donne aujourd’hui une image désastreuse de l’Union européenne....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - “L’euroscepticisme s’aggrave du fait de la multiplication des crises"

Les Inrocks - “L’euroscepticisme s’aggrave du fait de la multiplication des crises" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La légitimité de l’Union européenne est aujourd’hui remise en question par la montée en puissance d'un euroscepticisme et la multiplication des crises européenne. Peut-on trouver des solutions à toutes ces crises qui ravagent l'Europe ? Réponse avec la politologue Anne-Marie Le Gloannec.


L’ Union européenne se retrouve aujourd’hui minée par diverses crises : d’un côté, les migrants affluent en masse, d’un autre l’euroscepticisme vient se glisser dans les urnes, sans oublier la Russie qui provoque assez grossièrement l’Europe sur son flanc est. D’abord menacée par le spectre du “Grexit” (la sortie de la Grèce) l’an dernier, puis par un potentiel “Brexit” (le départ de l’Angleterre) cette année, l’Europe a du mal à trouver un semblant d’équilibre. Voici qu’aujourd’hui selon un récent sondage, une majorité de Français veut un référendum sur un maintien dans l’UE. Pendant que ce vent d’euroscepticisme continue à souffler sur l’Europe, certains pays ont décidé de fermer leurs frontières afin de stopper le flux de migrants en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique, remettant en question Schengen. Existe-il des solutions aux multiples crises qui frappent l’Europe ? Schengen est-il sur le point d’imploser et l’UE de se disloquer ? Anne-Marie Le Gloannec, politologue spécialisée sur les questions européennes et directeur de recherches à Sciences Po, répond.



more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un sommet sous haute tension

Un sommet sous haute tension | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les 28 se retrouvent à Bruxelles pour un premier sommet de l’année 2016 qui s’annonce crucial. Réfugiés et Brexit seront au menu, deux dossiers brûlants qui menacent l’existence même de l’UE.

 

Alors que les dirigeants des 28 pays membres de l’Union européenne s’apprêtent à se retrouver à Bruxelles pour le premier sommet de l’année, Politico s‘inquiète pour cette Europe, “à manier avec précaution”, qui se présente à ce rendez-vous crucial : “L’Europe peut-elle être sauvée ?” Bien sûr, note le site, elle est habituée “aux pierres et aux flèches”. Pourtant cette fois, “le danger d’effondrement est bien réel : les problèmes ne pourront plus être résolus grâce à des mesures bouche-trou, ou parce que l’Allemagne aura ouvert son porte-monnaire.” 

 

Un menu qui ne fait que reprendre en d’autres termes les questions existentielles que les Européens ne cessent d’esquiver depuis des années : que signifie réellement une solidarité européenne ? Ou, plus simplement : plus d’Europe, moins d’Europe ou plus d’Europe ? Selon la bonne vieille tradition, la réponse semble être pour l’instant : ça dépend !”   
Sur la question des réfugiés, l’isolement d’Angela Merkel au sein de l’Union européenne résume l’état d’une union fortement divisée, note Le Temps. Les derniers coups sont venus de France : “L’offensive de Manuel Valls était visiblement bien préparée. A deux reprises en fin de semaine dernière, le premier ministre français a répété son ‘non’ au plan A d’Angela Merkel.”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne : le nouveau souffle politique

Espagne : le nouveau souffle  politique | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les élections législatives de dimanche mettront un terme à l’ère du bipartisme espagnol. Les vieux Parti populaire et PSOE sont secoués par l’émergence de Podemos à gauche et de Ciudadanos au centre.

 

Le traditionnel débat télévisé, qui a opposé lundi soir les deux grands rivaux sur la chaîne publique, a symboliquement marqué, dans la politique espagnole, un avant et un après. Le face-à-face entre le conservateur au pouvoir, Mariano Rajoy, et son adversaire socialiste Pedro Sánchez s’est caractérisé par des réparties acides, un ton véhément, voire des insultes croisées telles que «indécent», «vil» ou «misérable». «Au lieu d’assister à un exposé des propositions de chacun, analyse le juriste Francesc de Carreras, on a vu un lamentable match de boxe entre deux rivaux qui ne pensaient qu’à mettre l’autre KO. Lorsque l’un disait blanc, l’autre disait noir, et vice-versa. Au lieu d’aborder les défis de l’avenir, il ne s’agissait que de se lancer à la figure les reproches du passé.»

Dans les médias ou sur les réseaux sociaux, ce débat a laissé l’amère sensation d’une confrontation rance et anachronique. Peu après la grand-messe de ce duel suivi par 9 millions de téléspectateurs, les deux autres candidats d’importance ont tenu, eux, sur la chaîne Sexta, une conversation détendue, modérée, dépourvue de noms d’oiseaux. De l’avis général, Pablo Iglesias et Albert Rivera, les deux exclus du débat en prime-time, en sont paradoxalement les grands bénéficiaires. De quoi séduire une armée d’indécis estimée, peu ou prou, à un tiers de l’électorat. «Les candidats conservateur et socialiste ont pour leur part vu leur image écornée, analyse le sondeur Juan José Toharia. Ils risquent d’y laisser des plumes.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Législatives en Pologne : les conservateurs victorieux - Libération

Législatives en Pologne : les conservateurs victorieux - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le parti populiste créé par les frères Kaczyński a battu ce dimanche la Plateforme civique, le parti au pouvoir, qui a fait l'objet de plusieurs scandales ces derniers mois.

 

Vous prenez un zeste de promesses sociales, vous saupoudrez de xénophobie et vous ajoutez quelques bonnes mœurs catholiques, et vous avez le retour des conservateurs au pouvoir. Cette victoire aux législatives en Pologne était d’ailleurs attendue depuis mai, quand leur candidat, Andrzej Duda, un quadragénaire quasi inconnu, a remporté la présidentielle. Elle est cependant plus nette que prévue. Selon un sondage à la sortie des urnes diffusé après la fermeture des bureaux de vote, le parti Droit et Justice (PiS) mène avec 39,1% des suffrages devant les libéraux de la Plate-forme civique (PO), crédités de 23,4% des voix seulement. Si les résultats confirment cette tendance, Beata Szydlo, une ethnographe de formation qui a grandi dans l’ombre de son mentor, Jaroslaw Kaczyński, est pratiquement assurée d'avoir une courte majorité pour gouverner le pays pendant les quatre années à venir.

Les politologues discuteront sans doute pendant des semaines pour savoir s’il s’agit d’abord d’un succès de Droit et Justice (Pis), la formation créée par les frères Jaroslaw et Lech Kaczyński, qui avaient à eux deux tenu toutes les rênes du pouvoir (gouvernement et présidence) pendant deux ans, ou avant tout d’une défaite de la coalition libérale sortante de la Plateforme civique (PO).

La PO, qui faisait figure de parti du «miracle polonais», la seule économie d’Europe qui n’a pas été touchée par la crise de 2008, affichant une croissance annuelle de 3,5 %, a certes été victime de l’usure du pouvoir....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Allemands sont-ils désormais «un peuple»? | Slate.fr

Les Allemands sont-ils désormais «un peuple»? | Slate.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Une étude liste les différences entre les Allemands de l'Ouest et ceux de l'Est vingt-cinq ans après la Réunification.

 

Les Allemands de l'Ouest continuent d'être les plus riches. Et les Allemands les plus fortunés habitent d'ailleurs en majorité dans les anciens Länder: seuls 6 des 500 citoyens allemands les plus riches vivent à l'Est. Et seuls 14 d'entre eux vivent à Berlin, et pour la plupart dans les quartiers de l'ouest de la ville. De la même façon, les voitures allemandes les plus chères, à l'instar des modèles de la marque BMW, sillonnent avant tout les routes des anciens Länder.

Les Länder de l'Est ont perdu plus de 2 millions d'habitants entre 1991 et 2013, tandis que ceux de l'Ouest en gagnaient 2,5 millions sur la même période. La raison principale est la chute brutale du taux de natalité chez les Allemandes de l'Est durant les premières années de la Réunification: il est passé de 1,5% en 1989 à 0,7% enfant par femme en 1992, et ce, notamment à cause de l'angoisse des foyers est-allemands concernant l'avenir. Depuis 1994, l'augmentation des naissances à l'Est a repris son cours, dépassant même en 2006 le taux de natalité des Länder de l'Ouest....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Orbán au ban - Libération

Orbán au ban - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Cynique et sans scrupules, le Premier ministre hongrois vient d’autoriser son armée à réprimer les migrants. Face à cette radicalisation, la question de la place de la Hongrie au sein de l’Europe commence à se poser.

 

Tout en rêvant d’une Europe des nationalismes, l’homme fort de Budapest profite de sa croisade pour continuer à affaiblir l’Etat de droit chancelant. Mardi soir, la télévision hongroise annonçait que si le ministre de la Défense restait en place, le Premier ministre prenait désormais en main la conduite des opérations. Comme si la Hongrie était en guerre. Le 21 septembre, la droite populiste majoritaire au Parlement a d’ailleurs donné des pouvoirs accrus à la police et à l’armée. Cette dernière pourra tirer sur les migrants en utilisant des armes non-létales : fusils à filet, grenades lacrymogènes, balles de caoutchouc ou engins pyrotechniques. Une mobilisation partielle, sur la base du volontariat, a été décrétée. Les militaires patrouilleront le long d’une double clôture de barbelés qui court sur toute la frontière (175 km) entre la Hongrie et la Serbie, et sur des segments de la frontière avec la Croatie et la Roumanie.

S’ajoute à cela toute une batterie de lois répressives contre les réfugiés. .....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Migrants, la stratégie des Etats

Migrants, la stratégie des Etats | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De l'Italie à la Roumanie, les pays du sud-est de l'Europe gèrent l'afflux, chacun à leur manière.

 

Italie : La péninsule sous pression

Environ 5 300 migrants, principalement en provenance d’Afrique subsaharienne, ont été secourus la semaine dernière en Méditerranée près de la côte libyenne, a annoncé mardi l’agence Frontex, chargée des frontières extérieures de l’espace Schengen. Ce sont déjà quelque 95 000 migrants qui ont été secourus en Méditerranée centrale et emmenés dans les centres d’accueil de la péninsule. Critiquées par Berlin et Paris pour n’avoir pas encore mis en place les centres d’enregistrement de première entrée (afin de différencier les demandeurs d’asile des autres migrants), les autorités italiennes ont répondu par la voix du ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, clamant que «l’Italie fait ce qu’elle doit faire […] et même beaucoup plus, en sauvant des dizaines de milliers de vies humaines et en accueillant les réfugiés». «Nous sommes un modèle positif au niveau international», a-t-il assuré.

Grèce : La porte d’entrée démunie

C’est devenu, en 2015, le premier pays d’entrée pour les migrants : 160 000 depuis début janvier, sur les 293 000 arrivées en Europe par la Méditerranée, où ont péri 2 450 personnes. Avec des situations catastrophiques dans certaines îles comme Lesbos ou Kos, que ni le gouvernement ni Frontex (l’agence européenne de surveillance des frontières) n’ont les moyens de gérer....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Débordée, la Macédoine laisse entrer les migrants

Débordée, la Macédoine laisse entrer les migrants | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Face à l’afflux de migrants à la frontière avec la Grèce, la Macédoine les a tous laissés entrer. Dans un édito, le journal serbe Politika estime que l’Union européenne, par égoïsme, finit par perdre son humanité.

 

Les heurts entre les migrants originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan et les forces de police macédoniennes ont continué une bonne partie de samedi pour se calmer dans la soirée. Durant cette journée, les policiers macédoniens ont fait usage de matraques et ont tiré des grenades assourdissantes pour contenir le flux. Au moins quatre personnes ont été légèrement blessées.

“Les migrants ont enfoncé le cordon de police macédonien”, titre le quotidien serbe Politika.  Ils ont pénétré en Macédoine en passant par un no man’s land à la frontière gréco-macédonienne où ils sont restés bloqués depuis jeudi. Au moment où la police a autorisé les groupes des migrants les plus vulnérables (les familles avec enfants) à se rendre sur le territoire macédonien (le territoire de l’Ancienne république yougoslave de Macédoine, ou Fyrom), un millier de migrants y sont entrés de force....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Grèce: une page d'histoire

Les Inrocks - Grèce: une page d'histoire | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La victoire de la petite Grèce rouge, ruinée et seule au monde, contre l’Europe tout entière.

 

Personne ne sait ce qui va se passer maintenant, c’est entendu, mais tout le monde sait qu’il s’est passé quelque chose de véritablement historique le 5 juillet 2015 : un très vieux peuple de la très vieille Europe a répondu “non” à l’austérité que des instances fort peu démocratiques et fort peu communautaires prétendaient lui imposer ad vitam æternam, au mépris de sa souveraineté démocratique la plus élémentaire, et au mépris des résultats désastreux de la dite austérité.

Pronostiqué “serré”, voire “suicidaire”, ce référendum restera comme une immense victoire politique de Syriza, un coup de maître d’Aléxis Tsípras, remporté haut la main contre des adversaires puissants et déterminés qui n’ont cessé de tempêter, menacer et promettre les pires représailles. Mais rien n’y a fait. Le “non” est arrivé en tête dans toutes les régions de Grèce, sans exception. Dans le New York Times, le prix Nobel d’économie américain Paul Krugman salue la détermination grecque face à une campagne sans précédent d’intimidation et de chantage, orchestrée par tous les dirigeants européens et relayée par l’immense majorité des médias.

 

Mais rien n’y a fait. En faisant campagne pour le “oui”, avec une absence de vergogne qui ne laisse pas d’étonner, Lagarde, Merkel, Juncker et Schulz ont écrit une page particulièrement honteuse de l’histoire de l’Europe. Ils ont tombé les masques. Comment résister à de telles injonctions quand les banques sont fermées et que vos poches sont vides ?

Pour arracher le “oui” et mettre fin à “l’expérience Syriza”, les créanciers n’ont pas hésité à asphyxier financièrement un pays tout entier. Mais rien n’y a fait. C’est une histoire de fous, quand on y songe, un triomphe politique d’une portée considérable : la victoire de la petite Grèce rouge, ruinée et seule au monde, contre l’Europe tout entière. Il faut se frotter les yeux pour y croire… Angela elle-même, si inflexible, si certaine de son bon droit, doit être un peu sonnée. “J’ai tout à fait conscience que le mandat que vous m’avez confié n’est pas celui d’une rupture avec l’Europe, mais un mandat pour renforcer notre position aux négociations afin de rechercher une solution viable”, s’est empressé de déclarer Tsípras, sitôt connu le triomphe du “non”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

GRÈCE. Faillite, sortie de l'euro, négociation : 3 scénarios après le "non" au référendum

GRÈCE. Faillite, sortie de l'euro, négociation : 3 scénarios après le "non" au référendum | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
LE PLUS. Alexis Tsipras a réussi son pari. Invités à se prononcer sur les propositions de leurs créanciers européens, les Grecs les ont rejetées, en votant "non" à 61,3% lors du référendum organisé le dimanche 5 juillet. Et maintenant, quels sont les scénarios économiques possibles ? Éclairage de Xavier Timbeau, directeur de l’Obervatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

 

1. La négociation d'un accord plus "souple"

 

Le premier scénario possible est celui qui est souhaité par le gouvernement grec. La victoire du "non" renforce la légitimité d’Alexis Tsipras et donc sa position pour renégocier un meilleur accord avec les créanciers européens. Cette négociation aboutit alors à un nouveau plan d’aides, mais cette fois plus souple et moins lourd à supporter pour l’État et la population....

 

 

2. La sortie progressive de la zone euro

 

Le second scénario qui peut se dessiner, c’est celui d’une sortie progressive de la Grèce de la zone euro.

 

Les banques grecques ferment, la Banque centrale européenne (BCE) décide de couper l’assistance à ce pays, ce qui conduirait à un défaut de l’État grec. Les autres pays européens, eux, chercheront alors à s’isoler du "problème grec". Juridiquement, les pays européens ne peuvent décider de la sortie de la zone euro de la Grèce, cette décision n’appartient qu’au pays concerné....

 

3. Mettre l'État grec en faillite 

 

Reste un dernier scénario, plus atypique, plus original. L'idée est de maintenir la Grèce dans la zone euro mais aussi de conclure un accord entre les deux parties, le gouvernement grec et ses créanciers européens, pour mettre l’État grec en faillite. Il s'agit de maintenir un euro fonctionnel en Grèce tout en le séparant d'un État défaillant....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Ils sont fous, ces Grecs !

Les Inrocks - Ils sont fous, ces Grecs ! | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En choisissant le référendum, Aléxis Tsípras donne une leçon de démocratie à l’Europe du libéralisme mal tempéré.

 

C’est tout de même exaspérant, ces gens qui se permettent de vous donner des leçons de démocratie ! Comme si c’était eux qui l’avaient inventée… En choisissant l’option référendum pour répondre au blocage des négociations avec les “institutions”, Aléxis Tsípras a d’ores et déjà réussi un coup de maître et donné une leçon de politique à ses interlocuteurs de Bruxelles ou Washington.

Ce référendum “ferme la porte à la poursuite des discussions”, s’étrangle le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, patron de l’Eurogroupe, qui ne peut même pas envisager que, muni d’un mandat démocratique, on fasse le choix de retourner devant les électeurs pour leur demander leur avis, quand le mandat en question ne peut plus qu’être renié ou travesti devant une fin de non-recevoir. Pour lui, l’organisation de ce scrutin envoie “un message négatif aux Grecs”.

Devant un tel aveu, aussi benoîtement formulé, Yánis Varoufákis n’a pas tort d’ironiser sur ces technocrates qui paraissent découvrir que l’idéal démocratique est un concept qui relève de l’émancipation des peuples et non de leur soumission à des puissances bien décidées à leur “tordre le bras”, pour reprendre la charmante expression en vogue à Bruxelles à propos de ces fichus Grecs.

Pris au dépourvu par l’initiative politique de Tsípras, qui a l’immense mérite de les révéler pour ce qu’ils sont, des idéologues maîtres chanteurs qui ne supportent pas que quiconque ose contester leurs dogmes néolibéraux, les membres de l’Eurogroupe geignent que l’accord était en vue, à portée de main, et que ces Grecs de Syriza sont des fous furieux qui s’apprêtent à rajouter du malheur à leur peuple....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Autriche : le péril Hofer

Autriche : le péril Hofer | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Ce dimanche, les Autrichiens pourraient élire un leader d’extrême droite à la présidence. Cet ingénieur de 45 ans apporterait une nouvelle victoire aux nationalistes européens.


Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Autriche pourrait se réveiller lundi avec un président d’extrême droite. Norbert Hofer, le candidat de la Liberté d’Autriche (FPÖ), est arrivé largement en tête du premier tour avec plus de 35% des voix, devant Alexander Van der Bellen, ex-patron des écologistes, qu’il devance de près de 14 points. Quel que soit le résultat du second tour ce dimanche, le président fédéral ne sera donc pas issu des rangs conservateurs ou sociaux-démocrates. Une première dans l’histoire de la deuxième République. Pourtant, bien peu d’observateurs pariaient sur la victoire de cet ingénieur en aéronautique de 45 ans, que les sondages ne créditaient encore en janvier que de 8% d’intentions de vote. «Vous allez être surpris de ce que peut accomplir un président.» Ces propos, assénés d’un ton affable au cours d’un débat télévisé à quelques jours du premier tour, résonnent désormais comme une menace. Jusqu’à présent, le président autrichien occupait surtout une fonction honorifique. Le président sortant, Heinz Fischer, est une figure populaire aux airs débonnaires, gentiment moqué mais respecté comme autorité morale...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le coup de grâce pour un continent à la dérive

Le coup de grâce pour un continent à la dérive | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

En frappant la capitale belge ce 22 mars, les terroristes ont touché l’Europe en plein cœur au pire des moments. Les crises que connaît le continent ne peuvent désormais que s’aggraver, estime la version européenne de Politico, basée à Bruxelles.

.......

Un attentat terroriste ne tombe jamais à point, mais il faut reconnaître que ceux-là auraient difficilement pu se produire à pire moment. Débordée par le flux de réfugiés, l’UE tente d’éviter la fermeture de ses frontières les unes après les autres et voudrait retenir le Royaume-Uni, son deuxième membre le plus important. De nombreux pays européens sont également aux prises avec le chômage et la stagnation économique, deux facteurs qui discréditent les institutions européennes aux yeux des citoyens. Les événements récents laissent penser que les Européens auront certainement du mal à ne pas céder à la peur qui s’insinue ces derniers temps dans les débats. La France a réagi aux attentats de novembre en fermant ses frontières et en indiquant clairement que les réfugiés syriens n’étaient pas les bienvenus sur son territoire. Cette attitude est peut-être compréhensible, mais elle ne permet guère d’avancer sur la voie d’une solution européenne commune.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - En Pologne, la résistance au pouvoir ultraconservateur s’organise

Les Inrocks - En Pologne, la résistance au pouvoir ultraconservateur s’organise | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Contrôle des médias, menaces sur la culture, paralysie du Tribunal constitutionnel… Depuis la victoire des ultraconservateurs du PiS aux législatives d’octobre 2015, le spectre du totalitarisme flotte sur la Pologne. Mais les opposants se mobilisent… Reportage.
more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from rushes infos
Scoop.it!

FAUX SEMBLANTS / "Brexit" : "Au sein de l'UE, tout le monde fait un effort pour aider Cameron à remporter son référendum"

FAUX SEMBLANTS / "Brexit" : "Au sein de l'UE, tout le monde fait un effort pour aider Cameron à remporter son référendum" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

LES MARCHES européens savent que l'UE va accepter les NOUVELLES conditions simplifiées" de Londres . " ne partager QUE les avantages de l'UE sous peine de la quitter". Et ça va marcher parce que Chicago et N.Y. sont OK pour cela...

Le Royaume-Uni entend renégocier sa place dans l'Union européenne avant de proposer à ses citoyens de se prononcer sur la question fatidique, avant 2017 : faut-il, oui ou non, sortir de l'UE ?

Via Rushes Infos
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quatorze ans de violence politique en Europe de l’Ouest

Quatorze ans de violence politique en Europe de l’Ouest | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les attaques terroristes contre la France le 13 novembre 2015 sont les plus meurtrières jamais perpétrées sur le sol français. D’après le dernier bilan provisoire, au moins 129 personnes ont perdu la vie et 300 ont été blessées.

C’est aussi, rappelle The Economist avec ce graphique basé sur les données du Global Terrorism Database, “l’attaque terroriste la plus meurtrière d’Europe depuis les attentats de Madrid de 2004”. 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Portugal. La coalition de droite reconduite après quatre ans d'austérité | Courrier international

Portugal. La coalition de droite reconduite après quatre ans d'austérité | Courrier international | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La coalition au pouvoir a remporté les élections législatives portugaises ce 4 octobre. Elle frôlerait la majorité absolue au Parlement, tandis que le Parti socialiste enregistre une lourde défaite.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Catalogne, un vote en toute indépendance - Libération

En Catalogne, un vote en toute indépendance - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les partisans d'une séparation avec l'Espagne auront la majorité absolue au Parlement régional. Mais en voix, ils sont battus par les adversaires de la sécession.

 

Paradoxe : les indépendantistes ont gagné ces élections en sièges, mais pas en suffrages. Avec la CUP, la liste «Junts pel Si» obtient 47,8% des voix, contre 51,6% pour les listes non-indépendantistes. Pourquoi? Parce que la loi électorale de Catalogne, que les nationalistes prennent soin de ne pas réformer, donne un avantage aux circonscriptions rurales - où leur poids est plus fort - au détriment des zones urbaines, davantage peuplées de gens nés dans le reste de l’Espagne et rétifs à la séparation. Aux yeux des partis nationaux, cette infériorité en votes ôte à la liste sécessionniste toute légitimité. «Comment peut-on proclamer une indépendance sur la base d’une minorité ?» interroge l’analyste du journal en ligne eldiario.es, Ignacio Escolar, qui ajoute : «Une décision aussi capitale requiert un triomphe électoral écrasant, pas une victoire aussi serrée et discutable.»...

 

Bien malin qui peut dire comment les choses vont se dérouler dorénavant. La certitude, c’est qu’Artur Mas ne va pas s’arrêter en si bon chemin et va continuer à avancer, étape par étape, vers la «souveraineté». Tout réside dans le comment. On connait la feuille de route des séparatistes: préparer le terrain pour que, dans 18 mois, c’est-à-dire au printemps 2017, la situation soit mûre pour un référendum d’autodétermination définitif. Qui, s’il est favorable, devra déboucher sur une proclamation d’indépendance unilatérale de la part du Parlement autonome de Catalogne. Un peu sur le modèle du Kosovo. Pour le commentateur Joaquim Coll, opposé à la séparation, «tout cela relève d’un souhait délirant. La vraie question est de savoir ce qui va se passer pendant les 18 mois à venir: Artur Mas va-t-il aller au conflit contre Madrid, ou tentera-t-il de négocier?» En d’autres termes, les séparatistes vont-ils, comme ils l’ont dit, commencer à mettre en place un fisc catalan, un Tribunal suprême catalan et un Parlement propre qui n’obéissent plus au pouvoir central ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Au Pirée, les migrants épuisés rêvent de l'Europe

Les Inrocks - Au Pirée, les migrants épuisés rêvent de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Par milliers, les réfugiés syriens, irakiens et afghans débarquent au Pirée, venant de l’île de Lesbos, porte d'entrée en Europe. Mais le port d'Athènes n'est pour eux qu'une étape dans leur périple vers le Nord.

 

Le port du Pirée, d’ordinaire très animé, est particulièrement tranquille. Ce mardi, aux alentours de 20 heures, le quai E1 s’est vidé. Plus personne n’attend de bateaux chargés de touristes. Aucun départ pour les îles grecques n’est attendu. Pourtant, deux longues files de taxis se dessinent. Les chauffeurs sont venus guetter le navire Tera Jet.

A son bord, plus de 1 800 réfugiés, majoritairement des Syriens, des Irakiens et des Afghans. Affrété par le gouvernement grec, cette embarcation arrive tout droit de Lesbos. A l’aube, mercredi, un autre bateau, ayant fait le même trajet, avec 2 500 personnes a également jeté l’ancre. L’île, située à une dizaine de kilomètres des côtes turques au nord de la mer Egée, fait face à une arrivée importante de migrants et de réfugiés. 33 000 depuis le 1er août. Un flux massif et continu également enregistré sur plusieurs îles du Dodécanèse (Kos et Chios, entres autres).

 

 

Le manque criant de structures d’accueil rend la situation explosive. Sur place, les autorités sont débordées. Depuis le début du mois d’août, des ferries dépêchés par Athènes font la liaison plusieurs fois par semaines entre les îles et le Pirée.

 

 

Yiorgos, chauffeur de taxi originaire de Trikala (nord de la Grèce), ne rate aucun de ces débarquements. “C’est plus de travail pour nous”.  A force, l’homme de 54 ans dit s’être “habitué”. Les premières fois, lorsqu’il a vu ce monde arriver sur le port, il a “eu mal”.

“Ils ont l’air malheureux. Ils fuient la guerre et laissent tout derrière eux pour rejoindre l’Europe. J’espère qu’ils auront la possibilité de quitter la Grèce au plus vite. Pour nous comme pour eux, rien de bon ne les attend ici.”

 

L’itinéraire est connu. “Nous voulons arriver en Allemagne au plus vite. Les trois jours passés à Mytilène étaient horribles (la capitale de Lesbos ndlr). Là-bas, il y a énormément de monde mais aucune gestion. Beaucoup de migrants dorment par terre, dans la rue, sur le port. Nous, nous avons dû dormir sous des tentes, sans pouvoir prendre de douche, sans manger à notre faim. Je me sens sale et épuisé”, lâche t-il d’un ton las. Un de ses amis l’interrompt et le presse. Il a entendu qu’il était encore possible de prendre un train pour Thessalonique. Il faut partir. Amar disparaît dans la foule.

Un peu plus loin, un groupe de onze hommes attend, patiemment, un bus moins bondé. Ces amis d’enfance – âgés de 22 à 29 ans – sont tous originaires d’Amouda, ville du Kurdistan syrien. Malgré la fatigue, ils semblent heureux et sereins. A les entendre, l’arrivée à Athènes sonne comme une délivrance. Pour eux aussi, Mytilène fut une mauvaise expérience. La pire depuis leur départ il y a un mois...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Reportage à Athènes chez les déçus de Syriza

Les Inrocks - Reportage à Athènes chez les déçus de Syriza | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le 20 août, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a annoncé la démission de son gouvernement laissant place à des élections législatives anticipées prévues fin septembre. Cette déclaration semble avoir pris au dépourvu les partisans de Syriza, qui ne savent plus vers qui se tourner.

 

En cette période estivale, les rues d’Athènes sont désertes. De nombreux magasins sont fermés. Les Grecs sont encore en vacances pour la plupart sur le continent ou les îles voisines. C’est dans ce climat que le Premier ministre, Alexis Tsipras, a annoncé jeudi 20 août la démission de son gouvernement et la tenue d’élections législatives fin septembre. Une décision attendue.

ADVERTISEMENT

Syriza a en effet perdu sa majorité parlementaire après la défection de 43 de ses députés qui ont refusé, le 14 août, de voter en faveur de nouvelles réformes nécessaires au déblocage d’une aide de 86 milliards d’euros. Affaibli, Alexis Tsipras a décidé de remettre son avenir entre les mains du peuple grec. Lors d’une allocution télévisée sur la chaîne nationale ERT, il a demandé à ses concitoyens de décider s’ils estimaient “l’accord valable pour surmonter l’impasse et relancer l’économie”, les invitant à voter pour le gouvernement le mieux à même “de mener les réformes nécessaires”.

 

La vie tourne au ralenti à Aigaléo. Dans ce quartier ouest de la banlieue athénienne, Syriza a récolté 43,10% des suffrages lors des élections législatives de janvier. L’un de ses meilleurs scores.  Assis à la terrasse d’un café, Kostas votera de nouveau “sans hésiter” pour le parti d’extrême gauche. Depuis le début, cet ancien ouvrier du bâtiment, aujourd’hui au chômage à 56 ans, est un soutien solide d’Alexis Tsipras. “Contrairement à nos gouvernements précédents, en grande partie responsables de la crise que nous traversons, Tsipras a vraiment essayé de se battre pour nous. Il a voulu rompre avec une politique d’austérité que nous subissons depuis cinq ans. Notre pays se trouve dans une situation très critique et malheureusement il n’a pas eu d’autres choix que d’accepter un troisième plan d’aide.”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Alexis Tsipras remet son mandat en jeu

Alexis Tsipras remet son mandat en jeu | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Lâché par l’aile gauche de Syriza, le Premier ministre grec a annoncé qu’il démissionnait ouvrant la voie à des élections anticipées fin septembre.

 

La décision était plus ou moins attendue – même si la presse évoquait plutôt il y a quelques jours  le dépôt d’une motion de confiance : dans la nuit du 13 au 14 août en effet, les “frondeurs” de Syriza avaient refusé d’approuver le plan d’aide européen à la Grèce qui suppose de drastiques mesures d’austérité – : une trentaine avaient voté contre et 11 s’étaient abstenus. Or c’est précisément contre ces plans d’austérité imposés au pays qu’Alexis Tsipras s’était fait élire en janvier. Apppelés à se prononcer sur le dernier plan par référendum les Grecs avaient voté non à 61,3% des voix, le 5 juillet dernier.

 

Alexis Tsipras a donné le coup d’envoi d’un nouveau drame politique en Grèce, estime de son côté the Guardian, en annonçant qu’il démissionnait sept mois seulement après son arrivée au pouvoir. Après une élection générale, un référendum, les Grecs vont devoir retourner aux urnes.” Pour le quotidien britannique, si le Premier ministre grec réussit son pari, il sera réélu avec un mandat clair sur les réformes à entreprendre. “Tsipras est en train de se réinventer comme modéré. Il doit se débarrasser de l’aile gauche de son parti qui refuse le deal des créanciers de la Grèce.”

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

“Le peuple grec connaîtra le goût de l’Armageddon”

“Le peuple grec connaîtra le goût de l’Armageddon” | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Grecs ont répondu non au référendum sur le plan d’accord d’aide proposé par la troïka. Un non qui marque une incontestable victoire pour Alexis Tsipras mais rend l’avenir du pays et de l’UE incertain, s’alarme la presse européenne.

 

Chaos, victoire, espoir, crise, tournant. Au-delà des orientations partisanes, les grands titres de la presse européenne estiment dans leur ensemble que le non des Grecs au référendum est un événement historique pour l’Europe. “Les Grecs défient l’Europe”, titre The Guardian résumant bien le ton des quotidiens le lundi 6 juillet.

Quelles que soient les conséquences à venir de ce non, la presse européenne salue la victoire du Premier ministre grec. “Eureka”, titre le quotidien de gauche Il Manifesto. “Le leader [de la petite Grèce] a remporté son pari en donnant une splendide leçon de démocratie à l’Europe entière. (…) A partir d’aujourd’hui, il y a en première ligne un peuple entier, conscient et déterminé à faire entendre sa voix dans tout le Vieux Continent”, s’enthousiasme le quotidien pro-Tsipras.
 
Au-delà du soutien sans faille accordé à Syriza, la coalition de la gauche radicale, le Guardian voit dans cet “oxi” massif, un non à la fâcheuse habitude de la classe politique européenne d’imposer sa volonté : “Désormais, les dirigeants européens sont obligés de montrer un peu d’humilité et d’écouter le peuple grec.”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce n'a pas payé le FMI

La Grèce n'a pas payé le FMI | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La date butoire pour le paiement de la dette de 1,6 milliards d’euros de la Grèce au Fonds monétaire international a expiré hier soir. C’est le plus important défaut de paiement de l’histoire du FMI.

 

“La Grèce est devenu le premier pays développé à faire un défaut de paiement vis-à-vis du FMI”, note The Wall Street Journal, alors qu’Athènes a laissé passer la date limite du 30 juin sans honorer le remboursement de 1,6 milliards. Les tractations se sont multipliées ces derniers jours pour essayer d’éviter ce défaut de paiement, en vain. De plus, Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, va soumettre à un référendum le 5 juillet le plan d’aide en cours de négociation avec ses partenaires européens et ses créanciers. Le quotidien américain précise que la Grèce a déposé une demande de délai au FMI hier 30 juin. Athènes doit rembourser 5,4 milliards d’euros à l’organisation mondiale cette année, sur une dette totale qui atteint les 21 milliards d’euros.

“C’est un échec historique de la zone euro”, estime pour sa part le quotidien britannique The Guardian. “La Grèce s’est retrouvée seule insolvable et presque en faillite après cinq ans et 240 millards d’euros de plan de sauvetage européen. C’est le premier pays européen à faire défaut à ses créanciers. Cela représente un coup historique pour une Europe engagée de manière irréversible dans sa monnaie unique depuis seize ans”, ajoute le journal.

“La Grèce est au bord de l’abîme”, affirme de son côté le quotidien conservateur espagnol ABC. “Le sort en est jeté. Athènes se réveille ce matin en terrain totalement inconnu. Les demandes de dernière minute formulées par le chef du gouvernement grec hier ont été considérées comme ‘impossibles’ par les dirigeants de la zone euro. Sans aucun doute, les ministres des Finances de la zone vont se réunir à nouveau aujourd’hui, un peu comme si de rien n’était, comme si la barrière symbolique qui a été franchi hier à minuit ne changeait pas complètement les choses.”...

more...
No comment yet.